De la colonisation au « développement » : un seul et même projet (par Thierry Sallantin)

La guerre des mots orga­ni­sée dis­crè­te­ment par nos enne­mis : Com­ment ils ont intro­duit le mot « déve­lop­pe­ment » puis com­ment est arri­vé l’ad­jec­tif « sou­te­nable » tra­ves­ti ensuite en « durable ».

La notion de « sus­tai­nable deve­lop­ment » est tra­duite de 1988 à 1992 en fran­çais : « déve­lop­pe­ment sou­te­nable » , choix conser­vé par toutes les langues latines : sos­te­nible, sus­ten­ta­vel, etc., ce qui est conforme à l’o­ri­gine fran­çaise de « sus­tai­nable » : le mot « sous­te­nir » (sou­te­nir) qui se trouve dans l’Or­don­nance de Bru­noy du roi Phi­lippe VI de Valois (29 mai 1346), dans un texte ordon­nant la ges­tion pru­dente des forêts, de façon à ce qu’il en reste tou­jours assez pour les géné­ra­tions sui­vantes. Mais comme elle l’ex­plique elle-même dans le n° 1 de sa revue : Vrai­ment durable, Bet­ti­na Laville a deman­dé, dans l’a­vion qui la rame­nait de la Confé­rence inter­na­tio­nale de Rio sur l’en­vi­ron­ne­ment, en juin 1992, au pré­sident Mit­ter­rand de désor­mais tra­duire « sus­tai­nable » par « durable ». Pour elle, le mot « sou­te­nable » avait une conno­ta­tion trop « éco­lo », idée d’é­qui­libre : tenir par en des­sous, en se posi­tion­nant en équi­libre bien sous le centre de gra­vi­té, pour tenir une charge : ori­gine de « sous-tenir », et elle vou­lait un adjec­tif plus com­pa­tible avec les milieux d’af­faires : faire durer les béné­fices, donc rem­pla­cer « sou­te­nable » par « durable ».

L’ex­pres­sion « sus­tai­nable deve­lop­ment » appa­raît bien avant le Rap­port « Brundt­land » de 1987, Our Com­mon Future : on la trouve dans le rap­port pour l’O­NU (UNEP) de mai 1975 :

« Envi­ron­men­tal mana­ge­ment implies sus­tai­nable deve­lop­ment of all coun­tries, aimed at mee­ting basic human needs without trans­gres­sing the outer limits set to man’s endea­vour by the bios­phere ». (La ges­tion envi­ron­ne­men­tale implique le déve­lop­pe­ment sou­te­nable de tous les pays, qui vise à répondre aux besoins humains essen­tiels sans trans­gres­ser les limites externes au com­por­te­ment humain défi­nies par la biosphère).

(UNEP-Gover­ning Coun­cil Deci­sion 20-III du 2 mai 1975, sec­tion II-9‑b)

Puis en 1980, cosi­gné par l’UICN (Union Inter­na­tio­nale pour la Conser­va­tion de la Nature), le PNUE (Pro­gramme des Nations Unies pour l’Environnement) et le WWF dans leur rap­port World Conser­va­tion Stra­te­gy, Living Resource Conser­va­tion for Sus­tai­nable Deve­lop­ment :

« L’ob­jec­tif de la Stra­té­gie mon­diale de Conser­va­tion de la Nature est de contri­buer à la réa­li­sa­tion du déve­lop­pe­ment sou­te­nable par la conser­va­tion des res­sources vivantes. »

Le but de cette langue de bois est clai­re­ment avoué dans la pré­face à ce texte. Il s’a­git de pré­sen­ter « un énon­cé de condi­tions et de prio­ri­tés auquel tout autant les envi­ron­ne­men­ta­listes [conser­va­tio­nists] que les pra­ti­ciens du déve­lop­pe­ment pour­raient sous­crire ». Bref, ména­ger la chèvre et le chou !

Dans le même esprit hypo­crite, le secré­taire géné­ral pour l’O­NU de toutes les Confé­rences mon­diales pour l’en­vi­ron­ne­ment (Stock­holm 1972, Naï­ro­bi 1982, Rio 1992, Johan­nes­burg 2002), l’homme d’af­faires cana­dien sou­vent dénon­cé par Fabrice Nico­li­no : Mau­rice Strong, va créer en 1983 à l’O­NU la « Com­mis­sion Envi­ron­ne­ment et Déve­lop­pe­ment » et pla­cer à sa tête l’an­cienne ministre de Nor­vège Gro Har­lem Brundt­land. Dans le but de pré­pa­rer la Confé­rence de Rio de 1992, elle a l’ordre de pro­duire un rap­port pour ména­ger les milieux d’af­faires : ce sera le rap­port Brundt­land de 1987, tra­duit aux édi­tions du Fleuve, Cana­da, peu après, sous l’appellation Notre ave­nir à tous, elle y réuti­lise la notion de « sou­te­na­bi­li­té » et de « déve­lop­pe­ment sou­te­nable » lan­cée par les milieux inter­na­tio­naux de pro­tec­tion de la nature depuis 1975. Détails dans Edwin Zac­caï, 2002, Le déve­lop­pe­ment durable, dyna­mique et consti­tu­tion d’un pro­jet, et Jean ‑Phi­lippe Cari­sé, 2014, His­toire du déve­lop­pe­ment durable, où le rôle de Bet­ti­na Laville est révélé.

