Quelques remarques sur « L’affaire du siècle » (par Kevin Amara et Nicolas Casaux)

En cette fin d’année 2018, une coa­li­tion de quatre ONG — Green­peace, Oxfam, la Fon­da­tion pour la Nature et l’Homme (FNH) et Notre affaire à tous — s’est for­mée pour pour­suivre l’État fran­çais en jus­tice[1], afin de le contraindre à res­pec­ter la limite de 1,5° C de réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Pour le lan­ce­ment de cette pro­cé­dure, elles ont orga­ni­sé une cam­pagne média­tique d’envergure, notam­ment sur les réseaux sociaux, où un clip vidéo tour­né pour l’occasion est rapi­de­ment deve­nu viral. Clip vidéo dans lequel nos plus célèbres éco­los, you­tu­beurs, et quelques célé­bri­tés ayant accep­té de se prê­ter au jeu — pro­fi­tant ain­si d’une belle occa­sion de ver­dir leur image — expliquent le com­ment et le pour­quoi de ce pro­cès, et tentent de recueillir un maxi­mum de signatures.

Nous voyons deux rai­sons pour les­quelles ce pro­jet pour­rait ser­vir à quelque chose. La pre­mière, assez dis­cu­table, c’est qu’il per­met de par­ler des pro­blèmes éco­lo­giques actuels, et donc, d’une cer­taine manière, de sen­si­bi­li­ser — assez super­fi­ciel­le­ment, comme nous allons le voir. La seconde, c’est qu’il va échouer. Et qu’alors ceux qui l’au­ront por­té seront peut-être — espé­rons-le ! — ame­nés à se poser des ques­tions plus sérieuses et à éva­luer plus hon­nê­te­ment notre situa­tion. À mini­ma, il est pos­sible d’es­pé­rer que ceux qui auront pla­cé leurs espoirs dans cette action et dans ceux qui l’auront por­tée s’en détour­ne­ront afin de tendre vers des solu­tions plus réa­listes et per­ti­nentes au vu de la gra­vi­té de la situa­tion actuelle.

On l’a vu, au terme d’une bataille qui aura pris la vie d’au moins une per­sonne (Zineb Redouane), arra­ché au moins 3 mains, cre­vé au moins 6 yeux, et fait d’innombrables bles­sés (plus de 1 600)[2], tout ce que les gilets jaunes ont réus­si à obte­nir de la part de ceux qui orga­nisent la ruine du monde et le désastre social que l’on appelle civi­li­sa­tion, ce sont des miettes. « Il ne faut pas déses­pé­rer Billan­court », mais il faut savoir être réaliste.

Et voi­là que nos chères ONG coa­li­sées intentent un pro­cès à l’État dans le but d’endiguer le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Leur naï­ve­té est à la hau­teur de celui qui affirme, dans leur clip vidéo, que « l’État a la res­pon­sa­bi­li­té de nous pro­té­ger ». Le prin­ci­pal pro­blème de leur pro­jet, c’est qu’il n’a tech­ni­que­ment aucune chance de géné­rer quelque chose d’utile, ni pour nous, la civi­li­sa­tion (ce qui les inté­resse eux, semble-t-il), ni pour le monde natu­rel. Eux pré­tendent évi­dem­ment le contraire[3] :

« Et ça marche ! Aux Pays-Bas, la jus­tice a ordon­né au gou­ver­ne­ment néer­lan­dais de revoir à la hausse ses objec­tifs sur la réduc­tion des émis­sions de gaz à effet de serre, au nom de la pro­tec­tion des droits de ses citoyens. Au Pakis­tan, grâce à l’action en jus­tice d’un fils d’agriculteurs, les juges ont mis en place un Conseil cli­ma­tique char­gé de veiller à la mise en œuvre des objec­tifs cli­ma­tiques. En Colom­bie, 25 jeunes ont fait recon­naître par la Cour suprême la néces­si­té d’agir contre la défo­res­ta­tion et pour la pro­tec­tion du climat. »

Le bio, une autre illu­sion verte.

En véri­té, aucun de ces évé­ne­ments n’a eu le moindre effet. Les Pays-Bas font par­tie des pires émet­teurs de gaz à effet de serre d’Eu­rope. Les États ne par­viennent jamais à atteindre leurs objec­tifs. D’a­bord parce qu’ils ne font rien pour, mais aus­si et sur­tout parce qu’ils ne le peuvent pas. Croire que l’État pour­rait mettre un terme au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, à la des­truc­tion des éco­sys­tèmes et au mas­sacre des autres espèces, c’est croire qu’un mar­teau pour­rait faire office de téles­cope. Ça ne fonc­tionne pas, peu importe à quel point on le sou­haite, on ne voit rien. Ce n’est pas dans ses cordes, ce n’est tout sim­ple­ment pas sa fonc­tion. L’État moderne orga­nise le sys­tème capi­ta­liste mon­dia­li­sé (la civi­li­sa­tion indus­trielle), fon­dé sur l’exploitation et la des­truc­tion per­pé­tuelles de la nature. En Colom­bie, la défo­res­ta­tion s’ac­cé­lère (« la forêt a per­du une sur­face de l’é­qui­valent du Luxem­bourg en 2017 »). Et si, afin de don­ner le change, d’alimenter l’espoir qui fait avan­cer les foules, de plus en plus de pays ins­crivent de belles choses dans leurs consti­tu­tions, les faits témoignent clai­re­ment de ce qu’ils n’en ont rien à faire, ou de ce qu’ils ne peuvent rien faire. Et en Boli­vie aus­si, la défo­res­ta­tion conti­nue, inexo­ra­ble­ment, mal­gré l’inscription, depuis 2012, de droits de la nature dans la consti­tu­tion du pays. « On peut vio­ler les lois sans qu’elles crient », écri­vait Tal­ley­rand dans ses Mémoires. On le constate un peu par­tout et depuis longtemps.

Par ailleurs, ces ONG, ces you­tu­beurs, tous ces gens ani­més à n’en pas dou­ter de la meilleure volon­té du monde, ignorent-ils que les États ne dis­posent plus que d’une lati­tude très limi­tée en ce qui concerne la créa­tion et l’édiction des lois qui gou­vernent nos socié­tés ? Le trans­fert de sou­ve­rai­ne­té des États vers des enti­tés supra-éta­tiques, plus impor­tantes com­mer­cia­le­ment par­lant, a long­temps été un secret de poli­chi­nelle : il a récem­ment été débat­tu publi­que­ment, dans les médias, dis­cu­té à l’As­sem­blée… Le TAFTA (pour ne citer qu’un exemple) ne leur évoque-t-il donc rien ?

L’U­ru­guay a été pour­sui­vi par le géant du tabac Phi­lip Mor­ris Inter­na­tio­nal devant le Centre Inter­na­tio­nal pour le Règle­ment des Dif­fé­rends rela­tifs aux Inves­tis­se­ments (CIRDI), un tri­bu­nal arbi­tral. Le pays avait mis en place une poli­tique anti-tabac consé­quente, que la marque n’a pas appré­ciée. En 2006, une loi inter­di­sait de fumer dans les lieux publics. En 2010, une impor­tante cam­pagne de sen­si­bi­li­sa­tion est mise en place à l’aide de spots de pubs et de mes­sages chocs sur les paquets. On estime ain­si qu’entre 2006 et 2010, le taux de fumeurs dans le pays a chu­té de près de 20%, pas­sant de 50 à 31%. Phi­lip Mor­ris a com­men­cé à grin­cer des dents. En 2010, l’in­dus­triel a fini par tout sim­ple­ment inten­ter un pro­cès contre l’U­ru­guay. Le 8 juillet 2016, le tri­bu­nal a ren­du une déci­sion favo­rable en faveur de l’U­ru­guay, et a condam­né Phi­lip Mor­ris à payer 7 mil­lions de dol­lars au pays, tout en s’ac­quit­tant de la tota­li­té des frais de justice.

Des cas de ce genre, il en existe pas loin de 500, à en croire ce papier[4] du Monde Diplo­ma­tique. Ce que l’on appelle l’ar­bi­trage inter­na­tio­nal est de plus en plus uti­li­sé par les socié­tés. Peu importe, fina­le­ment, que dans le cas évo­qué plus haut l’État ait eu gain de cause sur l’in­dus­triel. Ce qui importe ici est de com­prendre la por­tée de l’é­vé­ne­ment : une mul­ti­na­tio­nale est tout à fait en mesure d’at­ta­quer un État « sou­ve­rain ». Que fau­dra-t-il faire, alors, pour inter­dire le der­nier pro­duit phare de Bayer lorsque la France aura émis une loi l’in­ter­di­sant mais que la mul­ti­na­tio­nale aura eu gain de cause et aura contraint le pays à reve­nir sur sa déci­sion ? Qui atta­que­ra-t-on en jus­tice, à ce moment-là ? Cet oubli est révé­la­teur de l’i­gno­rance totale des rap­ports de force de la part de ces ONG et autres per­son­na­li­tés publiques.

