Nous ne devrions pas exister — La philosophie de l’antinatalisme (par David Benatar)

Le texte qui suit, tra­duit par nos soins (article ori­gi­nal en anglais à cette adresse), nous semble poser des ques­tions et des remarques inté­res­santes (peu ou jamais dis­cu­tées). Cela dit, celles-ci semblent plus cor­res­pondre à l’être humain indus­triel civi­li­sé qu’à l’indigène/autochtone inci­vi­li­sé, vivant de et avec l’écosystème dont il fait par­tie. En effet, en ce qui concerne les souf­frances de la vie dont parle David Bena­tar, liées par exemple aux mala­dies dégé­né­ra­tives, entre autres, celles-ci sont le plus sou­vent des mala­dies dites de « civi­li­sa­tion » ; à pro­pos de la « des­truc­ti­vi­té » inhé­rente à l’homme, qu’il men­tionne, ce com­por­te­ment semble carac­té­ri­ser une fois de plus l’être humain indus­triel civi­li­sé et pas l’indigène/autochtone inci­vi­li­sé, dont la culture lui a par­fois per­mis (et lui per­met encore dans quelques cas) de vivre en har­mo­nie, pen­dant des mil­liers d’années, sur un ter­ri­toire, sans le détruire.


La philosophie de l’antinatalisme

Par le professeur David Benatar (Université du Cap, Afrique du Sud)

15 juillet 2015

Aupa­ra­vant, il était rare que mes élèves me demandent si j’avais vu un épi­sode par­ti­cu­lier d’une série télé­vi­sée. Cela a chan­gé lorsque True Detec­tive a été dif­fu­sée et lorsque les élèves se sont mis à me deman­der si j’avais vu cette série. Ce qui a sou­le­vé ces ques­tions, ai-je fini par apprendre, c’étaient les remarques anti­na­ta­listes du détec­tive Rus­tin Cohle, ain­si que le fait que Nic Piz­zo­lat­to, le scé­na­riste, ait recon­nu dans une inter­view que mon livre anti­na­ta­liste, Bet­ter Never to Have Been (« Mieux vau­drait ne pas exis­ter ») [1], fai­sait par­tie des tra­vaux ayant ins­pi­ré la vision du monde de Rust Cohle [2].

Cela m’a for­te­ment sur­pris, ain­si que d’autres, qu’une “telle série télé­vi­sée dif­fuse de façon si fla­grante une phi­lo­so­phie sombre … [l’antinatalisme]…  qui sug­gère que nous devrions ces­ser de nous repro­duire” [3]. Une large audience a alors pris connais­sance de cette morose vision du monde.

Le risque, cepen­dant, c’est que l’antinatalisme soit étroi­te­ment asso­cié au per­son­nage de Rust Cohle par ceux dont la seule expo­si­tion à cette vision du monde se fait par le biais de True Detec­tive. L’antinatalisme ris­que­rait alors d’être confon­du ou asso­cié à d’autres sombres carac­té­ris­tiques du per­son­nage de Rust Cohle, dont le nihi­lisme, la vio­lence et l’alcoolisme.

L’antinatalisme est le point de vue selon lequel nous devrions ces­ser de pro­créer – qu’il est mau­vais d’avoir des enfants. Plu­sieurs routes mènent à cette conclu­sion. Cer­taines d’entre elles pour­raient être qua­li­fiées de « phi­lan­thro­piques ». Elles émanent de pré­oc­cu­pa­tions pour les humains qui seront ame­nés à exis­ter si nous pro­créons. Selon ces argu­ments, la vie est pleine de souf­france et nous ne devrions pas en rajou­ter. Beau­coup de pro­na­ta­listes réfutent cette affir­ma­tion et pré­tendent, au moins, que dans la vie le bon l’emporte sur le mau­vais. Ils devraient se sou­ve­nir de ce qui suit.

Tout d’abord, de nom­breuses preuves issues de recherches psy­cho­lo­giques sug­gèrent que les gens (la plu­part) ont ten­dance à faire preuve d’un opti­misme biai­sé et sont sou­mis à d’autres traits psy­cho­lo­giques les pous­sant à sous-esti­mer la part de mal­heur dans leur vie [4]. Nous avons donc une excel­lente rai­son de ne pas faire confiance au constat enjoué que la plu­part des gens font de leur vie.

Deuxiè­me­ment, une étude minu­tieuse nous montre toute la souf­france que l’on y trouve. Consi­dé­rez, par exemple, les mil­lions qui vivent dans la pau­vre­té, et souffrent donc de la vio­lence ou de sa menace. La détresse et le trouble psy­cho­lo­giques sont très répan­dus. Les taux de dépres­sion sont éle­vés. Tout le monde souffre de frus­tra­tions et de deuils. La vie est sou­vent ponc­tuée par des périodes de mau­vaise san­té. Cer­taines pas­se­ront sans effet durable mais d’autres lais­se­ront des séquelles à vie. Dans les plus pauvres endroits du monde, les mala­dies infec­tieuses repré­sentent la majeure par­tie du far­deau des mala­dies. Cepen­dant, ceux du monde déve­lop­pé ne sont pas épar­gnés par ces dou­lou­reuses mala­dies. Ils souffrent de crises car­diaques, de diverses mala­dies dégé­né­ra­tives et de cancer.