La veille de l’ou­ver­ture de la Confé­rence de Rio en juin 1992, Mau­rice Strong lance en grande pompe le « Conseil Mon­dial pour le Déve­lop­pe­ment Sou­te­nable », en anglais WBCSD, avec un autre grand PDG inter­na­tio­nal, son ami Ste­phan Schmid­hei­ny. Ce der­nier est celui qui sera condam­né à une très lourde peine de pri­son ferme au grand pro­cès de l’a­miante à Turin, peine aggra­vée en appel. Dans le WBCSD, on trouve les PDG des plus grosses entre­prises pol­luantes du monde : c’est le lan­ce­ment du « green­wa­shing » (éco­blan­chi­ment) !

Tout cela a été concoc­té par Mau­rice Strong dès juin 1971. Il pré­pare alors le pre­mier Som­met inter­na­tio­nal de l’en­vi­ron­ne­ment, idée venue à l’U­nes­co suite au col­loque inter­na­tio­nal des bio­lo­gistes à Paris de sep­tembre 1968 sur l’é­tat esti­mé déjà dra­ma­tique de la bio­sphère (Voir le Cour­rier de l’U­nes­co, jan­vier 1969).

Mau­rice Strong est char­gé de pré­pa­rer la confé­rence de Stock­holm pré­vue en juin 1972. En pre­nant contact avec tous les chefs de gou­ver­ne­ments du monde, il découvre que cette confé­rence risque de capo­ter à cause de la peur des grands lea­ders du Tiers-Monde, l’Inde notam­ment, de se voir bri­der par les mesures de pru­dence conseillées par les cher­cheurs en éco­lo­gie, dans leur volon­té de « rat­tra­per » le niveau de vie des pays occi­den­taux. D’a­bord on construit autant d’u­sines que dans les pays occi­den­taux, on pol­lue, et seule­ment ensuite, une fois le rat­tra­page réa­li­sé, on com­mence à se sou­cier de la pro­tec­tion de la nature et de la pol­lu­tion. Le Tiers-Monde est obsé­dé de « développement » !

Mau­rice Strong com­prend vite le dan­ger, et convoque à Fou­nex en Suisse un col­loque en juin 1971 pour mettre au point la parade. Il sera déci­dé à Fou­nex que désor­mais, à chaque fois que dans un texte de l’O­NU, il y aura le mot « envi­ron­ne­ment », il fau­dra pla­cer juste à côté le mot « développement ».

A la même époque le fran­co-bré­si­lien, Igna­cio Sachs dans la même volon­té de créer une langue de bois diplo­ma­tique, va lan­cer le concept d’éco­dé­ve­lop­pe­ment au sens (oxy­mo­resque !) de « déve­lop­pe­ment éco­lo­gique ». Cette inven­tion lin­guis­tique ne sera pas rete­nue, et dès 1975, comme on l’a vu plus haut, on lui pré­fè­re­ra celle de « déve­lop­pe­ment soutenable ».

Mau­rice Strong impose le mot « déve­lop­pe­ment » dans le domaine des pro­blèmes éco­lo­giques, car le concept de « déve­lop­pe­ment », — qui est un mot nor­mal en bio­lo­gie, comme l’a démon­tré Pierre Achard dans sa thèse de 1989 (La pas­sion du déve­lop­pe­ment) et son livre de 1977, Dis­cours bio­lo­gique et ordre social — est un concept que com­mence à uti­li­ser l’O­NU depuis le 4 décembre 1948, dans sa réso­lu­tion 198-III = Eco­no­mic deve­lop­ment of under-deve­lo­ped countries.

Peu après, le 20 jan­vier 1949, dans son Dis­cours sur l’é­tat de l’U­nion (cité inté­gra­le­ment par Gil­bert Rist pages 118–120 de Le déve­lop­pe­ment. His­toire d’une croyance occi­den­tale, édi­tion de 1996 aux Presses de Sciences-Po) le pré­sident Tru­man décla­re­ra que désor­mais le rôle des États-Unis d’A­mé­rique est de lan­cer un « pro­gramme de déve­lop­pe­ment au ser­vice de l’a­mé­lio­ra­tion et de la crois­sance des régions sous-déve­lop­pées ». Il ajoute : « Une plus grosse pro­duc­tion est la clé de la pros­pé­ri­té et de la paix » et « les États-Unis se dis­tinguent par­mi les nations par le déve­lop­pe­ment des tech­niques indus­trielles et scien­ti­fiques ». Tru­man annonce alors un pro­gramme d’aide tech­nique qui allait sup­pri­mer « la souf­france de ces popu­la­tions » sous-déve­lop­pées, grâce à « l’ac­ti­vi­té indus­trielle » et à la « hausse du niveau de vie ». Tru­man lance ain­si la course du Sud pour rat­tra­per le Nord. Une course que déteste Gand­hi (voir ses écrits de 1909 réédi­tés chez Fayard en 2015 : Hind Swa­raj : l’é­man­ci­pa­tion à l’in­dienne et de Guillaume Gam­blin, édi­tions du Man, Lyon, 2011 : La force de l’au­to­no­mie. Gand­hi, pré­cur­seur de la décrois­sance ?). Par contre son enne­mi Nerhu est enchan­té. Il déclare, en 1949 :

