LE CHANGEMENT QUI NE CHANGE RIEN (par Bernard Charbonneau)

Ici, un extrait tiré de l’ex­cellent livre de Ber­nard Char­bon­neau, « Le Chan­ge­ment » (qu’il aurait ache­vé en 1990). Parce que ses ana­lyses sont extrê­me­ment justes, et dépeignent tout à fait la socié­té, ses chan­ge­ments et ses non-chan­ge­ments, que nous connais­sons actuellement.


LE CHANGEMENT QUI NE CHANGE RIEN

HUMAINEMENT, un seul moyen de chan­ger : ne pas chan­ger. Ima­gi­nez-vous dans un TGV qui ne vous iso­le­rait pas des effets de sa vitesse ; à défaut du vent de la course, le ver­tige vous en arra­che­rait Un tel envol n’est sup­por­table que par l’illu­sion de l’im­mo­bi­li­té. Bien calé sur les cous­sins d’une cel­lule cli­ma­ti­sée et inso­no­ri­sée, plus ou moins décol­lé du sol par l’é­lan de la machine, vous ne sen­tez plus les heurts de la course. Mais c’est sur­tout en vous que doit régner l’im­mo­bi­li­té. On va, l’on sur­vole, trop vite pour jeter un coup d’œil sur la fuite du pay­sage, la télé le rem­place. Le chan­ge­ment actuel n’est sup­por­table que si le voile d’une sta­bi­li­té s’in­ter­pose entre lui et nous. Aujourd’­hui faute de reli­gion, cette fonc­tion est rem­plie par le show poli­tique où le chan­ge­ment se réduit au conflit et à l’al­ter­nance de la Gauche et de la Droite au Pou­voir de ne rien faire. Tant mieux, sinon ce serait la Guerre ou la Révo­lu­tion, car faute de mieux l’illu­sion poli­tique peut tou­jours aggra­ver le désordre. Le chan­ge­ment fic­tif ayant pour fonc­tion de dis­traire du vrai, on pren­dra ici pour exemple les ava­tars poli­tiques de la France de 1981 à 1988 : Droite-Gauche, Gauche-Droite, Droite-Gauche.

  1. UN CHANGEMENT POLITIQUE.

En 1981 Fran­çois Mit­ter­rand et le PS suc­cèdent à Gis­card d’Es­taing et à la Droite, au pou­voir depuis que la Gauche est para­ly­sée par la riva­li­té du PS et du PC], Enfin le chan­ge­ment ! Du moins poli­tique, l’examen rapide de celui-ci est une bonne occa­sion de voir ce que notre socié­té entend par chan­ge­ment en fai­sant la part du mythe et de la réa­li­té. Car chan­ger sans chan­ger est le vieux rêve des Fran­çais qui, plus que d’autres, sont par­ta­gés entre leur besoin d’un ailleurs qui les libé­re­rait du poids du quo­ti­dien et leur hor­reur de ce qui trouble leurs habitudes.

Remar­quons d’a­bord que pour eux le chan­ge­ment par excel­lence est poli­tique, et plu­tôt que dans les choses celui qui est dans les esprits. Si l’on s’en tient aux lita­nies res­sas­sées dans la Presse qui cultive ce vocable magique, on pour­rait croire que rien n’a chan­gé depuis les élec­tions de 1961. Certes en tous domaines, excep­té la culture depuis la Libé­ra­tion, la Droite est res­tée au pou­voir en dépit du Plan et de la Sécu­ri­té sociale. Pour­tant si chan­ger c’est « chan­ger la vie », jamais celle des Fran­çais ne l’a été autant que dans ce der­nier quart de siècle ; il est vrai que ce fut dans le quo­ti­dien, les choses et les mœurs plu­tôt que dans la Consti­tu­tion. Et par la Science et l’Économie plu­tôt que par la Poli­tique. Inutile de déve­lop­per l’é­vi­dence de la pro­di­gieuse muta­tion opé­rée à l’exemple des USA par la tech­no­cra­tie fran­çaise sous le képi d’un haut mât totem. Si chan­ger la vie c’est chan­ger le lieu, l’ha­bi­tat, la nour­ri­ture, le tra­vail, les loi­sirs, etc., aucun régime ne l’au­ra fait comme celui res­té en place jus­qu’en 1981. Et aucun comme cette Droite pro­gres­siste (au sens tech­nique du terme) n’au­ra autant accé­lé­ré le chan­ge­ment, la mobi­li­té sociale et l’o­bli­ga­tion de s’a-dap-ter. « L’In­ten­dance sui­vra »? Non c’est plu­tôt le Géné­ral qui a sui­vi l’In­ten­dance. Quant à Mit­ter­rand, on peut sou­te­nir sans para­doxe que si une chose n’a pas chan­gé, c’est bien le Chan­ge­ment et son culte. D’autre part, si pour les Fran­çais le chan­ge­ment c’est le chan­ge­ment poli­tique, plu­tôt que celui d’un pro­gramme ils le conçoivent comme celui d’une tête de pipe pré­si­den­tielle. L’im­mo­bi­lisme de la pen­sée poli­tique figée par la mytho­lo­gie de Droite et de Gauche com­pense l’in­croyable bou­le­ver­se­ment de la vie des Fran­çais par le Déve­lop­pe­ment. Four ce qui est de ses effets, le Chan­ge­ment est par ailleurs inexis­tant Ain­si peut-on conti­nuer de chan­ger sans chan­ger en lisant son Canard Enchaî­né ou son Figaro.

