Les nouvelles technologies : impacts sociaux et écologiques (par Richard Maxwell & Toby Miller)

Tra­duc­tion d’un article (en anglais) ini­tia­le­ment publié sur le site bri­tan­nique du Guar­dian, le 27 février 2013.


Des mon­tagnes de déchets élec­tro­niques aux conflits liés aux miné­raux, la tech­no­lo­gie digi­tale a un immense impact social et envi­ron­ne­men­tal – les médias seraient-ils les véri­tables enne­mis de la soutenabilité ?

L’héritage des vieux appa­reils : des ouvriers migrants démontent les ordi­na­teurs au rebut qui ont été lais­sés dans la rue à Guiyu, en Chine. Pho­to­graph : Jim Puckett/AP

Nous avons besoin de nou­velles méta­phores afin d’imaginer une concep­tion et une régu­la­tion plus éco­lo­gique des tech­no­lo­gies des médias numériques.

Les méta­phores exis­tantes sont trop légères, banales – et trom­peuses : nous nous connec­tons « vir­tuel­le­ment » ; nous « deman­dons en ami » des étran­gers ; nous cal­cu­lons dans un « cloud » (« nuage ») ; nous télé­pho­nons avec nos « mobiles » ; nous « strea­mons » des pro­grammes et des films, et « twee­tons » des mes­sages via des « fermes » de serveurs.

De telles figures de style nous ont insi­dieu­se­ment pous­sé à croire que la nou­velle éco­no­mie – dont on a tant van­té les mérites depuis une décen­nie et demie – est un monde propre, « post-che­mi­nées », bien loin de la révo­lu­tion indus­trielle ayant créé « Le Pays Noir » des Mid­lands, et son béret symbolique.

La nou­velle éco­no­mie est le moteur d’un nou­veau siècle évo­luant rapi­de­ment et confiant en sa capa­ci­té à déran­ger et réor­ga­ni­ser. Elle aban­donne dans son sillage des tech­no­lo­gies pré­ten­du­ment obso­lètes.  Ima­gi­nez seule­ment quelle menace pour les nou­veaux médias que ces varié­tés de médias du troi­sième âge (ces jour­naux qui laissent des traces d’encre sur vos doigts), ces médias moyen­âgeux (le poste de télé­vi­sion qui traîne dans un coin du salon).

Cela rend éga­le­ment ana­chro­nique le mili­tan­tisme indus­triel qui carac­té­ri­sait le Royaume-Uni des années 1970 et 80. La nature elle-même semble obso­lète. Les ten­ta­tives de rééqui­li­brage de l’économie entre les indus­tries des sec­teurs pri­maire, secon­daire et ter­tiaire ont été infruc­tueuses et menées sans convic­tion. Le sec­teur des ser­vices refait sur­face de manière rhé­to­rique et économique.

Mais les insi­nua­tions selon les­quelles nous vivons dans un monde déma­té­ria­li­sé ne sont pas sim­ple­ment exa­gé­rées ; elles font plus de mal que de bien. Le cloud (« nuage ») de l’un est la pol­lu­tion d’un autre, et le smart­phone de l’un est l’esclavage de l’autre. Des déchets élec­tro­niques aux miné­raux de conflit, les nou­veaux médias laissent une trace indé­lé­bile sur les corps et sur la Terre qu’ils habitent.

Agbog­blo­shie au Ghana

Quelles sortes de méta­phores pour­raient illus­trer ce nou­veau monde ? Depuis l’avènement de l’imprimerie, les médias ont eu un impact constant et dra­ma­tique sur notre pla­nète. Her­man Mel­ville décri­vit les pro­ces­sus chi­miques impli­qués dans la pro­duc­tion de tis­su et de papier dans les États-Unis du XIXème siècle. Les femmes s’occupaient des pro­duits chi­miques de blan­chi­ment, du dépul­page, et de la trans­for­ma­tion des lam­beaux de lin et de laine jus­qu’à ce qu’il n’en reste « que des fibres ». Elles tra­vaillaient dans des fri­pe­ries où « l’air suin­tait des fines par­ti­cules toxiques, qui s’envolaient de toutes parts, sub­ti­le­ment, en grains de pous­sière por­tés par le soleil, pour finir dans les poumons. »

Et le ciné­ma ? A son apo­gée, le Kodak Park de Roches­ter à New-York pro­dui­sait annuel­le­ment 250 000 kilo­mètres de film, aspi­rant plus de 45 mil­lions de litres d’eau du lac Onta­rio chaque jour, et recra­chant des détri­tus et des effluents chi­miques dans la rivière Gene­see. En l’an 2000, la com­pa­gnie était la pre­mière source d’agents patho­gènes de l’État de New-York.

