La ville, fléau social et écologique millénaire (par Philippe Oberlé)

La ville est à la fois anti-sociale et anti-éco­lo­gique. Elle l’a d’ailleurs tou­jours été par le pas­sé comme le rap­pelle Guillaume Fabu­rel dans son ouvrage Pour en finir avec les grandes villes : mani­feste pour une socié­té éco­lo­gique post-urbaine (2020) dont vous trou­ve­rez ici plu­sieurs extraits. Pro­fes­seur en géo­gra­phie, urba­nisme et science poli­tique, il a pré­cé­dem­ment publié Les métro­poles bar­bares : démon­dia­li­ser la ville, désur­ba­ni­ser la terre (2018), un tra­vail « fruit de vingt-cinq ans de recherche et d’engagement sur le ter­rain ». Le mani­feste de Guillaume Fabu­rel n’est pas seule­ment bon, et ce mal­gré l’emploi de l’inepte écri­ture inclu­sive, il est por­teur d’espoir : la révo­lu­tion contre la ter­mi­tière tech­no-urbaine est déjà bien en marche, quand bien même le pou­voir fait tout pour la rendre invi­sible. Quelques chiffres issus de plu­sieurs études et enquêtes d’opinion témoignent du pro­ces­sus de « réen­sau­va­ge­ment » et d’« empay­san­ne­ment » en cours : 

  • Près de 80 % des Fran­ci­liens sou­haitent quit­ter l’agglomération ;
  • Entre 600 000 et 800 000 per­sonnes auraient quit­té les espaces métro­po­li­tains entre 2015 et 2018, un chiffre pro­ba­ble­ment sous-esti­mé selon Guillaume Faburel ; 
  • La crois­sance des métro­poles fran­çaises ralen­tit (« les villes de Lyon, Bor­deaux, Mont­pel­lier, Nantes ou Rennes ont gagné de 1 à 2 % d’habitant·es en cinq ans, les dix-sept autres ont un solde légè­re­ment négatif ») ; 
  • En France, Espagne, Alle­magne, États-Unis, Tur­quie et Japon, seuls 18 % des gens inter­ro­gés dési­gnent la grande ville comme un lieu de vie idéal (13 % en France) ; 
  • Au sein des mêmes pays, 74 % des gens son­dés trouvent que le rythme de vie dans la socié­té actuelle est trop rapide (80 % en France) et 78 % sou­haitent per­son­nel­le­ment ralen­tir (82 % en France ; 
  • En France, 45 % des son­dés lors d’une enquête du Cevi­pof aspirent à vivre à la cam­pagne et 41 % dans une ville de taille moyenne (contre 14 % dans une métropole) ; 
  • La métro­pole ne séduit pas les jeunes diplô­més (« Seuls 28 % des moins de 35 ans ayant au moins un niveau bac +4 voire sor­tant d’une grande école rêvent d’y habiter ») ; 
  • 74 % des Fran­çais son­dés qui trouvent leur com­mune trop dense sou­hai­te­raient vivre ailleurs ; 
  • 54 % des Fran­çais inter­ro­gés estiment que le moyen le plus effi­cace pour résoudre les pro­blèmes éco­lo­giques et cli­ma­tiques est de « chan­ger fon­da­men­ta­le­ment notre mode de vie, nos dépla­ce­ments et réduire dras­ti­que­ment notre consommation » ; 
  • 54 % des Fran­çais son­dés déclarent pré­fé­rer la décrois­sance à la crois­sance « verte » et 55 % pré­fèrent l’« uto­pie éco­lo­gique » aux deux autres uto­pies – la « socié­té indi­vi­dua­liste orga­ni­sée pour une crois­sance forte tirée par la science et la tech­no­lo­gie avec le trans­hu­ma­nisme comme hori­zon » et la socié­té « sécu­ri­taire », c’est-à-dire le repli natio­na­liste avec réin­dus­tria­li­sa­tion offrant pour seul hori­zon la 3ème Guerre mondiale ; 
  • 69 % des Fran­çais inter­ro­gés jugent néces­saire de « ralen­tir le pro­duc­ti­visme et la recherche per­pé­tuelle de rentabilité ». 

Selon Faburel : 

« [C]ette réa­li­té est dis­si­mu­lée à coups de tour de passe-passe sta­tis­tiques, en la noyant dans des péri­mètres plus larges comme les aires urbaines ou en met­tant en avant d’autres indi­ca­teurs comme le solde natu­rel[1]. De plus, la popu­la­tion fran­çaise serait en fait urbaine à seule­ment 48 %, et non à 80 %, si l’on inté­grait le cri­tère de conti­nui­té de l’urbanisation et de den­si­té, comme cela a été deman­dé quinze années durant aux auto­ri­tés fran­çaises par Euro­stat et par l’OCDE. »