« Ce n’est pas une ques­tion de théo­rie. Qu’il s’a­gisse du com­mu­nisme, du socia­lisme ou du capi­ta­lisme, ce sera la méthode la plus effi­cace pour effec­tuer les chan­ge­ments néces­saires et don­ner satis­fac­tion aux masses qui s’im­po­se­ra d’elle-même […] Notre pro­blème aujourd’­hui est de rele­ver le niveau de vie des masses. »

Déjà en 1942, un fonc­tion­naire du BIT (Bureau inter­na­tio­nal du tra­vail), Wil­fred Ben­son, dans un article inti­tu­lé The Eco­no­mic Advan­ce­ment of Under­de­ve­lop­ped Areas, évoque le dou­blet « déve­lop­pé/­sous-déve­lop­pé ». Cette idée de dou­blet « développé/ sous-déve­lop­pé » hante les milieux d’af­faires aux USA dès 1943, comme le montrent Fabriz­zio Sabel­li et Susan George dans leur essai Cré­dits sans fron­tières : la reli­gion de la banque mon­diale. Les PDG ont peur d’être confron­tés à la chute bru­tale des débou­chés de leur indus­trie avec la pers­pec­tive de la fin de la Deuxième Guerre mon­diale. Il faut abso­lu­ment trou­ver d’autres débou­chés. C’est alors qu’ils vont ima­gi­ner inon­der de leurs pro­duits les nou­veaux pays qui vont se créer dans le cadre de la fin des empires colo­niaux anglais et fran­çais : la déco­lo­ni­sa­tion est déjà envisagée.

Et il faut abso­lu­ment empê­cher l’autre capi­ta­lisme concur­rent, le capi­ta­lisme ima­gi­né par Lénine dès mai 1918, (lire aus­si de lui : Le déve­lop­pe­ment du capi­ta­lisme en Rus­sie, 1899) un capi­ta­lisme mieux orga­ni­sé, plus pro­duc­tif, grâce à la ges­tion ration­nelle aux mains de l’État, comme le pense Lénine alors (voir le récent livre de Paul Ariès à ce sujet : Les rêves de la jeune Rus­sie des Soviets, page 136), empê­cher donc cet autre capi­ta­lisme, celui de l’URSS, de se posi­tion­ner comme four­nis­seur des nou­veaux états qui vont se créer ! C’est déjà la Guerre froide.

Les USA ont alors l’i­dée de deve­nir les nou­veaux colo­ni­sa­teurs, en se sub­sti­tuant aux empires colo­niaux anglais et aux fran­çais, mais sans dire le mot « colo­ni­sa­tion » qui com­mence à avoir mau­vaise presse ; c’est alors qu’ils vont inven­ter le mot « déve­lop­pe­ment », en tant qu’al­ter­na­tive au mot « colo­ni­sa­tion », comme le démontre Fran­çoise Dufour dans sa thèse de 2007 édi­tée en 2010 à l’Har­mat­tan sous le titre De l’i­déo­lo­gie colo­niale à celle du déve­lop­pe­ment (on trou­ve­ra là aus­si tous les détails sur l’é­ty­mo­lo­gie du mot « déve­lop­pe­ment », ain­si que les des­sous de l’O­NU lors de la déci­sion du 4 décembre 1948) et par ce stra­ta­gème, les USA vont se pré­sen­ter comme les « gen­tils » qui vont ame­ner le déve­lop­pe­ment, à la place des « méchants », les com­mu­nistes, qui ris­que­raient d’a­me­ner l’op­pres­sion bureau­cra­tique, le contraire du « Monde Libre » comme la pro­pa­gande disait alors.

De la colo­ni­sa­tion au « développement »…

Cette « gen­tillesse » est toute rela­tive : en réa­li­té il s’a­git de méchan­ce­té comme le montre le texte de Jan L. Sadie ci-des­sous où il est expli­qué que pour intro­duire le déve­lop­pe­ment, il faut d’a­bord mettre en place « une désor­ga­ni­sa­tion sociale. Il faut sus­ci­ter le malheur ».

