Ce qu’Obama lègue à l’Afrique : terrorisme, guerre civile & expansion militaire (par Eric Draitser)

Traduction d'un article d'Eric Draitser, analyste géopolitique indépendant, basé à New-York, initialement publié (en anglais), le 18 janvier 2017, sur le site de MintPress.

New York Comme pré­vu, les médias capi­ta­listes débitent leurs rétros­pec­tives vomi­tives de la pré­si­dence d’Obama, hyp­no­ti­sant ain­si les US-Amé­ri­cains à l’aide de contes de fées sur les exploits pro­gres­sistes du Pré­sident de l’Espoir et du Changement.

Mais au milieu de la mémoire sélec­tive et de la dou­ble­pen­sée qui se font pas­ser pour une exper­tise sophis­ti­quée au sein de la matrice des médias contrô­lés, n’oublions pas qu’en Afrique, le nom de Barack Oba­ma est désor­mais syno­nyme de désta­bi­li­sa­tion, de mort et de destruction.

Les lamen­ta­tions col­lec­tives des libé­raux se changent en un rugis­se­ment assour­dis­sant à la moindre évo­ca­tion du fait qu’Obama est plus un pécheur qu’un saint, mais peut-être serait-il utile de revoir les faits et les archives plu­tôt que la mytho­lo­gie soi­gneu­se­ment construite et que l’on com­mence désor­mais à impri­mer dans les livres d’histoire sous l’appellation d’héri­tage.

Le futur de l’Afrique est entre les mains des Africains

11 juin 2009 : Barack Oba­ma en com­pa­gnie du pré­sident du Gha­na, John Atta Mills.

Durant l’été 2009, à peine six mois après son inves­ti­ture, le pré­sident Oba­ma a pro­non­cé un dis­cours devant le par­le­ment du Gha­na, visant à don­ner le ton de la poli­tique afri­caine de son admi­nis­tra­tion. S’adressant à une foule de cen­taines de per­sonnes, dans la capi­tale gha­néenne, il par­lait en fait à des mil­lions d’Africains du conti­nent et de la dia­spo­ra. Si Oba­ma repré­sen­tait l’espoir et le chan­ge­ment pour les habi­tants des USA, c’était dou­ble­ment vrai pour les Africains.

Lors de ce dis­cours lar­ge­ment oubliable, Oba­ma décla­ra :

« Nous devons par­tir de la simple pré­misse selon laquelle le futur de l’Afrique est entre les mains des afri­cains… l’Occident n’est pas res­pon­sable de la des­truc­tion de l’économie du Zim­babwe de la der­nière décen­nie, ni des guerres dans les­quelles des enfants sont enga­gés comme com­bat­tants ».

La pros­pé­ri­té, la fin de la cor­rup­tion et de la tyran­nie, de la pau­vre­té et des mala­dies, a‑t-il dit, « ne peuvent être atteintes que si vous pre­nez la res­pon­sa­bi­li­té de votre futur. Et ce ne sera pas facile. Cela pren­dra du temps et des efforts. Il y aura des souf­frances et des revers. Mais je peux vous pro­mettre que l’Amérique sera avec vous tout au long du che­min, en tant que par­te­naire, en tant qu’ami ».

Bien qu’il était le Pre­mier Pré­sident Noir™, les mots et les actes d’Obama vis-à-vis de l’Afrique incar­naient par­fai­te­ment « le far­deau de l’homme blanc » — le désir d’aider ces pauvres gens, dont la pau­vre­té, la cor­rup­tion, la mala­die et la vio­lence doivent être le fruit d’une sorte de défi­cience natu­relle. Bien enten­du, cinq siècles de colo­nia­lisme, com­bi­nés à l’arrogance impé­riale d’Obama n’y étaient pour rien.

Des femmes por­tant des robes tra­di­tion­nelles affu­blées de l’ef­fi­gie d’O­ba­ma, chan­tant son nom, après son dis­cours à Accra, au par­le­ment du Gha­na, le 11 juin 2009.

Mais pre­nons pour argent comp­tant les mots d’Obama afin d’évaluer s’il a res­pec­té ou non ces objec­tifs gran­dioses et idéa­listes durant ses deux mandats.

Oba­ma a insis­té à plu­sieurs reprises sur la pres­sion pesant sur  l’Afrique, affir­mant que les USA et l’Occident ne pou­vaient pas régler ses pro­blèmes à sa place. Au lieu de cela, affir­ma-t-il, les USA seraient un « par­te­naire » et un « ami ». Et pour­tant, moins de deux ans après avoir juré de lais­ser les Afri­cains résoudre leurs pro­blèmes, des avions de l’US/OTAN lar­guaient des bombes sur la Libye afin de sou­te­nir des ter­ro­ristes affi­liés à Al-Qaï­da qui se char­ge­raient par la suite de ren­ver­ser et d’assassiner bru­ta­le­ment Mouam­mar Kadha­fi, qui était peut-être le plus impor­tant défen­seur de l’indépendance et de l’autosuffisance de l’Afrique.

