Les pandémies vont se multiplier (par Dahr Jamail)

Le texte sui­vant est une tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié, en anglais, le 10 avril 2020 sur le site The Cai­ro Review.


À mesure que la crise éco­lo­gique conti­nue­ra d’empirer et que l’humanité [et plus pré­ci­sé­ment, la civi­li­sa­tion, NDLR] conti­nue­ra de s’é­tendre au détri­ment des espaces natu­rels, les pan­dé­mies se multiplieront.

À ce jour, le nombre de per­sonnes infec­tées par le Covid-19 a dépas­sé les deux mil­lions. Quant au nombre de morts, il est proche de 150 000. Et chaque jour, le bilan empire. L’é­co­no­mie mon­diale s’est lar­ge­ment mise en veille tan­dis que les États confinent leurs popu­la­tions dans le but d’en­rayer la pro­gres­sion du virus. Impos­sible, pour l’ins­tant, de savoir quand cette crise mon­diale pren­dra fin.

D’a­près une étude du Scripps Research Ins­ti­tute inti­tu­lée « COVID-19 coro­na­vi­rus epi­de­mic has a natu­ral ori­gin » (« l’é­pi­dé­mie de mala­die à coro­na­vi­rus Covid-19 est d’o­ri­gine natu­relle ») publiée le 17 mars, le Covid-19 a été trans­mis de l’a­ni­mal à l’homme (pro­ba­ble­ment par des chauve-sou­ris) à Wuhan, en Chine. Or, si les condi­tions qui ont per­mis la pro­pa­ga­tion mon­diale du virus ont certes des com­po­santes natu­relles, elles sont aus­si anthro­piques : la crise cli­ma­tique qui s’ac­cen­tue et l’hu­ma­ni­té qui conti­nue de pro­li­fé­rer au détri­ment des espaces natu­rels. Ces deux phé­no­mènes favo­risent les contacts entre l’être humain et les agents infectieux.

Dire que les phé­no­mènes épi­dé­miques de l’am­pleur du Covid-19 n’ar­rivent qu’une fois dans une vie ne serait pas exact. 102 ans après la grippe espa­gnole, on devrait plu­tôt dire « une fois par siècle ».

Mais peut-on s’at­tendre à ce que les pan­dé­mies mon­diales conti­nuent de sur­ve­nir à cette fréquence ?

Le comportement humain comme vecteur

Les épi­dé­mio­lo­gistes appellent « vec­teurs » les inter­mé­diaires qui trans­portent et trans­mettent des agents infec­tieux à d’autres orga­nismes vivants. Dans le cas du Covid-19, les êtres humains sont des vec­teurs qui, à cause du tra­fic aérien, de l’é­co­no­mie mon­dia­li­sée et des mesures gou­ver­ne­men­tales lar­ge­ment inadé­quates (quoique très diverses), ont trans­mis la mala­die en se déplaçant.

« Jamais aupa­ra­vant les agents infec­tieux n’ont eu autant d’oc­ca­sions de se trans­mettre des ani­maux sau­vages et domes­tiques à l’être humain », a récem­ment expli­qué au Guar­dian Inger Ander­sen, la direc­trice du pro­gramme envi­ron­ne­men­tal des Nations Unies — non seule­ment à cause de l’ap­pé­tit insa­tiable de l’hu­ma­ni­té pour les voyages, mais aus­si de la des­truc­tion des éco­sys­tèmes et de l’ac­crois­se­ment de la pré­sence humaine. En effet, une étude publiée en 2001 inti­tu­lée « Risk fac­tors for human disease emer­gence » (« fac­teurs de risques d’é­mer­gence de patho­lo­gies chez l’homme ») a mon­tré que 75 % des mala­dies infec­tieuses pro­viennent des milieux natu­rels. Ander­sen pré­cise que « notre des­truc­tion conti­nue des espaces natu­rels nous a dan­ge­reu­se­ment rap­pro­chés de plantes et d’a­ni­maux por­teurs de mala­dies qu’ils peuvent trans­mettre à l’homme. »

