Le mythe du progrès et la toxicité de la monoculture mondialisée (par Nicolas Casaux)

« “Ils ne valaient pas mieux que des chiens”, décla­rait en 1835 le révé­rend Williams Yates, “et vous n’agissiez pas plus mal en tirant sur eux qu’en abat­tant un chien qui aboie après vous”. Jus­ti­fiant l’utilisation du fouet, l’un des pre­miers colons dans l’ouest de l’Australie notait pour sa part : “Rap­pe­lons-nous qu’un natif avait un cuir et non une peau ordi­naire comme les êtres humains ordi­naires”. Les cadavres des Abo­ri­gènes abat­tus étaient sus­pen­dus aux branches des arbres et ser­vaient d’épouvantails. “Leur des­ti­née est d’être exter­mi­nés et le plus tôt sera le mieux”, écri­vait en 1870 Antho­ny Trol­lope. En 1902 encore, un élu, King O’Mally, pou­vait se lever au Par­le­ment et décla­rer froi­de­ment : “Il n’existe aucune preuve scien­ti­fique que l’aborigène soit même un être humain”. »

— Wade Davis, Pour ne pas dis­pa­raître (Albin Michel, 2011)

Cette des­crip­tion de la manière dont les Abo­ri­gènes d’Australie étaient consi­dé­rés jusqu’à il n’y pas si long­temps — et sont encore consi­dé­rés par cer­tains — en évoque bien d’autres. La plu­part des peuples « sau­vages » du conti­nent afri­cain (Pyg­mées, Sans, etc.), de l’Amérique, de l’Asie et des autres conti­nents du globe, ont été per­çus de la sorte par les diri­geants des nations dites « civi­li­sées ». Leurs cultures étaient consi­dé­rées comme des sous-cultures, des arriérations.

« Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme afri­cain n’est pas assez entré dans l’Histoire. Le pay­san afri­cain qui, depuis des mil­lé­naires, vit avec les sai­sons, dont l’idéal de vie est d’être en har­mo­nie avec la nature, ne connaît que l’éternel recom­men­ce­ment du temps ryth­mé par la répé­ti­tion sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet ima­gi­naire où tout recom­mence tou­jours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine, ni pour l’idée de progrès. »

— Nico­las Sar­ko­zy, 26 juillet 2007

Et puis, au cours du XXe siècle, cette pers­pec­tive raciste, pater­na­liste et supré­ma­ciste a pro­gres­si­ve­ment lais­sé place à une pers­pec­tive plus res­pec­tueuse. Les cultures dites « civi­li­sées » ont ces­sé — du moins en par­tie, disons que la pers­pec­tive offi­cielle de la Science civi­li­sée a ces­sé, mais pas les Sar­ko­zy du monde — de consi­dé­rer ces peuples comme des arrié­rés, des popu­la­tions (au mieux) jamais sor­ties de l’enfance de l’humanité, « pré­in­dus­trielles » ou « pré­ca­pi­ta­listes » (dans le sens où elles n’avaient pas encore inven­té la bombe ato­mique, le Roun­dup, la cen­trale nucléaire et la Rolex, mais qu’elles allaient un jour y par­ve­nir, car tel était le des­tin et l’unique voie de déve­lop­pe­ment de l’humanité).

La nou­velle pers­pec­tive offi­cielle sti­pu­lait que ces peuples avaient sim­ple­ment choi­si des modes d’existence dif­fé­rents, tout aus­si res­pec­tables que les nôtres — que LE nôtre en réa­li­té : le « déve­lop­pe­men­tiste-civi­li­sé » qui, loin d’être res­pec­table, consti­tue la catas­trophe socio-éco­lo­gique que l’on sait (ou que l’on devrait savoir).

***

L’anthropologue bri­tan­nique Edward B. Tylor défi­nit la culture comme « ce tout com­plexe qui com­prend les savoirs, les croyances, l’art, la morale, la cou­tume et toute capa­ci­té ou habi­tude acquise par l’homme en tant que membre de la société ».

