À propos de « Terre et Liberté » d’Aurélien Berlan

Le livre de l’année, pour moi, et haut la main, c’est Terre et Liber­té d’Aurélien Ber­lan, qui paraît le 26 novembre pro­chain aux édi­tions La Len­teur (mais qu’il est d’ores et déjà pos­sible de pré­com­man­der chez votre libraire ou en ligne). Plus encore que le livre de l’année, c’est même une lec­ture essen­tielle, un futur clas­sique de la cri­tique éco­lo­giste, anti-indus­trielle, un must-have comme disent les anglais, un livre qu’on doit avoir (lu).

Auré­lien Ber­lan y sou­ligne com­bien « la dépen­dance (en pre­mier lieu maté­rielle) dans laquelle nous tient le capi­ta­lisme indus­triel » joue « un rôle cru­cial » dans l’incapacité ou la dif­fi­cul­té pour des luttes sociales consé­quentes de se for­mer. La terre entiè­re­ment pri­va­ti­sée, tous contraints de nous vendre sur le « mar­ché du tra­vail » pro­té­gé et impo­sé par l’État, la plu­part ain­si dépos­sé­dés des moyens et des savoir-faire néces­saires pour vivre de manière auto­nome, « nous sommes deve­nus vita­le­ment dépen­dants d’un sys­tème » qui détruit « les condi­tions de vie de la plu­part des êtres vivants. Tout en sachant qu’il mène au désastre, nous ne voyons pas com­ment en sor­tir : nous en sommes pri­son­niers, maté­riel­le­ment et men­ta­le­ment, indi­vi­duel­le­ment et collectivement. »

Para­doxa­le­ment, « cette extra­or­di­naire impuis­sance trouve en par­tie sa source dans ce qu’on consi­dère en géné­ral comme un for­mi­dable gain de liber­té des êtres humains », dans un déve­lop­pe­ment éco­no­mique dont on nous assure sou­vent « qu’il a per­mis notre éman­ci­pa­tion à l’égard des formes de domi­na­tion tra­di­tion­nelles et d’un grand nombre de contraintes maté­rielles. Même les prin­ci­paux détrac­teurs du capi­ta­lisme indus­triel, les socia­listes, n’ont pas vu dans son essor uni­que­ment un fac­teur d’oppression, mais aus­si de libé­ra­tion, d’affranchissement à l’égard du “règne de la nécessité”. »

Alors : « Com­ment carac­té­ri­ser cette idée de la liber­té par­ta­gée par tous les par­ti­sans du pro­grès indus­triel, qu’ils soient de gauche ou de droite, mar­xistes ou libé­raux ? Com­ment com­prendre qu’une si grande par­tie des popu­la­tions occi­den­tales soit au fond d’accord avec l’affirmation bru­tale de George Bush senior, selon qui “[notre] mode de vie […] n’est pas négo­ciable” ? » Quelle est cette « concep­tion de la liber­té, asso­ciée au mode de vie per­mis par le capitalisme ? »

Il montre alors que cette liber­té moderne « n’est pas celle que l’on croit : der­rière l’inviolabilité de la vie pri­vée que les pen­seurs libé­raux avaient mise en avant, et que la (contre-)révolution numé­rique bafoue dans l’indifférence presque géné­rale, il y avait une aspi­ra­tion plus fon­da­men­tale, celle d’être déli­vré des “néces­si­tés” maté­rielles et socio­po­li­tiques de la vie humaine. »

En effet, la « liber­té des post­mo­dernes », ain­si qu’il le for­mule, consiste dans le « fait d’être débar­ras­sé, exo­né­ré d’un cer­tain nombre de tâches pénibles liées à notre condi­tion d’“animaux poli­tiques”. Il semble que ces tâches soient de deux sortes. Soit il s’agit d’obligations poli­tiques au sens large, liées à la plu­ra­li­té humaine et à ce qui en découle : la néces­saire coexis­tence avec les autres, dont il est si dif­fi­cile de se pas­ser, mais qui sont tel­le­ment dif­fi­ciles à sup­por­ter. Soit il s’agit d’exigences liées à notre vie maté­rielle et phy­sique, c’est-à-dire à notre part ani­male, au fait que nous ne sommes pas de purs esprits, mais des êtres vivants qui res­sentent le besoin, le plai­sir et la souf­france, et sont sujets à la mala­die et la mort. »

