La question nucléaire : sommes-nous « otages de la modernité » ? (par Max Wilbert)

Tra­duc­tion d’un article de Max Wil­bert, ini­tia­le­ment publié, en anglais, le 8 avril 2020 sur DGR News Ser­vice.


DGR encou­rage la fin de l’in­dus­tria­lisme et le pas­sage à des socié­tés à taille humaine, d’é­chelle locale, et de faible inten­si­té éner­gé­tique. Qu’en est-il des réac­teurs nucléaires ? Si la vision de DGR était mise en pra­tique et que le réseau élec­trique était déman­te­lé, cela ris­que­rait-il de cau­ser des fusions de cœurs de réac­teurs nucléaires ?

Ce sont des ques­tions très impor­tantes. Elles méritent une réponse détaillée.

Com­men­çons par ceci : per­sonne n’a de solu­tion par­faite pour régler les pro­blèmes nucléaires, parce qu’il n’y a pas de solu­tion. Telle est la folie de l’industrie nucléaire : exca­ver et déli­bé­ré­ment concen­trer des maté­riaux radio­ac­tifs, démul­ti­pliant des mil­lions de fois leur léta­li­té. Car les déchets nucléaires res­te­ront toxiques pour des mil­liards d’années.

Com­ment réagir face à cela ? Que faire ? Il est essen­tiel d’en débattre. Tout d’abord, exa­mi­nons les trois prin­ci­pales com­po­santes de l’industrie nucléaire : les armes nucléaires, les réac­teurs et les cen­trales nucléaires, et les déchets nucléaires.

Les armes nucléaires

Les armes nucléaires sont stables et, d’après ce que l’on sait, ne devraient pas explo­ser d’elles-mêmes.

Dans son livre Homo Dis­pa­ri­tus, Alan Weis­man écrit : « Le maté­riau fis­sible conte­nu dans une bombe à l’uranium basique est divi­sé en blocs qui, si l’on veut obte­nir la masse néces­saire à la déto­na­tion, doivent s’entrechoquer avec une vitesse et une pré­ci­sion qui n’existent pas dans la nature. »

Le plus grand dan­ger qu’impliquent les armes nucléaires, c’est la pos­si­bi­li­té qu’elles soient uti­li­sées lors d’une guerre. La menace est réelle. Et ce risque va conti­nuer d’exister aus­si long­temps que les arse­naux nucléaires seront entre­te­nus — sachant qu’actuellement, ils ne sont pas qu’entretenus : ils croissent.

Que les armes nucléaires soient ou non uti­li­sées, elles fini­ront par se dété­rio­rer, par émettre de la radio­ac­ti­vi­té en rai­son de l’uranium et du plu­to­nium de qua­li­té mili­taire qu’elles contiennent. Ces fuites vont conta­mi­ner les sols et les eaux.

Tant que la civi­li­sa­tion indus­trielle exis­te­ra, la menace d’une guerre nucléaire ne fera que croitre. Nous sou­te­nons tous les efforts visant à réduire le risque d’une guerre nucléaire au tra­vers du désar­me­ment, du déman­tè­le­ment de l’industrie, de la régu­la­tion et des mesures de contrôle, etc.

Les réacteurs et centrales nucléaires

Il existe plus de 440 réac­teurs nucléaires dans le monde. Cha­cun d’eux est une bombe à retardement.

Les réac­teurs nucléaires sont par­ti­cu­liè­re­ment dan­ge­reux dans deux situa­tions : pre­miè­re­ment, quand une menace phy­sique directe vient endom­ma­ger leurs sys­tèmes de sécu­ri­té et de secours, comme à Fuku­shi­ma ; deuxiè­me­ment, quand une mau­vaise concep­tion com­bi­née à une erreur humaine entraine une erreur catas­tro­phique, comme à Tchernobyl.

Charles Per­row appe­lait ces types de situa­tions des « acci­dents-sys­tèmes ». Un acci­dent-sys­tème se pro­duit quand plu­sieurs pro­blèmes, au sein d’un sys­tème com­plexe, inter­agissent entre eux de manière impré­vue, géné­rant un pro­blème plus impor­tant encore, et incon­trô­lable. Il en concluait que la tech­no­lo­gie nucléaire devait être com­plè­te­ment abandonnée.