Car comme j’ai pu le consta­ter dans les Pays du Tiers-Monde (via mes tra­vaux de ter­rains en tant qu’eth­no­logue au Niger et en Ama­zo­nie) les poli­tiques de « déve­lop­pe­ment » sont source de désta­bi­li­sa­tion des peuples, et donc d’eth­no­cide (G. Condo­mi­nas et en 1970 R. Jau­lin avec l’ou­vrage fon­da­teur : La paix blanche, intro­duc­tion à l’eth­no­cide) ce dont l’é­co­no­miste Jan L. Sadie était par­fai­te­ment conscient, non sans cynisme, dans cet extrait de son article paru dans The Eco­no­mic Jour­nal, vol. 70, 1960 pages 294–303 sous le titre The Social Anthro­po­lo­gy of eco­no­mic Under­de­ve­lop­ment (L’anthropologie sociale du sous-déve­lop­pe­ment économique) :

« […] le déve­lop­pe­ment éco­no­mique d’un peuple sous-déve­lop­pé n’est pas com­pa­tible avec le main­tien de ses cou­tumes et mœurs traditionnelles.

La rup­ture avec celles-ci consti­tue une condi­tion préa­lable au pro­grès éco­no­mique. Ce qu’il faut, c’est une révo­lu­tion de la tota­li­té des ins­ti­tu­tions et des com­por­te­ments sociaux, cultu­rels et reli­gieux et, par consé­quent, de l’at­ti­tude psy­cho­lo­gique, de la phi­lo­so­phie et du style de vie.

Ce qui est requis s’ap­pa­rente donc à une désor­ga­ni­sa­tion sociale. Il faut sus­ci­ter le mal­heur [je sou­ligne] et le mécon­ten­te­ment, en ce sens qu’il faut déve­lop­per les dési­rs au-delà de ce qui est dis­po­nible, à tout moment.

On peut objec­ter la souf­france et la dis­lo­ca­tion que ce pro­ces­sus entraî­ne­ra ; elles semblent consti­tuer le prix qu’il faut payer pour le déve­lop­pe­ment éco­no­mique, la condi­tion du pro­grès économique. »

Car lors de l’ar­ri­vée des Euro­péens colo­ni­sa­teurs, les peuples autoch­tones, pas­sé un pre­mier moment de curio­si­té, pré­fèrent reprendre vite leur auto­no­mie et dédaignent les objets des Blancs. Un des témoi­gnages recueilli dans Pieds nus sur la terre sacrée (Denoël, constam­ment réédi­té) montre le peu d’in­té­rêt qu’ont les indi­gènes pour les pré­ten­dus « mer­veilleux objets des Blancs ». Au grand déses­poir des colons fran­çais en Guyane, les Indiens dis­pa­rais­saient en forêt, ne reve­naient plus, ne res­sen­tant aucun besoin car ils obtiennent déjà tout ce qui leur est néces­saire au tra­vers de leur mode de vie de tou­jours, au fond de la forêt, comme l’a démon­tré Jacques Lizot suite à ses 23 années chez les Yano­ma­mis, ou comme je le montre dans l’article « Per­ma­cul­ture, agroé­co­lo­gie, jar­dins-forêt : des savoirs mil­lé­naires ». Et là comme ailleurs, les colons s’a­char­nèrent à déclen­cher chez les enva­his des nou­veaux besoins pour les inci­ter à res­ter à proxi­mi­té des pre­mières implan­ta­tions colo­niales. Très dif­fi­cile de sus­ci­ter ces besoins ! Les colons de Cayenne écri­virent au roi pour qu’on leur envoie des bateaux char­gés d’alcool, car ils avaient remar­qué que par cette astuce on pou­vait de fil en aiguille intro­duire de nou­veaux besoins, pro­vo­quer « le mal­heur et le mécon­ten­te­ment, en ce sens qu’il faut déve­lop­per les dési­rs au-delà de ce qui est dis­po­nible, à tout moment ». Laurent-Basile Hau­te­feuille dans son Plan de colo­ni­sa­tion (1830) explique que les indi­gènes doivent être for­més non seule­ment à la pro­duc­tion, mais aus­si à la consom­ma­tion qu’en­gen­dre­ra le « désir des objets qu’ils ne connais­saient pas jus­qu’a­lors ». Jules Fer­ry confirme ce but en 1890 : « La consom­ma­tion euro­péenne est satu­rée, il faut faire sur­gir des autres par­ties du globe de nou­velles couches de consommateurs. »

En réa­li­té, l’ar­ri­vée du concept de « déve­lop­pe­ment » est anté­rieure aux années 1940, dans le domaine de l’at­ti­tude à avoir avec les « peuples exo­tiques ». Déjà dans le Pacte des Nations à l’o­ri­gine de la S.D.N., signé le 28 juin 1919, on trouve ceci dans l’ar­ticle 22, point 1 :

« Les prin­cipes sui­vants s’ap­pliquent aux colo­nies et ter­ri­toires qui, à la suite de la guerre, ont ces­sé d’être sous la sou­ve­rai­ne­té des États qui les gou­ver­naient pré­cé­dem­ment et qui sont habi­tés par des peuples non encore capables de se diri­ger eux-mêmes dans les condi­tions par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­ciles du monde moderne. Le bien-être et le déve­lop­pe­ment de ces peuples forment une mis­sion sacrée de civi­li­sa­tion, et il convient d’in­cor­po­rer dans le pré­sent pacte des garan­ties pour l’ac­com­plis­se­ment de cette mission. »

Ensuite les points 3 et 5 insistent sur l’at­ti­tude à avoir selon le « degré de déve­lop­pe­ment » des peuples en question.