À l’image de l’ingénieur poly­tech­ni­cien Jean-Marc Jan­co­vo­ci ou de l’économiste Gaël Giraud, des oppor­tu­nistes tentent d’exploiter les vel­léi­tés éco­lo­gistes, décrois­san­cistes et auto­no­mistes du peuple pour ren­for­cer le pou­voir de l’État, et par symé­trie, celui des indus­triels fran­çais. Sous cou­vert de lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique par la décar­bo­na­tion de l’économie, l’objectif réel affi­ché dans le mani­feste du Shift Pro­ject, le think tank pré­si­dé par Jan­co­vi­ci, est bien « d’ouvrir la voie de la pro­chaine révo­lu­tion indus­trielle ». Bien que Jan­co­vi­ci se pré­sente comme un éco­lo­giste décrois­san­ciste cri­tique à l’égard de la Sili­con Val­ley et de l’industrie numé­rique, les mots « éco­lo­gie » et « décrois­sance » n’apparaissent pas une seule fois dans le mani­feste de son think tank ; en revanche « pro­fits », « emplois » et « habi­tudes de consom­ma­tion » – c’est-à-dire finance, indus­tria­lisme, consu­mé­risme et escla­vage sala­rial – sont plus que jamais au pro­gramme de leur monde d’après. Rien d’étonnant à ce que le mil­liar­daire Mar­tin Bouygues (PDG du groupe Bouygues), la ministre du tra­vail Eli­za­beth Borne (ancienne PDG de la RATP) ou encore Xavier Huillard (PDG de Vin­ci) se soient pré­ci­pi­tés pour signer le texte[2].

Par construc­tion, la concen­tra­tion démo­gra­phique empêche une com­mu­nau­té humaine de pro­duire sa propre sub­sis­tance et la plonge de fait dans un cercle vicieux de dépen­dances vis-à-vis des ins­ti­tu­tions déshu­ma­ni­santes que sont le mar­ché et l’État. La ville doit impor­ter des mar­chan­dises, ce qui implique piller les cam­pagnes envi­ron­nantes pour s’approvisionner en res­sources humaines, éner­gé­tiques, maté­rielles et ali­men­taires. Colo­nia­lisme, impé­ria­lisme, guerre, inéga­li­tés, ravages envi­ron­ne­men­taux, exter­mi­na­tion de la faune sau­vage, la plu­part des fléaux géné­ra­le­ment attri­bués à la nature humaine par la pro­pa­gande du pro­grès prennent en fait racine dans le phé­no­mène urbain qui a mar­qué les débuts de la civilisation. 

« Mais d’où vient cette pas­sion pour la gros­seur ? Si elle ne date pas d’hier, elle n’a pour autant rien de “natu­rel” : son appa­ri­tion est tou­jours l’expression d’un geste poli­tique vou­lu par le pou­voir. Éty­mo­lo­gi­que­ment, la métro­pole est la capi­tale d’une pro­vince, la ville mère, une créa­tion des empires depuis plu­sieurs mil­lé­naires, mais dont la mul­ti­pli­ca­tion s’est accé­lé­rée à l’ère colo­niale. Et, depuis les pre­miers regrou­pe­ments de la Méso­po­ta­mie antique et les cités-États qui ont ryth­mé l’ensemble de l’histoire longue, elles ont tou­jours eu la même fonc­tion : regrou­per les popu­la­tions pour satis­faire des fins éco­no­miques et politiques. » 

His­to­ri­que­ment donc, la grande ville a tou­jours été anti­dé­mo­cra­tique. Plus récem­ment, déra­ci­ner par mil­lions les pay­sans des cam­pagnes pour les entas­ser dans des cla­piers urbains insa­lubres fut une condi­tion néces­saire à l’avènement de l’ère industrielle. 

« La néces­si­té éco­no­mique, c’est celle de rap­pro­cher la main‑d’œuvre des moyens de pro­duc­tion afin de pou­voir dis­po­ser du per­son­nel “à demeure” – une logique ancienne, déjà à l’œuvre à l’ère des pre­mières séden­ta­ri­sa­tions de popu­la­tions et qui, déjà, visait à l’accroissement des ren­de­ments agri­coles par la concen­tra­tion. Durant les deux der­niers siècles, l’urbanisation rapide fut néces­saire pour obte­nir les ren­de­ments pro­duc­tifs de la révo­lu­tion indus­trielle. Aujourd’hui, il s’agit plu­tôt de main­te­nir les travailleur·ses clefs ou “premier·es de cor­vée” à por­tée de main, dans les ban­lieues béton­nées et les péri­phé­ries pau­pé­ri­sées, pour faire tour­ner les méga-machines métro­po­li­taines et accroître leurs ren­de­ments financiers. » 

Autre­fois limi­tés à des espaces géo­gra­phiques res­treints, les ravages de la civi­li­sa­tion ont pris une ampleur pla­né­taire depuis la pre­mière révo­lu­tion indus­trielle des XVIIIe et XIXe siècles. Et puisque la répé­ti­tion s’avère indis­pen­sable pour mar­quer dura­ble­ment les esprits, répé­tons que cette dyna­mique mil­lé­naire de des­truc­tions éco­lo­giques n’a rien à voir avec la nature humaine (ni avec la nature tout court d’ailleurs[3]). Domi­na­tion sociale et dévas­ta­tion envi­ron­ne­men­tale sont ins­crites dans l’ADN de la civi­li­sa­tion, non dans celui d’Homo sapiens ; quant à leur ampleur, elle est fonc­tion du niveau tech­no­lo­gique. Abais­ser consi­dé­ra­ble­ment le niveau tech­no­lo­gique, c’est relâ­cher la pres­sion monu­men­tale exer­cée par la machine sur les éco­sys­tèmes comme sur les êtres humains. 

