Sur la foi servile des écologistes en l’État (par Nicolas Casaux)

À pro­pos de quelques naï­ve­tés bien trop répandues

Aujourd’hui, en France et ailleurs, la plu­part des « éco­lo­gistes » non seule­ment ne s’opposent (évi­dem­ment) pas à la civi­li­sa­tion, à l’industrie, au capi­ta­lisme et à l’État, comp­tant même sur ce der­nier pour résoudre les pro­blèmes des temps pré­sents — tels qu’ils les per­çoivent et défi­nissent. C’est-à-dire qu’en géné­ral, ils espèrent que les diri­geants poli­tiques fassent en sorte que les émis­sions de gaz à effet de serre dimi­nuent dras­ti­que­ment, « décar­bonent » l’économie, ordonnent un grand chan­tier natio­nal de BTP de « réno­va­tion ther­mique » de tous les loge­ments, ins­taurent tout un ensemble de mesures visant à limi­ter et réduire les émis­sions de GES, déve­loppent mas­si­ve­ment les « éner­gies renou­ve­lables » (fassent construire plein de cen­trales de pro­duc­tion d’énergie dite verte/propre/renouvelable) et autres tech­no­lo­gies dites vertes.

L’iniquité fon­da­men­tale de la pro­prié­té pri­vée, fon­cière, héré­di­taire, le carac­tère anti-éco­lo­gique de toutes les indus­tries exis­tantes, y com­pris des indus­tries qui pro­duisent les appa­reils à pro­duire de l’énergie verte/propre/renouvelable (indus­tries des pan­neaux solaires pho­to­vol­taïques, des éoliennes, des bar­rages hydro­élec­triques, etc.), le carac­tère hié­rar­chique de la socié­té de masse fabri­quée par l’État, la dépos­ses­sion, l’aliénation, la ser­vi­tude sala­riale, la vora­ci­té infi­nie du capi­ta­lisme, le carac­tère auto­ri­taire de la tech­no­lo­gie, etc., bref, l’essentiel du désastre leur passe, semble-t-il, à côté.

Mais arrê­tons-nous ici sur un point spé­ci­fique : leur rap­port à l’État — leur croyance à l’État. L’historien Howard Zinn s’efforçait de rap­pe­ler (il emploie le terme « gou­ver­ne­ment », mais « l’État » fonc­tion­ne­rait tout aus­si bien) :

« Les gou­ver­ne­ments ne s’en char­ge­ront jamais ! Il ne faut jamais comp­ter sur les gou­ver­ne­ments pour faire avan­cer les causes de la paix, de la jus­tice, des droits humains ! Au cours de l’histoire humaine, on n’a jamais pu comp­ter sur les gou­ver­ne­ments pour s’occuper des besoins fon­da­men­taux des gens. Après tout, les gou­ver­ne­ments n’ont pas été créés pour cela. Les gou­ver­ne­ments ont été ins­tau­rés pour ser­vir cer­tains inté­rêts, qui ne sont pas ceux des popu­la­tions. Il est très impor­tant que les gens com­prennent cela ! Ceux qui ont des croyances naïves, celles avec les­quelles on gran­dit sou­vent dans ce pays, comme quoi “le gou­ver­ne­ment est notre ami”… Non ! Le gou­ver­ne­ment n’est pas notre ami ! »

Effec­ti­ve­ment, le gou­ver­ne­ment, ou l’État, est notre enne­mi. Il a tou­jours été l’ennemi des popu­la­tions. Et dans l’ensemble, tous les éco­los (ou les socia­listes) qui ont un jour cru pos­sible de « chan­ger les choses de l’intérieur », de faire en sorte que l’État fasse le bien (ils ont été un cer­tain nombre, déjà, depuis des décen­nies), ont pitoya­ble­ment échoué — mais ont par­fois réus­si à obte­nir quelques miettes de noto­rié­té, quelques postes au sein de l’appareil du pou­voir, et à grat­ter des thunes leur per­met­tant de mener une exis­tence confortable.

Ce qu’il semble sou­vent man­quer aux éco­lo­gistes type « mou­ve­ment cli­mat » et autres par­ti­sans d’une civi­li­sa­tion indus­trielle verte et bio, c’est donc, tout sim­ple­ment, une com­pré­hen­sion sérieuse de ce qu’est l’État (Fré­dé­ric Dufoing pro­pose ici des rap­pels impor­tants).

