Le mouvement écologique doit revenir à ses sources (par Bernard Charbonneau)

Les édi­tions L’E­chap­pée sortent une com­pi­la­tion de textes de Ber­nard Char­bon­neau le 15 février 2019, sous le titre Le Tota­li­ta­risme indus­triel. Ceux qui suivent les publi­ca­tions de notre site doivent savoir que Ber­nard Char­bon­neau, nous l’ap­pré­cions beau­coup. Véri­table pré­cur­seur de l’é­co­lo­gie poli­tique en France, grand ami de Jacques Ellul, il dénonce les ravages du déve­lop­pe­ment (aus­si appe­lé « pro­grès », ou « crois­sance », c’est selon) dès les années 1930. Sa pers­pec­tive, bien que tein­tée d’un cer­tain anthro­po­cen­trisme et d’un cer­tain socio­cens­trisme, demeure une for­mi­dable cri­tique mor­dante et bien arti­cu­lée des maux qui ravagent encore le monde natu­rel et les socié­tés humaines. Le texte qui suit est tiré d’un article qu’il a publié dans le jour­nal La Gueule Ouverte n°21 de juillet 1974, inti­tu­lé « Le « mou­ve­ment éco­lo­giste », mise en ques­tion ou rai­son sociale », qui figure dans la com­pi­la­tion publiée par L’Echappée.


Bien des mou­ve­ments d’op­po­si­tion et même des révo­lu­tions sont ambi­gus. Autant ils détruisent une socié­té, autant ils régé­nèrent le gou­ver­ne­ment, l’é­co­no­mie, la morale, l’ar­mée et la police. L’his­toire de l’URSS en est un bon exemple. Elle a réus­si un ren­for­ce­ment de l’É­tat et de la socié­té russes que le régime tsa­riste était impuis­sant à réa­li­ser. Le mou­ve­ment d’op­po­si­tion à la socié­té indus­trielle occi­den­tale que l’on qua­li­fie de « mou­ve­ment éco­lo­gique » n’é­chappe pas à cette ambi­guï­té, sur­tout en France où il s’est mani­fes­té tar­di­ve­ment à la suite des USA.

D’une part, il s’a­git bien d’une cri­tique et d’une oppo­si­tion au monde où nous vivons. Ses thèmes (cri­tique de la crois­sance, de la pro­duc­tion, etc.) sont neufs par rap­port aux thèmes tra­di­tion­nels de la droite et de la vieille gauche (n’é­taient-ce les œuvres de quelques iso­lés sans audience qui ont mis en cause la socié­té indus­trielle dès avant la guerre). À ses débuts, sur­tout après Mai 68, ce mou­ve­ment a été le fait de per­sonnes mar­gi­nales, comme Four­nier, de groupes de jeunes et de quelques socié­tés (Mai­sons pay­sannes de France, Nature et pro­grès, etc.), réagis­sant spon­ta­né­ment à la pres­sion gran­dis­sante de la crois­sance indus­trielle. Nou­veau­té des thèmes, mar­gi­na­li­té, spon­ta­néi­té du mou­ve­ment, ce sont là les signes d’une véri­table révo­lu­tion (rup­ture dans l’é­vo­lu­tion) en gestation.

Mais très vite, ce mou­ve­ment est deve­nu l’ex­pres­sion de cette même socié­té qu’il cri­tique et entend chan­ger. Tout intel­lec­tuel ou mili­tant fran­çais enga­gé dans cette lutte ne devrait jamais oublier à quel point l’é­veil de l’o­pi­nion a été une entre­prise préfabriquée.

C’est en 1970, année de la pro­tec­tion de la nature, que tout a été brus­que­ment mis en train par la caste diri­geante. On peut par­ler d’un véri­table « feu vert » don­né cette année-là à la cri­tique de la pol­lu­tion et de la des­truc­tion de la nature. Jusque-là, aveugles au ravage qui s’é­ten­dait depuis au moins dix ans devant leurs yeux, les Fran­çais le découvrent sur l’é­cran de La France défi­gu­rée. La presse prend le relais, du Figa­ro au Monde, qui inau­gurent la rubrique « Envi­ron­ne­ment », que confirme la créa­tion d’un minis­tère. Chaque grande mai­son d’é­di­tion ou revue a son sec­teur écologique.

L’« envi­ron­ne­ment » devient subi­te­ment source de noto­rié­té et de places. Les intel­lec­tuels (qui sont de gauche comme la banque et l’industrie sont de droite), à la suite de l’Amérique repré­sen­tée par Ivan Illich, découvrent les pro­blèmes de la socié­té indus­trielle qu’ils s’étaient obs­ti­né­ment refu­sés à se poser. Et Morin, Dome­nach, Dumont, etc., se conver­tissent à l’é­co­lo­gie. Les tech­no­crates, les indus­triels, les poli­ti­ciens avec quelque retard, se montrent depuis aus­si souples. En 1971, dans Le Monde, où un tel dis­cours eût été impen­sable deux ans plus tôt, l’au­teur du plan Man­sholt, qui a liqui­dé l’a­gri­cul­ture et géné­ra­li­sé l’a­gro­chi­mie en Europe, dénonce la des­truc­tion de la nature et de la qua­li­té de la vie par la crois­sance. Il part en guerre contre les méfaits des pes­ti­cides et de la chi­mie sans se deman­der si son plan n’y est pas pour quelque chose. Le Club de Rome, diri­gé par d’é­mi­nents indus­triels ou tech­no­crates, publie son fameux rap­port, et MM. J. Monod et P. Mas­sé laissent men­tion­ner sans pro­tes­ter leur appar­te­nance à ce Club de Rome. Le feed­back a fonc­tion­né, les thèmes ont chan­gé, mais les nota­bi­li­tés intel­lec­tuelles ou indus­trielles res­tent en place ; l’au­teur du plan Man­sholt est deve­nu le pro­phète de l’é­co­lo­gie. Mais la mul­ti­pli­ca­tion des comi­tés de défense et la crise de l’éner­gie n’empêchent pas la crois­sance de s’ac­cé­lé­rer, et avec elle, le ravage, en dépit et à cause de l’inflation.