« L’urbanisation, par son double mou­ve­ment de den­si­fi­ca­tion et d’exten­sion par­fois bien au-delà des limites offi­cielles des villes, épuise l’environnement éco­lo­gique dans lequel elle se déploie. Elle y exploite l’intégralité des res­sources natu­relles, colo­nise la tota­li­té des espaces plus ou moins proches et, détrui­sant sys­té­ma­ti­que­ment les habi­tats natu­rels du vivant, bou­le­verse l’ensemble des éco­sys­tèmes avoi­si­nants voire plus loin­tains par l’intensification de l’agriculture, l’industrialisation de l’énergie, la mas­si­fi­ca­tion des loi­sirs ou encore l’accroissement des cir­cu­la­tions à grande vitesse. Pour le cas d’une ville comme Paris, cette vam­pi­ri­sa­tion ne date pas hier : “On dit que la ville de Paris vaut une pro­vince au roi de France ; moi je dis qu’elle lui en coûte plu­sieurs ; que c’est à plus d’un égard que Paris est nour­rie par les pro­vinces, et que la plu­part de leurs reve­nus se versent dans cette ville et y res­tent, sans jamais retour­ner au peuple ni au roi”, écri­vait déjà Res­tif de La Bre­tonne au XVIIIe siècle. 

De plus, pour réa­li­ser son des­sein bou­li­mique, l’urbanisation met en place un sys­tème de réseaux – les routes, che­mins de fer, voies mari­times et aériennes – afin de flui­di­fier et accé­lé­rer les flux entre ses dif­fé­rents pôles – les villes. Toute cette concen­tra­tion d’activité génère, comme on ne le sait que trop bien, d’énormes quan­ti­tés de pol­luants. À l’échelle pla­né­taire, les villes, qui ne repré­sentent que 2 % de la sur­face émer­gée, sont d’ores et déjà res­pon­sables de 70 % des déchets, de 75 % des émis­sions de gaz à effet de serre, de 78 % de l’énergie consom­mée ou encore de 90 % des pol­luants émis dans l’air. »

La situa­tion n’a aucune chance d’aller en s’améliorant avec les villes dites « intel­li­gentes », les fermes urbaines, ver­ti­cales et connec­tées, les cham­pi­gnon­nières de par­king, les toits et les murs végé­ta­li­sés, les tiers-lieux alter­na­tifs, les pistes cyclables, les jar­dins urbains par­ta­gés, la consom­ma­tion bio, les maté­riau­thèques, les res­sour­ce­ries, les recy­cle­ries, les foires exté­rieures gra­tuites (« gra­ti­fé­rias ») et autres « dis­co soupes » consis­tant à « cui­si­ner des restes ali­men­taires lors d’événements musi­caux dans l’espace public ». Au contraire, ces « agents invo­lon­taires », que Guillaume Fabu­rel qua­li­fie d’« idiots utiles », par­ti­cipent à rendre « durables » les pro­blèmes struc­tu­rels posés par l’habitat urbain. 

« Non seule­ment ils et elles habitent les lieux et occupent les espaces de leurs propres enga­ge­ments, donc prennent part ain­si, à leur corps défen­dant très cer­tai­ne­ment, à l’éviction des plus pré­caires et des classes popu­laires. Mais, sur­tout, ils y déve­loppent des habi­tudes de consom­ma­tion – le bio et le vélo notam­ment – contri­buant à la gen­tri­fi­ca­tion “éco­lo­gique” des ter­ri­toires urbains qu’ils occupent. Dès lors, sans le vou­loir mais en fai­sant preuve d’une cer­taine naï­ve­té, ils entre­tiennent les leit­mo­tivs de la moder­ni­té urbaine, ceux des 3T (pour tech­no­lo­gie, talent et tolé­rance) et des 3C (pour com­pé­ti­tion, connexion et capi­tal humain), for­mules chocs chères au mar­ke­ting inter­na­tio­nal des métro­poles-mondes. Ils par­ti­cipent éga­le­ment très concrè­te­ment par leurs actions à “redy­na­mi­ser” des quar­tiers, pour le plus grand bon­heur des auto­ri­tés locales dont ils servent gra­tui­te­ment les inté­rêts. En effet, ils ne comptent par exemple pas leurs heures pour réoc­cu­per col­lec­ti­ve­ment et tem­po­rai­re­ment des friches délais­sées et autres bâti­ments désaf­fec­tés, afin d’offrir aux gens dans le besoin les biens et ser­vices évo­qués plus haut, ces fameux tiers-lieux avec leur “urba­nisme tran­si­toire” comme on en trouve à Bor­deaux, Lille, Lyon, Mar­seille ou encore Paris. Or, de telles ini­tia­tives “citoyennes” s’inscrivent fort sou­vent dans de très offi­ciels pro­jets d’aménagement qui ont pour but affi­ché, en leur octroyant des baux tem­po­raires, de réha­bi­li­ter ces espaces aban­don­nés en lieux “vivants” sus­cep­tibles d’attirer dans le quar­tier les popu­la­tions cibles pour les futurs loge­ments qui y seront construits. On com­prend alors mieux pour­quoi les poli­tiques métro­po­li­taines sou­tiennent ardem­ment ces tiers-lieux, véri­tables pro­duits d’appel dans les pla­quettes com­mu­ni­ca­tion­nelles, en van­tant au pas­sage les mérites d’une “citoyen­ne­té active”… réser­vée à une classe sociale bien précise. » 