Tan­dis que les labo­ra­toires tra­vaillent et les intel­lec­tuels bati­folent dans la nur­se­ry de la Culture, la vie et le lan­gage poli­tique sont tou­jours dic­tés par des idéo­lo­gies libé­rales ou socia­listes héri­tées du XVIIIe siècle. Les valeurs qui ont ins­pi­ré les révo­lu­tions conti­nuent d’o­rien­ter — en théo­rie — l’ac­tion de la Droite gaul­liste comme de la Gauche key­né­sienne et mar­xiste. Et le déca­lage de l’im­mo­bi­lisme poli­tique et du chan­ge­ment de la vie par l’ex­plo­sion scien­ti­fi­co-tech­nique contri­bue à aggra­ver le trouble qu’elle pro­voque dans les choses et les esprits. La pla­nète n’a plus que quelques heures de tour, mais la Gauche défend l’In­dé­pen­dance Natio­nale comme la Droite gaul­liste, Debré et Mar­chais fra­ter­nisent dans les plis du dra­peau tri­co­lore. Le Centre droit se réclame lui aus­si du pro­grès éco­no­mique et social et de l’aide au Tiers-Monde ; la Droite réac­tion­naire ne sur­vit pour l’ins­tant que dans un par­ti mar­gi­nal qui sert de repous­soir aux autres. La Gauche pré­tend seule­ment réa­li­ser ces prin­cipes admis par l’en­semble du corps poli­tique, et le suc­cès du PS est en par­tie dû au fait qu’il accepte de le faire selon des voies pra­ti­quées par la Droite. Reste la ques­tion : natio­na­li­ser ou déna­tio­na­li­ser ? Quoi ? Car il n’est pas ques­tion de tou­cher aux trois colonnes du temple : la France, la Pro­duc­tion, l’Em­ploi. Le pain et l’eau ne sont plus les mêmes, la cam­pagne devient un désert. Mais ce n’est pas là un pro­blème poli­tique. Le chan­ge­ment poli­tique de 1981 a sans doute pour cause essen­tielle le malaise culti­vé par le déve­lop­pe­ment à tous coûts autant que par sa crise. Qu’est- il d’ailleurs sinon une crise, celle de l’im­puis­sance humaine devant un chan­ge­ment qui lui échappe ?

Faute de don­ner un sens à celui-ci, on change la tête de César. Le pro­blème éco­lo­gique, au sens le plus large du terme, c’est-à-dire la menace qu’un pseu­do-Pro­grès fait peser sur la terre et la liber­té, n’est pas posé. Le moindre exa­men du pro­gramme et des actes du gou­ver­ne­ment socia­liste montre que sur l’es­sen­tiel il conti­nue sur la même voie. Certes dans la fou­lée de l’é­lec­tion, pour gla­ner quelques voix éco­lo, il y a eu l’a­ban­don de la cen­trale de Plo­goff et de l’a­gran­dis­se­ment du camp du Lar­zac. Mais le nucléaire n’est pas mis en cause, et bien d’autres points tout aus­si impor­tants, tels que la trans­for­ma­tion de l’a­gri­cul­ture en indus­trie, la dévas­ta­tion de l’es­pace rural et urbain par l’au­to, la menace que l’in­for­ma­tique et l’engineering géné­tique font peser sur la liber­té humaine ne sont même pas évo­qués. Rap­pe­lons aux éco­los de gauche qu’en bra­quant le pro­jec­teur sur tel ou tel détail, on plonge tout le reste dans l’ombre ; et le reste c’est l’im­men­si­té de ce chan­ge­ment que nous vivons.

