De l’impossibilité de l’éco-fuite et de l’inefficacité de la consom’action (par Nicolas Casaux)

« Recon­naitre cela peut nous aider à évi­ter de perdre notre temps en de naïfs efforts. Par exemple, dans des efforts pour apprendre aux gens à éco­no­mi­ser l’énergie et les res­sources. De tels efforts n’accomplissent rien. Cela semble incroyable que ceux qui prônent les éco­no­mies d’énergie n’aient pas remar­qué ce qui se passe : dès que de l’énergie est libé­rée par des éco­no­mies, le sys­tème-monde tech­no­lo­gique l’engloutit puis en redemande. »

Theo­dore Kac­zyns­ki, Anti-Tech Revo­lu­tion : Why and How

Les 10% d’individus les plus riches du monde sont res­pon­sables de la moi­tié des émis­sions de GES d’origine anthro­pique[1]. La moi­tié la plus pauvre de l’humanité est res­pon­sable d’environ 10% des émis­sions de GES d’origine anthro­pique. L’industrie du jet pri­vé qui enre­gis­trait 263 ventes sur l’année 1989[2] en enre­gistre ces temps-ci envi­ron 700 par an[3]. Dans un récent rap­port pré­vi­sion­nel, il est esti­mé que l’industrie du yacht, qui se porte à mer­veille et qui a été éva­luée à 8,123 mil­liards de dol­lars en 2016, attein­dra 14,987 mil­liards de dol­lars entre 2017 et 2025[4]. De manière géné­rale, les indus­tries du luxe se portent très bien et devraient conti­nuer ain­si sur la décen­nie à venir[5]. La France compte 713 golfs, un nombre en aug­men­ta­tion constante ; selon les esti­ma­tions uti­li­sées par le Sénat, un golf consomme en moyenne autant d’eau qu’une com­mune de 12 000 habi­tants ; l’ensemble des golfs, donc, autant que 8 mil­lions de per­sonnes. Le poids de l’industrie de l’armement ne cesse de gran­dir (la France figure d’ailleurs par­mi les cham­pions de la vente d’armes), or on sait que les émis­sions de CO2 des sec­teurs mili­taires des pays du monde sont colos­sales (à elle seule, l’armée US a consom­mé en 2011 presque autant de pétrole que toutes les voi­tures du Royaume-Uni)[6].

Et pour­tant les gou­ver­ne­ments, comme toutes les ins­ti­tu­tions et la doxa domi­nantes, sug­gèrent qu’une manière de dimi­nuer les émis­sions de CO2 afin de faire un geste pour la pla­nète consiste en ce que les gens ordi­naires se brossent les dents à sec et s’éclairent avec des ampoules basse consom­ma­tion. Tout récem­ment, une réité­ra­tion d’un aver­tis­se­ment signé par de nom­breux scien­ti­fiques (15 000) sug­gé­rait plu­sieurs mesures dont le fait de deve­nir végé­ta­rien, de faire du vélo au lieu d’utiliser une voi­ture, de ne plus prendre l’avion, ain­si que le déploie­ment mas­sif d’infrastructures indus­trielles pour déve­lop­per le réseau éner­gé­tique « renou­ve­lable » (ce qui consti­tue une immense catas­trophe éco­lo­gique[7]).

Autant de manières de se don­ner bonne conscience en se sou­la­geant dans un vio­lon, ou pire, en fai­sant empi­rer la situa­tion (adop­ter une consom’action res­pon­sable visant à ache­ter des pro­duits un peu moins nui­sibles pour le monde natu­rel et les êtres vivants, c’est tou­jours par­ti­ci­per à l’empirement de la situa­tion).

Ce qu’on peut remar­quer c’est qu’on ne lit que très rare­ment voire jamais de sug­ges­tion inci­tant les riches à ces­ser d’acheter des yachts ou des jets pri­vés et de les uti­li­ser. Tan­dis qu’on incite le citoyen moyen à faire preuve d’une cer­taine ver­tu éco­lo­gique, les riches du monde, qui sont de plus en plus nom­breux, consomment tou­jours plus. Pas non plus de recom­man­da­tions concer­nant l’achat ou l’utilisation de smart­phones, de télé­vi­seurs et d’appareils élec­tro­niques en géné­ral, dont les ventes sont mon­dia­le­ment crois­santes, dont les pro­duc­tions épuisent les res­sources non-renou­ve­lables aus­si bien que renou­ve­lables tout en émet­tant des quan­ti­tés astro­no­miques de gaz à effet de serre (le KTH Royal Ins­ti­tute of Tech­no­lo­gy de Stock­holm esti­mait en 2010 que les sec­teurs des tech­no­lo­gies de l’information, de la télé­com­mu­ni­ca­tion, des médias et du diver­tis­se­ment émet­taient presque autant de CO2 que le sec­teur de l’aviation).

