La nuisance progressiste : l’exemple d’Idriss Aberkane (par Kevin Amara)

Les vidéos d’I­driss Aber­kane cir­culent beau­coup, en ce moment, sur le web ; sor­ti de l’ombre depuis quelques mois, ce « cher­cheur en neu­ros­ciences cog­ni­tives » écume à pré­sent les amphis des facul­tés, a été adou­bé par TedX, labo­ra­toire du mon­dia­lisme, voit ses idées reprises par une majo­ri­té tou­jours crois­sante de la popu­la­tion, et son nom dif­fu­sé sur tous les réseaux sociaux.

Il accom­pagne un dis­cours pate­lin ce que nous nous pro­po­sons de mettre en lumière ici — de grands gestes de ses mains baguées et n’hésite pas à sou­rire à pro­pos, afin de séduire son public. Jamais avare d’un bon mot et d’une for­mule choc, ama­teur d’an­gli­cismes high-tech, il sait trou­ver l’oreille des moins attentifs.

Son cre­do : l’humanité se trompe et son modèle civi­li­sa­tion­nel est rela­ti­ve­ment défec­tueux. On ne peut qu’abonder dans son sens. C’est lorsqu’il pro­pose le médi­ca­ment que nous regret­tons aus­si­tôt d’avoir peu ou prou le même diag­nos­tic. Selon Idriss Aber­kane, notre pro­blème ne relève pas d’un excès de science et de tech­no­lo­gisme (la pré­do­mi­nance de la tech­no­lo­gie sur le stra­té­gique et le poli­tique), mais d’une carence en la matière. Selon lui, il ne nous faut pas rompre avec le sys­tème qui nous a mené à l’impasse où nous sommes, mais sim­ple­ment opé­rer une tran­si­tion amphi­gou­rique qui nous condui­rait vers des len­de­mains qui chantent. Grâce à ce même sys­tème tech­nique. Voyez-vous ça.

Une nouvelle Renaissance

Ce qu’Aberkane met en exergue, et se pro­pose de démon­trer, c’est la réa­li­té tan­gible d’une nou­velle Renais­sance à l’œuvre sur le conti­nent Terre.

Rap­pel des faits. La décou­verte – ou plu­tôt la redé­cou­verte, les asia­tiques ayant été les pre­miers à en appré­hen­der la tech­nique – de l’imprimerie, a per­mis au conti­nent euro­péen une redé­cou­verte de son héri­tage et une expan­sion for­mi­dable du savoir. Voi­là ce qui est écrit dans les livres d’Histoire. L’histoire avec une grande hache.

En réa­li­té, elle a agran­di les lignes de démar­ca­tion entre un peuple qui ne dis­po­sait pas des moyens néces­saires d’accéder à ce savoir, et les élites intel­lec­tuelles, alors ras­sem­blées en dif­fé­rents réseaux, en struc­tures ordon­nées. Jusque-là, les uni­ver­si­tés dis­po­saient d’un qua­si-mono­pole dans le domaine du savoir offi­ciel et de la dif­fu­sion de l’in­for­ma­tion, mono­pole qui s’est effri­té suite à l’apparition de l’imprimerie et qui a don­né nais­sance coup sur coup au monde bour­geois et à la socié­té tech­ni­cienne. Le point de départ du capi­ta­lisme étant, selon Lewis Mum­ford, l’invention du pen­dule et la frag­men­ta­tion des jour­nées en heures. La cris­tal­li­sa­tion du savoir qui s’est vue accen­tuée grâce à l’imprimerie et la coupe sys­té­ma­tique des huma­ni­tés en divers petits ensembles dis­pa­rates ont alté­ré le savoir, jusqu’à en modi­fier les fonc­tions mêmes.

Ain­si, Simone Weil écri­vait, dans L’en­ra­ci­ne­ment, et ce dès 1949 :

« De nos jours, un homme peut appar­te­nir aux milieux dits culti­vés, d’une part sans avoir aucune concep­tion concer­nant la des­ti­née humaine, d’autre part sans savoir, par exemple, que toutes les constel­la­tions ne sont pas visibles en toutes sai­sons. On croit cou­ram­ment qu’un petit pay­san d’au­jourd’­hui, élève de l’é­cole pri­maire, en sait plus que Pytha­gore, parce qu’il répète doci­le­ment que la terre tourne autour du soleil. Mais en fait il ne regarde plus les étoiles. Ce soleil dont on lui parle en classe n’a pour lui aucun rap­port avec celui qu’il voit. On l’ar­rache à l’u­ni­vers qui l’en­toure, comme on arrache les petits Poly­né­siens à leur pas­sé en les for­çant à répé­ter : « Nos ancêtres les Gau­lois avaient les che­veux blonds ». 

Ce qu’on appelle aujourd’­hui ins­truire les masses, c’est prendre cette culture moderne, éla­bo­rée dans un milieu tel­le­ment fer­mé, tel­le­ment taré, tel­le­ment indif­fé­rent à la véri­té, en ôter tout ce qu’elle peut encore conte­nir d’or pur, opé­ra­tion qu’on nomme vul­ga­ri­sa­tion, et enfour­ner le rési­du tel quel dans la mémoire des mal­heu­reux qui dési­rent apprendre, comme on donne la bec­quée à des oiseaux. D’ailleurs le désir d’ap­prendre pour apprendre, le désir de véri­té est deve­nu très rare. Le pres­tige de la culture est deve­nu presque exclu­si­ve­ment social, aus­si bien chez le pay­san qui rêve d’a­voir un fils ins­ti­tu­teur ou l’ins­ti­tu­teur qui rêve d’a­voir un fils nor­ma­lien, que chez les gens du monde qui fla­gornent les savants et les écri­vains répu­tés ».

Ce qui est vrai concer­nant l’imprimerie l’est tout autant au sujet du tout numé­rique. 88% des uti­li­sa­teurs de l’in­ter­net vivent dans les pays indus­tria­li­sés, contre 0,3% dans les pays pauvres. A quoi il faut bien évi­dem­ment ajou­ter le fait que si l’écart existe entre dif­fé­rents pays, il existe à plus forte rai­son entre habi­tants riches et pauvres d’un même pays. Il existe deux Inter­net, celui des classes popu­laires, et celui de la bourgeoisie.

De l’info gra­tuite, sur inter­net, on ne trouve que ça. Réseaux sociaux et jour­naux dits citoyens ou alter­na­tifs pul­lulent, et il est rela­ti­ve­ment aisé de rece­voir une infor­ma­tion en temps réel (c’est bien de s’en pré­mu­nir qui pose véri­ta­ble­ment pro­blème). En revanche, des conte­nus gra­tuits qui aident à com­prendre en sub­stance, d’un point de vue bio­cen­triste et non anthro­po­cen­triste, avec un tra­vail de fond, ce que signi­fie telle ou telle infor­ma­tion, dis­pa­raissent pro­gres­si­ve­ment. Le jour­na­lisme sera payant, il l’est déjà, ne nous leur­rons pas.

De plus, les sites qui se pro­posent d’offrir une infor­ma­tion gra­tuite ne peuvent fonc­tion­ner que grâce à la publi­ci­té : ain­si, l’écart est encore signi­fi­ca­tif entre une popu­la­tion qui dis­pose des moyens finan­ciers de se pro­té­ger contre les dif­fé­rents virus et les dif­fé­rentes attaques numé­riques, et une popu­la­tion sou­mise à ces dan­gers et qui ne peut sim­ple­ment pas ache­ter les moyens de sa protection.

La frac­ture numé­rique est d’autant plus pal­pable qu’elle ne concerne pas uni­que­ment ceux qui ont – ou qui n’ont pas — accès à Inter­net : elle concerne d’abord et avant tout l’utilisation même qui en est faite par ceux qui dis­posent d’un accès à cet outil.

Aber­kane insiste féro­ce­ment sur un point : la décou­verte récente du super-amas de galaxies appe­lé Lania­kea est com­pa­rable à la décou­verte de l’héliocentrisme et aux grandes décou­vertes géo­gra­phiques de la Renais­sance. Or, cet argu­ment n’a aucun sens. En effet, nous par­lons là d’un lieu tota­le­ment inat­tei­gnable dans l’immédiat, et qui de fait, limite donc l’impact de sa décou­verte. Les trou­vailles suc­ces­sives du monde scien­ti­fique ne peuvent pas ame­ner de révo­lu­tion artis­tique, cultu­relle, ou phi­lo­so­phique, dans la mesure où elles dépeignent des mondes si petits (on pense à la phy­sique quan­tique) ou si éloi­gnés (à l’instar de Lania­kea) qu’il n’est tout sim­ple­ment pas pos­sible pour tout un cha­cun d’avoir prise sur ces der­nières. De plus, com­pa­rer cela avec la décou­verte de l’hé­lio­cen­trisme de Coper­nic se révèle tota­le­ment abu­sif : l’as­tro­no­mie moderne n’en est pas res­sor­tie trans­for­mée, jusque-là.

(Cette étude parue en sep­tembre 2014 dans le jour­nal Nature est citée une qua­ran­taine de fois, ce qui la place dans les études qui ont eu un cer­tain reten­tis­se­ment, mais n’en fait pas une « révo­lu­tion », en effet le jour­nal Nature ayant un Impact fac­tor [1] de 38, un article publié dans ce jour­nal est en moyenne cité 38 fois deux ans après sa paru­tion). Source

Le para­digme défen­du par Aber­kane s’effondre alors devant les faits : rien ne laisse pré­sup­po­ser qu’une nou­velle Renais­sance soit à l’œuvre, et si nou­velle Renais­sance il devait y avoir, gageons que ce ne serait pas une époque mar­quée une fois encore par le dieu progrès.

Économie de la connaissance

« L’a­ve­nir éco­no­mique mon­dial appar­tien­dra à ceux qui sau­ront faire cir­cu­ler la connais­sance à la fois beau­coup mieux et beau­coup plus vite ».

Ces quelques mots d’Idriss Aber­kane contiennent en germe une bonne par­tie de ce qu’il faut com­battre dans son dis­cours, dis­cours qui s’emboite par­fai­te­ment dans notre époque : le capi­ta­lisme se retrouve en effet confron­té à une nou­velle crise de sur­pro­duc­tion majeure, et il lui est néces­saire de prendre une autre forme afin de conti­nuer son expansion.

Or, Aber­kane a trou­vé là une pierre phi­lo­so­phale : il s’agit de trans­for­mer un pro­duit A en pro­duit B, et pour ce faire, les illu­sions du mar­ke­ting n’y suf­fi­ront pas. Il convient alors de mettre en place un nou­veau para­digme, qui fonc­tion­ne­rait en uti­li­sant les mêmes moda­li­tés que l’ancien, in fine, mais s’ajusterait sur un nou­veau modèle, dont Aber­kane trace ici les contours.

Si l’avenir appar­tient à ceux qui sau­ront faire cir­cu­ler la connais­sance, se pose la ques­tion de savoir à qui appar­tiennent les moyens de cir­cu­la­tion de la connais­sance, dès à présent.

Alain Maul­din, le direc­teur de la recherche de Tele­Geo­gra­phy répond à cette ques­tion : « Pour les com­mu­ni­ca­tions inter­na­tio­nales, plus de 99% du tra­fic passe par les câbles sous-marins ». « Les satel­lites sont utiles pour les com­mu­nau­tés rurales et les lieux très iso­lés. Le prin­ci­pal avan­tage du câble, c’est que c’est beau­coup moins cher ».