Il ajoute plus loin : 

« Pour la petite his­toire, cer­tains squats urbains figurent même dans les pla­quettes pro­mo­tion­nelles des métro­poles. La contre-culture urbaine a été lar­ge­ment ins­tru­men­ta­li­sée et ingérée. » 

Guillaume Fabu­rel cri­tique assez dure­ment – et à juste titre – une cer­taine éco­lo­gie de la gauche ramol­lie, enchaî­née au confort moderne avi­lis­sant, qui fan­tasme encore une déli­vrance de la sub­sis­tance quo­ti­dienne par la machine. Il sou­ligne éga­le­ment « l’impossibilité de résis­ter dans la métropole ». 

« La grande ville est encore consi­dé­rée comme un champ sym­bo­lique d’interpellation, jamais comme un lieu à com­battre en lui-même pour sa tota­li­té des­truc­trice. C’est comme si demeu­rait un impen­sable, trop pro­fon­dé­ment inté­rio­ri­sé en nous par l’idéologie domi­nante. Et ce point aveugle se retrouve dans toutes les tri­bunes mili­tantes et autres mani­festes éco­lo­gistes de ces temps confi­nés puis déconfinés. 

Voi­ci l’exemple, par­mi tant d’autres, d’un texte de l’écologie poli­tique lar­ge­ment média­ti­sé et inti­tu­lé “Il est temps de ne pas reprendre”. Voi­ci ce qui y est pré­co­ni­sé : “Dix ans sans voyages à Bali ni croi­sières de luxe. Dix ans pour apprendre à pré­fé­rer une tomate du jar­din voi­sin à une entre­côte d’Argentine, une soi­rée jeu avec des amis à un week-end à New York, un pas­sage chez le cor­don­nier du coin à une livrai­son de bas­kets neuves par un livreur ubé­ri­sé d’Amazon, ou les chants des oiseaux à une nuée de drones.” Mais qu’est-ce qui rend pos­sible de se rendre à Bali ? Les hubs aéro­por­tuaires des villes-mondes et de leurs métro­poles. Où entend-on les oiseaux ? Ailleurs que dans les grandes villes. Où fait-on pous­ser les tomates du jar­din ? Atten­tion, il y a un piège. Dans un jar­din ! Et où sont-ils ? Pas dans les grandes villes… Si vous sou­hai­tez conti­nuer ce jeu du “qui cherche trouve”, n’hésitez pas. Mais c’est sans fin…» 

Comment se sortir du bourbier urbain ?

Guillaume Fabu­rel donne plu­sieurs pistes pour pro­cé­der à l’ablation du can­cer. En voi­ci quelques-unes. 

Fuir les grandes villes

Comme vu plus haut, l’exode urbain a déjà com­men­cé. Guillaume Fabu­rel pré­cise néan­moins qu’il y a un risque de « conta­mi­na­tion métro­po­li­taine de la terre », c’est-à-dire de repro­duc­tion à la cam­pagne du mode de vie hors-sol urbain per­mise entre autres par Inter­net, le réseau mobile, les auto­routes et le TGV. Dans L’animal et la mort (2021), l’anthropologue Charles Sté­pa­noff décrit par exemple com­ment des néo-ruraux en leg­ging mul­ti­co­lores, adeptes de la cause ani­male, du mode de vie connec­té et for­ma­tés par une culture urbaine mon­dia­li­sée, emmerdent les classes popu­laires rurales et autres pay­sans qui chassent sur leurs terres depuis des temps immé­mo­riaux, une pra­tique tra­di­tion­nelle qui accorde une place cen­trale à l’autonomie, au par­tage et à l’entraide.

Pour Guillaume Fabu­rel, le retour à la cam­pagne doit s’inscrire dans une démarche d’autonomisation sur le plan poli­tique, maté­riel, éner­gé­tique, ali­men­taire. Pour atteindre cet objec­tif, déco­lo­ni­ser notre ima­gi­naire est une pre­mière étape essen­tielle pour entre­voir l’extraordinaire diver­si­té des pos­si­bi­li­tés en dehors des geôles urbaines. 