Il reste tabou depuis A jus­qu’à Z. Son fon­de­ment théo­rique et pra­tique : la Recherche Scien­ti­fique, dont les cré­dits sont aug­men­tés, ne pose aucun pro­blème, même pour les quelques éco­los. M. Mau­roy peut pro­cla­mer la néces­si­té d’une « éga­li­té du savoir » sans laquelle toute autre est illu­soire, com­ment la conci­lier avec la mise en science de tout qui donne, avec la connais­sance, l’au­to­ri­té à une oli­gar­chie de savants ? Il n’en res­te­ra pour le vul­gaire que sa vul­ga­ri­sa­tion faite à la télé, en géné­ral par des igno­rants. Fille de la Science, la Tech­nique reste éga­le­ment « incon­tour­nable ». On déve­lop­pe­ra donc l’in­for­ma­tique et la géné­tique, dis­ci­plines éso­té­riques connues des seuls spé­cia­listes. Il res­te­ra au Peuple d’ap­puyer sur le bou­ton, et d’en­re­gis­trer après coup les effets dans sa vie. Une fois de plus, la Science infor­mant la Tech­nique et l’In­dus­trie pré­ci­pi­te­ra un chan­ge­ment dont on sait rien, sinon qu’il sera impré­vi­sible et considérable.

En matière éco­no­mique, le gou­ver­ne­ment socia­liste, pris entre la défense de la mon­naie, de l’emploi et de la moder­ni­sa­tion, essaye tout d’a­bord de conci­lier l’un et l’autre avec la réduc­tion de la jour­née de tra­vail et la relance de la consom­ma­tion. Le règne de l’é­co­no­mie et des éco­no­mistes (qui ont fait leurs preuves comme l’on sait) n’est pas ter­mi­né ; mais ce sont des éco­no­mistes de gauche. On revient du moné­ta­risme néo­li­bé­ral de Barre au pro­duc­ti­visme de Marx et de Keynes. On porte le taux de crois­sance à plus de 3 %, du moins on le sou­haite pour assu­rer l’emploi. On natio­na­lise, mais capi­ta­liste, éta­tique ou auto­gé­ré, le Trust reste le Trust. Et Renault une fabrique d’au­tos où s’in­ves­tit une part du reve­nu de la Nation, pour laquelle il fau­dra construire encore plus d’au­to­routes. Bien enten­du le Plan reste le Plan. Com­ment conci­lie­ra-t-on ses exi­gences avec la régio­na­li­sa­tion ? On dimi­nue le temps de tra­vail en essayant de res­ter com­pé­ti­tif sur le mar­ché sans aug­men­ter les coûts. Mais comme cela ne suf­fit pas pour assu­rer le plein emploi, on annonce de Grands Tra­vaux, dont on ne sait trop ce qu’ils seront, sinon qu’ils bala­fre­ront un peu plus la cam­pagne fran­çaise. Pas plus que les auto­routes le TGV n’est de droite ou de gauche. On aug­mente les salaires, mais comme natio­na­li­ser et inves­tir à tout prix coûte cher, tout d’a­bord l’in­fla­tion finan­ce­ra cette poli­tique. Et une fois de plus les salaires cour­ront après les prix. Puis, la stag­fla­tion mena­çant, on pra­ti­que­ra une poli­tique de rigueur. Les éner­gies nou­velles rele­vant sur­tout du dis­cours, reste les éco­no­mies d’éner­gie, que le prix du pétrole contraint de recher­cher. S’il baisse la Crois­sance pour­ra redémarrer.

Mais même si l’on y met des gants » pas ques­tion de renon­cer au nucléaire, et ce n’est pas la par­ti­ci­pa­tion du PC qui y mène­ra. On le conserve là où il est le pire : dans le sec­teur mili­taire. On conti­nue dans la voie du natio­na­lisme gaul­lien. Ce n’est pas pour rien que la pas­sa­tion des pou­voirs entre les deux pré­si­dents a pris la forme de la trans­mis­sion du code secret per­met­tant au seul Chef de l’État de déclen­cher le feu nucléaire ; l’acte fon­da­teur de la démo­cra­tie ato­mique est un acte de mort. Non seule­ment le PS ne renonce pas à la force de frappe, mais contre Gis­card il reprend la thèse gaul­liste de son emploi sur des objec­tifs civils plu­tôt que mili­taires (dans un article du Monde au len­de­main des élec­tions, par la bouche d’Her­nu). Pas ques­tion d’en­trer ici dans l’ab­surde débat entre la dis­sua­sion et la bombe à neu­trons, celle-ci menant à la fin de l’Eu­rope comme celle-là à celle de la pla­nète. Sur­tout, rap­pe­lons que si la bombe H est bonne pour la France au nom de l’In­dé­pen­dance Natio­nale, elle donne ce droit à tous les États, mul­ti­pliant ain­si à l’in­fi­ni les risques d’un acte de folie.

Certes le pro­gramme socia­liste com­porte aus­si l’aide aux pays EVD (le sigle aide à com­prendre), la dimi­nu­tion du temps de tra­vail et la régio­na­li­sa­tion. Mais com­ment faire pas­ser la théo­rie dans la pra­tique, en évi­tant les écueils contraires d’un idéa­lisme ver­bal ou d’un réa­lisme poli­tique qui l’un et l’autre ne changent rien ? On dis­court, ou l’on s’en­gage dans des réformes pré­ci­pi­tées qui pro­voquent le trouble et le mécon­ten­te­ment d’une opi­nion qui tient plus à ses habi­tudes qu’à la Révo­lu­tion. Alors on fait demi-tour en reve­nant à l’an­cien sys­tème. Ent­we­der oder : ou l’on ménage le capi­ta­lisme, qui reprend du poil de la bête, ou pour réa­li­ser le socia­lisme l’on verse dans des mesures auto­ri­taires qui ont fait leurs preuves à l’Est. Entre les deux la marge réfor­miste est étroite.