Étant don­né les dizaines de mil­liers de morts et la des­truc­tion et la dis­so­lu­tion totales de la Libye en milices tri­bales bel­li­queuses et mul­tiples gou­ver­ne­ments frag­men­tés que l’on a du mal à qua­li­fier de légi­times, il est par­ti­cu­liè­re­ment exas­pé­rant qu’Obama se soit expri­mé à l’ONU, décla­rant que la guerre des USA et de l’OTAN contre la Libye avait été un suc­cès. Un mois avant la tor­ture abjecte et l’assassinat de Kadha­fi, Oba­ma décla­ra de manière arro­gante, le 20 sep­tembre 2011 :

« Voi­là com­ment la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale doit tra­vailler au 21ème siècle — plus de nations por­tant la res­pon­sa­bi­li­té et les coûts de la réponse à des défis mon­diaux. D’ailleurs, il s’agit là de la rai­son d’être même des Nations Unies. Chaque nation repré­sen­tée ici aujourd’hui peut être fière des vies inno­centes que nous avons sau­vées en aidant les Libyens à se réap­pro­prier leurs pays. C’était la bonne chose à faire ».

Oui, le même pré­sident qui deux années aupa­ra­vant pro­cla­mait que « le futur de l’Afrique est entre les mains des Afri­cains » se fit le cham­pion des forces mili­taires fran­çaise, bri­tan­nique, ita­lienne et US et de l’imposition de leur volon­té sur un État d’Afrique indé­pen­dant et pros­père, le trans­for­mant en un État chao­tique, san­glant et en faillite. Voi­là pour l’Espoir et le Changement.

Mais, bien sûr, l’histoire tra­gique de la Libye ne s’arrête pas à la des­truc­tion de la Jama­hi­riya arabe libyenne et à l’assassinat de Kadha­fi. Au lieu de cela, la guerre contre la Libye ouvrit les vannes du tra­fic d’armement, du ter­ro­risme et de la désta­bi­li­sa­tion de tout le conti­nent afri­cain. Selon un rap­port de 2013 du groupe d’experts du Conseil de sécu­ri­té de l’ONU :

« Les affaires, avé­rées et en cours d’investigation, de trans­ferts illi­cites d’armes depuis la Libye, en vio­la­tion de l’embargo, concernent plus de 12 pays et com­prennent de l’armement lourd et léger, dont des sys­tèmes por­tables de défense aérienne, des petites armes et muni­tions, des explo­sifs et des mines ».

Le rap­port conti­nuait, aver­tis­sant que « des flux illi­cites depuis le pays ali­mentent [sic] des conflits exis­tants en Afrique et au Levant, et enri­chissent les arse­naux d’un éven­tail d’acteurs non-éta­tiques, dont des groupes ter­ro­ristes ».

Une pho­to de 2011 expo­sant les dom­mages infli­gés à la ville de Sirte, en Libye.

« La pro­li­fé­ra­tion d’armes pro­ve­nant de Libye conti­nue à un taux alar­mant ».

Effec­ti­ve­ment, ces armes en pro­ve­nance de la Libye ont direc­te­ment ali­men­té la guerre civile au Mali, faci­li­té l’ascension de Boko Haram au Nige­ria, aidé le groupe ter­ro­riste Al Qaï­da au Magh­reb isla­mique, et entrai­né la créa­tion de gangs ter­ro­ristes et d’escadrons de la mort au Bur­ki­na Faso, en Répu­blique Cen­tra­fri­caine, et ailleurs sur le conti­nent. En effet, la guerre d’Obama contre la Libye fut la pre­mière salve d’une désta­bi­li­sa­tion à l’é­chelle conti­nen­tale dont les consé­quences sont tou­jours res­sen­ties aujourd’hui, et conti­nue­ront à l’être pen­dant des années, sinon des décennies.

Avec ces faits trou­blants en tête, reve­nons au dis­cours d’Obama au Gha­na, ou il affir­ma hau­tai­ne­ment que l’Occident n’était pas res­pon­sable des pro­blèmes de l’Afrique. Natu­rel­le­ment, n’importe quel étu­diant du colo­nia­lisme et de l’histoire de l’Afrique réfu­te­rait immé­dia­te­ment de telles décla­ra­tions. On se demande si dans des décen­nies, tan­dis que l’héritage de guerres et de ter­ro­risme que les poli­tiques d’Obama auront lais­sé sera encore res­sen­ti, un autre pré­sident se tien­dra devant l’Afrique et la blâ­me­ra encore pour ne pas avoir réso­lu elle-même ses propres problèmes.