Ceux qui intentent ce pro­cès ne com­prennent pas la situa­tion. (Par cour­toi­sie, lais­sons-leur le béné­fice du doute et sup­po­sons qu’ils ne se sou­cient pas que du cli­mat, ain­si que le sug­gère leur pro­jet, mais aus­si de la nature, du monde vivant, des espèces vivantes). Ils ima­ginent, selon les croyances de l’écologisme grand public, qu’il est pos­sible (et sou­hai­table) de conti­nuer à faire fonc­tion­ner la civi­li­sa­tion moderne et ses conforts tech­no­lo­giques en pas­sant au « 100% renou­ve­lables ». Ils ne com­prennent pas que la civi­li­sa­tion indus­trielle ravage le monde non seule­ment au tra­vers de son mode de pro­duc­tion d’énergie, mais aus­si et sur­tout à tra­vers son uti­li­sa­tion de cette éner­gie. C’est-à-dire que même si les éner­gies dites « vertes » l’étaient vrai­ment (ce qu’elles ne sont pas), et même si elles pou­vaient rem­pla­cer les éner­gies expli­ci­te­ment pas vertes (ce qu’elles ne peuvent pas[5]), notre pro­blème res­te­rait qua­si­ment inchan­gé[6].

Les indus­tries des éner­gies dites « vertes » sont autant d’entreprises capi­ta­listes qui servent à per­pé­tuer la civi­li­sa­tion indus­trielle. Le monde natu­rel, lui, comme tou­jours, en paie le prix — rap­pe­lons, pour exemple, le cas de la cen­trale solaire de Ces­tas, en France, près de Bor­deaux, la plus grande d’Europe, qui a néces­si­té l’abattage de 250 hec­tares de pinède ; un pro­jet du consor­tium Eif­fage, Schnei­der Elec­tric, Krin­ner (l’occasion aus­si de rap­pe­ler que les indus­tries des éner­gies dites « vertes » sont, très logi­que­ment, domi­nées par d’immenses entre­prises mul­ti­na­tio­nales, et que toutes sortes de mul­ti­na­tio­nales, de Vin­ci à Total, y inves­tissent afin de faire du profit).

Autre exemple, dans le Lot-et-Garonne, où « la plus grande cen­trale élec­trique solaire est en voie de fina­li­sa­tion ». Pour cela « 1 300 hec­tares de terres agri­coles et 700 hec­tares de forêt » vont être sacri­fiés. For­mi­dable. La pla­nète et le cli­mat nous remer­cient. L’électricité que cette cen­trale pro­dui­ra ser­vi­ra à ali­men­ter en éner­gie d’innombrables appa­reils qui, à l’instar des pan­neaux solaires pho­to­vol­taïques, sont autant de futurs déchets, et dont la fabri­ca­tion aura impli­qué toutes sortes de nui­sances envi­ron­ne­men­tales et sociales.

En outre, il faut savoir que le cal­cul de la quan­ti­té de CO2 émise par un État est une arnaque comp­table[7] (ne pre­nant pas en compte tout un tas d’émissions dites « cachées » peut-être plus impor­tantes que les émis­sions natio­nales) qui, en plus, s’avère d’une impré­ci­sion gros­sière[8]. Une double arnaque en somme. Au bout du compte, seules une aber­ra­tion comp­table et une mau­vaise foi colos­sale per­mettent d’affirmer que les éner­gies dites « vertes » (ou « renou­ve­lables ») sont « neutres en car­bone », ou qu’elles s’inscrivent dans une dyna­mique de pré­ser­va­tion et de pro­tec­tion du monde naturel.

« Déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables » et « amé­lio­ra­tion de l’efficacité éner­gé­tique[9] ». Voi­là pour­tant ce que nos plai­gnants exigent de l’État. Comme tous les aveugles de l’écologisme média­tique, ils ne com­prennent pas que le déve­lop­pe­ment durable est un oxy­more, une contra­dic­tion dans les termes[10], un mythe. Que l’efficacité éner­gé­tique croît depuis des décen­nies et avec elle la des­truc­tion du monde natu­rel[11]. Ce qui nous ramène à l’impossibilité pour le sys­tème tech­no­ca­pi­ta­liste que l’État admi­nistre (avec une lati­tude très limi­tée) de faire autre chose que ce qu’il fait actuel­le­ment, qu’il fai­sait déjà hier. C’est-à-dire que même si l’État était contraint d’obéir aux injonc­tions des quatre ONG, s’il met­tait concrè­te­ment en place les mesures qu’elles exigent, le désastre socioé­co­lo­gique en cours n’en serait pas le moins du monde entra­vé. C’est-à-dire que si l’on émet­tait l’hypothèse extrê­me­ment impro­bable selon laquelle le sys­tème tech­no­ca­pi­ta­liste pour­rait par­ve­nir, grâce au déploie­ment des éner­gies dites « vertes », aux tech­no­lo­gies de CCS (cap­tage et sto­ckage du dioxyde de car­bone), et à d’autres tech­niques de géoin­gé­nie­rie, à limi­ter le réchauf­fe­ment cli­ma­tique à 1,5°C, nos chères ONG seraient satis­faites. Et le désastre socioé­co­lo­gique de la des­truc­tion du monde vivant et de l’accroissement des inéga­li­tés sociales et de la misère humaine que pro­duit la civi­li­sa­tion indus­trielle conti­nue­rait imperturbablement.

Dans le com­bat contre le bio­cide et le désastre social que la civi­li­sa­tion indus­trielle per­pé­tue sur toute la pla­nète, la voie juri­dique est un moyen d’action par­mi d’autres. Dans cer­tains contextes, comme pour faire annu­ler ou retar­der la béto­ni­sa­tion d’une zone humide, la construc­tion d’un bar­rage, etc., il peut être tout à fait défen­dable et même stra­té­gique d’intenter des pro­cès contre dif­fé­rents acteurs de la des­truc­tion de la nature ou de l’exploitation sociale. Le pro­blème, ici, c’est que nos coa­li­sés exigent n’importe quoi.

Nous pou­vons sau­ver la civi­li­sa­tion indus­trielle (pro­lon­ger, pour un temps limi­té, son exis­tence, grâce aux éner­gies et tech­no­lo­gies dites « vertes » et à la géoin­gé­nie­rie), ou nous pou­vons sau­ver le monde vivant qu’elle détruit (et nous sau­ver par la même occa­sion). Il faut choi­sir. Il n’est pas pos­sible de sau­ver les deux ensemble.

Au moment où ces lignes sont écrites, le site web inter­na­tio­nal d’informations éco­lo­gistes Mon­ga­bay publie un article inti­tu­lé « Les pro­tec­tions inter­na­tio­nales ne stoppent pas la sur­ex­ploi­ta­tion des pan­go­lins au Came­roun », dans lequel on apprend qu’un « rap­port récent montre que l’inscription en 2016 des pan­go­lins à l’annexe I de la CITES qui inter­dit leur com­merce inter­na­tio­nal, n’a pas d’effet au niveau local sur la pro­tec­tion de cet ani­mal en Afrique cen­trale. » Les cas comme celui-ci, on ne les compte plus. Car le recours juri­dique, s’il peut par­fois ser­vir dans la lutte contre le fléau socioé­co­lo­gique qu’est la civi­li­sa­tion indus­trielle, ne sera jamais suf­fi­sant. Et c’est un autre pro­blème que pose la cam­pagne média­tique de leur « affaire du siècle », qui risque de pro­mou­voir l’idée qu’il est pos­sible d’obtenir un chan­ge­ment signi­fi­ca­tif au tra­vers du sys­tème juri­dique d’État.

***

On nous rétor­que­ra qu’il s’agit tou­jours de quelque chose, et que ce quelque chose vaut tou­jours mieux que rien. Affir­ma­tion dou­teuse. Pri­mum non nocere : d’abord, ne pas nuire. La mul­ti­pli­ca­tion fré­né­tique de ces ini­tia­tives citoyen­nistes (le mois der­nier a vu naître l’initiative « On est prêt », et juste avant elle l’initiative « Il est encore temps », et voi­là main­te­nant « L’affaire du siècle ») semble rem­plir un vide. Semble. En réa­li­té, la pro­li­fé­ra­tion de ce type d’initiatives est incroya­ble­ment nui­sible, en ce qu’elle fait naître, qu’elle encou­rage ou qu’elle ren­force un espoir naïf et absurde, une illu­sion. À grand ren­fort de moyens tech­niques sti­mu­lants, à l’image des vidéos des you­tu­beurs éco­los, et du clip de pro­mo­tion de cette « Affaire du siècle » : le for­mat est « cool », le mon­tage dyna­mique, la pro­pa­gande réus­sie. Seule­ment, la lutte éco­lo­gique n’a pas voca­tion à être « cool ». Notre mode de vie — la civi­li­sa­tion indus­trielle — consti­tue une menace pour l’ensemble des espèces et de la toile du vivant. Une exter­mi­na­tion (les scien­ti­fiques parlent, plus insi­dieu­se­ment, d’extinction) de masse est en cours. Il faut se rendre à l’évidence : le com­bat néces­saire pour sor­tir de cette civi­li­sa­tion qui porte la mort comme la nuée porte l’o­rage sera long et douloureux.