La plu­part des sug­ges­tions grand public consistent en des chan­ge­ments minimes des modes de vie indi­vi­duels, elles ne visent jamais à s’opposer fron­ta­le­ment aux logiques de crois­sance et de consom­ma­tion qui dirigent la civi­li­sa­tion indus­trielle et son bio­cide planétaire.

La solu­tion au désastre socio-éco­lo­gique en cours passe néces­sai­re­ment par la décrois­sance. Seule­ment, cette décrois­sance n’adviendra cer­tai­ne­ment pas par le biais d’une pseu­do-ascèse éco­lo­gique — une dimi­nu­tion presque imper­cep­tible de l’in­sou­te­na­bi­li­té du mode de vie — d’une mino­ri­té d’individus par­mi ceux qui n’étaient déjà pas les pires pol­lueurs et émet­teurs de GES du monde, n’ayant aucune influence sur les dyna­miques glo­bales d’ex­pan­sion de la socié­té techno-industrielle.

Pen­dant ce temps-là, les déci­deurs poli­tiques construisent tou­jours plus d’armes, plus de routes (Nico­las Hulot, notre cher ministre des illu­sions vertes vient tout juste d’autoriser une nou­velle auto­route[8]), les orga­nismes gou­ver­ne­men­taux comme l’AFD (Agence Fran­çaise de Déve­lop­pe­ment) conti­nuent de pro­mou­voir le déve­lop­pe­ment et la crois­sance tous azi­muts (sous cou­vert d’électrification de l’Afrique, par exemple, qui est une autre manière de qua­li­fier l’expansion de la socié­té de consom­ma­tion à ce conti­nent, afin d’y écou­ler smart­phones, télé­vi­seurs et appa­reils élec­tro­niques en tous genres, avec ce que cela implique d’ethnocides et de désastres éco­lo­giques) à l’aide de mil­liards d’euros d’argent public, les entre­prises de vente de smart­phones, télé­vi­seurs et d’appareils élec­tro­niques en géné­ral ne cessent d’augmenter leurs ventes, des ultra-riches s’associent dans l’optique de construire des nations flot­tantes en com­men­çant leurs expé­ri­men­ta­tions démentes, finan­ciè­re­ment et maté­riel­le­ment ultra-coû­teuses (gâchis colos­sal de « res­sources natu­relles ») en Poly­né­sie fran­çaise[9], le réseau rou­tier mon­dial qui frag­mente ce qu’il reste d’écosystèmes rela­ti­ve­ment pré­ser­vés ne cesse de s’étendre, ain­si que les zones urbaines du monde dont il est pré­vu qu’elles triplent en sur­face au cours des quelques décen­nies à venir, etc., c’est-à-dire qu’en gros, pen­dant ce temps-là, tout se passe selon les sou­haits du PDG d’Amazon, Jeff Bezos :

« Nous ne vou­lons pas vivre dans un monde rétro­grade. Nous ne vou­lons pas vivre sur une Terre où nous devrions geler la crois­sance de la popu­la­tion et réduire l’utilisation d’énergie. Nous pro­fi­tons d’une civi­li­sa­tion extra­or­di­naire, ali­men­tée par de l’énergie, et par la popu­la­tion. […] Nous vou­lons que la popu­la­tion conti­nue à croître sur cette pla­nète. Nous vou­lons conti­nuer à uti­li­ser plus d’énergie par personne. »

C’est pour­quoi les émis­sions de CO2 atteignent des som­mets en 2017, du fait de l’utilisation record de com­bus­tibles fos­siles[10], et c’est pour­quoi l’AIE (Agence Inter­na­tio­nale de l’Energie) pré­voit leur aug­men­ta­tion jusqu’en 2040[11].

