Espagne : Argumentation de la Fédération des femmes progressistes contre la « loi trans »

En Espagne comme un peu par­tout, l’idéologie trans et ses effets pro­gressent à grand pas (et tou­jours grâce à des finan­ce­ments impor­tants, pas parce que c’est une volon­té popu­laire authen­tique). Et en Espagne, comme un peu par­tout (mais bien plus qu’en France), des femmes tentent de s’organiser, de faire front contre les chan­ge­ments juri­diques et ins­ti­tu­tion­nels que les mili­tants trans tentent d’imposer. Le 19 sep­tembre 2022, le jour­nal numé­rique Repu­bli­ca publiait cette excel­lente argu­men­ta­tion de la Fede­ra­ción de Mujeres Pro­gre­sis­tas, soit la fédé­ra­tion des femmes pro­gres­sistes, contre le pro­jet dit de la « loi trans », qui est en train d’être exa­mi­né en Espagne. En voi­ci une traduction.


I. Pourquoi nous nous opposons au projet de la « loi trans »

Après les « lois trans » régio­nales déjà approu­vées et en vigueur, le Conseil des ministres a approu­vé un pro­jet de « loi trans » natio­nal, qui a été envoyé au Par­le­ment espa­gnol (29–6‑22) pour être trai­té par la pro­cé­dure d’urgence.

Nous nous oppo­sons à ce pro­jet de loi (ain­si qu’aux « lois trans » déjà en vigueur, qui devraient être abro­gées) pour les rai­sons suivantes :

Parce qu’il ne protège pas les personnes trans

Le pro­jet de loi défi­nit les « per­sonnes trans » comme étant celles « dont l’i­den­ti­té sexuelle ne cor­res­pond pas au sexe assi­gné à la nais­sance » (art. 3, J). À son tour, l’« iden­ti­té sexuelle » est défi­nie comme « l’ex­pé­rience interne et indi­vi­duelle du sexe telle que chaque per­sonne la res­sent et la défi­nit » (art. 3, h). Des « défi­ni­tions » aus­si vagues et sub­jec­tives rendent impos­sible la déli­mi­ta­tion du sujet du droit et la prise en compte de ses besoins spécifiques.

À l’égard des per­sonnes qui expriment un malaise concer­nant leur sexe/genre, le pro­jet de loi impose ce que l’on appelle le « trai­te­ment affir­ma­tif » (consis­tant à accep­ter l’au­to­diag­nos­tic du patient qui déclare avoir une autre iden­ti­té de genre). Tout autre diag­nos­tic pour­ra être consi­dé­ré comme fai­sant par­tie des « méthodes, pro­grammes et thé­ra­pies d’a­ver­sion, de conver­sion ou de contre-condi­tion­ne­ment, sous quelque forme que ce soit, visant à modi­fier l’o­rien­ta­tion ou l’i­den­ti­té sexuelle ou l’ex­pres­sion de genre des per­sonnes, même avec le consen­te­ment de l’in­té­res­sé » qui sont inter­dits (art. 17) et pas­sibles de peines pou­vant aller jus­qu’à 150 000 euros (art. 75, 4 et 76, 3).

Par consé­quent, ces per­sonnes perdent le droit à :

a/ une éva­lua­tion psy­cho­lo­gique ( elles iront direc­te­ment en endo­cri­no­lo­gie ou en méde­cine de famille), néces­saire pour éva­luer la pré­sence et l’in­ten­si­té du malaise (dys­pho­rie) et détec­ter d’é­ven­tuelles comor­bi­di­tés conco­mi­tantes (anxié­té, dépres­sion, troubles du spectre autis­tique, ou situa­tions d’a­bus, etc.) et un diag­nos­tic dif­fé­ren­tiel avec d’autres situa­tions qui peuvent être similaires

b/ un sou­tien psy­cho­lo­gique pour trai­ter les causes de leur détresse psy­cho­lo­gique, qui peut être liée à divers pro­blèmes, notam­ment : le manque d’es­time de soi, les conflits avec le rôle assi­gné au sexe, les dif­fi­cul­tés rela­tion­nelles, la recherche d’une orien­ta­tion sexuelle, etc. De plus, en impo­sant un tel « modèle affir­ma­tif », le pro­jet de loi empêche d’a­na­ly­ser et de trai­ter des phé­no­mènes de plus en plus fré­quents, comme par exemple :

a/ la « dys­pho­rie de genre à appa­ri­tion sou­daine », sou­vent asso­ciée à la conta­gion sociale (groupes d’a­mies qui se déclarent trans au même moment) et à l’aug­men­ta­tion (4 000 % en dix ans) des mineurs, prin­ci­pa­le­ment des femmes, qui se déclarent trans.

b/ les détran­si­tions (per­sonnes qui, après une période de trai­te­ment hor­mo­nal et/ou d’o­pé­ra­tions chi­rur­gi­cales irré­ver­sibles, sou­haitent faire marche arrière).