Étant don­né tout ce qui pré­cède, force est de consta­ter que les ini­tia­tives de ces ONG, de ces you­tu­beurs et de ces figures de l’é­co­lo­gie média­tique, loin de sen­si­bi­li­ser l’opinion publique aux pro­blé­ma­tiques socioé­co­lo­giques, ne servent qu’à ali­men­ter les illu­sions et les faux espoirs domi­nants, notam­ment en pro­mou­vant les idées suivantes :

  1. L’idée selon laquelle notre pro­blème se résu­me­rait au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, à un taux de CO2 atmo­sphé­rique qu’il nous fau­drait contrôler.
  2. L’idée selon laquelle le « déve­lop­pe­ment durable » (les éner­gies dites « renou­ve­lables », l’efficacité éner­gé­tique, etc., en bref : un ajus­te­ment tech­no­lo­gique de la socié­té indus­trielle) pour­rait nous tirer d’affaire, endi­guer le réchauf­fe­ment cli­ma­tique — et faire en sorte, acces­soi­re­ment, même si cela a de plus en plus ten­dance à être éclip­sé par la foca­li­sa­tion sur le cli­mat, que la socié­té indus­trielle devienne sou­te­nable, res­pec­tueuse du monde naturel.
  3. L’idée selon laquelle à l’aide d’un ajus­te­ment éco­no­mique (qu’on appel­le­rait éco­no­mie sociale et soli­daire, éco­no­mie du par­tage, éco­no­mie col­la­bo­ra­tive, éco­no­mie contri­bu­tive, ou quelque jolie expres­sion que les experts du mar­ke­ting auraient inven­tée), la socié­té indus­trielle pour­rait deve­nir socia­le­ment juste, en plus de soutenable.
  4. L’idée selon laquelle, bien que récal­ci­trant, l’État serait tech­ni­que­ment en mesure de réa­li­ser les fan­tasmes pré­ci­tés, et qu’il nous fau­drait seule­ment l’y contraindre.

L’efficacité éner­gé­tique et de nou­velles indus­tries de pro­duc­tion d’énergie ne ren­dront jamais sou­te­nable la civi­li­sa­tion indus­trielle. Au contraire, elles contri­buent à per­pé­tuer son carac­tère intrin­sè­que­ment délé­tère. La socié­té de masse capi­ta­liste ne sera jamais socia­le­ment juste. Nous avons besoin de rien de moins que du déman­tè­le­ment com­plet de la socié­té indus­trielle mon­dia­li­sée, de l’État, du capi­ta­lisme. Nous avons besoin d’une décrois­sance radi­cale, d’une dis­so­lu­tion de la socié­té de masse au pro­fit d’une mul­ti­tude de socié­tés véri­ta­ble­ment démo­cra­tiques — fon­dées, donc, sur des tech­no­lo­gies démo­cra­tiques. Ce que ni l’État ni son sys­tème judi­ciaire ne per­met­tront ni n’encourageront jamais. Il va fal­loir se battre.

Kevin Ama­ra & Nico­las Casaux


  1. https://laffairedusiecle.net/laffaire/
  2. Pour une liste non-exhaus­tive, un recen­se­ment pro­vi­soire des vic­times de la répres­sion d’État de ces der­nières semaines : https://desarmons.net/index.php/2018/12/11/recensement-provisoire-des-blesses-graves-des-manifestations-du-mois-de-decembre-2018/
  3. https://www.oxfamfrance.org/a‑la-une/un-recours-historique-pour-proteger-le-climat-et-notre-avenir/
  4. https://www.monde-diplomatique.fr/2014/06/BREVILLE/50487
  5. https://partage-le.com/2017/02/lecologie-du-spectacle-et-ses-illusions-vertes/
  6. https://partage-le.com/2018/10/de-paul-hawken-a-isabelle-delannoy-les-nouveaux-promoteurs-de-la-destruction-durable-par-nicolas-casaux/
  7. Voir ici : https://www.actu-environnement.com/ae/news/empreinte-carbone-france-hausse-emissions-co2-25628.php4 et là : https://partage-le.com/2015/11/limpossible-developpement-durable-par-george-monbiot/
  8. http://www.leparisien.fr/environnement/initiatives-environnement/comment-mesure-t-on-les-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-07–02-2018–7545936.php
  9. https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2018/12/2018–12-17-Demande-pr%C3%A9alable.pdf
  10. Voir : https://partage-le.com/2017/02/des-dangers-du-developpement-durable-ou-capitalisme-vert-par-derrick-jensen/ et : https://partage-le.com/2016/02/cet-insoutenable-mot-de-developpement-par-fabrice-nicolino/ et : https://partage-le.com/2015/12/le-developpement-durable-est-un-mensonge-par-derrick-jensen/
  11. À pro­pos de l’effi­ca­ci­té éner­gé­tique, il faut lire cet article de Max Wil­bert : https://partage-le.com/2018/06/pourquoi-lefficacite-energetique-ne-resout-rien-bien-au-contraire-par-max-wilbert/

Print Friendly, PDF & Email
Total
13
Shares
41 comments
  1. Salut Nico­las,
    Je te copie/colle mon com­men­taire à pro­pos de cet non-évé­ne­ment sur la page face­book — De l’ef­fon­dre­ment à la rési­lience Groupe Haut-Rhin 68 -. 

    « Bra­vo, mer­ci à eux de mettre la pres­sion sur l’État fran­çais sur son inac­tion face aux enjeux cli­ma­tiques et envi­ron­ne­men­taux, même si je reste quand même (très) scep­tique sur la naï­ve­té du discours.
    Nous sommes face à un 5 nœuds gor­dien : l’augmentation de la popu­la­tion, l’augmentation de la consom­ma­tion (niveau de vie), l’efficience des flux, les agen­ce­ments socio-éco­lo­giques (répar­ti­tion des impacts) et le réfé­ren­tiel des besoins.

    La lutte contre le dérè­gle­ment cli­ma­tique (et tous les effets de bord et les effets de rebond qui vont de pair) à + 2 °C revient à divi­ser (qua­si­ment) par deux notre PIB d’ici 2030, et par 10 — si on veut évi­ter les +4 °C d’ici la fin du siècle (qua­si­ment impos­sible, voir article Nature décembre 2017, on est déjà sur des scé­na­rios à + 5 °C) – relève tout sim­ple­ment de l’utopie sociale et éco­no­mique. Pour­quoi ? Avouer publi­que­ment et poli­ti­que­ment que la lutte contre le dérè­gle­ment cli­ma­tique revient à dimi­nuer puis à divi­ser notre sys­tème éco­no­mique (entendre PIB dans le sché­ma actuel) n’est poli­ti­que­ment, socia­le­ment et éco­no­mi­que­ment pas rece­vable aujourd’hui, même si c’est struc­tu­rel­le­ment inévi­table à terme.
    À l’heure de la fronde natio­nale pour un meilleur pou­voir d’achat et contre le mépris de la caste poli­tique, il est de toute évi­dence impen­sable de démon­trer à la popu­la­tion et aux « élites » que le main­tien de notre sys­tème-Terre pas­se­ra par (qqls exemples) : la fin des pen­sions de retraite, la fin des 35 h, la fin de notre modèle éco­no­mique qui nous assure un des meilleurs IDH de la pla­nète, la fin de l’abondance éner­gé­tique, ou encore la fin de notre confort de vie. La sobrié­té heu­reuse qu’on vous annonce demain est celle où il va fal­loir trans­pi­rer. C’est sur­tout celle où il va fal­loir faire des choix vitaux pour assu­rer les besoins fon­da­men­taux (ali­men­taire, éner­gé­tique, sécu­ri­té, pro­duc­tion), les besoins de paix publique (pro­tec­tion, défense) et les dif­fé­rents équi­libres (iden­ti­té, cohé­sion, coopé­ra­tion) pour la popu­la­tion, leur famille et leur ter­ri­toire (com­mune, dépar­te­ment, région).

    Qui veut l’entendre aujourd’hui et qui peut le por­ter politiquement ?

    Je n’ai ni le temps de vous mon­trer la cor­ré­la­tion entre l’énergie, l’économie, les res­sources et notre niveau de vie (Cf voir mes confé­rences), ni le temps de vous expli­quer la rési­lience ter­ri­to­riale (Cf ma thèse), mais il me semble impor­tant de bien com­prendre la logique sui­vante : por­ter plainte contre l’État pour inac­tion contre la lutte contre le cli­mat revient, in fine, à lui deman­der un niveau de vie com­pa­rable aux fran­çais des années 1900 en plus de devoir résoudre en même temps les 5 nœuds gor­diens pour main­te­nir notre système-Terre.
    Autre­ment dit, je ne sais pas si ces bobos pari­siens ont réel­le­ment sai­si ce que signi­fie de vivre comme grand-papa d’avant la Grande Guerre avec l’héritage actuel — dérè­gle­ments majeurs (com­plexes, internes et externes) de tout ordre (cli­ma­tique, éner­gé­tique, envi­ron­ne­men­tal, matières pre­mières, biogéologique) —.