Dans le contexte actuel, le pro­fes­seur Andrew Cun­nin­gham de la Socié­té zoo­lo­gique de Londres sou­ligne dans le même article que « l’é­mer­gence et la pro­pa­ga­tion du Covid-19 étaient non seule­ment pré­vi­sibles, mais même pré­vues, [en ceci qu’] on s’at­ten­dait à voir émer­ger un nou­veau virus d’o­ri­gine natu­relle qui mena­ce­rait la san­té publique. »

Cela fait en effet des années que cer­tains tirent la son­nette d’a­larme face à l’im­mi­nence d’une crise comme celle du Covid-19. Les épi­dé­mies de syn­drome res­pi­ra­toire aigu sévère (SARS-CoV‑1) en 2002–2003, de coro­na­vi­rus du syn­drome res­pi­ra­toire du Moyen-Orient (MERS-CoV) en 2012 et d’E­bo­la en 2014 avaient cha­cune de quoi alar­mer les gou­ver­ne­ments du monde, qui auraient dû prendre leurs pré­cau­tions dans les années pré-Covid-19. L’a­ver­tis­se­ment était le sui­vant : la des­truc­tion conti­nue des éco­sys­tèmes par le déve­lop­pe­ment, la défo­res­ta­tion, la crise cli­ma­tique et l’ex­ploi­ta­tion lucra­tive des ani­maux mène­rait inévi­ta­ble­ment à l’in­fec­tion des humains par des « zoo­noses », c’est-à-dire des mala­dies pro­ve­nant d’a­ni­maux au contact des­quels l’homme ne se serait pas trou­vé s’il n’a­vait pas détruit leurs milieux.

Le Covid-19, c’est tout sim­ple­ment le pas­sage à un stade supé­rieur des mala­dies favo­ri­sées par le com­por­te­ment délé­tère de l’hu­ma­ni­té contre la Terre. Le pro­fes­seur Cun­nin­gham va même jus­qu’à nous trou­ver « pro­ba­ble­ment un peu chan­ceux » avec le Covid-19, vu le taux de léta­li­té de 50 % d’E­bo­la et celui de 60–75 % du virus Nipah. Il consi­dère, comme beau­coup de scien­ti­fiques, qu’à moins que nous ne chan­gions de com­por­te­ment, l’a­ve­nir nous réserve davan­tage de pan­dé­mies, notam­ment si nous conti­nuons de concen­trer tou­jours plus d’animaux ani­maux sau­vages entre eux, et avec nous, sur les marchés.

« Avec autant de gens sur les mar­chés et au contact direct des fluides cor­po­rels de ces ani­maux, c’est un ter­rain tout à fait pro­pice à l’é­mer­gence [d’un agent patho­gène] », explique M. Cun­nin­gham. « S’il fal­lait ima­gi­ner un scé­na­rio qui maxi­mise les chances [de trans­mis­sion], je n’au­rais pas de meilleure idée. »

Le vul­ga­ri­sa­teur scien­ti­fique David Quam­men a son­né l’a­larme en 2012 dans son livre Spillo­ver : Ani­mal Infec­tions and the Next Human Pan­de­mic (« Conta­gion : les infec­tions ani­males et la pro­chaine pan­dé­mie humaine ». Il y exhorte les gou­ver­ne­ments et les acteurs de la san­té à se pré­mu­nir contre l’im­mi­nence de pan­dé­mies. « Pré­pa­rons-nous à un nou­veau virus, peut-être un coro­na­vi­rus dont l’hôte serait un ani­mal sau­vage, comme une chauve-sou­ris. Voi­là les aver­tis­se­ments que j’ai for­mu­lés dans Spillo­ver », raconte Quam­men à Orion Maga­zine. Ses brefs conseils concer­nant ce qui risque d’ar­ri­ver et com­ment s’y pré­pa­rer méritent qu’on les répète :