Plu­sieurs choses peuvent nous aider à dis­si­per les illu­sions et naï­ve­tés com­munes au sujet de l’État (fran­çais, par exemple). D’abord, l’étude de l’histoire de sa for­ma­tion (depuis le Royaume de France jusqu’à la pre­mière « Répu­blique ») : des vio­lences, des guerres, des vio­lences, et davan­tage de vio­lences. Ensuite, l’étude de la manière dont il a tou­jours trai­té les popu­la­tions pauvres à l’intérieur de ses fron­tières : des vio­lences, des vio­lences et davan­tage de vio­lences. Aus­si, la manière dont il a assu­ré (et dont il assure) sa pros­pé­ri­té au moyen de la colo­ni­sa­tion (Fran­ça­frique, etc.) : des vio­lences, des guerres, des vio­lences et davan­tage de violences.

On en voit d’ailleurs, ces temps-ci, qui, réagis­sant à l’actualité, en pro­fitent pour sou­li­gner com­bien il fait meilleur vivre en France qu’au Tali­ba­nis­tan, com­bien il serait absurde de qua­li­fier de « dic­ta­ture » cette douce France en regard de la dic­ta­ture des Tali­bans en Afgha­nis­tan. C’est en par­tie vrai, et en par­tie idiot. Comme le note Zyg­munt Bau­man, depuis la mon­dia­li­sa­tion du sys­tème capi­ta­liste, de l’économie :

« […] tout ce qui se pro­duit à un endroit don­né influe sur la vie, les espoirs et les attentes des hommes dans le reste du monde. Rien ne peut être rai­son­na­ble­ment consi­dé­ré comme appar­te­nant à un “ailleurs” maté­riel. Rien n’est réel­le­ment ou ne peut demeu­rer long­temps hors d’atteinte, indif­fé­rent à tout le reste. Le bien-être d’une socié­té n’est jamais sans lien avec la misère d’une autre. Pour reprendre la for­mule suc­cincte de Milan Kun­de­ra, cette “uni­té de l’humanité” qu’entraîne la mon­dia­li­sa­tion signi­fie sur­tout que “per­sonne ne peut s’échapper nulle part”. »

Autre­ment dit, d’une cer­taine manière, il n’existe plus qu’un seul gigan­tesque sys­tème social, pla­né­taire, qui s’avère moins dur, moins violent, moins osten­si­ble­ment auto­ri­taire dans cer­tains endroits parce qu’il l’est davan­tage dans d’autres. Pour le dire encore autre­ment, ceux qui chantent les louanges du régime poli­tique fran­çais pour la rai­son qu’il serait moins pire que d’autres ailleurs sont en réa­li­té en train de se réjouir des ter­ribles exac­tions de ces régimes pires qui existent ailleurs : la glo­rieuse France ne serait pas ce qu’elle est sans ses colo­nies (ou néo­co­lo­nies) afri­caines, sans les hor­reurs (com­man­di­tées par la France) qui s’y sont pro­duites, et qui conti­nuent de s’y pro­duire. Mon­dia­li­sa­tion oblige, la France com­merce d’ailleurs depuis long­temps avec l’Afghanistan :

« Le com­merce bila­té­ral fran­co-afghan demeure faible en rai­son prin­ci­pa­le­ment des condi­tions de sécu­ri­té. Il génère néan­moins un solde posi­tif depuis 2001. Après des baisses en 2013 et 2014 (45 mil­lions d’eu­ros en 2012 ; 25 mil­lions d’eu­ros en 2013 ; 17 mil­lions d’eu­ros en 2014), les expor­ta­tions fran­çaises vers l’Af­gha­nis­tan ont repris en 2015, attei­gnant 21,8 mil­lions d’eu­ros. Les trois prin­ci­paux postes fran­çais à l’exportation vers Afgha­nis­tan sont les pro­duits des indus­tries agroa­li­men­taires, les pro­duits phar­ma­ceu­tiques et équipements. »

En outre, la France entre­tient d’importantes rela­tions mar­chandes avec les Émi­rats arabes unis (les­quels consti­tuent le prin­ci­pal par­te­naire com­mer­cial de l’Afghanistan : « En 2019, l’Afghanistan a expor­té près d’un mil­liard de dol­lars d’or vers les Émi­rats arabes unis ») :

