Industrie textile, pollutions environnementales et esclavage moderne

Un billet sur l'impact socio-environnemental de l'industrie textile. Une industrie écologiquement destructrice, et donc insoutenable, comme toutes les industries.

gp028bp.1298732807.jpg

Made in Chi­na. Ces éti­quettes, nous les voyons sur une majo­ri­té de nos vête­ments. Si nous savons que la Chine domine les expor­ta­tions de tex­tile et que cette pro­duc­tion se fait dans des condi­tions sociales dégra­dées, nous connais­sons moins la pol­lu­tion envi­ron­ne­men­tale qu’entraîne cette indus­trie. Dans un rap­port récent, Green­peace révèle des taux de pol­lu­tion éle­vés et la pré­sence de cinq métaux lourds dans les eaux de deux villes de la pro­vince de Guang­dong, au sud-est du pays : Xin­tang, la « capi­tale du monde des jeans », et Gurao, une ville indus­trielle où 80% de l’économie tourne autour de la confec­tion de sous-vête­ments. Pour l’ONG, les pol­lu­tions aux­quelles sont confron­tées ces deux villes sont emblé­ma­tiques de l’industrie tex­tile chi­noise dans son ensemble, qui devrait revoir ses pra­tiques et sa réglementation.

gp028bu.1298732835.jpg

Avec une popu­la­tion de 215 000 habi­tants, 500 000 tra­vailleurs migrants, 4 000 entre­prises et une pro­duc­tion annuelle chif­frée à 28 mil­liards de yuans (3 mil­liards d’euros), Xin­tang est connue comme la « capi­tale du monde des jeans ». En 2008, elle a pro­duit plus de 260 mil­lions de paires de jeans – soit 60% de la pro­duc­tion totale de la Chine et 40% des jeans ven­dus aux Etats-Unis chaque année. 40% de ses jeans sont expor­tés en Amé­rique, en Europe ou encore en Russie.

gp028bk.1298732788.jpg

Petites et grandes usines, ain­si que des myriades d’ateliers fami­liaux, essaiment dans les rues de la ville. Adultes, mais aus­si enfants et vieilles per­sonnes, fabriquent à lon­gueur de jour­née des jeans pour amé­lio­rer les reve­nus de leur famille. Le gar­çon sur la pho­to, dans le vil­lage de Dadun, à Xin­tang, gagne 0,15 yuan (1,5 cen­time) pour cou­per les fils qui dépassent d’un blue jeans. En une jour­née, près de 200 paires passent entre ses mains.

gp028bq.1298732931.jpg

Les vil­la­geois se plaignent des usines, qui effec­tuent l‘impression et la tein­ture des jeans, dont les eaux usées sont reje­tées dans la rivière de Xin­tang. « Tout le monde dit que les gens qui tra­vaillent dans la tein­ture et déla­vage ont des pro­blèmes de repro­duc­tion et de fer­ti­li­té. Mon cou­sin a déjà tra­vaillé dans une usine de tein­ture. Il est mort d’une pleu­ré­sie », témoigne Lin Zhixin, un tra­vailleur migrant du Sichuan.

gp028bl.1298732981.jpg

Un mili­tant de Green­peace récolte un échan­tillon d’eau d’une rivière pol­luée près du vil­lage de Dadun, à Xin­tang. L’ONG a prou­vé la pré­sence de cinq métaux lourds – cad­mium, chrome, mer­cure, plomb et cuivre – dans des quan­ti­tés bien supé­rieures aux normes auto­ri­sées dans le pays. « Les pro­cé­dés de tein­ture, lavage, blan­chi­ment et impres­sion sont quelques uns des plus sales de l’industrie tex­tile, néces­si­tant de grands volumes d‘eau ain­si que des métaux lourds et autres pro­duits chi­miques », explique Mariah Zhao, char­gée de cam­pagne pro­duits toxiques pour Green­peace. 

gp028bf.1298733075.jpg

A Gurao, sur­nom­mée « capi­tale du sexy », les pan­neaux publi­ci­taires de lin­ge­rie foi­sonnent. La ville repré­sente, elle, 150 000 habi­tants, 140 000 tra­vailleurs migrants, 3 000 entre­prises et une pro­duc­tion de près de 4 mil­liards de yuans (440 mil­lions d’euros). Les rues sont rem­plies d’ateliers fami­liaux, d’usines et de mar­chés consa­crés à la fabri­ca­tion et à la vente de sous-vêtements.

gp028b7.1298732707.jpg

Ces enfants vont à l’école pen­dant la jour­née et tra­vaillent de nuit et le week-end dans un ate­lier de tis­su. Ils obtiennent 0,3 yuan cha­cun pour cent bre­telles qu’ils attachent à un acces­soire de machine à coudre, qui sera uti­li­sé à l’étape sui­vante du pro­ces­sus d’assemblage des sou­tien-gorges. En une jour­née, ils peuvent gagner de 20 à 30 yuans (2 à 3 euros).

gp028b2.1298732696.jpg

En 2009, Gurao a pro­duit plus de 200 mil­lions de sou­tien-gorges. La rivière locale, le Xi Xiao, en a souf­fert. Les vil­la­geois estiment que cette rivière, « sale et puante », n’est plus apte à la consom­ma­tion ou à la les­sive. Elle ne contient plus de pois­sons. Et quand elle déborde, les mai­sons et jar­dins de la popu­la­tion locale sont inon­dés par les eaux usées.

gp028bi.1298732743.jpg

Un fos­sé de drai­nage bou­ché par des eaux usées et des ordures à Gurao.

gp028ba.1298732718.jpg

Des sala­riés impriment des motifs sur des tis­sus dans une usine. « L’eau est éva­cuée par les usines de tein­ture. Par­fois, cela sent vrai­ment hor­rible. Et chaque fois, la cou­leur de l’eau est dif­fé­rente ; j’ai vu toutes les cou­leurs inima­gi­nables », raconte Ren Shan, un tra­vailleur migrant du Guizhou.

gp028bh.1298732732.jpg

Des élèves de Gurao essayent de se pro­té­ger des fumées de l’incinération des ordures. « Xin­tang et Gurao sont emblé­ma­tiques de la vaste pro­blé­ma­tique de la fabri­ca­tion pol­luante de tex­tiles. La res­pon­sa­bi­li­té de la régle­men­ta­tion des eaux usées et de l’élimination des sub­stances chi­miques dan­ge­reuses dans les tex­tiles doivent reve­nir non seule­ment aux gou­ver­ne­ments de Xin­tang et Gurao mais aus­si à toute la Chine », conclut Mariah Zhao.

Source : http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/02/28/la-chine-asphyxiee-par-la-pollution-de-lindustrie-textile/



text1(2)

text2(1)

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Rendre l’écologie « fun et sexy », ou comment la frivolité nuit à la résistance (par Derrick Jensen)

En guise d’introduction, il me faut préciser : j’aime m’amuser, et j’aime le sexe. Mais je suis écœuré d’entendre que nous devons rendre l’écologie fun et sexy. Cette idée malavisée, irrespectueuse envers les victimes humaines et non-humaines de cette culture, est une énorme distraction qui nous fait perdre du temps et de l’énergie que nous n’avons pas, et qui atrophie les chances infimes qu’il nous reste de mettre en place la résistance concrète et nécessaire pour entraver la civilisation industrielle dans sa destruction de la planète.