La régio­na­li­sa­tion ? Une fois de plus, laquelle ? Pour ce qui est du Déve­lop­pe­ment, à tous coûts les notables locaux sont pires que Paris. Tout le monde est pour l’aide aux pays EVD, à la condi­tion de ne pas la payer trop cher. Par ailleurs aider le Tiers-Monde par l’in­ter­mé­diaire de gou­ver­ne­ments qui refusent tout contrôle au nom de l’In­dé­pen­dance Natio­nale, c’est sur­tout aider la bour­geoi­sie locale ou bien quelque Ceau­ses­cu ou dynaste nord-coréen à s’a­che­ter des tanks. Com­ment avan­ta­ger la liber­té sans sacri­fier l’ef­fi­ca­ci­té ? Décen­tra­li­ser en déve­lop­pant une orga­ni­sa­tion scien­ti­fique et indus­trielle qui spé­cia­lise et concentre le savoir et le pou­voir. On peut accor­der une liber­té de prin­cipe à la télé, elle n’en res­te­ra pas moins entre les mains de l’Argent et de l’État, en tout cas des pro­fes­sion­nels. Ce n’est pas en élu­dant ces contra­dic­tions par de belles for­mules datant d’un siècle qu’on les résou­dra. En ten­sion avec la liber­té et l’É­ga­li­té, la science et l’in­dus­trie n’ont une chance de les ser­vir que dans la mesure où on le sait. Sinon, la contra­dic­tion sera réso­lue par la des­truc­tion, phy­sique ou spi­ri­tuelle, de Y Homo qui se pré­tend sapiens. Au fond le seul vrai chan­ge­ment, condi­tion d’un vrai pro­grès, serait un mora­toire du chan­ge­ment actuel aux fins d’y réflé­chir et de le changer.

  1. UN CHANGEMENT POLITIQUE (SUITE SANS FIN).

AU cours de sa vie un Euro­péen du XXe siècle a pu connaître trois types de socié­té. Des socié­tés tra­di­tion­nelles en voie de dis­pa­ri­tion devant la mon­tée du sys­tème scien­ti­fi­co-indus­triel. Et deux variantes de la socié­té indus­trielle, celle, libé­rale, du Mar­ché, celle, socia­liste, du Plan tota­li­taire. La pre­mière, sacra­li­sant son état, s’in­ter­di­sait le chan­ge­ment La seconde en fait son prin­cipe en tous domaines ; tan­dis que la troi­sième mène de front le blo­cage poli­tique et social et le Pro­grès. Mais pas plus que la socié­té tra­di­tion­nelle ou tota­li­taire, la démo­cra­tie libé­rale n’est plu­rielle. En France comme par­tout ailleurs à l’Ouest c’est la ten­sion entre deux pôles adverses qui assure la cohé­sion de l’en­semble, conflit réglé auquel nul n’é­chappe. Ce n’est plus l’Ordre total mais une sorte de match qui inter­dit tout coup d’œil, pen­sée ou action qui reti­re­rait de la par­tie, c’est-à-dire du fonc­tion­ne­ment de la socié­té. À toute autre époque il en fut ain­si de Byzance, par­ta­gée et liée par l’op­po­si­tion des Bleus et des Verts. Conflit sans autre rai­son objec­tive que lui-même : dans ce cas prendre par­ti pour la cou­leur de la casaque d’une des deux équipes de cochers de l’Hip­po­drome. Des motifs (à l’é­poque ils sont théo­lo­giques et non scien­ti­fiques), on les trouve après coup. Qu’im­porte les rai­sons de la que­relle pour­vu qu’elles la nour­rissent, et que s’é­trei­gnant les com­bat­tants forment corps ! Et si l’Em­pe­reur est pour les Bleus, les Verts seront contre. Et s’il est pour les Verts, les Bleus seront contre, lui jetant les pierres aban­don­nées par l’ad­ver­saire. C’est cette fureur bel­li­queuse, ce retour éter­nel d’un chan­ge­ment inchan­gé, qui inter­dit aux Byzan­tins de s’in­ter­ro­ger sur le sort de leur cité. Et Byzance, à tra­vers mille ava­tars, ira vers son des­tin aus­si néces­sai­re­ment que le cours d’une étoile.

