Emmanuel Macron et le « peuple de bâtisseurs » (par Nicolas Casaux)

Dans son allo­cu­tion du mar­di 16 avril, Emma­nuel Macron a van­té la gran­deur de « notre » nation, en fai­sant réfé­rence à « un peuple » et « son his­toire mil­lé­naire », au cours de laquelle « nous avons bâti des villes, des ports, des églises ».

Bien évi­dem­ment, il pas­sait sous silence ce que l’historien Howard Zinn rap­pelle dès l’introduction de son livre Une his­toire popu­laire des États-Unis De 1492 à nos jours :

« Les nations ne sont pas des com­mu­nau­tés et ne l’ont jamais été. L’histoire de n’importe quel pays, pré­sen­tée comme une his­toire de famille, dis­si­mule les plus âpres conflits d’intérêts (qui par­fois éclatent au grand jour et sont le plus sou­vent répri­més) entre les conqué­rants et les popu­la­tions sou­mises, les maîtres et les esclaves, les capi­ta­listes et les tra­vailleurs, les domi­nants et les domi­nés, qu’ils le soient pour des rai­sons de race ou de sexe. Dans un monde aus­si conflic­tuel, où vic­times et bour­reaux s’affrontent, il est, comme le disait Albert Camus, du devoir des intel­lec­tuels de ne pas se ran­ger aux côtés des bourreaux. »

Si la France a effec­ti­ve­ment une his­toire mil­lé­naire, c’est celle d’une oli­gar­chie qui est par­ve­nue à créer et impo­ser ce que l’on appelle France, à façon­ner la nation fran­çaise, à tra­vers un « pro­jet d’ho­mo­gé­néi­sa­tion », ain­si que le for­mule l’an­thro­po­logue James C. Scott[1] :

« Une fois en place, l’État (nation) moderne a entre­pris d’homogénéiser sa popu­la­tion et les pra­tiques ver­na­cu­laires du peuple, jugées déviantes. Presque par­tout, l’État a pro­cé­dé à la fabri­ca­tion d’une nation : la France s’est mise à créer des Fran­çais, l’Italie des Ita­liens, etc. […] 

Une grande diver­si­té de langues et de dia­lectes, sou­vent mutuel­le­ment inin­tel­li­gibles, a été, prin­ci­pa­le­ment par la sco­la­ri­sa­tion, subor­don­née à une langue natio­nale, qui était la plu­part du temps le dia­lecte de la région domi­nante. Ceci a mené à la dis­pa­ri­tion de langues, de lit­té­ra­tures locales, orales et écrites, de musiques, de récits épiques et de légendes, d’un grand nombre d’univers por­teurs de sens. Une énorme diver­si­té de lois locales et de pra­tiques a été rem­pla­cée par un sys­tème natio­nal de droit qui était, du moins au début, le même partout.

Une grande diver­si­té de pra­tiques d’utilisation de la terre a été rem­pla­cée par un sys­tème natio­nal de titres, d’enregistrement et de trans­fert de pro­prié­té, afin d’en faci­li­ter l’imposition. Un très grand nombre de péda­go­gies locales (appren­tis­sage, tuto­rat auprès de « maîtres » nomades, gué­ri­son, édu­ca­tion reli­gieuse, cours infor­mels, etc.) a géné­ra­le­ment été rem­pla­cé par un seul et unique sys­tème sco­laire natio­nal, dont un ministre fran­çais de l’Éducation s’est un jour van­té en affir­mant que, puisqu’il était pré­ci­sé­ment 10 h 20, il connais­sait le pas­sage pré­cis de Cicé­ron que tous les étu­diants de tel niveau étaient actuel­le­ment en train d’étudier par­tout en France. La vision uto­pique d’uniformité fut rare­ment réa­li­sée, mais ces pro­jets ont néan­moins réus­si à abo­lir une mul­ti­tude de pra­tiques vernaculaires.

Aujourd’hui, au-delà de l’État-nation comme tel, les forces de la stan­dar­di­sa­tion sont repré­sen­tées par des orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales. L’objectif prin­ci­pal d’institutions comme la Banque mon­diale, le FMI, I’OMC, l’Unesco et même l’Unicef et la Cour inter­na­tio­nale est de pro­pa­ger par­tout dans le monde des stan­dards nor­ma­tifs (des « pra­tiques exem­plaires ») ori­gi­naires, encore une fois, des nations de l’Atlantique Nord. Le poids finan­cier de ces agences est tel que le fait de ne pas se confor­mer à leurs recom­man­da­tions entraîne des péna­li­tés consi­dé­rables qui prennent la forme d’annulations de prêts et de l’aide inter­na­tio­nale. Le char­mant euphé­misme « har­mo­ni­sa­tion » désigne main­te­nant ce pro­ces­sus d’alignement ins­ti­tu­tion­nel. Les socié­tés mul­ti­na­tio­nales jouent éga­le­ment un rôle déter­mi­nant dans ce pro­jet de stan­dar­di­sa­tion. Elles aus­si pros­pèrent dans des contextes cos­mo­po­lites fami­liers et homo­gé­néi­sés où l’ordre légal, la régle­men­ta­tion com­mer­ciale, le sys­tème moné­taire, etc. sont uni­formes. De plus, elles tra­vaillent constam­ment, par la vente de leurs pro­duits et ser­vices et par la publi­ci­té, à fabri­quer des consom­ma­teurs, dont les goûts et les besoins sont leur matière première.

