L’incendie de la cathédrale et l’embrasement nationaliste (par Nicolas Casaux)

L’incendie de la cathé­drale de Notre-Dame-de-Paris a pro­vo­qué, et c’était atten­du, une résur­gence mas­sive du sen­ti­ment natio­na­liste, du natio­na­lisme. Comme l’écrivait Orwell, par natio­na­lisme il faut entendre cette « pro­pen­sion à s’identifier à une nation par­ti­cu­lière ou à tout autre enti­té, à la tenir pour étant au-delà du bien et du mal, et à se recon­naître pour seul devoir de ser­vir ses inté­rêts. » Cette résur­gence du natio­na­lisme est éga­le­ment résur­gence mas­sive de l’hubris de l’Oc­ci­dent, de celui de la civi­li­sa­tion, plus lar­ge­ment, et de son culte de l’idée de pro­grès, et de son anthropocentrisme.

C’est ain­si que de l’ex­trême gauche à l’ex­trême droite, et « ni de gauche, ni de droite », on consi­dère la cathé­drale de Notre-Dame comme un monument/symbole de « notre patri­moine », de « notre his­toire », de « notre culture », de « notre nation ».

Dans son livre Zomia, ou l’art de ne pas être gou­ver­né, l’an­thro­po­logue de Yale, James C. Scott, souligne :

« Les termes tra­di­tion­nels uti­li­sés en bir­man et en thaï pour le mot “his­toire”, res­pec­ti­ve­ment “yaza­win” et “pho­ne­sa­va­dan”, signi­fient lit­té­ra­le­ment tous deux “his­toire des vain­queurs” ou “chro­nique des rois”. »

Ce qui a le mérite d’être hon­nête et de nous éclai­rer sur la nature de l’histoire que l’on enseigne en France, mais aus­si en Occi­dent, et dans tous les États du monde. Le socio­logue états-unien Phi­lip E. Sla­ter écri­vait, lui, que « l’histoire […] est en très grande majo­ri­té, même aujourd’hui, un récit des vicis­si­tudes, des rela­tions et des dés­équi­libres créés par ceux qui sont avides de richesse, de pou­voir, et de célébrité ».

James C. Scott ajoute :

« […] Dans ce contexte, recons­ti­tuer l’u­ni­vers de vie des popu­la­tions n’ap­par­te­nant pas à l’é­lite — y com­pris celles qui vivaient dans les centres monar­chiques — se révèle dif­fi­cile. Elles appa­raissent géné­ra­le­ment dans les archives comme des abs­trac­tions sta­tis­tiques : tel nombre de tra­vailleurs manuels, de conscrits, de contri­buables, de plan­teurs de riz, de por­teurs d’of­frandes. Ces popu­la­tions n’ap­pa­raissent que rare­ment comme acteurs his­to­riques, et lorsque c’est le cas — quand une révolte est répri­mée par exemple —, elles sont à coup sûr le signe qu’un évé­ne­ment dra­ma­tique s’est pro­duit. Le bou­lot des pay­sans, pour­rions-nous dire, consiste à res­ter à l’ex­té­rieur des archives.

[…] Au-delà du pro­blème des pages vierges, la nature des his­toires offi­cielles du centre monar­chique exa­gère aus­si sys­té­ma­ti­que­ment le pou­voir, la cohé­rence et la gran­deur de la dynas­tie. […] Si nous envi­sa­geons les fan­fa­ron­nades cos­mo­lo­giques éma­nant des centres monar­chiques comme révé­la­trices de la situa­tion réelle, nous ris­quons, comme l’a noté Richard O’Con­nor, d’im­po­ser “les ima­gi­naires impé­riaux de quelques grandes cours au reste de la région”. […] De tels récits servent, comme Wal­ter Ben­ja­min l’a rap­pe­lé, à don­ner une appa­rence de natu­rel à la pro­gres­sion et à la néces­si­té de l’É­tat en géné­ral, et de l’É­tat-nation en particulier. »

