L’écologie radicale financée par des milliardaires ? (par Nicolas Casaux)

Dans une tri­bune publiée sur le site du Guar­dian le 22 octobre der­nier, la mil­liar­daire Aileen Get­ty, héri­tière d’une par­tie de la for­tune pétro­lière de la famille Get­ty, défend son choix de finan­cer, au tra­vers du Cli­mate Emer­gen­cy Fund (« Fonds d’urgence cli­ma­tique »), et entre autres groupes, les « acti­vistes cli­ma­tiques » de Just Stop Oil. Ceux qui, récem­ment, se sont col­lés à des tableaux célèbres et/ou les ont asper­gés de soupe (enfin, ont asper­gé de soupe la vitre qui les protège).

Elle écrit notam­ment : « Je pense que la crise cli­ma­tique a pro­gres­sé au point que nous devons prendre des mesures per­tur­ba­trices pour ten­ter de chan­ger de cap sur une pla­nète qui devient de plus en plus invi­vable. Mon sou­tien à l’ac­ti­visme cli­ma­tique est une décla­ra­tion de valeurs selon laquelle l’ac­ti­visme per­tur­ba­teur est la voie la plus rapide vers un chan­ge­ment trans­for­ma­teur, et que nous n’a­vons plus de temps pour autre chose qu’une action cli­ma­tique rapide et complète. »

Et, plus loin, elle ajoute : « Nous devons navi­guer à tra­vers le désordre pour arri­ver à la vraie conver­sa­tion : nous avons besoin d’une tran­si­tion éner­gé­tique aus­si rapi­de­ment que pos­sible. Les gou­ver­ne­ments et les entre­prises doivent mettre fin à l’ex­pan­sion des infra­struc­tures de com­bus­tibles fos­siles et déve­lop­per les éner­gies propres. Nous pou­vons avoir une éco­no­mie ali­men­tée par les com­bus­tibles fos­siles, ou nous pou­vons avoir une vie pros­père sur la pla­nète Terre. Nous ne pou­vons pas avoir les deux. »

« Déve­lop­per les éner­gies propres ». Aus­si impor­tant qu’il soit, effec­ti­ve­ment, de mettre fin à l’exploitation des com­bus­tibles fos­siles, si ces groupes de mili­tants « éco­lo­gistes » sont finan­cés, c’est parce qu’ils ne remettent pas en ques­tion les fon­de­ments du capi­ta­lisme, les fon­de­ments de la catas­trophe sociale et éco­lo­gique en cours.

L’é­co­lo­gie radi­cale selon Libé­ra­tion. Cli­quez sur l’i­mage pour lire l’article.

Les groupes qui vou­draient s’opposer à la fois aux indus­tries des com­bus­tibles fos­siles ET aux indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite verte, propre, renou­ve­lable ou décar­bo­née, ain­si qu’aux mines (de lithium et autres) qui vont avec, ne pour­raient sans doute pas être finan­cés par les milliardaires.

Cli­quez sur l’i­mage pour lire l’ar­ticle du Monde.

L’organisation 350.org, pour prendre un autre exemple, a aus­si été fon­dée et est finan­cée (entre autres) par l’argent d’une autre famille de mil­liar­daires : les Rocke­fel­ler. Chez 350 aus­si, le mot d’ordre, c’est, en gros, à bas les fos­siles et vive les renou­ve­lables. Les Rocke­fel­ler inves­tissent dans les renou­ve­lables. Ce que les mil­liar­daires financent, au tra­vers de ces groupes, c’est au mieux une manière de pré­ci­pi­ter une sorte de muta­tion (« tran­si­tion ») du capi­ta­lisme indus­triel basé sur les éner­gies fos­siles vers un capi­ta­lisme indus­triel basé sur les cen­trales hydro­élec­triques, les cen­trales éoliennes, pho­to­vol­taïques, etc., et le nucléaire.