Or de Pra­chuap Khi­ri Khan à Mar­seille, de New-York à Tokyo, de Hong-Kong à Lagos, de Bue­nos Aires à Phnom Pen et de Kua­la Lum­pur à Casa­blan­ca, les êtres humains par­tagent désor­mais en grande par­tie — si ce n’est tota­le­ment — les mêmes cou­tumes, les mêmes croyances, les mêmes morales, les mêmes habi­tudes. C’est-à-dire que d’un bout à l’autre de la pla­nète, une seule et même culture s’est impo­sée, et s’im­pose, celle des fausses démo­cra­ties[1] (ou des vraies dic­ta­tures), de la voi­ture, des routes, du tra­vail en usine pour les mêmes mul­ti­na­tio­nales ou les mêmes banques, celle de la télé­vi­sion, des smart­phones, des ordi­na­teurs et des écrans par­tout, celle de Face­book, Ins­ta­gram, Ama­zon, Google, Apple, HSBC, Gold­man Sachs, Mon­san­to, Total, Exxon­Mo­bil, BASF et Dow Chemical.

Et, non, le fait que sub­siste encore une mince sur­couche de folk­lore (cui­sine, musique, vête­ments, etc.) ne per­met cer­tai­ne­ment pas d’affirmer, par exemple, que le Japon a pré­ser­vé sa culture parce qu’on y mange des sushis (qu’on peut désor­mais man­ger à Paris ou à New-York, et n’importe où dans la civi­li­sa­tion indus­trielle, ou presque). Ce folk­lore, qui n’a par­fois plus rien de pit­to­resque (comme l’illustre l’internationalisation des sushis), ne sert plus que d’argument de vente pour le tou­risme mon­dia­li­sé, qui est le même partout.

Comme le for­mule l’anthropologue états-unien James C. Scott[2] :

« En pre­nant plu­sieurs cen­taines de mètres de recul et en ouvrant grand les yeux, il est éton­nant de consta­ter à quel point on trouve, par­tout dans le monde, pra­ti­que­ment le même ordre ins­ti­tu­tion­nel : un dra­peau natio­nal, un hymne natio­nal, des théâtres natio­naux, des orchestres natio­naux, des chefs d’État, un par­le­ment (réel ou fic­tif), une banque cen­trale, une liste de minis­tères, tous plus ou moins les mêmes et tous orga­ni­sés de la même façon, un appa­reil de sécu­ri­té, etc. »

Il ajoute ain­si que par­tout, l’on retrouve « un modèle ver­na­cu­laire unique : l’État-nation de l’Atlantique Nord, tel que codi­fié au XVIIème siècle et sub­sé­quem­ment dégui­sé en sys­tème universel ».

Il explique :

« Cette tâche sup­po­sait un impor­tant pro­jet d’homogénéisation. Une grande diver­si­té de langues et de dia­lectes, sou­vent mutuel­le­ment inin­tel­li­gibles, a été, prin­ci­pa­le­ment par la sco­la­ri­sa­tion, subor­don­née à une langue natio­nale, qui était la plu­part du temps le dia­lecte de la région domi­nante. Ceci a mené à la dis­pa­ri­tion de langues, de lit­té­ra­tures locales, orales et écrites, de musiques, de récits épiques et de légendes, d’un grand nombre d’univers por­teurs de sens. […] 

Une grande diver­si­té de pra­tiques d’utilisation de la terre a été rem­pla­cée par un sys­tème natio­nal de titres, d’enregistrement et de trans­fert de pro­prié­té, afin d’en faci­li­ter l’imposition. Un très grand nombre de péda­go­gies locales (appren­tis­sage, tuto­rat auprès de « maîtres » nomades, gué­ri­son, édu­ca­tion reli­gieuse, cours infor­mels, etc.) a géné­ra­le­ment été rem­pla­cé par un seul et unique sys­tème sco­laire natio­nal, dont un ministre fran­çais de l’Éducation s’est un jour van­té en affir­mant que, puisqu’il était pré­ci­sé­ment 10 h 20, il connais­sait le pas­sage pré­cis de Cicé­ron que tous les étu­diants de tel niveau étaient actuel­le­ment en train d’étudier par­tout en France. La vision uto­pique d’uniformité fut rare­ment réa­li­sée, mais ces pro­jets ont néan­moins réus­si à abo­lir une mul­ti­tude de pra­tiques vernaculaires.