***

Les éco-vil­lages, éco-com­mu­nau­tés, éco­lieux et autres éco­ha­meaux — qui ne sont pas des lieux où les gens vivent de manière sou­te­nable, seule­ment des lieux où ils vivent d’une manière moins nui­sible, au mieux — ont beau être à la mode et pos­si­ble­ment se mul­ti­plier, tous ceux qui se sou­cient de la san­té de la bio­sphère feraient bien de réa­li­ser que leur essai­mage (très rela­tif) n’a stric­te­ment aucune influence sur la tra­jec­toire catas­tro­phique sur laquelle nous nous trouvons.

Isa­belle Sou­lié le dénon­çait déjà dans le numé­ro 17 du jour­nal La Gueule Ouverte du mois de mars 1974 :

« Rédac­trice en chef que me voi­ci deve­nue, je com­mence par prendre une ini­tia­tive : sup­pres­sion du sous-titre men­suel éco­lo­gique. Prise de dis­tance avec une image débile de l’écologie, celle que donne cer­tains doux far­fe­lus qui prêtent le flanc à toutes les cri­tiques. […] Que d’aucuns passent agréa­ble­ment (si aucun fas­cisme ne vient bri­ser leur idylle) leur vie à se confor­ter en com­mu­nau­té, n’ayant d’autre sou­ci que la pure­té de leurs petits intes­tins ou la contem­pla­tion exta­tique du cou­cher du soleil sur le mil­le­per­tuis de la der­nière col­line non pol­luée qu’ils ont trou­vé, si ça les amuse, je n’ai rien contre. Mais je n’ai pas envie de me cas­ser le chose à faire un jour­nal avec leurs états d’âme. »

Force est de consta­ter, plus de 40 ans après, que ses pro­pos sont tou­jours d’actualité. Tan­dis qu’une mino­ri­té d’individus plus ou moins inquiets, sou­cieux et anxieux vis-à-vis de la catas­trophe socio-éco­lo­gique en cours recherchent dif­fé­rents moyens de la fuir (qu’ils prennent par­fois pour des manières de la com­battre), tout empire.

On pour­rait com­prendre le choix d’une telle stra­té­gie si l’objectif était d’attendre le plus confor­ta­ble­ment pos­sible qu’advienne et passe le déluge. Bien qu’une telle stra­té­gie ne per­mette et ne per­met­tra sûre­ment pas d’éviter d’en souf­frir les consé­quences (comme le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, la pol­lu­tion de l’air, etc.), qui sont d’ores et déjà glo­bales et qui ne s’arrêtent à aucune frontière.

En revanche, si l’objectif est de mettre un terme au déluge ou tout au moins d’essayer, cette stra­té­gie s’avère par­ti­cu­liè­re­ment limi­tée et plus que discutable.

Le désastre en cours ne sera cer­tai­ne­ment pas réso­lu par la fuite d’une mino­ri­té d’individus dans de minus­cules enclaves (rela­ti­ve­ment et tem­po­rai­re­ment) pré­ser­vées des nui­sances extérieures.

Nous avons besoin d’un « contre-frot­te­ment pour stop­per la machine » (Tho­reau), d’une résis­tance poli­tique proac­tive et orga­ni­sée à même d’entreprendre des actions véri­ta­ble­ment désta­bi­li­santes et per­tur­ba­trices de la civi­li­sa­tion indus­trielle mondialisée.

Au lieu de quoi les médias sup­po­sé­ment alternatifs/libres/indépendants (par­fois les trois à la fois, mar­ke­ting oblige) prennent les illu­sions de l’écocapitalisme pour l’« anti­thèse » du capi­ta­lisme, pour une solu­tion aux pro­blèmes de notre temps. Un récent article de Bas­ta !, en date du 20 juin 2016, inti­tu­lé « L’antithèse des centres com­mer­ciaux : un super­mar­ché bio à basse consom­ma­tion d’énergie sou­te­nu par la finance soli­daire », pré­sente le maga­sin Bio­coop d’Epône comme une révo­lu­tion éco­lo­gique et sociale. « Soli­de­ment iso­lée, la construc­tion récu­père l’eau de pluie, et pro­duit de l’électricité via des pan­neaux solaires posés sur une toi­ture joli­ment végé­ta­li­sée. Pour réunir la somme néces­saire à la mise en place de cet ambi­tieux pro­jet, les consom­ma­teurs ont été sol­li­ci­tés pour par­ti­ci­per au finan­ce­ment. Une quin­zaine de sala­riés ont éga­le­ment pris des parts dans la socié­té. » Et pour­tant ils ne pro­duisent qu’un tiers de leur consom­ma­tion élec­trique, parce qu’en tant que maga­sin, avec ce que cela implique d’appareils élec­tro­niques et élec­triques, « les fri­gos et les éclai­rages » (cer­tai­ne­ment des ampoules basse consom­ma­tion, mais quid des fri­gos, sont-ils éco- ou bio– ?!), ils sont de « gros consom­ma­teurs » d’électricité.

