L’Encyclopédie des Nuisances contre la récupération de l’écologie (extraits du n°15)

Les textes sui­vants sont tirés du quin­zième fas­ci­cule de l’Ency­clo­pé­die des Nui­sances, daté avril 1992. Il y a 30 ans. Ves­tige d’une époque où le mou­ve­ment éco­lo­giste n’é­tait pas encore lar­ge­ment liqué­fié. Il serait sans doute dif­fi­cile, aujourd’­hui, de trou­ver un éco­lo­giste en mesure de com­prendre la réponse de Sem­prun à Arnould. Ou la cri­tique de Phi­lip­pon­neau à l’é­gard de la réunion écolocratique.

I. Correspondance avec un écologiste

(ou Réponse à un car­rié­riste)

Mer­cre­di 15 novembre 89 

À l’Encyclopé­die des Nuisances.

Bon­jour, quel joli titre et quel superbe pro­gramme ! J’ai décou­vert, en clas­sant des docu­ments de SOS Loire Vivante, le pros­pec­tus pour le tome 11. Pou­vez-vous m’en­voyer plus de pré­ci­sions ? De mon côté, je vous fais par­ve­nir quel­ques docu­ments sur notre oppo­si­tion à une drôle de nui­sance, plus que cela, une cala­mité : le pro­gramme de béton­nage de la Loire, der­nier fleuve vivant d’Eu­rope. Amicalement, 

Mar­tin Arnould, SOS Loire Vivante.

*

Paris, le 8 février 1990.

Répu­gnant crétin.

Véri­fi­ca­tion faite, ton espèce de car­rière est bien conforme au cour­rier que tu as eu la niai­se­rie de nous envoyer. Sage comme une image de syn­thèse, juvé­nile comme un spor­tif en quête de spon­sors, récon­for­tant comme une décla­ra­tion d’expert en catas­trophes, tu cor­res­ponds en tout point au nou­veau modèle de ces gen­tils appa­rat­chiks que la « vague verte » dépose un peu par­tout dans les décharges ins­ti­tu­tion­nelles : comme le rabâche ton ancêtre en arri­visme Lalande, « le temps de l’a­lerte est pas­sé, celui de la ges­tion com­mence ». Avis aux par­fu­meurs de déchets, il y en aura pour tout le monde !

Conseiller muni­ci­pal du Puy depuis mars 1989 (et non « maire éco­lo », comme le déclare l’ar­ticle de Libé­ra­tion que tu nous joins, sans doute flat­té, sans le rec­ti­fier), tu n’es cepen­dant pas arrié­ré au point de t’é­ter­ni­ser dans le carrié­risme élec­to­ra­liste. Comme n’im­porte quel émule des Har­lem des Sbires et autres bêtes-à-médias, tu sais qu’aujourd’hui il est plus expé­di­tif de se lais­ser « apo­li­ti­que­ment » aspi­rer par la pompe à fabri­quer du consen­sus, et, d’associations locales en « obser­va­toires publics », de se faire ascen­sion­nel­le­ment coop­ter par la plé­tho­rique vale­taille pré­posée à l’anesthésie des populations.

Vice-pré­sident de « SOS Loire Vivante » depuis juin 1989, tu as bien réus­si à incar­ner, avec ton dis­cours passe-par­tout de repré­sen­tant de l’una­nimisme sur­vi­va­liste et ton sou­rire édu­qué dans la patrie du mana­ge­ment, cette plate sou­mis­sion dégui­sée en « réa­lisme » qui fait du lob­bying sa seule pers­pec­tive, prag­ma­ti­que­ment orga­ni­sée par la recherche de l’ef­fi­ca­ci­té média­tique ; ramas­sage de sacs plas­tiques et autres « marches de l’eau » n’étant là que comme pré­textes à pro­mo­tion journa­listique, et comme mili­tan­tisme des loi­sirs dans un « envi­ron­ne­ment de qua­lité », tant il est vrai que « les gens qui viennent sou­te­nir SOS Loire Vivante repré­sentent les tou­ristes de demain » (SOS Loire Vivante infos, octobre 1989, sou­li­gné par les auteurs).

Et main­te­nant te voi­là per­ma­nent rétri­bué sur les fonds four­nis par le World Wild­life Fund, pre­mier ser­vi par ces « créa­tions d’emplois » que tu appe­lais de tes vœux, avec celles « d’entrepri­ses spé­cia­li­sées », en sou­hai­tant que « les pou­voirs publics impulsent une politi­que réel­le­ment dyna­mique dans ce domaine, et y affectent des cré­dits impor­tants » (com­mu­ni­qué de SOS Loire Vivante après le ramas­sage des sacs plas­tiques sur les berges de la Loire, le 9 décembre 1989).