Or, ain­si que le rap­pelle Ber­nard Char­bon­neau dans son livre L’État :

« La Nation c’est l’État. L’État monar­chique a pré­exis­té de longs siècles au sen­ti­ment natio­nal fran­çais ; si la nation fran­çaise est la plus vraie et la plus stable, c’est parce qu’elle est née dans le cadre de l’État le plus ancien et le plus stable. Tout au plus, à force d’action per­sé­vé­rante, l’État crée cette réa­li­té par laquelle il pré­tend se jus­ti­fier. Com­ment se consti­tue la Nation ? Rare­ment par le peuple, le plus sou­vent par le Prince. […] À l’origine des grandes nations modernes, la volon­té popu­laire et la déci­sion des armes se confondent ; le plé­bis­cite, — quand il a lieu, — n’intervient qu’après coup.

Les nations sont nées de l’État, et les natio­na­lismes sont reven­di­ca­tions de l’État. Le natio­na­lisme affirme soit que le ter­ri­toire et les indi­vi­dus com­pris dans les limites d’un état forment une patrie et une socié­té natu­relle, soit que les hommes d’un pays, d’une reli­gion ou d’une culture déter­mi­née ont le droit de consti­tuer un état. […] Dans tous les cas le mou­ve­ment natio­nal vise à la créa­tion à l’extension ou à la défense de l’État. […]

Pour­quoi cette explo­sion des natio­na­lismes au XIXe siècle ? Parce qu’en détrui­sant tous les anciens liens l’État était deve­nu le seul lien. L’État enlève aux socié­tés la plu­part des fonc­tions dont dépend la vie des hommes ; désor­mais c’est lui qui ins­truit, pro­tège, nour­rit. […] Le sort de l’État est celui des hommes, qu’ils le veuillent ou non ; la pro­pa­gande est d’ailleurs là pour les aider à s’en rendre compte. »

L’historien Howard Zinn, dès l’introduction de son livre Une his­toire popu­laire des États-Unis De 1492 à nos jours, rap­pelle la même-chose :

« Les nations ne sont pas des com­mu­nau­tés et ne l’ont jamais été. L’histoire de n’importe quel pays, pré­sen­tée comme une his­toire de famille, dis­si­mule les plus âpres conflits d’intérêts (qui par­fois éclatent au grand jour et sont le plus sou­vent répri­més) entre les conqué­rants et les popu­la­tions sou­mises, les maîtres et les esclaves, les capi­ta­listes et les tra­vailleurs, les domi­nants et les domi­nés, qu’ils le soient pour des rai­sons de race ou de sexe. Dans un monde aus­si conflic­tuel, où vic­times et bour­reaux s’affrontent, il est, comme le disait Albert Camus, du devoir des intel­lec­tuels de ne pas se ran­ger aux côtés des bourreaux. »

La France, en tant que nation, ou État-nation, n’est que le pro­duit de l’asservissement des êtres humains qui peu­plaient son ter­ri­toire à des rois, qui créèrent et impo­sèrent — en usant de divers moyens de coer­ci­tion, y com­pris la vio­lence — le Royaume de France, puis à des empe­reurs, puis à des pré­si­dents. Il n’y a aucune fier­té à tirer d’avoir été fait pri­son­nier de ce pro­jet auto­ri­taire, ou de s’y iden­ti­fier, de s’y sou­mettre corps et âme. (Et ain­si du royaume d’Italie qui don­na nais­sance à l’Italie, du royaume d’Espagne à l’Espagne, ain­si du « Royaume-Uni », et ain­si de suite). Si les cathé­drales sont des sym­boles de « notre his­toire », elles sont des sym­boles de cette his­toire de la consti­tu­tion et de l’imposition des États-nations par la force, et par l’endoctrinement (y com­pris reli­gieux). Mais elles ne font cer­tai­ne­ment pas par­tie de « notre culture ». Du moins pas de la mienne. Celles et ceux qui s’imaginent que les cathé­drales font par­tie de leur culture s’identifient le plus sou­vent aux domi­nants, à leur culture, celles qu’ils ont impo­sée et qu’ils conti­nuent d’im­po­ser dans le cadre de la nation qu’ils ont créée de toute pièce — et qui désigne sim­ple­ment le ter­ri­toire géo­gra­phique sur lequel ils exercent leur domi­na­tion, qu’ils ont entre­pris d’unifier et d’uniformiser selon les règles qu’ils imposent.