En d’autres termes, il s’agit d’un « désir obses­sion­nel d’être déli­vré des pesan­teurs asso­ciées tra­di­tion­nel­le­ment à la condi­tion humaine », d’être, d’une part, « déchar­gés des néces­si­tés maté­rielles du quo­ti­dien, […] chro­no­phages et géné­ra­le­ment consi­dé­rées comme assom­mantes : se pro­cu­rer de quoi man­ger, boire et se chauf­fer, faire la cui­sine, le ménage, la vais­selle et la les­sive, s’occuper des per­sonnes dépen­dantes qui nous entourent (jeunes enfants, parents âgés, proches malades ou han­di­ca­pés, etc.), construire et entre­te­nir son habi­tat, etc. » & d’autre part « du poids des acti­vi­tés poli­tiques, avec ce qu’elles impliquent de conflits et de com­pro­mis avec les autres, d’assemblées inter­mi­nables et de “dis­cus­sions journalières” ».

Or « pour être déli­vré des néces­si­tés de la vie quo­ti­dienne, la seule voie reste de se défaus­ser sur les autres des efforts néces­saires pour satis­faire nos besoins, c’est-à-dire de leur faire faire les tâches cor­res­pon­dantes. Ce qui sup­pose de les y contraindre, par la force et/ou d’autres stra­ta­gèmes : en pra­tique, la déli­vrance maté­rielle passe par la domi­na­tion sociale. Elle en consti­tue même le signe dis­tinc­tif, plus sûr que la vio­lence phy­sique. Car une per­sonne en posi­tion de domi­na­tion peut ne jamais avoir à recou­rir elle-même à la force, soit parce qu’elle la délègue, soit parce que la conscience que la vio­lence plane au-des­sus de leur tête suf­fit pour que les domi­nés acceptent de prendre en charge une par­tie des besoins de leurs maîtres. Par contre, l’histoire montre que les domi­nants se sont tou­jours déles­tés d’un cer­tain nombre de tâches maté­rielles sur les groupes qu’ils domi­naient, qu’il s’agisse des femmes, des esclaves, des serfs ou des ouvriers. Ils leur font faire les tâches domes­tiques rou­ti­nières et les tra­vaux pénibles et, dans l’idéal, ils font faire le tra­vail de sur­veillance et de répres­sion de leurs subor­don­nés à cer­tains d’entre eux, qu’il s’agisse d’intendants, de contre­maîtres ou de poli­ciers, afin d’être déli­vrés éga­le­ment de ces tâches poli­tiques fas­ti­dieuses et pénibles. Domi­ner, c’est donc faire faire. Dans cette expres­sion, les deux occur­rences du verbe “faire” n’ont pas le même sens. Alors que la seconde désigne un “faire” réel, c’est-à-dire une acti­vi­té phy­sique (en géné­ral, cette occur­rence est rem­pla­cée par le verbe dési­gnant la pra­tique en ques­tion : faire laver ses vête­ments, construire sa mai­son, etc.), la pre­mière est en fait syno­nyme de “don­ner l’ordre de”. Celui qui “fait faire” les choses aux autres ne fait rien, il se contente de leur dire ce qu’il faut faire. En arti­cu­lant la ques­tion du com­man­de­ment à celle de la déli­vrance, cette expres­sion consti­tue la for­mule clef de la domi­na­tion sociale, qui repose tou­jours sur la sépa­ra­tion entre exé­cu­tants qui font et diri­geants qui font faire. »

C’est ain­si qu’en « met­tant le tra­vail des uns à dis­po­si­tion de ceux qui ont les moyens finan­ciers de se l’approprier, le mar­ché met de fait les pauvres à dis­po­si­tion des riches. C’est un dis­po­si­tif qui accroît le pou­voir de ceux et celles qui ont de l’argent, sur les choses comme sur les personnes. »