« Les rela­tions [entre la France et les Émi­rats arabes unis], dans un pre­mier temps limi­tées aux hydro­car­bures et aux coopé­ra­tions de sécu­ri­té, couvrent aujourd’hui un large spectre : coopé­ra­tion cultu­relle et uni­ver­si­taire, sta­tion­ne­ment de forces fran­çaises per­ma­nentes à Abou Dabi, pro­jets conjoints dans le domaine des éner­gies renou­ve­lables, coopé­ra­tion dans les domaines des nou­velles tech­no­lo­gies, de l’intelligence arti­fi­cielle, de la sécu­ri­té ali­men­taire, de la san­té et du spa­tial, etc. Les consul­ta­tions au plus haut niveau sont régu­lières et le Dia­logue stra­té­gique mis en place en 2012 per­met un sui­vi opé­ra­tion­nel des prin­ci­paux pro­jets struc­tu­rant la rela­tion bila­té­rale. Le 3 juin 2020, la France et les Émi­rats arabes unis ont ain­si adop­té une nou­velle feuille de route pour la pro­chaine décen­nie de leur par­te­na­riat stra­té­gique (2020–2030). […] Avec 3,3 mil­liards d’euros d’exportations fran­çaises vers les Émi­rats, la Fédé­ra­tion est notre 2ème débou­ché dans le Golfe. Le volume des échanges com­mer­ciaux bila­té­raux s’est éta­bli à 4,8 mil­liards d’euros en 2019, en hausse après cinq années de baisse consé­cu­tive. Nos expor­ta­tions vers les Émi­rats sont diver­si­fiées : les trois pre­miers sec­teurs expor­ta­teurs (plus de 70 % de nos ventes) sont les biens d’équipements, les pro­duits chi­miques, par­fums et cos­mé­tiques et enfin les pro­duits tex­tiles et habille­ment. A l’inverse, les impor­ta­tions (esti­mées à 1,5 mil­liard d’euros) sont domi­nées par les hydro­car­bures. Les Émi­rats accueillent aujourd’hui plus de 600 implan­ta­tions de socié­tés fran­çaises (+10% par an), dont la majo­ri­té des grands groupes du CAC 40. En France, les Émi­rats sont le deuxième pays inves­tis­seur du Conseil de coopé­ra­tion du Golfe après le Qatar. »

La France entre­tient éga­le­ment d’excellentes rela­tions com­mer­ciales avec le Qatar (petite dic­ta­ture entre­te­nant de bonnes rela­tions avec les Tali­bans), ses « échanges com­mer­ciaux avec le Qatar se sont éle­vés à 4,5 Mds EUR en 2019, un mon­tant en hausse de 28% par rap­port à 2018 fai­sant du Qatar le 2e client de la France au Proche et Moyen-Orient. Avec 3,2 Mds EUR d’excédent com­mer­cial, l’émirat consti­tue le cin­quième excé­dent com­mer­cial fran­çais. La France demeure éga­le­ment un réci­pien­daire impor­tant des inves­tis­se­ments directs qata­riens (envi­ron 25 Mds d’euros), der­rière le Royaume-Unis mais devant les États-Unis. Le fonds d’investissements bila­té­ral “Future French Cham­pions”, doté de 300 mil­lions d’euros et dont l’un des objec­tifs est d’investir dans les PME et ETI fran­çaises inno­vantes, a été créé en 2013. Il s’agit d’un par­te­na­riat entre la Bpi­france (ex-CDC IC dont les acti­vi­tés ont été trans­fé­rées à Bpi­france fin 2018) et le fonds sou­ve­rain Qatar Invest­ment Autho­ri­ty. À ce jour, plus de 120 implan­ta­tions fran­çaises sont recen­sées au Qatar dont une grande par­tie des entre­prises du CAC 40 et des grands groupes français. »

Les amis de nos amis sont-ils nos enne­mis ? Quoi qu’il en soit, une chose est sûre. Le coût réel, les coûts sociaux et envi­ron­ne­men­taux de la for­mi­dable liber­té des Fran­çais sont innom­brables et impliquent de diverses manières les régimes poli­tiques hor­ribles que cer­tains déplorent comme s’ils n’avaient rien à voir avec.