Que les domi­nants, ceux qui dirigent aujourd’hui la « start-up nation » France, se lamentent misé­ra­ble­ment sur le sort de leur cathé­drale, du sym­bole de leur nation, ou de leur entre­prise (ce qui revient au même), c’est de bonne guerre. Mais que la masse des dépos­sé­dés en fasse autant témoigne lar­ge­ment de la réus­site du condi­tion­ne­ment impo­sé par les pre­miers, au moyen de la pro­pa­gande dont parle Ber­nard Char­bon­neau, et notam­ment de l’éducation natio­nale.

Il est signi­fi­ca­tif que les cathé­drales soient sou­vent com­pa­rées aux pyra­mides, aux temples de diverses civi­li­sa­tions. Elles sont ain­si clas­sées en tant que monu­ments de civilisation.

Dans son livre Le mes­sage des construc­teurs de cathé­drales, Chris­tian Jacq écrit que « le Moyen Age des cathé­drales » trouve « une com­po­sante fon­da­men­tale de son ins­pi­ra­tion dans les cultures du bas­sin médi­ter­ra­néen et, tout natu­rel­le­ment, dans la civi­li­sa­tion mère de la pen­sée sym­bo­lique occi­den­tale, l’Égypte pha­rao­nique ». Ain­si « la reli­gion des pha­raons four­nis­sait un nombre consi­dé­rable de modèles et d’archétypes aux sym­boles chré­tiens ». « La crosse de l’évêque chré­tien n’est autre qu’une trans­po­si­tion du sceptre-heka des pha­raons, l’une et l’autre ser­vant à gui­der magi­que­ment les hommes sur la voie de Dieu. Les grands éven­tails en plume d’autruche uti­li­sés à la cour des papes l’étaient déjà à la cour des pha­raons ; tiares, mitres et sceptres de l’ancienne papau­té n’étaient pas éloi­gnés des ori­gi­naux égyp­tiens. » Enfin : « Des pyra­mides aux cathé­drales s’est mani­fes­tée la véri­té d’une aven­ture vécue par des com­mu­nau­tés de bâtis­seurs, ini­tiés par des rites et des sym­boles iden­tiques quant au fond. »

Or, ain­si que l’his­to­rien et socio­logue états-unien Lewis Mum­ford l’écrit dans Le Mythe de la machine :

« L’étude de l’époque des Pyra­mides que je fis pour me pré­pa­rer à la rédac­tion de La Cité à tra­vers l’histoire me révé­la de manière inat­ten­due qu’il exis­tait un étroit paral­lé­lisme entre les pre­mières civi­li­sa­tions auto­ri­taires du Proche-Orient et la nôtre propre, bien que la plu­part de nos contem­po­rains conti­nuent de consi­dé­rer la tech­no­lo­gie moderne, non seule­ment comme le som­met du déve­lop­pe­ment intel­lec­tuel de l’homme, mais comme un phé­no­mène entiè­re­ment neuf. Au contraire, je m’aperçus que ce que les éco­no­mistes ont récem­ment nom­mé l’Age de la machine ou l’Age de la puis­sance avait son ori­gine, non dans la pré­ten­due révo­lu­tion indus­trielle du XVIIIe siècle, mais au tout début dans l’organisation d’une machine arché­ty­pique, for­mée d’éléments humains. »

Cette machine arché­ty­pique impliquait :