Ain­si, ce sont donc 300 câbles qui sup­portent la qua­si-tota­li­té du tra­fic Inter­net mon­dial, et ces câbles appar­tiennent bien évi­dem­ment aux entre­prises pri­vées. Le plus long câble sous-marin en fibre optique actuel­le­ment en ser­vice, le SEA-ME-WE 3, mesure 40.000 kilo­mètres de long, soit presque la cir­con­fé­rence de la Terre. Il avait été mis en ser­vice en 1999 au terme d’un pro­jet com­mun reliant 92 opé­ra­teurs inter­na­tio­naux, dont France Télé­com. Ce câble relie 33 pays sur quatre conti­nents (l’Eu­rope, l’A­frique, l’A­sie et l’Aus­tra­lie) et compte 39 points d’at­ter­ris­se­ment. Le câble sous-marin SEA-ME-WE 5, fruit d’un accord entre Orange et une dou­zaine d’autres par­te­naires du sec­teur, sera mis en ser­vice fin 2016 : long d’en­vi­ron 20.000 kilo­mètres, il relie­ra Sin­ga­pour et la France. Face­book et Google ont annon­cé der­niè­re­ment leur pro­jet de créa­tion d’un câble sous-marin à tra­vers l’o­céan Paci­fique : ce câble long de 12.800 kilo­mètres, dont la construc­tion va démar­rer fin 2017, devrait être mis en ser­vice à l’é­té 2018.

Carte des câbles sous-marins à l’é­chelle mondiale

Si les câbles appar­tiennent aux indus­triels, il est aisé d’en conclure que le conte­nu qu’ils pro­pagent leur appar­tient tout autant. On peut me cou­per mon accès Inter­net du jour au len­de­main, on ne peut pas me reti­rer du crâne la connais­sance que j’y ai mise.

Selon Aber­kane, l’un des avan­tages de l’économie de la connais­sance serait tout sim­ple­ment le fait que nous serions aux prises avec une éco­no­mie qui ne serait plus figée en un endroit géo­gra­phique. Ain­si, un puits de pétrole se trouve au Cana­da ou en Sibé­rie, et il est néces­saire de se fixer X temps à cet endroit pour en extraire le pétrole sus­men­tion­né. Or la connais­sance peut pour sa part se trans­mettre n’importe où, via n’importe quel biais – confé­rence ou appel Skype, qu’importe – et c’est ce qui en ferait sa richesse. Il intro­duit là son « sys­tème moné­taire » (si Aber­kane pro­pose une révo­lu­tion, il ne va pas jusqu’à pro­po­ser l’abolition de l’argent en tant qu’unité de sto­ckage ou moda­li­té d’échange…) : les atts. Att, pour atten­tion. L’attention por­tée à tel ou tel ora­teur, à telle ou telle per­sonne qui se pro­po­se­rait de trans­mettre son savoir. « Lorsque je par­tage du maté­riel, je le divise, lorsque je par­tage de l’immatériel, je le mul­ti­plie » : fai­sant sienne la cita­tion de Sou­do­pla­toff, il essaye tant bien que mal de démon­trer que les atts seraient en soi révo­lu­tion­naires, et qu’ainsi, un chô­meur serait plus riche que n’importe quel patron du CAC 40.

La démons­tra­tion est alam­bi­quée mais mérite que l’on s’y arrête : le chô­meur dis­po­sant de plu­sieurs heures quo­ti­diennes d’attention (soit un volume consé­quent d’atts), il aurait ain­si plus de richesse que Serge Das­sault, ce der­nier étant bien trop occu­pé pour pas­ser plu­sieurs heures heb­do­ma­daires à apprendre le pia­no ou mémo­ri­ser la loca­li­sa­tion des dif­fé­rentes galaxies. Or, l’homme ne se nour­rit pas encore de connais­sance, et il lui est néces­saire – c’est tri­vial, conve­nons-en – de se nour­rir d’aliments pour sim­ple­ment vivre. Le pro­pos est au mieux gro­tesque, au pire, volon­tai­re­ment clivant.

Quant à la volon­té de « délo­ca­li­ser la connais­sance », de la rendre tota­le­ment indé­pen­dante d’une quel­conque loca­li­sa­tion géo­gra­phique, il appa­rait évident que la volon­té de sor­tir l’homme de son envi­ron­ne­ment est appli­quée ici au grand jour. Plus d’attaches, plus d’enracinement : un homme uni­que­ment mû par sa soif de connais­sances jugée inex­tin­guible, et qui bour­lin­gue­rait sur la pla­nète à l’affut de telle ou telle nou­velle connais­sance, de tel ou tel nou­veau savoir. On rap­pel­le­ra à Aber­kane que nous avons tota­le­ment oublié les pro­prié­tés, et pire encore, l’utilisation qui était encore quo­ti­dienne quelques décen­nies aupa­ra­vant des plantes et herbes médi­ci­nales que l’on trouve sous nos contrées. Nous avons Wiki­pé­dia, qui est une somme de connais­sances, mais le cer­veau col­lec­tif a oublié jusqu’à la dis­tinc­tion qu’il convient de faire entre la châ­taigne et le mar­ron. Notre époque est riche d’informations mais bien pauvre d’expériences.

Que valent trois kilos de connaissance ?

Idriss Aber­kane pour­suit alors en affir­mant qu’un « kilo de connais­sance plus un kilo de connais­sance égalent trois kilos de connais­sance », et se féli­cite de savoir que Bill Gates, l’une des for­tunes les plus colos­sales au monde, ne vend pas du maté­riel mais de l’immatériel : du logiciel.

Une fois de plus, Aber­kane prouve là sa mécon­nais­sance des réa­li­tés concrètes… ou choi­sit volon­tai­re­ment de les occulter.

Les com­po­sants néces­saires à la fabri­ca­tion d’un ordi­na­teur, lui-même néces­saire à la créa­tion de tel ou tel logi­ciel, néces­sitent un lent tra­vail d’extraction, d’ouvrir sem­pi­ter­nel­le­ment de nou­velles mines, et/ou d’é­lar­gir les anciennes, et nous enferment tou­jours plus dans la socié­té indus­trielle. Rien n’est imma­té­riel, en soi. Même la moindre note de musique reste le pro­duit d’un instrument…

Or, si la connais­sance est le nou­veau pétrole, les éner­gies vertes sont le nou­vel investissement.

Aber­kane prend en exemple la guerre civile amé­ri­caine et se pro­pose d’en expli­quer les fac­teurs et la fina­li­té. Selon lui, la cause pro­fonde de cette guerre aurait été l’incroyable bond de pro­duc­ti­vi­té des pays du Nord après que ces der­niers soient pas­sés à l’industrie, et à la machine à vapeur. Une machine à vapeur pro­dui­sant net­te­ment plus, et dans un temps bien plus court, qu’un groupe d’esclaves, le Sud n’aurait plus été en mesure de riva­li­ser, et aurait ain­si fini par décla­rer la guerre à son voi­sin. Cepen­dant, il oublie – à nou­veau – une chose : le moteur de l’industrialisation n’est pas sim­ple­ment la connais­sance ayant per­mis de créer les machines et de les agen­cer entre elles pour les rendre pro­duc­tives, c’est aus­si et sur­tout l’exploitation des res­sources éner­gé­tiques comme le char­bon et le pétrole. Le chan­ge­ment de para­digme ne vint pas d’une quel­conque indus­tria­li­sa­tion pour ain­si dire méta­phy­sique, ce furent tout sim­ple­ment les res­sources éner­gé­tiques ponc­tion­nées à la terre qui per­mirent de pro­duire une éner­gie incom­men­su­rable par rap­port au tra­vail des esclaves.

Lorsqu’il se déclare, béat comme un nou­veau-né, heu­reux que les coréens se retrouvent à expor­ter plus que la Rus­sie (par le tru­che­ment de leurs ventes d’écrans, de divers satel­lites…), il oublie de spé­ci­fier quelles sont les condi­tions de pro­duc­tion de ces objets.

C’est bien là l’impasse de la réflexion magique d’Aberkane : il prend soin de ne jamais signi­fier que tout cela ne pousse pas sur les arbres, que les mine­rais, métaux, terres rares, et autres matières pre­mières néces­saires à l’in­dus­tria­lisme engagent un pro­ces­sus minier dévas­ta­teur pour les biomes et que la ques­tion qui importe réel­le­ment n’est pas de savoir quoi exploi­ter pour pro­duire de l’éner­gie, mais bien plu­tôt de savoir com­ment apprendre à s’en passer.

Ain­si, lorsque l’économie bleue nous fait la pro­messe d’un monde sans déchets, elle oublie sim­ple­ment que c’est l’économie même qui nous impose la pré­sence de ces déchets, que les déchets sont inhé­rents à la socié­té indus­trielle. Elle se pro­pose ain­si de régler un pro­blème intrin­sèque aux solu­tions qu’elle préconise.

Le biomimétisme, une solution pour le vivant ?

« Tant que les objets, ani­més ou inani­més, étaient consi­dé­rés comme la demeure d’un esprit, tant que l’on s’attendait à voir un arbre ou un bateau se conduire comme une créa­ture vivante, il était qua­si impos­sible d’envisager concrè­te­ment un fonc­tion méca­nique spé­ci­fique. L’ouvrier égyp­tien, lorsqu’il réa­li­sait le pied d’une chaise, le façon­nait pour repré­sen­ter le pied d’un bœuf. De cette manière, le désir naïf de repro­duire le monde vivant, pour conju­rer les géants et les djinns, au lieu de conce­voir leur équi­valent abs­trait, retar­da le déve­lop­pe­ment de la machine. La nature faci­lite sou­vent de telles abs­trac­tions. Le cygne, en déployant ses ailes, peut sug­gé­rer la navi­ga­tion à voile ; le nid de fre­lon peut sug­gé­rer le papier et le corps est une sorte de micro­cosme de la machine. Les bras sont des leviers ; les pou­mons, des souf­flets ; les yeux, des len­tilles ; le cœur, une pompe ; le poi­gnet est un mar­teau ; les nerfs sont un sys­tème télé­gra­phique connec­té avec une sta­tion cen­trale. Dans l’ensemble, les ins­tru­ments méca­niques furent inven­tés avant que les fonc­tions phy­sio­lo­giques aient été exac­te­ment décrites. La machine la moins effi­cace est en cela une imi­ta­tion méca­nique réa­liste de l’homme ou de l’animal : la tech­nique a rete­nu le nom de Vau­can­son pour son métier à tis­ser plu­tôt que pour son canard méca­nique, d’aspect vivant, qui absor­bait de la nour­ri­ture et rem­plis­sait aus­si les fonc­tions de diges­tion et d’excrétion.

La tech­nique n’a pu pro­gres­ser que lorsqu’il a été pos­sible d’isoler un sys­tème méca­nique d’un réseau entier de rela­tions. Le pre­mier aéro­plane, comme celui de de Vin­ci, essayait de repro­duire des ailes d’oiseaux. En 1897, l’aéroplane de Clé­ment Ader, qui se trouve au Conser­va­toire des arts et métiers à Paris, rap­pe­lait la forme d’une chauve-sou­ris et ses hélices, comme s’il était néces­saire d’épuiser toutes les pos­si­bi­li­tés zoo­lo­giques, étaient faites de bois mince, fen­du, pour imi­ter les plumes d’oiseau. On croyait que le mou­ve­ment réci­proque – comme celui des bras et des jambes – était la forme « natu­relle » du mou­ve­ment, croyance qui explique l’opposition que ren­con­tra la pre­mière tur­bine. Au début du XVIIe siècle, dans un plan de machine à vapeur, de Gio­van­ni Bran­ca, la chau­dière avait la forme d’une tête et d’un torse humains. Le mou­ve­ment cir­cu­laire, l’un des attri­buts les plus fré­quents et les plus utiles des machines per­fec­tion­nées, est de ceux que l’on ren­contre le moins dans la nature. »

Lewis Mum­ford, « Tech­nique et Civilisation »

L’idée de s’inspirer de la nature accom­pagne depuis tou­jours la pro­gres­sion tech­no­lo­gique. Pré­sen­ter le concept du bio­mi­mé­tisme (« et c’est là que le bio­mi­mé­tisme est une révo­lu­tion sociale ») comme révo­lu­tion­naire, c’est être entiè­re­ment igno­rant de l’his­toire du déve­lop­pe­ment tech­nique de l’homme.