Parce qu’il met les enfants, les adolescents et les jeunes en danger

Le « modèle affir­ma­tif » impo­sé par le pro­jet de loi encou­rage les enfants, les ado­les­cents et les jeunes qui se sentent mal à l’aise avec leur sexe/genre à effec­tuer une « tran­si­tion sociale » (chan­ge­ment de nom, de vête­ments, etc.), sus­cep­tible d’être sui­vie par un trai­te­ment hor­mo­nal et, sou­vent, une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale : ampu­ta­tion des seins, des organes géni­taux, « construc­tion » de vagins ou de pénis non fonc­tion­nels avec de la peau pro­ve­nant d’autres par­ties du corps, etc.

Ces trai­te­ments et opé­ra­tions peuvent avoir (sur­tout s’ils sont effec­tués à l’a­do­les­cence) des consé­quences graves et irré­ver­sibles : sté­ri­li­té, anor­gas­mie et autres qui ne sont pas bien connues, parce que les études sur les filles et les gar­çons pubères et ado­les­cents ont été enta­mées il n’y a pas si longtemps.

Selon toute pro­ba­bi­li­té, dans quelques années, il y aura (en fait, cela a déjà com­men­cé) une vague de pour­suites judi­ciaires contre les pro­fes­sion­nels qui auront conseillé, auto­ri­sé ou effec­tué ces traitements.

Conscients de ces dan­gers, d’autres pays autour de nous restreignent l’ac­cès des mineurs à ces trai­te­ments (Fin­lande, Suède) et auto­risent l’in­ves­ti­ga­tion de mil­liers de cas de mineurs « trans » afin de déter­mi­ner une éven­tuelle res­pon­sa­bi­li­té médi­cale (Royaume-Uni).

Parce qu’il nuit aux femmes et vide de son contenu la catégorie juridique du « sexe »

Le pro­jet de loi ne concerne pas seule­ment les per­sonnes trans­genres, mais l’en­semble de la popu­la­tion. S’il est adop­té, n’im­porte qui pour­ra s’a­dres­ser à l’é­tat civil et chan­ger son sexe légal, sans aucune condi­tion (art. 38).

Ain­si, il trans­forme la caté­go­rie juri­dique « sexe » en une chose que l’on peut choi­sir, arbi­traire, vide, qui ne signi­fie rien. Il intro­duit une nou­velle caté­go­rie qui pri­me­ra sur le sexe : « l’i­den­ti­té sexuelle », défi­nie comme « l’ex­pé­rience interne et indi­vi­duelle du sexe telle que chaque per­sonne la res­sent et la défi­nit, qui peut cor­res­pondre ou non au sexe assi­gné à la nais­sance » (art. 3 h). Tout l’é­di­fice juri­dique est ain­si construit sur un concept sub­jec­tif, non scien­ti­fique, indé­fi­nis­sable et indémontrable.

Parce qu’il menace les espaces protégés et les droits spécifiques des femmes, ainsi que les politiques d’égalité des sexes

En per­met­tant à tout homme, sans aucune condi­tion, d’être léga­le­ment consi­dé­ré comme une femme, le pro­jet de loi met en péril les espaces pro­té­gés et les droits (tels que les quo­tas de pari­té) conquis par les femmes. Il ouvre la porte à la pré­sence d’hommes, y com­pris de délin­quants sexuels, dans les toi­lettes, les ves­tiaires, les équipes spor­tives, les refuges, les pri­sons, etc. jus­qu’i­ci réser­vés aux femmes, comme cela se pro­duit déjà dans d’autres pays.