« une enré­gi­men­ta­tion et une dégra­da­tion cor­res­pon­dantes d’activités humaines autre­fois auto­nomes : la “culture de masse” et le “contrôle des masses” firent leur pre­mière appa­ri­tion. Non sans un mor­dant sym­bo­lisme, les pro­duits suprêmes de la méga­ma­chine, en Égypte, furent des tombes colos­sales, habi­tées par des cadavres momi­fiés ; tan­dis que plus tard en Assy­rie, ain­si que de façon répé­tée dans chaque autre empire en expan­sion, le témoi­gnage prin­ci­pal de son effi­cience tech­nique était un désert de vil­lages et de villes détruits, et de sols empoi­son­nés : le pro­to­type de sem­blables atro­ci­tés “civi­li­sées” d’aujourd’hui. […] Ces éga­re­ment colos­saux d’une culture déshu­ma­ni­sée, cen­trée sur la puis­sance, souillent avec mono­to­nie les pages de l’histoire, du viol de Sumer à la des­truc­tion de Var­so­vie, de Rot­ter­dam, Tokyo et Hiro­shi­ma. Tôt ou tard, à ce que sug­gère cette ana­lyse, nous devons avoir le cou­rage de nous deman­der : cette asso­cia­tion d’une puis­sance et d’une pro­duc­ti­vi­té peu com­munes avec une vio­lence et une des­truc­tion tout aus­si peu com­munes est-elle pure­ment accidentelle ? […] 

La régle­men­ta­tion bureau­cra­tique fai­sait en réa­li­té par­tie de la plus vaste régle­men­ta­tion de la vie, intro­duite par cette civi­li­sa­tion cen­trée sur le pouvoir. »

Les cathé­drales, au même titre que les pyra­mides, sont des sym­boles de la civi­li­sa­tion, de « l’ordre nou­veau » qu’elle a impo­sé, et que Lewis Mum­ford décrit dans son livre Les Trans­for­ma­tions de l’homme :

« Sur le plan éco­no­mique, l’ordre nou­veau s’est appuyé dans une large mesure sur l’exploitation vio­lente impo­sée aux culti­va­teurs et aux arti­sans par une mino­ri­té armée et tou­jours mena­çante : intrus iti­né­rants ou sei­gneurs locaux for­te­ment retran­chés. Car la civi­li­sa­tion a entraî­né l’assimilation de la vie humaine à la pro­prié­té et au pou­voir : en fait, la pro­prié­té et le pou­voir ont pris le pas sur la vie. Le tra­vail a ces­sé d’être une tâche accom­plie en com­mun ; il s’est dégra­dé pour deve­nir une mar­chan­dise ache­tée et ven­due sur le mar­ché : même les “ser­vices” sexuels ont pu être acquis. Cette subor­di­na­tion sys­té­ma­tique de la vie à ses agents méca­niques et juri­diques est aus­si vieille que la civi­li­sa­tion et hante encore toute socié­té exis­tante : au fond, les bien­faits de la civi­li­sa­tion ont été pour une large part acquis et pré­ser­vés — et là est la contra­dic­tion suprême — par l’usage de la contrainte et l’embrigadement métho­diques, sou­te­nus par un déchaî­ne­ment de vio­lence. En ce sens, la civi­li­sa­tion n’est qu’un long affront à la digni­té humaine. […] 

Escla­vage, tra­vail obli­ga­toire, embri­ga­de­ment social, exploi­ta­tion éco­no­mique et guerre orga­ni­sée : tel est l’aspect le plus sinistre des “pro­grès de la civi­li­sa­tion”. Sous des formes renou­ve­lées, cet aspect de néga­tion de la vie et de répres­sion est encore bien pré­sent aujourd’hui. »

On remar­que­ra au pas­sage que le natio­na­lisme pro­duit des indi­vi­dus qui se sou­cient fié­vreu­se­ment des sym­boles de la nation, ou des nations, ou de l’en­semble de nations (comme l’Oc­ci­dent) auquel on leur a appris à s’identifier, mais pas, ou rare­ment, des sym­boles équi­va­lents des autres nations, aux­quelles d’autres ont appris à s’identifier. Peu de Fran­çais déplorent la des­truc­tion de bâti­ments ou de villes plu­ri­sé­cu­laires dans des guerres en Libye, en Syrie, au Yémen, où la France et/ou des armes fran­çaises sont impliquées.