    Dans tous les cas, il s’agit clai­re­ment d’un débat de socié­té qui doit abso­lu­ment être por­té par la socié­té civile, à l’échelle mon­diale, euro­péenne, natio­nale, dépar­te­men­tale, com­mu­nale ? Je ne sais pas. Pou­vons-nous le faire ? Je ne sais pas.

    Par contre, je sais qu’il est encore pos­sible d’infléchir les tra­jec­toires en Sud Alsace en déve­lop­pant urgem­ment la rési­lience ter­ri­to­riale, cette capa­ci­té des êtres et des sys­tèmes socio-éco­lo­giques à absor­ber les chocs et à se transformer.
    Loin de prô­ner le repli sur soi, les stra­té­gies de rési­lience encou­ragent le par­tage, la coopé­ra­tion, l’autonomie créa­trice de tous les acteurs locaux et peuvent se mani­fes­ter sous dif­fé­rentes formes (éco­no­mique, démo­cra­tique, ali­men­taire, sani­taire, mobi­li­té, démo­cra­tique, etc.).
    Ceci est peu coû­teux à mettre en place, règle en par­tie les pro­blèmes socioé­co­no­miques du ter­ri­toire et per­met de pré­pa­rer des futurs beau­coup plus sou­hai­tables que ceux vers les­quels nous convergeons.
    Il n’y a à ce jour aucun vil­lage sud alsa­cien rési­lient, AUCUN. C’est main­te­nant de notre res­pon­sa­bi­li­té éthique, per­son­nelle et col­lec­tive d’y par­ve­nir pour les géné­ra­tions d’aujourd’hui et de demain. »

  2. Quand bien même les jus­ti­fi­ca­tions invo­quées sont justes et inté­res­santes, la pos­ture du « moi j’ai rai­son tous les autres ont tort » et à taper sur tout ce qui essaie de bou­ger dans l’é­co­lo­gie grand public et média­tique (comme vous dites) dans chaque papier devient las­sante, pour ne pas dire exas­pé­rante. OK vous avez rai­son sur le fond, mais per­sonne ne vous suit, per­sonne n’est prêt à ne serait-ce que com­men­cer le début d’une révo­lu­tion décrois­sante. Per­son­nel­le­ment quand j’es­saie d’a­bor­der ce sujet autour de moi c’est un flop com­plet, et ça me fatigue. Donc on peut res­ter seul dans son coin à cri­ti­quer tout le monde, dra­pé dans ses cer­ti­tudes, et que rien ne change, ou essayer de com­prendre les blo­cages, biais, idéo­lo­gies de cha­cun pour avan­cer. Quand bien même vous avez, je le répète, rai­son sur le fond, en fait ça ne sert à rien de le dire. J’en viens à pen­ser que la cri­tique du déve­lop­pe­ment durable ou des autres fumis­te­ries éco­lo-pro­duc­tives est aus­si contre-pro­duc­tive que les causes dénon­cées. En dénon­çant les impasses poli­tiques, épis­té­mo­lo­giques ou psy­cho­lo­giques de l’é­co­lo­gie « grand public », on donne aus­si du grain à moudre aux par­ti­sans du pro­duc­ti­visme pur et dur, encore plus nocifs quoi­qu’on en dise, et qui se disent « vous voyez bien, c’est trop com­pli­qué et contra­dic­toire l’é­co­lo­gie, autant faire comme on fait ».

    1. Je pense au contraire que c’est bien de le dire. Quand on nous enfume média­ti­que­ment en per­ma­nence, heu­reu­se­ment qu’il y a un contre pou­voir, sinon c’est pen­sée unique et abru­tis­se­ment géné­ra­li­sé ; là où on en est en fait.

      Je constate la même chose que vous sur le sen­ti­ment de soli­tude quand on porte de tels dis­cours, mais je crois que c’est jus­te­ment en en par­lant, que d’i­ci quelque temps on sera plus nom­breux à por­ter l’i­dée. Par exemple, Etienne Chouard était peu enten­du jusque là et le mou­ve­ment des gilets jaunes a par­ti­ci­pé à dif­fu­ser son idée de vrai démo­cra­tie. Son idée cir­cule. La preuve en est que le pou­voir com­mence à craindre cette idée (tirage au sort, le peuple décide etc) et décide d’at­ta­quer le Mon­sieur en le trai­tant de facho :
      http://chouard.org/blog/2018/12/20/ric-pour-les-gilets-jaunes-et-les-autres-les-moeurs-des-journalistes-en-france-en-2018-avec-les-vrais-opposants-cest-2-qui-tiennent-et-3-qui-cognent-et-un-baillon-pour-quil-se-taise/

      Conti­nuons à par­ler des pro­blèmes, sans tabou !

      1. Mer­ci pour le droit de réponse de Chouard que je n’a­vais pas encore vu.
        J’ai été moi aus­si scan­da­li­sé du trai­te­ment que les médias lui ont réser­vé. Ça fait main­te­nant 5 ans qu’il a dénon­cé les dérives de Soral mais on entend sur tous les pla­teaux télés que Chouard = Soral = fas­ciste = on parle pas du RIC.
        Affligeant.

    2. Salut,
      Je vou­lais juste te dire que je com­prends cet aga­ce­ment face à des articles qui des­cendent sys­té­ma­ti­que­ment les ten­ta­tives de don­ner de l’es­poir par des moyens socia­le­ment accep­tables de pro­tes­ter, et d’autre part cette las­si­tude de se sen­tir seul à com­prendre la gra­vi­té de la situa­tion dans son entou­rage proche.
      En revanche ce n’est pas vrai que per­sonne ne pense comme ça. Mais ce sont des posi­tions extrê­me­ment radi­cales et donc dou­lou­reuses à prendre, et elles néces­sitent une décons­truc­tion com­plète de son mode de pen­sée, de son édu­ca­tion, et de la manière de voir le monde, quand on est occi­den­tal et qu’on a tou­jours été les protégé(e)s ce sys­tème toxique. Je ne sais pas quel âge tu as, per­son­nel­le­ment je n’ai pas encore vingt ans donc je pense être encore prête à me battre pour ne pas vivre dans le monde que conçoivent les diri­geants. Parce que j’ai vrai­ment très peur. 

      Aus­si je com­prends ce que tu dis sur le fait qu’il y a une telle mani­pu­la­tion de la part des élites diri­geantes et des puis­sants, et une telle confu­sion face à la com­plexi­té d’un pro­blème à plu­sieurs têtes, qui est cau­sé par les poli­tiques et par une cer­taine classe sociale, et dont les consé­quences sont ana­ly­sées par tout un éven­tail de sciences natu­relles et humaines. Je me sens sou­vent décou­ra­gée, et peut-être qu’un jour j’a­ban­don­ne­rai la par­tie, mais pour le moment je suis vrai­ment ani­mée par la colère et par la peur. Le pro­blème, et c’est ce que je me dis à chaque fois, c’est qu’a­ban­don­ner, c’est pré­ci­sé­ment ce que les capi­ta­listes, ceux qui font leur maille sur la des­truc­tion du vivant et sur l’as­ser­vis­se­ment des humains, attendent de nous. Rien d’autre, pour eux c’est aus­si simple que ça. Juste aban­don­ner et mar­cher sur le che­min qu’ils ont défo­res­té pour nous.

      Et je pense que mal­gré la com­plexi­té du drame que nous vivons, il y a des évi­dences qu’on ne peut pas nier quant à la direc­tion que nous devons prendre. Le dis­cours des poli­tiques omet (volon­tai­re­ment) d’être sen­sé sur les sujets éco­lo­gique et humain, mais la réflexion que nous pou­vons construire pour essayer de lut­ter effi­ca­ce­ment n’o­met par les réa­li­tés de ce que recherchent ces poli­tiques. Il y a déjà une incon­nue en moins. 

      Il y a des choses qui sont évi­dentes, enfin je crois. Si les éner­gies fos­siles détruisent l’en­vi­ron­ne­ment, on cesse de les uti­li­ser. Si on coupe plus d’arbres qu’il ne le faut pour lais­ser à la forêt le temps de se régé­né­rer, on arrête. Si un sys­tème ne peut appor­ter une vie décente et épa­nouis­sante (au prix d’un déni plus ou moins impor­tant pour vivre en paix) qu’à une minus­cule frange pri­vi­lé­giée de la popu­la­tion — en fait, de la toile du vivant tout entier — on en sort le plus vite pos­sible. Je crois que si on arrive à gar­der en tête ces grandes lignes direc­trices, même en se ren­dant compte que cer­taines idées de bonne volon­té sont des échecs stra­té­giques, on ne peut que deve­nir plus effi­caces. On apprend des erreurs les uns des autres, je pense que ça n’a échap­pé à per­sonne fina­le­ment que cette « Affaire du siècle » ne peut pas appor­ter les effets atten­dus. On peut peut-être dire que sur ce point pré­cis c’est une leçon, pour ceux qui veulent pro­gres­ser. Ceux qui n’a­ban­don­ne­ront pas devien­dront plus radicaux.