Dans l’ac­tuelle socié­té fran­çaise tout ce qui est social, poli­tique au sens large du terme : opi­nion ou action publique asso­ciant des indi­vi­dus pour conser­ver ou chan­ger leur socié­té, se réduit au conflit plus ou moins violent de la Droite et de la Gauche. Être de l’une ou de l’autre est la seule option pro­po­sée au citoyen qui pré­tend pen­ser et agir publi­que­ment. En dehors d’elle il n’y a que des indi­vi­dus pri­vés, unis ou sépa­rés par leur diver­si­té per­son­nelle et fami­liale, matière pre­mière du roman, des jeux pres­ti­gieux et déri­soires de la Culture. Car la vie pri­vée (de quoi ?) est englo­bée dans la vie publique, dont elle subit les contraintes et acci­den­ta en temps de paix et sur­tout de guerre. Mais sitôt qu’il s’a­git de la socié­té glo­bale, un Fran­çais n’a plus qu’un choix : être de Droite ou de Gauche ; les élec­tions montrent à quel point par rap­port à ce bipo­la­risme tout devient secon­daire. Au mieux il est seule­ment per­mis de l’être plus ou moins, dans cer­tains cas de com­bi­ner l’un et l’autre sans le savoir. Qui pré­tend agir doit mili­ter, se mobi­li­ser (termes mili­taires) dans ce cadre. Et y don­ner, donc y rece­voir des coups. Rien de tel pour assu­rer à une cause et une convic­tion la réa­li­té et la force qui leur manquent.

Ain­si le mérite du libé­ra­lisme occi­den­tal est moins d’a­voir éta­bli la liber­té publique que d’a­voir ins­ti­tué dans le cadre de consti­tu­tions la que­relle dont vit la socié­té en empê­chant qu’elle dégé­nère en guerre du vain­queur. La pra­tique de l’al­ter­nance élec­to­rale main­tient le conflit en des limites qui empêchent la socié­té d’é­cla­ter. Au tond elle n’est ni de Droite ni de Gauche, mais de Droite-Gauche, ou Gauche- Droite. Les quelques liber­tés que le Chan­ge­ment laisse aux indi­vi­dus ne tiennent pas à une socié­té plu­ra­liste mais bipar­tiste, c’est dans l’entre-deux qu’elles peuvent se glis­ser. Celui qui sort de ce jeu sait que non seule­ment toute action, mais toute com­mu­ni­ca­tion sociale de sa pen­sée sera auto­ma­ti­que­ment cen­su­rée, sans que, comme à l’Est, la loi l’in­ter­dise ou l’autorise.

Si dans les pays nor­diques et anglo-saxons les par­tis reflètent le bipar­tisme fon­da­men­tal, dans les pays latins la riva­li­té des chefs, l’op­po­si­tion entre réfor­mistes et révo­lu­tion­naires com­plique ce jeu. De Droite ou de Gauche, réfor­miste ou révo­lu­tion­naire la com­bi­nai­son de ces quatre fac­teurs socio­lo­giques et psy­cho­lo­giques épuise presque tout ce qui se dit ou se fait publi­que­ment dans la France, l’I­ta­lie ou l’Es­pagne actuelles. Mais le cli­vage entre extré­mistes et cen­tristes est secon­daire par rap­port au conflit fon­da­men­tal ; et l’o­pi­nion impose aux par­tis de Droite et de Gauche de se coa­li­ser pour conqué­rir le pou­voir. L’é­ta­blis­se­ment d’une consti­tu­tion pré­si­den­tielle avec un Pré­sident élu au suf­frage uni­ver­sel a d’ailleurs rap­pro­ché la vie poli­tique de la Ve Répu­blique du bipar­tisme anglo-saxon. On objec­te­ra que la pré­sence d’un par­ti tota­li­taire comme le PC engendre un conflit entre révo­lu­tion­naires et réfor­mistes libé­raux. Il n’en reste pas moins qu’­Hit­ler est de droite et Sta­line de gauche, ce qui est plus impor­tant pour une opi­nion qui réser­ve­ra selon le cas toutes ses rigueurs à Pino­chet ou à Cas­tro. Tel qui vomi­ra un Ausch­witz révo­lu oublie­ra la Koly­ma pré­sente. Si une crise porte le conflit poli­tique au paroxysme, le libé­ral de Droite tour­ne­ra au fas­ciste, le libé­ral de gauche au com­mu­niste. N’ou­blions pas que la Droite a pris la gueule d’Hit­ler, et la Gauche celle de Sta­line. Ce seul motif devrait auto­ri­ser la cri­tique de l’une et de l’autre.