Aileen Get­ty a aus­si tout inté­rêt à ce que les gouvernements/les États financent cette muta­tion, étant don­né qu’elle inves­tit par ailleurs, et entre autres, dans la com­pa­gnie Was­te­Fuel, qui « met en œuvre des tech­no­lo­gies éprou­vées pour faire face à l’urgence cli­ma­tique et révo­lu­tion­ner la mobi­li­té », par exemple en trans­for­mant « les déchets muni­ci­paux et agri­coles en car­bu­rants à faible émis­sion de car­bone, en gaz natu­rel renou­ve­lable, et en métha­nol vert ».

Il est très impor­tant de mettre un terme à l’exploitation des éner­gies fos­siles, de faire fer­mer les indus­tries fos­siles, mais il est tout aus­si impor­tant de ne pas les rem­pla­cer par des indus­tries de pro­duc­tion d’énergie impli­quant d’autres formes de des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales, per­met­tant à la méga­ma­chine pla­né­taire que consti­tue la civi­li­sa­tion indus­trielle de conti­nuer ses ravages en lui four­nis­sant l’énergie dont elle a besoin.

***

Dans un article publié ce jour, inti­tu­lé « Mine de lithium en France ? Un casse-tête envi­ron­ne­men­tal », le jour­na­liste de Repor­terre évite de prendre posi­tion pour ou contre la mine et cite Michel Jar­ry, Pré­sident de France Nature Envi­ron­ne­ment (FNE) dans la région Auvergne Rhône-Alpes : « “Une mine propre, ça n’a jamais exis­té et ça n’existera jamais, dit-il à Repor­terre. Les risques de pol­lu­tion des eaux, des sols et de l’air sont réels et ce serait un beau men­songe que de dire le contraire.”

Pour autant, l’écologiste refuse pour l’heure de s’y oppo­ser fron­ta­le­ment : “Peut-on refu­ser un tel pro­jet, tout en pro­fi­tant des SUV élec­triques flam­bants neufs, pen­dant que des dizaines d’ouvriers meurent pour les construire à l’autre bout du monde ? Cette posi­tion serait insup­por­table à assumer.” »

On se pince pour y croire. Plu­tôt que de s’opposer aux dégra­da­tions éco­lo­giques qu’implique néces­sai­re­ment cette mine et à l’industrie de la voi­ture élec­trique dans sa tota­li­té (et au reste de la socié­té indus­trielle), nous devrions accep­ter la mine au motif que mieux vaut détruire la nature et exploi­ter des êtres humains ici plu­tôt que de détruire la nature ailleurs et d’exploiter des êtres humains ailleurs ?

Guillaume Pitron approuve : « Creu­ser une mine pour fabri­quer des bat­te­ries de 700 kg ali­men­tant d’énormes Audi, c’est aber­rant. En revanche, si c’est pour ali­men­ter de petites voi­tures par­ta­gées au sein d’un vil­lage… Alors, oui ! »

Aujourd’hui, l’écologisme de FNE, de 350 .org, de Just Stop Oil, etc., s’accorde donc avec l’ambition des mil­liar­daires capi­ta­listes (Get­ty, Rocke­fel­ler, etc.) consis­tant à tran­si­tion­ner en direc­tion d’un capi­ta­lisme indus­triel basé sur des tech­no­lo­gies et éner­gies dites vertes ou propres ou décar­bo­nées (mais n’étant, en réa­li­té, ni vertes, ni propres ni décarbonées).

Comme le rap­porte Média­part, « plus de 90 % des parcs éoliens ins­tal­lés en France ne res­pectent pas leur obli­ga­tion envers les espèces pro­té­gées ». La France compte désor­mais « plus de 500 000 ins­tal­la­tions pho­to­vol­taïques […] rac­cor­dées au réseau de dis­tri­bu­tion d’électricité géré par Ene­dis sur 95% du ter­ri­toire ». La construc­tion de ces pan­neaux solaires et éoliennes implique des dégra­da­tions éco­lo­giques. L’installation de ces cen­trales solaires et éoliennes implique des dégra­da­tions éco­lo­giques. L’énergie qu’elles pro­duisent génère des dégra­da­tions éco­lo­giques. Il n’y a rien de sou­te­nable ou d’écologique dans tout ça. Mais les asso­cia­tions éco­lo­gistes, pour l’essentiel, laissent faire.