Somme toute : « À défaut d’avoir appor­té, enfin, la liber­té à toutes et à tous, la moder­ni­té occi­den­tale a en fait dif­fu­sé une concep­tion désas­treuse de l’émancipation dans laquelle l’exonération des tâches liées à la sub­sis­tance, qui a tou­jours carac­té­ri­sé les classes domi­nantes, a fini par éclip­ser l’objectif ori­gi­nel d’abolir les rap­ports de domi­na­tion sociale. Et en sou­te­nant, sur le plan de l’imaginaire, le déve­lop­pe­ment indus­triel, cette concep­tion est aus­si l’un des vec­teurs du désastre éco­lo­gique en cours. Voi­là pour­quoi la “ques­tion natu­relle” ne peut être sépa­rée de la “ques­tion sociale” : “Fin du monde, fin du mois, même combat !” »

Parce qu’en effet, cette aspi­ra­tion à la déli­vrance des néces­si­tés maté­rielles de la vie a tou­jours carac­té­ri­sé les classes domi­nantes, non les classes popu­laires (« les classes popu­laires ne vou­laient pas tant être déli­vrées du tra­vail que de l’oppression et du sur­tra­vail que les puis­sants leur impo­saient pour se déchar­ger, eux, des “basses tâches maté­rielles” »), non les socié­tés autoch­tones, tri­bales, de chas­seurs-cueilleurs, etc. Tous ceux-là aspi­raient et aspirent à un autre genre de liber­té, le seul digne de ce nom.

« S’émanciper, pour les classes popu­laires, ce n’est donc pas être libé­ré des tâches liées à la vie quo­ti­dienne, mais abo­lir les rap­ports de domi­na­tion. » D’où, à tra­vers l’histoire, ces « luttes récur­rentes pour la défense des biens com­muns et le droit à la terre », ces « ten­ta­tives pour aller cher­cher ailleurs ces condi­tions de la liber­té », qui « témoignent d’un désir de vivre sans maître, non d’être déchar­gé de la “néces­si­té” ».

« Pour nom­mer cette liber­té, nous par­lons sou­vent d’autonomie. Mais il ne s’agit pas seule­ment de “se don­ner ses propres lois”, comme le sug­gère l’étymologie. Sous ce sens juri­di­co-poli­tique, il y a désor­mais une signi­fi­ca­tion maté­rielle : “pour­voir à ses propres besoins”. Par­ler d’autonomie ali­men­taire ou éner­gé­tique, c’est en effet vou­loir reprendre ses condi­tions de vie en main, renouer avec les pra­tiques de sub­sis­tance qui ont carac­té­ri­sé les modes de vie des classes popu­laires occi­den­tales, notam­ment pay­sannes, jusqu’au milieu du xxe siècle — et qui carac­té­risent encore une par­tie de la popu­la­tion des pays du Sud. »

& « ce sont les éco­fé­mi­nistes de la “pers­pec­tive de la sub­sis­tance” qui ont for­mu­lé la concep­tion la plus abou­tie de la liber­té comme auto­no­mie. En reva­lo­ri­sant les acti­vi­tés de sub­sis­tance (la pro­duc­tion locale de biens des­ti­nés à satis­faire les besoins de celles et ceux qui les pro­duisent, par oppo­si­tion à la fabri­ca­tion indus­trielle de mar­chan­dises), elles rompent avec le désir de déli­vrance, qui abou­tit à faire faire à des sala­riés, des femmes ou des esclaves ce que l’on veut avoir sans se don­ner la peine de le faire soi-même. »

Pour ces écoféministes :

