Albert Speer, les nazis et la technologie (par Nicolas Casaux)

Pho­to de cou­ver­ture : juin 1943 — Le ministre du Troi­sième Reich pour l’ar­me­ment et les muni­tions, Albert Speer (à droite), reçoit des mains d’A­dolf Hit­ler (à gauche) l’an­neau de l’or­ga­ni­sa­tion Todt (anneau de l’art alle­mand), dans un cof­fret orné d’argent, pour avoir réus­si l’ef­fort tech­no­lo­gique d’aug­men­ter la pro­duc­tion d’armes et de muni­tions au cours de l’an­née écou­lée. Albert Speer porte un bras­sard avec l’emblème nazi (croix gam­mée) et la men­tion « Orga­ni­sa­tion Todt ».


Dans son auto­bio­gra­phie ini­tia­le­ment publiée en 1969, parue, en fran­çais, sous le titre Au cœur du Troi­sième Reich, Albert Speer, archi­tecte et homme d’É­tat alle­mand, ministre du Troi­sième Reich et proche de Hit­ler, se souvient :

« Le suc­cès de notre action est à por­ter au compte des mil­liers de tech­ni­ciens qui s’étaient jusque-là signa­lés par la valeur de leurs tra­vaux et à qui fut confiée la res­pon­sa­bi­li­té entière de cer­taines branches de l’industrie d’armement. Cette res­pon­sa­bi­li­té rani­ma leur enthou­siasme endor­mi ; ma direc­tion peu confor­miste les inci­ta à s’engager davan­tage. Au fond, j’exploitai cette atti­tude, fré­quente chez les tech­ni­ciens [ingé­nieurs], qui consiste à se consa­crer à son tra­vail sans se poser de ques­tions. Le rôle du tech­ni­cien étant appa­rem­ment déga­gé de tout aspect moral, la tech­no­lo­gie appa­rem­ment neutre, il n’y eut pen­dant long­temps de leur part aucune réflexion sur la valeur de leur propre acti­vi­té. Cette atti­tude devait avoir des réper­cus­sions d’autant plus dan­ge­reuses que, dans cette guerre, la tech­no­lo­gie pre­nait une impor­tance de plus en plus grande : le tech­ni­cien n’était plus en mesure d’apercevoir les consé­quences de son acti­vi­té anonyme. »

Ter­rible illus­tra­tion de la dan­ge­ro­si­té, de la nui­sance de ce mythe selon lequel la tech­no­lo­gie serait « neutre » (la réalisation/fabrication de toute tech­no­lo­gie, du panier en osier à la cen­trale nucléaire, pos­sède des impli­ca­tions maté­rielles (et donc éco­lo­giques) et sociales, ce qui n’a rien de « neutre »). Une pen­sée pour les scien­ti­fiques, ingé­nieurs et autres tech­ni­ciens qui conçoivent les ins­tru­ments de mort d’au­jourd’­hui (armes diverses et variées, qui équipent les milices éta­tiques et pri­vées du monde entier, des LBD aux drones de com­bat) ; éga­le­ment pour ceux qui conçoivent les infra­struc­tures tech­no­lo­giques dans les­quelles nous sommes incar­cé­rés : routes, auto­routes, zones indus­trielles, zones com­mer­ciales, zones rési­den­tielles, inter­net, réseaux de télé­pho­nie mobile, TNT, etc. ; aus­si pour ceux qui conçoivent les machines direc­te­ment inven­tées pour rava­ger la Terre (Bag­ger 293 et autres exca­va­trices, bull­do­zers, tron­çon­neuses, ébran­cheuses, foreuses, etc.), et les machines qui servent à fabri­quer tous ces appa­reils et toutes ces machines… la liste est longue. Dans la conclu­sion, Speer écrit :

« En tant que prin­ci­pal repré­sen­tant d’une tech­no­cra­tie qui venait, sans s’embarrasser de scru­pules, d’engager tous ses moyens contre l’humanité, j’essayai non seule­ment de recon­naître mais éga­le­ment de com­prendre ce qui était arri­vé. Dans mon dis­cours final [à Nurem­berg], je décla­rai : “La dic­ta­ture de Hit­ler fut la pre­mière dic­ta­ture d’un État indus­triel de l’ère de la tech­no­lo­gie moderne, une dic­ta­ture qui, pour domi­ner son propre peuple, se ser­vit à la per­fec­tion de tous les moyens tech­no­lo­giques. Grâce à des moyens tech­no­lo­giques, tels que la radio et les haut-par­leurs, 80 mil­lions d’hommes purent être asser­vis à la volon­té d’un seul indi­vi­du. Le télé­phone, le télex et la radio per­mirent aux plus hautes ins­tances de trans­mettre immé­dia­te­ment leurs ordres aux éche­lons les plus bas où on les appli­qua sans dis­cu­ter, à cause de la haute auto­ri­té qui s’y atta­chait. De nom­breux ser­vices et de nom­breux com­man­dos reçurent ain­si par voie directe leurs ordres funestes. Ces moyens per­mirent une sur­veillance très rami­fiée des citoyens, en même temps que la très grande pos­si­bi­li­té de gar­der secrets les agis­se­ments cri­mi­nels. Pour le non-ini­tié, cet appa­reil d’État peut appa­raître comme le fouillis appa­rem­ment absurde des câbles d’un cen­tral télé­pho­nique. Or, comme ce cen­tral télé­pho­nique, une volon­té pou­vait à elle toute seule l’utiliser et le domi­ner. Les dic­ta­tures pré­cé­dentes avaient besoin de col­la­bo­ra­teurs de qua­li­té, même dans les fonc­tions subal­ternes, d’hommes capables de pen­ser et d’agir par eux-mêmes. À notre époque tech­no­lo­gique, un sys­tème auto­ri­taire peut s’en pas­ser, les seuls moyens d’information lui per­mettent de méca­ni­ser le tra­vail des organes subal­ternes. La consé­quence en est le type d’individu qui reçoit un ordre sans le discuter.”