Les mil­liar­daires et les États ne financent pas les orga­ni­sa­tions qui dési­rent sérieu­se­ment mettre un terme à la des­truc­tion du monde.

Nico­las Casaux


Sur le même sujet :

Der­nière Réno­va­tion, Alter­na­ti­ba, Extinc­tion Rebel­lion, etc. : la pseu­do-éco­lo­gie au ser­vice du capi­ta­lisme indus­triel (par Nico­las Casaux)

Print Friendly, PDF & Email
Total
13
Shares
23 comments
  1. Hors sujet, mais j’en pro­fite : Le Monde, ce « jour­nal », finan­cé par les mil­liar­daires. La Bill & Melin­da Gates foun­da­tion leur a ver­sé, par­ti­cu­liè­re­ment beau­coup d’argent (2,2 mil­lions) ‑mais en verse chaque année- en 2019, juste avant la « pan­dé­mie de covid-19 »… pour qu’ils nous informent en toute trans­pa­rence sur la san­té, les vac­cins etc…
    Je ne retrouve plus le lien mais on le voyais sur la page de la fondation.

  2. Pour para­phra­ser un Char­bon­neau : parce que cela doit être fait et pas autrement.
    Dans l’ar­ticle de Repo­terre, je note ceci, extrait d’un essai de Pitron, qui fait quand même nuance :
    « Nous pren­drions immé­dia­te­ment conscience, effa­rés, de ce qu’il en coûte réel­le­ment de nous pro­cla­mer modernes, connec­tés et écolos »

    Alors oui, c’est très cer­tai­ne­ment un pro­cé­dé com­plè­te­ment cynique, dégueu­lasse et tout, mais si ça pou­vait enter­rer défi­ni­ti­ve­ment toute fibre pseu­do-éco­lo­giste ou éco-sau­veur de paco­tille qui anime pas mal de monde dans nos vertes contrées potem­kine, ça sera peut-être un bon début pour pas­ser aux choses véri­ta­ble­ment sérieuses. 

    Ime­rys ? Avec ce qu’ils font du talc aux USA, lais­sez-moi rire jaune avec du lithium ici ! Les scan­dales vont plu­voir si les « lob­byés » ne se baissent pas leur froc rapidement.

    1. Déjà, l’é­co­lo­gie radi­cale, c’est quoi ? Ça ne devrait pas dési­gner les mili­tants de Just For Oil et les autres décar­bo-tran­si­tion­nistes. Ensuite, oui, par les pauvres, ou en tout cas, il est aus­si impor­tant qu’­élé­men­taire de com­prendre l’in­fluence de l’argent, le fonc­tion­ne­ment du jeu du phi­lan­thro­ca­pi­ta­lisme, etc., tu ne penses pas J‑P ?

