Et ils ont appelé cela le Progrès ! (par Aldous Huxley)

En 1948, Aldous Hux­ley publie Ape and Essence (Singe et Essence), tra­duit et publié en fran­çais, en 1949, sous le titre Temps futurs, dont nous repro­dui­sons ci-après deux extraits, parce qu’ils n’ont tou­jours rien per­du de leur valeur, bien au contraire, à l’ins­tar de l’œuvre d’Hux­ley en général.


I.

L’amour chasse la peur, mais réci­pro­que­ment la peur chasse l’amour. Et non seule­ment l’amour. La peur chasse aus­si l’intelligence, chasse la bon­té, chasse toute idée de beau­té et de véri­té. […] Car, en fin de compte, la peur chasse même l’humanité de l’homme. Et la peur, mes bons amis, la peur est la base et le fon­de­ment de la vie moderne. La peur de la tech­no­lo­gie tant prô­née, qui, si elle élève notre niveau de vie, accroît la pro­ba­bi­li­té de mort vio­lente. La peur de la science, qui enlève d’une main plus encore qu’elle ne donne avec une telle pro­fu­sion de l’autre. La peur des ins­ti­tu­tions dont le carac­tère mor­tel est démon­trable et pour les­quelles, dans notre loya­lisme sui­ci­daire, nous sommes prêts à tuer et à mou­rir. La peur des Grands Hommes que, par accla­ma­tion popu­laire, nous avons éle­vés à un pou­voir qu’ils uti­lisent, inévi­ta­ble­ment, pour nous assas­si­ner et nous réduire en esclavage.

II.

Dès le début de la révo­lu­tion indus­trielle, il avait pré­vu que les hommes seraient gra­ti­fiés d’une pré­somp­tion tel­le­ment outre­cui­dante pour les miracles de leur propre tech­no­lo­gie qu’ils ne tar­de­raient pas à perdre le sens des réa­li­tés. Et c’est pré­ci­sé­ment ce qui est arri­vé. Ces misé­rables esclaves des rouages et des registres se mirent à se féli­ci­ter d’être les Vain­queurs de la Nature. Vain­queurs de la Nature, vrai­ment ! En fait, bien enten­du, ils avaient sim­ple­ment ren­ver­sé l’équilibre de la Nature et étaient sur le point d’en subir les consé­quences. Son­gez donc à quoi ils se sont occu­pés au cours du siècle et demi qui a pré­cé­dé la Chose. À pol­luer les rivières, à tuer tous les ani­maux sau­vages, au point de les faire dis­pa­raître, à détruire les forêts, à déla­ver la couche super­fi­cielle du sol et à la déver­ser dans la mer, à consu­mer un océan de pétrole, à gas­piller les miné­raux qu’il avait fal­lu la tota­li­té des époques géo­lo­giques pour dépo­ser. Une orgie d’imbécillité cri­mi­nelle. Et ils ont appe­lé cela le Pro­grès. Le Pro­grès ! Je vous le dis, c’était une inven­tion trop fan­tas­tique pour qu’elle ait été le pro­duit d’un simple esprit humain – trop démo­nia­que­ment iro­nique ! Il a fal­lu pour cela une Aide exté­rieure. Il a fal­lu la Grâce de Bélial, qui, bien enten­du, est tou­jours offerte – du moins, à qui­conque est prêt à coopé­rer avec elle. Et qui ne l’est pas ?

— Qui ne l’est pas ? » répète le Pr Poole avec un petit glous­se­ment de rire, car il se dit qu’il lui faut, d’une façon ou d’une autre, rache­ter son erreur au sujet de l’Église à l’Âge des Ténèbres.

« Le Pro­grès et le Natio­na­lisme – ce sont les deux grandes idées qu’il leur a mises en tête. Le Pro­grès – le pos­tu­lat selon lequel vous pou­vez obte­nir quelque chose pour rien, selon lequel vous pou­vez gagner dans un domaine sans payer ce gain dans un autre, selon lequel vous seul com­pre­nez la signi­fi­ca­tion de l’histoire, vous savez ce qui va arri­ver d’ici cin­quante ans ; que quoi qu’enseigne l’expérience, vous pou­vez pré­voir toutes les consé­quences futures de vos actes actuels ; que l’Utopie est là devant nous, toute proche et, puisque les fins idéales jus­ti­fient les moyens les plus abo­mi­nables, qu’il est de votre pri­vi­lège et de votre devoir de voter, d’escroquer, de tor­tu­rer, de réduire en escla­vage et d’assassiner tous ceux qui à votre avis (lequel est par défi­ni­tion infaillible), font obs­tacle à la marche en avant vers le para­dis ter­restre. Sou­ve­nez-vous de cet apho­risme de Karl Marx : “La Force est l’accoucheuse du Pro­grès.” Il aurait pu ajou­ter – mais, bien enten­du, Bélial n’a pas vou­lu qu’on vende la mèche si tôt au début des opé­ra­tions – que le Pro­grès est l’accoucheur de la Force. Dou­ble­ment l’accoucheur, car le fait du pro­grès tech­no­lo­gique four­nit aux gens les ins­tru­ments d’une des­truc­tion sans cesse plus aveugle, cepen­dant que le mythe du pro­grès poli­tique et moral sert d’excuse à l’emploi de ces moyens jusqu’à l’extrême limite. Je vous le dis, cher mon­sieur, l’historien incré­dule est fou. Plus on étu­die l’histoire moderne, plus on acquiert de preuves de la Main direc­trice de Bélial. »