Les Anglais pro­mulguent en 1929 un Colo­nial Deve­lop­ment Act qui applique la doc­trine de 1926 du « double man­dat » éta­blie par Lord Lugard :

« Le pro­fit éco­no­mique, oui, mais avec le devoir de mener les « races de cou­leur » à un degré de civi­li­sa­tion plus éle­vé », donc le « déve­lop­pe­ment », c’est d’a­bord l’ap­pli­ca­tion du pre­mier volet du man­dat : l’ex­ploi­ta­tion éco­no­mique des res­sources telles que la terre, les miné­raux et les pro­duits de la forêt, et ensuite le deuxième volet : la mis­sion civi­li­sa­trice en ame­nant le pro­grès et le bien-être. »

Com­men­tant le dis­cours de Tru­man, Wolf­gang Sachs résume page 17 du livre Des ruines du déve­lop­pe­ment (éd. Eco­so­cié­té 1996) :

« Par­ler de déve­lop­pe­ment ne signi­fie rien d’autre que pro­je­ter sur le reste du monde le modèle amé­ri­cain de socié­té […] l’hé­gé­mo­nie amé­ri­caine ne visait pas la pos­ses­sion des ter­ri­toires, mais leur ouver­ture à la péné­tra­tion éco­no­mique. De leur côté, les jeunes nations lais­saient leur auto­no­mie s’é­chap­per en se pla­çant auto­ma­ti­que­ment dans l’ombre des États-Unis et en se pro­cla­mant objets de déve­lop­pe­ment éco­no­mique. Le déve­lop­pe­ment fut le véhi­cule concep­tuel qui a per­mis aux États-Unis d’a­gir comme le héraut de l’autodétermination natio­nale tout en ins­tal­lant un nou­veau type d’hé­gé­mo­nie mon­diale : un impé­ria­lisme anticolonial. »

Le concept de déve­lop­pe­ment existe dans le domaine éco­no­mique et social chez Marx, et chez Paul Leroy-Beau­lieu, l’au­teur en 1870 de De la colo­ni­sa­tion chez les peuples modernes, ouvrage célèbre, constam­ment réédi­té jus­qu’en 1908. En 1911 Schum­pe­ter avait rédi­gé sa Théo­rie du déve­lop­pe­ment éco­no­mique, et en 1944, Rosen­stein-Rodan avait pro­po­sé The Inter­na­tio­nal Deve­lop­ment of Eco­no­mi­cal­ly Back­ward Areas, comme on disait en anglais pour nom­mer les « contrées arriérées » !

Avant la notion de « déve­lop­pe­ment », l’ex­pres­sion fétiche était celle de « mise en valeur », par exemple avec le ministre Albert Sar­raut (La mise en valeur des colo­nies fran­çaises, 1923). Ce qui sous-entend que les peuples exo­tiques ont un mode de vie qui les rend inca­pables de pro­duire de la valeur : ce qu’ils font est nul, une sous-uti­li­sa­tion du poten­tiel de richesse. Il faut donc les mettre au pas, les lais­ser faire dans leur indo­lence, leur paresse, c’est entre­te­nir un déplo­rable gas­pillage. Ce rai­son­ne­ment est main­te­nant celui de l’Ar­mée bré­si­lienne, outrée de la sur­face du Parc Natio­nal accor­dé aux Yano­ma­mis : l’Ar­mée les accuse de gas­piller un trop vaste espace, car il n’est pas mis en valeur, ils ne font qu’y mener une vie pri­mi­tive nui­sible à la pros­pé­ri­té nationale.

