Sommes-nous plus libres que nos ancêtres préhistoriques ? (par Nicolas Casaux)

En cou­ver­ture : une œuvre du peintre états-unien Hei­nie Hartwig


Quelques remarques décou­sues sur la liber­té au sein des socié­tés humaines, notam­ment de chas­seurs-cueilleurs, au regard de notre très for­mi­dable condi­tion civilisée

À en croire le « très hono­rable » 5ème Vicomte Mat­thew White Rid­ley, membre héré­di­taire de la Chambre des lords du Royaume-Uni, nous vivrions aujourd’hui la plus mer­veilleuse époque de toute l’histoire de l’humanité. Selon lui :

« Nous vivons mieux d’un point de vue éco­no­mique, mais aus­si de la sécu­ri­té. Nous sommes glo­ba­le­ment plus riches, en meilleure san­té, plus intel­li­gents, plus gen­tils, plus heu­reux, plus beaux, plus libres et plus égaux que jamais aupa­ra­vant[1]. »

Ses amis Hans Ros­ling et Ste­ven Pin­ker, tous deux très appré­ciés d’un cer­tain William Hen­ry Gates III, alias Bill Gates, n’en pensent pas moins. Et les médias de masse, appar­te­nant aux vain­queurs de ce monde, de relayer leur pro­pa­gande. Telle est la doxa dans la civi­li­sa­tion indus­trielle : ce pré­ju­gé sur le pas­sé, ce mythe du pro­grès, la plu­part des gens y croient, du moins en par­tie — s’ils ne croient pas à la ver­sion par­ti­cu­liè­re­ment extra­va­gante du mythe du pro­grès que for­mule notre cher Vicomte, ils croient bel et bien que, dans l’ensemble, nous vivons mieux et sommes plus libres que tous les humains nous ayant pré­cé­dé. Cela s’explique très sim­ple­ment. Marx & Engels :

« À toute époque, les idées de la classe domi­nante sont les idées domi­nantes ; autre­ment dit, la classe qui est la puis­sance maté­rielle domi­nante de la socié­té est en même temps la puis­sance spi­ri­tuelle domi­nante. La classe qui dis­pose des moyens de la pro­duc­tion maté­rielle dis­pose en même temps, de ce fait, des moyens de la pro­duc­tion intel­lec­tuelle, si bien qu’en géné­ral, elle exerce son pou­voir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pen­sées domi­nantes ne sont rien d’autre que l’ex­pres­sion en idées des condi­tions maté­rielles domi­nantes, ce sont ces condi­tions conçues comme idées, donc l’ex­pres­sion des rap­ports sociaux qui font jus­te­ment d’une seule classe la classe domi­nante, donc les idées de sa supré­ma­tie. Les indi­vi­dus qui com­posent la classe domi­nante ont aus­si, entre autres choses, une conscience et c’est pour­quoi ils pensent. Il va de soi que, dans la mesure où ils dominent en tant que classe et déter­minent une époque dans tout son champ, ils le font en tous domaines ; donc, qu’ils dominent aus­si, entre autres choses, comme pen­seurs, comme pro­duc­teurs de pen­sées ; bref, qu’ils règlent la pro­duc­tion et la dis­tri­bu­tion des idées de leur temps, si bien que leurs idées sont les idées domi­nantes de l’é­poque. À un moment, par exemple, et dans un pays où la puis­sance royale, l’a­ris­to­cra­tie et la bour­geoi­sie se dis­putent la supré­ma­tie et où, par consé­quent, le pou­voir est par­ta­gé, la pen­sée domi­nante se mani­feste dans la doc­trine de la sépa­ra­tion des pou­voirs que l’on pro­clame alors “loi éter­nelle”[2]. »

Les pro­prié­taires et action­naires du pro­grès — de l’État, du capi­ta­lisme, de l’industrie — s’assurent, tout natu­rel­le­ment, que leurs idées soient par­ta­gées par le plus grand nombre. Du ber­ceau à la tombe, de l’école à la retraite, de la salle de classe au stu­dio de BFM TV, les idées aux­quelles nous sommes expo­sés tendent à ava­li­ser la vision du monde des dominants.

