L’écologie radicale est criminalisée (entretien avec Armand Farrachi)

Nous nous sommes récem­ment entre­te­nus avec Armand Far­ra­chi, écri­vain, mili­tant éco­lo­giste et fon­da­teur de la conven­tion Vie et Nature pour une éco­lo­gie radi­cale. Il a publié des romans (La Dis­lo­ca­tion, Stock, 1974, Des­cen­dance, Stock, 1982, Ser­mons aux pour­ceaux, Zul­ma, 1997, Aux Yeux des morts, Exils, 2002, Bach der­nière fugue, Gal­li­mard 2004…), des essais lit­té­raires (La Part du silence, Bar­rault, 1984, Rous­seau ou l’état sau­vage, PUF, 1997), ou des pam­phlets dans le domaine de l’écologie poli­tique (Les Enne­mis de la Terre, Exils, 1999, Les Poules pré­fèrent les cages, Albin Michel, 2000, Petit Lexique d’optimisme offi­ciel, Fayard, 2007).


Quels sont les prin­ci­paux indi­ca­teurs qui illus­trent la tra­jec­toire éco­lo­gi­que­ment désas­treuse sur laquelle nous nous trou­vons ? La mou­vance éco­lo­gique semble assez faible en France, les verts sont rela­ti­ve­ment inutiles… quels mou­ve­ments éco­los vous ins­pirent actuel­le­ment, en France et/ou ailleurs ?

Pour me pré­sen­ter d’abord : j’ai publié des articles dans la presse et plu­sieurs livres (Les Enne­mis de la Terre, Les Poules pré­fèrent les cages, La Socié­té can­cé­ri­gène) [des livres excel­lents, dont nous avons publié des extraits, suivre les liens, NdE] sur ces sujets. J’ai mili­té dans plu­sieurs asso­cia­tions de pro­tec­tion de la nature et fon­dé avec Gérard Cha­rol­lois la Conven­tion Vie et Nature pour une Éco­lo­gie Radi­cale. J’ai éga­le­ment diri­gé aux édi­tions IMHO la col­lec­tion Radi­caux libres, et par­ti­ci­pé à des actions énergiques

Les repré­sen­tants offi­ciels de l’écologie poli­tique (les Verts) n’interviennent sur aucun des thèmes concer­nant la nature et semblent avoir oublié ce qu’est l’écologie. La culture de ce qu’on appelle en Amé­rique « wil­derness » [nature sau­vage, en fran­çais] leur est étran­gère. De même que les com­mu­nistes ont conti­nué de s’appeler « com­mu­nistes » alors même qu’ils se sont oppo­sés durant un siècle à toute espèce de révo­lu­tion, les pseu­do éco­lo­gistes en arrivent à s’opposer aux éco­lo­gistes de ter­rain, voire à défendre ce que les mili­tants com­battent (la chasse, par exemple). Per­son­nel­le­ment, lorsque j’ai fait condam­ner un pré­fet pour avoir illé­ga­le­ment clas­sé le renard [comme espèce] nui­sible, c’est Domi­nique Voy­net, ex-diri­geante des Verts et alors ministre de l’écologie, qui a fait appel.

En France, le ter­rain de l’écologie pro­fonde est désert. Il existe à l’étranger, en par­ti­cu­lier dans les pays anglo-saxons, des mou­ve­ments plus radi­caux, comme Gaïa, Earth first, Eco­war­riors. Mais ces mou­ve­ments existent-ils tou­jours, et avec quelle audience ? [ils existent encore, heu­reu­se­ment, mais effec­ti­ve­ment il s’a­git tou­jours de mou­ve­ment mar­gi­na­li­sés, consi­dé­rés comme extré­mistes, quand il s’a­git en véri­té des « meilleurs d’entre nous », comme dirait Chris Hedges…] Nous avons en France des per­son­na­li­tés sur une ligne plus dure, comme Fabrice Nico­li­no ou Yves Pac­ca­let, mais qui ne suf­fisent pas à jouer le rôle qui fut celui des Lumières avant la Révo­lu­tion française !

