Cyril Dion et le mythe d’une société éco-industrielle (par Nicolas Casaux)

Dans un article publié il y a quelques mois sur le site de la revue Ter­restres, inti­tu­lé « La ZAD et le Coli­bri : deux éco­lo­gies irré­con­ci­liables ? », Maxime Ché­din pré­sen­tait les dif­fé­rents cou­rants éco­lo­gistes actuels, et cri­ti­quait l’écologisme le plus média­tique — et donc le plus popu­laire —, celui de Cyril Dion, dont il com­men­tait le livre Petit manuel de résis­tance contem­po­raine. Ce der­nier lui a ensuite répon­du dans un texte inti­tu­lé « Résis­ter, mais com­ment ? », que je vous pro­pose d’examiner.

Au plus simple, le pro­blème de l’écologisme de Cyril Dion se rap­porte selon moi à deux points prin­ci­paux. D’abord, son objec­tif. Cyril Dion semble avoir beau­coup de mal à com­prendre, et/ou à admettre, que son éco­lo­gisme et le nôtre, celui, disons, de la ZAD (pour reprendre la for­mule de Maxime Ché­din), dif­fèrent radi­ca­le­ment. Le fon­da­teur des Coli­bris pro­meut un réfor­misme tout ce qu’il y a de plus conven­tion­nel, qui porte le nom d’éco­no­mie sym­bio­tique — concept inven­té par son amie Isa­belle Delan­noy, qui cor­res­pond en réa­li­té peu ou prou à celui du déve­lop­pe­ment durable[1], remis au gout du jour à l’aide des der­nières inno­va­tions lan­ga­gières dis­rup­tives de la nov­langue moderne. Ain­si qu’il l’écrit dans son livre Petit manuel de résis­tance contem­po­raine :

« L’économie sym­bio­tique d’Isabelle Delan­noy ima­gine une socié­té où nous par­vien­drions à poten­tia­li­ser la sym­biose entre l’intelligence humaine (capable d’analyser scien­ti­fi­que­ment, d’organiser, de concep­tua­li­ser), les outils (manuels, ther­miques, élec­triques, numé­riques…) et les éco­sys­tèmes natu­rels (capables d’accomplir par eux-mêmes nombre de choses extra­or­di­naires). […] Le récit d’Isabelle Delan­noy reprend et arti­cule de nom­breuses pro­po­si­tions por­tées par les tenants de l’économie du par­tage, de la fonc­tion­na­li­té, cir­cu­laire, bleue, de l’écolonomie… »

Pour exemple, Cyril Dion cite « l’approche de la ferme per­ma­cul­tu­relle du Bec Hel­louin », sans doute plus ven­deuse que les autres modèles lis­tés par Isa­belle Delan­noy dans son livre L’économie sym­bio­tique, et notam­ment l’écosystème [sic] de Kalund­borg, au Dane­mark, sur lequel elle s’at­tarde par­ti­cu­liè­re­ment parce qu’il consti­tue­rait, selon elle, « un des éco­sys­tèmes indus­triels [re-sic] les plus abou­tis ». Or, si elle pré­cise bien qu’on y trouve une « cen­trale ther­mique » (elle parle aus­si d’une « cen­trale éner­gé­tique »), elle ne pré­cise pas qu’il s’agit d’une cen­trale au char­bon (oups !). Et oublie éga­le­ment de men­tion­ner que le cœur de ce for­mi­dable « éco­sys­tème indus­triel », c’est une raf­fi­ne­rie de pétrole (re-oups !). Dans l’en­semble, il s’a­git sim­ple­ment d’une zone indus­trielle qui opti­mise un peu son fonc­tion­ne­ment : qui est plus effi­ciente, et donc plus ren­table ! Isa­belle Delan­noy vante éga­le­ment quelques entre­prises ayant gagné en effi­cience, comme Rank Xerox, « spé­cia­li­sée dans la fabri­ca­tion de pho­to­co­pieuses », ou « Inter­face, le lea­der mon­dial de la moquette en dalles », ou encore l’entreprise Miche­lin, qui « a dimi­nué de plus de 3 fois sa consom­ma­tion de matière et a aug­men­té sa marge » ! N’est-ce pas formidable ?!