La réa­li­té est à peu près l’exact inverse de ce que pré­tend leur mythe du pro­grès. Sur le plan de la san­té, entre la mul­ti­pli­ca­tion des mala­dies de civi­li­sa­tion — dia­bète, asthme, athé­ro­sclé­rose, obé­si­té ou sur­poids, mala­dies car­dio-vas­cu­laires, can­cer, myo­pie et autres troubles ocu­laires, dépres­sion, etc. —, les épi­dé­mies, les pan­dé­mies, les mâchoires et les dents qui ne s’accordent plus, les os qui perdent net­te­ment en soli­di­té, la per­tur­ba­tion des fonc­tions endo­cri­niennes par d’innombrables pro­duits chi­miques, etc., l’idée selon laquelle nous aurions gagné entre un « avant » indé­fi­ni et aujourd’hui appa­rait par­ti­cu­liè­re­ment ridi­cule[3]. (Et en ce qui concerne la lon­gé­vi­té humaine moyenne — plu­tôt que l’espérance de vie —, il est désor­mais acquis qu’elle dépas­sait déjà les 60 ans à l’époque des chas­seurs-cueilleurs de la pré­his­toire[4]).

Sur le plan de l’égalité éco­no­mique, le seul fait que « 8 mil­liar­daires pos­sèdent autant que 3,6 mil­liards de pauvres » devrait suf­fire à inva­li­der l’existence de quelque pro­grès, et même à prou­ver une régres­sion sans précédent.

Sur le plan de l’égalité poli­tique, entre les pseu­do-démo­cra­ties modernes, véri­tables oli­gar­chies élec­tives, et les socié­tés éga­li­taires de chas­seurs-cueilleurs d’il y a plu­sieurs mil­liers d’années, là encore, la ques­tion, elle est vite répon­due.

*

Dans Au com­men­ce­ment était… Une nou­velle his­toire de l’humanité (Les Liens qui Libèrent, 2021) — par ailleurs très pro­blé­ma­tique — David Grae­ber et David Wen­grow rap­portent ce pro­pos de James Willard Schultz (1859–1947), qu’il tint alors il n’était encore qu’un jeune homme issu d’une famille new-yor­kaise aisée qui s’é­tait marié avec une femme de la Confé­dé­ra­tion des Indiens Pieds-Noirs à l’âge de dix-huit ans et était res­té vivre par­mi eux jusqu’à ce qu’ils fussent par­qués dans une réserve :

« Hélas ! hélas ! Pour­quoi a‑t-il fal­lu que cette exis­tence si simple prenne fin ? Pour­quoi […] des essaims de colons sont-ils venus enva­hir ce mer­veilleux pays, détrous­sant ses chefs et pillant tout ce qui ren­dait la vie digne d’être vécue ? [Les Indiens] ne connais­saient ni les sou­cis, ni la faim, ni les besoins d’aucune sorte. Ici, par la fenêtre, j’entends le rugis­se­ment de la grande ville, je vois les foules se pres­ser […], comme “atta­chées à la roue” avant le sup­plice, et je sais qu’il n’y a d’autre issue que la mort. Alors, voi­là ce que serait la civi­li­sa­tion ! Pour ma part, je sou­tiens qu’il est impos­sible […] d’y trou­ver le bon­heur. Seuls les Indiens des Plaines […] savaient ce que signi­fient le pur conten­te­ment et la féli­ci­té, dont on nous dit qu’ils devraient être le but ultime des hommes – être libé­ré des besoins, de l’inquiétude, des sou­cis. Jamais la civi­li­sa­tion ne pour­ra pro­cu­rer cela à qui­conque, à l’exception d’une toute petite minorité. »

Ils rap­portent éga­le­ment ce qu’écrivait, en 1642, à pro­pos des Mon­ta­gnais-Nas­ka­pis, le mis­sion­naire jésuite Le Jeune, supé­rieur pro­vin­cial pour le Cana­da dans les années 1630 :

« Ils s’imaginent que par droit de nais­sance ils doivent jouir de la liber­té des ânons sau­vages, ne ren­dant aucune sub­jec­tion à qui que ce soit, sinon quand il leur plaît. Ils m’ont repro­ché cent fois que nous crai­gnons nos capi­taines, mais pour eux qu’ils se moquaient et se gaus­saient des leurs ; toute l’autorité de leur chef est au bout de ses lèvres ; il est aus­si puis­sant qu’il est élo­quent, et quand il s’est tué de par­ler et de haran­guer, il ne sera pas obéi s’il ne plaît aux sauvages. »

Chez les Wen­dats, notent-ils encore, « même les chefs poli­tiques ne pou­vaient for­cer qui­conque à faire quelque chose contre sa volon­té ». Le père Lal­le­mant écri­vait ain­si à leur sujet, en 1644 :

