Le siècle du moi (série documentaire d’Adam Curtis, VOSTFR)

Réa­li­sée pour la BBC en 2002, la série docu­men­taire en quatre par­ties d’A­dam Cur­tis inti­tu­lée, en anglais, The Cen­tu­ry of the Self, que l’on pour­rait tra­duire par Le siècle du moi, expose des évè­ne­ments et des per­son­nages trop peu connus du 20ème siècle, qui ont pour­tant joué un rôle cru­cial dans l’é­la­bo­ra­tion des mal-nom­mées « démo­cra­ties » modernes (d’Ed­ward Ber­nays à Mat­thew Freud, en pas­sant par Anna Freud et bien d’autres).

Affiche de la série (fran­ci­sée)

Un for­mi­dable tra­vail de recherche dans lequel Adam Cur­tis révèle com­ment et à quel point les poli­ti­ciens et les milieux d’affaires ont appris à mani­pu­ler la socié­té de consom­ma­tion de masse. Com­ment l’in­di­vi­dua­lisme a été encou­ra­gé et uti­li­sé par et pour les inté­rêts domi­nants (cor­po­ra­tions et poli­ti­ciens). Com­ment les cor­po­ra­tions (dont une véri­table indus­trie de la pro­pa­gande qui s’ap­puyait sur les tra­vaux des Freu­diens), ont détour­né les mou­ve­ments hip­pies, yip­pies, etc., sup­po­sé­ment anti-confor­mistes, par le biais d’un nar­cis­sisme consu­mé­riste, d’un indi­vi­dua­lisme libé­ral tout ce qu’il y a de plus conformiste

Cepen­dant, un bémol : cela reste un repor­tage de la BBC, et si Adam Cur­tis pré­sente assez bien un pan trop mécon­nu de l’his­toire de la pro­pa­gande et de la mani­pu­la­tion de masse, il se concentre exclu­si­ve­ment sur cet aspect certes impor­tant mais par­tiel de la manière dont nous en sommes ren­dus dans nos fausses démo­cra­ties contem­po­raines, et semble lui prê­ter une res­pon­sa­bi­li­té bien exces­sive. Il oublie le rôle du déve­lop­pe­ment tech­nique et tech­no­lo­gique, les carac­té­ris­tiques inhé­rentes à la vie dans une socié­té indus­trielle urbaine de masse (sur­so­cia­li­sa­tion, vie hors-sol dans un envi­ron­ne­ment arti­fi­ciel et hau­te­ment tech­no­lo­gique qui altère la per­cep­tion de la place de l’être humain et de sa nature, les sens, impos­si­bi­li­té logique d’or­ga­ni­ser la socié­té de manière démo­cra­tique en rai­son de l’échelle inhu­maine, etc.).

Quoi qu’il en soit, il vaut lar­ge­ment le coup d’être regar­dé. Nous l’a­vons donc sous-titré. Et voici :

Pre­mière partie

Deuxième par­tie :

Troi­sième partie :

Qua­trième partie :

Print Friendly, PDF & Email
Total
40
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les proxénètes du yoga et de la pleine conscience & le Complexe Industriel de la Spiritualité

Les traditions de sagesse et les pratiques corpo-spirituelles comme le yoga, les approches intégrées du leadership et la méditation ont été cooptées au service de la classe corporatiste dominante. Une alternative radicale à ce qui est devenu un Complexe Industriel de la Spiritualité (CIS) est aujourd'hui nécessaire. Cet article est un cri de guerre pour les enseignants guérilleros de l'industrie de la conscience qui ne souhaitent plus se prostituer pour le 1%.
Lire

La civilisation industrielle ou L’asservissement collectif au développement technologique (par Jaime Semprun)

De même que le but premier du système marchand n’est assurément pas de satisfaire les besoins des consommateurs, mais de réaliser des profits, de même celui du système informatique mondial n’est pas d’informer ou de divertir les cybercitoyens de la société programmée : il est de faire communiquer des machines avec d’autres machines, dans un langage de signaux binaires qui leur est propre. [...]