« L’émancipation des femmes ne consiste pas à se “haus­ser” à la concep­tion extra­ter­restre de la liber­té comme “dépas­se­ment de la néces­si­té”. Non seule­ment parce qu’un tel ali­gne­ment est un acte de sou­mis­sion intel­lec­tuelle (s’émanciper, est-ce suivre le modèle domi­nant ?), mais parce que cette idéo­lo­gie, en pré­ten­dant se his­ser au-des­sus de l’immanence de la vie, ne peut être que mor­ti­fère, en invi­tant à se nier comme être incar­né. L’émancipation fémi­nine consiste plu­tôt, pour [Maria] Mies, à faire redes­cendre les hommes sur terre, pour leur faire prendre conscience des réa­li­tés de la vie quo­ti­dienne et du fait qu’elles ne sont pas “exté­rieures” à eux, pas plus que nos corps ne nous sont étran­gers. Quitte à par­ler le lan­gage de la “néces­si­té” qui tra­ves­tit les choix de vie en don­nées iné­luc­tables, il faut donc aider les hommes à réta­blir une “rela­tion vivante” avec ces néces­si­tés, à les consi­dé­rer comme leurs néces­si­tés d’êtres vivants et non comme des néces­si­tés qui leur seraient impo­sées de l’extérieur. Une fois dépas­sé le déni de réa­li­té, il sera plus facile de par­ta­ger équi­ta­ble­ment le far­deau du quo­ti­dien, ain­si que les joies et les plai­sirs simples qui y sont liés.

Et il sera alors pos­sible d’imaginer une autre forme de liber­té — non pas une liber­té acos­mique basée sur la trans­cen­dance, comme chez Sartre, mais une liber­té dans le monde, comme chez Mau­rice Mer­leau-Pon­ty. Telle est la condi­tion pour ces­ser d’identifier la liber­té à la domi­na­tion, comme l’ont taci­te­ment fait la plu­part des phi­lo­so­phies de la liber­té, en la confon­dant avec la déli­vrance. Au-delà des femmes, ce geste éco­fé­mi­niste a donc une por­tée universelle. »

Il s’agit donc de « recons­truire des inter­dé­pen­dances per­son­nelles per­met­tant de des­ser­rer l’étau des dépen­dances ano­nymes, et ce dans l’égalité. L’autonomie ne consiste pas à se débrouiller tout seul, mais à s’inscrire dans un monde d’interconnaissance où les obli­ga­tions réci­proques et les règles par­ta­gées tissent des liens de soli­da­ri­té qui libèrent des formes de domi­na­tion impersonnelles. »

Il s’agit d’« assu­rer notre sub­sis­tance » nous-mêmes, c’est-à-dire « pour­voir à nos propres besoins, faire par nos propres moyens et vivre de nos propres res­sources » (des « prin­cipes qui ont régi la vie de l’immense majo­ri­té des humains jusqu’au milieu du siècle der­nier, même dans le monde occi­den­tal »). Ce qui implique de lut­ter contre les ins­ti­tu­tions et les sys­tèmes de domi­na­tion en place, impos­sible de construire d’autres mondes « sans lut­ter contre l’existant ».

« À l’image absurde de la conquête spa­tiale comme libé­ra­tion, il est temps d’opposer une concep­tion de la liber­té qui ne cherche pas à dépas­ser nos condi­tions de vie sur terre, mais à être com­pa­tibles avec elles. C’est-à-dire de nous éman­ci­per du fan­tasme de déli­vrance, pour récon­ci­lier terre et liber­té. Et à cette fin, nul besoin d’innover, mais de renouer avec la tra­di­tion cachée contre laquelle le fan­tasme de déli­vrance s’est impo­sé : la quête d’autonomie telle qu’elle a été por­tée par les subal­ternes qui ont su mépri­ser les modèles de vie alié­nants des classes dominantes. »

En espé­rant que ces quelques mor­ceaux choi­sis vous inci­te­ront à vous pro­cu­rer ce brillant ouvrage, dans lequel Auré­lien Ber­lan exhume et arti­cule très intel­li­gi­ble­ment les ori­gines, les tenants et les abou­tis­sants de l’enfermement indus­triel contem­po­rain, du pré­sent désastre socio-éco­lo­gique. Toute ten­ta­tive de remé­dier aux nom­breux maux des temps pré­sents appelle un diag­nos­tic appro­prié. Ce livre rela­ti­ve­ment court (200 pages), nous four­nit ce qui s’en rap­proche le plus (consti­tue, pour­rait-on dire, une solide pierre angu­laire pour l’é­di­fi­ca­tion d’une cri­tique consé­quente, une excel­lente base de dis­cus­sions, de réflexions, d’a­na­lyse des temps qui courent).

Aus­si, les cama­rades de Flo­rai­sons ont récem­ment réa­li­sé une inter­view audio d’Au­ré­lien dans laquelle il pré­sente les grandes lignes de ce livre. C’est ici (ou ici, décou­pé en quatre épi­sodes à écou­ter dans le bon ordre).