Bref, Dion et Delan­noy (et Méla­nie laurent, qui rêve d’avions solaires, et Yann Arthus-Ber­trand, dont la fon­da­tion fait la pro­mo­tion de toutes les inno­va­tions de la socié­té indus­trielle, comme les Smart Cities, et tous les autres de leur cercle d’écolos sym­bio­tiques) pro­meuvent une idée — chi­mère indé­si­rable — selon laquelle la socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste pour­rait, moyen­nant quelques ajus­te­ments et inno­va­tions tech­no­lo­giques, deve­nir durable (ou sou­te­nable) et démocratique.

Pour­tant, d’aucuns consi­dèrent Cyril Dion comme un anti­ca­pi­ta­liste. Il se pré­sente par­fois lui-même ain­si. Et reproche d’ailleurs à Maxime Ché­din, dans son article pour la revue Ter­restres, de l’accuser à tort de ne pas être réel­le­ment anti­ca­pi­ta­liste. Dans la suite de son texte, Cyril Dion reste cepen­dant par­ti­cu­liè­re­ment ambi­gu sur le sujet, affir­mant qu’il cherche à « saper quelques fon­de­ments du capi­ta­lisme » (l’emphase est mienne), dénon­çant un « capi­ta­lisme finan­cia­ri­sé », ou « néo-libé­ral ». Cla­ri­fions les choses : l’économie sym­bio­tique que pro­meuvent Dion et Delan­noy est tout sauf anti­ca­pi­ta­liste. Delan­noy ne cite d’ailleurs pas une seule fois le mot capi­ta­lisme dans son ouvrage. Ce qu’elle pré­sente comme des « logiques éco­no­miques et pro­duc­tives » qui par­ti­cipent « à répondre à cette désta­bi­li­sa­tion de l’écosystème glo­bal Terre » et à « inver­ser la ten­dance » sont avant tout des « modèles ren­tables ». La socié­té indus­trielle (mais avec des indus­tries locales, bio, éco-res­pon­sables et tout ce que vous vou­drez) qu’ils pro­meuvent est tou­jours basée sur le tra­vail, le sala­riat, l’argent, etc. Cyril Dion vante d’ailleurs sou­vent le tra­vail de l’économiste Ber­nard Lie­taer, qui n’a rien d’anticapitaliste, sur la mon­naie : Ber­nard Lie­taer pro­meut l’idée de « mon­naies com­plé­men­taires » tout en défen­dant une grande par­tie du sys­tème éco­no­mique et tech­no-indus­triel (il estime lui aus­si que les inno­va­tions tech­no­lo­giques consti­tuent une par­tie impor­tante de la solu­tion à tous nos pro­blèmes). Cela étant, rien d’étonnant non plus à ce que Cyril Dion affirme que nous avons besoin de quelque chose de l’ordre du New Deal de Frank­lin Dela­no Roo­se­velt pour « trans­for­mer nos ins­ti­tu­tions » — le New Deal de Frank­lin Dela­no Roo­se­velt ayant « sau­vé le sys­tème capi­ta­liste de lui-même », d’a­près la for­mule de Michael Igna­tieff, rec­teur de l’Université d’Europe cen­trale de Budapest.