Les réac­teurs nucléaires sont conçus pour pou­voir faire face à des pro­blèmes pré­vi­sibles, tels qu’une cou­pure de cou­rant, neu­tra­li­sant les risques induits par ces évé­ne­ments. Il est hau­te­ment impro­bable qu’une brève cou­pure de cou­rant fasse s’effondrer l’économie indus­trielle et cause une catas­trophe nucléaire.

Cepen­dant, des pro­blèmes per­sis­tants dans l’approvisionnement des cen­trales peuvent engen­drer la fusion du cœur d’un réac­teur. Cela sur­vien­dra, quoi qu’il arrive. L’instabilité éco­no­mique, les migra­tions de crise, l’augmentation du nombre d’événements météo­ro­lo­giques extrêmes ain­si que la guerre génè­re­ront de sérieux pro­blèmes dans les cen­trales nucléaires. Les socié­tés indus­trielles doivent s’y pré­pa­rer en déman­te­lant rapi­de­ment et soi­gneu­se­ment leurs réacteurs.

Il est pos­sible qu’à l’avenir, un nombre crois­sant de per­tur­ba­tions d’ampleur moyenne du réseau élec­trique encou­ra­ge­ront le déman­tè­le­ment de cen­trales nucléaires, ou, au moins, for­ce­ront un plus grand res­pect du prin­cipe de pré­cau­tion, une meilleure sécu­ri­sa­tion des ins­tal­la­tions. De nom­breux pays, par exemple, ont enta­mé le déman­tè­le­ment de leurs pro­grammes nucléaires après la catas­trophe de Fukushima.

Nous sou­te­nons ces efforts. Les cen­trales nucléaires doivent être déman­te­lées. Les ingé­nieurs, les poli­ti­ciens et la socié­té civile ont la res­pon­sa­bi­li­té de déman­te­ler ces cen­trales de la façon la plus « sûre » pos­sible. Le pro­blème étant qu’il n’y a pas de vraie sécu­ri­té quand il s’agit de trai­ter des matières létales pour des mil­liards d’années.

Non seule­ment l’industrie nucléaire n’est pas (encore) sur le déclin, mais en outre, elle conti­nue de se déve­lop­per. Selon l’Association Nucléaire Mon­diale, 55 cen­trales nucléaires sont en cours de construc­tion.

Les déchets nucléaires

Le dan­ger le plus grave lié au nucléaire ne sont pas les cen­trales, mais bien les déchets qu’elles engendrent. Rien qu’aux États-Unis, plus de 500 000 tonnes d’Uranium-235 (l’uranium après usage en réac­teur) sont sto­ckées. Cet ura­nium a une demi-vie radio­ac­tive de 4.5 mil­liards d’années.

Le car­bu­rant nucléaire appau­vri est (comme c’est éton­nant) un mil­lion de fois plus radio­ac­tif que l’uranium à l’état natu­rel. Et la quan­ti­té de déchets nucléaires conti­nue d’augmenter. Dans le monde, plus de 13 000 tonnes de car­bu­rant appau­vri sont pro­duites chaque année.

Iro­ni­que­ment, l’uranium appau­vri est sou­vent uti­li­sé comme arme de guerre, et notam­ment afin de fabri­quer des pro­jec­tiles anti-blin­dage. Dans cer­tains endroits, par exemple à Fal­lou­jah, l’utilisation par l’armée états-unienne de muni­tions à l’uranium appau­vri a entraî­né une explo­sion du taux de can­cers et de mal­for­ma­tions congénitales.

À Fuku­shi­ma, en 2011, le prin­ci­pal pro­blème concer­nait les déchets nucléaires radio­ac­tifs enfouis — pas la fusion des cœurs réac­teurs. Les déchets enfouis à Los Ala­mos étaient la prin­ci­pale pré­oc­cu­pa­tion lors des incen­dies qui ont rava­gé la région en 2000 et 2011. Même chose lors de la qua­si-inon­da­tion d’un réac­teur dans le Mis­sis­si­pi en 2011. La quan­ti­té de com­bus­tible conte­nu dans un réac­teur nucléaire à un moment T est infime en com­pa­rai­son de la quan­ti­té de com­bus­tible usa­gé sto­ckée dans dif­fé­rentes installations.