L’expérience a mon­tré qu’il était impos­sible (ou qu’il a jusqu’à pré­sent été impos­sible) de mobi­li­ser sur ces sujets. Une mani­fes­ta­tion sur l’âge de la retraite attire mille fois plus de monde qu’un ras­sem­ble­ment sur la pro­tec­tion de la nature, et, en France, les lob­bies sont puis­sants, depuis que Pétain leur a ren­du du pou­voir. Nous vivons dans une sorte de dic­ta­ture agro­cy­né­gé­tique et tech­no­lo­gique. Avec 3000 per­sonnes à Paris, nous sommes au maxi­mum de nos capa­ci­tés. L’écologie est d’ailleurs un sujet dif­fi­cile, à cause des mille liens com­plexes que chaque élé­ment d’un éco­sys­tème entre­tient avec tous les autres. Les citoyens, qui sont cou­pés de la nature, ne le com­prennent pas. On va tou­jours au plus pres­sé, au plus urgent, au court terme. Il est dif­fi­cile de faire pas­ser l’intérêt géné­ral avant le sien et presque impos­sible de consi­dé­rer dans son ensemble un phé­no­mène aus­si glo­bal, même pour des pro­fes­sion­nels, qui ne sont com­pé­tents que sur un seg­ment de la connais­sance. Quand bien même ces thèmes seraient com­pris, « le peuple », faute d’avoir pris le pou­voir, devrait néces­sai­re­ment y inté­res­ser ses diri­geants, et, même s’il y par­ve­nait, il fau­drait alors réunir sur une même phi­lo­so­phie et sur des mil­liers de pro­jets tous les pays du monde, chose impos­sible, car l’écologie, par défi­ni­tion, est pla­né­taire. C’est pour­quoi je suis pes­si­miste. Je crois que, l’homme étant le can­cer de la Terre [nous ne sommes pas entiè­re­ment d’ac­cord avec ça, il s’a­gi­rait, pour être plus pré­cis, de par­ler de l’hu­main indus­triel civi­li­sé], il lui appar­tient, comme toutes les espèces, de dis­pa­raître. C’est à ce prix que la Terre sur­vi­vra, car il ne s’agit pas de sau­ver la pla­nète, qui s’est remise de pires cata­clysmes, mais de sau­ver l’humanité. Si ce n’est pas pos­sible, tant pis et tant mieux.

Il me semble que deux éco­lo­gies dif­fé­rentes et pro­fon­dé­ment anta­go­nistes évo­luent en paral­lèle en France, aujourd’­hui. Cer­tains mili­tants éco­lo­gistes semblent même par­fois igno­rer leurs exis­tences, et igno­rer que ces deux éco­lo­gies sont dis­tinctes et incom­pa­tibles. Je parle d’un côté, de l’é­co­lo­gie prô­née par les grandes ONGs (Green­peace, 350.org, le WWF, et d’autres), qui est une éco­lo­gie capi­ta­liste, pour reprendre les termes des clauses du GCCA (Glo­bal Call for Cli­mate Action, aux­quelles sous­crivent ces ONG), il s’a­git de pen­ser l’é­co­lo­gie « main dans la main » avec les cor­po­ra­tions, les gou­ver­ne­ments, les hommes d’af­faires. De l’autre côté l’é­co­lo­gie zadiste, anti­ca­pi­ta­liste, qui sou­haite mettre un terme au règne du capi­tal et de la finance, (contre l’aé­ro­port et son monde), la seule qui ait un sens, selon nous, parce que la seule qui mérite de s’ap­pe­ler éco­lo­gie (le capi­ta­lisme vert étant tout aus­si des­truc­teur et injuste que le capi­ta­lisme non-vert). Cer­taines per­son­na­li­tés de pre­mier plan du mou­ve­ment éco­lo­giste entre­tiennent d’ailleurs un cer­tain flou autour de l’é­co­lo­gie qu’elles sou­tiennent. Qu’en pensez-vous ?

On a pris l‘habitude de dis­tin­guer « l’environnementalisme » qui sou­haite ména­ger à la fois « l’environnement » (concept per­vers) et la socié­té telle qu’elle est (c’est-à-dire éco­per), de l’écologie radi­cale qui entend prendre le mal à la racine et réor­ga­ni­ser toute la socié­té en fonc­tion de la pré­ser­va­tion de la nature (c’est-à-dire fer­mer le robi­net). L’écologie est la seule idéo­lo­gie nou­velle du XXe siècle. Elle n’a pas de sang sur les mains. C’est une idée aus­si neuve que l’a été l’idée de la répu­blique au XVIIIe siècle, du socia­lisme au XIXe. Elle n’est pas com­pa­tible avec le capi­ta­lisme, le pro­duc­ti­visme, le consu­mé­risme, etc. mais elle a évi­dem­ment ses défen­seurs, direc­te­ment inté­res­sés à la sur­vie de l’Ancien Régime : indus­trie, finance, tech­no­lo­gie, idéo­lo­gie du pro­grès, y com­pris l’égoïsme indi­vi­duel. C’est pour­quoi l’écologie ne peut exis­ter selon moi qu’au prix d’une révo­lu­tion, com­pa­rable à celle de 1789 ou de 1917.

Avec Gérard Cha­rol­lois, nous avions fon­dé la Conven­tion Vie et Nature pour une Éco­lo­gie radi­cale, non pour faire la révo­lu­tion, mais pour sus­ci­ter les débats et les com­bats qui pou­vaient aider à cette prise de conscience, appe­ler des articles, faire en sorte que ce cou­rant de pen­sée accède au moins à l’existence. Ce fut un échec. Le simple mot de « radi­cal » agit plu­tôt comme un repous­soir. Gérard Cha­rol­lois conti­nue d‘animer cette for­ma­tion (qui a modi­fié son nom) et qui, selon moi, a mon­tré son impuis­sance. Les orga­ni­sa­tions d’extrême gauche qui enten­daient inté­grer l’écologie à leur pro­jet ont mon­tré que cer­tains concepts éco­lo­giques n’étaient pas inté­grables par une pen­sée de type mar­xiste (sur­po­pu­la­tion, décrois­sance, libé­ra­tion ani­male, régime fru­gal, cri­tique de la tech­nique, etc.). Il n’y a pas eu, en France, de cou­rant intel­lec­tuel pour défendre ces idées. Les radi­caux passent pour des qua­si ter­ro­ristes, en tout cas des extré­mistes. Ils sont sys­té­ma­ti­que­ment atta­qués dans la presse et sui­vis par la police. L’écologie radi­cale n’est pas consi­dé­rée comme une frac­tion de l’opinion mais comme un dan­ger, une menace. Tout ce qui est zadisme, eco­guer­riers, etc., est non seule­ment mar­gi­na­li­sé mais cri­mi­na­li­sé.