Auré­lien a par ailleurs récem­ment don­né une pré­sen­ta­tion à Tou­louse, dans laquelle il expose aus­si les prin­ci­pales thèses de son livre :

Le mot de la fin (un der­nier mor­ceau choi­si de Terre et Liber­té) :

« Si toute socié­té est struc­tu­rée par un cer­tain ima­gi­naire, nous ne chan­ge­rons pas la socié­té actuelle sans nous libé­rer du rêve qui la hante, celui d’être déli­vrés des néces­si­tés socio­po­li­tiques et maté­rielles de la vie humaine. Ce livre est une invi­ta­tion à rêver autre­ment. Alors, les chan­ge­ments révo­lu­tion­naires de vie et de socié­té que l’on com­mence à per­ce­voir comme néces­saires nous appa­raî­tront sous un autre jour : infi­ni­ment plus dési­rables que de conti­nuer à jouir d’une liber­té muti­lée dans un monde dévasté. »

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
2 comments
  1. Et les exemples sont infi­nis pour illus­trer cela. En impo­sant sa mar­chan­dise et ses ser­vices, en créant des besoins qui n’existent pas à l’aide du mar­ke­ting, l’in­dus­trie invente des nou­velles manières pour les indi­vi­dus de s’a­lié­ner et de faire faire, du meuble en agglo­mé­ré à la livrai­son à vélo. Faire faire, soit par la divi­sion infi­nie du tra­vail qui est syno­nyme d’une pré­ca­ri­sa­tion d’au­tant plus grande. L’u­sine est tou­jours plus loin du consom­ma­teur, la tâche tou­jours plus ingrate et la main d’oeuvre tou­jours moins chère. Soit par la délé­ga­tion de tout et des tâches les plus basiques, faire les courses, conduire, faire le ménage, s’oc­cu­per de ses enfants. Et plus la socié­té indus­trielle avance et plus les fan­tasmes de riches d’hier sont la réa­li­té des classes moyennes de demain : avoir une voi­ture, avoir un chauf­feur, prendre l’a­vion, avoir sa socié­té, ne plus payer d’impôts, accu­mu­ler des biens immo­bi­liers, spé­cu­ler, deve­nir patron d’une nou­nou ou d’une femme de ménage.

  2. Bon­jour,
    Mer­ci pour ce par­tage enthou­siaste de lec­ture. Je ne connais­sais pas l’au­teur, et je me réjouis de lire cet ouvrage qui semble construire des concepts rigou­reux et cise­lés pour y voir plus clair dans la nov­langue au sein de laquelle nous sommes pris (liber­té, auto­no­mie, etc. mises à toutes les sauces pour flat­ter l’e­go des serviles).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

De l’aveuglement positiviste

Si positiver consistait simplement à voir le bon côté des choses, à jouir d'un verre à demi-plein au lieu de se lamenter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c'est du sain Épicurisme. Mais positiver ne s'en tient pas là : on s'efforce de méconnaître "le négatif", les limites, inhérentes à la nature de l'être, les faiblesses, les ratages inévitables. C'est l'école de l'inauthenticité.
Lire

Contrainte numérique : l’« antivirus » des pompiers-pyromanes (par Lucas Magnat)

Dans un rapport daté du 3 juin 2021 (« Sur les crises sanitaires et outils numériques : répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés ») trois sénateurs expliquent à leurs pairs en quoi l’identification et le traçage numériques généralisés représentent notre unique chance de salut face à l’épidémie de COVID-19 — et à plus forte raison face aux catastrophes futures qu’on nous promet. [...]
Lire

Gérald Bronner et la « naturalité » du désastre technologique (par Nicolas Casaux)

Dans son dernier livre, intitulé Apocalypse cognitive, Gérald Bronner, crétin diplômé et titularisé, sociologue, membre de l'Académie nationale de médecine, de l'Académie des technologies et de l'Institut universitaire de France, scientiste, défenseur « des hiérarchies sociales », de la civilisation et de l’industrie, compile des statistiques éloquentes sur le désastre technologique en cours :