Il n’est pas pos­sible d’af­fir­mer qu’il « y a très peu de cas » et que « seuls ceux qui ont besoin de la loi l’u­ti­li­se­ront », puisque nous ne savons pas com­bien de « per­sonnes trans » il existe (il s’a­git d’un concept trop impré­cis), et que nous ne pou­vons pas non plus pré­voir com­bien de per­sonnes uti­li­se­ront la loi ni à quelles fins (le chan­ge­ment de sexe légal sera un droit pour qui­conque, sans moti­va­tion ni exi­gence, ce qui ren­dra impos­sible la dis­tinc­tion entre les « vrais trans » et les « frau­deurs »). De plus, un petit nombre d’in­di­vi­dus suf­fit à alté­rer les prin­cipes de jus­tice, de fair-play, de sécu­ri­té, etc., qui concernent toutes les femmes, ain­si que le concept même de « femme ».

Parce qu’il rend les politiques d’égalité impossibles

Les poli­tiques d’é­ga­li­té des sexes n’auront plus de sens si la caté­go­rie « femme » devient indé­pen­dante du sexe bio­lo­gique et est redé­fi­nie de manière à pou­voir inclure les hommes.

Si cette loi devait être adop­tée, il devien­drait impos­sible de rendre visible, de mesu­rer et d’a­na­ly­ser l’i­né­ga­li­té entre les hommes et les femmes. Par exemple, si les vio­leurs mas­cu­lins s’i­den­ti­fient comme des femmes, que ce soit avant ou après le crime, et qu’ils sont comp­ta­bi­li­sés comme tels dans les sta­tis­tiques, ces der­nières ne décri­ront plus cor­rec­te­ment la réa­li­té, ce qui ren­dra dif­fi­cile toute action. Autre exemple : com­ment com­prendre l’é­cart de rému­né­ra­tion s’il n’existe même pas de mot pour défi­nir la caté­go­rie des per­sonnes capables de ges­ta­tion, d’ac­cou­che­ment et d’allaitement ?

Parce que la « loi trans » est une « loi bâillon »

Le pro­jet de loi (articles 72 à 77) impose des sanc­tions sévères (amendes pou­vant aller jus­qu’à 150 000 euros, fer­me­ture d’é­ta­blis­se­ments, dis­qua­li­fi­ca­tion, perte de sub­ven­tions…), de nature admi­nis­tra­tive (sans les garan­ties d’une pro­cé­dure judi­ciaire) à des com­por­te­ments défi­nis d’une manière extrê­me­ment vague, tels que « le refus d’as­sis­ter ou d’ai­der ceux qui ont subi tout type de dis­cri­mi­na­tion pour des rai­sons d’o­rien­ta­tion et d’i­den­ti­té sexuelles, d’ex­pres­sion de genre ou de carac­té­ris­tiques sexuelles » (art. 75, c) ou aux « méthodes, pro­grammes ou thé­ra­pies d’a­ver­sion, de conver­sion ou de contre-condi­tion­ne­ment » sus­men­tion­nés (art. 75, d).

II. Pourquoi nous nous opposons à l’idéologie transgenre

Si la théo­rie queer est variée et com­plexe, la ver­sion qui par­vient à la socié­té, que nous appel­le­rons « idéo­lo­gie trans­genre », s’avère sché­ma­tique et simpliste.

C’est cette idéo­lo­gie que nous vou­lons cri­ti­quer, parce qu’elle est en train d’être accep­tée par l’o­pi­nion publique et d’ac­qué­rir une force nor­ma­tive.

Parce qu’il s’agit d’un mélange intéressé de concepts très différents : L, G, B, T, Q, I…

En créant l’a­cro­nyme « LGTBQI », le transactivisme :

a/ confond de manière inté­res­sée des concepts très dif­fé­rents : l’o­rien­ta­tion sexuelle (les­biennes, gays et bisexuels), l’au­to-iden­ti­fi­ca­tion du genre (« per­sonnes trans ») et, au sein de celle-ci, des condi­tions très dif­fé­rentes (simple chan­ge­ment de nom, tra­ves­tis­se­ment, opé­ra­tions chi­rur­gi­cales…), et encore l’a­no­ma­lie géné­tique (inter­sexua­li­té).

b/ amal­game abu­si­ve­ment sa propre cause avec la cause très dif­fé­rente (mais beau­coup plus popu­laire) de la non-dis­cri­mi­na­tion des homo­sexuels et des bisexuels.

c/ s’ap­pro­prie les luttes fémi­nistes afin de les déna­tu­rer et de les neutraliser.