On com­prend donc aus­si pour­quoi sur le plan poli­tique Cyril Dion affirme qu’il nous suf­fi­rait d’introduire des « élé­ments de démo­cra­tie directe comme le Réfé­ren­dum d’Initiative Citoyenne ou le tirage au sort dans nos démo­cra­ties, pour qu’elles le deviennent de fac­to » (si nos « démo­cra­ties » n’en sont pas, peut-être devrait-il son­ger à les appe­ler autre­ment, son dis­cours gagne­rait en clar­té, uti­li­ser l’expression « aris­to­cra­tie élec­tive », que reprend aus­si David Van Rey­brouck, qu’il cite, pour­rait être une solu­tion). Encore une fois, quelques ajus­te­ments, et tout ren­tre­rait dans l’ordre. Contrai­re­ment à lui, nous ne pen­sons pas que l’introduction de tels élé­ments suf­fi­rait à faire de nos orga­ni­sa­tions poli­tiques des démo­cra­ties. Loin de là. La réor­ga­ni­sa­tion fon­da­men­tale de toutes nos socié­tés — ou de la socié­té indus­trielle mon­dia­li­sée — que requer­rait la consti­tu­tion de véri­tables démo­cra­ties implique des bou­le­ver­se­ments autre­ment plus profonds.

Par­mi les nom­breuses choses que nos éco­lo­gistes média­tiques éludent, en sus d’une cri­tique sérieuse du capi­ta­lisme, on retrouve, sur ce sujet de la démo­cra­tie, par exemple, la ques­tion de la taille dis­cu­tée par Oli­vier Rey dans son livre Une ques­tion de taille, qui relève en par­tie de ce que remar­quait Jean-Jacques Rous­seau dans son Pro­jet de consti­tu­tion pour la Corse, rédi­gé en 1765 : « Un gou­ver­ne­ment pure­ment démo­cra­tique convient à une petite ville plu­tôt qu’à une nation. On ne sau­rait assem­bler tout le peuple d’un pays comme celui d’une cité et quand l’autorité suprême est confiée à des dépu­tés le gou­ver­ne­ment change et devient aristocratique. »

Mais aus­si la ques­tion tech­no­lo­gique, indis­so­ciable de la ques­tion démo­cra­tique, ain­si que de nom­breux pré­cur­seurs de l’écologie poli­tique l’avaient com­pris, de Lewis Mum­ford[2] à Ivan Illich, en pas­sant par Ber­nard Char­bon­neau, Kirk­pa­trick Sale et bien d’autres. Sur ce sujet, le tra­vail des Gre­no­blois de PMO[3] est par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant. En revanche, on ne retrouve pas le moindre début de réflexion là-des­sus chez Dion, Delan­noy & Co, qui estiment sans doute machi­na­le­ment qu’une socié­té basée sur des hautes tech­no­lo­gies, des tech­no­lo­gies de pointe, doit pou­voir être tout à fait démocratique.

Au bout du compte, il devrait être clair qu’entre Dion & Co., qui pro­mettent et appellent de leurs vœux une impos­sible socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste deve­nue éco­lo­gique et démo­cra­tique grâce à quelques ajus­te­ments tech­niques et poli­tiques, et l’éco­lo­gie des lud­dites, pri­mi­ti­vistes, anar­cho­pri­mi­ti­vistes, anti-indus­triels et éco-anar­chistes, l’écologie que l’on pour­rait dire de la ZAD (pour reprendre la for­mule de Maxime Ché­din), il y a non seule­ment des dif­fé­rences, mais aus­si et sur­tout d’importants antagonismes.

L’organisation Deep Green Resis­tance consi­dère par exemple que le déman­tè­le­ment de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste est une néces­si­té tant sur le plan éco­lo­gique — celle-ci détruit la pla­nète —que social — le capi­ta­lisme et l’industrialisme sont incom­pa­tibles avec la démo­cra­tie. Nous consi­dé­rons éga­le­ment que l’avènement de socié­tés véri­ta­ble­ment démo­cra­tiques, les plus auto­nomes pos­sible, implique l’abolition de toutes les formes de domi­na­tion : du capi­ta­lisme et de l’industrialisme, donc, mais aus­si de l’État et du patriar­cat ; et qu’il appelle éga­le­ment l’usage exclu­sif de tech­no­lo­gies démocratiques.