Il n’existe aucune bonne manière de sto­cker ces déchets. Peu importe com­ment on les stocke – en les vitri­fiant, en les enfer­mant dans des barils entas­sés dans de grandes flasques d’acier, elles-mêmes entre­po­sées dans une infra­struc­ture en béton, pro­fon­dé­ment enfouie sous des mon­tagnes – cet ura­nium est tou­jours une menace pour la vie future. Le métal se cor­rode. Le verre se brise. Les trem­ble­ments de terre déplacent les mon­tagnes. Et dans quelques mil­lions d’années, cet ura­nium sera tou­jours létal pour toute créa­ture qui s’en approchera.

Sommes-nous « otages de la modernité » ?

Lors d’un récent débat public, un inter­ve­nant a employé l’expression « otages de la moder­ni­té » pour décrire la façon dont nous sommes « condam­nés » à assu­rer la per­pé­tua­tion de la socié­té indus­trielle étant don­né que nous devons gérer les déchets de l’industrie nucléaire. Est-ce vrai ?

D’une cer­taine façon, oui. Les connais­sances tech­niques et les moyens logis­tiques néces­saires à la ges­tion des pro­blèmes créés par l’industrie nucléaire sont l’apanage de la socié­té industrielle.

Et pour­tant, il s’agit d’une sim­pli­fi­ca­tion abu­sive d’une situa­tion plus com­plexe. Comme nous l’avons vu, la socié­té indus­trielle crée à l’heure actuelle plus de pro­blèmes que de solu­tions. Les armes nucléaires, les réac­teurs et les déchets toxiques s’accumulent plus vite que le déman­tè­le­ment et la dépol­lu­tion ne pro­gressent. En outre, cela sup­pose qu’il est pos­sible de « dépol­luer », ce qui n’est pas entiè­re­ment vrai. Tcher­no­byl est tou­jours toxique. Tout comme Rocky Flats, Los Ala­mos et Fuku­shi­ma. Il n’est pas pos­sible de se débar­ras­ser tota­le­ment des nui­sances que génère l’industrie nucléaire : au mieux, nous pou­vons atté­nuer cer­tains des dan­gers qu’elle génère.

Alors que faire ?

DGR consi­dère que la pers­pec­tive la plus res­pon­sable consiste à for­cer le déman­tè­le­ment accé­lé­ré de l’industrie nucléaire, au moyen des tech­no­lo­gies modernes, ain­si que le déman­tè­le­ment de la socié­té indus­trielle dans son ensemble.

La classe gou­ver­nante construit tou­jours plus de réac­teurs et d’armes nucléaires, et n’a de cesse d’aggraver le désastre éco­lo­gique mon­dial. Extinc­tion de masse. Aci­di­fi­ca­tion des océans. Chaos cli­ma­tique. Sur­pêche. Déser­ti­fi­ca­tion. Toutes ces catas­trophes convergent.

En ces temps dan­ge­reux, les fusions de réac­teurs nucléaires ne consti­tuent qu’une catas­trophe par­mi toutes celles qui nous menacent. Et indé­pen­dam­ment de l’ampleur de l’horreur nucléaire qui nous attend, nous avons vu que la vie peut sur­vivre à une catas­trophe nucléaire. La « zone d’exclusion » autour de Fuku­shi­ma recouvre 600 kilo­mètres car­rés de terre. Cette réserve tem­po­raire va pro­ba­ble­ment — comme celle de Tcher­no­byl — s’enrichir éco­lo­gi­que­ment au cours des années à venir. Tcher­no­byl fut un ter­rible désastre. Et pour­tant, au bout du compte, l’accident a eu un impact éco­lo­gique rela­ti­ve­ment posi­tif : la dis­pa­ri­tion de toute acti­vi­té humaine et indus­trielle a per­mis à la vie sau­vage de pros­pé­rer de nou­veau. On a ain­si pu y obser­ver le retour de loups, de che­vaux, de san­gliers et de cerfs. Il s’agit même d’un des plus impor­tants sanc­tuaires pour les oiseaux en Europe. Le com­plexe nucléaire d’Hanford a un effet simi­laire : le tron­çon de la rivière Colum­bia qui tra­verse ce site grouille beau­coup plus de vie sau­vage que le reste du cours d’eau.