  3. Ok, c’est sûr que le capi­tal ne va pas se sui­ci­der ; c’est le pro­blème logique de fond de la baisse ten­dan­cielle du taux de pro­fit chez Marx : un peu naïf pour le coup, vu les gains bour­siers colos­saux sur 10 ans par ex. ; mais tout dépend de quel angle on consi­dère le pro­blème en fait : en valeur ? En valeur actua­li­sée (sur quelle période ?) ? En termes de pro­fits sous forme richesse créée moins richesse détruite ? Le finan­ce­ment de la ‘décar­bo­ni­sa­tion’ de l’é­co­no­mie est une forme de ratio­na­li­té (de ratio­na­li­té du capi­tal donc, qui anti­cipe une perte de richesse réelle, et qui actua­lise — donc- la valeur réelle du capi­tal), en ce sens que si l’in­gé­nie­rie cli­ma­tique ne fonc­tionne pas (ou pas assez bien) et/ou la fusion idem, alors il ne reste stric­te­ment rien… et le Tita­nic a une telle force d’i­ner­tie qu’on va se bouf­fer l’i­ce­berg un des ces jours et ça va (pro­ba­ble­ment) impac­ter tout le sys­tème, compte tenu des inter-dépen­dances (ici, il y a toute la lit­té­ra­ture effon­driste depuis Mea­dows : je n’y connais stric­te­ment rien et ça me laisse dubi­ta­tif depuis le début, quand Sal­lan­tin m’a mis le livre de Ser­vigne et Ste­vens, qu’il lisait comme la bible, sous le nez à Nuit debout en 2016 — ma réac­tion ini­tiale d’é­co­no­miste : Thier­ry, mais c’est quoi ces conne­ries ? Depuis, je suis un peu plus cir­cons­pect). Com­ment ça va impac­ter, ça j’en sais rien… Mais c’est les pauvres — ou cer­tains pauvres — qui vont trin­quer les pre­miers et le plus. Dans la pers­pec­tive de Nord­haus-Simon, le sys­tème est très adap­ta­tif (‘flexible’) et très créa­tif (‘inno­vant’) et le ‘phi­lan­thro­ca­pi­ta­lisme’ est une forme de créa­ti­vi­té d’un sys­tème qui cherche à per­du­rer dans son être. Et c’est aus­si le fond de com­merce du décrois­san­tisme à la mode ‘less is more’, qui est déjà en germe chez les Mea­dows (cf. un bon article de chez Car­free sur ça : à retrou­ver ; si ça branche, je vais le recher­cher). La syn­thèse c’est ‘cha­cun chez soi’, la ‘life­boat ethic’ de Har­din et Mishan (ou l’é­co­fas­cisme à la mode de Benoist). Per­so, je tra­vaille stric­te­ment contre ça, mais cha­cun son truc. Finan­cer… Oui, et par les pauvres… ? Là, il y a un os évident : ça ne fonc­tionne pas — logi­que­ment — et pour des tas de rai­sons (comme le pro­blème clas­sique du ‘pas­sa­ger clan­des­tin’ de Olson). Finan­cer quoi ? Reste la vio­lence. Ou le socia­lisme à la mode cubaine. Je ne sais trop. Voi­là l’oc­ca­sion de relan­cer le débat donc. Bon, sur le fond, je suis d’ac­cord avec toi (sinon je vais pas venir lire sur ce site un peu louche) : le sys­tème est nul de fond en comble.

  4. Décon­seillé aux cli­ma­to angoissés (!) : 

    https://climateandcapitalism.com/2022/11/06/the-hottest-eight-years-on-record/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=the-hottest-eight-years-on-record

    Mais si vous êtes cli­ma­to angois­sé, et donc malade, vous pou­vez aus­si aller là : 

    https://www.climato-realistes.fr

    Ahhhhh, relax ! Et ça va pas mieux là, non ?
    A lire tous les jours.
    Vive la méthode Coué ! (il y a un bon livre d’un bon his­to­rien sur ça ; cf. Her­vé Guille­main, 2010 ; un spé­cia­liste de l’his­toire de la folie qui bra­conne sur le ter­rain de Foucault).

    1. Plus rien à foutre du cli­mat, c’est plié et on va se bouf­fer de la géoin­gé qui va rien sauver. 

      Pour se faire peur, il y a des P.Beckwith, feu F.Fenner, G.McPherson et tout une pano­plie de tra­vailleurs de la science qui œuvrent au réa­lisme de la situa­tion aus­si. Pour eux, ren­dez-vous dans 3 ans — ou pas.
      Sinon pour se faire plai­sir il y a aus­si le site du têtard mouillé qui se payait pas mal la tête des glan­dus pseudo-sceptiques.
      Visi­ble­ment, ça s’ac­cé­lère — ha bon ?, enfin ça fait quelques années que ça se dis­cu­tait déjà mais là c’est du gros lourd qui le dit sur un ton gra­vis­sime, alors ça doit être sérieux… on pour­ra en avoir encore pour 50 ans, comme avec ce fou­tu rap­port de 1972 mis dans tous les plats de sai­son. Non ?