En 1756, Mira­beau avait lan­cé le mot « civi­li­sa­tion » dans son Trai­té de la popu­la­tion ou l’A­my des Hommes, mot expri­mant toute l’ad­mi­ra­tion pour la « civis », la ville, les gens « poli­cés », aux façons de vivre pleines d’é­lé­gance, d’ur­ba­ni­té. Point de poli­tesse, de mœurs raf­fi­nées loin des villes, dans l’au-delà du « forum », defo­ra= loin, l’ex­té­rieur, la forêt, l’es­pace dan­ge­reux, mal contrô­lé, domaines d’es­prits mena­çants, hors des villes, le « pagus », mot qui don­ne­ra dans un sens mépri­sant à la fois le « pay­san » et le « païen », ces rustres pas encore conver­tis à la reli­gion nou­velle, pra­ti­quée en ville. Depuis l’An­ti­qui­té notre ima­gi­naire est mar­qué par ces thèmes… Chris­tian Marou­by, dans Uto­pie et pri­mi­ti­visme, a mon­tré com­ment l’Eu­rope a été trou­blée à l’é­poque de Mon­taigne par la décou­verte des gens « sans foi ni loi ni roi », les « Sau­vages ». Un trouble qui a inci­té des mil­liers de gens simples, sou­vent les mate­lots des navires décou­vrant les Amé­riques, à fuguer pour vivre avec les Sau­vages, autant au Cana­da que sur les côtes du Bré­sil. Mais sou­dain l’Eu­rope invente l’His­toire, un grand récit mytho­lo­gique où elle se place tout en haut : la fine pointe glo­rieuse de l’His­toire. Ce mythe la ras­sure : nous les Blancs, nous sommes les meilleurs, de plus Dieu est avec nous ! Le mot « civi­li­sa­tion » vien­dra au bon moment pour confor­ter les Euro­péens dans leur sen­ti­ment de supé­rio­ri­té : ce mot sert à pla­cer les « Sau­vages » tout en bas de l’é­chelle. C’est en consta­tant cela que les éco­los les plus radi­caux aux États-Unis se défi­nissent comme « anti-civ », ce qui signi­fie « anti­ci­vi­li­sa­tion » (voir le docu­men­taire de Frank Lopez, End:Civ, basé sur le tra­vail de Der­rick Jen­sen, et les deux petits livres Éco­lo­gie en résis­tance, stra­té­gies pour une terre en périlwww.editionslibre.org, parus en 2016 et 2017).

Jules Fer­ry en 1885 uti­li­se­ra ce mythe ain­si, pour jus­ti­fier ses ini­tia­tives colo­niales au Tonkin :

« Il faut dire ouver­te­ment qu’en effet les races supé­rieures ont un droit vis-à-vis des races infé­rieures… Je répète qu’il y a pour les races supé­rieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civi­li­ser les races inférieures. »

Jules Fer­ry est bien dans l’air du temps : en 1889, Charles Phi­le­bert dans La conquête paci­fique confirmera :

« C’est la mis­sion pro­vi­den­tielle des nations civi­li­sées de conqué­rir et de péné­trer toutes les par­ties du globe. C’est un moyen dont Dieu se sert pour étendre à toutes ses créa­tures les bien­faits de ses lois … Nous sommes les repré­sen­tants d’une civi­li­sa­tion supé­rieure, et si nous vou­lons la péné­tra­tion du Sou­dan, c’est pour amé­lio­rer son état, c’est en un mot pour le civiliser. »

Quant à Hau­ser, Fevre et Bus­son, ils voient les choses ain­si en 1910 :

« L’œuvre civi­li­sa­trice qui s’im­pose à la France dans l’A­frique noire est une œuvre de relè­ve­ment moral et social ; c’est là vrai­ment que nous sommes en état et en devoir de jouer, vis-à-vis de races abâ­tar­dies ou en enfance, ce rôle de tuteurs et d’é­du­ca­teurs qui est la jus­ti­fi­ca­tion et le plus beau titre de gloire de la poli­tique colo­niale… Cette poli­tique d’as­so­cia­tion doit se bor­ner à une tutelle pater­nelle avec ces grands enfants que sont les nègres. »

Dis­cours d’un temps révo­lu, pro­ba­ble­ment de gens de droite ?

Pas du tout : une gloire de la France de gauche : le grand Léon Blum, dira à l’As­sem­blée natio­nale le 9 juillet 1925, afin de jus­ti­fier la répres­sion dans le Rif au Maroc contre la résis­tance menée par Abd El Krim, et en deman­dant au gou­ver­ne­ment des cré­dits pour qu’on y envoie le maré­chal Pétain :

« Nous avons trop d’a­mour de notre pays pour désa­vouer l’ex­pan­sion de la civi­li­sa­tion fran­çaise. Nous admet­tons le droit et même le devoir des races supé­rieures d’at­ti­rer à elles celles qui ne sont par­ve­nues au même degré grâce aux efforts de la science et de l’industrie. »

Et encore plus près de nous, en 1952, le secré­taire d’État à la pré­si­dence de la Répu­blique, Félix Gaillard, pour jus­ti­fier l’in­dus­trie ato­mique, expli­que­ra que les nations qui ne sui­vraient pas la voie du déve­lop­pe­ment grâce à la phy­sique ato­mique seraient dans les 25 ans « aus­si arrié­rées face aux nations nucléaires que les peuples pri­mi­tifs afri­cains le sont face aux nations indus­tria­li­sées d’aujourd’hui ».