14793787_1589369541371347_1402697336_n

Par­mi les ques­tions que nous devons nous poser est donc la sui­vante : quelles sont les pre­mières appli­ca­tions de ce bio­mi­mé­tisme ? Après quelques recherches, on trouve le pre­mier exemple d’un centre com­mer­cial ins­pi­ré par les ter­mites. La carac­té­ris­tique prin­ci­pale de la ter­mi­tière est d’avoir une tem­pé­ra­ture interne qui ne change jamais, indé­pen­dam­ment des condi­tions météo­ro­lo­giques que l’on trouve à l’extérieur de celle-ci. Un archi­tecte a donc uti­li­sé ce pro­cé­dé afin de conce­voir un centre com­mer­cial qui uti­lise la ven­ti­la­tion natu­relle : il absorbe la cha­leur tout au long de la jour­née, tan­dis que de l’air, grâce à un sys­tème sophis­ti­qué d’ouvertures, rentre par le bas du bâti­ment. De grandes che­mi­nées éva­cuent l’air chaud qui remonte alors par convec­tion. Les murs res­ti­tuent la cha­leur la nuit, lorsque l’air est deve­nu plus froid. Une par­tie de l’air frais se stocke dans les dalles du bâti­ment, ce qui per­met­tra de ralen­tir le réchauf­fe­ment du len­de­main. De sub­stan­tielles éco­no­mies d’énergie, et des pos­si­bi­li­tés de consom­ma­tion amé­lio­rées dans les grands temples du busi­ness. Mer­ci le biomimétisme.

On trouve éga­le­ment un adhé­sif ins­pi­ré direc­te­ment par un lézard.
Le gecko est un gros lézard qui a la capa­ci­té de se dépla­cer sur un pla­fond, à l’envers donc, grâce à sa peau qui uti­lise une force adhé­sive par­ti­cu­lière. Ni une ni deux, grâce au bio­mi­mé­tisme, l’industrie a pu créer une appli­ca­tion révo­lu­tion­naire qui per­met aux uti­li­sa­teurs de col­ler leurs smart­phones n’importe où, n’importe quand, afin de se prendre en pho­to soi-même, devant son poste de télé­vi­sion. Futé, hein ?

Il serait trop long et trop fas­ti­dieux de lis­ter là toutes les pos­si­bi­li­tés offertes par le bio­mi­mé­tisme, et ce n’est pas l’objet de notre article. Il fau­drait éga­le­ment digres­ser sur le trans­hu­ma­nisme, qui appa­rait déjà et appa­rai­tra for­cé­ment de manière expo­nen­tielle, tant il est conte­nu en germe dans cette idée nocive. A quand les yeux de mouche pour per­mettre aux aveugles de voir ? Faut-il s’inquiéter de voir les bud­gets énormes alloués au dépar­te­ment R&D de Google ?

Exa­mi­nons le double pro­blème posé par le fil de bys­sus (nom de la colle pro­duite par la moule, sécré­tée par la glande de bys­sus, voir sché­ma), qui per­met à la moule de se fixer n’importe où, dans une eau salée, et qui inté­resse donc gran­de­ment les industriels.

D’une part, il fau­drait prendre du recul, un recul salu­taire et humble : afin de copier de manière indus­trielle cette colle, il nous est néces­saire d’employer un nombre consé­quent de labo­ra­toires et cer­tains des esprits les plus culti­vés … tout cela afin de repro­duire ce que cette der­nière fait natu­rel­le­ment. D’autre part, afin de pro­duire un kilo de cette colle, il fau­drait 10.000 moules. Rien que ça. Les indus­triels n’ont donc d’autre choix, afin de pro­duire des molé­cules fonc­tion­nelles, que de s’o­rien­ter vers le clo­nage des gènes de moules.

Le non-sens & la nuisance des idées d’Idriss Aberkane

Le bio­mi­mé­tisme mis en avant par Idriss Aber­kane est au ser­vice de tou­jours plus d’in­dus­tria­lisme il pro­pose de s’ins­pi­rer de la nature pour le déve­lop­pe­ment de puces intels, pour l’élec­tro­nique en géné­ral, pour le revê­te­ment des avions, pour toutes sortes de hautes-tech­no­lo­gies pol­luantes, consom­ma­trices et alié­nantes , voire même de mili­ta­risme citons-le, à pro­pos du blin­dage de l’or­meau, un coquillage : « ça peut vous blin­der un char Leclerc […] et c’est moins dan­ge­reux à fabri­quer par rap­port à une usine AZF ». Il s’ex­ta­sie éga­le­ment de ce que BASF (sic) s’est ins­pi­ré de la peau de requin pour créer une pein­ture « anti­fou­ling » (rap­pe­lons qu’une pein­ture anti­fou­ling est « une pein­ture conte­nant des bio­cides » (re-sic)). Il semble ne se poser aucune ques­tion morale et ne rien com­prendre à l’é­co­lo­gie pla­né­taire ; en somme, sa com­pré­hen­sion des pro­blèmes aux­quels l’hu­ma­ni­té et la pla­nète font face est tota­le­ment inepte.

C’est encore plus clair et mani­feste lors­qu’on l’en­tend se lamen­ter de ce que le « cône du paci­fique » (Conus geo­gra­phus), un coquillage veni­meux que l’on retrouve dans l’o­céan Indien et l’ouest de l’o­céan Paci­fique, est « ven­du à trois dol­lars sur les mar­chés parce qu’il est joli », ce qui, pour lui, est repré­sen­ta­tif de ce que « nous brû­lons la nature au lieu de la lire », puis­qu’il s’a­gi­rait « d’une des uti­li­sa­tions les plus débiles que l’on pou­vait faire de ce coquillage ». Pour­quoi ? Parce que, nous explique-t-il, sa toxine (« très uti­li­sée dans les neu­ro­tech­no­lo­gies », qui « per­met un niveau de détail incroyable », aus­si uti­li­sée pour des « nano­techs » et « en chi­rur­gie »), très deman­dée (« sachant que la demande mon­diale est supé­rieure au kilo » et qu’il y a une « très grosse demande mon­diale qui ne fait qu’aug­men­ter ») se ven­drait à « 800 dol­lars le mil­li­gramme ». Ce qui fait du « 800 mil­lions de dol­lars le kilo », s’ex­clame-t-il ensuite, assez fiè­re­ment (« à côté l’or et le pla­tine c’est du ter­reau de jar­din », blague-t-il). Donc, pour Idriss Aber­kane, ce coquillage devrait être exploi­té, ceci ne posant aucun pro­blème et ne fai­sant aucun doute, seule­ment, il ne devrait pas être ven­du si peu cher et sim­ple­ment pour sa beau­té, mais devrait être ven­du cher et uti­li­sé par le sec­teur des hautes-tech­no­lo­gies. L’ex­ploi­ta­tion de la nature, oui, mais pour le déve­lop­pe­ment high-tech et l’in­dus­tria­lisme avant tout.

« Si on exploite la nature comme une source de matière pre­mière, on est des­ti­né à la divi­ser et à la détruire ». Là encore, le carac­tère insi­dieux de sa pen­sée appa­rait net­te­ment. Lui qui fait l’a­po­lo­gie de tou­jours plus de déve­lop­pe­ment hau­te­ment tech­no­lo­gique, de nano­tech­no­lo­gies en tous genres, d’où pense-t-il que pro­viennent les matières pre­mières néces­saires à tout ceci ?

« Si on l’ex­ploite aus­si comme une source de connais­sance, eh bien il n’y a plus de conflit d’in­té­rêt entre crois­sance et nature ». On com­prend ici son véri­table objec­tif, qui est de ser­vir l’i­déo­lo­gie de la crois­sance. Sou­li­gnons le « aus­si », qui implique que, pour lui, la nature doit bien être exploi­tée comme une source de matières pre­mières, et donc selon ses propres mots, « on est des­ti­né à la divi­ser et à la détruire ».

« La nature, en fait, elle est high-tech ». Fina­le­ment, Idriss Aber­kane n’est qu’un nou­vel apo­lo­giste de tou­jours plus de la même chose, de tou­jours plus de déve­lop­pe­ment hau­te­ment tech­no­lo­gique, de tou­jours plus d’i­déo­lo­gie de crois­sance et de tou­jours plus d’ex­ploi­ta­tion de la nature. Seule­ment, son apo­lo­gie de ce qui consti­tue en réa­li­té les maux que nous devrions com­battre se dis­si­mule der­rière une admi­ra­tion (per­verse) de la nature (en vue de conti­nuer son exploitation).

(C’est là toute la nui­sance que consti­tue l’é­co­no­mie bleue, qui ne se défend pas de s’ins­crire dans la conti­nui­té de ce qui est déjà en place, comme on peut le lire sur le site de la RTBF : « Après l‘économie rouge, l’économie verte, voi­ci L’ÉCONOMIE BLEUE. Inven­tée après 16 années d’expérimentation avant d’être théo­ri­sée et appli­quée à de nom­breux pro­jets, l’économie bleue se pré­sente comme une pour­suite du déve­lop­pe­ment de l’économie verte. » Pour une cri­tique plus détaillée du chan­ge­ment spé­cieux que pro­pose l’é­co­no­mie bleue, vous pou­vez lire cet article de John Michael Greer sur les éner­gies renou­ve­lables, ou celui écrit par Kim Hill de Deep Green Resis­tance Aus­tra­lie, ou encore l’in­ter­view d’Oz­zie Zeh­ner, auteur du livre « les illu­sions vertes ».)

Idriss Aber­kane ne sou­haite abso­lu­ment pas frei­ner le pro­grès hau­te­ment tech­no­lo­gique, alié­nant, des­truc­teur et auto­ri­taire, mais au contraire le sti­mu­ler, tout en ima­gi­nant le réfor­mer, le faire magi­que­ment pas­ser de mau­vais à bon sans fon­da­men­ta­le­ment chan­ger quoi que ce soit ; il ne sou­haite pas s’af­fran­chir de l’i­déo­lo­gie de crois­sance, mais tente de faire croire qu’elle peut pro­fi­ter à toutes et à tous, à l’hu­ma­ni­té et au monde (bien qu’il ne s’at­tarde pas sur le bien-être des autres espèces, leur situa­tion, etc.).

Sa popu­la­ri­té et sa pré­sence média­tique sont extrê­me­ment logiques. Le pou­voir en place, la socié­té indus­trielle de crois­sance, « tech­no­lâtre et mar­chande » (Elie de Senan­cour), n’a rien à craindre de sa part, bien au contraire. Sa popu­la­ri­té témoigne aus­si (à l’ins­tar de la plu­part des buzzs) de l’ab­sence d’es­prit cri­tique de la part du grand public et de sa mau­vaise com­pré­hen­sion de la pro­blé­ma­tique de notre temps — mau­vaise com­pré­hen­sion ordon­nan­cée et admi­nis­trée par tout l’appareillage de l’État corporatiste.