      Je ne sais pas si mon pavé est d’un grand inté­rêt pour toi ou pour les autres qui le liront mais je vou­lais juste dire que moi aus­si je suis très remuée par tout ce que je lis (notam­ment DGR en ce moment) mais que je crois qu’on est au moment cru­cial où nous ne pou­vons pas aban­don­ner alors que les géné­ra­tions pré­cé­dentes n’ont pas eu d’autre choix que de s’en remettre à nous. On arrive à un moment où il faut croire en nous, il faut qu’on arrive à une extrême soli­da­ri­té, à un extrême sou­tien les uns des autres.

  3. Mer­ci pour cet article très, très inté­res­sant, qui met des mots pré­cis sur le malaise que je res­sens face à ce genre de mobilisation. 

    Ceci dit, à la fin de ma lec­ture, je suis très embê­tée : se battre ? Ça veut dire quoi ? Quelles actions recommandez-vous ?

    1. Se battre, ces jours-ci, cela veut dire prendre la rue, aller aux fron­tières, blo­quer les flux, bref mettre son gilet jaune. Parce qu’au-delà des miettes obte­nues qui ne trompent per­sonne (et qui consti­tuent cepen­dant une vic­toire his­to­rique vu l’é­chec de tous les mou­ve­ments sociaux depuis une ou deux décen­nies), le prin­ci­pal béné­fice de ce mou­ve­ment est de ralen­tir signi­fi­ca­ti­ve­ment la course folle de la socié­té de consom­ma­tion et par corol­laire la des­truc­tion de notre milieu.
      Et puis si l’on veut avoir une chance d’ar­rê­ter le désastre, il ne faut pas écrire des péti­tions, faire des pro­cès, ou par­ti­ci­per aux car­na­vals urbains du type « Marche pour le cli­mat », mais agir pour des­ti­tuer l’o­li­gar­chie qui tient le pied appuyé sur la pédale de l’ac­cé­lé­ra­teur. C’est ce que font les gilets jaunes, ici et main­te­nant, sans doute sans en avoir conscience, sans pré­ten­tion théo­rique, sim­ple­ment parce qu’ils ont une conscience aiguë des choses « qui ne se font pas ». Orwell appe­lait ça la décence commune.

      « Le pou­voir est logis­tique, blo­quons tout »

      1. mouais. Très démo­cra­tique tout ça.
        Blo­quer ça n’est pas un programme.
        Quand dans une démo­cra­tie on croit faire la révo­lu­tion, on abou­tit qu’à une seule chose, l’ar­ri­vée au pou­voir d’un par­ti popu­liste et auto­cra­tique. His­to­ri­que­ment, c’est automatique.

        La presse cri­tique les Gilets jaunes ? « Blo­quons la presse ! »
        Ça donne envie, votre monde.

        1. Ca tombe bien, la France n’est pas une démo­cra­tie. Et écrire « his­to­ri­que­ment c’est auto­ma­tique » est his­to­ri­que­ment faux.
          Et quand en cas de révo­lu­tion démo­cra­tique arrive effec­ti­ve­ment au pou­voir un par­ti « popu­liste et auto­cra­tique », his­to­ri­que­ment c’est bien sou­vent quand la haute bour­geoi­sie, l’o­li­gar­chie, décide d’u­nir ses forces à l’ex­trême droite plu­tôt que de perdre ses pri­vi­lèges. C’est ce qui s’est pas­sé en Cata­logne jus­te­ment, avec une alliance bourgeoisie-communistes-franquistes.
          Quand la démo­cra­tie réelle, c’est-à-dire la démo­cra­tie directe, est en passe de triom­pher, les domi­nants tombent vite les masques et on voit ce que le mot « démo­cra­tie » signi­fie pour eux. Ce sont des obser­va­tions qu’il est aisé de consta­ter ces jours-ci.

          Si vous vou­lez savoir ce que c’est qu’une vraie démo­cra­tie, au-delà du théâtre qu’on nomme ain­si aujourd’­hui, lisez ce petit tract d’actualité :
          https://lesamisdebartleby.wordpress.com/2018/11/29/gilets-jaunes-gascons-%e2%80%afmacron-demission%e2%80%89-oui-et-apres%e2%80%89%e2%80%af/

  4. Les dis­cours radi­caux sont de bonne guerre et je pense qu’ils ont rai­son d’être : il y a urgence. Marx et sa suite (Rosa Luxem­bourg, Debord, Cou­sin et d’autres) enton­naient « à bas l’É­tat, à bas le Capi­tal, à bas la Mar­chan­dise ». Si l’a­na­lyse est per­ti­nente, si la ques­tion du pour­quoi tombe sous le sens, c’est tou­jours la ques­tion du com­ment qui coince. Com­ment abattre la civi­li­sa­tion ther­mo-indus­trielle, com­ment tru­ci­der le Capi­tal. Com­ment abo­lir l’E­tat. Com­ment en finir avec la Mar­chan­dise et le Spec­tacle. Pas facile, car avec des mesu­rettes on n’a­vance pas. Comp­ter sur ce que Marx appelle la « baisse ten­dan­cielle du taux de pro­fit », est un peu illu­soire si l’on veut une solu­tion dans un délai rela­ti­ve­ment bref (car le capi­tal sait se repro­duire de manière de plus en plus sophis­ti­quée, il ne veut pas mou­rir, il résiste comme il peut).
    Donc, c’est quoi la marche à suivre, s’il en est une ? Il y a des ce,tai,es de mil­liers de gens qui se posent la ques­tion. Mais y a‑t-il une réponse satis­fai­sante ? J’ai bien peur que ce soit très compliqué.

  5. C’est bien beau de cri­ti­quer mais que pro­po­sez vous comme moyen d’ac­tions vu que selon vous por­ter plainte est illu­soire et uto­pique ? J’ai signé la péti­tion et pour­tant je ne par­tage pas votre avis sur les points 2 et 3 que vous soulevez.
    Nombre de per­sonnes sen­sibles à la catas­trophe qui s’an­nonce se sentent impuis­santes face cette impos­si­bi­li­té d’a­gir. Alors oui, un peu d’es­poir fait du bien.
    Que pou­vons nous faire d’autres ? Pro­po­sez des solu­tions plu­tôt que de cri­ti­quer les actions des autres …

    1. Zel, dans sa rubrique « Livres à décou­vrir » ou au fil des articles, ce site fait réfé­rence à tout un tas d’ou­vrages et notam­ment les 2 volumes de « Eco­lo­gie en résis­tance » ou encore « DGR — Un mou­ve­ment pour sau­ver la pla­nète » etc…
      Ce genre d’ou­vrages déve­loppent des idées, des stra­té­gies (tu peux appe­ler ça ‘solu­tion’ si tu le souhaites)

  6. Par hon­nê­te­té et curio­si­té intel­lec­tuelles, j’ai bien vou­lu suivre le très long argu­men­taire détaillé et plai­doyer contre « L’Af­faire du siècle » (dont j’ai signé et sou­te­nu la péti­tion) qui mérite en effet d’être consi­dé­ré. Tout au long et plus j’ap­pro­chais de la fin du texte, je me disais : « So, what ? », « alors quoi ? », « quelles solu­tion et méthode ? »… Il faut attendre le der­nier petit para­graphe de 10 lignes pour y trou­ver 2 phrases défi­nis­sant l’ob­jec­tif pré­ten­du­ment alter­na­tif à se fixer : « Nous avons besoin de rien de moins que du déman­tè­le­ment com­plet de la socié­té indus­trielle mon­dia­li­sée, de l’E­tat, du capi­ta­lisme. » & « Nous avons besoin d’une décrois­sance radi­cale, d’une dis­so­lu­tion de la socié­té de masse au pro­fit d’une mul­ti­tude de socié­tés véri­ta­ble­ment démo­cra­tiques — fon­dées, donc sur des tech­no­lo­gies démo­cra­tiques. » OK pour moi (je ne serais pas éton­né que les pro­ta­go­nistes de « L’Af­faire du siècle » par­tagent aus­si cette visée finale). Bon, et on fait quoi pour prendre ce che­min ? Les 5 der­niers mots du pam­phlet nous donnent la solu­tion miracle : « Il va fal­loir se battre ». Nous voi­là bien avan­cés ! 🙂 « L’Af­faire du siècle » aurait tout faux… mais la for­mule magique du com­bat (com­ment, quels outils, quelles étapes, … ?) nous ramène… où ? Flop du siècle ou fumis­te­rie intel­lec­tuelle du siècle ???