Et qu’en est-il des télé­vi­sions ? Selon cer­taines esti­ma­tions, ce sont les biens manu­fac­tu­rés les plus dif­fi­ciles à recy­cler. Et depuis le virage numé­rique amor­cé il y a quelques années, des cen­taines de mil­lions de télé­vi­sions se sont retrou­vées dans le Sud éco­no­mique, balan­cées depuis les confor­tables mai­sons des ban­lieues de Londres ou Mont­réal, pour pol­luer les sys­tèmes de col­lecte des déchets des autres, pen­dant que de nou­velles ver­sions amé­lio­rées prennent tran­quille­ment leur place. Au revoir écran catho­dique, bon­jours écran plat.

Mais la pièce de résis­tance nous vient des médias encore plus récents, qu’il s’agisse des ordi­na­teurs por­tables, des consoles, des télé­phones, ou des tablettes. Leur impact sur les ouvriers et sur notre Terre est atroce et ne cesse d’empirer. Les figures de style com­munes asso­ciées à ces tech­no­lo­gies sont un contre­point iro­nique et trom­peur à la manière dont elles refa­çonnent le monde matériel.

San­gram­pur dans le Nord-Est de l’Inde.

La conven­tion de l’Association des Consom­ma­teurs Élec­tro­niques à Las Vegas – cou­verte amou­reu­se­ment par le Guar­dian – se tar­guait des 204 mil­liards de dol­lars US dépen­sés en gad­gets en 2012, et pré­voyait encore 9 mil­liards sup­plé­men­taires cette même année.

Pen­dant ce temps-là, le « TV Bureau » qua­li­fiait de Grand Cercle du Consu­mé­risme Moderne la pro­pen­sion des spec­ta­teurs à recher­cher des ser­vices et des biens sur leurs tablettes tout en regar­dant les publi­ci­tés pour ces mêmes pro­duits à la télévision.

Le coût de tout cet amu­se­ment, et il ne s’agit donc pas seule­ment du prix des choses que vous ache­tez, est lié aux déchets élec­tro­niques (E‑déchets) qu’il produit.

Selon l’Organisation Inter­na­tio­nale du Tra­vail, 80% des E‑déchets « finissent par être envoyés (sou­vent illé­ga­le­ment) dans les pays en déve­lop­pe­ment pour être recy­clés par des cen­taines de mil­liers de tra­vailleurs infor­mels », avec « des impli­ca­tions néga­tives en termes de san­té et d’environnement ».

Les décharges d’E‑déchets pro­li­fèrent, avec de ter­ribles consé­quences sur la san­té publique. Et les chif­fon­niers qui se chargent de ces recy­clages infor­mels, et dont le nom s’ins­pire de celui des femmes du temps de Mel­ville, sont régu­liè­re­ment assassinés.

En résu­mé, le « Grand Cercle du Consu­mé­risme Moderne » est une méta­phore sor­dide, aus­si cruel­le­ment trom­peuse que celle du cloud (« nuage ») et de la tota­li­té du lexique vir­tuel des gad­gets de la nou­velle éco­no­mie Orwellienne.

Des ouvriers en Inde traitent les déchets élec­tro­niques en pro­ve­nance des pays occidentaux.

Heu­reu­se­ment, des cher­cheurs tra­vaillant sur les prin­ci­pales décharges élec­tro­niques du monde – la Chine, le Bré­sil, l’Inde, le Nige­ria, le Mexique – sont sur la brèche, et nous alertent sur les consé­quences de cette orgie de com­mu­ni­ca­tions. Et des mou­ve­ments sociaux dans le monde entier pro­testent contre les hor­reurs envi­ron­ne­men­tales et sociales que nous perpétrons.

Actuel­le­ment, tan­dis que nous pillons les porte-revues, que nous jetons nos télé­phones obso­lètes, que nous dési­rons de nou­velles tablettes, et englou­tis­sons nos mises à jour quo­ti­diennes, notre plai­sir repose sur l’exploitation et la des­truc­tion de l’environnement et de tra­vailleurs d’une manière insi­dieuse, que dis­si­mulent les nuages de la béa­ti­tude électronique.

Toby Mil­ler & Richard Maxwell

Toby Mil­ler est pro­fes­seur des indus­tries cultu­relles à la City Uni­ver­si­ty de Londres et Richard Max­well est pro­fes­seur et doyen des études média­tiques au Queens Col­lege, à la City Uni­ver­si­ty de New-York.