On retrouve dans l’article toutes les absur­di­tés de l’écologie grand public, tous les éco-men­songes qui par­ti­cipent du ver­dis­se­ment ima­gi­naire de la socié­té indus­trielle et fina­le­ment d’un empi­re­ment de la situa­tion : l’apologie des ENR[12], qui per­mettent à ceux qui ne réflé­chissent pas trop de se don­ner bonne conscience ; les inep­ties de l’écoconstruction qui n’a en réa­li­té stric­te­ment rien d’écologique ; le maga­sin bio en pana­cée éco­so­ciale quand on sait qu’une bonne par­tie des pro­duits bio qu’ils vendent sont méca­no-fac­tu­rés, et la pro­prié­té de grandes mul­ti­na­tio­nales[13] et/ou sont des pro­duits exo­tiques d’importation dont la pro­duc­tion requiert sou­vent des des­truc­tions éco­lo­giques (on ne le rap­pel­le­ra jamais assez, le bio n’implique pas le res­pect du monde natu­rel[14]) ; etc.

Un maga­sin Bio­coop ne change rien, ou si peu, aux rap­ports sociaux et à la catas­trophe éco­lo­gique géné­rale, puisqu’il s’inscrit tou­jours dans le cadre du sys­tème mar­chand, on y vient en voi­ture (en voi­ture élec­trique pour les éco­ci­toyens les plus ver­tueux), par la route (pas encore d’éco-route, déso­lé, mais ça ne sau­rait tar­der), les pro­duits y sont livrés en camion (au moins en par­tie), etc. ; les maga­sins bio en géné­ral servent moins la défense du monde natu­rel que la satis­fac­tion, le nar­cis­sisme (le sou­ci de soi, de sa san­té per­son­nelle) et la bonne diges­tion de quelques habi­tants des pays riches.

Une autre manière de le com­prendre est de se deman­der : en quoi la crois­sance du bio, des maga­sins bio, des ENR, etc., freine-t-elle la des­truc­tion des éco­sys­tèmes de la planète ?

Une petite his­toire. Les bar­rages sont consi­dé­rés comme des édi­fices pro­duc­teurs d’énergie « verte ». En France, ils repré­sentent notre deuxième source d’énergie « propre » après celle pro­duite par la filière « bois éner­gie » (la « bio­masse »)[15]. Les bar­rages émettent énor­mé­ment de méthane, ce qui n’a été étu­dié que très récem­ment et n’est donc pas encore pris en compte dans les bilans de leurs impacts envi­ron­ne­men­taux (ain­si que d’autres choses comme l’empoisonnement au mer­cure)[16]. Le gou­ver­ne­ment turc entre­prend actuel­le­ment la construc­tion d’un bar­rage très contro­ver­sé à Hasan­keyf, une petite ville d’Anatolie vieille de 12 000 ans, au bord du Tigre, qui sera englou­tie par le pro­jet. Le quo­ti­dien bri­tan­nique The Guar­dian rap­porte[17] que « le bar­rage fera mon­ter le niveau du Tigre de 60 mètres, sub­mer­geant 80 % de l’ancienne ville et de nom­breux vil­lages envi­ron­nants, par­mi les­quels plus de 300 sites his­to­riques encore inex­plo­rés. » Le site Equal Times rap­porte[18] que « la mor­ta­li­té des pois­sons a déjà été signa­lée dans le cours d’eau et les défen­seurs de l’environnement ont iden­ti­fié des dou­zaines d’espèces qui, selon eux, seront affec­tées par la dis­pa­ri­tion de leur habi­tat lorsque le réser­voir du bar­rage sera rem­pli. Il s’agit d’oiseaux et de chauves-sou­ris, mais aus­si de pois­sons d’eau douce ain­si que d’une tor­tue à cara­pace molle en voie de dis­pa­ri­tion. » Des dizaines de mil­liers de per­sonnes seront dépla­cées : « À Hasan­keyf, per­sonne ne sait exac­te­ment où ils vivront dans la nou­velle ville, quand ils devront démé­na­ger, quelles seront les condi­tions pour faire des affaires ou encore quand les tou­ristes annon­cés com­men­ce­ront à venir. “Si vous deman­dez quelque chose aux fonc­tion­naires locaux, ils se contentent de haus­ser les épaules”, déclare un résident. » Une catas­trophe socio-éco­lo­gique par­mi tant d’autres, à la dif­fé­rence près que celle-ci advient sous la ban­nière du « déve­lop­pe­ment durable » et des « éner­gies vertes ».