La rapi­di­té avec laquelle la socié­té indus­trielle a récu­pé­ré le mou­ve­ment éco­lo­gique s’ex­plique par des rai­sons que l’on peut rame­ner à deux :

  1. Elle ne peut conti­nuer quelque temps de plus à détruire la nature que si elle contrôle un peu mieux ses propres nui­sances. Il est évident que si l’on ne dépol­lue pas les rivières, les usines s’ar­rê­te­ront de tour­ner parce que l’eau devien­dra inuti­li­sable. Et cette dépol­lu­tion est appe­lée à deve­nir la grande affaire de demain.
  2. Dans la mesure où le maté­riel humain, notam­ment la jeu­nesse, réagit au monde invi­vable que lui fait la crois­sance, il importe de contrô­ler ses réac­tions en lui four­nis­sant les divers pla­ce­bos intel­lec­tuels qui le détour­ne­ront dans l’i­ma­gi­naire. C’est là que les intel­lec­tuels seront utiles.

D’où la néces­si­té pour le « mou­ve­ment éco­lo­gique » de se méfier de son suc­cès. Jusqu’à pré­sent il ne par­ti­cipe au pou­voir que dans un domaine : le domaine intel­lec­tuel, celui de la culture, c’est-à-dire de la mode. C’est donc dans ce domaine qu’il devra se mon­trer le plus méfiant. Va-t-il se lais­ser récu­pé­rer par les divers récu­pé­ra­teurs indus­triels ou intel­lec­tuels ? L’in­té­rêt du mou­ve­ment éco­lo­gique, c’est la nou­veau­té de ses cri­tiques. Il part, non d’une idée mais d’une expérience.

À par­tir de vieilles valeurs ins­tinc­ti­ve­ment vécues chez les jeunes : la liber­té pour tous insé­pa­rable de la nature, il fait la cri­tique d’une situa­tion concrète. C’est, nous l’a­vons vu, un mou­ve­ment mar­gi­nal, dés­in­té­res­sé, ani­mé par des non-pro­fes­sion­nels, des pro­vin­ciaux qui défendent leur terre contre les entre­prises du centre, des incon­nus qui, en dehors de la pesante machine des mass media s’ef­forcent de consti­tuer des groupes de copains. Ces carac­tères, le mou­ve­ment éco­lo­gique ne sau­rait les perdre sans dis­pa­raître dans la grande poubelle.

Ber­nard Charbonneau

Le livre en question

L’his­toire de la récu­pé­ra­tion du mou­ve­ment éco­lo­giste, qui consti­tuait au départ une véri­table oppo­si­tion à la socié­té indus­trielle, par cette même socié­té indus­trielle, devrait être connue de tous ceux qui se consi­dèrent désor­mais comme des éco­lo­gistes. Car en réa­li­té, le dis­cours des éco­los média­tiques, des Nico­lat Hulot, Isa­belle Delan­noy, Cyril Dion, Yann Arthus-Ber­trand, etc., qui pro­meuvent tous une ver­sion qu’ils pré­sentent comme écologiste/verte/durable de l’in­dus­tria­lisme (des indus­tries et des hautes tech­no­lo­gies, mais vertes, bien évi­dem­ment !), une sorte d’é­coin­dus­tria­lisme, de socié­té indus­trielle éco­lo (Isa­belle Delan­noy pro­meut par exemple ce magni­fique oxy­more qu’est l’éco­lo­gie indus­trielle), n’a plus rien à voir avec celui du mou­ve­ment éco­lo­giste ori­gi­nel. Il suf­fit de lire Pierre Four­nier, Ber­nard Char­bon­neau ou Jacques Ellul pour le consta­ter. Le mou­ve­ment éco­lo­gique doit reve­nir à ses sources.

Print Friendly, PDF & Email
Total
11
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La Révolution ne sera pas subventionnée (Extraits)

Le système non-lucratif a domestiqué une génération d’activistes. Ils ont échangé leurs grandes visions de changement social contre des salaires et des formulaires ; renoncé à rallier des personnes à la cause en échange de propositions de subventions et de l’aide de fondations ; et cédé le contrôle de leurs mouvements à des hommes d’affaire dans leurs salles de conférence. [...]
Lire

Les médias de masse & le business de l’écologie™ : à propos du « jour du dépassement »

Entre les travaux de Noam Chomsky, ceux de Serge Halimi, du Monde diplomatique, des médias comme Basta !, et de beaucoup d’autres, il devrait être évident et compris que les médias de masse sont un des principaux outils de propagande de la classe dirigeante. À l’image de la société capitaliste qu’ils défendent, leur raison d’être est également fortement lucrative. La vérité ne les intéresse pas. Pas plus que le bon sens, la justice, ou la morale. C’est pourquoi, quand ils daignent discuter des problèmes écologiques graves générés par la civilisation industrielle qui les a eux aussi créés, ils se débrouillent toujours pour que leur discours ne la menace en rien. [...]