Mais sur­tout la mobi­li­sa­tion de l’o­pi­nion par la Gauche et la Droite sté­ri­lise la pen­sée et l’ac­tion publique au moment où un chan­ge­ment sans pré­cé­dent engage la France et la pla­nète dans une muta­tion radi­cale. Tout se passe comme si ce bipo­la­risme, comme autre­fois le mono­li­thisme reli­gieux, avait pour fonc­tion de blo­quer l’é­tat social — dans ce cas le chan­ge­ment— sur ses rails en diver­tis­sant ses membres des ques­tions qu’il leur pose. Entre­te­nant un abcès de fixa­tion de l’in­quié­tude et du besoin d’a­gir, le show poli­tique inter­dit aux indi­vi­dus toute prise de conscience d’une situa­tion radi­ca­le­ment nou­velle. Donc de s’as­so­cier pour la maî­tri­ser au lieu de la subir : la cri­tique du Chan­ge­ment est réduite à celle d’in­di­vi­dus dis­per­sés, condam­nés à « l’es­sai », s’ils trouvent un éditeur.

Pour celui qui sait, refu­ser de par­ti­ci­per à ce jeu déri­soire est donc essen­tiel. Quand, sor­tant de sa vie pri­vée, il consi­dère l’é­nor­mi­té du chan­ge­ment social, il est obli­gé de refu­ser l’option obli­ga­toire qui assure l’é­tat social, le tabou qui pro­tège le Chan­ge­ment De droite ou de gauche ? S’il y eut un temps où ce débat a eu un sens, tel n’est plus le cas. De toutes façons il ne s’a­git plus de classes sociales au sens mar­xiste du terme. On peut être de gauche et bour­geois, c’est notam­ment le cas de presque toute la clé­ri­ca­ture. Les Sey­doux votent Mit­ter­rand, Dou­meng com­mu­niste. Plu­tôt que des classes, l’op­po­si­tion de la droite et de la gauche est fonc­tion des métiers : les mili­taires n’ont pas les opi­nions des pro­fes­seurs. Et Marx ne pou­vait ima­gi­ner une socié­té bou­le­ver­sée par le Changement.

Si, refu­sant de subir la dis­tinc­tion qui consti­tue la socié­té fran­çaise actuelle, on s’in­ter­roge sur les fon­de­ments de la Droite et de la Gauche, on en arrive des deux côtés à des moti­va­tions spi­ri­tuelles hau­te­ment res­pec­tables. Mal­heu­reu­se­ment ces fins ne servent guère qu’à jus­ti­fier auprès de l’o­pi­nion les moyens : une poli­tique si stric­te­ment déter­mi­née par les ava­tars du Déve­lop­pe­ment qu’elle ne s’en dis­tingue guère.

À la racine qu’est-ce que la Droite ? En prin­cipe — seule­ment en prin­cipe — la défense des contraintes de la Nature et de la Tra­di­tion contre la Révo­lu­tion, de la réa­li­té contre l’u­to­pie, de l’Ordre contre l’A­nar­chie. La Droite recon­naît et valo­rise les contraintes, natu­relles, spi­ri­tuelles et morales que sa condi­tion ter­restre impose au désir de liber­té et de jus­tice de l’homme. Elle est pour l’au­to­ri­té, qui fut reli­gieuse, le res­pect du Pou­voir et de la Hié­rar­chie. Comme elle fut pour l’Église quand Dieu régnait sur l’é­tat de choses, elle est pour la Science et ses lois : l’Économie est la Véri­té parce qu’elle est un fait. La Droite défend l’État, l’Ar­mée : la socié­té contre l’in­di­vi­du. D’où les limites de son libé­ra­lisme éco­no­mique et politique.

Tan­dis que la Gauche, en dépit de son maté­ria­lisme mar­xiste, croit que la liber­té humaine peut et doit vaincre les contraintes de la nature et de la socié­té. Au fond anar­chi­sante, don­nant la pri­mau­té à l’i­déal sur la réa­li­té, elle croit à la pos­si­bi­li­té d’un chan­ge­ment qui fera des­cendre le ciel sur la terre. Elle croit au Pro­grès : à ce qui sera meilleur que ce qui est ; et c’est sa croyance au Pro­grès par la Science qui la met en contra­dic­tion avec elle-même. Idéa­liste elle se méfie de l’exis­tant, refuse la tra­di­tion. Tan­dis que la Droite accuse la Gauche de nier les « faits », pour celle-ci le juge­ment de valeur est un juge­ment de réa­li­té. Mais à ce compte, au pou­voir com­bien d’hommes de gauche deviennent de Droite !

De ces jus­ti­fi­ca­tions, néces­saires auprès de l’o­pi­nion, on ne peut tirer qu’une conclu­sion : si la polé­mique peut indé­fi­ni­ment se pour­suivre, c’est parce que les valeurs de droite et de gauche sont com­plé­men­taires. Le désir de liber­té sans recon­nais­sance de la néces­si­té natu­relle ou sociale ou la recon­nais­sance de la néces­si­té sans pro­jet de liber­té n’est qu’une demi-véri­té sans puis­sance créa­trice. L’homme est à la fois libre et serf, pri­vé de droite ou de gauche il n’est qu’un ampu­té. L’op­po­si­tion de la Droite et de la Gauche est le pro­duit d’une schi­zo­phré­nie qui oppose la pen­sée à sa réa­li­sa­tion. Pour nous faire com­prendre à Gauche, invo­quant l’au­to­ri­té de Marx et de Nietzsche, disons que la liber­té est conscience de la néces­si­té, qu’il n’y a de vic­toire sur elle sans un cer­tain amor fati autre­ment dit de notre contra­dic­tion sur terre.