Les tech­no­lo­gies indus­trielles pro­duc­trices d’énergie dite « renou­ve­lable », par exemple (solaire, éolien, hydro­élec­trique, bio­masse, etc.), qui reposent sur et requièrent une socié­té hau­te­ment tech­no­lo­gique, reposent sur et requièrent donc éga­le­ment une socié­té hau­te­ment hié­rar­chi­sée, avec d’importantes spé­cia­li­sa­tion et divi­sion du tra­vail, orga­ni­sée à l’échelle pla­né­taire pour l’obtention des maté­riaux néces­saires à leur fabri­ca­tion (qui sont nom­breux et sou­vent com­plexes à obte­nir), le tout pour ali­men­ter en éner­gie des appa­reils issus de cette même socié­té indus­trielle, qui sont autant de futurs e‑déchets, dont la fabri­ca­tion a elle aus­si impli­qué toutes sortes de pol­lu­tions et de des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales, etc. Et peu importe les rêve­ries d’Isabelle Delan­noy, Cyril Dion ou Méla­nie Laurent, tout ce pro­ces­sus ne pour­ra jamais ni repo­ser sur une ou des socié­tés véri­ta­ble­ment démo­cra­tiques, ni être sou­te­nable (opé­rer dans une sorte de cir­cuit fer­mé qui ne pol­lue­rait pas, où rien ne se per­drait et où tout serait uni­que­ment issu d’un recy­clage infini).

Cela étant, le deuxième point qui pose pro­blème avec l’écologisme de Cyril Dion est évident : à par­tir du moment où son objec­tif est absurde, les méthodes qu’il envi­sage pour l’atteindre le sont tout autant. Parce qu’il ne sou­haite que réfor­mer la socié­té indus­trielle, il estime que les chan­ge­ments que cela implique doivent et peuvent être ins­tau­rés par « les États et les entre­prises », et les autres ins­ti­tu­tions existantes.

Cyril Dion ne conçoit pas la pos­si­bi­li­té d’une véri­table conflic­tua­li­té. Dans sa pers­pec­tive, il n’y a pas d’ennemis, que des amis poten­tiels, qu’il faut remettre dans le droit che­min, mora­li­ser ou mori­gé­ner par­fois en recou­rant à la déso­béis­sance civile, pour les plus durs de la feuille — mais rien de plus. Un tel iré­nisme est dan­ge­reux : en sou­te­nant que les ins­ti­tu­tions res­pon­sables du désastre socioé­co­lo­gique en cours peuvent éga­le­ment y mettre fin, il décou­rage le com­bat pour les déman­te­ler, leur affron­te­ment. Leur éco­lo­gisme indus­tria­lo-com­pa­tible, auto­ri­sée dans les médias, sub­ven­tion­nable et bien­ve­nu dans les minis­tères, sert de cau­tion, d’outil de contrôle social au ser­vice de la civi­li­sa­tion indus­trielle et de ses diri­geants : ceux qui pensent que la civi­li­sa­tion indus­trielle est réfor­mable, cor­ri­gible, que les gou­ver­ne­ments, « les États et les entre­prises » peuvent faire le bien, résoudre la catas­trophe qu’ils ont créée et qu’ils per­pé­tuent (et même qu’ils sont les seuls à le pou­voir), que l’innovation tech­no­lo­gique fait par­tie de la solu­tion, ne se révol­te­ront pas, ne par­ti­ci­pe­ront pas au mou­ve­ment de résis­tance néces­saire pour mettre un terme à la des­truc­tion du monde, à l’accroissement inexo­rable des inéga­li­tés socioé­co­no­miques et à l’intensification du techno-totalitarisme.