Aujourd’hui, au-delà de l’État-nation comme tel, les forces de la stan­dar­di­sa­tion sont repré­sen­tées par des orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales. L’objectif prin­ci­pal d’institutions comme la Banque mon­diale, le FMI, I’OMC, l’Unesco et même l’Unicef et la Cour inter­na­tio­nale est de pro­pa­ger par­tout dans le monde des stan­dards nor­ma­tifs (des “pra­tiques exem­plaires“) ori­gi­naires, encore une fois, des nations de l’Atlantique Nord. […] 

Le char­mant euphé­misme “har­mo­ni­sa­tion“ désigne main­te­nant ce pro­ces­sus d’alignement ins­ti­tu­tion­nel. Les socié­tés mul­ti­na­tio­nales jouent éga­le­ment un rôle déter­mi­nant dans ce pro­jet de stan­dar­di­sa­tion. Elles aus­si pros­pèrent dans des contextes cos­mo­po­lites fami­liers et homo­gé­néi­sés où l’ordre légal, la régle­men­ta­tion com­mer­ciale, le sys­tème moné­taire, etc. sont uni­formes. De plus, elles tra­vaillent constam­ment, par la vente de leurs pro­duits et ser­vices et par la publi­ci­té, à fabri­quer des consom­ma­teurs, dont les goûts et les besoins sont leur matière première.

[…] Le résul­tat est une sévère réduc­tion de la diver­si­té cultu­relle, poli­tique et éco­no­mique, c’est-à-dire une homo­gé­néi­sa­tion mas­sive des langues, des cultures, des sys­tèmes de pro­prié­té, des formes poli­tiques et, sur­tout, des sen­si­bi­li­tés et des mondes vécus qui leur per­mettent de perdurer. »

Ain­si : « Seuls la cui­sine, la musique, les danses et les cos­tumes tra­di­tion­nels » demeurent « exo­tiques et folk­lo­riques… bien que com­plè­te­ment commercialisés ».

Bien­ve­nue dans la mono­cul­ture mon­dia­li­sée. Celle dont Lévi-Strauss par­lait quand il écri­vait, dans Tristes Tro­piques, que : « L’hu­ma­ni­té s’ins­talle dans la mono­cul­ture ; elle s’ap­prête à pro­duire la civi­li­sa­tion en masse, comme la bet­te­rave. Son ordi­naire ne com­por­te­ra plus que ce plat. » Celle qui pré­ci­pite actuel­le­ment une sixième extinc­tion exter­mi­na­tion de masse, qui ravage les milieux natu­rels par son agri­cul­ture, son extrac­ti­visme et toutes ses acti­vi­tés indus­trielles, et qui pol­lue tout ce qu’elle n’a pas encore détruit.

***

Et si nous en sommes ren­dus là, c’est en par­tie parce que cette mono­cul­ture s’est impo­sée par la vio­lence (la for­ma­tion des royaumes puis des États modernes, qui consti­tue une forme de colo­ni­sa­tion qu’on peut qua­li­fier d’in­terne, avec en paral­lèle la colo­ni­sa­tion clas­sique, exté­rieure, l’im­pé­ria­lisme des royaumes puis des États modernes), et qu’elle conti­nue à s’imposer par la vio­lence. Et c’est en par­tie, désor­mais, parce que la plu­part des gens, au sein de cette mono­cul­ture mon­dia­li­sée, conti­nuent à croire, pro­pa­gande aidant, qu’elle est LA SEULE et l’UNIQUE culture digne de ce nom, qu’elle est LA voie que l’humanité devait et doit emprunter.

En effet, le dis­cours domi­nant consti­tue tou­jours un éloge du « pro­grès » (pro­grès, selon ses pro­mo­teurs, du bon­heur de l’humanité et de sa gran­deur ; en réa­li­té : de la concen­tra­tion de CO2 dans l’atmosphère, des pes­ti­cides dans les rivières, des nano­par­ti­cules de car­bone dans l’air, de la défo­res­ta­tion, de la concen­tra­tion en par­ti­cules de plas­tiques dans les océans, des mala­dies de civi­li­sa­tion, des inéga­li­tés éco­no­miques et poli­tiques, etc.). Par ailleurs, et pour appuyer son éloge du pro­grès, il sug­gère for­te­ment que la vie hors de la civi­li­sa­tion est une cala­mi­té érein­tante, dan­ge­reuse, courte, mal­heu­reuse, sombre, insi­gni­fiante, et ain­si de suite, et que per­sonne de sen­sé ne vou­drait « retour­ner » à la bou­gie, s’habiller en peaux de bête, renon­cer à la moder­ni­té. Ce qui témoigne bien du mépris dont cette culture conti­nue à faire preuve vis-à-vis de ces quelques peuples qu’elle n’a pas encore mas­sa­crés, qui vivent sans élec­tri­ci­té, dont les vête­ments ne sont pas syn­thé­tiques (c’est-à-dire qu’ils ne dis­sé­minent pas de micro­par­ti­cules de plas­tiques dans les éco­sys­tèmes, ne sont pas fabri­qués par des enfants, dans des condi­tions atroces, pour H&M, etc.) puisqu’ils les fabriquent eux-mêmes, par­fois à par­tir de peaux de bêtes (quelle hor­reur, quelle bar­ba­rie, n’est-ce pas).