Il suf­fit de voir com­ment nombre de per­sonnes, d’as­so­cia­tions & d’or­ga­ni­sa­tions soi-disant dis­si­dentes, qui pré­tendent s’op­po­ser au sys­tème et à l’ordre éta­blis (mais qui ne com­prennent sou­vent pas que c’est à une culture entière qu’ils devraient s’op­po­ser), sont tou­jours sub­ju­gués et impres­sion­nés par qui­conque sort d’une grande école de la socié­té même qu’ils pensent contes­ter ; il suf­fit de voir la révé­rence avec laquelle ils men­tionnent les diplô­més des pres­ti­gieuses écoles ces titres de noblesse modernes — où les élites diri­geantes de nos socié­tés indus­tria­li­sées sont for­mées. Ain­si, on peut lire d’I­driss Aber­kane qu’il est un « jeune et brillant cher­cheur (Supé­lec, Poly­tech­nique, Stan­ford…) » ou encore, dans Ouest France « à 29 ans, il est titu­laire de trois doc­to­rats […] Et son titre est long comme le Danube : pro­fes­seur à Cen­trale-Supé­lec, cher­cheur à Poly­tech­nique, cher­cheur affi­lié à Stan­ford (États-Unis) et ambas­sa­deur de l’U­nit­win (un réseau d’u­ni­ver­si­tés, sous le patro­nage de l’U­nes­co), sec­tion « sys­tèmes com­plexes ». Le jeune homme est une tête. »

Que ceux qui défendent l’or­ga­ni­sa­tion sociale domi­nante, la civi­li­sa­tion indus­trielle, soient sub­ju­gués et admi­ra­tifs devant ceux qui réus­sissent le mieux au sein de ses plus pres­ti­gieux organes édu­ca­tifs est com­pré­hen­sible et logique. Que ceux qui com­prennent qu’elle est nui­sible et pré­tendent s’y oppo­ser le soient aus­si est absurde et illo­gique. Être diplô­mé d’une (grande) école de la culture offi­cielle de la civi­li­sa­tion indus­trielle n’a rien de pres­ti­gieux, ni ne confère aucune posi­tion d’au­to­ri­té, au contraire. Il s’a­git en réa­li­té d’un gage de sou­mis­sion, de la preuve d’un endoc­tri­ne­ment cultu­rel effec­tif, même si, bien sûr, il est pos­sible d’être diplô­mé par une école de la socié­té à laquelle on s’op­pose par ailleurs. Les diplômes offi­ciels ne devraient rien signi­fier dans les milieux contre-cultu­rels, comme aux yeux de ceux qui cherchent à déco­lo­ni­ser leur ima­gi­naire, à pen­ser libre­ment, indé­pen­dam­ment des normes cultu­relles domi­nantes. Comme for­mu­lé dans le « Dis­cours pré­li­mi­naire de l’En­cy­clo­pé­die des Nui­sances » de 1985 :

« Quant à nous, nous pou­vons légi­ti­me­ment nous dire des déser­teurs de la culture offi­cielle : étant don­né la qua­li­té de son per­son­nel actuel, il ne paraî­tra sans doute pas trop pré­somp­tueux d’af­fir­mer que cha­cun d’entre nous aurait pu réus­sir très faci­le­ment dans n’im­porte laquelle des car­rières qu’elle pro­pose. Et l’ef­fi­ca­ci­té de cette Ency­clo­pé­die se mesu­re­ra, entre autres, à notre capa­ci­té de sus­ci­ter dans le camp enne­mi d’autres déser­tions, de la part de ceux qui sont sus­cep­tibles de com­prendre que nous leur don­nons l’oc­ca­sion d’un meilleur emploi de leurs talents et de leurs connais­sances. Mais nous sommes bien déci­dés à ne lais­ser sub­sis­ter par­mi nous aucune sorte de pres­tige intel­lec­tuel sus­cep­tible de fon­der une auto­ri­té quel­conque sur la suite du pro­ces­sus. Aus­si appli­que­rons-nous sans excep­tion la règle pra­tique de l’a­no­ny­mat à tous les textes que nous publie­rons. Cette règle per­met­tra de sélec­tion­ner par­mi les trans­fuges ceux qui sont effec­ti­ve­ment déci­dés à rui­ner leur spé­cia­li­té et le sys­tème qui les emploie, sans recher­cher un pres­tige sub­ver­sif qui les met­trait en mesure de se vendre ensuite un peu plus cher que leurs col­lègues. Nous ne pou­vons accep­ter par­mi nous que ceux qui répugnent éga­le­ment à deve­nir fameux dans un monde infâme. »

Son buzz, comme beau­coup d’autres, est le résul­tat de l’é­ta­blis­se­ment d’un cli­mat social qui encou­rage ce phé­no­mène, dépour­vu de tout carac­tère sub­ver­sif ou révo­lu­tion­naire. Les buzzs comme l’ex­plique Ugo Bar­di, se pro­pagent prin­ci­pa­le­ment en rai­son de leur sim­pli­ci­té et de leur carac­tère ras­su­rant. Ce qui se véri­fie ici, le dis­cours d’I­driss Aber­kane est sim­pliste (il suf­fit de réfor­mer quelques para­mètres de notre déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique) et ras­su­rant (pour que nous pro­fi­tions d’une civi­li­sa­tion vrai­ment géniale).

Un autre point impor­tant à sou­li­gner et qui devrait suf­fire à lui seule à démon­trer en quoi Idriss Aber­kane est un enne­mi des luttes sociales et un bon sol­dat de la sphère cor­po­ra­tiste : par­mi ses clients, on retrouve le MEDEF Gironde, GDF Suez, Engie et Eif­fage, pour n’en citer que quelques-uns.

L’un des objec­tifs que vise la média­ti­sa­tion d’Aberkane – n’ayons pas peur de le dire – est à terme de pro­mou­voir le contrôle de l’ADN, c’est-à-dire, ni plus ni moins, le contrôle immé­diat et défi­ni­tif de toute l’humanité. Il ne tait pas uni­que­ment le fait que la plu­part de ces brillantes inven­tions appar­tiennent et conti­nue­ront d’appartenir aux indus­triels par le tru­che­ment des bre­vets, outils de contrôle par excel­lence, il fait l’impasse, volon­tai­re­ment, sur le fait qu’à terme, tout aura été ana­ly­sé, contrô­lé, et sera deve­nu pro­prié­té pri­vée, et lucrative.

Cette ren­ta­bi­li­sa­tion totale du monde ne sau­rait nous sau­ver. Pire, elle par­ti­cipe à creu­ser tou­jours plus le trou dans lequel nous nous enfon­çons. La maté­ria­li­té demeu­re­ra un fac­teur de pre­mière impor­tance, et il faut com­battre le para­digme d’Aberkane, qui n’est autre qu’une ten­ta­tive de rendre indé­pas­sable la socié­té indus­trielle en l’identifiant, dans l’esprit de tous, à la Nature. Ses pro­duits devront être beaux, comme les pro­duits de la nature le sont. Ses pro­duits devront être dégra­dables ou réuti­li­sables à l’infini, comme la moindre feuille de n’importe quel arbre… ou la pen­sée magique, décon­nec­tée des réa­li­tés de l’industrialisme.

Finis­sons en répé­tant tel un man­tra la phrase fétiche d’Aberkane : « Toute véri­té fran­chit trois étapes. D’a­bord, elle est ridi­cu­li­sée. Ensuite, elle subit une forte oppo­si­tion. Puis, elle est consi­dé­rée comme ayant été une évi­dence. » Phrase qu’il emprunte sans jamais le citer à Schopenhauer.

Répé­tons-la à l’envi, car nous sommes par­fai­te­ment d’accord avec cette asser­tion. La lutte pour en finir avec la socié­té indus­trielle et la civi­li­sa­tion est ridi­cu­li­sée. Vien­dra bien­tôt le temps de l’opposition : lorsque les pre­mières digues tom­be­ront, que le pétrole sera raré­fié, que les gens com­pren­dront que ce ne sont pas deux éoliennes qui sau­ve­ront la pla­nète, et que ce qu’il leur est pro­po­sé depuis plu­sieurs années comme une alter­na­tive n’est en fait qu’une illu­sion : une volon­té de repeindre le gris en vert.

Gageons enfin que lorsque nous en aurons ter­mi­né avec la socié­té indus­trielle… la vie nou­velle sera consi­dé­rée comme une évi­dence limpide.

PS : Il est rela­ti­ve­ment navrant de devoir écrire un billet sur pour­quoi un type qui passe à la télé­vi­sion, à la radio, écrit pour un jour­nal comme Le Point, tra­vaille pour le MEDEF Gironde, Engie, Eif­fage, le BPCE et des entre­prises de pla­ce­ment moné­taire, entre autres, qui est invi­té par le MEDEF Ven­dée, dont les héros sont Ser­gueï Brin (Google), Mark Zuker­berg (Face­book), Elon Musk (Tes­la), & qui fait acti­ve­ment la pro­mo­tion de tou­jours plus de hautes tech­no­lo­gies et d’ex­ploi­ta­tion orga­ni­sée de la nature, n’a rien d’un révo­lu­tion­naire, ni d’un acti­viste d’au­cune sorte, bien au contraire. Aujourd’­hui comme hier, il sem­ble­rait que beau­coup de gens, au sein des masses dépo­li­ti­sées comme au sein des soi-disant mou­ve­ments d’op­po­si­tion, conti­nuent à oublier que « La révo­lu­tion ne sera pas télé­vi­sée », comme le chan­tait Gil Scott-Heron en 1970, pas plus qu’elle ne consis­te­ra en un réfor­misme illu­soire, pro­met­tant de résoudre les pro­blèmes géné­rés par cer­taines acti­vi­tés et orga­ni­sa­tions sociales humaines à l’aide de ces mêmes acti­vi­tés et organisations.

Kevin Ama­ra


Édi­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
15
Shares
38 comments
  1. Mer­ci pour cette ana­lyse, que je par­tage tout a fait !
    J’aime l’i­dée de bio­mi­me­tisme mais avec lui c’é­tait vrai­ment tordu.
    Vous avez mis les mots sur ma pensée ! 🙂

  2. Bon­jour Kevin Amara,

    Je par­tage votre ana­lyse sur l’u­sur­pa­tion d’i­dées d’A­ber­kane (et de posi­tions aca­dé­miques éga­le­ment) et sa manière de les déformer.
    Par contre vous faites une confu­sion entre l’ou­til et usage de l’ou­til. La tech­no­lo­gie, qui n’est pas une fin en soi, peut-être employée à des fins nobles et sou­te­nables comme à des fins pure­ment mer­can­tiles voir des­truc­trices (ex trans­hu­ma­nisme). Reje­ter la tech­no­lo­gie en soit, c’est se trom­per de cible. Il faut plu­tôt cibler son usage. D’ailleurs vous faites vous-même usage de la technologie !
    Vous faites éga­le­ment, comme Aber­kane, la confu­sion entre bio-ins­pi­ra­tion et bio­mi­mé­tisme. Cette der­nière approche cherche un déve­lop­pe­ment sou­te­nable à par­tir des ensei­gne­ments du vivant et la recon­nec­tion avec le fonc­tion­ne­ment de la nature. La bio-ins­pi­ra­tion ne pro­pose que de s’ins­pi­rer du vivant pour inno­ver, d’où de pos­sibles dérives !

    1. Nous ne sommes pas d’ac­cord quant à ce point-là, et je vous remer­cie d’a­voir pris le temps de for­mu­ler une cri­tique posée. 

      D’a­bord, il convient de dif­fé­ren­cier « Tech­no­lo­gie » qui est l’é­tude des tech­niques, de « Tech­niques ». Je rejette la Tech­nique, au sens pro­gres­siste du terme, pas la tech­no­lo­gie en tant que telle. Tout comme je rejette la majo­ri­té des outils modernes, sans reje­ter la notion même d’ou­tils (quant au fait que je me serve moi-même d’un PC, hélas, trois fois hélas, l’In­ter­net est bel et bien le lieu pri­vi­lé­gié pour pro­duire une agit-prop effi­cace : je vivrais bien en m’oc­cu­pant sim­ple­ment d’un bout de terre et des miens, mais se reti­rer de la vie moderne est une faci­li­té à laquelle je ne sou­haite pas céder)

      Je me per­mets de vous par­ta­ger deux petits résu­més des concepts d’An­ders, qui aident à com­prendre en quoi la machine (et donc la Tech­nique) est dan­ge­reuse en soi, et en son rap­port à l’homme, issus du site Technologos : 

      Le déca­lage pro­mé­théen cor­res­pond au déca­lage entre les accom­plis­se­ments tech­niques de l’homme et ses capa­ci­tés (notam­ment le sens de la mesure et de la res­pon­sa­bi­li­té). Tout au plus est-il capable d’é­va­luer les risques d’un phé­no­mène par­ti­cu­lier et de prendre diverses pré­cau­tions pour le limi­ter mais il est fon­ciè­re­ment inca­pable de consi­dé­rer le phé­no­mène tech­ni­cien dans son ensemble. A l’opposé de l’u­to­piste, qui ima­gine un monde qu’il ne peut réa­li­ser, l’ho­mo tech­ni­cus pro­duit un monde qu’il n’est pas capable d’i­ma­gi­ner. Cette inca­pa­ci­té d’ap­pré­hen­der les impli­ca­tions de ce qu’il fait, cet écart entre ses pro­duc­tions (pro­di­gieuses) et ses capa­ci­tés morales font de lui un « anal­pha­bète de la peur ». Son irres­pon­sa­bi­li­té elle-même ne relève pas de la faute morale (car pour qu’il y ait faute, il faut qu’il y ait conscience ou pos­si­bi­li­té de conscience de la faute) mais d’un défaut d’i­ma­gi­na­tion et de sen­si­bi­li­té, dans la mesure où l’ordre tech­ni­cien impose ses cri­tères (en pre­mier lieu l’ef­fi­ca­ci­té) et se sub­sti­tue à toutes les valeurs qui avaient cours jus­qu’à pré­sent. Elle résulte donc du fait que l’on suc­combe (que l’on soit géné­ral ou ser­gent, chef d’é­tat ou simple qui­dam) à la croyance en la capa­ci­té de la tech­nique à résoudre les pro­blèmes de l’exis­tence. En d’autres termes, on a beau savoir quelles consé­quences entraî­ne­rait une guerre ato­mique, notre savoir équi­vaut à de qu’on n’en retire aucun ensei­gne­ment : ce n’est pas à lui que l’on se réfère en der­nier res­sort mais à sa croyance. Du fait de sa com­plexi­té et de son gigan­tisme, l’u­ni­vers tech­ni­cien est deve­nu pro­pre­ment incom­pré­hen­sible : il « dépasse l’entendement ».