Il ne s’agit pas de dire que les radia­tions nucléaires ne nuisent pas à la nature : on estime que la bio­di­ver­si­té est deux fois moins impor­tante dans les zones les plus radio­ac­tives de Tchernobyl.

Néan­moins, il est clair que le fonc­tion­ne­ment nor­mal de la civi­li­sa­tion indus­trielle est encore plus nui­sible, pour la vie sur Terre, qu’une catas­trophe nucléaire. Dif­fi­cile de faire pire que Tchernobyl.

D’autres catas­trophes nucléaires se pro­dui­ront iné­luc­ta­ble­ment au cours des pro­chaines décen­nies, que nous déman­te­lions ou non le réseau élec­trique. Aus­si long­temps que la civi­li­sa­tion indus­trielle per­du­re­ra, des déchets radio­ac­tifs s’ajouteront à ceux déjà exis­tants, et il n’existe aucun moyen sûr de sto­cker ces déchets sur Terre. Le dan­ger ne fera que croître à mesure que les déchets s’accumuleront.

Les désastres nucléaires à venir seront de ter­ribles cala­mi­tés, mais le busi­ness as usual est encore plus des­truc­teur. Et bien que les radia­tions nucléaires dimi­nuent avec le temps, à moins que quelque chose de déci­sif soit entre­pris, la quan­ti­té de gaz à effet de serre aug­men­te­ra de plus en plus rapi­de­ment au fil du dépas­se­ment des points de bascule.

Il n’y a pas de réponse facile à la ques­tion nucléaire. Il n’y a pas de solu­tion miracle. Il n’y a que l’urgence de faire face à cette ter­rible réa­li­té. L’industrie nucléaire doit être déman­te­lée – tout comme l’industrie fos­sile, l’industrie minière, l’industrie de l’élevage, l’industrie agri­cole, l’industrie de la pêche et l’industrie syl­vi­cole. Elle doit être démantelée.

Max Wil­bert

Tra­duc­tion : Palite, le 10/04/2020

Cor­rec­tion : Lola Bearzatto

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
144
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le mouvement pour le climat progresse-t-il ? (par Dillon Thomson & Max Wilbert)

[...] Pour inverser la tendance, nous sommes pour la résistance directe — mais une résistance plus intelligente, plus stratégique, plus décisive, qui ne se soucie pas d’essayer de convaincre les masses ou de pétitionner le gouvernement (bien que ces méthodes soient tout de même importantes, et devraient être utilisées en parallèle). Cette stratégie soutient la formation de groupes clandestins hautement organisés qui prendraient la tête de la résistance, sabotant les nœuds cruciaux de l’infrastructure industrielle afin de sectionner les artères du capitalisme mondial. [...]
Lire

Lettres aux jeunes de vingt ans

Bien des personnes ont trouvé le chemin pour monter haut, très haut dans l’échelle sociale, mais qui demeureront toujours insatiables. Je vous le dis, ce n’est pas la vie que je souhaite pour vous, car vivre ainsi c’est vivre dans la dépendance. Ne soyez pas pessimistes ; bien d’autres ont réussi leur vie sociale, tout en trouvant, dans le même temps, ce qu’ils appellent une raison de vivre. Ils se dévouaient aux grandes causes de l’humanité. Ils ne disaient pas non à l'argent, au pouvoir; au contraire, ils en avaient besoin, comme tout le monde car la vie en société est organisée ainsi, mais ils en avaient besoin comme on a besoin d’un outil pour travailler. L’être humain doit rester maître de l’argent, et non le contraire. Réussir sa vie, c’est réussir à vivre comme un être humain. Au revoir, mes chers petits-enfants.