La schi­zo­phré­nie de la Gauche et de la Droite ne peut que sté­ri­li­ser la poli­tique en les for­çant à tra­hir leurs prin­cipes. En un sens la socié­té du Chan­ge­ment n’est ni de Droite ni de Gauche, mais cette super­struc­ture assure l’infrastructure.

orange

La Droite n’est pas de Droite, il est faux qu’elle soit conser­va­trice. Son culte des « faits » éco­no­miques et maté­riels mène à la ruine de la nature et de toute tra­di­tion, culture ou ordre humain. La bour­geoi­sie capi­ta­liste puis tech­no­cra­tique est à l’o­ri­gine de deux révo­lu­tions cultu­relles qui ont bou­le­ver­sé la terre et la socié­té bien plus que des révo­lu­tions poli­tiques qui n’en sont que l’ef­fet. La Droite n’est pas le camp de l’Ordre, mais celui du Pou­voir économico-politique.

Quant à l’i­déa­lisme révo­lu­tion­naire ou réfor­miste de gauche, il est tout aus­si trom­peur. Si l’ac­tuelle Droite est de gauche parce que ral­liée depuis la guerre au Chan­ge­ment, la Gauche est de droite. La non-recon­nais­sance des contraintes de la nature et de la socié­té ne peut mener qu’à l’é­chec ou au men­songe : à des pro­messes impos­sibles à tenir, tout justes bonnes à séduire l’o­pi­nion et les élec­teurs. Une fois au pou­voir, rien n’empêche de se conduire en « res­pon­sable », qui sacri­fie sans scru­pule ses fins aux moyens. D’où les renie­ments du socia­lisme réfor­miste, dont on ne sait s’il réforme ou per­fec­tionne l’ordre désor­don­né de la socié­té bour­geoise actuelle. Et pire, le renie­ment fré­né­tique de l’ex­tré­misme révo­lu­tion­naire, auquel l’i­déal de liber­té et de jus­tice abso­lues donne dans l’im­mé­diat droit à la dic­ta­ture et à l’in­jus­tice abso­lues, et pour la paix à la guerre totale. Au fond celui qui tient les deux bouts de sa condi­tion d’homme — à sa liber­té dans la néces­si­té —, repro­che­ra à la Droite de ne rien conser­ver et à la Gauche de ne rien libérer.

De droite ou de gauche, réfor­mistes ou révo­lu­tion­naires, tous les par­tis actuels sont prêts à renier leurs prin­cipes et pro­grammes pour obte­nir l’essentiel : le Pou­voir. De quoi ? D’en­té­ri­ner après coup, impuis­sant, les ava­tars du chan­ge­ment. Pour tous reste seule l’ul­time Véri­té ; la puis­sance maté­rielle qui se pèse à la tonne ou se mesure au kilo­mètre à l’heure. La Droite est réa­liste, pour être forte la France doit avoir une Force de frappe ; la Gauche une fois au pou­voir repren­dra cette poli­tique à son compte. M. Barre lut­tait contre l’in­fla­tion avec le suc­cès que l’on sait, mais c’est M. Delors qui met­tra en train la poli­tique de rigueur finan­cière et de maî­trise de l’in­fla­tion que la Droite n’a­vait pas su impo­ser. Il est vrai que le prix du pétrole bais­sait et que les syn­di­cats ne pou­vaient se mobi­li­ser contre un gou­ver­ne­ment de gauche. Que pou­vez-vous objec­ter ? Com­ment faire autre­ment ? Ne pas trom­per les élec­teurs aux­quels on avait fait miroi­ter la relance de l’é­co­no­mie par la hausse des salaires ? Mais on n’au­rait pas été réélu. En quelque sorte on aurait refu­sé le devoir par excel­lence : le Pou­voir afin d’agir.