Et en ce moment même en France, nous ne nous ren­dons même pas compte que nous bana­li­sons des expres­sions qui sentent encore bon la « mis­sion civi­li­sa­trice » ! Par exemple, nous, les « supé­rieurs », les confor­ta­ble­ment « déve­lop­pés », nous nous don­nons le droit de déco­rer les nations ancien­ne­ment colo­ni­sées qui finissent à force d’ef­fort par presque nous res­sem­bler, de « pays émer­gents ». Nous les « supé­rieurs », nous dis­tri­buons les médailles ! Tout en cachant le non-dit de cette expres­sion : nous ne par­lons pas des mau­vais élèves sur la voie du déve­lop­pe­ment : ceux qui sont encore la tête sous l’eau, les « immer­gés » ! Même dans les ONG cen­sées faire le bien et réflé­chir aux pro­blèmes éco­lo­giques, ne dit-on pas sou­vent, lors­qu’on évoque la néces­si­té de la décrois­sance : « Mais on n’a pas le droit de leur dire de ne pas avoir ceci ou cela, puisque nous-mêmes nous béné­fi­cions de ces biens de consom­ma­tion ». Une façon incons­ciente de sous-entendre que notre mode de vie est le meilleur, fruit des « races supé­rieures » pion­nières en « civi­li­sa­tion », au som­met du « déve­lop­pe­ment », et que donc ce mode de vie, il est nor­mal que « eux aus­si le dési­rent ». Une façon d’a­vouer que pour nous, notre mode de vie est d’une évi­dence incon­tour­nable et qu’il est nor­mal qu’il se généralise.

Les pre­miers fré­mis­se­ments d’une remise en cause du « déve­lop­pe­ment », même dans sa ver­sion « sou­te­nable », nous viennent de cer­tains pays ancien­ne­ment colo­ni­sés. Par exemple avec Le Mani­feste de l’homme pri­mi­tif du Malien Fodé Dia­wa­ra (Gras­set, 1973), ou d’A­mi­na­ta Trao­ré : Le viol de l’i­ma­gi­naire (Fayard, 2002), ou de l’I­ra­nien Majid Rah­ne­ma : La force des pauvres (2008) et Quand la misère chasse la pau­vre­té (2003) et les nom­breux livres et articles sur la notion de « buen vivir », le bien vivre en har­mo­nie, toutes espèces vivantes confon­dues qui nous arrive des peuples amé­rin­diens des Andes, avec d’Al­ber­to Acos­ta Le Buen Vivir (éd. Uto­pia, 2014) et, sous la direc­tion de Nico­las Pri­net : Être comme eux (éd. Paran­gon, 2013), et le recueil diri­gé par Miriam Lang et Dunia Mokra­ni : Au-delà du déve­lop­pe­ment : cri­tiques et alter­na­tives lati­no-amé­ri­caines (éd. Amster­dam, 2014) qui nous per­met d’ac­cé­der à quelques textes d’E­duar­do Gudy­nas. Enfin, paru en avril 2018 aux édi­tions du Seuil : Sen­tir-pen­ser avec la Terre d’Ar­tu­ro Esco­bar. Pour rire de l’in­com­pré­hen­sion totale des mar­xistes au sujet des peuples indi­gènes qui ne sont plus ten­tés par le « déve­lop­pe­ment », on lira l’ar­ticle ridi­cule paru dans le Monde Diplo­ma­tique de mars 2018, « A la recherche de la Pacha­ma­ma », qu’en cour­rier des lec­teurs du numé­ro d’A­vril, Ales­san­dro Pignoc­chi, auteur de livres sur les Achuars-Jiva­ros [avec qui nous nous sommes entre­te­nus, voir : ici, NdE], dénonce, comme à la fin de sa lettre, Franck Gau­di­chaud, qui salue la cri­tique de la « vision déve­lop­pe­men­tiste des gou­ver­ne­ments « progressistes » ».

Enfin, je ter­mi­ne­rai en saluant le suc­cès des Papous contre l’ex­ploi­ta­tion minière sur l’île de Bou­gain­ville (film The Coco­nut Revo­lu­tion, le film pré­fé­ré des Indiens du Chia­pas !) à l’heure où par contre, les Kanaks risquent de se faire « niquer par le nickel » en inté­rio­ri­sant l’i­ma­gi­naire déve­lop­pe­men­tiste que tentent de leur incul­quer les conseillers fran­çais au nom de la « for­ma­tion de l’é­lite kanak ». Cette « for­ma­tion » res­semble à une « défor­ma­tion », une ten­ta­tive eth­no­ci­daire de les fran­ci­ser à la place de les kana­ki­ser ! Un peu au nord de la Kana­ky, sur l’île de Bun­lap au Vanua­tu, le peuple Saa, après avoir visi­té le « monde des Blancs », a déci­dé d’en tirer un bilan : ce que les gens de là-bas appellent le « pro­grès », le « déve­lop­pe­ment », c’est une vaste blague. Cela ne mène pas du tout au bon­heur. Alors ils ont déci­dé de tour­ner le dos à la « mon­dia­li­sa­tion » décrite par cer­tains comme une fata­li­té. Ils ont chas­sé tous les ensei­gnants, ils ont chas­sé tous les mis­sion­naires, ils ont chas­sé tous les agents de déve­lop­pe­ment. Ils ont déci­dé de ne par­ler que leur langue ances­trale, et de ne faire confiance qu’à leurs Anciens pour apprendre d’eux à vivre en autar­cie, par le petit jar­di­nage, et les méthodes de pêche d’autrefois.