Autre­ment dit, une grande par­tie de l’humanité est per­sua­dée que sa culture, son mode de vie — la mono­cul­ture mon­dia­li­sée — consti­tue, mal­gré toutes ses consé­quences socio-éco­lo­giques désas­treuses[3], LA voie à suivre pour l’humanité (il lui faut éga­le­ment, pour cela, se per­sua­der que cette mono­cul­ture par­vien­dra à résoudre tous ces pro­blèmes en fai­sant tou­jours plus de ce qu’elle fait déjà : en déve­lop­pant de nou­velles tech­no­lo­gies qui sau­ve­ront la situation).

Cette croyance selon laquelle la vie dans le cadre de la mono­cul­ture mon­dia­li­sée est la meilleure chose qui soit, selon laquelle elle vaut infi­ni­ment mieux que la vie en dehors de ce cadre, est le résul­tat d’une cam­pagne de pro­pa­gande qui émane des centres de pou­voir de la mono­cul­ture mon­dia­li­sée, et non pas de témoi­gnages de ceux qui vivent en dehors d’elle, dans des com­mu­nau­tés humaines et des cultures rela­ti­ve­ment pré­ser­vées, bien évidemment.

Ce sont tou­jours les civi­li­sés — et bien sou­vent, les plus riches ou puis­sants d’entre eux, ceux qui tirent le plus pro­fit de la civi­li­sa­tion — qui affirment que les peuples qui ne le sont pas vivent dans la misère, des vies hor­ribles, que per­sonne ne pour­rait sou­hai­ter vivre.

Un exemple. Dans son livre Pour ne pas dis­pa­raître, l’anthropologue cana­dien Wade Davis expose le sort des Penans de Malai­sie, un peuple de chas­seurs-cueilleurs déci­mé par la défo­res­ta­tion et la plan­ta­tion de pal­miers à huile (un des prin­ci­paux busi­ness du pays). « Pour l’État-nation, les nomades sont une gêne », explique-t-il. Aux yeux du gou­ver­ne­ment, « les peuples autoch­tones comme les Penans » repré­sentent « une entrave au déve­lop­pe­ment ». Le gou­ver­ne­ment cherche à se débar­ras­ser d’eux pour pou­voir défo­res­ter en toute impu­ni­té, et rem­pla­cer les forêts par des plan­ta­tions, ou pour y déve­lop­per d’autres acti­vi­tés indus­trielles. Il lui faut donc un « pré­texte pour les dépos­sé­der et anéan­tir leur mode de vie ». C’est ici qu’entre en scène la pro­pa­gande qui insi­nue que la vie hors de la mono­cul­ture mon­dia­li­sée est atroce. Le Pre­mier ministre du pays, Maha­thir bin Moha­mad, déclare :

« Nous vou­lons peu à peu rame­ner tous les habi­tants de la jungle vers la norme. Il n’y a rien de roman­tique chez ces peuples sans défense, malades et à moi­tié affamés. »

Et James Wong, ministre du Loge­ment et de la San­té du Sara­wak, d’ajouter : « Nous ne tenons pas à ce qu’ils courent par­tout comme des ani­maux. Sur le plan éthique, nul n’a le droit de pri­ver les Penans du droit de s’assimiler à la socié­té malaise. »

En contraste, voi­ci ce que déclare Ander­son Mutang Urud, un membre du peuple Penan :