Par­fait néant de « bonne volon­té » et de bons sen­ti­ments, ver­tueu­se­ment sans idées (pas d’abstractions !), déci­dé­ment sans pro­gramme (pas de poli­tique !), tu t’es sans mal impo­sé dans le mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion de Serre de la Fare, comme télé­gé­nique reflet de leur impuis­sance, à tous ceux qui ne voient d’alternative qu’entre le gémis­se­ment catas­tro­phique et le ramas­sage des pou­belles. Et tu peux sans doute espé­rer t’imposer tout aus­si faci­le­ment, comme un de ces relais « indé­pen­dants » dont ils ont par­tout besoin pour contrô­ler le mécon­ten­te­ment que sus­citent les cala­mités d’un mode de pro­duc­tion, aux « pou­voirs publics » et autres « déci­deurs ». Mais ne rêve pas trop : plus le singe monte haut, mieux on voit son cul ! Songe à la façon dont Lalonde s’est fait récem­ment rece­voir à Montchanin.

Croyant pou­voir élar­gir tous azi­muts ton panel de contacts et de rela­tions publiques, tu nous as écrit pour nous deman­der des « pré­ci­sions » sur notre entre­prise. Eh bien, te voi­là éclai­ré : non seule­ment nous ran­geons les cou­leuvres de ton espèce par­mi les nui­sances à com­battre, mais nous pen­sons même que c’est par elles qu’il faut com­men­cer, parce que ce sont elles qui font ava­ler toutes les autres. Comme cer­tains s’y emploie­ront sans doute plus directe­ment sur place, nous nui­rons donc à ta car­rière par tous les moyens à notre por­tée, et d’a­bord en ren­dant publique cette correspondance.

Pour l’Encyclopédie des Nui­sances ; Jaime Sem­prun


II. Lettre aux écolocrates

En mars 1991, nous avons publié sous forme d’af­fiche, et sous le titre « Cor­res­pon­dance avec un éco­lo­giste », notre échange de lettres avec un cer­tain Mar­tin Arnould, qui nous avait paru assez repré­sen­ta­tif pour méri­ter une réponse cir­cons­tan­ciée. À la suite de cette escar­mouche, nous avons dif­fu­sé en juillet 1990 l’Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nui­sances mais les sup­pri­mer (ces deux texte sont repro­duits dans ce fas­ci­cule en annexe à l’ar­ticle Abra­ca­da­brant). Notre pro­pos était avec cette bro­chure de four­nir une pre­mière base de dis­cus­sion aux indi­vi­dus et aux groupes par­ti­sans de la consti­tu­tion d’une ten­dance radi­cale sur le ter­rain de la lutte contre les nui­sances. Paral­lè­le­ment, cette Adresse fut envoyée nom­mé­ment à cha­cun des par­ti­ci­pants à une « Uni­ver­si­té d’é­té euro­péenne de l’Environnement » qui se tenait sur l’île de Ber­der, dans le golfe du Mor­bi­han. Nous y avions joint la lettre qui suit.

Paris, le 10 sep­tembre 1990

Mes­sieurs,

Beau comme la ren­contre de Cohn-Ben­dit et de Mar­cel­lin autour d’une table d’é­co­lo­crates, l’ap­pa­rent éclec­tisme qui pré­side à votre réunion mani­feste une pro­fonde uni­té : celle de tous les déci­deurs, jeunes et moins jeunes, aujourd’­hui d’ac­cord pour faire de l’é­co­lo­gie une affaire d’É­tat, en même temps qu’une bonne affaire pour l’é­co­no­mie. Quelles que soient vos ori­gines, c’est votre qua­li­té actuelle d’ex­perts (des fonds marins ou des fonds muni­ci­paux) qui vous qua­li­fie à des titres divers pour « œuvrer sur le ter­rain de l’environnement » ; c’est-à-dire pour y camou­fler la faillite et le dis­cré­dit d’un sys­tème social qui est si visi­ble­ment entré en contra­dic­tion avec ce qu’il avait pro­mis. Sous la pré­si­dence d’un secré­taire d’É­tat à la jus­ti­fi­ca­tion des nui­sances, votre entre­prise de for­ma­tion d’une jeune géné­ra­tion d’eu­ro-men­teurs reflète l’a­dé­qua­tion de vos courtes ambi­tions à l’es­prit du temps : la réa­li­té sui­vra son cours iné­luc­table vers des désastres tou­jours plus éten­dus, per­sonne ne l’i­gnore vrai­ment, vous espé­rez seule­ment tenir le plus long­temps pos­sible cette der­nière ligne de défense qui consiste, non plus à nier les pro­blèmes, mais à empê­cher que soient posées les véri­tables ques­tions, à com­men­cer par la pre­mière : à qui tout cela profite-t-il ?