La COP21, un commentaire ?

Depuis le som­met de Rio en 1992 jusqu’au fias­co de Copen­hague, la COP21 est une preuve sup­plé­men­taire que la pro­tec­tion de la pla­nète est un objec­tif dont les États sont inca­pables. Le seul pro­grès, c’est qu’ils en viennent à admettre ce qu’ils niaient naguère : que c’est la vie même sur Terre qui est en jeu. Mais quant à remé­dier à la situa­tion, c’est une autre affaire. Et puis, il est trop tard. Un accord aurait dû inter­ve­nir voi­ci trente ans. Dans trente ans, nous n’aurons pas avan­cé d’un pas. Ce som­met, comme tous les pré­cé­dents, et comme tous les sui­vants, s’il y en a, abou­ti­ra à des enga­ge­ments insuf­fi­sants et qui, de toute façon, ne seront pas respectés.

Des conseils pour aider à l’u­ni­fi­ca­tion et à l’or­ga­ni­sa­tion d’un mou­ve­ment éco­lo­gique cohé­rent en France ? (Par exemple, pen­sez-vous qu’il soit utile de mener une bataille sur le front média­tique, inter­net, réseaux sociaux, etc., ou autre chose…)

Mon expé­rience est des plus modestes. Je ne suis nul­le­ment qua­li­fié pour  don­ner des conseils, à qui que ce soit, ayant moi-même échoué à chan­ger quoi que ce soit. Ce que je vois, mal­heu­reu­se­ment, c’est que rien n’annonce un retour­ne­ment de situa­tion ou un bou­le­ver­se­ment des valeurs. Et sans cela aucun salut n’est pos­sible. Encore une fois : tant pis et tant mieux.


Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
  1. Je par­tage cette analyse.Le com­bat contre les exploi­ta­tions de gra­nu­lats marins en Nor­man­die pour­rait par­fai­te­ment illus­trer les pro­pos de cet entre­tien . Cepen­dant tout n’est pas sans espoir, même quant tout à échoué il reste la vieille tac­tique du caillou dans la chaus­sure, en atten­dant des jours meilleurs . Sur­tout pas les lais­ser gagner. Quant tout est pre­vu, c’est l’im­pré­vi­sible qui fait la dif­fé­rence. Mer­ci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le « citoyen augmenté » (par Aurélien Berlan)

[...] C’est à partir de cette convergence que je voudrais remettre en cause l’idée que le « citoyen augmenté » pourrait incarner un renouveau de la citoyenneté. Car si l’on y regarde de plus près, on verra que l’imaginaire chrétien de la délivrance et le désir cybernétique de reprogrammer l’humanité se rejoignent dans leur dimension apolitique et même antipolitique. [...]
Lire

Covid19, stratégie du choc et accélération de la mutation du système technocapitaliste (par Pièces et main d’oeuvre)

Sans conteste, l’accélération est le maître mot de l’année qui vient de s’écouler. On en trouvera ici nombre d’occurrences, les plus variées qui soient, que nous avons relevées dans les domaines économique, technologique et scientifique, employées en substitut ou en renfort à celui d’innovation. Par exemple, l’accélération de l’innovation. On reconnaît là des mots de la crise à laquelle il faut s’adapter d’urgence – d’où l’accélération – ou périr. [...]
Lire

Comment tout va s’effondrer — La fin des énergies industrielles (et le mythe des renouvelables)

La présentation de Pablo Servigne et Raphael Stevens du 13 avril 2015, à la maison des métallos, à l'occasion de la parution de leur (excellent) livre: "Comment tout peut s'effondrer: Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes," sorti le 9 avril 2015 (éditions du Seuil), suivie d'un texte tiré de ce même livre. Un livre qui présente de manière assez détaillée les multiples raisons qui font que notre civilisation, qui n'a jamais été soutenable, approche aujourd'hui des nombreuses limites inévitables auxquelles elle était appelée à se heurter.
Lire

L’origine de notre révolte (par Bernard Charbonneau & Jacques Ellul)

Un monde s’était organisé sans nous. Nous y sommes entrés alors qu’il commençait à se déséquilibrer. Il obéissait à des lois profondes que nous ne connaissions pas – qui n’étaient pas identiques à celles des Sociétés antérieures. Personne ne se donnait la peine de les chercher, car ce monde était caractérisé par l’anonymat : personne n’était responsable et personne ne cherchait à le contrôler. Chacun occupait seulement la place qui lui était attribuée dans ce monde qui se faisait tout seul par le jeu de ces lois profondes. [...]