L’Archi-Vicaire fait le signe des cornes, se res­taure d’une nou­velle gor­gée de vin, puis conti­nue : « Et ensuite il y a eu le Natio­na­lisme, l’idée que l’État dont on se trouve être le sujet est le seul dieu véri­table, et que tous les autres États sont de faux dieux ; que tous ces dieux, les vrais comme les faux, ont la men­ta­li­té de jeunes délin­quants ; et que tout conflit au sujet du pres­tige, du pou­voir ou de l’argent est une croi­sade en faveur du Bien, du Vrai et du Beau. Le fait qu’à un moment don­né de l’histoire des idées pareilles en soient venues à être uni­ver­sel­le­ment accep­tées est la meilleure preuve qu’il a enfin gagné la bataille.

— Je ne com­prends pas très bien.

— Mais c’est évident, voyons. Vous avez là deux idées fon­da­men­tales. Cha­cune d’elles est intrin­sè­que­ment absurde et cha­cune d’elles mène à des lignes de conduite dont on peut démon­trer qu’elles sont funestes. Et pour­tant toute l’humanité civi­li­sée décide, presque sou­dai­ne­ment, d’accepter ces idées comme direc­tives de conduite. Pour­quoi ? Et à l’instigation de Qui, sur la pro­po­si­tion de Qui, sous l’inspiration de Qui ? Il ne peut y avoir qu’une seule réponse.

— Vous vou­lez dire que vous croyez que c’était… que c’était le Diable ?

Aldous Hux­ley, Temps futurs (1948)

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
206
Shares
1 comment
  1. Mer­ci Nico­las pour ce texte (et pour les nom­breux autres) et si je puis res­ter dans l’esprit …