L’humanité indus­trielle acca­pare et occupe bien plus de la majo­ri­té des terres émer­gées, au détri­ment de toutes les espèces qui y vivaient aupa­ra­vant, qui se retrouvent pré­ci­pi­tées vers l’extinction, repous­sées aux marges et réduites à une infime por­tion de sur­vi­vantes, ou asser­vies au sein du sys­tème d’exploitation indus­triel (cochons, vaches, etc.). Le « déve­lop­pe­ment durable », le déploie­ment des « éner­gies vertes », l’agriculture bio­lo­gique, toute cette nébu­leuse faus­se­ment éco­lo­giste ne par­ti­cipe pas à frei­ner l’expansion de l’humanité indus­trielle, au contraire. De plus en plus de bar­rages sont construits, les cen­trales solaires acca­parent de plus en plus de terres, ain­si que les parcs éoliens, et tout cela s’ajoute aux exploi­ta­tions minières et aux usines néces­saires à leur fabri­ca­tion, et aux autres sec­teurs de pro­duc­tion d’énergie qui conti­nuent eux aus­si à croître (pétrole, gaz, nucléaire).

***

Tout cela pour dire, en para­phra­sant Tho­reau, qu’il existe un mil­lier de manières d’avoir l’impression de s’attaquer aux branches du mal (qui ne font par­fois que sti­mu­ler leur crois­sance), contre une seule manière de s’attaquer à ses racines.

Que pour l’instant, le mou­ve­ment de résis­tance orga­ni­sé capable de s’attaquer à ces racines, de frap­per où ça fait mal pour para­ly­ser ou mettre hors d’état de nuire la machine indus­trielle à consu­mer des com­bus­tibles fos­siles, à émettre du CO2, à réchauf­fer l’atmosphère, à la satu­rer de par­ti­cules toxiques, à vider les océans, à les rem­plir de plas­tiques et à les aci­di­fier, à raser les forêts, à les rem­pla­cer par des villes, des mono­cul­tures et des routes, à per­fo­rer les sols pour en extraire des « res­sources minières », etc., n’est pas en vue*.

Et qu’il incombe, à ceux qui le com­prennent, de faire ce qu’ils peuvent pour par­ti­ci­per à la créa­tion d’une telle résistance.

Nico­las Casaux

* : Il y a bien, en France, ce qui se passe à Bure, à Notre-Dame-des-Landes et dans d’autres endroits, qui cor­res­pond à la fois à la construc­tion d’une alter­na­tive et à une lutte contre l’ex­pan­sion du monde indus­triel. Ces luttes sont extra­or­di­nai­re­ment impor­tantes mais elles relèvent moins d’une dyna­mique plus vaste que de poches de résis­tance rela­ti­ve­ment isolées.