Parce qu’elle célèbre le « genre », que le féminisme combat

Le fémi­nisme uti­lise le concept de « genre » pour ana­ly­ser les rela­tions de pou­voir entre les hommes et les femmes et pour faire réfé­rence à une struc­ture sociale qui subor­donne les femmes et à l’en­semble des rôles et sté­réo­types sexistes qui per­mettent d’ancrer et jus­ti­fier cette subor­di­na­tion. Pour le fémi­nisme, le « genre » est quelque chose de néga­tif, qui doit être com­bat­tu afin d’at­teindre l’égalité.

Le trans­gen­risme donne au terme « genre » un sens posi­tif et com­plè­te­ment dif­fé­rent : une « iden­ti­té » indi­vi­duelle, pure­ment sub­jec­tive, qui n’est ni remise en ques­tion ni com­bat­tue, mais célé­brée, à la seule condi­tion qu’elle puisse être choi­sie indé­pen­dam­ment du sexe bio­lo­gique. Ain­si, le trans­gen­risme attaque la ligne de flot­tai­son de la lutte féministe.

Parce qu’elle sacralise les stéréotypes de genre et est homophobe

Le trans­gen­risme nie la défi­ni­tion bio­lo­gique des sexes, affir­mant qu’être une femme ou un homme consti­tue une mys­té­rieuse « iden­ti­té » innée. « Une femme est une per­sonne qui se sent femme. » Mais il s’a­git d’une défi­ni­tion cir­cu­laire, vide (si nous ne pou­vons pas défi­nir le terme « femme », que res­sent celui qui pré­tend se sen­tir comme une femme ?).

En pra­tique, le trans­gen­risme ren­force les vieux sté­réo­types sexistes : si une fille aime le foot­ball, pré­fère por­ter des pan­ta­lons, est com­pé­ti­tive… elle est en fait un gar­çon, et si un gar­çon est gen­til, aime les pou­pées et se dégui­ser en fée, il est une fille.

L’i­déo­lo­gie trans­genre encou­rage des mineurs dont le com­por­te­ment n’est pas conforme aux rôles de genre, qui sont par­fois homo­sexuels, à s’i­den­ti­fier comme des per­sonnes de l’autre sexe (deve­nant donc hété­ro­sexuelles). Il four­nit ain­si une « expli­ca­tion » et une « solu­tion » (homo­phobe) à l’homosexualité.

Parce qu’elle anéantit le sujet politique « femmes »

Le fait d’être une femme ou un homme implique cer­taines expé­riences cor­po­relles, dif­fé­rentes pour cha­cun des sexes, que nous éla­bo­rons sub­jec­ti­ve­ment selon des moda­li­tés dic­tées par la socié­té et la culture.

En même temps, le sexe bio­lo­gique (de même que la race ou la classe sociale, mais plus clai­re­ment et inva­ria­ble­ment dans le cas du sexe) assigne chaque indi­vi­du à une cer­taine place dans une struc­ture sociale. Le fait d’être une femme entraîne des consé­quences qui vont, selon les pays et les époques, de la non-nais­sance (avor­te­ment sélec­tif) aux muti­la­tions géni­tales, en pas­sant par la vente de l’en­fant à un homme plus âgé pour être mariée, la traite des êtres humains à des fins de pros­ti­tu­tion, l’o­bli­ga­tion de mener à terme une gros­sesse non dési­rée, le fait de gagner moins qu’un homme pour le même tra­vail, l’o­bli­ga­tion d’ef­fec­tuer gra­tui­te­ment des tra­vaux domes­tiques et de soins.

Si « femme » devient le nom d’un groupe dépour­vue de défi­ni­tion objec­tive (ne pou­vant être déli­mi­té en termes bio­lo­giques puisqu’il s’a­gi­rait d’une défi­ni­tion « excluante »), pou­vant inclure des hommes sans autre condi­tion que leur volon­té, qui fina­le­ment ne signi­fie plus rien voire dis­pa­raît (rem­pla­cé par des euphé­mismes tels que « per­sonne enceinte », « mens­truée », « por­teuse d’u­té­rus », etc.), com­ment pou­vons-nous uni­fier concep­tuel­le­ment les dif­fé­rentes formes de dis­cri­mi­na­tion que subissent les femmes ? Com­ment per­ce­voir la conti­nui­té his­to­rique et géo­gra­phique de ces expé­riences, leur déno­mi­na­teur com­mun ? Com­ment pou­vons-nous être un sujet politique ?