Obama : le visage souriant du néocolonialisme

Barack Oba­ma, avec son sou­rire™, avant son dis­cours devant le par­le­ment du Gha­na, le 11 juin 2009.

Si les crimes d’Obama contre la paix en Afrique se limi­taient à la guerre en Libye et à ses consé­quences, nous pour­rions sim­ple­ment les qua­li­fier de bévue aux pro­por­tions his­to­riques. Mais Oba­ma avait bien plus de sang à ver­ser en Afrique pen­dant qu’il y éten­dait l’empreinte mili­taire des USA.

La pre­mière de ces ini­tia­tives visant à faire croître la pré­sence mili­taire US en Afrique fut l’expansion du Com­man­de­ment US en Afrique, appe­lé AFRICOM. En juin 2013, Ebra­him Shab­bir  Deen du Centre Afro-Moyen-Orient basé à Johan­nes­burg, sou­li­gnait que :

« [AFRICOM] s’est débrouillé pour s’immiscer subrep­ti­ce­ment au sein des dif­fé­rentes armées d’Afrique. Cela a prin­ci­pa­le­ment été accom­pli à l’aide de par­te­na­riats armée-à-armée que le centre de com­man­de­ment a éta­bli avec 51 des 55 États d’Afrique. Dans de nom­breux cas, ces par­te­na­riats impliquent des mili­taires afri­cains cédant le com­man­de­ment opé­ra­tion­nel à AFRICOM ».

D’ailleurs, si c’est le pré­sident George W. Bush qui a été res­pon­sable de la mise en place de l’AFRICOM, c’est Oba­ma qui en a fait une force mili­taire conti­nen­tale au sein de laquelle les forces mili­taires natio­nales ont été assu­jet­ties. En effet, Oba­ma a réus­si à trans­for­mer les nations afri­caines, et par­ti­cu­liè­re­ment leurs forces armées, en des filiales inté­gra­le­ment pos­sé­dées par le Penta­gone et par le com­plexe mili­ta­ro-indus­triel des USA. Mais tout va bien, puisqu’Obama l’a fait avec le sou­rire et en usant de la cré­di­bi­li­té d’enfant « natif » du continent.

De la même manière, Oba­ma est direc­te­ment res­pon­sable du bain de sang en cours au Sud-Sou­dan, où il a encou­ra­gé le sépa­ra­tisme qui mena à la créa­tion de ce pays et la guerre civile pré­vi­sible qui s’ensuivit. Oba­ma décla­ra en 2011, à pro­pos de l’indépendance for­melle du Sud-Sou­dan : « Aujourd’hui est un rap­pel de ce qu’après les ténèbres de la guerre, la lumière d’une nou­velle aube est pos­sible. Un fier dra­peau vole au-des­sus de Juba, et la carte du monde a été redes­si­née ».  Mais Oba­ma a peut-être par­lé trop vite, puisque les ténèbres que la guerre durent encore sur ce pays où une « nou­velle aube » semble aus­si pro­bable que l’admission par Oba­ma de son erreur.

Et tan­dis qu’Obama, comme à son habi­tude, par­lait poé­ti­que­ment de l’indépendance et de la liber­té, la réa­li­té est que son sou­tien du Sud-Sou­dan rele­vait plus de l’obtention d’un avan­tage géo­po­li­tique sur la Chine que d’idéaux supérieures.

Le ministre de la défense des USA Robert Gates, le vice-pré­sident de l’é­tat-major inter­ar­mées Gen. James Cart­wright, le Com­man­dant sor­tant du Com­man­de­ment amé­ri­cain en Afrique Gen. William Ward, et le nou­veau com­man­dant du Com­man­de­ment amé­ri­cain en Afrique Gen. Car­ter Ham, de gauche à droite, lors de la céré­mo­nie de pas­sa­tion du Com­man­de­ment amé­ri­cain en Afrique (AFRICOM), à la mai­rie de Sin­del­fin­gen, près de Stutt­gart, en Alle­magne, où se trouve son QG, le 9 mer­cre­di 9 mars 2011.