Au temps du Chan­ge­ment qu’est-ce que la Droite, qu’est- ce que la Gauche ? M. Mit­ter­rand est-il de droite ou de gauche, l’URSS révo­lu­tion­naire ou réac­tion­naire ? Quand tel père de son peuple fait de sa femme le numé­ro 2 du Par­ti, ou de son fils son héri­tier, est-il mar­xiste ou monar­chiste ? L’op­po­si­tion de la Droite et de la Gauche ne devrait plus avoir ni sens ni conte­nu pour le moindre esprit cri­tique. Mais elle est d’au­tant plus vive qu’elle ne signi­fie rien. Heu­reu­se­ment que reste le Pour-Contre d’une socié­té diver­tie par sa que­relle. Quand la Droite est Pour, la Gauche est Contre, et ver­sa. Quand la Droite était patriote et mili­ta­riste, la Gauche était inter­na­tio­na­liste et paci­fiste. Et quand la Gauche a récu­pé­ré le dra­peau tri­co­lore, la Droite est deve­nue paci­fiste, puis euro­péenne. Reste l’i­déo­lo­gie pour amu­ser le tapis : les natio­na­li­sa­tions ou les pri­va­ti­sa­tions, si elles échouent et que le gou­ver­ne­ment change, on pas­se­ra de l’une à l’autre. Reste la poli­tique étran­gère : les envois d’armes en cati­mi­ni à l’I­ran pour obte­nir la libé­ra­tion des otages, la défense de l’In­dé­pen­dance Natio­nale face aux deux grands qui, elle, reste la même. Il n’y a plus ni Gauche ni Droite, mais une même volon­té d’ac­cé­der ou de se main­te­nir au pou­voir… Pour le pouvoir.

Or dans cette socié­té d’au­tant plus rigide et déli­cate qu’elle est en per­pé­tuel chan­ge­ment, le pou­voir ne se conquiert et ne s’exerce pas n’importe com­ment La grande véri­té de la poli­tique actuelle, de droite ou de gauche, se réduit à une seule : « On ne peut faire autre­ment. » On ne peut faire autre­ment que per­fec­tion­ner la Force de frappe puis­qu’elle est là et que la France est natio­na­liste, qu’ex­por­ter, lut­ter contre la stag­fla­tion, réduire le défi­cit de la Sécu­ri­té sociale, construire plus d’au­to­routes, ren­for­cer la police, etc. On ne peut faire autre­ment que déve­lop­per la com­pé­ti­ti­vi­té de l’in­dus­trie fran­çaise pour lut­ter contre le chô­mage, donc sa pro­duc­ti­vi­té, qui fait qu’un tra­vailleur pro­duit autant que cinq puis dix. On ne peut faire autre­ment que déve­lop­per les tech­niques de pointe et la Recherche. Dans une socié­té lourde et fra­gile que sa vitesse pro­jette sur des mils, il n’y a plus de pro­jet poli­tique pos­sible, seule­ment la ges­tion des affaires cou­rantes, ô ! com­bien vite… Cette socié­té en chan­ge­ment n’a plus qu’un pro­jet : elle- même, ce qu’elle est ou plu­tôt devient en fait. Telle est la réa­li­té déter­mi­nante qu’oc­culte la réduc­tion de toute pen­sée ou action publique au conflit de la Droite et de la Gauche. Le Fait pour le Fait, le Chan­ge­ment pour le Chan­ge­ment, le Déve­lop­pe­ment des moyens pour le Déve­lop­pe­ment des moyens, fin et redon­dance inavouables qui doivent être cachées sous un voile de mots emprun­tés au passé.

Peut-on cre­ver cette bulle qui enferme et isole les indi­vi­dus en leur inter­di­sant de s’as­so­cier libre­ment pour chan­ger le chan­ge­ment de leur socié­té ? Peut-on chan­ger le cours des étoiles ? On pour­rait cepen­dant pen­ser que, com­po­sée d’hommes en prin­cipe sapiens, han­tés par le rêve d’une vic­toire sur la néces­si­té et la mort, le cours d’une socié­té n’est pas celui d’un astre. En tout cas si ces lignes furent écrites sans illu­sion, c’est dans cet espoir.

Ber­nard Charbonneau

(1910–1996)


Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La « civilisation », cette catastrophe (par Aric McBay / Thomas C. Patterson)

Le dénominateur commun, c'est le contrôle. La civilisation c'est la culture du contrôle. Une civilisation, c'est un petit groupe de gens contrôlant un large groupe via les institutions propres à cette civilisation. Si ces gens se trouvent au-delà des frontières de cette civilisation, alors ce contrôle prendra la forme d'armées et de missionnaires (des spécialistes religieux ou techniques). Si les gens à contrôler sont à l'intérieur des limites de la ville, de la civilisation, alors le contrôle pourra prendre la forme de militarisation domestique (la police, etc.). [...]
Lire

Emmanuel Macron et le « peuple de bâtisseurs » (par Nicolas Casaux)

Dans son allocution du mardi 16 avril, Emmanuel Macron a vanté la grandeur de « notre » nation, en faisant référence à « un peuple » et « son histoire millénaire », au cours de laquelle « nous avons bâti des villes, des ports, des églises ». Bien évidemment, il passait sous silence ce que l’historien Howard Zinn rappelle dès l’introduction de son livre Une histoire populaire des États-Unis De 1492 à nos jours : [...]