Rien d’é­ton­nant donc à ce que « l’animation » de votre caque­tage soit confiée à des pro­fes­sion­nels de la bouf­fon­ne­rie média­tique. Pour ne lais­ser aucun doute sur le sérieux de vos « cris d’alarme », vous avez même fait appel aux bor­bo­rygmes spon­so­ri­sés d’un Hulot. Il ne man­quait plus, pour être tout à fait dans le ton de l’é­poque, qu’une petite touche de dés­in­for­ma­tion, et c’est ce à quoi pour­voit l’an­nonce de la par­ti­ci­pa­tion de Guy Debord, à côté d’un Morin, à l’une de vos « tables rondes » ; annonce sans doute due au zèle obses­sion­nel d’un conseiller en com­mu­ni­ca­tion. N’est-ce pas Bercoff ?

Mais l’ir­réa­li­té de vos pré­ten­tions à repré­sen­ter quoi que ce soit d’autre qu’un éco­lo­gisme d’É­tat, lui-même lar­ge­ment illu­soire et déjà cri­ti­qué comme tel, est cruel­le­ment sou­li­gnée par un petit fait tri­vial : alors qu’il y a actuel­le­ment en France quelques dizaines de luttes locales connues contre diverses nui­sances, vous vous êtes bien gar­dés de vous réunir dans une de ces char­mantes bour­gades de la val­lée du Rhône situées sur le tra­cé du TGV sud-est ou dans un endroit quel­conque où vous auriez pu vous trou­ver au contact de ces popu­la­tions qu’il va vous fal­loir duper et endormir.

Nous vous conseillons donc, pour les années à venir de vous réunir dans des lieux plus sûrs encore, tel Muru­roa, le PC des forces stra­té­giques de Taver­ny ou même Creys-Mal­ville. Là, tout en béné­fi­ciant d’un envi­ron­ne­ment de qua­li­té, vous vous met­trez à l’a­bri d’é­ven­tuelles colères irres­pon­sables, tra­dui­sant une concep­tion exten­sive de la notion de nui­sances, et vous ne ris­que­rez pas de devoir dan­ser sur des airs propres à don­ner la chair de poule aux convives d’un ancien ministre de l’Intérieur.

Pour l’En­cy­clo­pé­die des Nui­sances ; Jacques Phi­lip­pon­neau


III. Un extrait de l’article « Abramboé » :

Nous ne nous éten­drons pas sur la per­sonne du tou­riste, il n’en vaut pas la peine : la moindre de ses aspi­ra­tions trans­pire par prin­cipe l’o­béis­sance ser­vile, endur­cie d’une igno­rance sys­té­ma­tique du réel. La réflexion de Mel­ville devient, sous son auto­ri­té béo­tienne : seul ce qui est men­tion­né dans les guides vaut le dépla­ce­ment. Le sans-gêne de ses manières, comme l’in­con­ve­nance sai­son­nière de ses dégui­se­ments, qui du moins per­mettent encore à cer­tains, pour un temps, de réus­sir à l’é­vi­ter, ne sont qu’à la sur­face du phé­no­mène. À le voir papillon­ner d’une arnaque à l’autre, il est une créa­ture de bien peu de poids. […] L’en­semble offre une vue typique, édi­fiante, sur la déca­dence d’une socié­té donc les fan­tai­sies et les drames avancent ensemble, de conserve pour­rait-on dire, révèlent leur uni­té pro­fonde, une sorte de Renais­sance inver­sée, et finissent par se confondre tout à fait. Beau­coup de tou­ristes ne semblent pas loin de pen­ser que les beau­tés des cités his­to­riques leur étaient fina­le­ment des­ti­nées, à eux, pour ser­vir d’ar­rière-plan aux gri­maces de ceux qui se satis­font de paraître contents. S’ils portent fiè­re­ment en ban­dou­lière des frag­ments d’un tech­no-équi­pe­ment qui les fas­cine, c’est sur­tout afin de pou­voir rame­ner les fidèles ins­tan­ta­nés d’une vie insi­gni­fiante, où ils se célèbrent eux-mêmes et que per­sonne ne regar­de­ra sinon leurs proches, pui­sés par­mi parents et col­lègues, qui y sont obli­gés puis­qu’ils en ont de sem­blables à infli­ger et qu’ils comptent sur la même indul­gence. Jamais des hommes si inté­gra­le­ment pri­vés de res­sources n’au­ront accu­mu­lé aus­si objec­ti­ve­ment autant d’ar­chives sur leur néant.

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

En Colombie-Britannique, avant la civilisation, les Premières Nations enrichissaient l’environnement

L’occupation humaine est habituellement associée avec des paysages écologiques détériorés, mais une nouvelle recherche montre que 13 000 années d’occupation régulière de la Colombie Britannique par des Premières Nations ont eu l’effet inverse, en augmentant la productivité de la forêt vierge tempérée. [...]