D’ailleurs, si l’on se base sur la défi­ni­tion de « dic­ta­ture » que donne le dic­tion­naire, soit un « régime poli­tique dans lequel le pou­voir est entre les mains d’un seul homme ou d’un groupe res­treint qui en use de manière dis­cré­tion­naire » (CNRTL), il ne paraît pas effa­rant de consi­dé­rer que cela carac­té­rise rela­ti­ve­ment bien l’État fran­çais — comme tous les autres États, comme l’É­tat en géné­ral et, plus lar­ge­ment, comme la civi­li­sa­tion indus­trielle mon­dia­li­sée. Certes, en France, le « groupe res­treint » qui pos­sède le « pou­voir » ne peut en user de manière tota­le­ment dis­cré­tion­naire — sans doute beau­coup moins que les diri­geants tali­bans. Peut-être serait-il plus judi­cieux de consi­dé­rer qu’il existe des dic­ta­tures plus ou moins vio­lentes, plus ou moins dures, que de refu­ser caté­go­ri­que­ment de consi­dé­rer la France comme une dic­ta­ture pour la seule rai­son qu’on y est plus en sécu­ri­té et plus libre qu’en Afgha­nis­tan. « Ce n’est pas une dic­ta­ture ici parce que c’est pire là-bas », c’est assez léger.

Au bout du compte, ceux qui exaltent le régime poli­tique fran­çais en com­pa­rai­son de l’afghan se réjouissent du fait de vivre dans une dic­ta­ture douce, impé­ria­liste, matrice du genre de dic­ta­tures dures qu’ils déplorent (c’est à cause de la France que nombre de dic­ta­tures dures virent le jour et se per­pé­tuèrent en Afrique). Mieux vaut vivre dans les pays (France ou États-Unis) — dic­ta­tures douces — qui fabriquent des dic­ta­tures dures que dans ces dic­ta­tures dures ! Oui, certes ! (Réjouis­sons-nous car nous ne savons pas ce que fomentent actuel­le­ment les ser­vices secrets de l’É­tat français !)

Mais lais­sons ici cette digres­sion. Pour en reve­nir à la nature de l’État (par exemple fran­çais) : il importe éga­le­ment de consi­dé­rer la manière dont il a tou­jours répri­mé les mou­ve­ments sociaux cher­chant à s’opposer aux injus­tices qu’il impose au quo­ti­dien : des vio­lences, des vio­lences et davan­tage de vio­lences. Le défer­le­ment de vio­lences à l’encontre des gilets jaunes est éga­le­ment ins­truc­tif. Le fait est que l’État n’hésite jamais à employer la vio­lence contre ceux qui dérangent ses plans.

Alors, bien enten­du, si votre objec­tif consiste sim­ple­ment à récla­mer ce que l’État compte de toutes façons impo­ser (le déve­lop­pe­ment des éner­gies dites vertes ou propres, la « car­bo­neu­tra­li­té », etc.), vous n’avez pas beau­coup de sou­ci à vous faire.

Mais dès lors qu’on sou­haite s’opposer de quelque manière à ses plans, à des pro­jets indus­triels (pré­ten­du­ment verts ou non), ou qu’on sou­haite réel­le­ment mettre un terme au désastre social et éco­lo­gique, il faut bien réa­li­ser que cela implique, selon toute pro­ba­bi­li­té, un com­bat révo­lu­tion­naire contre l’État (visant non pas à s’emparer de l’État, comme le sou­haite la gauche « néo­lé­ni­niste » à la Andreas Malm et Fré­dé­ric Lor­don, mais à le détruire).

Nico­las Casaux

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
11
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Technocritique contre industrie [du mensonge] — (par François Jarrige)

Depuis l'ouverture des « Tobacco Documents », ces archives secrètes ayant révélé les stratégies déployées par les industriels du tabac pour façonner l'opinion, manipuler la science et empêcher toute régulation de leur activité, les enquêtes se sont multipliées sur les manières subtiles par lesquelles l’industrie fabrique le mensonge et sème le doute sur les découvertes menaçant ses profits.
Lire

Comment le progrès technique déshumanise l’être humain et détruit le monde naturel (par Lewis Mumford)

La ligne possible de développement que je vais maintenant prolonger repose sur l’hypothèse que notre civilisation continuera à suivre le chemin tracé par le Nouveau Monde et accordera toujours plus d’importance aux pratiques introduites à l’origine par le capitalisme, la technique de la machine, les sciences physiques, l’administration bureaucratique et le gouvernement totalitaire ; et que de leur côté ces pratiques se combineront pour former un système parfaitement clos sur lui-même, dirigé par une intelligence délibérément dépersonnalisée. [...]