      La honte pro­mé­théenne est le sen­ti­ment que l’homme éprouve lors­qu’il se com­pare à ses pro­duc­tions, ne sup­por­tant pas au fond l’i­dée que, contrai­re­ment à elles, il ne relève pas du pro­ces­sus de fabri­ca­tion ratio­na­li­sé qui leur a don­né nais­sance. Cette honte ne s’ex­prime pas seule­ment dans les ten­ta­tives d’a­vant-garde pour rem­pla­cer le vieil homme par le nou­veau, mais éga­le­ment dans les situa­tions les plus quo­ti­diennes. Elle consti­tue la honte de son ori­gine, la honte de devoir son être à la nature, à quelque chose qui ne relève pas d’un pro­ces­sus tech­nique. On a « honte d’être deve­nu plu­tôt que d’a­voir été fabri­qué » résume Anders. La honte pro­mé­théenne com­pense la fier­té pro­mé­théenne. Mais, comme elle, elle pro­cède de la reven­di­ca­tion à la liber­té abso­lue : la fier­té exprime une volon­té de s’ap­pro­prier inté­gra­le­ment les condi­tions de son exis­tence, la honte relève de la conscience que quelque chose, en défi­ni­tive, fait obs­tacle à cette entre­prise de maî­trise inté­grale. La muta­tion de l’hu­ma­ni­té cor­res­pond donc à une volon­té incons­ciente de sup­pri­mer tout obs­tacle natu­rel par des moyens tech­niques, ceci afin de mettre un terme à la honte de se savoir un « pro­duit de la nature ».

  3. Le fait de pen­ser qu’il est un repré­sen­tant prô­nant l’in­dus­tria­li­sa­tion tou­jours plus grande aux ser­vices de lob­by est je crois une inter­pré­ta­tion de votre part et même une extra­po­la­tion des faits. J’en convient son par­cours au sein de mul­ti­na­tio­nale puante est gênante, de même que son dis­cours sur le bio­mi­mé­tisme où ses conclu­sions ne sont pas clai­re­ment affi­chées. MAIS il reste un ora­teur ins­pi­rant sur des points très posi­tifs très peu abor­dés alors : — visions de la nature comme un livre et non une buche, dans cette per­cep­tion Idriss fait clai­re­ment appel très consciem­ment à du res­pect la concer­nant, — ouver­ture à la connais­sance infi­nie, par­tage de celle ci, — com­pré­hen­sion de nos méthode d’ap­pren­tis­sage grâce aux neu­ros­ciences… il y en a d’autres.
    Ce que je sou­haite vous dire, c’est que même si son CV semble gon­flé, que son acting dans ses confé­rences com­mence à res­sem­bler à une per­for­mance théa­trale (il explique aus­si pour­quoi, en clair cela passe mieux), qu’il tra­vaille avec des groupes néfastes, et même que ses conclu­sions sont hasar­deuses (à ce sujet il serait sou­hai­table qu’il s’af­firme clai­re­ment), même avec tout ceci… ne vous semble-t-il pas évident qu’il nous apprend du posi­tif ? Que c’est à nous lec­teur de prendre ce que nous sou­hai­tons prendre de son dis­cours ? Et assu­ré­ment il y a du bon à prendre. La morale et l’é­thique concer­nant les pos­sibles abus vis à vis de la nature dont il semble prendre par­ti (je dis bien semble) ne doivent pas nous éloi­gner de la cla­re­té de sees démons­tra­tions, effi­cace et com­pré­hen­sible. En somme votre cri­tique à cela de bien qu’elle nous rap­pel de ne jamais tout ava­lé sans réfléchir,ceci afin de conser­ver notre hygiène mentale

    1. « Le fait de pen­ser qu’il est un repré­sen­tant prô­nant l’industrialisation tou­jours plus grande aux ser­vices de lob­by est je crois une inter­pré­ta­tion de votre part et même une extra­po­la­tion des faits. »

      Il le dit lui-même, enfin. 🙂
      Lors­qu’il dit « l’or­meau ça peut vous blin­der un char Leclerc » , qu’en­ten­dez-vous en creux ? Pen­sez-vous que les indus­triels se pous­se­ront gen­ti­ment et ces­se­ront leurs ravages occa­sion­nés à la pla­nète, s’il leur est pro­po­sé ce genre de trucs, pour tra­vailler à un bio­mi­mé­tisme res­pon­sable et éthique (auquel je ne crois pas, mais c’est un autre sujet) ?

      Pablo Ser­vigne a dit quelque chose de très juste en relayant cet article sur son mur FB, phrase que j’au­rais vou­lu trou­ver moi-même : Le suc­cès du dis­cours d’A­ber­kane montre clai­re­ment le besoin de conso­la­tion d’une socié­té qui ne veut pas faire son propre deuil.

      1. Encore une fois c’est une extra­po­la­tion, tout comme le fait de n’a­voir rete­nu que le haut de mon mes­sage d’in­tro­duc­tion, que j’au­rais dû omettre car le reste à beau­coup plus de sens.
        Ni tout blanc ni tout noir, son dis­cours à du bon et du flou, mais vous sem­blez ne rete­nir que ce qui vous dérange. Quand il parle de l’é­co­no­mie bleue et du 0 déchet ne va-ton pas là vers un monde plus res­pec­tueux ? C’est un pas que je sou­haite prendre personnellement …
        Dans une socié­té qui se veut en tran­si­tion éco­lo­gique, res­pec­tueuse et morale il pro­pose des solu­tions à un large public…Pourquoi le consi­dé­rer comme le diable ?

        1. Ce qu’il faut ten­ter d’ap­pré­hen­der c’est que les trans­for­ma­tions en pro­fon­deur ne peuvent s’o­pé­rer que lorsque qu’on part à la racine de la racine. Dans l’é­tat actuel de déla­bre­ment des envi­ron­ne­ments où nous sub­sis­tons, ce n’est pas en chan­geant l’é­co­no­mie par une « autre » éco­no­mie, plus sym­pa, plus esthé­tique qui reste à l’é­cume des choses mais qui onto­lo­gi­que­ment demeure une iner­tie qui dans sa dyna­mique essen­tielle est une machine à pro­duire de la merde : des groupes exploi­te­ront tou­jours d’autres groupes dans la logique de la pro­duc­tion de la mar­chan­dise et de la Valeur d’Échange. Donc fondamentalement,
          Aber­kane nous pro­pose de ré-amé­na­ger la merde par la même merde avec un enro­bage tren­dy, hype, et un goût plus édul­co­ré mais qui à terme néces­si­te­ra tou­jours d’ex­ploi­ter le vivant à outrance et des hommes, par la simple loi d’ac­cu­mu­la­tion du Capital.
          La radi­ca­li­té, ce n’est pas la tié­deur des petits arran­ge­ments qui conviennent à cer­taines classes, mais qui en laissent d’autres dans la panade, c’est trans­for­mer la tota­li­té dans son Essence.
          L’in­con­nu ça fait peur, mais l’hé­ri­tage que nous lais­se­ront quel sera-t-il ?
          Une recom­po­si­tion struc­tu­relle per­pé­tuelle où cha­cun change ses habits pour ten­ter de mas­quer sa doci­li­té et son impuissance ?
          Il y a encore 100 ans les gens de pro­vince avaient des connais­sances immenses sur leur envi­ron­ne­ment natu­rel local direct du simple fait de la trans­mis­sion, c’est la sagesse que nous ont lais­sées les der­nières com­mu­nau­tés pre­mières dans les­quelles la valeur d’é­change n’exis­tait pas. Le can­cer, la dépres­sion, la patho­lo­gie cog­ni­tives contem­po­raines y étaient absentes et tout être jouis­sait du pré­sent au sein du par­ta­ger com­mun. Reve­nir à l’é­tat sau­vage ? Bien sûr que non, mais se réap­pro­prier l’essence de l’Être au cœur d’un com­mun vivant, hors du champ des mar­chan­dises et des rap­ports humains sépa­rés, divi­sés et ato­mi­sés, oui.

  4. A cher­cher quelques minutes a pro­pos de Idriss Aberkane
    Il est clair pour moi qu il gonfle, voir ment sur cer­tains points de son passe (CV)
    Il tente pro­ba­ble­ment de se faire une place, une marque, un nom, une image…
    Qu il peut mon­nayer (regar­dez ses employeurs et sponsors).
    Nean­moins une par­tie de son mes­sage est, meme si il emprunte les idees et phrases a d autres sans les citer, inter­es­sant. Une autre par­tie me semble par contre contre-pro­duc­tive car ambigue, voir illo­gique ou mal pre­sen­tee (et fausse parfois).

    Comme un autre a dit plus haut, cer­taines par­ties sont nean­moins inter­es­santes mais il y a du tri a faire, car comme tout bon com­mer­cial il donne les argu­ments pour et omet les argu­ments contre le « pro­duit » qu il vante, et c est au « consom­ma­teur » de faire une analyse.

    Une pro­bleme que sou­leve tout ceci est — et il le dit plus ou moins lui meme
    le pro­bleme de la veri­fi­ca­tion, vali­dite, per­ti­nence, triage et de la hie­rar­chi­sa­tion des infor­ma­tions recues… (par des lob­byistes, dont il est lui meme)

  5. Kevin Ama­ra ou l’art du contre-buzz..

    Cet article contient trop d’er­reurs de rai­son­ne­ment que pour tenir la route..

    Exemple : Sans les décou­vertes et pro­duc­tion de machine à vapeur et pétrole, il n’y aurait pas eu de besoin de cher­cher ces maté­riaux en énorme quan­ti­té. Kevin Ama­ra confond la cause et l’effet.

    Comme par hasard, tous ceux qui mon­naient leur connais­sance dans les domaines de la per­ma­cul­ture ou du bio­mi­mé­tisme s’offusquent…

    La nos­tal­gie d’un « ravage » de Bar­ja­vel les fait peut-être rêver d’une décrois­sance au point où toute connais­sance est connue de tous. 

    La connais­sance s’é­ta­ge­ra tou­jours comme les moyens de la mettre en œuvre. Je doute même de sa capa­ci­té à connaître com­ment pousse une pomme de terre… Un geek de l’an­ti-buzz, vivant du média­tique de la critique… 

    Kevin Ama­ra devrait lire la méthode d’Ed­gard Morin, ça lui ferait du bien…

    1. Il devrait vous appa­raître que nous n’a­vons rien à vendre, ici, et ne pro­po­sons aucune sorte de for­ma­tion, aus­si, le pro­blème n’est en aucun cas une quel­conque riva­li­té : nous ne mon­nayons abso­lu­ment rien. 