Quoi qu’il en soit, si bien plus d’individus sont attris­tés par l’incendie d’un bâti­ment que par le spé­ci­cide, l’écocide ou le bio­cide en cours, c’est qu’ils ont été condi­tion­nés pour se sou­cier davan­tage de ces sym­boles anthro­po­cen­trés à la gloire de la civi­li­sa­tion (ou de « la nation », ou de « la Répu­blique »), que des ani­maux et des plantes (sau­vages ou non), que du monde natu­rel qu’elle détruit (les mille trois cents chênes – ou vingt-et-un hec­tares de forêt –, qui ont été abat­tus pour construire la char­pente de Notre-Dame en savent quelque chose) ; leurs vies sont davan­tage consti­tuées de rela­tions avec des bâti­ments qu’avec des êtres vivants non humains, domes­ti­qués ou non.

Bref, que ce sym­bole de la domi­na­tion et de l’exploitation de l’humain par l’humain, du chris­tia­nisme (« les catho­liques pleurent un « sym­bole vivant » de leur foi »), de la « nation » France (cette orga­ni­sa­tion sociale éta­tique construite et impo­sée par une élite au tra­vers de moyens coer­ci­tifs), de la civi­li­sa­tion, de « la richesse et la puis­sance de la capi­tale capé­tienne de Phi­lippe Auguste » (Le Point), « de l’Occident » (Luchi­ni, Le Figa­ro), soit par­ti en flammes, ce n’est pas un drame (sauf pour les ido­lâtres comme Sté­phane Bern de l’hubris civi­li­sée et des accom­plis­se­ments des domi­nants à tra­vers l’histoire, qui est leur his­toire).

Ce qui est déplo­rable, en revanche, ce sont ces cen­taines d’oiseaux, de chauves-sou­ris et de petits ani­maux qui ont péri dans le bra­sier, et qui ont per­du leur foyer.

Mais que des mil­lions ou peut-être des mil­liards d’euros financent sa recons­truc­tion, dont une grande par­tie pro­vien­dra de l’évergétisme[1] des ultra-riches, c’est une nou­velle illus­tra­tion du mépris de la civi­li­sa­tion[2] pour le monde qu’elle détruit, pour les humains qu’elle exploite.

***

Qui a construit Thèbes aux sept portes ?
Dans les livres, on donne les noms des Rois.
Les Rois ont-ils traî­né les blocs de pierre ?
Baby­lone, plu­sieurs fois détruite,
Qui tant de fois l’a recons­truite ? Dans quelles maisons
De Lima la dorée logèrent les ouvriers du bâtiment ?
Quand la Muraille de Chine fut terminée,
Où allèrent, ce soir-là les maçons ? Rome la grande
Est pleine d’arcs de triomphe. Qui les éri­gea ? De qui
Les Césars ont-ils triom­phé ? Byzance la tant chantée.
N’avait-elle que des palais
Pour les habi­tants ? Même en la légen­daire Atlantide
Hur­lant dans cette nuit où la mer l’engloutit,
Ceux qui se noyaient vou­laient leurs esclaves.

Le jeune Alexandre conquit les Indes.
Tout seul ?
César vain­quit les Gaulois.
N’avait-il pas à ses côtés au moins un cuisinier ?

Quand sa flotte fut cou­lée, Phi­lippe d’Espagne
Pleu­ra. Per­sonne d’autre ne pleurait ?
Fré­dé­ric II gagna la Guerre de sept ans.
Qui, à part lui, était gagnant ?

À chaque page une victoire.
Qui cui­si­nait les festins ?
Tous les dix ans un grand homme.
Les frais, qui les payait ?

Autant de récits,
Autant de questions.