    De Didier LAZARD un extrait du \« Mono­logue de Satan sur le temps pré­sent\ » (1968).
    Chap. VII — Comme il est beau le monde
    Comme il est beau le monde ! dit Satan.
    Jour après jour, je le regarde. Tout change : des villes se construisent, des tech­niques sur­gissent, des habi­tudes bien ancrées se réforment, des mœurs nou­velles apparaissent.
    Enfin ! Voi­ci qu’après des siècles de doci­li­té, les hommes prennent en main leur des­tin. Comme ils tra­vaillent bien !
    L’Autre, jadis, leur avait dis qu’il ne pou­vaient ser­vir deux maîtres, et qu’ils devraient choi­sir entre Dieu et Satan.
    Parole pro­phé­tique : c’est moi qu’ils ont choi­si, visiblement.
    ——
    J’aime obser­ver les hommes, dit Satan. Et sur­tout les Chrétiens.
    J’aime les obser­ver tout au long des jour­nées, tout au long des années.
    Quand ils vont au tra­vail et quand ils en reviennent, quand ils font leurs affaires et quand il se pro­mènent, quand ils sont au repos, en famille, entre amis.
    J’aime les obser­ver aus­si quand ils sont seuls, sans masque, ouverts, offerts, à qui sait voir dans les replis de l’âme, et lire dans le secret des cœurs.
    Quel récon­fort pour moi, quel bonheur !
    Car beau­coup de Chré­tiens, et par­mi les meilleurs, ceux qui le Dimanche, pen­dant une heure, adorent Dieu, toute la semaine, à toute heure, m’adorent moi Satan.
    Quelle joie !
    Pas une de leurs pen­sées, pas un de leurs efforts, qui ne soient orien­tés vers moi.
    Sou­ci des uns, fier­té des autres, but, moyen ou mesure, l’Argent est tout pour eux.
    Je suis l’unique néces­saire, dit Satan.
    ——–
    J’aime obser­vé aus­si les enfants des Chrétiens.
    Comme ils sont bien éle­vés, chers petits !
    Très vite, on leur apprend qu’il faut réus­sir mieux que l’autre.
    Arri­ver le pre­mier, dominer.
    La vie est une lutte, leur dit-on. Ne t’occupe pas du voisin !
    Cha­cun pour soi. Tant pis pour lui.
    Saintes maximes.
    Quelle idée, Mon­sieur le Curé de pré­tendre tout le contraire !
    Vous y croyez, à vos histoires ?
    Nous ne sommes pas des enfants de chœurs.
    ——–
    Lorsque, le jeu­di matin, les enfants des Chré­tiens s’en sont allés, bien sage­ment, au caté­chisme, l’après-midi, libres enfin, il vont au cinéma.
    Alors tous ces ado­les­cents, en longues files avides, font la queue pour aller voir des films interdits.
    Heures exquises, jouis­sance infi­nie. Mon âme tres­saille de bonheur.
    Ils sont là, hale­tants, le men­songe à la bouche, tous les sens aux aguets.
    Ils ne me cher­che­raient pas, s’ils m’avaient déjà trouvé.
    ———-
    J’aime obser­ver, enfin, le monde qui se créer.
    Car il y avait, hier, de çà, de là, dans tel recoin caché de tel pays loin­tain, des hommes qui res­pec­taient encore les lois de la nature.
    Dans les tri­bus, dans leurs vil­lages, ils vivaient comme le Créa­teur leur avait appris à le faire, semant et récol­tant, fabri­quant de leur mains les objets dont ils avaient besoin.
    Peuples chas­seurs, pêcheurs, culti­va­teurs, ayant eu de toute éter­ni­té le res­pect de ce qui était,
    quelle place, dans leur vie, pou­vais-je bien avoir ?
    Les enfants hono­raient leurs parents, les parents hono­raient leurs morts.
    On m’ignorait : C’était affreux.
    Par bon­heur, dit Satan, mes chers Chré­tiens ont mis bon ordre là-dedans. Ils ont appris à ces sau­vages à deve­nir des civilisés.
    L’ambition a rem­pla­cé le respect.
    La rai­son a rem­pla­cé la nature.
    Le cer­veau a rem­pla­cé le cœur.
    Et j’ai pu voir alors, dit Satan, le résul­tat, en peu de temps.
    Plus de joies. Une angoisse qui étreint les meilleurs. Plus de calme labeur.
    L’inexorable indus­trie enva­his­sant les jours, enva­his­sant les nuits.
    Plus de silences, du bruit ; Plus d’air pur, des fumées.
    L’eau des fleuves pol­luées ; l’eau des mers pétrolée.
    Des rebuts et des rési­dus amon­ce­lés dans les ban­lieues ; des voi­tures démo­lies émer­geant des prairies.
    Nulle pré­oc­cu­pa­tion de l’autre, ni du lendemain :
    L’Argent, suprême bien.
    Tou­jours plus et tou­jours plus vite.
    Qu’importent les moyens ?
    Et, du Nord au Midi, d’un bout du monde à l’autre, quels que soient le cli­mat, le ter­roir, les mœurs, la poli­tique, des villes iden­tiques, et des logis cubiques.
    Tou­jours plus et tou­jours plus hauts.
    Qu’importent les humains ?
    Car on peut retour­ner le pro­blème en tous sens, pour finir, n’est-ce pas, c’est l’argent qui com­mande, hein !…
    ————–
    Comme c’est beau, dit Satan, cet hom­mage que cha­cun me rend. Comme c’est réconfortant !
    Oui, quand j’observe le monde, j’exulte, j’exulte, j’exulte ! dit Satan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les écologistes et les techno-critiques sont-ils des hypocrites ? (par Nicolas Casaux)

À cet argument fallacieux du « mais-vous-utilisez-du-pétrole-vous-ne-pouvez-donc-pas-critiquer-les-énergies-fossiles », l’historienne d’Harvard Naomi Oreskes (auteure, entre autres, du livre Les marchands de doute) répond : « Bien sûr que nous le faisons, et les gens des États du Nord portaient des vêtements dont le coton avait été récolté par des esclaves. Mais cela ne fit pas d’eux des hypocrites lorsqu’ils rejoignirent le mouvement pour l’abolition de l’esclavage. Cela signifiait juste qu’ils faisaient partie de cette économie esclavagiste, et qu’ils le savaient. C’est pourquoi ils ont agi pour changer le système, et pas simplement leurs habits ». Nous pourrions nous en tenir à ça. Mais dans la mesure où cette rhétorique est bien trop répandue et où ses promoteurs ne sont peut-être pas en mesure de comprendre ce qu’explique Naomi Oreskes, continuons. [...]