De la même façon, Oba­ma a fait usage des capa­ci­tés éten­dues de l’armée US et de la CIA en Afrique afin d’augmenter gran­de­ment la pré­sence du Penta­gone et de Lan­gley en Soma­lie. Comme Jere­my Sca­hill l’a sou­li­gné dans The Nation, en décembre 2014 :

« La CIA gère un pro­gramme d’entraînement au contre­ter­ro­risme pour des agents des ren­sei­gne­ments et des opé­ra­teurs en Soma­lie, visant à éta­blir une force de frappe indi­gène capable de mener des opé­ra­tions de cap­ture et des opé­ra­tions de ‘com­bat’ ciblé contre des membres d’Al Sha­bab, un groupe isla­mique mili­tant lié à Al Qaïda.

Dans le cadre de l’expansion de son pro­gramme de contre­ter­ro­risme en Soma­lie, la CIA uti­lise aus­si une pri­son secrète implan­tée dans les sous-sols du siège de l’Agence Natio­nale de Sécu­ri­té (NSA) de Soma­lie… cer­tains des pri­son­niers ont été cap­tu­rés dans les rues du Kenya et trans­fé­rés en avion à Mogadiscio ».

Il faut sou­li­gner que les poli­tiques — les crimes contre la paix — expo­sées ici ne repré­sentent qu’une frac­tion des 8 années de la poli­tique d’Obama sur ce conti­nent ; un bilan com­plet des crimes d’Obama contre l’Afrique néces­si­te­rait une ana­lyse volu­mi­neuse. L’objectif, ici, était d’illustrer le fait que l’homme qui s’est pré­sen­té en Afrique comme un ami l’était autant que le bour­reau est celui du condamné.

Si cela avait été pro­non­cé par quelqu’un d’autre que le pre­mier pré­sident noir des USA, il y aurait peut-être eu un tol­lé vis-à-vis du viol et du pillage du conti­nent, de la mili­ta­ri­sa­tion et de la désta­bi­li­sa­tion de l’Afrique. Et pour­tant, au cours des 8 der­nières années, nous avons pu obser­ver le silence assour­dis­sant des libé­raux dont les idéaux et les valeurs ne vont pas au-delà de ce que leur loyau­té au par­ti autorise.

Glen Ford, direc­teur exé­cu­tif du Black Agen­da Report, l’a magni­fi­que­ment et pré­ci­sé­ment expri­mé en expli­quant qu’Obama ne repré­sen­tait pas un moindre mal, mais le mal « le plus effi­cace ». Et en ce qui concerne l’Afrique, ce fut dou­ble­ment vrai. Qui d’autre qu’Obama aurait pu détruire des nations, ali­men­ter le ter­ro­risme, piller des richesses, mili­ta­ri­ser et désta­bi­li­ser ce conti­nent entier tout en affi­chant un sou­rire hypnotique ?

Mais pour les Afri­cains, les dents par­faites d’Obama et son sou­rire toxique dis­si­mulent une langue four­chue. Quant à l’héritage afri­cain d’Obama, on le retrouve dans les char­niers de Libye, du Nige­ria et d’ailleurs.

Eric Drait­ser


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion : Faus­to Giudice

Print Friendly, PDF & Email
Total
11
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les proxénètes du yoga et de la pleine conscience & le Complexe Industriel de la Spiritualité

Les traditions de sagesse et les pratiques corpo-spirituelles comme le yoga, les approches intégrées du leadership et la méditation ont été cooptées au service de la classe corporatiste dominante. Une alternative radicale à ce qui est devenu un Complexe Industriel de la Spiritualité (CIS) est aujourd'hui nécessaire. Cet article est un cri de guerre pour les enseignants guérilleros de l'industrie de la conscience qui ne souhaitent plus se prostituer pour le 1%.
Lire

L’origine de notre révolte (par Bernard Charbonneau & Jacques Ellul)

Un monde s’était organisé sans nous. Nous y sommes entrés alors qu’il commençait à se déséquilibrer. Il obéissait à des lois profondes que nous ne connaissions pas – qui n’étaient pas identiques à celles des Sociétés antérieures. Personne ne se donnait la peine de les chercher, car ce monde était caractérisé par l’anonymat : personne n’était responsable et personne ne cherchait à le contrôler. Chacun occupait seulement la place qui lui était attribuée dans ce monde qui se faisait tout seul par le jeu de ces lois profondes. [...]
Lire

La question nucléaire : sommes-nous « otages de la modernité » ? (par Max Wilbert)

DGR encourage la fin de l'industrialisme et le passage à des sociétés à taille humaine, d'échelle locale, et de faible intensité énergétique. Qu’en est-il des réacteurs nucléaires ? Si la vision de DGR était mise en pratique et que le réseau électrique était démantelé, cela risquerait-il de causer des fusions de cœurs de réacteurs nucléaires ? [...]