« Je ne crois pas qu’il y ait peuples sur la Terre plus libres que ceux-ci, et moins capables de voir leurs volon­tés contraintes à quelque puis­sance que ce soit : en sorte que les pères n’ont ici aucun pou­voir sur leurs enfants, les capi­taines sur leurs sujets et les lois du pays sur les uns et les autres, qu’autant qu’il plaît à un cha­cun de s’y sou­mettre ; n’y ayant aucun châ­ti­ment dont on punisse les cou­pables, et aucun cri­mi­nel qui ne soit assu­ré que sa vie et ses biens ne seront en aucun danger […]. »

Grae­ber et Wen­grow ajoutent :

« Des mis­sion­naires outrés rap­por­taient ain­si que les femmes non mariées jouis­saient d’une liber­té sexuelle illi­mi­tée, tan­dis que celles qui l’étaient pou­vaient divor­cer à leur gré, confor­mé­ment à la convic­tion amé­rin­dienne selon laquelle les femmes devaient exer­cer un contrôle total sur leur corps. Les jésuites ne voyaient dans ces conduites immo­rales que le pro­lon­ge­ment d’un prin­cipe de liber­té plus géné­ral et intrin­sè­que­ment néfaste, ancré dans des dis­po­si­tions natu­relles. La “liber­té blâ­mable des sau­vages”, insis­tait l’un d’eux, était le seul véri­table obs­tacle qui les empê­chait de “s’arrêter sous le joug de la loi de Dieu”. Trou­ver des termes pour tra­duire en langue autoch­tone des notions telles que “sei­gneur”, “com­man­de­ment” ou “obéis­sance” était déjà extrê­me­ment dif­fi­cile ; expli­quer les concepts théo­lo­giques sous-jacents, c’était un com­bat per­du d’avance. »

*

Par­lons liber­té de voya­ger et de se dépla­cer. Bien plus loin dans le pas­sé, au sujet des peuples du Paléo­li­thique supé­rieur, Grae­ber et Wen­grow sou­lignent que « de nom­breux indices témoignent qu’hommes et femmes pou­vaient voya­ger sur de très longues dis­tances à divers moments de leur vie ». Ce qui cor­res­pond à ce qu’on sait de cer­taines popu­la­tions de chas­seurs-cueilleurs contemporains :

« Des recherches menées auprès des Had­zas d’Afrique de l’Est ou des Mar­tus d’Australie montrent ain­si que ces socié­tés sont éton­nam­ment cos­mo­po­lites mal­gré leur fai­blesse numé­rique. Les vastes regrou­pe­ments séden­taires qu’elles forment à cer­taines périodes sont loin de repré­sen­ter des blocs homo­gènes dans les­quels on ne trou­ve­rait que de très proches parents. En fait, les liens pure­ment bio­lo­giques ne concernent en moyenne que 10 % des indi­vi­dus. La majo­ri­té des 90 % res­tants sont issus d’autres popu­la­tions, sou­vent très loin­taines et ne par­ta­geant pas tou­jours la même langue natale. Cela se véri­fie même dans des groupes modernes confi­nés à des ter­ri­toires res­treints et entou­rés d’agriculteurs et d’éleveurs. »

Aus­si, continuent-ils :

« Il y a quelques siècles, cer­taines formes d’organisation régio­nale se déployaient sur des mil­liers de kilo­mètres. Les Abo­ri­gènes d’Australie, par exemple, pou­vaient se rendre à l’autre bout du conti­nent, tra­ver­ser en che­min des zones où l’on par­lait des langues qu’ils n’avaient jamais enten­dues, et trou­ver à leur arri­vée des cam­pe­ments dont la struc­ture fai­sait écho à la leur. Cette orga­ni­sa­tion repo­sait sur une divi­sion toté­mique en “moi­tiés” : une moi­tié des rési­dents leur devait l’hospitalité, mais se com­po­sait d’individus qu’il fal­lait trai­ter en “frères” et “sœurs” (si bien que les rela­tions sexuelles étaient stric­te­ment pro­hi­bées) ; l’autre moi­tié incluait à la fois des enne­mis et des conjoints poten­tiels. De la même manière, au XVIe siècle encore, un Nord-Amé­ri­cain pou­vait quit­ter les rives des Grands Lacs, atter­rir au beau milieu des bayous de Loui­siane et y trou­ver des repré­sen­tants de son propre clan (le clan des Ours, ou des Élans, ou des Cas­tors…). Leur langue lui était certes incom­pré­hen­sible, mais il n’en res­tait pas moins qu’ils avaient obli­ga­tion de lui offrir abri et nourriture.