[…] Le résul­tat est une sévère réduc­tion de la diver­si­té cultu­relle, poli­tique et éco­no­mique, c’est-à-dire une homo­gé­néi­sa­tion mas­sive des langues, des cultures, des sys­tèmes de pro­prié­té, des formes poli­tiques et, sur­tout, des sen­si­bi­li­tés et des mondes vécus qui leur per­mettent de per­du­rer. Il est main­te­nant pos­sible de se pro­je­ter avec angoisse au jour, dans un ave­nir rap­pro­ché, où l’homme d’affaires de l’Atlantique Nord, en sor­tant de l’avion, trou­ve­ra par­tout dans le monde un ordre ins­ti­tu­tion­nel (des lois, des codes de com­merce, des minis­tères, des sys­tèmes de cir­cu­la­tion, des formes de pro­prié­tés, des régimes fon­ciers, etc.) tout à fait fami­lier. Et pour­quoi pas ? Ces formes sont essen­tiel­le­ment les siennes. Seuls la cui­sine, la musique, les danses et les cos­tumes tra­di­tion­nels demeu­re­ront exo­tiques et folk­lo­riques… bien que com­plè­te­ment commercialisés. »

C’est-à-dire qu’en van­tant « cette grande conti­nui­té qui fait la nation fran­çaise », Macron van­tait ce pro­ces­sus auto­ri­taire et sécu­laire[2] de stan­dar­di­sa­tion natio­nale, et inter­na­tio­nale, de fabri­ca­tion d’une nation par l’État (monar­chiste, ini­tia­le­ment, puis impé­ria­liste, puis répu­bli­cain, puis répu­bli­cain et soi-disant démo­cra­tique) et l’oligarchie qui le dirige et le diri­geait, cette « homo­gé­néi­sa­tion mas­sive des langues, des cultures, des sys­tèmes de pro­prié­té, des formes poli­tiques et, sur­tout, des sen­si­bi­li­tés et des mondes vécus ».

Par ailleurs, en affir­mant que « nous sommes ce peuple de bâtis­seurs » — au-delà du men­songe selon lequel nous sommes en quelque sorte un peuple uni, une nation, une grande famille, une com­mu­nau­té humaine sou­dée et exis­tant par choix, volon­tai­re­ment, qui serait le pro­duit d’un consen­sus (voir la cita­tion d’Howard Zinn, plus haut) — de bâtis­seurs qui construisent « des villes, des ports, des églises », notre cher monarque met le doigt sur le pro­blème qu’il cherche (sup­po­sé­ment) à résoudre  en affir­mant vou­loir make the pla­net great again. C’est pré­ci­sé­ment cette pul­sion d’une cer­taine culture humaine (la civi­li­sa­tion[3], désor­mais indus­trielle, résul­tat de l’homogénéisation et de la stan­dar­di­sa­tion dont parle Scott) à inlas­sa­ble­ment construire « des villes, des ports, des églises » (mais pas seule­ment, mais aus­si, et plus récem­ment, des auto­routes, des aéro­ports, des centres com­mer­ciaux, etc.), et à s’étendre, encore et encore, qui est en train de rava­ger la pla­nète. L’urbanisation, l’expansion du mode de vie urbain — qui implique celle de l’agriculture[4], de l’élevage et d’autres acti­vi­tés des­truc­trices du monde natu­rel (extrac­tions minières, etc.) — consti­tue le troi­sième prin­ci­pal fac­teur de la des­truc­tion mas­sive des espèces vivantes actuelle (qua­li­fiée de manière déres­pon­sa­bi­li­sante de sixième extinc­tion de masse des espèces). L’urbanisation a tou­jours été syno­nyme de des­truc­tions environnementales.

L’écrivain états-unien John Per­lin, auteur du monu­men­tal A Forest Jour­ney : The Sto­ry of Wood and Civi­li­za­tion (Périple de forêt : L’histoire du bois et de la civi­li­sa­tion) note que :

« Les écri­vains des temps pas­sés remar­quaient que les forêts reculent lorsque les civi­li­sa­tions se déve­loppent et croissent. Le poète romain Ovide a écrit qu’avant l’avènement de la civi­li­sa­tion, “on n’a­vait pas encore vu le pin arra­ché des mon­tagnes”. Mais avec son avè­ne­ment “les arbres qui, depuis si long­temps, cou­ron­naient immo­biles le som­met des mon­tagnes, allèrent, trans­for­més en navires, insul­ter des flots inconnus”. »