« Pré­pa­rez-vous au pire et espé­rez le meilleur ; tant que nous cap­tu­re­rons des ani­maux sau­vages et que nous leur ouvri­rons les entrailles, nous serons loin d’en avoir fini avec les conta­gions zoo­no­tiques. Une forêt tro­pi­cale, riche d’une faune très diverse et de nom­breux micro-orga­nismes, c’est comme une vieille grange : si vous l’é­cra­sez avec un bull­do­zer, les virus vont se répandre dans l’air comme de la pous­sière ; alors, sur­tout, fou­tez la paix aux chauves-souris. »

Voi­là pour­quoi, selon Ander­sen, il est essen­tiel de mettre fin à la des­truc­tion des éco­sys­tèmes et de la bio­di­ver­si­té pro­vo­quée par la crois­sance démo­gra­phique et économique.

Les feux de forêt qui ont rava­gé le Bré­sil et l’Aus­tra­lie en 2019 illus­trent, explique-t-elle, le fait que le com­por­te­ment humain pré­pare le ter­rain pour les pan­dé­mies. Elle éta­blit un lien direct entre les incen­dies en Ama­zo­nie et la poli­tique du pré­sident bré­si­lien Jair Bol­so­na­ro, menée dans l’in­té­rêt de l’in­dus­trie de l’é­le­vage et de l’a­gro-indus­trie. En outre, ces incen­dies ont été favo­ri­sés par la hausse des tem­pé­ra­tures mon­diales que pro­voque la crise cli­ma­tique, qui induit aus­si un déclin de la biodiversité.

Pour Ander­sen comme pour Quam­men, cette des­truc­tion conti­nue des espaces où peut pros­pé­rer la vie sau­vage est la cause de notre trop grande proxi­mi­té avec les hôtes ani­maux et végé­taux de virus mor­tels, qu’ils peuvent nous trans­mettre, comme c’est arri­vé pour le Covid-19.

Même la Banque mon­diale s’est fait l’é­cho de ces pro­pos. « L’o­ri­gine et le che­mi­ne­ment de la pan­dé­mie de coro­na­vi­rus ne devraient pas nous sur­prendre », écri­vait récem­ment Daniel Mira-Sala­ma, spé­cia­liste de l’en­vi­ron­ne­ment, sur un blog de la Banque mon­diale. « Lors de l’é­pi­dé­mie de 2003, le SRAS a été trans­mis à l’homme par la civette (chat mus­qué), qui était ven­due sur les mar­chés comme ani­mal de com­pa­gnie mais aus­si comme ali­ment de choix. En 2012, le MERS a été trans­mis à l’homme par le cha­meau. La grippe aviaire, le virus Nipah, Ebo­la, le VIH… ont tous en com­mun, avec bien d’autres mala­dies infec­tieuses émer­gentes, de pro­ve­nir des ani­maux et d’ensuite infec­ter l’homme. »

Pour le pro­fes­seur Cun­nin­gham, la pan­dé­mie mon­diale que nous tra­ver­sons est « un aver­tis­se­ment fla­grant ». Il ajoute que « le com­por­te­ment humain est tou­jours à l’o­ri­gine [des pan­dé­mies] qui, à moins que nous nous com­por­tions dif­fé­rem­ment, seront plus nom­breuses à l’avenir. »

Cela étant, à l’heure d’aujourd’hui, de nom­breux États conti­nuent d’hésiter entre la pro­tec­tion de leurs éco­no­mies et la mise en œuvre des mesures dra­co­niennes néces­saires afin d’enrayer la pro­pa­ga­tion du coronavirus.

Les États-Unis, par exemple, sont désor­mais le pays le plus tou­ché par la pan­dé­mie de Covid-19 : même les modé­li­sa­tions de la Mai­son-Blanche montrent que 2,2 mil­lions d’A­mé­ri­cains auraient pu mou­rir si aucune mesure n’a­vait été prise, et jus­qu’à 240 000 pour­raient mou­rir mal­gré les mesures en place.