Le fonc­tion­ne­ment de ces orga­ni­sa­tions sociales “longue dis­tance” étant déjà dif­fi­cile à recons­ti­tuer quelques siècles en arrière, avant leur des­truc­tion par les colo­ni­sa­teurs euro­péens, on ne peut guère que spé­cu­ler sur la forme qu’elles pre­naient il y a qua­rante mille ans. Mais leur exis­tence est attes­tée par les recherches archéo­lo­giques, qui révèlent une uni­for­mi­té maté­rielle frap­pante entre des zones très éloi­gnées les unes des autres. Cette “socié­té”, si tant est que l’on puisse sai­sir ce que le terme signi­fiait alors, cou­vrait des conti­nents entiers.

Au pre­mier abord, cet aspect parait lar­ge­ment contre-intui­tif : nous pen­sons géné­ra­le­ment que le pro­grès tech­no­lo­gique tend à contrac­ter le monde. Sur le plan pure­ment phy­sique, c’est évi­dem­ment le cas : il est indé­niable que la domes­ti­ca­tion des che­vaux et le per­fec­tion­ne­ment conti­nu des tech­niques de navi­ga­tion, pour ne prendre que ces deux exemples, ont gran­de­ment faci­li­té les dépla­ce­ments. Mais l’augmentation numé­rique des popu­la­tions humaines semble avoir eu l’effet inverse. Plus l’histoire avance, moins on voit d’êtres humains entre­prendre de grands voyages ou par­tir vivre très loin de chez eux. Obser­vé sur le temps long, le rayon de déploie­ment des rela­tions sociales se rétré­cit bien plus qu’il ne s’étend. »

Grae­ber et Wen­grow insistent sur plu­sieurs liber­tés, fon­da­men­tales à leurs yeux (à juste titre), dont jouis­saient les chas­seurs-cueilleurs, par­mi les­quelles « la liber­té de par­tir s’installer ailleurs », de quit­ter, fuir leur groupe social, leur socié­té, et « la liber­té d’ignorer les ordres don­nés par d’autres ou d’y déso­béir ». Aujourd’hui, sommes-nous (êtes-vous) libres de quit­ter la socié­té éta­tique dont nous sommes (vous êtes), bon gré mal gré, membres, par­ties pre­nantes ? De désobéir ?

Dans son eth­no­gra­phie inti­tu­lée The Had­za : Hun­ter-Gathe­rers of Tan­za­nia (« Les Had­zas : Des chas­seurs-cueilleurs de Tan­za­nie »), l’anthropologue Frank Mar­lowe rapporte :

« Les Had­zas sont remar­qua­ble­ment non-ter­ri­to­riaux. Lorsque les gens d’un camp décident de se rendre dans un autre endroit, ils ne se sou­cient pas de savoir s’ils sont auto­ri­sés à s’y ins­tal­ler. Ils peuvent se dépla­cer où ils veulent, selon Wood­burn (1968), ce qui concorde avec mon expé­rience. La plu­part du temps, ils savent où vivent les autres et évitent de se dépla­cer vers le même point d’eau. Ils pour­ront s’y rendre à un autre moment, lorsque per­sonne ne s’y trouve. Ils ne s’in­quiètent jamais de péné­trer dans une zone qu’occuperait un autre groupe de Had­zas. Ils sont clairs sur le fait que les Had­zas ne pos­sèdent ni ne contrôlent aucune zone du ter­ri­toire qu’ils sillonnent. La liber­té de vivre n’im­porte où a géné­ra­le­ment été éten­due même aux non-Hadzas. »

*

Dans une eth­no­gra­phie consa­crée aux Cui­vas (Les Cui­vas, Lux, 2019), un groupe de chas­seurs-cueilleurs de Colom­bie, Ber­nard Arcand explique avoir sou­dai­ne­ment pris conscience du fait qu’il allait « désor­mais par­ta­ger la vie de gens qui connaissent les détails de leur uni­vers et qui maî­trisent la fabri­ca­tion de leurs outils, des gens qui savent le pour­quoi de chaque chose », tan­dis qu’il appar­te­nait, lui « à une socié­té dans laquelle l’individu se trouve tota­le­ment dépas­sé par ce qui l’entoure et a par­fai­te­ment appris à faire aveu­gle­ment confiance à sa socié­té ». Le civi­li­sé moyen, en effet, s’avère lar­ge­ment inca­pable de fabri­quer les objets qu’il uti­lise au quo­ti­dien. S’il lui était pos­sible, auto­ri­sé, de quit­ter la struc­ture sociale dont il par­ti­cipe et d’aller vivre dans la nature, il ne sur­vi­vrait pas longtemps.