  1. https://www.oxfam.org/fr/salle-de-presse/communiques/2015–12-02/les-10-les-plus-riches-de-la-planete-generent-50-des
  2. http://www.nytimes.com/1990/09/30/business/all-about-corporate-jets-the-ultimate-status-symbol-still-sells.html?pagewanted=all
  3. https://www.sherpareport.com/aircraft/sales-business-jets-2016.html
  4. https://globenewswire.com/news-release/2017/11/08/1177838/0/en/Yachts-Charter-to-be-worth-US-14–987-bn-by-2025-globally-Transparency-Market-Research.html
  5. https://www.bcg.com/fr-fr/industries/consumer-products/luxury.aspx
  6. https://newint.org/blog/2015/11/19/the-military-and-greenhouse-gas-emissions
  7. https://partage-le.com/2017/07/letrange-logique-derriere-la-quete-denergies-renouvelables-par-nicolas-casaux/
  8. https://reporterre.net/Hulot-donne-son-feu-vert-a-une-nouvelle-autoroute-a-Rouen
  9. http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=983
  10. http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/13/apres-un-plateau-de-trois-ans-les-emissions-mondiales-de-co2-repartent-a-la-hausse_5214002_3244.html
  11. http://www.novethic.fr/empreinte-terre/climat/isr-rse/des-emissions-de-co2-en-hausse-jusqu-en-2040-selon-l-aie-145045.html
  12. Voir note 7, ou : https://partage-le.com/2015/10/le-probleme-des-energies-renouvelables-par-kim-hill/, ou ceci : https://partage-le.com/2017/09/7654/, ou encore : https://partage-le.com/2017/02/lecologie-du-spectacle-et-ses-illusions-vertes/
  13. Voir cette série de 5 articles sur le thème de « la bio pira­tée » écrits par Domi­nique Guillet de Koko­pel­li :1.http://kokopelli-semences.fr/quoi_de_neuf/bio_pirate, 2.https://blog.kokopelli-semences.fr/2014/12/la-bio-piratee-second-episode-limadanival-chez-hain-celestial/, 3.https://blog.kokopelli-semences.fr/2014/12/la-bio-piratee-troisieme-episode-lima-euronature-et-la-bio-orgasmique-de-philippe-woitrin‑2/, 4.https://blog.kokopelli-semences.fr/2015/12/sh-html/, et 5.https://blog.kokopelli-semences.fr/2015/12/la-bio-piratee-cinquieme-episode-royal-wessanen-et-delta-partners-son-actionnaire-principal-installe-dans-le-paradis-fiscal-de-dubai/,
  14. Petite illus­tra­tion dans cette vidéo (3 minutes) de Geoff Law­ton : https://www.youtube.com/watch?v=P8HgHh00Kqs
  15. Les illu­sions vertes : brû­ler des forêts (ou des mono­cul­tures d’arbres) pour l’électricité : https://partage-le.com/2016/11/les-illusions-vertes-bruler-des-forets-replanter-des-monocultures-darbres-pour-produire-notre-electricite/
  16. Com­ment les bar­rages détruisent le monde natu­rel : https://partage-le.com/2017/01/les-illusions-vertes-le-cas-des-barrages-non-le-costa-rica-nest-pas-un-paradis-ecologique/
  17. https://www.theguardian.com/world/2017/aug/29/turkeys-12000-year-old-hasankeyf-citadel-faces-obliteration
  18. https://www.equaltimes.org/la-turquie-poursuit-son-projet-de#.WhaVO0riaUk

Pour aller plus loin :

https://partage-le.com/2017/09/7654/

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
8 comments
  1. Article inté­res­sant.

    Si la décrois­sance paraît en effet indis­pen­sable pour dimi­nuer la vitesse de des­truc­tion de l’é­co­sys­tème, j’ai eu néan­moins de la peine à ima­gi­ner le monde idéal de l’au­teur… Un monde sans élec­tri­ci­té, sans route, avec beau­coup moins d’ha­bi­tants j’i­ma­gine… Pour­riez vous nous éclai­rer sur ce point ?
    C’est très nihi­liste, et par­don mais sans beau­coup de pro­po­si­tion, autre que de tout péter (ce qui est déjà pas mal). Si l’op­po­si­tion peut être mobi­li­sa­trice, la pro­po­si­tion l’est d’avantage…

    1. A peu près. Vous pou­vez par­ler de monde idéal (sans routes, sans élec­tri­ci­té). Je pré­fère par­ler de seule socié­té humaine sou­te­nable. On revien­dra à ce monde qu’on le veuille ou pas. A condi­tion, bien sûr, que nous réchap­pions de la catas­trophe en cours.