Si, aujourd’­hui, les États-Unis prennent effec­ti­ve­ment des dis­po­si­tions visant à conte­nir le virus, c’est seule­ment après des mois pas­sés à igno­rer l’am­pleur poten­tielle de la menace, ce qui a per­mis au virus de s’ins­tal­ler en pro­fon­deur dans cer­taines com­mu­nau­tés, par­tout dans le pays. La poli­tique de dépis­tage géné­ral a du retard et, même si des États comme celui de Washing­ton ont mis en place un confi­ne­ment et par­viennent assez effi­ca­ce­ment à ralen­tir la pro­pa­ga­tion, d’autres, comme la Flo­ride, ont trop fai­ble­ment réagi.

C’est pour­quoi, à défaut d’une réponse natio­nale sérieuse et uni­forme, la pro­pa­ga­tion rapide du virus semble inévi­table, comme l’Eu­rope s’en est ren­du compte il y a peu.

Le climat comme vecteur

Outre la des­truc­tion et l’invasion des milieux natu­rels, l’autre fac­teur essen­tiel pré­ci­pi­tant le déve­lop­pe­ment iné­luc­table des pan­dé­mies est aus­si d’o­ri­gine humaine : il s’agit de la crise cli­ma­tique, qui s’accélère.

La crise cli­ma­tique fait peser une double menace pan­dé­mique : d’une part le dérè­gle­ment des tem­pé­ra­tures et des pré­ci­pi­ta­tions per­met aux agents infec­tieux et à leurs hôtes de se dépla­cer dans des régions où sur­vivre leur était aupa­ra­vant impos­sible, et d’autre part l’ac­cé­lé­ra­tion de la fonte des glaces libère d’an­ciens virus déjà incubés.

Des micro-orga­nismes patho­gènes figés dans la glace du per­ma­frost de l’Arc­tique ont déjà été libé­rés par la fonte des glaces due au réchauf­fe­ment cli­ma­tique. En août 2016, en Sibé­rie, un jeune gar­çon est mort et 20 per­sonnes ont été hos­pi­ta­li­sées après avoir été expo­sées au bacille du char­bon suite à la fonte du per­ma­frost. Ce bacille pro­ve­nait de la car­casse d’un renne infec­té qui avait pas­sé 75 ans dans la glace… Jus­qu’à la vague de cha­leur esti­vale de 2016. Le bacille a été libé­ré dans l’eau et les sols des zones ou pais­saient les rennes, dont la viande est consom­mée en Sibé­rie, expo­sant ain­si la popu­la­tion humaine.

Cer­tains scien­ti­fiques craignent que la fonte du per­ma­frost n’ouvre la boîte de Pan­dore des mala­dies. Ain­si que l’a expli­qué Jean-Michel Cla­ve­rie, cher­cheur en bio­lo­gie évo­lu­tive à l’U­ni­ver­si­té d’Aix-Mar­seille, à la BBC en mai 2017 : « Le per­ma­frost pré­serve très bien les micro-orga­nismes : c’est un milieu froid, sombre et sans oxy­gène ». « Des virus patho­gènes pou­vant infec­ter l’être humain et les ani­maux pour­raient se trou­ver dans les couches anciennes du per­ma­frost, cer­tains ayant pu pro­vo­quer des épi­dé­mies mon­diales il y a longtemps ».

La fonte du per­ma­frost, le dérè­gle­ment du cli­mat et des pré­ci­pi­ta­tions et l’in­va­sion par l’homme des milieux natu­rels ont non seule­ment ouvert la voie à la pro­pa­ga­tion du Covid-19, mais en outre garan­tissent des pan­dé­mies mon­diales plus fré­quentes et plus létales si le com­por­te­ment humain vis-à-vis de la pla­nète ne prend pas un tour­nant radical.