« Le gou­ver­ne­ment dit qu’il nous apporte le déve­lop­pe­ment. Mais tout ce que nous en voyons, ce sont des routes fores­tières pous­sié­reuses et des camps de relo­ca­li­sa­tion. Pour nous, ce pré­ten­du pro­grès signi­fie seule­ment la famine, la dépen­dance, l’impuissance, la des­truc­tion de notre culture et la démo­ra­li­sa­tion de notre peuple. Le gou­ver­ne­ment déclare qu’il crée des emplois pour notre peuple. Pour­quoi aurions-nous besoin d’emplois ? Mon père et mon grand-père n’ont pas eu à deman­der du tra­vail au gou­ver­ne­ment. Ils n’étaient jamais sans tra­vail. La terre et la forêt leur four­nis­saient le néces­saire. C’était une belle vie. Nous n’avions pas faim, nous n’étions pas dans le besoin. Ces emplois fores­tiers dis­pa­raî­tront avec la forêt. Dans dix ans, il n’y en aura plus et la forêt qui nous aura nour­ris pen­dant des mil­liers d’années aura dis­pa­ru avec eux. »

Ati Qui­gua, une femme du peuple des Arhua­cos (qui vit sur le ter­ri­toire que l’on appelle la Colom­bie), affir­mait, lors de la 15ème ses­sion du Forum per­ma­nent de l’ONU sur les ques­tions autoch­tones, à New-York, en 2016 : « Nous nous bat­tons pour ne pas avoir de routes et d’électricité — cette forme d’autodestruction qui est appe­lée “déve­lop­pe­ment” c’est pré­ci­sé­ment ce que nous essayons d’éviter. »

En Colom­bie, tou­jours, à María­la­ba­ja, des com­mu­nau­tés d’ascendances afri­caine, autoch­tones et pay­sannes ont vu le pay­sage éco­lo­gique de leur région se recou­vrir d’une mono­cul­ture indus­trielle de pal­miers à huile. L’excellente ONG World Rain­fo­rest Move­ment[4] (Mou­ve­ment Mon­dial pour les Forêts Tro­pi­cales) nous rap­porte leur his­toire dans un article  inti­tu­lé « Gua­te­ma­la et Colom­bie : Les femmes face aux plan­ta­tions de pal­miers à huile ». On y apprend que :

« Pour elle [Cata­li­na], comme pour beau­coup de membres de sa com­mu­nau­té, le pal­mier a cau­sé le désastre à María­la­ba­ja : il a mis fin à l’abondance d’aliments et, sur­tout, a conta­mi­né l’eau du réser­voir, laquelle consti­tue la seule source d’eau dis­po­nible dans le vil­lage : “Les pro­duits agro­chi­miques appli­qués aux pal­miers ont conta­mi­né l’eau : c’est pour­quoi toutes les femmes contractent des infec­tions vagi­nales ; il y a beau­coup de mala­dies de la peau sur­tout chez les enfants et aus­si des mala­dies du rein. “ Il suf­fit de se bai­gner pour res­sen­tir des déman­geai­sons. Et la tâche, tou­jours plus dif­fi­cile, d’obtenir de l’eau potable pèse lit­té­ra­le­ment sur les têtes des femmes qui doivent trans­por­ter de lourds bidons d’eau pui­sée dans les zones du réser­voir où l’eau est moins trouble. […] 

Cata­li­na rejette cette idée du pro­grès qui déva­lo­rise leur mode de vie ances­tral : “Nous jouis­sions du bien-être, dans le sens que nous vivions bien. Nous ne dis­po­sions pas de tech­no­lo­gie, mais nous vivions dans la tran­quilli­té.” Elle défend la digni­té de tra­vailler la terre pour pro­duire les ali­ments tra­di­tion­nels de la région plu­tôt que d’exporter l’huile de palme. »

Il est impé­ra­tif, pour ceux qui béné­fi­cient le plus des arran­ge­ments éco­no­mi­co-poli­tiques de la mono­cul­ture mon­dia­li­sée, de faire en sorte que la plu­part de ceux qui vivent en son sein croient dur comme fer en l’idée que la vie en dehors d’elle est insup­por­table, into­lé­rable, infer­nale. C’est dans cette optique qu’est née cette construc­tion idéo­lo­gique qui glo­ri­fie la vie au sein de la civi­li­sa­tion en dia­bo­li­sant la vie en dehors d’elle, qui vise à ins­til­ler la crainte dans une optique de contrôle.