      1. J’adhère en par­tie, mais néan­moins j’ai une ques­tion de fond, si l’is­sue de cette triste épo­pée est iné­luc­table, alors à quoi bon se mobi­li­ser, entrer en résis­tance ? A quel fin (j’en reviens à votre socié­té humaine sou­te­nable : à quoi res­semble t’elle) ? Com­ment échap­per à la catas­trophe, sachant qu’une socié­té humaine sou­te­nable ne com­porte cer­tai­ne­ment pas 8 Mds d’habitants ?

        1. Plus il reste de vivant, de bio­topes sains, au moment de l’ef­fon­dre­ment, mieux ce sera. L’is­sue de la civi­li­sa­tion indus­trielle, c’est son effon­dre­ment. Certes, mais plus il reste de vie pour l’a­près plus l’a­près sera vivable. Ma socié­té humaine idéale res­semble, dans la forme, au pas­sé : elle n’est pas une, elles sont très nom­breuses, elles sont qua­si-auto­nomes, etc.

  2. Encore un bon article !

    Il y a juste un truc qui me cha­grine un tout petit peu…
    Dans les choix de vie de ceux qui se retirent dans des iso­lats, il y a ceux qui refusent de par­ti­ci­per au désastre, ceux pour qui la décrois­sance n’est pas un vain mot et qui par­viennent à vivre au plus près des besoins humains de rela­tions saines avec le bio­tope comme avec leurs voi­sins. Si ce sont de meilleurs lieux où éle­ver des enfants, ce sont aus­si géné­ra­le­ment des échecs patents quant à l’au­tar­cie réelle, car les besoins com­plé­men­taires demeurent impor­tants : que ce soit un sac de ciment, une poutre ou des pan­neaux solaires, la cou­ver­ture de ces besoins par­ti­cipe à plein au sys­tème industriel.

    L’ac­ti­visme pour réel­le­ment influer sur l’en­semble que vous appe­lez de vos vœux me semble, après des décen­nies de vaines ten­ta­tives, des plus illu­soire, car cet ensemble se nour­rit de tout, comme il se nour­rit de tous.

    Néan­moins j’aime à vous lire !
    Merci

  3. Le constat est amer mais réaliste
    Tou­te­fois, il ne convient pas de décou­ra­ger les choix éco-compatibles
    à tous les étages. S’ils ne s’a­vèrent pas suf­fi­sants pour sau­ver la situation
    pla­né­taire, il n’en demeurent pas moins en adé­qua­tion avec un équilibre
    psy­cho­lo­gique soutenable.
    Dans la balance/carbone, je pré­fère peser le moins lourd possible.
    Même si on ne peux pas entrer dans l’as­cèse la plus rigou­reuse, on peut
    quand même sor­tir de la consom­ma­tion aveugle des biens inutiles.
    Man­ger bio et local reste, entre autre, une pra­tique à élar­gir au plus grand nombre. Boy­cot­ter l’a­gro-indus­trie-chi­mique me semble être la première
    des choses à faire pour cha­cun. Si on n’est pas capable d’au moins ça
    il ne faut pas entrer dans le débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les quatre cavaliers (avec Noam Chomsky, Joseph Stiglitz, John Perkins, etc.)

Les quatre cavaliers ("Four Horsemen") est un film indépendant réalisé par Ross Ashcroft, qui dévoile les rouages du système économique dominant actuellement la planète. La croissance infinie et la recherche du profit ont poussé l’humanité au bord du précipice. Et les quatre cavaliers d’aujourd’hui sont la violence, la dette, l’inégalité et enfin la pauvreté. Si leurs galops infernaux ne sont pas arrêtés, ils risquent de compromettre la pérennité des futures générations. [...]
Lire

L’incendie de la cathédrale et l’embrasement nationaliste (par Nicolas Casaux)

L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris a provoqué, et c’était attendu, une résurgence massive du sentiment nationaliste. Ainsi que l’écrivait Orwell, par nationalisme il faut entendre cette « propension à s’identifier à une nation particulière ou à tout autre entité, à la tenir pour étant au-delà du bien et du mal, et à se reconnaître pour seul devoir de servir ses intérêts. » Cette résurgence du nationalisme est également résurgence massive de l’hubris de l'Occident, de celui de la civilisation, plus largement, et de son culte de l’idée de progrès, et de son anthropocentrisme.