Ber­tolt Brecht (1898–1956), « Ques­tions que se pose un ouvrier qui lit »

***

Nous avons besoin d’une socié­té véri­ta­ble­ment démo­cra­tique, de déman­te­ler la civi­li­sa­tion indus­trielle capi­ta­liste, de déman­te­ler la socié­té de masse, hau­te­ment tech­no­lo­gique, sur laquelle elle repose, qui ne peut l’être, par défi­ni­tion[3]. Nous avons besoin de nous défaire de l’emprise idéo­lo­gique et cultu­relle qu’exercent les domi­nants, ceux qui dirigent actuel­le­ment la civi­li­sa­tion indus­trielle capi­ta­liste, tant à la tête des États que des mul­ti­na­tio­nales et autres cor­po­ra­tions. D’une déco­lo­ni­sa­tion de notre ima­gi­naire. Nous avons besoin de mettre un terme à la des­truc­tion du monde natu­rel sur laquelle reposent iné­luc­ta­ble­ment le capi­ta­lisme et la civi­li­sa­tion (désor­mais indus­trielle), depuis des siècles. Mais nous n’avons pas besoin que des mil­lions ou mil­liards soient dépen­sés pour recons­truire un monu­ment à la gloire d’un pas­sé men­son­ger, de la domi­na­tion éta­tique, du mythe de la nation, de l’ex­ploi­ta­tion de l’hu­main par l’hu­main, du chris­tia­nisme, de l’Oc­ci­dent, de la civi­li­sa­tion.

Nico­las Casaux


  1. Pra­tique remon­tant à l’An­ti­qui­té grecque et romaine. Elle consiste, pour les plus riches et les notables, à se mon­trer géné­reux aux yeux du peuple, en contri­buant aux dépenses publiques ou en orga­ni­sant des fes­ti­vi­tés. Par exemple, en payant les jeux du Cirque, ou la construc­tion de grands bâti­ments pres­ti­gieux.
  2. https://partage-le.com/2017/10/7993/
  3. Les hautes tech­no­lo­gies font par­tie des « tech­niques auto­ri­taires » dont par­lait Lewis Mum­ford, c’est-à-dire qu’elles sont des tech­no­lo­gies qui reposent sur une orga­ni­sa­tion sociale auto­ri­taire, contrai­re­ment aux « tech­niques démo­cra­tiques ». Mum­ford : « la tech­nique auto­ri­taire est une réa­li­sa­tion beau­coup plus récente : elle appa­raît à peu près au qua­trième mil­lé­naire avant notre ère, dans une nou­velle confi­gu­ra­tion d’invention tech­nique, d’observation scien­ti­fique et de contrôle poli­tique cen­tra­li­sé qui a don­né nais­sance au mode de vie que nous pou­vons à pré­sent iden­ti­fier à la civi­li­sa­tion, sans en faire l’éloge. Sous la nou­velle ins­ti­tu­tion de la royau­té, des acti­vi­tés aupa­ra­vant dis­sé­mi­nées, diver­si­fiées, à la mesure de l’homme, furent ras­sem­blées à une échelle monu­men­tale dans une sorte de nou­velle orga­ni­sa­tion de masse à la fois théo­lo­gique et tech­nique. Dans la per­sonne d’un monarque abso­lu, dont la parole avait force de loi, les puis­sances cos­miques des­cen­dirent sur terre, mobi­li­sèrent et uni­fièrent les efforts de mil­liers d’hommes, jusqu’alors bien trop auto­nomes et indé­pen­dants pour accor­der volon­tai­re­ment leurs actions à des fins situées au-delà de l’horizon du vil­lage. »

Une autre réac­tion sur le sujet :