Les civi­li­sa­tions se carac­té­ri­saient éga­le­ment bien sou­vent par d’imposantes construc­tions en pierre. Ain­si que James C. Scott le rap­pelle dans son livre Homo Domes­ti­cus :

« Le fait que l’État ait fini par domi­ner les grands récits archéo­lo­giques et his­to­riques n’a rien de très éton­nant. Pour nous — Homo Sapiens — qui consi­dé­rons habi­tuel­le­ment les choses du point de vue d’une seule ou de quelques géné­ra­tions, la per­ma­nence de l’État et de son espace admi­nis­tré appa­raît comme une constante indis­so­ciable de notre condi­tion. Au-delà de l’hégémonie com­plète dont jouit actuel­le­ment l’organisation éta­tique, une grande par­tie des études archéo­lo­giques et his­to­riques du monde est finan­cée par l’État, et se résume sou­vent à un exer­cice nar­cis­sique de réa­li­sa­tion d’autoportrait. La tra­di­tion archéo­lo­gique qui, jusqu’à récem­ment, consis­tait à exhu­mer et à ana­ly­ser les ruines his­to­riques majeures, aggrave encore ce tra­vers. Ain­si, si vous construi­siez de manière monu­men­tale, en pierre, et en concen­trant oppor­tu­né­ment vos décombres en un seul endroit, il était assez pro­bable que vous soyez “décou­verts” et par-là même ame­nés à domi­ner les pages de l’histoire ancienne. Si, au contraire, vous construi­siez en bois, en bam­bou, ou en roseaux, vous ris­quiez fort d’échapper aux annales de l’archéologie. Et si vous étiez des chas­seurs-cueilleurs ou des nomades, même nom­breux, ne lais­sant der­rière vous qu’une fine couche clair­se­mée de déchets bio­dé­gra­dables, il était assez pro­bable que vous soyez tota­le­ment absents des archives archéologiques. »

Au lieu de conti­nuer à tri­mer pour la « start-up nation » de l’oligarchie macro­niste, ou plus géné­ra­le­ment pour la machine de mort mon­dia­li­sée que consti­tue la civi­li­sa­tion indus­trielle, nous ferions bien de cher­cher à déman­te­ler ces struc­tures sociales auto­ri­taires et des­truc­trices de la vie sur Terre, afin de (re-)créer une mul­ti­tude de cultures, de formes poli­tiques, de sen­si­bi­li­tés et de mondes vécus, démo­cra­tiques et fon­dés sur cet art per­du qui consiste à vivre sur Terre avec humi­li­té, sans lais­ser de trace, sans cher­cher à construire toutes sortes de monu­ments gigan­tesques en espé­rant lais­ser une marque (quelle méga­lo­ma­nie), mais plu­tôt en nous ins­pi­rant de ceux d’entre nous qui savaient — et de ceux qui savent encore — ne lais­ser der­rière eux « qu’une fine couche clair­se­mée de déchets biodégradables ».

Nico­las Casaux


  1. https://partage-le.com/2015/01/la-standardisation-du-monde-james-c-scott/
  2. Voir : « De la royau­té aux démo­cra­ties modernes : un conti­nuum anti­dé­mo­cra­tique » : https://partage-le.com/2018/08/de-la-royaute-aux-democraties-modernes-un-continuum-antidemocratique-par-nicolas-casaux/
  3. https://partage-le.com/2017/10/7993/
  4. « L’agriculture ou la pire erreur de l’histoire de l’humanité » (Jared Dia­mond) : https://partage-le.com/2016/09/lagriculture-ou-la-pire-erreur-de-lhistoire-de-lhumanite-par-jared-diamond-clive-dennis/

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
  1. Je sous­cris plei­ne­ment à votre réflexion et sa conclu­sion… mais, à près de 8 mil­liards d’in­di­vi­dus, ne pen­sez-vous pas qu’il soit trop tard?… avec toutes les consé­quences que ma ques­tion induit…
    hon­nê­te­ment, pen­sez-vous que nous puis­sions nous réor­ga­ni­ser pour revivre selon les us et cou­tumes des chas­seurs-cueilleurs « ne lais­sant der­rière eux « qu’une fine couche clair­se­mée de déchets biodégradables » ? »…
    j’en doute fort ou plu­tôt, non, par hon­nê­te­té à laquelle je vous invite, je n’y crois tout sim­ple­ment pas… je pense qu’il est (hélas) vrai­ment trop tard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le mythe de la machine : la pensée de Lewis Mumford

La civilisation moderne n’est plus qu’un véhicule gigantesque, lancé sur une voie à sens unique, à une vitesse sans cesse accélérée. Ce véhicule ne possède malheureusement ni volant, ni frein, et le conducteur n’a d’autres ressources que d’appuyer sans cesse sur la pédale d’accélération, tandis que, grisé par la vitesse et fasciné par la machine, il a totalement oublié quel peut être le but du voyage.