***

Vers la fin de son texte publié sur le site de la revue Ter­restres, Cyril Dion cite ce qu’il consi­dère comme les trois objec­tifs prin­ci­paux du mou­ve­ment écologiste :

« — arrê­ter la des­truc­tion des éco­sys­tèmes et le dérè­gle­ment du cli­mat en met­tant en échec le sys­tème capi­ta­liste qui les produit ;

- pré­pa­rer nos socié­tés aux chocs qui vont les per­cu­ter dans les années à venir ;

- éla­bo­rer un autre modèle d’organisation des socié­tés humaines, sou­te­nable et équitable. »

(J’inverserai l’ordre des deux der­niers). On ne peut qu’être d’accord avec des objec­tifs aus­si vagues. Le pro­blème, c’est qu’il est contra­dic­toire d’affirmer que l’on sou­haite « arrê­ter la des­truc­tion des éco­sys­tèmes et le dérè­gle­ment du cli­mat » tout en fai­sant la pro­mo­tion de l’éco­lo­gie indus­trielle de l’écosystème [sic] de Kalund­borg, de l’effi­cience d’entreprises comme Xerox et Miche­lin, du déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables indus­trielles (cen­trales solaires, parcs éoliens, bar­rages, etc.), qui impliquent la conti­nua­tion de la des­truc­tion des éco­sys­tèmes et du dérè­gle­ment cli­ma­tique. De même qu’il est contra­dic­toire de pro­mou­voir une socié­té tou­jours fon­dée sur des hautes tech­no­lo­gies, sur l’industrialisme, sur le capi­ta­lisme, tout en affir­mant que l’on sou­haite « éla­bo­rer un […] modèle d’organisation des socié­tés humaines […] équitable ».

***

Dans un article[4] publié sur Repor­terre, Cyril Dion défi­nit dif­fé­rem­ment l’objectif de son éco­lo­gisme : « conser­ver le meilleur de ce que la civi­li­sa­tion nous a per­mis de déve­lop­per (la chi­rur­gie, la recherche scien­ti­fique, la mobi­li­té, la capa­ci­té de com­mu­ni­quer avec l’ensemble de la pla­nète, une cer­taine sécu­ri­té) et […] pré­ser­ver au mieux le monde natu­rel » (l’emphase est mienne). C’est-à-dire que Cyril Dion sou­haite avant tout conser­ver (sau­ver ?) la tech­no­lo­gie moderne, les hautes tech­no­lo­gies que la civi­li­sa­tion indus­trielle per­met de déve­lop­per, c’est-à-dire l’essentiel de la socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste, et, acces­soi­re­ment, « pré­ser­ver au mieux le monde natu­rel » : sa for­mu­la­tion donne l’impression qu’il com­prend l’absurdité de cette ambi­tion, son « au mieux » res­semble étran­ge­ment à un sou­pir. Le pro­blème, c’est que selon toute logique, il est impos­sible de conser­ver le sys­tème tech­no-indus­trielle capi­ta­liste sans conser­ver l’organisation sociale anti­dé­mo­cra­tique qu’il requiert et les dégra­da­tions du monde natu­rel qu’il génère inexo­ra­ble­ment. Et on en revient aux fan­tasmes gro­tesques d’Isabelle Delan­noy, aux mirages verts que laisse entre­voir son « éco­no­mie sym­bio­tique », avec son éco­lo­gie indus­trielle, ses éco­sys­tèmes indus­triels, ses indus­tries des éner­gies (faus­se­ment) « vertes », bref, au mythe d’une socié­té tech­no-indus­trielle ren­due éco­lo­gique grâce à des inno­va­tions tech­no­lo­giques, à une amé­lio­ra­tion de l’efficience des indus­tries, et à quelques mesures politiques.