      « Je doute même de sa capa­ci­té à connaître com­ment pousse une pomme de terre… »

      Alors des poi­reaux, n’en par­lons pas ! 🙂 

      « La nos­tal­gie d’un « ravage » de Bar­ja­vel les fait peut-être rêver d’une décrois­sance au point où toute connais­sance est connue de tous. »

      Pré­ci­sé­ment : il me parait pré­fé­rable que tous soient à même de savoir faire pous­ser une patate, quitte à ce que per­sonne ne dis­pose plus des moyens de faire avan­cer la théo­rie des états relatifs.

  6. Vous avez remar­quez le petit sigle FB-Twit­ter-Google-Par­ta­ger en bas d’article ?
    Cela signi­fie que ces mul­ti­na­tio­nales savent que vous avez cli­quer sur cette page, ils ont archi­vé votre adresse IP, l’heure, la date et le temps que vous avez pas­sez à lire. Ces gens trans­mettent toutes ces info col­lec­tées à volo aux ser­vices de ren­sei­gne­ments des états qui le demandent.
    Big Bro­ther is wat­ching you les amis.
    Prudence !

    1. Mer­ci de ce rap­pel salutaire.
      Ceci étant, et comme rap­pe­lé plus haut, sur ce site, nous pre­nons le par­ti de ne pas fuir la moder­ni­té et de com­battre avec les armes de l’en­ne­mi. Tant pis s’il connait mes goûts musi­caux et la taille de mes slips …

  7. Bon­jour et merci.
    Je ne suis pas là pour avoir rai­son mais pour échan­ger, me ques­tion­ner et pro­po­ser hum­ble­ment mon point de vue à un ins­tant T.
    C’est cer­tain qu’il faut res­ter un mini­mum méfiants quand à l’u­ti­li­sa­tion de cer­taines tech­no­lo­gies 1000% d’accord.
    La connais­sance qu’il par­tage, pour­rait nous ouvrir à autre chose et ça pour­rait nous faire du bien (la planète+nous), si c’est bien uti­li­sé of course (le bon sens).
    Je vois la connais­sance (la pen­sée) comme un outil qui peut per­mettre de détruire ou d’a­mé­lio­rer notre envi­ron­ne­ment, c’est à nous de bien l’u­ti­li­ser (même si nous n’a­vons pas tous le même bagage neu­ro­nal à la base). Lui ne fait que trans­mettre et cher­cher des finan­ce­ments (bahouai j’aime pas ça mais je peux comprendre).

    Son dis­cours est ras­su­rant ? pkoi pas les gens ont besoin de ça pour avan­cer, qu’on leur montre qu’il y a encore d’autres solu­tions, d’autres approches car pour l’ins­tant l’hu­ma­ni­té dans son ensemble perd car­ré­ment ses repères (mais ya tou­jours de la lumière heu­reu­se­ment les COPAINNNs).
    Une grande par­tie de la popu­la­tion des socié­tés « déve­lop­pées » est com­plè­te­ment alié­née et décon­nec­tée de la nature, on l’ob­serve tous les jours.….:( (tech­nique émotion) 😉
    Je pense que pour être sau­vés l’es­sence même de notre exis­tence doit être remise en ques­tion avec humi­li­té (et de nou­veaux concepts/outils) , la clef est là donc Idriss frôle à peine la par­tie émer­gée de l’i­ce­berg pour moi. Ego à part, chaque chose en son temps donc.

    Comme on (nous, le res­tant de l’hu­ma­ni­té VS élites de merdes) ne sait pas arrê­ter l’in­dus­trie de façon bru­tale (jusqu’à preuve du contraire) ça passe par des essais, des pro­po­si­tions, des échanges de connais­sances « neuves » ou revi­si­tées. C’est sur qu’on va faire des erreurs (graves) mais c’est comme ça qu’on apprend il me semble. Avant de pas­ser à l’ac­tion, nous devons nous har­mo­ni­ser autour d’un nou­veau paradigme/culture qui res­pecte la vie en géné­ral et qui peut s’ins­pi­rer de la nature (donc Idriss nous file des pistes c’est pas trop mal pour un début)…

    Ce sont les bal­bu­tie­ments de l’é­vo­lu­tion de notre espèce en espé­rant que ce soit pour le mieux (et là je rajoute, s’il plait à Dieu pour les croyants ou sim­ple­ment par humilité).
    Alors c’est sur que le top pour nous serait d’ar­rê­ter toute l’in­dus­trie, l’é­co­no­mie actuelle, le nucléaire et de reve­nir à la nature ÉVIDEMMENT.
    Mon avis est sur­tout que nous devons prendre conscience de la mesure dans laquelle nous créons à par­tir de la pen­sée, de ce que l’on fixe comme étant réel, déve­lop­per des outils autour de ça et res­pec­ter la vie au sens large, voi­là après c’est l’a­bon­dance, l’a­mour, la haine, la dua­li­té la vie, la mort (etc… héhé­hé) à nous de com­po­ser. On est d’ac­cord, rien est simple mais c’est à nous de rendre les choses plus simples.
    Là il y a encore du monde à convaincre, mais sur­tout à for­mer car si on a pas le réseau neu­ro­nal dis­po pour accueillir de nou­veaux concepts on ne com­prend pas (sur ce sujet Idriss est un super péda­gogue, merci).
    Et quand on ne com­prend pas on est face à l’in­con­nu, et quand on est face à l’in­con­nu on se chie des­sus, on est méfiants, on a besoin de ren­trer les idées dans des tuper­wares car ça nous ras­sure (aussi),on déve­loppe une pen­sée binaire, on reste conser­va­teurs à l’ex­treme etc…Voila on fait bug­guer la matrice mdr (bons sens chap. 2 pour celui qui sen­ti­ra la réson­nance, héhé). Nos com­por­te­ments doivent car­ré­ment évo­luer c’est clair, et pour ça nous devons éle­ver nos consciences (dsl j’ai pas de terme plus précis).

    Mais de là à dire qu’I­driss est un « enne­mi des luttes sociales et un bon sol­dat de la sphère cor­po­ra­tiste » je trouve ça un peu hâtif, binaire et exa­gé­ré il a peut être une cuillère dorée dans le cul, un EGO j’a­voue, il est car­ré­ment impar­fait (qui ne l’est pas?).
    Mais jl’aime bien 🙂 (ceci n’est pas un argu­ment lol).

    En tout cas j’at­tends de voir ce que vous pro­po­sez M.Amara.
    Il n’y a pas de conclu­sion pour moi, je suis très heu­reux de voir que nous pou­vons par­ler de ces sujets Ô com­bien com­plexes et essentiels.
    MERCI.

  8. Excel­lente ana­lyse, qui rejoint exac­te­ment l’im­pres­sion que j’ai eu en écou­tant ses confé­rences : une indi­gna­tion à consta­ter qu’il ne remet­tait aucu­ne­ment en cause les fon­de­ments de notre socié­té péri­cli­tante et en per­di­tion à cause du capi­ta­lisme. Ce que je n’ai pas man­qué de sou­li­gner dans les com­men­taires sous ses vidéos, ce qui m’a valu de pas­ser pour quel­qu’un qui voyait les choses par le mau­vais côté de la lorgnette…

  9. Ana­lyse éclai­rante et lucide, me semble t‑il, quant au can­cer qu’est le capi­ta­lisme 3.0 Aber­kane est cynique, cela, per­sonne, abso­lu­ment per­sonne, ne l’a vu. Deve­nez vous même, libé­re­rez votre cer­veau et faites cir­cu­ler de la connais­sance vous serez riches. En atten­dant ache­tez donc mon livre à 23e et rap­pe­lez vous la connais­sance est gra­tuite mais rend riche:) Sacré Far­ceur cet Aber­kane. Après qu’il fal­si­fie son cv « who cares’. Dans un an on ne par­le­ra plus de lui, dans dix, son bou­quin sera en vente à 1e dans les bro­cantes entre les Dukan et les Pierre Bel­le­mare. Triste.

  10. Bon­jour, mer­ci pour cet article inté­res­sant. Comme d’autre « com­men­tants » je trouve que vous ne voyez que les aspects néga­tifs de ce qu’il est ou pro­pose. J’en veux pour exemple l’o­mis­sion (que j’i­ma­gine volon­taire) de ce que Mr. Aber­kane dit à pro­pos des déchets. Hélas je trouve que cela res­semble au com­por­te­ments des scien­ti­fiques qui ne prennent que les argu­ments qui les inté­ressent pour construire leurs théo­rie et ne citent pas ceux qui les dérangent. Cela fait perdre du cré­dit à votre argu­men­ta­tion. Je trouve aus­si que vous ne don­nez pas non plus de réso­nance à ses pro­pos sur la « nou­velle renais­sance » non­obs­tant le fait que les décou­vertes scien­ti­fiques majeures puissent pro­vo­quer des chan­ge­ments de socié­té, ou du moins en être un des rouages. Pour ma part je suis per­sua­dé que ce sont plu­sieurs élé­ments entrant en réso­nance qui créent ces grands chan­ge­ments de société/paradigmes. Je trouve ça dom­mage aus­si de ne pas par­ler des néo­lo­gismes qu’il emplois (même si ce ne sont peut être pas les siens), car pour moi chan­ger le lan­gage peut per­mettre de chan­ger la pen­sée. Pour finir, c’est ter­rible qu’il faille attendre qu’il fasse le « buzz » pour que des articles sortent sur lui alors que cela fait un moment qu’il s’ex­prime sur le bio­mi­mé­tisme entre autre. De fait, votre article est un article de réac­tion au « buzz » et donc for­cé­ment orienté…
    Cou­rage pour la suite, j’es­père avoir été construc­tif comme vous l’êtes.
    P.S : je suis d’ac­cord avec vous pour les pommes de terre.

    1. Nous sui­vons mr Aber­kane depuis long­temps déjà, seule­ment, nous avons déci­dé d’é­crire cet article assez récemment.
      Ensuite, « ce que Mr. Aber­kane dit à pro­pos des déchets », la valo­ri­sa­tion des déchets n’est pas une idée nou­velle. C’est une idée très ancienne, par­tie inté­grante du déve­lop­pe­ment durable, de la blue eco­no­my, de la new eco­no­my, de la blue growth, et de tous les jolis noms dif­fé­rents que la civi­li­sa­tion indus­trielle se donne pour faire illu­sion et conti­nuer sur sa lancée.

      Nous vous conseillons, pour mieux appré­hen­der cela, la lec­ture de quelques autres articles de notre site, comme https://partage-le.com/2016/06/le-desastre-ecologique-renouvelable-des-tokelau/ & https://partage-le.com/2015/10/le-probleme-des-energies-renouvelables-par-kim-hill/ & https://partage-le.com/2015/10/le-developpement-durable-est-en-train-de-detruire-la-planete/ & encore https://partage-le.com/2015/03/les-illusions-vertes-ou-lart-de-se-poser-les-mauvaises-questions/.

      Pour les naïfs qui croient au déve­lop­pe­ment durable et aux dif­fé­rents noms du capi­ta­lisme vert, Aber­kane parait super ; évi­dem­ment. Nous n’o­met­tons rien, toute sa pen­sée est nocive. Pour com­prendre notre point de vue, cepen­dant, il faut avoir creu­sé un peu au niveau de la cri­tique tech­no­lo­gique, de la cri­tique de la socié­té de masse (https://partage-le.com/2016/08/contre-la-societe-de-masse-par-chris-wilson/), et d’autres choses encore.

  11. Je com­mence par vous dire que je com­prends votre point de vue, j’ai un peu creu­sé sur la cri­tique de la tech­no­lo­gie et la cri­tique du progrès.
    Cepen­dant j’ai plu­sieurs remarques que j’ai­me­rais mettre en avant.

    Déjà, il est noble de votre part de mettre en avant les conflits d’intérêts d’I­driss Abe­kane, et donc de ne pas le consi­dé­rer comme un cher­cheur indépendant.
    Ensuite, votre ana­lyse est très bien faite et montre les tra­vers et les omis­sions dans son dis­cours (notam­ment quant à l’ex­ploi­ta­tion des res­sources maté­rielles, l’u­ti­li­sa­tion du bio­mi­mé­tisme qui avait déjà été faite aupa­ra­vant, etc.).
    Enfin, mer­ci de rendre les dif­fé­rentes cita­tions à leur créateurs.