Les évé­ne­ments cri­mi­nels de ces années pas­sées n’avaient pas été dus uni­que­ment à la per­son­na­li­té de Hit­ler. La déme­sure de ces crimes pou­vait en même temps s’expliquer par le fait que Hit­ler avait su le pre­mier se ser­vir, pour les com­mettre, des moyens offerts par la technologie.

Évo­quant alors le dan­ger que pour­rait repré­sen­ter à l’avenir un pou­voir illi­mi­té dis­po­sant des immenses res­sources de la tech­no­lo­gie, un pou­voir qui se ser­vi­rait de la tech­nique mais serait aus­si son esclave, cette guerre, pour­sui­vis-je, s’était ter­mi­née sur l’emploi de fusées télé­gui­dées, d’avions volant à la vitesse du son, de bombes ato­miques, et sur la pers­pec­tive d’une guerre chi­mique. Dans cinq ou six ans, on pour­rait anéan­tir en quelques secondes, à l’aide d’un mis­sile ato­mique ser­vi par au plus dix hommes, le centre de New York et y tuer un mil­lion d’hommes, ou, au moyen d’une guerre chi­mique, déclen­cher des épi­dé­mies et détruire les récoltes. “Plus la tech­nique se déve­loppe dans le monde, plus le dan­ger devient grand… En tant qu’ancien ministre d’une indus­trie d’armement très déve­lop­pée, il est de mon devoir de lan­cer cet aver­tis­se­ment : une nou­velle grande guerre se ter­mi­ne­ra par l’anéantissement de la culture et de la civi­li­sa­tion humaines. Rien n’empêchera la science et la tech­nique déchaî­nées d’accomplir leur œuvre de des­truc­tion de l’homme, celle-là même que les tech­ni­ciens ont com­men­cée de si ter­rible façon dans cette guerre-ci…”

“Le cau­che­mar de beau­coup d’hommes, conti­nuai-je, cette peur de voir un jour la tech­no­lo­gie domi­ner les peuples, a failli se réa­li­ser dans le sys­tème auto­ri­taire de Hit­ler. Tout État au monde est aujourd’hui mena­cé de pas­ser sous le règne ter­ri­fiant de la tech­no­lo­gie, mais, dans une dic­ta­ture moderne, cela me semble inéluctable.” »

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
1 comment
  1. L’hor­reur a été d’in­dus­tria­li­ser la mort, d’u­ti­li­ser les moyens de ren­sei­gne­ment, de mana­ge­ment, de trans­port, de mise à mort… indus­triels. Je crois savoir qu’a­vant la guerre la fiche d’é­tat civil men­tion­nait la reli­gion des citoyens alle­mands. Les nazis au pou­voir n’a­vaient plus alors qu’à envoyer la police frap­per à la porte de ceux qu’ils dési­gnaient comme l’en­ne­mi. Les moyens tech­no­lo­giques actuels seraient capables de déduire à par­tir des infor­ma­tions per­son­nelles numé­riques la pré­fé­rence reli­gieuse des citoyens. Et d’ailleurs le par­ti com­mu­niste chi­nois le fait avec les Ouï­gours, ils uti­lisent la tech­no­lo­gie numé­rique pour les espion­ner, et la tech­no­lo­gie chi­mique pour les pri­ver de des­cen­dance. On peut se poser des ques­tions en France quand cer­taines pré­fec­tures fran­çaises sol­li­citent l’ins­pec­tion du tra­vail pour contrô­ler des éta­blis­se­ment « com­mu­nau­taires », au motif de la lutte contre le sépa­ra­tisme, et alors qu’ils n’ont d’autres tords que de vendre des kebabs. Que feraient ces pré­fec­tures avec entre leurs mains les don­nées du ren­seignent numé­rique, et au des­sus d’eux un minis­tère qui exige un « nettoyage » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La civilisation, le suprémacisme humain et l’écologie (par Nicolas Casaux)

La culture dominante, la civilisation industrielle, et ses formes précédentes (diverses civilisations), ont en commun certaines caractéristiques fondamentales, raison pour laquelle est aujourd’hui établie une sorte de continuité temporelle conceptuelle appelée Histoire, basée sur une idée de progrès (de progression). Des peuples pré-industriels deviennent ainsi industriels, puis post-industriels. [...]
Lire

Imagine (par Derrick Jensen)

Le manque d’imagination est une des (nombreuses) manières, pour cette culture, de détruire la planète. J’ai beaucoup pensé à cela après la catastrophe nucléaire de Fukushima, et après avoir lu trois réactions typiques, dont chacune faisait montre de moins d’imagination que la précédente. [...]
Lire

Le microbiome des Occidentaux est une catastrophe comparé à celui de chasseurs-cueilleurs (par Jeff Leach)

Le monde que nous occupons aujourd'hui est très différent de celui qu'occupaient nos ancêtres pas-si-lointains. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère géologique — l'Anthropocène, marquée par l'empreinte de l'homme — la déforestation mondiale, la fonte des calottes glaciaires et la dégradation générale de la biosphère suscitent de graves préoccupations. Mais une autre victime, souvent négligée, de cette nouvelle ère, est la diversité des micro-organismes qui vivent sur et à l'intérieur de nos corps (notamment les bactéries, les virus et les champignons). [...]