Parce qu’elle favorise le progrès d’un « transhumanisme » qui transforme le corps des femmes en marchandise

En niant la bio­lo­gie, en affir­mant que la per­cep­tion sub­jec­tive prime sur la réa­li­té maté­rielle, qu’elle est capable de trans­for­mer à l’infini, le trans­gen­risme consti­tue une avan­cée sur la route du trans­hu­ma­nisme. Nous nous diri­geons ain­si vers une socié­té dans laquelle les per­sonnes pri­vi­lé­giées, celles qui ont accès aux res­sources éco­no­miques, médi­cales, cultu­relles, etc., pour­ront — ou ten­te­ront — de réa­li­ser leurs dési­rs cor­po­rels en uti­li­sant le corps des per­sonnes pauvres, en par­ti­cu­lier des femmes, comme entre­pôt de pièces déta­chées (par le biais de la « mater­ni­té de sub­sti­tu­tion », par exemple).

Parce qu’elle abandonne l’égalité au nom de la « diversité »

Le fémi­nisme avait adop­té l’i­dée de diver­si­té dans un sens d’« inter­sec­tion­na­li­té », c’est-à-dire en met­tant l’ac­cent sur l’in­clu­sion et la défense des femmes qui subissent de mul­tiples oppres­sions ou dis­cri­mi­na­tions, dans le cadre du prin­cipe d’é­ga­li­té. Le trans­gen­risme oublie l’é­ga­li­té au pro­fit d’une « diver­si­té » qui, en pra­tique, signifie :

a/ L’amalgame de pro­blèmes très dif­fé­rents, qui néces­si­te­raient des recherches et des mesures spé­ci­fiques : les Roms, les per­sonnes han­di­ca­pées, les migrants ou les les­biennes n’ont pas les mêmes problèmes.

b/ le court-cir­cui­tage des exi­gences d’égalité de la moi­tié de la popu­la­tion, les femmes (dont l’objectif poli­tique est conflic­tuel et implique un coût éco­no­mique), en pro­po­sant à la place la défense des « iden­ti­tés diverses », sou­vent sans aucun esprit cri­tique (sans remettre en ques­tion les idées patriar­cales et la hié­rar­chie sexuelle), pure­ment cos­mé­tiques et ren­for­çant les stéréotypes.

Parce qu’elle oublie le matériel et le collectif au nom du subjectif et de l’individuel

En embras­sant l’i­déo­lo­gie trans­genre, une grande par­tie de la gauche relègue aux oubliettes les condi­tions maté­rielles et col­lec­tives de l’exis­tence, et affirme que ce qui compte, ce qui existe vrai­ment, ce sont les per­cep­tions sub­jec­tives et indi­vi­duelles de soi. Au lieu de tra­vailler à l’a­mé­lio­ra­tion des condi­tions de vie des femmes au niveau col­lec­tif, l’idéologie trans­genre leur offre la solu­tion illu­soire consis­tant à pou­voir choi­sir d’être des hommes. La lutte devient indi­vi­duelle et indi­vi­dua­liste, par oppo­si­tion aux luttes col­lec­tives ayant fait pro­gres­ser les droits sociaux et l’égalitarisme depuis des décennies.

Dans le même ordre d’i­dées, cette gauche défend les dési­rs au lieu des droits, en oubliant que les dési­rs en ques­tion sont exer­cés par un groupe pri­vi­lé­gié au détri­ment d’un autre plus mal loti : le désir du putas­sier au détri­ment des droits de la femme pros­ti­tuée, celui des « parents inten­tion­nels » au détri­ment des droits de la femme qui va por­ter l’enfant et lui don­ner nais­sance, et celui de ceux qui se lancent dans un « chan­ge­ment de sexe » au détri­ment de la lutte pour les droits des femmes.

Print Friendly, PDF & Email
Total
76
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

L’Afrique et le business de la misère

Les années passent, les rapports d’ONG se suivent, les drames s’enchaînent, l’Afrique est toujours pillée. Asservie par les multinationales des pays riches et par leurs institutions financières, ses peuplades et ses cultures ont été massacrées et bouleversées par la colonisation, que l’on appelle désormais « mondialisation ». La situation du Congo illustre bien celle de l’Afrique en général. [...]