    1. « Par hon­nê­te­té et curio­si­té intellectuelles ».
      A la lec­ture de votre prose, votre hon­nê­te­té intel­lec­tuelle est de pure forme.
      On ne peut que vous ren­voyer vers les nom­breux ouvrages et tra­vaux d’au­teurs dont la lec­ture devrait vous éclairer.
      Que vou­lez içi ? Un article de 3000 pages ?
      En fait, je ne sais même pas pour­quoi je prends 2 minutes pour répondre à ce genre de réac­tion mépri­sante autant qu’ar­ro­gante, sans doute parc­qu’elles truffent les com­men­taires des articles du site ?
      .
      Pour faire simple :
      1/Postulat : Nous sommes condi­tion­nés par un sys­tème à vivre et entre­te­nir le dit sys­tème qui même la pla­nète vivante à sa perte (ref. innombrables).
      2/Le pro­blème est sys­té­mique. Par défi­ni­tion déshu­ma­ni­sée et intrans­for­mable fon­da­men­ta­le­ment (ref. innom­brables). Cer­tains Sou­haitent donc la mort la plus rapide pos­sible du sys­tème en question.
      3/Solution pro­po­sée par le DGR : le pour­rir au plus tôt par l’ac­ti­visme et par tout les moyens pos­sibles (ref. innombrables).
      .
      Main­te­nant, si vous ne vou­lez pas­ser que 3 minutes pour com­prendre le fond, libre à vous (tous). Mais ne la rame­nez pas en débu­tant votre com­men­taire par : « Par hon­nê­te­té et curio­si­té intel­lec­tuelles, j’ai bien vou­lu suivre le très long argumentaire… »
      .
      Argu­men­taire qui est d’ailleurs par­ti­cu­liè­re­ment court cette fois ci, déjà déve­lop­pé dans de nom­breux articles postérieurs.
      .
      Bonne journée.

      1. On peut rajou­ter un point 4… His­toire de ne pas tendre le bâton.…Quoique.
        .
        4/ Pro­po­si­tion de sys­tème alter­na­tif qui pour­rait rem­pla­cer le grand n’im­porte quoi. Décrois­sant, local, humain, simple, fra­ter­nelle, modé­ré, bienveillant.…
        .
        Oh ! mais que voi­la des mots qui ne peuvent que faire rica­ner ! Et qui néces­si­te­raient des heures de négo­cia­tions et pers­pec­tives pour être rece­vables. Mais après tout, au diable ces bille­ve­sées n’est il pas ? Le mar­ché va bien finir par s’autoreguler,les enfants de moins de 10 ans ces­ser de fouiller les décharges de notre « monde » et la terre s’arrêter toute seule de se trans­for­mer en astéroïde.
        .
        Mode colère [off]

  7. Pour­quoi n’est-il jamais ques­tion de l’ac­ti­vi­té mili­taire mon­diale dont la pol­lu­tion est éva­luée à 20% des acti­vi­tés pol­luantes ? Pour ne citer que cer­taines terres ne peuvent plus être uti­li­sées à cause des mines anti­per­son­nel, ou des bombes à ura­nium. D’autre part la fabri­ca­tion des armes et les essais consomment énor­mé­ment d’eau potable et libèrent des gaz nocifs et radio­ac­tifs. Or les dépenses mili­taires mon­diales n’ont jamais été aus­si éle­vées 1850 mil­liards de dol­lars en 2017 et à la demande de l’O­TAN les pays membres sont obli­gés d’aug­men­ter leurs dépenses mili­taires à 2% de leur PIB. Un trai­té d’in­ter­dic­tion des armes nucléaires a été signé en juillet 2017 : agis­sons pour que 50 pays le rati­fient pour qu’il s’ap­plique (20 l’ont déjà rati­fié) et mobi­li­sons nous pour abo­lir la guerre.

  8. Ok, ok. Mais en ce qui me concerne, je ne crois pas une seconde que cela abou­ti­ra à quelque chose de concret sur le plan de l’é­tat mais j’ai quand même signé. Parce qu’il faut atteindre « le cen­tième singe ». Même si ce n’est qu’une méta­phore, tous les moyens sont bons pour atteindre le point de rup­ture où même le plus nom­bri­lo­cen­tré des Ama­zon-addicts aura enten­du par­ler de la catas­trophe éco­lo­gique qui s’an­nonce. Après il y aura tou­jours des col­la­bos, des résis­tants, et des jemen­fou­tistes, c’est ain­si. Votre article est très bien docu­men­té et aus­si met l’ac­cent sur l’ar­naque psy­cho­lo­gique que peut être le « bio-équi­table ». Et tiens, comme par hasard, c’est un mec qui fabrique et vend le pro­duit, et une femme qui accepte de se lais­ser « entu­ber ». Toute res­sem­blance … Et je suis tout à fait d’ac­cord avec le démen­telment radi­cal et le fait qu’il va fal­loir se battre. Bonne continuation.

  9. C’est quoi des tech­no­lo­gies démo­cra­tiques ? Vous par­lez de décrois­sance mais quelles tech­no­lo­gies dans cette décroissance ?

  10. Bon­jour,
    Je suis membre de Notre Affaire à Tous, l’ONG a l’initiative du recours. Pour faire très court : 1) C’est bien il faut gar­der son esprit cri­tique. 2) Dans le fond on est d’accord avec vous il faut un chan­ge­ment radi­cal de la socié­té. C’est pour ca qu’on attaque pas seule­ment l’Etat mais éga­le­ment Total en jus­tice, car nous sommes conscients du pou­voir et de la res­pon­sa­bi­li­té des mul­ti­na­tio­nales dans le chan­ge­ment cli­ma­tique ain­si que de la pro­tec­tion de l’environnement. 3) On est un col­lec­tif de juristes à la base de ce recours et on croit à l’effet de l’application du droit. C’est pour ça qu’on demande au juge entrés autres d’enjoindre L’Etat à res­pec­ter ses propres enga­ge­ments aux­quels il s’est astreint. En d’autres termes, on vise à don­ner une réelle force exé­cu­toire à des lois qui, mal­heu­reu­se­ment, ne sont pas res­pec­tées. 4) Il est vrai qu’il y a des enjeux tout aus­si impor­tants que le cli­mat tels que la pro­tec­tion sociale, la bio­di­ver­si­té, le nucléaire, la guerre et j’en passe. Mais on ne peut tout mélan­ger sur­tout lorsque l’on intro­duit un recours en jus­tice, qui doit trai­ter d’un pré­ju­dice, d’un dan­ger ou de la pro­tec­tion de cer­tains droits plus ou moins pré­cis. 5) On consi­dère que tous les moyens sont bons pour par­ve­nir à la pro­tec­tion du cli­mat et de l’environnement, y com­pris l’action en jus­tice et la mobi­li­sa­tion citoyenne sur les réseaux sociaux.

    1. Salut, le pro­blème c’est qu’au­cun des 5 points que tu cites ne font par­tie des pro­blèmes prin­ci­paux qu’on expose. Qui sont, pour faire très bref :
      1. Que vous faites un pro­cès pour deman­der plus de déve­lop­pe­ment durable (pour faire court, c‑a-d le « déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables » et « l’a­mé­lio­ra­tion de l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique », prin­ci­pa­le­ment, pour reprendre vos formulations).
      2. Que vous confon­dez « pro­tec­tion du cli­mat et de l’environnement » et « déve­lop­pe­ment durable » alors que les deux sont anti­no­miques, contra­dic­toires. C’est-à-dire que vous sem­blez soit igno­rer soit ne pas com­prendre que le « déve­lop­pe­ment durable » ne per­met­tra jamais d’en­di­guer le désastre en cours, qu’il désigne la conti­nua­tion du désastre qu’est la socié­té indus­trielle (dont il n’existe pas de ver­sion verte, durable, sou­te­nable, sauf dans les délires absurdes de ses plus fer­vents idéo­logues). Il y a un cer­tain nombre d’ar­ticles sur le déve­lop­pe­ment durable sur notre site. N’hé­si­tez pas à y jeter un œil pour plus d’explications.

      Comme : https://partage-le.com/2018/10/de-paul-hawken-a-isabelle-delannoy-les-nouveaux-promoteurs-de-la-destruction-durable-par-nicolas-casaux/
      https://partage-le.com/2018/06/pourquoi-lefficacite-energetique-ne-resout-rien-bien-au-contraire-par-max-wilbert/
      https://partage-le.com/2018/05/9289/
      https://partage-le.com/2017/02/lecologie-du-spectacle-et-ses-illusions-vertes/
      https://partage-le.com/2017/02/des-dangers-du-developpement-durable-ou-capitalisme-vert-par-derrick-jensen/
      https://partage-le.com/2017/08/ce-nest-pas-seulement-la-production-delectricite-qui-pose-probleme-cest-son-utilisation-et-tout-le-reste/
      https://partage-le.com/2016/02/cet-insoutenable-mot-de-developpement-par-fabrice-nicolino/

      1. Nico­las,

        J’ai lu un cer­tain nombre de vos articles ain­si que le PDF du mou­ve­ment DGR « rejoindre DGR ». Je ne connais­sais pas votre mou­ve­ment. Je réponds ci-des­sous à votre der­nier commentaire.
        Pre­miè­re­ment, on ne fait pas de pro­cès pour deman­der plus de déve­lop­pe­ment durable. Je ne suis pas sûr que vous ayez réel­le­ment lu et com­pris notre docu­ment. Je pense que votre opi­nion s’est arrê­tée sur des sym­boles et des idées préconçues. 