    J’en viens à mon pro­pos principal.
    Com­ment pou­vez vous, avec une telle luci­di­té et une telle jus­tesse d’a­na­lyse, conti­nuer à vous occul­ter ain­si quant à l’u­ti­li­sa­tion des technologies ?

    Si je re-cite Anders : « La muta­tion de l’humanité cor­res­pond donc à une volon­té incons­ciente de sup­pri­mer tout obs­tacle natu­rel par des moyens tech­niques, ceci afin de mettre un terme à la honte de se savoir un « pro­duit de la nature » ».

    Je suis d’ac­cord avec cette vision, seul dans la nature, nous ne val­lons rien, nous serions déchi­que­tés par le pre­mier ani­mal. Nous sommes d’ailleurs appa­rem­ment lar­ge­ment dému­nis de défense natu­relle puisque nous nais­sons prématurément.
    Notre cer­veau, notre capa­ci­té d’or­ga­ni­sa­tion et nos créa­tions « tech­no­lo­giques » (le feu, les outils, les vête­ments, etc…) sont donc nos seuls atouts face à la nature.

    Ensuite, l’hu­main semble être l’espèce ani­male la plus des­truc­trice pour les autres espèces (extinc­tion de la qua­si tota­li­té de la macro­faune ter­restre par exemple).

    Donc oui, le pro­grès tech­nique, issu de la révo­lu­tion indus­trielle et du capi­ta­lisme ont été les fac­teurs déclen­chant des maux sociaux les plus intenses, des armes et des guerres les plus dévas­ta­trices, mais la source du pro­blème semble remon­ter plus loin.
    A l’heure actuelle, quelles solu­tions nous reste-t-il pour sor­tir de cette crise humaine, sociale, éco­lo­gique, etc. ?

    Retour­ner en ‑10 000 et empê­cher la révo­lu­tion agri­cole serait appa­rem­ment une bonne chose, nous res­te­rions des groupes de chas­seurs-cueilleurs, une espèce déjà dan­ge­reuse pour son envi­ron­ne­ment mais avec un impact négligeable.
    Mais nous n’a­vons pas cette capa­ci­té là, et il nous faut jouer avec le désastre actuel, non pas se gar­ga­ri­ser avec les pen­sées anar­chistes du début du 20eme.
    Nous sommes dans la merde tech­no­lo­gique, et le pro­grès est néfaste, d’ac­cord, mais nous y sommes depuis au moins 10 000 ans, dans le progrès.

    Donc aujourd’­hui, il semble dif­fi­cile d’a­che­ter des vête­ments ou des tech­no­lo­gies qui ne soient pas issus de l’ex­ploi­ta­tion outra­geuse d’hu­mains. J’i­ma­gine que vous por­tez vous mêmes des chaus­sures made in China/Pakistan/Thaïlande et uti­li­sez un pc/mac dont des maté­riaux uti­li­sés pour la fabri­ca­tion ont été extraits en Afrique.

    Quelle solu­tion donc, que les bien pen­sants états euro­péens se mettent à la décrois­sance, et plantent des patates ? J’en serais très heu­reux et je serai cer­tai­ne­ment com­blé de faire ça chez moi, sans second degré.
    Mais vous ne règle­rez pas le pro­blème géné­ral, la curio­si­té, l’a­vi­di­té de savoir, de pro­grès (et de mal­heur), et actuel­le­ment notre rap­port aux technologies.
    Donc, en conclu­sion, je suis heu­reux que cer­tains se penchent sur la réflexion de com­ment pour­rait être notre ave­nir face aux tech­no­lo­gies, quitte à ce qu’ils soient dans le faux, le mili­taire, et que leur dis­cours fasse une réfé­rence à l’argent de manière constante.
    Qu’on le veuille ou non, l’u­ti­li­sa­tion des outils numé­riques et tech­no­lo­giques, cer­tai­ne­ment néfaste à notre nature ani­male, a de grande chances de per­du­rer un petit moment. Il semble donc vital d’u­ti­li­ser ces outils d’une manière éthique, quitte à les déve­lop­per, et à déve­lop­per la tech­no­lo­gie (pour­quoi ne pas déve­lop­per un tech­no­lo­gie plus effi­cace dans la ges­tion des déchets, en plus bien évi­dem­ment de cher­cher à en pro­duire le moins possible ?).
    Donc, même si la ter­mi­tière a ins­pi­ré un centre com­mer­cial, avec un peu d’op­ti­misme, on pour­rait pen­ser qu’elle ins­pi­re­ra des mai­sons col­lec­tives ou individuelles.

    Voi­là pour mes réflexions, écrites de manière spon­ta­nées je n’ai pas pris le temps de me relire davan­tage, je tenais seule­ment vous pro­po­ser quelques pen­sées qui étaient miennes et qui, je juge, par­ti­cipent à voir les choses d’un angle constructif.
    Vous qui avez une capa­ci­té d’a­na­lyse que je res­pecte et que je trouve bonne, mais cer­tains biais dans votre dis­cours empêchent, à mon sens, de voir les solu­tions pos­sibles (et louables) à l’u­ti­li­sa­tion de nos technologies.
    Donc, vous jouez, le rôle d’un contre pou­voir qui for­cé­ment s’ins­crit dans la ten­dance, plu­tôt qu’u­ti­li­ser cette éner­gie à cri­ti­quer en plus de pro­po­ser des solu­tions innovantes. 

    Mer­ci pour cette lecture.

    1. « Qu’on le veuille ou non, l’utilisation des outils numé­riques et tech­no­lo­giques, cer­tai­ne­ment néfaste à notre nature ani­male, a de grande chances de per­du­rer un petit moment. Il semble donc vital d’utiliser ces outils d’une manière éthique, quitte à les déve­lop­per, et à déve­lop­per la tech­no­lo­gie (pour­quoi ne pas déve­lop­per un tech­no­lo­gie plus effi­cace dans la ges­tion des déchets, en plus bien évi­dem­ment de cher­cher à en pro­duire le moins possible ?). »

      Vrai­ment ? On s’accommode des maux et on conti­nue sur le che­min de la des­truc­tion, c’est ça ta conclusion ?

    2. Mer­ci d’a­voir pris le temps de pré­ci­ser ta pensée.

      Je me per­mets de te signa­ler qu’il y a une confu­sion dans celle-ci. Il s’a­git d’é­chap­per au machi­nisme, en aucun cas à la « Tech­nique ». Pré­tendre abo­lir la Tech­nique n’a pas plus de sens que viser à l’a­bo­li­tion du som­meil ou de l’ap­pé­tit, en ce sens que la Tech­nique est inhé­rente à l’homme. Allu­mer un feu par fric­tion, c’est déjà de la technique.
      En sus, je t’in­vite à regar­der du côté des tech­niques auto­ri­taires et démo­cra­tiques déve­lop­pées par Lewis Mum­ford, pierre d’achoppement inté­res­sante pour construire une pen­sée anti-technicienne.

  12. Je ne suis pas dans l’i­do­lâ­trie du bon­homme, mais je trouve qu’il s’ex­prime bien et qu’il met en avant des concepts intéressants.
    Je ne me sou­viens pas d’une seule de ses inter­ven­tions où il se pre­sente comme cher­cheur au CNRS, à Cam­bridge ou Stanford.
    Beau­coup de mythos viennent de ses dif­fu­seurs (Ted qui est cou­tu­mier du fait) qui pour cré­di­bi­li­ser son pro­pos gonflent son CV.
    Bref, c’est pas le Mes­si, mais on le savait déjà, il est peut être un peu men­teur sur les bords, mais son pro­pos est quand même sou­vent juste.
    Que celui qui n’a jamais ‘ame­lio­ré’ son CV lui jette la 1ere pierre…

    Après sur le fond, aber­kane est un scien­ti­fique qui pense, c’est pas un philosophe

    1. Mes­sie et pas Messi…
      Salo­pe­rie de cor­rec­teur automatique…
      Sinon, les vul­ga­ri­sa­teurs, même si leur pro­pos est dis­cu­table, ont l’a­van­tage de pous­ser le grand public à s’in­té­res­ser à des sujets (ici le bio­mi­mé­tisme) dont ils n’au­raient jamais enten­du parler

      1. Je ne suis pas du tout d’ac­cord. Dire que, au moins il pousse les gens à s’in­té­res­ser au bio­mi­mé­tisme ce serait comme dire que les créa­tion­nistes ont le mérite de pous­ser les gens à s’in­té­res­ser à la bio­lo­gie, ou que les astro­logues ont le mérite de pous­ser les gens à s’in­té­res­ser aux pla­nètes. L’in­té­rêt est nul quand les idées pro­pa­gées sont scien­ti­fi­que­ment tota­le­ment fausses.

  13. ça décor­tique, ça cri­tique, mais dans cet article aucune alter­na­tive n’est pro­po­sée à la pen­sée d’I­driss Aber­kane, cette per­sonne est en train de nous lan­cer dans de nou­velles direc­tions, peut-être mal­adroi­te­ment mais per­sonne n’est par­fait et sa démarche dans cer­tains cas n’est peut-être pas ada­pa­tée mais il est le SEUL à avoir pro­po­sé un sem­blant de phi­lo­so­phie cen­sée depuis très long­temps, la cri­tique de cet article est inté­res­sante mais n’a­bou­tit à aucune alter­na­tive .. Aucune solu­tion n’est pro­po­sée, la cri­tique fuse mais ne mène nulle part.

    1. Pas facile pour les non-ini­tiés, ceux qui baignent dans le mains­tream, de com­prendre la cri­tique anti-indus­trielle. Pour faire simple, ce que nous prô­nons, c’est l’exact inverse de ce qu’A­ber­kane pro­meut, c’est la décrois­sance, c’est la dés­in­dus­tria­li­sa­tion, le déman­tè­le­ment de la socié­té indus­trielle, la ces­sa­tion du soi-disant pro­grès tech­no­lo­gique, etc.

  14. @LePartage
    Avez vous lu le livre « libé­rez votre cer­veau » d’I­driss ? J’i­ma­gine que non ne le por­tant pas dans votre coeur…
    Je reviens sur mes pré­cé­dents avis, et je vous le dis ici : En fait, vous avez tout faux.
    Lisez son livre et si vous avez tou­jours les mêmes argu­ments que celui par­ta­gé sur cet article, je ne peux plus rien vous vous j’en ai peur

  15. Bon­jour a toi Kevin / autres contri­bu­teurs de ce post,

    Mer­ci pour ce point de vue éclai­rant mais qui dresse un por­trait assez vitrio­lé de cette nou­velle renais­sance dont nous serions contemporains.

    Pour ma part je pense qu’I­driss connait son sujet mais va sur­jouer sa carte d’homme de bonne volon­té afin de convaincre le maxi­mum de bre­bis éga­rées a se jeter dans la val­lée d’ombre d’un bio-mimé­tisme 2.0 appli­qué a une neu­ro-science vulgarisée.

    Ceci étant, je trouve qu’il aborde des points inter­es­sants dans ses pres­ta­tions thêa­trales et qui méritent d’être soulevés.
    je vou­drais notam­ment avoir ton point de vue sur le claim d’A­ber­kane vs notre sys­tème édu­ca­tif qui est gros­so mer­do selon ses termes, res­té figé depuis Jule Ferry.

    Penses-tu éga­le­ment que cela fait par­tie du buzz autour de ce jeune éphèbe tren­te­naire qui surfe sur la vague de la mon­dia­li­saion bleue et de ce fait, consi­dères-tu cette idée seule­ment conso­la­trice voire illu­soire, au même titre que l’é­co­no­mie de la connaissance ?

    Cheers,

  16. Article très inté­res­sant qui per­met de mettre en relief cer­taines dérives pos­sibles ou effec­tives de ce genre de pen­sée. Etant moi-même contre l’in­dus­tria­li­sa­tion actuelle, la vio­lence quelle qu’elle soit et la « crois­sance » com­prise dans le sens maté­ria­liste, je ne peux que saluer cette critique. 