Une étude publiée en 2011 dans le jour­nal Glo­bal Health Action aver­tis­sait : « suite à la fonte du per­ma­frost, les vec­teurs de mala­dies mor­telles des XVIII et XIXe siècles pour­raient reve­nir, notam­ment aux envi­rons des cime­tières où reposent les vic­times de ces mala­dies infectieuses. »

En 2005, la NASA a mon­tré dans une étude qu’il était pos­sible de réveiller des bac­té­ries conge­lées depuis 32 000 ans et, en 2007, des scien­ti­fiques ont rame­né à la vie des bac­té­ries figées depuis huit mil­lions d’an­nées dans la glace de l’Antarctique.

Même si toutes les bac­té­ries ne sur­vivent pas aux très longues périodes de congé­la­tion, cer­taines le peuvent ; celles dont nous avons connais­sance ont de quoi inquié­ter — sans par­ler de celles qu’il nous reste à découvrir.

Une autre ten­ta­tive a por­té ses fruits en 2014 : il s’a­gis­sait de réani­mer deux virus figés dans la glace du per­ma­frost sibé­rien depuis 30 000 ans. Ils sont deve­nus infec­tieux peu après leur réanimation.

Pour Cla­ve­rie, il existe une pro­ba­bi­li­té non négli­geable que des micro-orga­nismes patho­gènes puissent res­sur­gir, comme le montrent plu­sieurs études. Il explique à la BBC qu’il « peut s’a­gir de bac­té­ries qu’on peut éli­mi­ner grâce aux anti­bio­tiques, mais aus­si de bac­té­ries résis­tantes ou de virus. Si l’agent patho­gène n’a pas été au contact de l’homme depuis long­temps, alors notre sys­tème immu­ni­taire n’y est pas pré­pa­ré. Donc oui, cela pour­rait être dangereux. »

D’a­près l’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té (OMS), il existe trois méthodes prin­ci­pales pour étu­dier les liens entre les mala­dies infec­tieuses et la crise climatique.

D’a­bord, on peut exa­mi­ner les liens entre les varia­tions cli­ma­tiques et l’é­mer­gence de mala­dies infec­tieuses dans le pas­sé, comme les pics de palu­disme qui ont eu lieu en même temps que les évé­ne­ments météo­ro­lo­giques extrêmes : en Inde par exemple, l’exa­cer­ba­tion des mous­sons par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique a conduit à une aug­men­ta­tion des pré­ci­pi­ta­tions et de l’hu­mi­di­té, déclen­chant de graves épi­dé­mies de paludisme.

De même, on peut exa­mi­ner un par un ces signes avant-cou­reurs d’une vul­né­ra­bi­li­té accrue aux mala­dies qui conti­nuent d’ap­pa­raître, notam­ment les tem­pé­ra­tures et les évé­ne­ments météo­ro­lo­giques extrêmes.

Grâce aux don­nées appor­tées par ces deux études, il est pos­sible de conce­voir un modèle pré­dic­tif per­met­tant d’es­ti­mer l’am­pleur des futures mala­dies infec­tieuses en fonc­tion de dif­fé­rents scé­na­rios cli­ma­tiques envi­sa­gés. Cer­tains modèles montrent, comme on s’y atten­dait, une aug­men­ta­tion mon­diale de l’in­ci­dence du palu­disme à mesure que les tem­pé­ra­tures, l’hu­mi­di­té et la fré­quence des inci­dents cli­ma­tiques extrêmes augmentent.

D’a­près l’OMS, « les modé­li­sa­tions sur le palu­disme montrent que de petites aug­men­ta­tions de tem­pé­ra­ture peuvent affec­ter dras­ti­que­ment son poten­tiel de trans­mis­sion. À l’é­chelle pla­né­taire, une aug­men­ta­tion de tem­pé­ra­ture de 2 ou 3 °C cor­res­pon­drait à une aug­men­ta­tion de 3 à 5 points du pour­cen­tage de la popu­la­tion vivant dans un cli­mat pré­sen­tant un risque de palu­disme, c’est-à-dire plu­sieurs cen­taines de mil­lions de per­sonnes. En outre, la durée sai­son­nière du palu­disme aug­men­te­rait dans de nom­breuses zones endémiques. »

Les exemples ne manquent pas. En 2012, les États-Unis ont connu la pire épi­dé­mie de fièvre du Nil occi­den­tal de l’his­toire du pays au cours de laquelle, dans l’aire urbaine de Dal­las, 19 per­sonnes ont trou­vé la mort à cause de la pro­li­fé­ra­tion d’in­sectes infec­tés dans les sec­teurs aux tem­pé­ra­tures esti­vales supé­rieures à la moyenne.