Concer­nant la dis­tri­bu­tion du pou­voir chez les Cui­vas, Arcand note que :

« Peu d’individus pour­raient pré­tendre incar­ner l’autorité au sein du groupe local. Les aînés qui dominent leur uni­té fami­liale sont aus­si en posi­tion de force au sein du groupe local. Tous leur doivent écoute et res­pect. Par contre, et mal­gré leur grand savoir et la puis­sance de leurs inter­ven­tions médi­cales, les trop âgés sont deve­nus lar­ge­ment insi­gni­fiants, alors que les trop jeunes n’ont pas encore méri­té d’être écou­tés. Concrè­te­ment, les liens de paren­té dictent les com­por­te­ments en impo­sant res­pect, cama­ra­de­rie, poli­tesse for­melle, réserve ou sans-gêne. Mais, de fait, l’autorité reste lar­ge­ment sans objet. À peine quelques déci­sions d’intérêt com­mun exigent un consen­sus et une bonne entente. Encore une fois, ce sont à peu près les mêmes ques­tions : quand par­tir et vers quelle des­ti­na­tion ? Ce mariage est-il rai­son­nable ? Les adultes en dis­cutent et les réponses doivent reflé­ter l’opinion générale. »

De plus, ajoute-il plus loin,

« si les Cui­vas sont una­nimes à affir­mer que ce genre de déci­sion revient exclu­si­ve­ment aux adultes, n’importe quel obser­va­teur le moin­dre­ment atten­tif conclu­rait sans hési­ter que les enfants font preuve, uni­ver­sel­le­ment, d’un talent remar­quable pour har­ce­ler les parents et qu’ils en usent jusqu’au point où, n’en pou­vant plus, ces parents, col­lec­ti­ve­ment, “décident” de dépla­cer le cam­pe­ment vers la rivière où poussent les fruits sucrés. »

Aus­si, remarque-t-il,

« la cohé­sion qui assure l’existence du groupe local est l’effet de rela­tions ami­cales de coopé­ra­tion entre les 8 ou 16 adultes du groupe, que ces rela­tions dépendent entiè­re­ment de la volon­té de ces adultes et qu’elles ne sont assu­rées par aucune ins­ti­tu­tion ni auto­ri­té supérieure. »

Au sujet du pré­ju­gé com­mun selon lequel la vie en petits groupes, en petites socié­tés — on le dit notam­ment à pro­pos de la « vie de vil­lage » — induit néces­sai­re­ment une uni­for­mi­té d’opinion, une forme de pen­sée unique, étouf­fante, Arcand rap­porte au contraire, en ce qui concerne les Cui­vas, une « absence d’imposition contrai­gnante d’une culture uni­forme », qu’il illustre par plu­sieurs anec­dotes, dont la suivante :

« Un cas simi­laire est appa­ru lors de nos dis­cus­sions sur la nature de l’âme. Compte tenu du fait qu’à la mort l’âme se divise en deux pour pro­duire un nou­veau Cui­va et un nou­veau Woweil, je cher­chais à savoir s’il y a éga­le­ment deux facettes à l’âme de tout être vivant. J’étais naï­ve­ment à la recherche de l’ange et du démon, du Bien et du Mal, de Doc­teur Jekyll et de Mon­sieur Hyde. Encore une fois, je venais de sou­le­ver une ques­tion sur laquelle il n’y a pas de consen­sus et les gens recon­nais­saient que les opi­nions divergent. C’est donc un bon sujet de dis­cus­sion, une occa­sion agréable de déve­lop­per des idées. Mais c’est aus­si le reflet de la marge de manœuvre consi­dé­rable lais­sée à l’opinion per­son­nelle. Il n’y a pas d’organisation col­lec­tive de la pro­duc­tion de nour­ri­ture et il n’est pas davan­tage néces­saire de créer une com­mu­nau­té d’opinions. La liber­té intel­lec­tuelle ne fait que confir­mer la liber­té d’association. »

*

Dans un texte inti­tu­lé « Déve­lop­pe­ment et socia­li­sa­tion dans un contexte évo­lu­tif : gran­dir pour deve­nir “un être humain bon et utile” », publié dans l’anthologie War, Peace, and Human Nature : The Conver­gence of Evo­lu­tio­na­ry and Cultu­ral Views (« Guerre, paix et nature humaine : La conver­gence des points de vue évo­lu­tion­nistes et cultu­rels »), parue en 2013, com­pi­lée par l’anthropologue Dou­glas P. Fry, la pro­fes­seure de psy­cho­lo­gie Dar­cia Nar­vaez remarque que « l’anarchie règne » dans nombre de petites socié­tés de cueilleurs-chasseurs :