    Cepen­dant, il y a dans cette cri­tique des inter­pré­ta­tions très mal­adroites et sou­vent très sévères qui me semblent être contre-pro­duc­tives. En outre vous êtes clai­re­ment dans le pro­cès d’intention.
    Cela se voit très net­te­ment quand vous par­lez de l’u­ti­li­sa­tion de l’or­meau pour les chars : je ne vois pas bien en quoi la connais­sance fine de l’or­meau impli­que­rait néces­sai­re­ment une sur­ex­ploi­ta­tion de l’es­pèce, idem pour la moule, c’est un rac­cour­ci très mal­heu­reux. Le prin­cipe du bio­mi­mé­tisme c’est de s’ins­pi­rer de l’in­gé­nie­rie natu­relle, en aucun cas ça veut dire « exploi­ter les espèces en détrui­sant l’é­co­sys­tème ». Bien sûr les indus­triels le font et peuvent le faire, mais l’a­mal­game entre Idriss et les indus­triels est tout à fait ignoble.

    Ensuite vous par­tez du prin­cipe que toute crois­sance est mau­vaise. C’est peut être votre avis, mais dire qu’une idée est « nocive » en sou­li­gnant sim­ple­ment les mau­vais aspects c’est pas tel­le­ment ce que j’ap­pelle une rhé­to­rique exem­plaire. En fait vous jetez com­plè­te­ment le bébé avec l’eau du bain. Peut-on par exemple consi­dé­rer que la connais­sance doit décroître ? Pour moi clai­re­ment pas, sur­tout que la connais­sance des richesses du monde ani­mal implique clai­re­ment un chan­ge­ment de para­digme dans son « exploi­ta­tion ». Si c’est l’in­dus­tria­li­sa­tion qui empêche tout bio­mi­mé­tisme, alors le prin­cipe de pro­mou­voir la connais­sance de la nature implique néces­sai­re­ment de la pro­té­ger en arrê­tant l’in­dus­tria­li­sa­tion puisque le déve­lop­pe­ment de la civi­li­sa­tion ne pour­ra aller qu’a­vec une décrois­sance matérielle.

    Après je veux bien croire que les équa­tions mathé­ma­tiques semblent sor­tir de nulle part, mais là encore ça ne signi­fie nul­le­ment qu’elles sont fausses ou stu­pides. Intui­ti­ve­ment on pressent bien que le rai­son­ne­ment est exact, sur­tout que dans l’é­qua­tion du flux de la connais­sance, qu’on pour­rait assi­mi­ler à l’ap­pren­tis­sage, Idriss ne met pas du tout le signe « = » mais « pro­por­tion­nel », ce qui sou­ligne une cer­taine humi­li­té mal­gré tout. Bref vous cher­chez à le décré­di­bi­li­ser sans avoir l’honnêteté intel­lec­tuelle de consi­dé­rer que son rai­son­ne­ment se tient. Et pour moi c’est plus de la cri­tique ça, c’est clai­re­ment un pro­cès, et je ne sous­crits pas à ce genre de méthode.

    Enfin vous êtes contre l’i­dée de « pro­grès » ce qui à mon sens est une aber­ra­tion à la fois séman­tique et intel­lec­tuelle. Si vous consi­dé­rez que la socié­té est per­fec­tible c’est que vous vou­lez la faire pro­gres­ser, vous ne pou­vez donc pas être contre. Par ailleurs pour quel­qu’un de cri­tique vous devriez savoir que de toute façon « on n’ar­rête pas le pro­grès ». La ques­tion est donc com­ment l’o­rien­ter plu­tôt que com­ment l’ar­rê­ter. Or M. Aber­kane a le mérite de don­ner une piste de réflexion sur l’u­ti­li­sa­tion des res­sources maté­rielles et imma­té­rielles qui pour moi vont plus dans le bon sens que dans le mau­vais. En outre ses idées sur la Ter­ra­for­ma­tion qu’il appuie par un sys­tème col­la­bo­ra­tif de connais­sance me semble bien plus sain et éco-res­pon­sable que les inten­tions que vous lui prê­tez. En résu­mé : le prin­cipe d’I­driss est très clai­re­ment incom­plet et ses idées peuvent clai­re­ment être uti­li­sées à mau­vais escient, mais en trai­tant sa pen­sée de nui­sance, vous négli­gez la sagesse de son mes­sage et tout ce que ça implique sur le long terme : le res­pect de la nature et par consé­quent l’a­ban­don du maté­ria­lisme, tout ce qu’une per­sonne comme vous devrait promouvoir.

    1. 1. C’est Idriss Aber­kane lui-même qui sug­gère l’u­ti­li­sa­tion de l’or­meau pour les chars. Pas nous. Vous n’a­vez pas du le com­prendre. La sagesse que vous prê­tez à son mes­sage n’existe pas. Il sug­gère ouver­te­ment lui-même d’ex­ploi­ter la nature à des fins indus­trielles, en per­ma­nence, c’est le cœur de son mes­sage, même si c’est asso­cié à un cha­ra­bia qui sug­gère du coup de pré­ser­ver la nature (pour mieux l’ex­ploi­ter, c’est-à-dire qu’on se retrouve avec un double dis­cours com­plè­te­ment incohérent).

      2. Il faut évi­dem­ment com­prendre (c’est un peu étrange de devoir le rap­pe­ler) que lors­qu’on parle de « pro­grès » on parle de la notion de pro­grès défi­nie par l’i­déo­lo­gie domi­nante, qu’on se réfère pareille­ment aux termes de « déve­lop­pe­ment » et à celui de « crois­sance » non pas par rap­port à leur défi­ni­tion du dic­tion­naire mais par rap­port au sens que l’i­déo­lo­gie domi­nante leur attribue.

  17. À ceux qui pensent qu’I­driss Aber­kane leur trans­met de la connais­sance durant ses confé­rences ou autres inter­ven­tions — ça va être bru­tal, mais tant pis : vous êtes aus­si incultes que cré­dules, car si vous ne l’é­tiez pas, vous relè­ve­riez de nom­breuses et gros­sières fal­si­fi­ca­tions et mani­pu­la­tions. C’est un simple bache­lier qui vous dit ça.

    Nul besoin d’être pas­sé par Saint-Cyr ou Poly­tech­nique pour com­prendre en quelques minutes que c’est tout sauf un scien­ti­fique ; la curio­si­té et la dis­ci­pline per­son­nelle suf­fisent à repé­rer qu’I­driss Aber­kane est au mieux un char­la­tan qui cherche à obte­nir argent et recon­nais­sance à peu de frais, au pire un sol­dat du Capi­tal 2.0.

    Je me suis « amu­sé » à pro­cé­der à un fact-che­cking de sa confé­rence don­née pour le CERA le 21 mars 2018, et récem­ment mise en ligne sur You­tube, car en l’é­cou­tant d’une oreille par curio­si­té, j’y avais repé­ré quelques énormes erreurs fac­tuelles. La plu­part des infos qu’il dif­fuse sont, sinon fausses, au moins tron­quées. J’ai vou­lu publier mon tra­vail direc­te­ment sous la vidéo. J’ai été cen­su­ré à chaque fois ; mon compte google créé pour l’oc­ca­sion (je n’u­ti­lise aucun réseau social en ligne) a été signa­lé et sus­pen­du. Pour­tant, tout est minu­té et dûment sour­cé. La seconde fois, je me suis même astreint à ne for­mu­ler aucune opi­nion et à ne pro­duire aucune ana­lyse dis­cur­sive, me conten­tant d’ap­por­ter des rec­ti­fi­ca­tifs avec sources à l’ap­pui. Même résul­tat… Je ne peux plus publier aucun com­men­taire sur You­tube qui soit visible des autres utilisateurs.

    Sa confé­rence de 3 heures regorge de men­songes et d’af­fa­bu­la­tions, et comme la plu­part de ses déve­lop­pe­ments et « rai­son­ne­ments » s’ap­puient des­sus, ils sont caducs par essence.

    Ses seuls talents relèvent de la pres­ti­di­gi­ta­tion dia­lec­tique et de la maî­trise de cer­taines tech­niques de com’ effi­caces en marketing.

    Sa culture est en toc ; il n’a aucune com­pé­tence scien­ti­fique réelle (et d’ailleurs aucun diplôme dans ce registre) ; il ne com­prend mie à l’art et la phi­lo­so­phie : c’est un char­lot habile et méga­lo, mais un sacré char­lot quand même !

    Les gens de la trempe d’A­ber­kane sont extrê­me­ment nui­sibles au cer­veau col­lec­tif humain. Un para­site, rien de plus.

    Il y a quelque chose de très déses­pé­rant à consta­ter qu’il par­vient à séduire (même à moi­tié) nombre de gens aux inten­tions plu­tôt nobles à la base. Alors qu’il dit n’im­porte quoi sur à peu près tous les sujets qu’il survole.

    Idriss Aber­kane, c’est l’In­tel­li­gence Arti­fi­cieuse incar­née. Mal­heur à celles et ceux qui lui accordent quel­conque cré­dit : c’est l’a­tro­phie du cer­veau assurée.

    Mais après, libre à cha­cun de se faire char­mer par les serpents.

    Par­don­nez le for­mat quelque peu télé­gra­phique de ce commentaire.

    En tout cas, mer­ci pour ce bel article, qui démontre très bien sur quelles super­che­ries reposent le phé­no­mène Aberkane.

      1. Lania­kea a émer­gé suite à une nou­velle défi­ni­tion du concept de super-clus­ter. Il ne faut pas aller plus loins que la page Wiki­pe­dia pour apprendre cela. Il y a donc un aspect très conven­tion­nel à cette découverte.

      2. Bon­jour ljb03,

        Je n’ai pu vous répondre avant, car je suis par­ti en vacances le len­de­main de mon post.

        Actuel­le­ment, mon fact-che­cking n’est dis­po­nible nulle part publi­que­ment. Si j’ai bien pen­sé à la publier ailleur que sur You­tube, je confesse être un béo­tien en matière de com­mu­ni­ca­tion numé­rique. Si quel­qu’un pou­vait m’in­di­quer un médium ou une pla­te­forme propre à dif­fu­ser ce fact-che­cking, je lui en serai reconnaissant.

        Mer­ci d’avance.

  18. je te remer­cie Kevin Ama­ra, nous sommes fin 2021 et je viens de faire connais­sance de cet Idriss et son gou­rou Gun­ter PAULI , quelque chose me gênait… et tu as mis le doigt des­sus : pas de remise en cause de notre tra­gique rôle sur terre et de la rela­tion d’es­cla­vage qu’im­plique notre confort, pas de lutte contre les puissants..
    Croire qu’il y a une solu­tion à notre fra­gi­li­té et in-adap­ta­bi­li­té à la vie sur terre est illu­soire : nous ne pou­vons que aller dans le mur. Nous pou­vons ralen­tir le fait, mais c’est aus­si iné­luc­table que la mort. L’ac­cep­ter et lut­ter contre l’ex­ploi­ta­tion le maxi­mum possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Lugubris Lamentatio (par Christophe Thro)

Il n’aura fallu que quelques jours pour passer d’une dédaigneuse insouciance à l’état de guerre sanitaire. L’immense orgueil d’une société mondialisée, d’une arrogance à ce point illimitée qu’elle s’approprie une ère géologique, l’anthropocène, sûre de sa maîtrise technologique, reposant sur une productivité démesurée, assurant une gestion millimétrée des flux de marchandises, convaincue de sa domination planétaire, est totalement bouleversé par une autre espèce vivante dont la taille se mesure en nanomètres.
Lire

Réflexions sur l’ambivalence du progrès technique (par Jacques Ellul)

Le grand débat sans cesse repris sur l'excel­lence ou le danger du progrès technique n'est pas près de s'achever. Il faut bien reconnaître que le plus souvent les prises de position sont passionnelles. Il y a des admirateurs du progrès technique pour tout ce qu'il permet à l'homme de réaliser, pour la fatigue épargnée, pour l'élé­vation du niveau de vie, pour la longévité assurée. Cela est justice. Mais ces admirateurs se trans­forment aussitôt en croyants et ne tolèrent plus la moindre critique, la moindre remise en ques­tion. [...]