Des cher­cheurs sont arri­vés à la conclu­sion que le dan­ger épi­dé­mique du réchauf­fe­ment cli­ma­tique réside dans sa pro­pen­sion à faire aug­men­ter la conta­gio­si­té et le taux de mul­ti­pli­ca­tion des virus. Robert Haley, direc­teur du dépar­te­ment d’é­pi­dé­mio­lo­gie de l’École médi­cale du Sud-Ouest de l’U­ni­ver­si­té du Texas et co-auteur d’une étude majeure sur l’é­pi­dé­mie de fièvre du Nil occi­den­tal de 2012 a décla­ré aux médias que « toutes choses égales par ailleurs, on peut pré­dire que le réchauf­fe­ment cli­ma­tique aggra­ve­ra encore davan­tage la situation ».

« Plus la pla­nète se réchauffe, plus les agents infec­tieux et leurs vec­teurs tro­pi­caux et sub­tro­pi­caux se déplacent vers les zones tem­pé­rées », explique Daniel Brooks, cher­cheur en bio­lo­gie de l’é­vo­lu­tion à l’U­ni­ver­si­té du Nebras­ka, au Washing­ton Post en novembre 2015. « Les pays comme les États-Unis ont ten­dance à se sen­tir en sécu­ri­té, comme si les agents infec­tieux et leurs vec­teurs s’ar­rê­taient aux fron­tières. Ce n’est pas avec une bar­rière qu’on va les empê­cher d’en­trer sur un territoire. »

En bref, des patho­lo­gies qui, aupa­ra­vant, étaient confi­nées dans la région équa­to­riale se répandent au nord et au sud, dans des régions où ces agents infec­tieux ne pou­vaient jus­qu’à pré­sent pas sur­vivre et dont les habi­tants, qui se comptent en cen­taines de mil­lions voire en mil­liards, consti­tuent des hôtes de choix.

Autre exemple. Une étude de 2013 a clai­re­ment mon­tré que les hivers anor­ma­le­ment doux sont très sou­vent sui­vis de sai­sons de grippe plus pré­coces et plus intenses l’an­née sui­vante ; une autre étude encore, publiée cette année, met en garde contre le fait que les varia­tions impor­tantes et abruptes du cli­mat contri­buent à aggra­ver les épi­dé­mies de grippe. Ce qui devrait nous faire réflé­chir, étant don­né que 19 des 20 années les plus chaudes jamais enre­gis­trées se situent après 2000 et que les six der­nières ont été les six plus chaudes jamais enregistrées.

Du reste, les tem­pé­ra­tures océa­niques aug­mentent à une vitesse sans pré­cé­dent, les incen­dies et les séche­resses, de plus en plus graves et fré­quents, rasent des forêts aux quatre coins du globe et les zones gelées de la pla­nète fondent à un rythme de plus en plus sou­te­nu. Les phé­no­mènes météo­ro­lo­giques extrêmes sont de plus en plus fré­quents : l’ou­ra­gan Har­vey, qui a frap­pé la ville de Hous­ton (Texas) en 2017, a déver­sé tel­le­ment de pluie que la croûte ter­restre s’est affais­sée de deux cen­ti­mètres dans la région.