Tra­duc­tion : Col­lec­tif Le Partage

Note de fin : Cet article a le mérite d’at­ti­rer l’at­ten­tion sur les consé­quences éco­lo­giques désas­treuses (et insou­te­nables, et donc sui­ci­daires) de la pro­duc­tion en masse d’ap­pa­reils hau­te­ment tech­no­lo­giques. Seule­ment, comme la plu­part des papiers publiés dans des grands médias, celui-ci se doit de ter­mi­ner sur une note d’es­poir men­son­gère (« Heu­reu­se­ment, des cher­cheurs tra­vaillant… »). En réa­li­té, la situa­tion ne fait qu’empirer, puisque la consom­ma­tion mon­diale de ces objets (à l’ins­tar de la consom­ma­tion mon­diale d’une myriade d’ob­jets pro­duits en masse) ne fait que croître — on « estime que la pro­duc­tion de déchets élec­tro­niques devrait croitre de 30% par an à par­tir de 2020, soit deux fois plus rapi­de­ment qu’au­jourd’­hui ». Bien sûr, les défen­seurs du « pro­grès » et de la civi­li­sa­tion indus­trielle pro­mettent et pro­met­tront tou­jours (lire : mentent et men­ti­ront tou­jours) qu’il est pos­sible de conci­lier cette crois­sance glo­bale de la demande en appa­reils high-tech, et donc des besoins en « res­sources natu­relles », et donc des extrac­tions (et, acces­soi­re­ment, du recy­clage), avec le res­pect du monde natu­rel, et ce grâce à X ou Y nou­velle tech­no­lo­gie sup­plé­men­taire (ils pré­sentent déjà l’in­ci­né­ra­tion de déchets comme une solu­tion « verte », éco­lo­gique, au pro­blème de leur accu­mu­la­tion, bien qu’en plus de par­ti­ci­per plus encore au réchauf­fe­ment cli­ma­tique que les cen­trales à char­bon, les inci­né­ra­teurs émettent toutes sortes de pol­luants hau­te­ment toxique dans l’at­mo­sphère). Encore une fois, la solu­tion serait de décroître et non de croître, de faire en sorte que dans tous les pays du monde, on cesse pro­gres­si­ve­ment de consom­mer des pro­duits high-tech/­élec­tro/­in­for­ma­tiques. Et encore une fois, c’est tout sauf ce que sou­haitent les classes diri­geantes de tous les états du globe — et avec eux l’im­mense majo­ri­té des « civi­li­sés » de la pla­nète, qui a été for­mée et condi­tion­née par la culture conçue par et pour les premiers.

Pour aller plus loin :

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
8 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Remettre l’État à sa place (par James C. Scott)

Toute étude, telle que celle-ci, portant sur la formation de l’État, risque, par définition, de lui attribuer une importance surestimée qu’il n’aurait pas eu dans une description mieux équilibrée des affaires humaines. J’aimerais éviter cet écueil. Les faits, tels que j’en suis venu à les comprendre, nous enseignent qu’une histoire impartiale de notre espèce devrait accorder à l’État un rôle bien plus modeste que ce qu’il est d’usage de lui accorder. [...]
Lire

Les marchands d’illusions vertes occidentaux, des USA à la France, de Bill McKibben à Cyril Dion (par Nicolas Casaux)

Dans les États occidentaux — mais ailleurs aussi, selon toute probabilité — il existe un microcosme de personnalités écologistes autorisées et régulièrement invitées dans les médias de masse, assez appréciées des autorités de leur pays respectif, et qui, pour ces raisons, représentent à elles seules, aux yeux du grand public, la mouvance écologiste. « La » mouvance, parce que ces écologistes font grosso modo la promotion des mêmes idées, des mêmes croyances. Ils se congratulent d’ailleurs régulièrement les uns les autres, faisant immanquablement référence aux travaux des uns et des autres dans leurs différents ouvrages — édités par d’importantes maisons d’édition, ou produits par d’importantes boites de production, et chroniqués dans les plus grands quotidiens. [...]
Lire

La technologie comme domination (par Miguel Amoros)

[...] La civilisation capitaliste place la production séparée au centre de la société; le pouvoir dépend de la production, la production dépend de la technologie, par conséquent le pouvoir dépend de la technologie. La technologie étant la principale force productive, le progrès social suit la logique du progrès technologique. Et comme le dit Ellul, la technologie n’est rien d’autre que le mode d’organisation du monde. Le pire de tous. La technique n’est pas neutre, elle ne l’est jamais. [...]
Lire

Effondrement du système : point zéro (par Chris Hedges)

Toute résistance doit admettre que le corps politique et le capitalisme mondialisé sont morts. Nous devrions arrêter de perdre notre énergie à tenter de les réformer ou à les supplier de bien vouloir changer. Cela ne signifie pas la fin de la résistance, mais cela implique de toutes autres formes de résistance. Cela implique d'utiliser notre énergie pour construire des communautés soutenables qui pourront affronter la crise qui se profile, étant donné que nous serons incapables de survivre et de résister sans un effort coopératif. [...] Une société qui ne reconnait plus la dimension sacrée de la nature et de la vie humaine, leur valeur intrinsèque au-delà de leur valeur monétaire, commet un suicide collectif. De telles sociétés se cannibalisent jusqu'à la mort. C'est ce que nous connaissons actuellement. [...]