« Il n’y a bien évi­dem­ment pas de recette magique ou de kit clef en main pour se débran­cher. Pour autant, rien d’impossible, d’impossible, dès lors qu’on a admis à quel point notre dépen­dance au mode de vie urbain était inté­rio­ri­sée, et qu’on est prêt·e à assu­mer toutes les consé­quences qu’une rup­ture totale avec lui impli­que­rait. Et même s’il n’y a pas de véri­table recette, on peut entre­voir quelques-uns de ce que pour­raient être ses ingré­dients : une réflexi­vi­té par­ta­gée en com­mu­nau­té, hon­nête, sans faux-sem­blants ni faces voi­lées, une démarche consciente et minu­tieuse pour désen­cras­ser le sys­tème de récom­pense de nos cer­veaux et se dépar­tir des mau­vais réflexes incul­qués par nos vies capi­ta­listes. Com­prendre et reje­ter le grand récit urbain du “pro­grès”, de la dépen­dance tech­nique, éco­no­mique et urba­nis­tique au détri­ment de l’interdépendance éco­lo­gique, et de l’illimitation au détri­ment de la Terre, notre demeure, que seul un s sépare de la démesure. Mais pas n’importe lequel : celui de notre survie. 

Pour décons­truire ce qui fait de ce grand récit une force agis­sante en nous, il faut en réin­ter­ro­ger très direc­te­ment tout ce qui nous conduit à obéir doci­le­ment, à nous plier doc­te­ment, à renon­cer faci­le­ment, c’est-à-dire toutes les média­tions féti­chi­sées du capi­tal dont nous sommes, tou·tes, les véhi­cules dans nos vies quo­ti­diennes : la mar­chan­dise et le tra­vail, l’État et le patriar­cat, l’éducation et les ins­ti­tu­tions… Et, bien sûr, admettre qu’elles ont l’urbanisation comme ter­reau pre­mier de réa­li­sa­tion. S’interroger sur les fic­tions et les pro­phé­ties démiur­giques, basées sur la foi en l’innovation tech­nique et le pro­grès scien­ti­fique grâce aux­quels nous réus­si­rions à nous dépê­trer du désastre éco­lo­gique. Dou­ter des croyances éthé­rées en la ratio­na­li­té et en la capa­ci­té d’“autorégulation” du mar­ché, en la com­pé­tence et en la bonne volon­té des pou­voirs ins­ti­tués pour évi­ter la catas­trophe. Remettre en cause la spec­ta­cu­la­ri­sa­tion nar­cis­sique de nos exis­tences par le tru­che­ment d’applications conçues, tes­tées et bre­ve­tées par la recherche-déve­lop­pe­ment urbaine, enri­chis­sant des mil­liar­daires fan­tas­mant un ave­nir inté­gra­le­ment cyber­né­tique. Décons­truire et se déprendre métho­di­que­ment de tous les dis­po­si­tifs bio­po­li­tiques – qu’ils soient tech­niques, éco­no­miques ou urba­nis­tiques – qui façonnent l’entièreté de nos vies doré­na­vant métro­po­li­sées. Sor­tir de l’autoroute néo­li­bé­rale et ain­si se détour­ner radi­ca­le­ment du mur éco­lo­gique vers lequel sur­den­si­té urbaine et arti­fi­cia­li­sa­tion totale de la terre nous conduisent. En un mot : sor­tir de l’enrégimentement pour pou­voir mettre en pra­tique notre réen­sau­va­ge­ment. Et pour ce faire, en toute conscience, partir ! » 