Men­tion­nant ces phé­no­mènes dans le contexte de la fièvre du Nil occi­den­tal, Brooks sou­ligne que « la bio­lo­gie est répu­tée non linéaire, par­se­mée de seuils à par­tir des­quels l’en­fer se déchaîne, pro­vi­soi­re­ment bien sûr » — ses mots sonnent comme une mise en garde pro­phé­tique à l’heure du Covid-19. « Pre­nons, par ana­lo­gie, une crise car­diaque. On peut se sen­tir plu­tôt bien jus­qu’à ce que, d’un coup, on meure. »

Même en met­tant de côté le pro­blème des agents patho­gènes, la vie sur une pla­nète au cli­mat déré­glé pro­met d’être de plus en plus dif­fi­cile : les pénu­ries de nour­ri­ture et d’eau, les conflits mili­taires, les migra­tions humaines mas­sives résul­tant de la mon­tée du niveau des océans, les séche­resses et les phé­no­mènes météo­ro­lo­giques extrêmes ne vont faire que se multiplier.

Sans par­ler de la machi­ne­rie éco­no­mique qui conti­nue de défo­res­ter, de forer, de brû­ler, d’en­va­hir des milieux où des agents patho­gènes incon­nus pour­raient s’a­vé­rer plus dévas­ta­teurs encore que le Covid-19.

« On peut dire, je crois, que les choses vont chan­ger et qu’on s’at­tend à ce que le risque aug­mente », explique Chris­tine John­son, direc­trice de l’Epi­Cen­ter for Disease Dyna­mics (« Labo­ra­toire cen­tral de dyna­mique des mala­dies ») de l’É­cole de méde­cine vété­ri­naire de l’U­ni­ver­si­té de Cali­for­nie, Davis, citée dans un article d’E&E News en mars. « Mais on ne sau­rait pré­voir avec cer­ti­tude quelles mala­dies appa­raî­tront, ni où, ni quand. »

Ce chan­ge­ment cli­ma­tique contre lequel nous ne fai­sons rien a dérou­lé un tapis rouge au Covid-19 — que d’autres pan­dé­mies, pro­ba­ble­ment bien pires, risquent de fou­ler à leur tour.

Dahr Jamail

Tra­duc­tion : Romain Labat

Cor­rec­tion : Lola Bearzatto


Dahr Jamail a reçu le Mar­tha Gel­horn Award for Jour­na­lism et l’Iz­zy Award for Outs­tan­ding Achie­ve­ment in Inde­pendent Media. Son der­nier livre, The End of Ice : Bea­ring Wit­ness and Fin­ding Mea­ning in the Path of Cli­mate Dis­rup­tion (« La fin de la glace : témoi­gnage et quête de sens face au bou­le­ver­se­ment cli­ma­tique »), est dans le top 10 de 2019 des livres de science du Smith­so­nian Maga­zine. Il est aus­si l’au­teur de Beyond the Green Zone (« Par-delà la zone verte ») et The Will to Resist (« La volon­té de résis­ter »). Twit­ter : @DahrJamail.

Print Friendly, PDF & Email
Total
145
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

La guerre mondiale contre la nature (par Armand Farrachi)

Les dirigeants nous rappellent régulièrement que nous sommes en guerre : en guerre contre le terrorisme, en guerre contre les virus, en guerre contre le chômage. Mais la véritable guerre d’aujourd’hui, la guerre mondiale, totale, la guerre de plus de cent ans, c’est la guerre menée non contre une nation ou un fléau mais contre la nature et contre ceux qui la défendent, avec, pour armes de destruction massive, le commerce international et la technologie. [...]
Lire

A la racine des luttes sociales et écologiques : la lutte contre la civilisation (par Mike Sliwa)

La civilisation est rarement remise en cause lorsqu’on discute de justice sociale. Il y en a bien quelques-uns qui font la connexion entre justice et civilisation, mais ils sont peu, et restent vagues. Lorsque j’ai commencé à connecter la civilisation à la justice sociale, j’ai complètement perdu certaines personnes. Cela peut être lié au fait que je n’ai pas présenté de documentation assez claire ou assez bonne, mais au fil des ans, je me suis mis à penser qu’il y avait plus que ça. J’ai commencé à remettre en question nos arrangements de vie, et, pour certains, ça n’est pas négociable.