« C’est-à-dire qu’il n’y a pas d’au­to­ri­té cen­trale ni de diri­geants offi­ciels. Les adultes sont libres de vaga­bon­der et de faire ce qu’ils veulent (Hew­lett & Lamb, 2005 ; Kon­ner, 2010). Les enfants, eux aus­si, sont consi­dé­rés comme des êtres libres […] qui ne doivent pas être contraints (Sah­lins, 2008). Chez les Semai, par exemple, l’on consi­dère que la coer­ci­tion nuit à l’es­prit (punan ; Den­tan, 1968). Les per­sonnes plus expé­ri­men­tées, telles que les aînés, peuvent ten­ter de per­sua­der les autres de suivre leurs sug­ges­tions mais aucun usage de la force n’est jamais envi­sa­gé. Chez les Semai, même les parents n’ont pas le droit de contraindre les enfants à faire quelque chose (Den­tan, 1968). »

*

Dans Tra­vailler. La grande affaire de l’humanité (Flam­ma­rion, 2021), l’anthropologue James Suz­man remarque :

« Les socié­tés de chas­seurs-cueilleurs posent éga­le­ment un pro­blème à ceux qui sont convain­cus que l’égalité maté­rielle et la liber­té indi­vi­duelle sont contra­dic­toires et irré­con­ci­liables. En effet, les socié­tés fon­dées sur le par­tage à la demande [un mode d’échange où la nour­ri­ture et les objets sont par­ta­gés sur la base de demandes for­mu­lées par le récep­teur plu­tôt que d’offres faites par le don­neur] étaient à la fois très indi­vi­dua­listes, dans la mesure où per­sonne n’y était sou­mis à l’autorité coer­ci­tive de quelqu’un d’autre, et inten­sé­ment éga­li­taires. En accor­dant aux indi­vi­dus le droit de taxer spon­ta­né­ment n’importe qui, ces socié­tés garan­tis­saient pre­miè­re­ment que la richesse maté­rielle fini­rait tou­jours par être répar­tie de manière assez égale ; deuxiè­me­ment, que tout le monde aurait quelque chose à man­ger, quelle que soit sa pro­duc­ti­vi­té ; troi­siè­me­ment, que les objets rares ou pré­cieux seraient lar­ge­ment dif­fu­sés et libre­ment dis­po­nibles pour tout le monde ; et enfin, qu’il n’y aurait aucune rai­son de gas­piller de l’énergie à ten­ter d’accumuler plus de richesse maté­rielle qu’autrui, car cela n’aurait aucune utilité. »

En outre, contrai­re­ment à un sim­plisme trop répandu :

« L’extrême inéga­li­té n’a […] pas été une consé­quence immé­diate et orga­nique de la tran­si­tion de nos ancêtres vers l’agriculture. De nom­breuses socié­tés agri­coles pri­mi­tives étaient beau­coup plus éga­li­taires que les socié­tés urbaines modernes, et dans les vil­lages et hameaux anciens, les gens tra­vaillaient sou­vent en coopé­ra­tion, par­ta­geant équi­ta­ble­ment le pro­duit de leur tra­vail et thé­sau­ri­sant les excé­dents au pro­fit de tous. Beau­coup d’éléments indiquent éga­le­ment que cette forme archaïque d’égalitarisme (sem­blable à celle qui règne dans un kib­boutz) a per­du­ré parce qu’elle consti­tuait un moyen effi­cace de gérer les épi­sodes récur­rents de pénu­rie dont souf­fraient régu­liè­re­ment les popu­la­tions agri­coles en pleine crois­sance démo­gra­phique. Ain­si, par exemple, les petits agri­cul­teurs qui se sont éta­blis dans une grande par­tie de la pénin­sule Ibé­rique au cours du pre­mier mil­lé­naire avant J.-C. sont consi­dé­rés par cer­tains archéo­logues comme ayant été “réso­lu­ment éga­li­taires”, jusqu’à ce que les légions romaines appa­raissent à l’horizon au Ier siècle avant J.-C. »

Quoi qu’il en soit, relève Suzman :

« Que cer­tains petits peu­ple­ments agri­coles du Néo­li­thique aient été ou non très éga­li­taires, la vie dans les grandes villes du monde a tou­jours été tout sauf éga­li­taire, mal­gré les ten­ta­tives épi­so­diques des popu­la­tions à l’esprit révo­lu­tion­naire pour y remédier. »

*

Dans sa pré­face à l’édition fran­çaise du livre de Wal­ter Schei­del, Une his­toire des inéga­li­tés (Actes Sud, 2021), le socio­logue Louis Chau­vel résume trois des prin­ci­pales idées que l’ouvrage met en lumière au sujet de l’inégalité :