Combattre

Si Guillaume Fabu­rel men­tionne des mou­ve­ments radi­caux (ou en voie de radi­ca­li­sa­tion) tels que les ZAD, les gilets jaunes, Extinc­tion Rebel­lion ou encore Deep Green Resis­tance, il n’insiste selon moi pas assez sur la néces­si­té abso­lue de com­battre pour éli­mi­ner notre enne­mi – la civi­li­sa­tion indus­trielle. Parce que les mil­liar­daires, tout comme les élites intel­lec­tuelles, poli­tiques, tech­no­cra­tiques et média­tiques, n’abandonneront jamais leurs pri­vi­lèges sans sor­tir l’artillerie lourde. Un jour ou l’autre il nous fau­dra affron­ter le pou­voir, non pas pour la beau­té du geste comme c’est sou­vent le cas dans le milieu mili­tant, mais cette fois pour vaincre. À cet effet, il ne faut pas seule­ment fuir la ville ou déco­lo­ni­ser notre ima­gi­naire de la reli­gion du Pro­grès, nous avons aus­si le besoin impé­rieux de construire une culture de résis­tance ; nous avons besoin de redon­ner ses lettres de noblesse au cou­rage ; nous avons besoin de valo­ri­ser l’ambition, le prag­ma­tisme et l’efficacité dans la lutte ; nous avons besoin de sources d’inspiration, de héros et de modèles – femmes et hommes ; nous avons besoin de pro­mou­voir des idées et des valeurs qui nous ras­semblent autour d’un objec­tif com­mun. Ces ingré­dients pour­tant cru­ciaux pour une recette vic­to­rieuse ont été sys­té­ma­ti­que­ment vili­pen­dés par la gauche pro­gres­siste qui les asso­cie de façon sim­pliste à la conquête, à la domi­na­tion et à l’oppression. Ce juge­ment dénote une incom­pré­hen­sion voire une igno­rance presque totale de la nature et de la dyna­mique du conflit. Que ce soit pour se défendre face à une agres­sion d’un enva­his­seur ou conqué­rir une terre et ses habi­tants, des res­sorts psy­cho­lo­giques simi­laires entrent en jeu. Et sur le plan orga­ni­sa­tion­nel, cer­taines struc­tures et cer­taines atti­tudes sapent le pou­voir d’un mou­ve­ment, d’autres le ren­forcent en limi­tant l’effet de fric­tion. De Sun Tzu à Clau­se­witz, les grands trai­tés de stra­té­gie concentrent plus de 2 000 ans d’expérience humaine dans l’art du com­bat mili­taire et poli­tique. À l’heure où la civi­li­sa­tion exter­mine les espèces à un rythme effa­rant, il serait peut-être temps de mettre ses pré­ju­gés et son arro­gance de côté pour étu­dier sérieu­se­ment ces auteurs et mettre en appli­ca­tion leurs pré­ceptes. Cela évi­te­rait l’adoption sys­té­ma­tique de consi­dé­ra­tions morales tra­duites sous forme de règles absurdes qui viennent inter­fé­rer avec l’efficacité d’un mou­ve­ment, une habi­tude symp­to­ma­tique de la confu­sion totale qui règne dans l’univers mili­tant. Pour le dire sim­ple­ment, on peut tout à fait se battre pour une socié­té plus éga­li­taire et démo­cra­tique au sein d’un mou­ve­ment hié­rar­chique (donc inéga­li­taire) et non démo­cra­tique (avec une chaîne de com­man­de­ment). Il n’y a aucune contra­dic­tion là-dedans, comme en attestent les mou­ve­ments révo­lu­tion­naires his­to­riques cou­ron­nés de suc­cès, de l’indépendance irlan­daise au ren­ver­se­ment du régime tsa­riste en Rus­sie, en pas­sant par la révo­lu­tion com­mu­niste chi­noise, sans oublier la résis­tance vic­to­rieuse aux colons fran­çais et amé­ri­cains en Indo­chine puis au Viet­nam. On lit par­fois qu’un mou­ve­ment doit dès le départ incar­ner un modèle réduit de l’idéal de socié­té visé pour évi­ter les dérives tota­li­taires obser­vées au XXe siècle. Mais s’il y a eu dérive, c’est que les révo­lu­tion­naires ne s’étaient pas fixé le bon objec­tif : sup­pri­mer les moyens qui rendent pos­sible la réa­li­sa­tion du tota­li­ta­risme, c’est-à-dire déman­te­ler en tota­li­té le sys­tème tech­no­lo­gique issu de la pre­mière révo­lu­tion industrielle. 

Pour finir sur ce point et ten­ter d’expliquer cette extra­or­di­naire capa­ci­té à gauche pour col­lec­tion­ner les échecs, citons le mathé­ma­ti­cien Theo­dore Kac­zynk­si. Dans La Socié­té Indus­trielle et son ave­nir (1995), il apporte un autre éclai­rage inté­res­sant qui méri­te­rait d’être déve­lop­pé. Dans la sec­tion inti­tu­lée « la psy­cho­lo­gie du gau­chisme moderne », il affirme que « le gau­chiste est anta­go­niste au concept de com­pé­ti­tion car, au fond de lui, il a l’impression d’être un raté. » Or il n’existe pro­ba­ble­ment pas de milieu plus mar­qué par la com­pé­ti­tion que l’arène poli­tique. Com­ment vou­lez-vous rem­por­ter une bataille dans la jungle poli­tique en niant cette réalité ? 

Organiser des états généraux autonomes

L’objectif serait, « en dehors des cadres poli­tiques de l’État », d’organiser la socié­té éco­lo­gique post-urbaine à tra­vers un « pro­gramme de relo­ca­li­sa­tion rési­den­tielle ain­si que des acti­vi­tés de pro­duc­tion et de ser­vices, et ce à l’échelle nationale. » 

Guillaume Fabu­rel poursuit : 

« Ce pro­gramme per­met­trait de pla­ni­fier l’organisation du pro­ces­sus de trans­for­ma­tion afin notam­ment de pal­lier les besoins pre­miers et non pri­maires de la popu­la­tion dans son ensemble jusqu’à ce que l’objectif d’autonomie soit atteint dans tous les ter­ri­toires, que ce soit en termes de maraî­chage dans les villes de taille moyenne, de soin dans des bourgs recu­lés ou de pro­duc­tion d’énergie renou­ve­lable dans des com­mu­nau­tés villageoises. » 

On voit assez mal com­ment mettre en œuvre un tel pro­gramme sur l’ensemble du ter­ri­toire natio­nal sans pas­ser par les ins­ti­tu­tions éta­tiques. Par ailleurs, il paraît hau­te­ment illu­soire d’espérer pla­ni­fier et contrô­ler une trans­for­ma­tion aus­si radi­cale de la socié­té. Il serait vrai­ment temps d’admettre une bonne fois pour toutes que sor­tir rapi­de­ment de l’ornière urbaine et indus­trielle pro­dui­ra un haut degré d’instabilité et d’incertitudes dans nos exis­tences indi­vi­duelles. Mais est-ce vrai­ment impor­tant au vu des enjeux ? 