Pour cela, les élites au pou­voir ont tra­ves­ti et tra­ves­tissent encore l’histoire de l’expansion de la civi­li­sa­tion, qui se voit lis­sée, édul­co­rée et fal­si­fiée — au risque de rap­pe­ler une évi­dence : les vain­queurs écrivent l’histoire. Ils ont ain­si créé de toutes pièces un nar­ra­tif selon lequel tous les êtres humains aspirent à vivre à la manière des civi­li­sés, selon lequel le pro­grès était et est récla­mé par tous, ou presque (un men­songe his­to­rique bien expo­sé, entre autres, dans le livre Tech­no­cri­tiques : Du refus des machines à la contes­ta­tion des tech­nos­ciences de l’historien Fran­çois Jar­rige), selon lequel ceux qui évo­luent en dehors de la civi­li­sa­tion mènent des exis­tences misé­rables, selon lequel ils sont néces­sai­re­ment « sans défense, malades et à moi­tié affamés ».

Les membres de la plu­part des cultures humaines appré­cient et appré­ciaient d’y vivre. Au moins autant que les civi­li­sés du monde appré­cient leur mono­cul­ture mon­dia­li­sée. Et poten­tiel­le­ment beau­coup plus, au vu de la pré­va­lence crois­sante des mala­dies liées au stress (angoisses, dépres­sions, sui­cides), des troubles men­taux divers, et de la consom­ma­tion de psy­cho­tropes[5] au sein des popu­la­tions civi­li­sées. Cela ne signi­fie pas que les autres cultures, non civi­li­sées, incarnent ou incar­naient le para­dis sur Terre. Elles incarnent autant de manières de vivre, avec leurs pro­blèmes. Mais la seule réa­li­sa­tion du fait qu’elles ne sont pas en train de rava­ger la pla­nète devrait nous faire com­prendre à quel point nous fai­sons fausse route.

Tant que la majo­ri­té d’entre nous sera inca­pable ou refu­se­ra d’imaginer que l’on puisse vivre, et même bien vivre, sans voi­ture, sans télé­vi­sion, sans ordi­na­teur, sans route, sans iPod, sans réfri­gé­ra­teur, sans micro-ondes, etc., au sein de com­mu­nau­tés à taille humaine (condi­tion sine qua non d’une véri­table démo­cra­tie), la course à l’abîme n’a aucune chance de s’arrêter.

Ain­si que le for­mule Wade Davis :

« Il s’agit de trou­ver une ins­pi­ra­tion et un récon­fort dans l’idée qu’il existe des che­mins dif­fé­rents du nôtre et que notre des­ti­née n’est donc pas écrite à l’encre indé­lé­bile sur un ensemble de choix dont il est prou­vé scien­ti­fi­que­ment et de manière démon­trable qu’ils ne sont pas les bons. »

Nico­las Casaux



  1. https://partage-le.com/2018/01/8605/
  2. Voir ce texte de James C. Scott sur « La stan­dar­di­sa­tion du monde » : https://partage-le.com/2015/01/la-standardisation-du-monde-james-c-scott/
  3. https://partage-le.com/2017/12/8414/
  4. https://wrm.org.uy/fr/les-articles-du-bulletin-wrm/section1/guatemala-et-colombie-les-femmes-face-aux-plantations-de-palmiers-a-huile/
  5. https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-16-novembre-2017

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
1 comments
  1. J’ai mal­heu­reu­se­ment le sen­ti­ment que les ravages cau­sés par notre mono-culture mon­dia­li­sée (le libé­ra­lisme dans toutes ses com­po­santes) sont main­te­nant irré­ver­sibles et que l’hu­ma­ni­té toute entièer devra en sbu­bir les consé­quences. Il y a très peu de chances (et pour tout dire, aucune chance) pour que la majo­ri­té d’entre nous entende votre appel et nosu nous diri­geons tout droit vers un monde à ma Mad Max.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les illusions vertes ou L’art de se poser les mauvaises questions (par Ozzie Zehner)

Il y a cette impression de choix entre combustibles fossiles et technologies énergétiques propres comme les panneaux solaires et les éoliennes. Ce choix est une illusion. Les technologies alternatives reposent sur les combustibles fossiles à tous leurs stades de production. Les technologies alternatives dépendent des combustibles fossiles lors des opérations d'extractions, dans les usines de fabrications, pour l'installation, la maintenance, et le démantèlement. En plus, à cause de l'irrégularité de production du solaire et de l'éolien, ces technologies requièrent des centrales à combustibles fossiles opérationnelles en parallèle en permanence. Et, plus significatif encore, le financement des énergies alternatives dépend du type de croissance soutenu par les combustibles fossiles.