Larmes de pharaons

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
  1. Ils sont si bien dres­sés ! Ce matin, petit tour au bis­trot du village.
    Tout le monde s’en fout mais si on aborde le sujet, on a droit à tous les pon­cifs écu­lés habituels.
    Et dire que les plus lucides (des non-lucides) voient la fin de la civi­li­sa­tion et pensent que c’est un pro­blème alors que c’est bien elle qui nous a mené là.
    Com­ment faire sor­tir les gens de cette dis­so­nance cognitive ?
    Aucune chance.
    On ne peut pas lut­ter contre un tel conditionnement.
    Même les plus éveillés veulent une hié­rar­chie, un chef, des struc­tures d’encadrement.
    Des gosses irres­pon­sables dépen­dants de papa patron, papa etat, mémé télé.
    Et n’ou­blions pas que les exploi­tés sont fait de la même boue que les exploiteurs.
    Cette huma­ni­té occi­den­ta­li­sé ne mérite que de souf­frir et c’est le cas, alors tant mieux.Ce n’est pas très chré­tien (les gros hypo­crites qui font sem­blant de s’in­té­res­ser à autrui uni­que­ment s’il est leur semblable.)mais je m’en fous.
    Le pro­blème, c’est qu’elle fait souf­frir aus­si ceux qui refusent sa domination.
    Je ne pense pas qu’il y est d’is­sue à ce para­digme mais le renon­ce­ment est pire, alors lut­tons de toutes nos forces, c’est tou­jours mieux que de vivre en larves.

  2. Je pense qu’il ne faut pas négli­ger aus­si la fas­ci­na­tion du feu, qui peut expli­quer que les badauds res­tèrent scot­chés pen­dant des heures, ce n’est pas tous les jours qu’on voit par­tir en fumée 100 mètres de toi­ture d’un coup, le com­bat des pom­piers, aus­si, exer­çait une sorte d’hyp­nose col­lec­tive, car ça a duré des heures, et on avait peur pour eux, aus­si. Beau­coup ont été révol­tés de voir qu’ils entraient dans le bâti­ment pour sau­ver des reliques et des oeuvres d’art, mais n’ont pas osé l’ex­pri­mer. Bref, qui a vu ça à la télé ne l’a pas vu, ni enten­du, ni res­pi­ré « pour de vrai », comme les pari­siens, c’est un truisme, déso­lée… Et fina­le­ment, le len­de­main, comme une sorte d’ad­mi­ra­tion pour les bâtis­seurs du pas­sé, qu’ils aient été oppri­més ou volon­taires, de voir que toute la pierre semble tenir le choc. Pas trop d’ac­cord avec le qua­li­fi­ca­tif de « Dis­ney » vite col­lé à Eugène Viol­let le Duc par Serge Qua­dru­pan­ni, Viol­let le Duc était un authen­tique créa­teur, un être libre et rebelle qu’il est inté­res­sant de découvrir.

  3. Je suis d’ac­cord avec l’es­sen­tiel de l’ar­ticle, sur le fait que cette cathé­drale peut sym­bo­li­ser les grandes heures de la hié­rar­chie asser­vis­sante mais que la plu­part des gens ne la per­çoivent que comme ce que l’hu­main fait de plus beau.
    Je pense qu’il ne faut tout de même pas enle­ver la dimen­sion artis­tique et his­to­rique à ce bâti­ment. Je ne suis pas par­ti­cu­liè­re­ment tou­ché par cet incen­die mais c’est une œuvre d’art qui dis­pa­raît, une œuvre que l’hu­main a pro­duit à un moment de son his­toire, une relique d’un temps pas­sé et de pra­tiques que l’on pour­rait vou­loir dépas­sées. Aujourd’­hui elle ren­force les natio­na­lismes mais demain peut-être elle sera repla­cée dans les construc­tions des idéo­lo­gies tra­giques de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Du nucléaire au renouvelable, critique du système énergétique (par Arnaud Michon & J.-B. Fressoz)

L’éolien est rarement envisagé comme il devrait l’être, c’est-à-dire comme une modalité particulière de la réquisition totale du territoire à des fins de production, de circulation et d’anéantissement du monde non domestiqué, comme en attestent à leur façon d’autres projets comme les constructions d’autoroutes, d’aéroports, de lignes à grande vitesse ou les projets d’extraction de gaz de schiste (sans oublier le gaz de houille qui n’implique pas de fracturation hydraulique et dont les gisements seraient abondants en France, dans les anciennes régions minières).