« La pre­mière est que, loin de s’opposer, civi­li­sa­tion et inéga­li­té vont ensemble et forment deux facettes d’un même phé­no­mène : les civi­li­sa­tions les plus déve­lop­pées sont mar­quées par des inéga­li­tés extrêmes. La deuxième, c’est que le pro­ces­sus nor­mal, rou­ti­nier, le sens de l’Histoire, en quelque sorte, d’une civi­li­sa­tion en déve­lop­pe­ment est d’accroître l’inégalité éco­no­mique accu­mu­lée, en direc­tion d’un niveau de satu­ra­tion où elle se main­tient à un seuil extrême. La troi­sième, et c’est l’objet même du livre de Wal­ter Schei­del, concerne les pro­ces­sus envi­sa­geables de réduc­tion des inéga­li­tés : advient ici la méta­phore des Quatre Cava­liers de l’Apocalypse que sont la révo­lu­tion, la guerre, le col­lap­sus de l’État ou la pan­dé­mie. Schei­del démontre que, his­to­ri­que­ment, depuis le Néo­li­thique, l’inégalité extrême ne peut se réduire sans un déchaî­ne­ment de vio­lence de masse, sociale ou natu­relle, engen­drant une mor­ta­li­té démesurée. »

*

En résu­mé, d’après le maté­riel archéo­lo­gique et anthro­po­lo­gique dis­po­nible, nous savons qu’il a exis­té — et qu’il existe peut-être encore — des socié­tés de chas­seurs-cueilleurs (très) éga­li­taires, y com­pris sur le plan sexuel, et d’autres très inéga­li­taires (non-dis­cu­tées ici, par­mi les­quelles on retrouve par exemple les socié­tés de chas­seurs-cueilleurs dites « com­plexes » du Nord-Ouest Paci­fique, comme les Chu­mash). Les plus éga­li­taires étant les socié­tés nomades fonc­tion­nant sur le prin­cipe du « retour immédiat ».

À tra­vers le temps (long) et l’espace, le degré de liber­té dont jouis­saient femmes et hommes a énor­mé­ment varié, connu des hauts et des bas, des aug­men­ta­tions et des dimi­nu­tions, de manière non-linéaire. Néan­moins, dans l’en­semble, tout porte à croire qu’il a lour­de­ment décli­né. Il parait évident qu’au sein des groupes de chas­seurs-cueilleurs éga­li­taires et de bon nombre de socié­tés autoch­tones, tout par­ti­cu­liè­re­ment, les êtres humains étaient bien plus libres que les civi­li­sés, notam­ment contem­po­rains, avec leurs masques et passes vac­ci­naux, leurs gou­ver­ne­ments, leur vaste hié­rar­chie — dans laquelle ils se retrouvent au-des­sous, entre autres, de patrons, de maires, de pré­fets, de dépu­tés, de séna­teurs, de ministres, de pré­si­dents et d’ex­perts en tous genres qui admi­nistrent leurs vies —, leurs faits et gestes conti­nuel­le­ment sur­veillés par l’œil omni­vident des satel­lites, leurs polices et autres forces de l’ordre, leurs armées, etc. Mais fort heu­reu­se­ment, cor­rec­te­ment condi­tion­nés par les ins­ti­tu­tions qui les dominent, beau­coup appellent liber­té cet état de ser­vi­li­té et de dépos­ses­sion maximales.

« Ce n’est pas mys­té­rieux : la domi­na­tion pro­duit les hommes dont elle a besoin, c’est-à-dire qui aient besoin d’elle ; et toutes les pré­ten­dues com­mo­di­tés de la vie moderne, qui en font la gêne per­pé­tuelle, s’expliquent assez par cette for­mule que l’économie flatte la fai­blesse de l’homme pour faire de l’homme faible son consom­ma­teur, son obli­gé ; son mar­ché cap­tif qui ne peut plus se pas­ser d’elle : une fois les res­sorts de sa nature humaine déten­dus ou faus­sés, il est inca­pable de dési­rer autre chose que les appa­reils qui repré­sentent et sont à la place des facul­tés dont il a été pri­vé[5]. »

Aus­si pour la rai­son que « chaque pro­grès tech­nique abê­tit la par­tie cor­res­pon­dante de l’homme, ne lui en lais­sant que la rhé­to­rique, ain­si que Michel­staed­ter le rédi­geait en 1910 à la lueur d’une lampe à huile : tous les pro­grès de la civi­li­sa­tion sont autant de régres­sions de l’individu […]. Nous autres dont la vie se déroule au cré­pus­cule de ce long désen­chan­te­ment à quoi le prin­cipe de ratio­na­lisme étroit et posi­tif nous a réduits — régres­sion qui “est essen­tielle au déve­lop­pe­ment consé­quent de la domi­na­tion”, pré­cise Ador­no dans une anno­ta­tion au Meilleur des mondes — pour­rions être les témoins éton­nés de ce pro­ces­sus de déper­di­tion par­ve­nu à son terme, si nous n’en étions pas, en notre per­sonne, aus­si le résul­tat[6]. »