Troi­siè­me­ment, même si l’on pense que le meilleur des vies humaines est (assez) bon, pro­créer c’est infli­ger, à l’être que vous créez, des risques inac­cep­tables de souf­frances gro­tesques, même si cela ne se pro­duit qu’en fin de vie. Par exemple, 40% des hommes et 37% des femmes, en Grande-Bre­tagne, déve­lop­pe­ront un can­cer durant leur exis­tence. Ce sont des sta­tis­tiques ter­ribles. Infli­ger cela à une autre per­sonne en la met­tant au monde est irres­pon­sable. Rust Cohle exprime cette idée lorsqu’il dit pen­ser à « l’hubris qu’il faut pour extir­per une âme du néant et la plon­ger là-dedans… la pro­je­ter à tra­vers cette broyeuse… » [5] (sa réfé­rence aux âmes doit mani­fes­te­ment être consi­dé­rée comme une métaphore).

Une autre voie menant à l’antinatalisme résulte d’un argu­ment que je qua­li­fie de “misan­thrope”. Selon cet argu­ment les humains sont une espèce pro­fon­dé­ment mau­vaise et des­truc­trice, res­pon­sable de la souf­france et de la mort de mil­liards d’animaux humains et non-humains. [6] Si ce niveau de des­truc­tion était le fait d’une autre espèce, nous recom­man­de­rions rapi­de­ment que ses nou­veaux membres ne voient pas le jour.

Bien que Rus­tin Cohle n’emploie pas expli­ci­te­ment la misan­thro­pie pour sou­te­nir son anti­na­ta­lisme, il l’est cer­tai­ne­ment. Il observe par exemple, à juste titre, que « les gens qui ne sont pas sujets à la culpa­bi­li­té passent géné­ra­le­ment un bon moment ». [7] Ses infé­rences misan­thropes ne sont pas néces­sai­re­ment celles qu’un anti­na­ta­liste sou­tien­drait. Par exemple, pour jus­ti­fier sa propre vio­lence (« noble »), il dit que « le monde a besoin d’hommes mau­vais. Nous le pro­té­geons des autres hommes mau­vais ». [8] Les anti­na­ta­listes ne s’accordent pas quant à savoir si ou quand la vio­lence est ou non jus­ti­fiée. L’antinatalisme n’est pas une théo­rie morale com­plète, seule­ment un point de vue sur la mora­li­té de la pro­créa­tion. Cepen­dant, il est peu pro­bable que la vio­lence jus­ti­cière, dans laquelle s’engagent Rus­tin Cohle et son par­te­naire Mar­tin Hart, puisse être jus­ti­fiée si des consi­dé­ra­tions morales per­ti­nentes étaient utilisées.

L’antinatalisme n’implique pas non plus le recours à l’alcoolisme. Consom­mé en excès, l’alcool tend à faire empi­rer et non pas à amé­lio­rer la vie – à la fois pour ceux qui le boivent et pour ceux qui sont en contacts avec ceux qui com­mettent ces abus.

Une ten­dance com­mune asso­cie les anti­na­ta­listes aux nihi­listes. Rust Cohle pré­tend être un nihi­liste. Cepen­dant, en dépit de ses affir­ma­tions, comme Nic Piz­zo­lat­to lui-même le sou­ligne, Rust n’est pas un nihi­liste. [9] Les nihi­listes (de la valeur) pensent que rien n’importe, mais Rust, et les anti­na­ta­listes en géné­ral, pensent que beau­coup de choses importent. La souf­france des gens, par exemple, importe. L’antinatalisme se fonde sur une pro­fonde pré­oc­cu­pa­tion quant à la valeur plu­tôt qu’à son absence.

Ce ne sont pas que les humains, mais aus­si les autres ani­maux, ou au moins les ani­maux sen­sibles, qui se retrouvent lésés lorsqu’amenés à exis­ter. La malé­dic­tion élé­men­taire de la conscience accable tous les êtres vivants. Néan­moins, beau­coup d’antinatalistes se concentrent sur les humains. Les rai­sons sont mul­tiples. Par­mi elles, le fait que les humains (nor­maux, en bonne san­té, adultes) feraient face à la malé­dic­tion d’une conscience de soi plus pous­sée. Pour des rai­sons simi­laires, la plu­part des humains sont, au moins en prin­cipe, capables de se poser des ques­tions sur le fait de procréer.