Pas ques­tion de leur par­ler de « déve­lop­pe­ment durable » !

Thier­ry Sallantin

blancimarron@gmail.com,

Edi­tion : Nico­las Caaux

Cor­rec­tion : Lola Bearzatto


Pour en savoir plus : les 130 réfé­rences biblio­gra­phiques à la suite de mon article « Le déve­lop­pe­ment (même durable) c’est le pro­blème, pas la solu­tion ». Même site, voir aus­si : « Qu’est-ce que l’é­co­lo­gie radi­cale » & et « Cop 21 : le mot « décrois­sance » fait très peur au Figa­ro » (en l’hon­neur de Kar­men Rami­rez Bos­can, dont le peuple Wayuu ne veut pas d’élec­tri­ci­té). Même site : Les peuples contre l’État : 6 000 ans d’é­vo­lu­tion tota­li­taire. Et sur le site Ago­ra­vox, plu­sieurs articles dont « Com­ment tra­duire sus­tai­nable deve­lop­ment », et « Vive la pau­vre­té, à bas la misère ! Vive le chô­mage ! »

Ordon­nance de Bru­noy, roi Phi­lippe VI de Valois, 1346 :

« Les Maîtres des forêts enquer­re­ront et visi­te­ront toutes les forêts et bois qui y sont et ferons les ventes qui y sont à faire, eu regard à ce que les-dîtes forêts et bois se puissent per­pé­tuel­le­ment sous­te­nir en bon état. »

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
2 comments
  1. Bon­jour Thier­ry Sallentin, 

    Je suis lycéenne. Nous nous étions ren­con­trés à la mani­fes­ta­tion du 22 mai (il me semble) et avions eu une dis­cus­sion pas­sio­nante sur votre métier. 

    Cet article est tout aus­si pas­sio­nant et m’a appris beau­coup de choses. Cette ques­tion du point de vue et du mode de vie que les socié­tés occi­den­tales imposent à toutes les autres est très inter­es­santes. Je vais m’empresser de lire vos autres articles !

    Mer­ci beau­coup ! Manon Duboc

  2. Bon­jour Thier­ry Sallantin,
    Votre article et le film docu­men­taire de Fran­ck­lin Lopez qui l’ac­com­pagne résume assez bien les impasses et les impos­tures qui font que 40 années d’un Mou­ve­ment Éco­lo­giste en France peut se résu­mer a du sur place voir même s’en­fon­cer en patau­geant dans la semoule. Nous sommes des piètre défen­seurs de la Terre dont le bilan est d’une pau­vre­té acca­blante. Vous accor­der beau­coup d’im­por­tance au sens des mots et votre com­bat séman­tique sur le durable en est un exemple fla­grand de ce que j’ap­pel­le­rai d’une façon tri­viale « l’ encu­lage de mouche » mais qui donne peu de résul­tat mili­tant concret. Une impasse et une impos­ture à titre d’exemple. Consi­de­rer que toute la socié­té se résume qu’a un rap­port de force, c’est bien ce quelle attend, ren­trer dans ce jeu ou elle excelle, faire fasse à des vio­lents ou des non-violent ou elle sor­ti­ra tou­jours vain­queur parce qu’elle a les moyens ances­traux d’y faire face. L’im­pos­ture, c’est de vou­loir don­ner à des popu­la­tions anciennes toute la cré­di­bi­li­té pour qu’elles jouent un rôle de vic­time face a l’op­pres­seur en conti­nuant a les enfer­mer dans une cer­taine forme d’obs­cu­ran­tisme. Vous êtes cer­tai­ne­ment un com­bat­tant pour pré­ser­ver des valeurs de res­pect de notre envi­ron­ne­ment mais atten­tion aux pièges que l’on nous tend et dans les­quels volon­tai­re­ment nous vou­lons nous enfer­mer. Cor­dia­le­ment. Robinson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Sacrifier le vivant : oui ; sacrifier le progrès technique : jamais ! (par Derrick Jensen)

Alors que nous faisons face à des choix difficiles quant à quelles espèces et quels écosystèmes conserver, il est étrange que nous ne fassions pas face à de tels dilemmes quant à quel futile produit de luxe abandonner, ou quel système d’armement meurtrier ne pas construire, écrit Derrick Jensen. Et, bien sûr, il est absolument hors de question de s’attaquer aux causes profondes de l’écocide planétaire.
Lire

Oubliez les douches courtes ! (par Derrick Jensen)

Une seule personne sensée aurait-elle pu penser que le recyclage aurait arrêté Hitler, ou que le compostage aurait mis fin à l’esclavage ou qu'il nous aurait fait passer aux journées de huit heures, ou que couper du bois et porter de l’eau aurait sorti le peuple russe des prisons du tsar, ou que danser nus autour d’un feu nous aurait aidés à instaurer la loi sur le droit de vote de 1957 ou les lois des droits civiques de 1964? Alors pourquoi, maintenant que la planète entière est en jeu, tant de gens se retranchent-ils derrière ces "solutions" tout-à-fait personnelles ?