Stopper le BTP, désartificialiser et habiter sans bétonner

« Serait-ce trop deman­der de ces­ser de bâtir des routes et d’élargir les auto­routes urbaines et inter­ur­baines, d’arrêter de construire des lignes et des gares TGV, de stop­per la béton­ni­sa­tion des berges et des cours d’eau ?… »

D’après Guillaume Fabu­rel, « l’urgence com­mande en fait un arrêt immé­diat de toute nou­velle construc­tion, quelles qu’elles soient », et « une sanc­tua­ri­sa­tion des espaces ». Il faut aus­si mettre fin à « l’hypocrisie que consti­tue la très offi­cielle “com­pen­sa­tion éco­lo­gique” » auto­ri­sant la pour­suite infi­nie de la béton­ni­sa­tion, et stop­per « les ges­ti­cu­la­tions sté­riles, comme le nou­veau pré­cepte du “zéro arti­fi­cia­li­sa­tion nette” ». Il parle éga­le­ment de rem­pla­cer la « sacro-sainte pro­prié­té pri­vée » par la « pro­prié­té com­mune des biens de la terre », de « réqui­si­tion­ner les loge­ments, bureaux et com­merces vacants », ain­si que de sou­te­nir « l’agroécologie et les tech­niques douces ». 

Biorégion, autogestion et confédéralisme communaliste

Le pro­gramme pro­po­sé par Guillaume Fabu­rel ne pour­ra être réa­li­sé « qu’en nous arra­chant des cadres poli­tiques ins­ti­tués et de leur concep­tion hau­taine et infan­ti­li­sante du pou­voir. » Un « bou­le­ver­se­ment démo­cra­tique » est néces­saire. Il raille « la gauche dite éco­lo­giste », par exemple l’enthousiasme déclen­ché par la « vague verte » aux élec­tions municipales. 

« Certes, pour les mordu·es de règle­ments et d’autorités admi­nis­tra­tives, de fonc­tion­ne­ment tech­no­cra­tique et hié­rar­chique, il existe bien la conquête muni­ci­pale. Libre à elles et eux de faire allé­geance aux déci­sions d’État et à leurs man­dants pré­fec­to­raux, tout comme d’aller obte­nir quelques miettes auprès des béton­neurs et de leurs impre­sa­rios – les pro­mo­teurs. Les muni­ci­pa­li­tés demeurent, en France, les che­vaux de Troie des ins­ti­tu­tions d’État, sous per­fu­sion des dota­tions et sous dik­tat de la crois­sance amé­na­giste, sans aucune auto­no­mie pour défendre et mettre en œuvre une rup­ture radi­cale avec le dogme de l’attractivité et de l’expansion, de la den­si­té et de son pro­duc­ti­visme. Bref, il est tota­le­ment illu­soire d’espérer quoi que ce soit en pas­sant par cette voie “démo­cra­tique” ».

La « confé­dé­ra­tion démo­cra­tique de muni­ci­pa­li­tés liber­taires » pro­po­sée par Guillaume Fabu­rel aurait pour objec­tif de « s’émanciper de l’État-nation par l’autogouvernement des popu­la­tions locales dans le cadre d’assemblées popu­laires et de com­munes, puis de conseils fédé­raux col­lé­gia­le­ment déci­sion­naires dans les domaines tels que la san­té ou l’éducation, le droit col­lec­tif des sols et les biens com­mu­naux, avec les­quels il plus qu’impérieux de renouer. » 

Pour réen­ra­ci­ner le pri­mate humain, Guillaume Fabu­rel évoque le concept de biorégion : 

« Les péri­mètres d’agencement per­ti­nents, les soli­da­ri­tés inter­lo­cales, seraient alors les bio­ré­gions : des ter­ri­toires carac­té­ri­sés par leur nature géo­gra­phique et leurs milieux éco­lo­giques (val­lées, plaines, sys­tèmes fores­tiers, zones humides, etc.) et pro­dui­sant, à l’échelle des com­mu­nau­tés humaines et des formes de vie ani­males et végé­tales qui les habitent, leurs propres res­sources ali­men­taires et éner­gé­tiques de proxi­mi­té, met­tant ain­si en pra­tique une éco­lo­gie sociale par l’autonomie. »

« Déscolarisation totale »

Là encore, Guillaume Fabu­rel des­sine une voie radi­cale et sti­mu­lante pour l’imaginaire et conclut son mani­feste par une injonc­tion : « Aux champs citadin·es ! »

« [P]uisque l’éducation est [le che­min cog­ni­tif et cultu­rel] emprun­té de longue date par les gou­ver­ne­ments pour nous arra­cher de toute nature en pré­ten­dant nous éman­ci­per, la sep­tième et der­nière pro­po­si­tion consis­te­rait pré­ci­sé­ment à refon­der une édu­ca­tion digne de ce nom, c’est-à-dire véri­ta­ble­ment démo­cra­tique et ayant pour optique, sinon la désco­la­ri­sa­tion totale, tout du moins la mise en pra­tique d’une culture éco­lo­gique en nous res­ti­tuant nos puis­sances d’agir.