        Nos demandes sont les sui­vantes : répa­rer les pré­ju­dices invo­qués (pré­ju­dices moraux des asso­cia­tions et de cer­tains membres ain­si que du pré­ju­dice éco­lo­gique ; i.e. néces­saires pour jus­ti­fier notre inté­rêt à agir) ain­si que « Prendre toute mesures utiles per­met­tant de sta­bi­li­ser, sur l’ensemble du ter­ri­toire natio­nal, les concen­tra­tions de GES dans l’atmosphère à un niveau qui per­mette de conte­nir l’élévation de la tem­pé­ra­ture moyenne de la pla­nète à 1,5 °C ».
        En revanche, à aucun moment nous deman­dons une meilleure mise en œuvre de la notion de déve­lop­pe­ment durable. Si tu cherches avec ctrl.f dans le docu­ment de la demande préa­lable, tu consta­te­ras très rapi­de­ment mon pro­pos. Je t’invite à véri­fier. En ce qui concerne la demande rela­tive au déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables et à l’augmentation de l’efficacité éner­gé­tique, cela n’équivaut pas à deman­der « plus de déve­lop­pe­ment durable ». Au contraire, l’efficacité éner­gé­tique vise tout sim­ple­ment l’efficacité, la ratio­na­li­té et la fru­ga­li­té pour réduire in fine notre consom­ma­tion. Beau­coup de pos­si­bi­li­tés existent en fait à cet égard. L’énergie renou­ve­lable doit être déve­lop­pée quant à elle pour faire face a mini­ma à nos besoins les plus essen­tiels et pour rem­pla­cer les éner­gies très sales ou nucléaires. Et, quand bien même la pro­duc­tion de nou­veaux maté­riaux pour les éoliennes ou les pan­neaux solaires a un impact plus ou moins pro­blé­ma­tique sur l’environnement et les droits de l’homme, celui-ci n’est pas aus­si impor­tant même s’il doit encore s’atténuer. A cet égard, un mou­ve­ment juri­dique inter­na­tio­nal impor­tant vise à res­pon­sa­bi­li­ser les mul­ti­na­tio­nales. Du reste, il est clair que les solu­tions tech­no­lo­giques doivent encore être améliorées.

        Quoi qu’il en soit, si le gou­ver­ne­ment don­nait satis­fac­tion à nos demandes, un chan­ge­ment de socié­té radi­cal et posi­tif devrait être mis en œuvre, car la pro­tec­tion du cli­mat et de l’environnement néces­site une vision holis­tique. Il est de ce point de vue très clair que le sacri­fice d’une par­celle de forêt pour un champ de pan­neaux pho­to­vol­taïques soit une absur­di­té totale. Mais de nos jours, nous dis­po­sons des moyens néces­saires, qu’ils soient poli­tiques, juri­diques et de com­mu­ni­ca­tion pour empê­cher que de telles aber­ra­tions se répètent à l’échelle locale.

        Mal­gré tout, je pense com­prendre ce que vous écri­vez, dans le sens où notre demande se heurte au sys­tème capi­ta­liste et à son modèle de crois­sance éco­no­mique dans lequel la France et le monde entier sont pro­fon­dé­ment ancrés. Je suis sen­sible à cette cri­tique car elle est loin d’être dénuée de sens. Au regard de cette situa­tion, seul le déve­lop­pe­ment durable pour­rait être selon vous une voie alter­na­tive admis­sible au sta­tut quo pour le sys­tème éco­no­mique. Vous avez sûre­ment rai­son. Il faut se battre pour que cela ne soit pas la seule alter­na­tive cré­dible à nos sociétés. 

        Au demeu­rant, votre cri­tique tein­tée d’un mépris pro­fond à l’égard de notre action en rai­son de nos moyens de com­mu­ni­ca­tions pour appe­ler à un éveil des consciences me semble être très peu construc­tive. En outre, au regard de l’intérêt lar­ge­ment insuf­fi­sant de la socié­té et du monde entier pour les enjeux envi­ron­ne­men­taux, votre appel à la décrois­sance radi­cale et au déman­tè­le­ment de nos socié­tés indus­trielles en guise de conclu­sion est encore plus uto­pique et fon­da­men­ta­le­ment irréa­li­sable (du moins, à l’heure actuelle). En effet, com­ment comp­tez-vous faire entrer des gens en résis­tance, en France ou dans les pays en déve­lop­pe­ment, alors qu’ils n’ont pas de conscience éco­lo­gique et n’ont même pas les moyens d’en avoir une ? Les per­sonnes subis­sant la pau­vre­té ne peuvent presque pas se per­mettre de se consa­crer à la pro­tec­tion de l’environnement. Or, un mou­ve­ment d’écorésistance requiert une cer­taine masse de per­sonnes dis­po­nible, et ce à l’échelle planétaire. 

        En tout cas, depuis que l’Etat néer­lan­dais s’est fait condam­ner en 2015 par sa propre jus­tice, des recours contre les Etats et contre les entre­prises pol­lueuses se sont mul­ti­pliés dans le monde entier, à savoir aux USA, en Europe, en Inde, en Aus­tra­lie, dans les Phi­lip­pines etc… Je pense que ce mou­ve­ment est por­teur d’espoir même s’il est vrai que beau­coup de défis juri­diques res­tent à être rele­vés. Ce mou­ve­ment ne vise pas néces­sai­re­ment à sau­ver la civi­li­sa­tion indus­trielle, mais à la réin­ven­ter, et ce, par des moyens paci­fistes, avec l’appui de normes exis­tantes et accep­tées par nos socié­tés telles que les droits de l’homme et celles visant la pro­tec­tion de l’environnement.

        Le docu­ment du DGR pré­tend qu’un chan­ge­ment de para­digme est impos­sible en l’état (notam­ment avec les géné­ra­tions exis­tantes, ren­voi à l’idée de Max Planck), mais vous n’êtes aucu­ne­ment en mesure de le prou­ver. Nous ne sommes pas non plus en mesure de prou­ver qu’une tran­si­tion éco­lo­gique paci­fiste puisse se réa­li­ser. Mais je veux croire que la tran­si­tion éco­lo­gique vers la décrois­sance et la per­ma­cul­ture puisse se réa­li­ser de manière paci­fique. Cela requiert un enga­ge­ment quo­ti­dien, qui ne peut se res­treindre au seul champ des idées. 

        En atten­dant, au lieu de s’opposer à notre action et de vou­loir s’en démar­quer à tout prix, vous feriez-mieux de nous rejoindre car je pense que nous nous bat­tons pour la même cause. En effet, si le temps semble être venu au Bré­sil pour prendre les armes afin de pro­té­ger l’Amazonie contre les pro­jets du nou­veau gou­ver­ne­ment, cela ne me paraît pas encore être le cas en France. Pour moi, vos idées sont pré­ma­tu­rées et non adap­tées à la France et à l’Europe. Avant de vou­loir faire usage de la force, tous les moyens paci­fistes devraient être mis en œuvre. Et on est encore très loin d’avoir uti­li­sé tous les moyens non-vio­lents possibles.

        1. Vous pen­sez pou­voir chan­ger les effets délé­tères du sys­tème en char­geant la res­pon­sa­bi­li­té sur l’in­di­vi­du qui devrait pou­voir, par son com­por­te­ment, sa prise de « conscience » modi­fier la méca­nique du sys­tème, le ren­dant plus vertueux.
          Il y a, à mon sens, une pro­fonde dif­fé­rence d’analyse.
          .
          Deman­dez à Apple (Apple le Trust pas l’in­di­vi­du) de ne pas conti­nuer à vendre du rêves mais à expli­quer concrè­te­ment l’im­pact de ses pro­duc­tions sur les res­sources humaines et naturelles.
          .
          Deman­dez à Bri­tish Petro­leum (BP le Trust pas l’in­di­vi­du) de ne pas s’im­pa­tien­ter de voir la calotte gla­ciaire fondre pour pou­voir exploi­ter les réserves d’hy­dro­car­bure juste en dessous.
          .
          Deman­dez à mon fils de com­prendre pour­quoi ses Nike pose glo­ba­le­ment une sorte de pro­blème (et ma machine à café, ma bagnole, ma montre, mon ordi­na­teur, mon TGV, mes îles caï­mans, les machines for­mi­dables qui tiennent son grand père en vie à 93 ans dans quel état…)
          .
          Bref, « Holis­ti­que­ment ». Vous pen­sez pou­voir vous battre contre l’ex­tra­or­di­naire pou­voir de condi­tion­ne­ment, de per­sua­sion, de déma­go­gie du sys­tème qui s’at­taque avec immense suc­cès aux leviers psy­cho­lo­giques les plus pri­maires et élé­men­taires de notre espèce en invo­quant l’idéaliste facul­té d’a­na­lyse d’ap­proche holis­tique que cha­cun pour­rait exer­cer librement.
          .
          Non. Votre « conscience » éco­lo­giste eth­no­cen­trée ne remet­tra pas en ques­tion les absurdes, super­fi­ciels et condi­tion­nés besoins « Que je le vaux bien » .
          .
          Et entendre qu’il s’a­git de for­cer le Gvt à dimi­nuer la quan­ti­té de Co2 émise en France et juste com­plè­te­ment con. Rapa­trions la pro­duc­tion de bien de consom­ma­tion jusque la impor­té, en France, et seule­ment alors la ques­tion aurait du sens. Et recal­cu­lons le coût réel du KW/h nucléaire tant qu’on y est, ces­sant de nous cacher der­rière un scien­tisme naïf.
          .
          Et dans votre vidéo, on se garde bien de par­ler des souf­frances ani­males, humaines et natu­relles que le sys­tème entre­tient pour son plus grand pro­fit. Il ne s’a­gi­rait pas de trop le cham­boul­ler… lui et ses divi­dendes, retour sur inves­tis­se­ment, point de crois­sance, start up nation et autre Tra­ding Haute Fréquence.