        1. Oui, une per­sonne ordi­naire certes, mais une de celles qui veulent faire tour­ner leur cer­veau au mieux qu’il est pos­sible de le faire. Sans mili­tan­tisme affi­ché, la fraî­cheur de son réa­lisme envers les cli­ma­to-néga­tio­nistes est appréciable.
          https://sogeco31.blogspot.com/

  5. Il y a une peut-être un paral­lèle ou un lien à faire entre A. Get­ty et L. Fink : 

    https://bourse.lefigaro.fr/actu-conseils/larry-fink-le-patron-de-blackrock-plaide-pour-un-capitalisme-plus-responsable-20220119

    Fink est ration­nel (« res­pon­sable »!) mais il est confron­té à des ‘sha­re­hol­ders’, qui sont aus­si des ‘sta­ke­hol­ders’ et des ‘steak eaters’, des ‘flesh eaters’ (pas le groupe punk!), des éter­nels ‘blood suckers’… il ne peut pas leur faire entendre rai­son et à trop insis­ter, il risque sa place. 

    Get­ty finance des mous­tiques ou des mou­che­rons : l’ef­fet réel est nul mais ça amuse la gale­rie, c’est divertissant.
    Il n’y a que Fink qui puisse réel­le­ment agir, mais sa marge de manoeuvre est qua­si nulle : la rai­son d’être du capi­tal est la valeur ajou­tée aux avances et ces ‘sha­re­hol­ders’ se dirigent tous tran­quille­ment vers la falaise, juste parce qu’il faut en avoir tou­jours plus (et ici, il n’est plus ques­tion de baisse « ten­dan­cielle » mais de franche ten­dance à la baisse, nuance). C’est ce que Dufour (après Pla­ton) appelle la ‘Pléo­nexie’ : ad majo­rem pecu­niam gloria !
    Mer­ci de cor­ri­ger mon latin si besoin.

    1. Pas que de géné­ra­tion et pas que le CO₂, c’est aus­si cultu­rel et tant qu’on aura autant de nos pairs aus­si hors-sol qu’au­jourd’­hui pour qui « plan­ter » se rap­proche plus d’un ordi­na­teur que d’un végé­tal, rien ne va changer.
      Pour la même année, un rap­pel de ce site d’ul­tra-gauche avec les sal­mi­gon­dis d’é­co­los ça-va-5mn-et-qui-com­men­cent‑à bien-faire
      https://reporterre.net/Climat-il-n-y-a-pas-que-le-CO2-Il-faut-aussi-penser-a-l-eau

      Rien à attendre, à part 50 autres années et plus assez d’eau pour pleurer.

      1. Site anar, à l’o­ri­gine au mini­mum. Para­doxa­le­ment, j’ai vu pas­ser là un jour un article fai­sant l’a­po­lo­gie de… la Chine, ce beau pays ‘éga­li­ta­riste’ qui, selon eux, sort tout le monde de la pau­vre­té (mais avec un bilan car­bone qua­si imbat­table, cher­chez l’er­reur). Là j’ai tiqué. Beau problème.