On note­ra, en conclu­sion, que pour bien per­ce­voir l’étendue de notre non-liber­té, il importe de réa­li­ser com­bien il est trom­peur de par­ler de « socié­té » pour dési­gner les groupes de chas­seurs-cueilleurs éga­li­taires au même titre que la civi­li­sa­tion indus­trielle contem­po­raine. Si les pre­miers fai­saient réel­le­ment socié­té, par­ti­ci­paient direc­te­ment à la fabrique de leur vie quo­ti­dienne, à faire, défaire et modi­fier col­lec­ti­ve­ment les règles qu’ils se don­naient, l’immense majo­ri­té d’entre nous ne sont plus que les sujets d’une vaste machi­ne­rie socio­tech­nique qu’ils subissent : nous ne fai­sons pas société.

Nico­las Casaux


  1. « Extinc­tion Rebel­lion et Green­peace sont juste de bons capi­ta­listes », inter­view de Matt Rid­ley dans Le Point, 21/05/2019 : https://www.lepoint.fr/societe/extinction-rebellion-et-greenpeace-sont-juste-de-bons-capitalistes-21–05-2019–2313885_23.php
  2. L’I­déo­lo­gie alle­mande, 1845–1846 (publié pour la pre­mière fois en 1932).
  3. Cf. « Une brève contre-his­toire du “pro­grès”, de la civi­li­sa­tion et de leurs effets sur la san­té » (par Nico­las Casaux) : https://www.partage-le.com/2017/09/03/une-breve-contre-histoire-du-progres-et-de-ses-effets-sur-la-sante-de-letre-humain/
  4. « Les chas­seurs-cueilleurs béné­fi­ciaient de vies longues et saines » (REWILD) : https://www.partage-le.com/2016/03/21/les-chasseurs-cueilleurs-beneficiaient-de-vies-longues-et-saines-rewild/
  5. Bau­douin de Bodi­nat, Au fond de la couche gazeuse, 2015, Fario.
  6. Bau­douin de Bodi­nat, Au fond de la couche gazeuse, 2015, Fario.

Print Friendly, PDF & Email
Total
41
Shares
2 comments
  1. Je n´ai pas trouve de for­mu­laire de contact…
    Ecrire est fon­da­men­tale, mais par­ler est nécessaire.
    La parole est plus spon­ta­nee, moins domestique.
    J´aurais besoin d´entendre des voix qui ne soient pas celles, pol­luantes, de France info, france culture ou autre France inter quand je fais la vais­selle (beau­coup de pri­mi­ti­visme ont des acti­vi­tés manuels mal­heu­reu­se­ment par­fois soli­taire et ont besoin d´entendre une voix).
    Il y´a quelque chose a faire , un pod­cast, une radio heb­do­ma­daire comme Zerzan,…
    Bonne chance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

L’illumination effondrologique (par Kevin Amara)

Il y a quelques années, un nouveau type d'individu a surgi dans le débat public. L'effondriste. Lui-même préfère s'appeler « le collapsologue ». C'est très important, le « logue ». Il y tient, le bougre. Ça provient du grec ancien λόγος, soit logos, c'est-à-dire « étude ». Et c'est très important, de se donner des airs. [...]
Lire

Élection présidentielle 2017 : le naufrage continue (& non, Mélenchon ne diffère pas vraiment des autres)

Pas la peine de s'attarder sur les Macron, Fillon, Le Pen, qui représentent grossièrement la droite, la fraction sociale des zombifiés, pour lesquels on ne peut plus grand-chose. Attardons-nous sur le cas de Jean-Luc Mélenchon, parce qu'il incarnait, lors de cette élection, le principal candidat de la gauche naïve, celle qui fantasme encore. [...]
Lire

Appel contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire

Ci-après, un appel récupéré sur le site de PMO (Pièces et Main d'Oeuvre). En date de 2014, il n’a rien perdu de son actualité, de sa pertinence. Aujourd'hui, plus encore qu’en 2014, à l'heure du confinement sur les rézoos antisociaux, un certain nombre de soi-disant antifascistes ou anarchistes se permettent d'insulter en chœur — c'est plus simple ça évite de devoir réfléchir — diverses personnes ou groupes, en recourant notamment à des qualificatifs en « phobe » ou en « iste » [...]