Pour décons­truire deux des grandes média­tions féti­chi­sées du capi­tal, le tra­vail sala­rial et le mar­ché qui ont l’urbanisation de la terre comme néces­si­té pre­mière, la seule solu­tion viable serait de refer­mer les manuels sco­laires qui, mal­gré quelques très rares ten­ta­tives d’amélioration, croient encore éblouir le monde de la lumière colo­niale des pen­sées occi­den­tales et n’ont pour idéal que la spé­cia­li­sa­tion, qui fonc­tionne en liqui­dant l’esprit cri­tique et les savoirs manuels au pro­fit des nou­velles tech­no­lo­gies et des entre­prises du futur. Com­ment pro­té­ger les res­sources éco­lo­giques des ter­ri­toires pour pou­voir com­men­cer à déve­lop­per véri­ta­ble­ment les acti­vi­tés locales du soin du vivant, si ce n’est en inté­grant les savoirs pay­sans et arti­sa­naux dans le socle com­mun des édu­ca­tions ain­si réel­le­ment popu­laires ? (Et, pre­nons-nous à rêver, dans le socle de connais­sances de la tota­li­té des éta­blis­se­ments sco­laires ?) Cette édu­ca­tion à l’empay­san­ne­ment aurait pour fina­li­té non pas une “pro­fes­sion­na­li­sa­tion” se rédui­sant à “satis­faire les besoins du mar­ché du tra­vail”, autre­ment dit pro­duire des bataillons de main‑d’œuvre aux abois, suf­fi­sam­ment dociles et alié­nés pour accep­ter de se faire exploi­ter de manière com­pé­ti­tive, mais la construc­tion anti-oppres­sive par des péda­go­gies alter­na­tives d’individus auto­nomes, res­pon­sables d’eux-mêmes et des autres, et aptes à faire vivre éco­lo­gi­que­ment et démo­cra­ti­que­ment ces orga­ni­sa­tions sociales, refo­res­tées et ensau­va­gées, décrois­santes et autogérées. » 

Phi­lippe Oberlé


  1. « Dif­fé­rence entre le nombre de nais­sances vivantes et le nombre de décès. »

  2. https://decarbonizeurope.org/

  3. https://www.partage-le.com/2021/11/25/evolution-contre-civilisation-diversite-contre-uniformite-philippe-oberle/

Print Friendly, PDF & Email
Total
8
Shares
1 comment
  1. Bon­jour et mer­ci pour cet aper­çu du livre de Guillaume Faburel.
    Si je vous rejoins bien sur vos doutes quant à la pos­si­bi­li­té qu’un pro­gramme glo­bal de relo­ca­li­sa­tion puisse être mis en œuvre sans la patte pla­ni­fi­ca­trice de l’é­tat et toutes les dérives qui vont avec ; si je vous rejoins éga­le­ment quant au fait que quit­ter l’ur­ba­ni­sa­tion ne sera pas suf­fi­sant et qu’il sera néces­saire de lut­ter acti­ve­ment contre elle, j’ai été en revanche sur­pris de votre adhé­sion à l’i­dée que des moyens anti­dé­mo­cra­tiques et inéga­li­taires puissent être employés pour atteindre des objec­tifs démo­cra­tiques et égalitaires.
    Il me semble que cer­tains luttes main­tiennent jus­te­ment cette fidé­li­té des moyens employés aux objec­tifs visés, je pense à com­ment les zadistes de NDDL ont sou­hai­té gar­der une ges­tion en com­mun des terres là où l’ad­mi­nis­tra­tion leur deman­dait de dépo­ser des pro­jets individuels.
    D’au­tant que, par­mi les exemples don­nés, ceux des révo­lu­tions russes et chi­noises sont l’illus­tra­tion même du dévoie­ment d’as­pi­ra­tions louables vers des formes poli­tiques n’ayant rien de plus ver­tueux que celles qu’elles se pro­po­saient de remplacer.
    Vous écri­vez bien que s’il y a eu dérive c’est que le déman­tè­le­ment du sys­tème indus­triel qui tend le tota­li­ta­risme pos­sible n’a pas être mené à son terme, mais c’est jus­te­ment cet arrêt avant le terme pré­vu qui a carac­té­ri­sé nombre de révo­lu­tions détournées…
    Ce que vous écri­vez là m’in­ter­roge, pou­vez-vous donc pré­ci­ser cette par­tie de votre propos ?
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Nous ne devrions pas exister — La philosophie de l’antinatalisme (par David Benatar)

L’antinatalisme est le point de vue selon lequel nous devrions cesser de procréer – qu’il est mauvais d’avoir des enfants. Plusieurs routes mènent à cette conclusion. Certaines d’entre elles pourraient être qualifiées de "philanthropiques". Elles émanent de préoccupations pour les humains qui seront amenés à exister si nous procréons. Selon ces arguments, la vie est pleine de souffrance et nous ne devrions pas en rajouter. Beaucoup de pronatalistes réfutent cette affirmation et prétendent, au moins, que dans la vie le bon l’emporte sur le mauvais. Ils devraient se souvenir de ce qui suit.