    2. le man­dat impé­ra­tif n’existe pas en poli­tique ; à mon avis toute déci­sion de jus­tice en ce sens pour­ra être contes­tée sur cette base

    1. Hel­lo,

      Les rayon­ne­ment de la cha­leur venant de réser­voires magmatiques/plumes plus ou moins à fleur de la sur­face ont tou­jours été pré­sents et n’ont jamais empê­ché le cou­vert de neiges et de glaces aux pôles de se for­mer, de s’é­tendre et de per­sis­ter pen­dant plu­sieurs mil­liers d’an­nées. Que ce soit au Groen­land, en Islande ou en Antarc­tique. La fonte inexo­rable des calottes ne vient pas de là, tout comme la fonte des gla­ciers andins ou alpins.
      Lors­qu’il est ques­tion du cli­mat, il n’est pas ques­tion uni­que­ment des tem­pé­ra­tures atmo­sphé­riques voire l’in­ter­face entre les gla­ciers et le sub­strat (pour rap­pel, l’at­mo­sphère prends pra­ti­que­ment pea­nuts du sur­plus de cha­leur par rap­port aux océans), il est ques­tion de cycles : cycles de l’eau, cycle du carbone, ..
      Et sur ce der­nier point, tout le monde aura beau ges­ti­cu­ler comme il le faut, mais per­sonne ne sait quel sera l’é­tat final de ces cycle quand le sys­tème-Terre aura trou­vé un nou­vel équi­libre à cause de nos conne­ries (émis­sions fos­siles CO2, des­truc­tion des réser­voirs, modi­fi­ca­tion albe­do, mono­cul­ture et impli­ca­tions sur la bio­di­ver­si­té et bien d’autres) : il y a de fortes pro­ba­bi­li­té que l’a­gri­cul­ture ne soit plus pos­sible, et encore moins pour nour­rir des repas de fête pour ce chep­tel humain à 7 mil­liards de têtes.
      Le com­bat pour le moment, c’est de bri­ser et se déba­ras­ser de ce qui pour­rait empê­cher notre vie ou notre sur­vie d’êtres libres, et de devoir tro­quer cette liberte pour une dépen­dance à des struc­tures mor­ti­fères et prêtes à nous mettre sous tutelle tech­no­lo­gique dans l’u­nique but que rien ne change (et pour cela, l’om­ni­pré­sence des écrans dans nos vies ont un fabu­leux pou­voir hyp­no­tique pour y entrer). La manière… impro­vi­sa­tion totale, tous les « manuels » de recettes ont échoué et sont trop connus des organes de coercitions.

  11. Bon­soir,
    Je lis votre article, inté­res­sant, mais très anxiogène.
    Ils se trompent. Soit.
    Que pro­po­sez vous alors ? Quelle est la démarche à suivre ? Quelle est la posi­tion à défendre ?
    Faut-il juste se rési­gner et attendre l’annihilation bien gentiment ?

    Il est facile je trouve de ne pas por­ter votre cri­tique plus loin et d’apporter des élé­ments construc­tifs au débat.

    1. Non, il n’est pas facile de for­mu­ler notre cri­tique, on aurait aimé vous y voir. En outre, la cri­tique et la pro­po­si­tion sont deux choses dif­fé­rentes, notre article n’a­vait pas pour objet de se concen­trer sur la for­mu­la­tion d’une pro­po­si­tion alter­na­tive. Beau­coup d’ar­ticles sur notre site se concentrent sur cette ques­tion. De même que le livre Deep Green Resis­tance que nous venons de publier : http://editionslibre.org/produit/deep-green-resistance-un-mouvement-pour-sauver-la-planete-derrick-jensen-lierre-keith-et-aric-mcbay/

    2. bon­jour, ce terme « anxio­gène » est révé­la­teur du fait que l’on veulent « posi­ti­ver » on veut un « espoir ». En lisant Labo­rit (et sûre­ment d’autres) on com­prend que c’est vital pour notre struc­ture, sinon on se détruit soi-même. (éloge de la fuite, agres­si­vi­té détournée).
      cette ini­tia­tive média­tique est plus sim­ple­ment citoyen­niste ; sans remettre en cause le sys­tème, elle par­ti­cipe à ras­sem­bler des per­sonnes sur un point pré­cis (ici la vie sur terre) de tout milieux sociaux cultu­rels qu’on a tel­le­ment ato­mi­sé que c’est déjà un grand pas de les ras­sem­bler, j’ai vu aus­si cela avec les fau­cheurs, les anti­nuc à Bure et ailleurs, et autres sites NDDL, Sivens, NoTav.
      La démarche c’est de s’en­ga­ger dans un domaine de votre affi­ni­té et de ral­lier, sou­te­nir selon vos moyens les groupes d’op­po­si­tion radi­cale en plus de ces démarches citoyen­nistes plus confor­tables pas inutiles tout de même.
      La posi­tion à défendre, c’est la ren­contre, c’est l’ac­cès à la terre nour­ri­cière non conta­mi­née pour le plus grand nombre. C’est tendre vers des socié­tés à taille humaine les plus justes pos­sible et sur­tout des­cendre du nuage du déve­lop­pe­ment. (capi­ta­lisme, scien­tisme, bar­ba­rie civi­li­sée, pro­duc­ti­visme, méca­niste, occi­den­ta­lo­cen­trique ego­cen­trique etc)
      Il ne faut bien sûr pas se rési­gner mais se révol­ter en tenant compte des pièges du pas­sé (cf l’homme révol­té) « le pou­voir est mau­dit » il doit être répar­ti comme une braise incan­des­cente que l’on se passe une seconde main à main au su et vu de tous.

  12. Inté­res­sant de lire vos réflexions et les réponses étayées dans les com­men­taires… Gra­ti­tude à toutes les per­sonnes qui cherchent à contri­buer pour la vie :-). Notre matière grise (qui en fait est rose) est utile en cela, notre intui­tion et notre cœur aus­si, il me semble. Nous sommes tous liés ‑comme tou­jours — dans cette expé­rience à venir !

  13. Cet article fût très inté­res­sant quoi qu’un peu cynique et un peu moins appuyé pour ce qui est de la cri­tique des you­tu­beurs et des visages de l’é­co­lo cool.
    Je pense que rendre l’é­co­lo­gie cool est une bonne idée et per­met de don­ner à cette lutte de l’im­por­tance que une élite d’é­ru­dits ne pour­rait soulever.
    Je pense que ces éru­dits et intel­lec­tuels devraient plu­tôt mar­cher main dans la main pour ame­ner ces you­tu­beurs et autres visages à trans­mettre les bons messages.
    Car je crois que déni­grer n’a plus place dans ce monde oú nous devons nous battre ensemble.
    Nous sommes à l’é­coute et nous vou­lons chan­ger le monde et aus­si naïf que cela semble, nous avançons.
    Ces you­tu­beurs parlent de consom­mer moins et mieux et changent peu à peu le regard des gens, à leur échelle. Ils parlent de zéro déchet, de vie mini­male, de ne pas prendre l’a­vion, de chan­ger de banque. Ce sont peut être des gestes simples et insi­gni­fiants mais en tout cas c’est au delà du simple fait de par­ler de baisse des gaz à effet de serre.
    Quels seraient les meilleurs modes d’ac­tion selon vous ? Vaut-il mieux ne rien faire du tout ?

  14. je vous sou­tiens et sou­haite sin­cè­re­ment que votre démarche aboutissent !
    il faut mettre fin a cette cor­rup­tion de folie , pour le bien de tout les être et de la terre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Vidéo : la collapsologie ou l’écologie mutilée (Renaud Garcia)

Ci-après, l'intervention de Renaud Garcia (professeur de philosophie et auteur, notamment, du Désert de la critique et du Sens des limites, parus chez l’Échappée, que je vous recommande) lors des rencontres d'été de l'association Crise & Critique, au sujet de la collapsologie. Intervention dans laquelle il présente pour partie le contenu de son prochain livre, La collapsologie ou l'écologie mutilée, à paraître fin octobre, toujours chez l’Échappée.
Lire

Se battre pour le vivant ! (par Thierry Sallantin)

Nous sommes en guerre, la guerre est là, trop tard pour fuir le conflit en cours et défiler "pour la paix", car le faire ressemblerait à la lâcheté des "je-m'en-foutiste" : face aux luttes en cours, se voiler la face par un "foutez-moi la paix", et donc devenir comme dans les années quarante un "collabo", ou retomber dans les polémiques des anarchistes qui optaient pour le pacifisme face à l'invasion allemande de 1914... Non, il faut avoir le courage de combattre car jamais la vie n'a été aussi gravement menacée.