Il faut cepen­dant sou­li­gner que de nom­breux humains ne pensent qua­si­ment pas à leurs actions pro­créa­trices. Peut-être est-ce parce que les humains ne dif­fèrent pas autant qu’ils aiment à le pen­ser des autres ani­maux non-humains. Nous sommes, à l’instar des autres ani­maux, les pro­duits de l’évolution, et pos­sé­dons donc les ins­tincts bio­lo­giques que de tels pro­duits seraient ame­nés à pré­sen­ter. Rust recon­nait cet obs­tacle lorsqu’il dit :

« Je pense que la chose hono­rable que devrait faire notre espèce, c’est renier sa pro­gram­ma­tion, ces­ser sa repro­duc­tion. Mar­cher main dans la main avec l’extinction lors d’une der­nière soi­rée, à minuit. Des frères et sœurs choi­sis­sant de renon­cer à la donne qu’on leur a pré­sen­tée ». [10]

Il est impor­tant de sou­li­gner que l’antinatalisme, bien qu’encourageant l’extinction humaine, est un point de vue sur des moyens par­ti­cu­liers menant à cette extinc­tion – à savoir la non-pro­créa­tion. Les anti­na­ta­listes n’encouragent ni le sui­cide ni le « spé­ci­cide », comme le pré­tendent cer­taines cri­tiques mal­in­ten­tion­nées. Rien n’est per­du lorsqu’on ne vient pas au monde. Au contraire, ces­ser d’exister a un coût. Le sui­cide, en par­ti­cu­lier, est très dif­fi­cile, c’est pour­quoi Rust répond à la ques­tion de Mar­ty « alors à quoi sert de se lever chaque matin » en expli­quant qu’il « n’a pas ce qu’il faut pour com­mettre un sui­cide » [11]. Le meurtre et le spé­ci­cide posent encore plus de pro­blèmes moraux, y com­pris, mais pas seule­ment, la vio­la­tion des droits de ceux qui pré­fè­re­raient ne pas mourir.

Rust Cohle n’est pas un anti­na­ta­liste pré­coce. Il l’est deve­nu trop tard pour épar­gner à sa fille de venir au monde. En effet, il a fal­lu qu’elle meure pour qu’il réa­lise à quel point il est arro­gant d’infliger les risques de l’existence à une pro­gé­ni­ture. Il se trompe alors lorsqu’il dit que « en ce qui concerne ma fille, elle m’a épar­gné le péché d’être père ». [12] Le péché d’être père est le fait de mettre au monde un enfant, pas celui de l’élever. […]

David Bena­tar


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


Foot­notes & References

[1] David Bena­tar, Bet­ter Never to Have Been : The Harm of Coming into Exis­tence, Oxford : Oxford Uni­ver­si­ty Press, 2006. [2] Michael Calia, “Wri­ter Nic Piz­zo­lat­to on Tho­mas Ligot­ti and the Weird Secrets of ‘True Detec­tive’, The Wall Street Jour­nal, 2 Februa­ry 2014, http://blogs.wsj.com/speakeasy/2014/02/02/writer-nic-pizzolatto-on-thomas-ligotti-and-the-weird-secrets-of-true-detective/tab/print/ (Acces­sed, 26 Februa­ry 2015). [3] Michael Calia, “The most sho­cking thing about HBO’s ‘True Detec­tive’”, The Wall Street Jour­nal, 30 Janua­ry 2014, http://blogs.wsj.com/speakeasy/2014/01/30/the-most-shocking-thing-about-hbos-true-detective/tab/print/ (Acces­sed, 23 March 2015) [4] I sur­vey some of this evi­dence in Bet­ter Never to Have Been, pp. 64–69. [5] The True Detec­tive, Epi­sode 2. [6] This argu­ment is pre­sen­ted in Chap­ter 4 of David Bena­tar and David Was­ser­man, Deba­ting Pro­crea­tion : Is it Wrong to Repro­duce?, New York : Oxford Uni­ver­si­ty Press, 2015. [7] The True Detec­tive, Epi­sode 3. [8] The True Detec­tive, Epi­sode 3. [9] Michael Calia, “Wri­ter Nic Piz­zo­lat­to on Tho­mas Ligot­ti and the Weird Secrets of ‘True Detec­tive’”, The Wall Street Jour­nal, 2 Februa­ry 2014, http://blogs.wsj.com/speakeasy/2014/02/02/writer-nic-pizzolatto-on-thomas-ligotti-and-the-weird-secrets-of-true-detective/tab/print/ (Acces­sed, 26 Februa­ry 2015). [10] The True Detec­tive, Epi­sode 1. [11] Ibid. [12] The True Detec­tive, Epi­sode 2.

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
12 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Un optimisme pathologique : comment l’espoir colporté par les médias perpétue la catastrophe

En cette période de début d'une nouvelle année, bilans et perspectives futures sont publiés à tort et à travers par les médias de masse. Dans le monde entier, c'est la saison des rassurances. Avant d'en analyser quelques exemples (une vidéo éditée par Slate France et un article du quotidien Libération), il est bon de replacer la discussion dans son contexte. [...]