        1. On leur doit pro­ba­ble­ment les pates, ce n’est pas rien. Sinon des conne­ries attri­buées à un méga­lo-taré du XIXe siècle. Pour la pau­vre­té et l’é­ga­li­ta­risme, tout le monde y met du sien, cha­cun sa méthode. Incon­tes­table une fois à terre, au para­dis de Xi.
          Et puis, on ne va pas non plus se repro­cher d’u­ti­li­ser les outils du grand satan sur un site qui fait mal­gré tout la part belle au réseaux sociaux éco­cides à sou­hait (car le code est la loi, d’a­près L.Lessig, et le piège se referme). On aurait l’air de quoi face à tous ces sol­dats « vain­queurs » du saint néolibéralisme ?
          La grande liber­té du tout et n’im­porte quoi ain­si que sa jus­ti­fi­ca­tion envers nos maîtres et leurs prêtres devrait logi­que­ment nous conduire à trou­ver le moyen le plus effi­cace pour notre sui­cide col­lec­tif, on ne va pas s’ar­rê­ter à ce genre de détails. Si ?
          Bon, pour le CO₂ façon COPxxl, c’est juste une grande his­toire de diver­sion au sens Debord du terme qui se ré-pète, les océans vidés (reste à racler le fond, jus­qu’au tro­gnon de cette pla­nète) en ont plein à redé­gueu­ler quand ça va conti­nuer à se réchauf­fer et que les aéro­sols com­men­ce­ront à se dis­si­per (« bright­ning », déjà obser­vé en Europe et en par­tie de res­pon­sable de réchauf­fe­ment accru en arc­tique) après la grande pro­messe de la tran­si­tion éner­gé­tique. Même les riches ont envie de se bar­rer avant l’heure, loin, jus­qu’à mars, c’est dire qu’on est dans une merde noire ici bas.
          Z’êtes tous prêt ? (ce qui n’empêche pas de se faire quelque têtes avant pour le plaisir)

  6. @Joffrin
    « On peut faire plus con ? Vous pen­sez ? Eux ne pensent pas. Et ils sont presque 1,5 millard… »
    ‘Eux ne pensent pas’

    Tout est écrit. 🙂
    À moins qu’il ne s’a­gisse du 2e cer­veau, ça faci­lite gran­de­ment la tâche pour diri­ger une masse informe de viande humaine.

      1. Magni­fique !
        Toutes les hypo­thèses sont per­mises dans ce conden­sat homme-machine-virus. Lais­sons ces lurons se télécharger/téléverser dans les smart­phones, le par­ti s’é­tant déjà télé­char­gé dans leur cer­veau prin­ci­pal depuis belle lurette (salut Got­lib ! 🙂 )… c’est peut-être ça aus­si, le véri­table « grand rem­pla­ce­ment » des conspi.
        Ici bas, en occi­dent, c’est con, on va man­quer de jus avant la fin du télé­ver­se­ment, on risque le méta­vers bar­dé d’a­va­tar pas finis. Peu dif­fé­rent de la réa­li­té me rétorquera-t-on.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Résistance et activisme : comprendre la dépression grâce à l’écopsychologie (par Will Falk)

Je suis un activiste écologiste. Je souffre de dépression. Être un activiste tout en souffrant de dépression me place directement face à un dilemme sans issue : la destruction du monde naturel engendre un stress qui exacerbe la dépression. Mettre un terme à la destruction du monde naturel soulagerait le stress que je ressens, et, dès lors, apaiserait cette dépression. Cependant, agir pour mettre fin à la destruction du monde naturel m’expose à une grande quantité de stress, ce qui alimente à nouveau ma dépression. [...]
Lire

Un optimisme pathologique : comment l’espoir colporté par les médias perpétue la catastrophe

En cette période de début d'une nouvelle année, bilans et perspectives futures sont publiés à tort et à travers par les médias de masse. Dans le monde entier, c'est la saison des rassurances. Avant d'en analyser quelques exemples (une vidéo éditée par Slate France et un article du quotidien Libération), il est bon de replacer la discussion dans son contexte. [...]
Lire

Les illusions vertes ou L’art de se poser les mauvaises questions (par Ozzie Zehner)

Il y a cette impression de choix entre combustibles fossiles et technologies énergétiques propres comme les panneaux solaires et les éoliennes. Ce choix est une illusion. Les technologies alternatives reposent sur les combustibles fossiles à tous leurs stades de production. Les technologies alternatives dépendent des combustibles fossiles lors des opérations d'extractions, dans les usines de fabrications, pour l'installation, la maintenance, et le démantèlement. En plus, à cause de l'irrégularité de production du solaire et de l'éolien, ces technologies requièrent des centrales à combustibles fossiles opérationnelles en parallèle en permanence. Et, plus significatif encore, le financement des énergies alternatives dépend du type de croissance soutenu par les combustibles fossiles.