Nico­las Casaux


  1. Isa­belle Delan­noy se pré­sente d’ailleurs comme « ingé­nieur agro­nome, fon­da­trice et direc­trice géné­rale de Do Green-éco­no­mie sym­bio­tique, experte en déve­lop­pe­ment durable et modèles durables émer­gents. »
  2. À ce sujet, il faut lire l’excellent texte « Tech­niques auto­ri­taires et tech­niques démo­cra­tiques » de Lewis Mum­ford : https://partage-le.com/2015/05/techniques-autoritaires-et-democratiques-lewis-mumford/
  3. http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=plan
  4. https://reporterre.net/Pour-changer-la-societe-nous-devons-etre-des-millions-pas-une-poignee-de

Print Friendly, PDF & Email
Total
6
Shares
2 comments
  1. « La socié­té indus­trielle (mais avec des indus­tries locales, bio, éco-res­pon­sables et tout ce que vous vou­drez) qu’ils pro­meuvent est tou­jours basée sur le tra­vail, le sala­riat, l’argent, etc ».

    Ce qui régit tout ça est à mon avis le fait que nous avons affaire à des pri­vi­lé­giés qui vivent très bien de ce monde de l’argent. Le monde de l’argent n’est autre que le monde où on fait faire par d’autres (ce qui n’est qu’un escla­vage dégui­sé). Pour embel­lir la situa­tion, il vont par­ler « d’é­changes », alors que ce monde est tout sauf de « l’é­change ». C’est parce que des gens sont for­cés à tra­vailler que Dion et consorts peuvent consom­mer en toute tranquillité.
    Ils flippent d’une chose : être subi­te­ment obli­gés de sub­ve­nir eux-mêmes à leurs besoins. Aller chas­ser, cueillir ou culti­ver de la nour­ri­ture, se fabri­quer des habits, cou­per du bois, ça les fait flip­per. Au mieux, il le font en « tou­riste » (cf le pota­ger du « dimanche » qui s’accommode des res­tric­tions d’eau de l’État, vu que ce n’est qu’un loi­sir). Ce sont des gens qui manquent de cou­rage, je pense.

    Je remets donc le lien pour cet article, qui nous invite à reprendre en main notre alimentation :
    http://www.descolarisation.org/index.php/accueil/terre-et-permaculture/605-l-heteroalimentation

    Ce qui est bien avec la connais­sance de la pré­ca­ri­té, c’est qu’on fini par dési­rer bien plus l’au­to­no­mie que la conti­nua­tion de ce monde. « Ça ne pour­ra pas être pire ». Il manque pro­ba­ble­ment cette expé­rience à ces bourgeois.

  2. Ce que vous dites explique bien le grand suc­cès du film Demain de Cyril Dion . Je dois dire que je m’y suis lais­sée prendre aus­si , j’a­vais trou­vé ce film opti­miste , cela remon­tait le moral de voir que l’hu­ma­ni­té pou­vait s’en sor­tir . En fait cela a plu car on y voit que l’on peut sau­ver notre civi­li­sa­tion en conti­nuant à vivre comme avant , avec quelques petits amé­na­ge­ments . Ensuite j’ai com­pris que c’est impos­sible , la pénu­rie de matières pre­mières , sur­tout de petrole n’y est même pas mentionnée .…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

La science, facteur majeur de la catastrophe sociale et écologique en cours (par Nicolas Casaux)

[...] La science, sur laquelle repose la quasi-totalité de la civilisation industrielle — son infrastructure, sa technologie, etc. —, doit rester l’autorité absolue. Les « antisciences » sont raillés, moqués, dénigrés — et tous mis dans le même panier ; et peu importe qu’il en existe de différentes sortes, et que la plupart de ceux qui sont mis en avant ne critiquent en réalité pas la science du tout (à l’instar des fans de Didier Raoult, ou des « climatosceptiques » à la Claude Allègre, qui se contentent juste de nier certains résultats scientifiques au profit d’autres études ou propositions qui se veulent tout-à-fait scientifiques). Critiquer la science, douter de son autorité ou de son bien-fondé, « cela ne se fait pas : la Science est politiquement neutre, même lorsque quelqu’un la laisse par mégarde tomber sur Hiroshima[1] », ironisait amèrement le mathématicien français Roger Godement. [...]