Allemagne : une femme enceinte attaquée par des militants trans lors d’un évènement contre l’industrie du sexe

Tra­duc­tion d’un article de Gene­vieve Gluck ini­tia­le­ment paru, en anglais, le 21 décembre 2022 sur le site du média fémi­niste Reduxx. Le lien (ou l’in­ter­sec­tion, pour reprendre un terme en vogue) entre indus­trie du sexe, proxé­né­tisme et trans­gen­risme est beau­coup trop peu discuté.


En Alle­magne, des femmes, dont une mère enceinte de six mois, qui assis­taient à un évé­ne­ment cri­ti­quant l’in­dus­trie du sexe, ont été agres­sées par des mili­tants trans­genres venus pour pro­tes­ter contre la tenue de la rencontre.

Le dimanche 11 décembre, une confé­rence inti­tu­lée « La nou­velle pseu­do-gauche » s’est tenue au centre cultu­rel de Conne Island à Leip­zig. L’é­vé­ne­ment, auquel par­ti­ci­pait l’au­teur com­mu­niste Jörg Fin­ken­ber­ger, visait à cri­ti­quer l’ac­cep­ta­tion par la gauche poli­tique de l’in­dus­trie du sexe (le sou­tien de la gauche en faveur de la léga­li­sa­tion de la pros­ti­tu­tion en Alle­magne), ain­si que son trai­te­ment et sa sup­pres­sion des fémi­nistes cri­tiques de l’i­déo­lo­gie du genre.

Une décla­ra­tion de Sis­ters, une orga­ni­sa­tion qui défend les femmes qui cherchent à sor­tir de l’industrie du sexe, a été dis­tri­buée pen­dant la confé­rence. Sis­ters pro­meut une légis­la­tion com­mu­né­ment appe­lée « modèle nor­dique », qui péna­lise les proxé­nètes et les ache­teurs de sexe dans le but de réduire la demande de tra­fic sexuel plu­tôt que de cri­mi­na­li­ser les femmes contraintes de tra­vailler dans cette industrie.

Le groupe acti­viste trans­genre Links­ju­gend Leip­zig Ost [un groupe de l’aile jeu­nesse offi­cielle du par­ti poli­tique appe­lé « La Gauche », Die Linke, en Alle­magne, NdT] a ras­sem­blé ses membres pour pro­tes­ter à l’ex­té­rieur du lieu en invo­quant une « trans­pho­bie » et une « hos­ti­li­té à l’égard des tra­vailleuses du sexe ».

Selon des témoins ocu­laires, des membres du groupe ont blo­qué l’en­trée du bâti­ment tout en criant des jurons sur les « TERF » — un acro­nyme anglais pour « Trans Exclu­sio­na­ry Radi­cal Femi­nist » (« Fémi­niste radi­cale excluant les trans ») sou­vent uti­li­sé comme une injure à l’encontre des femmes qui cri­tiquent l’i­déo­lo­gie du genre.

Les femmes ont éga­le­ment été trai­tées de « SWERFs », une insulte uti­li­sée pour déni­grer celles qui cri­tiquent l’in­dus­trie du sexe. L’a­cro­nyme signi­fie « Sex Wor­ker Exclu­sio­na­ry Radi­cal Femi­nist » (« Fémi­niste radi­cale qui exclut les tra­vailleuses du sexe ») et est fré­quem­ment uti­li­sé en conjonc­tion avec « TERF ».

Le groupe de mili­tants trans, com­po­sé d’une qua­ran­taine de per­sonnes vêtues de noir, s’est effor­cé d’empêcher les visi­teurs d’en­trer, et cer­tains ont même agres­sé phy­si­que­ment les participants.

L’une des femmes pré­sentes, Marie, une sur­vi­vante de l’industrie du tra­fic sexuel, a racon­té à Reduxx les attaques dont ont été vic­times les par­ti­ci­pantes à l’é­vé­ne­ment. Marie décrit com­ment l’a­gres­sion s’est rapi­de­ment inten­si­fiée tan­dis que les gens ten­taient d’en­trer dans le centre de Conne Island, et explique que tous les par­ti­ci­pants ont été fouillés afin de s’assurer qu’elles ou ils ne pos­sé­daient pas d’armes avant d’être auto­ri­sés à entrer, en rai­son des menaces qui avaient été pro­fé­rées à l’en­contre des gérants de l’évènement.

Selon Marie, une femme, en par­ti­cu­lier, était la cible des acti­vistes, la célèbre bio­lo­giste et fémi­niste Marie-Luise Voll­brecht. Marie-Luise Voll­brecht fait l’objet d’agressions de la part des mili­tants trans­genres depuis l’an­nu­la­tion d’une confé­rence qu’elle devait pré­sen­ter sur l’é­vo­lu­tion du sexe bio­lo­gique au début de l’année.

Sa confé­rence, inti­tu­lée « Genre et sexe sont deux choses dif­fé­rentes : le sexe, le genre et pour­quoi il n’existe que deux sexes en bio­lo­gie », était des­ti­née à pré­sen­ter les recherches qu’elle mène à l’université dans les domaines de la neu­ro­bio­lo­gie et de la phy­sio­lo­gie ani­male. Marie explique que Voll­brecht avait été pla­cée au centre de leur groupe afin d’être pro­té­gée des pires agres­sions, en rai­son des appels à la vio­lence à son encontre qui avaient cir­cu­lés sur les médias sociaux.

« Nous savions qu’ils la détes­taient le plus et vou­laient la voir bles­sée », explique Marie. « Cela a com­men­cé lorsque nous avons essayé d’en­trer. Marie-Louise [Voll­brecht] a reçu un coup de coude dans les côtes. Ils essayaient de nous bousculer. »

À l’ex­té­rieur de la salle, des membres de Links­ju­gend Leip­zig Ost ont lu une décla­ra­tion qu’ils avaient pré­pa­rée, qui dési­gnait nom­mé­ment Voll­brecht comme une « TERF » et dénon­çait Sis­ters comme une asso­cia­tion com­po­sée de « fémi­nistes radi­cales qui sont anti-trans et anti-tra­vailleuses du sexe ».

Marie décrit com­ment une de ses amies ayant quit­té l’é­vé­ne­ment tôt a été agres­sée en sor­tant du bâti­ment. Le groupe d’ac­ti­vistes trans s’était ras­sem­blé devant l’en­trée, et en sor­tant, elle a été frap­pée au visage par l’un d’eux. « Après ça, mes amis mas­cu­lins sont sor­tis pour voir ce qui se pas­sait. L’un des mani­fes­tants lui a arra­ché son cha­peau et l’a jeté. C’est là que les choses ont dégé­né­ré. » Marie raconte qu’un de ses amis hommes a été asper­gé de spray au poivre au visage par un acti­viste trans habillé tout en noir qui lui a crié comme un reproche qu’il n’était qu’un homme « cis ». Même une femme enceinte de six mois a été la cible des agres­seurs, et a été atta­quée tan­dis qu’elle ten­tait de quit­ter les lieux.

Alors qu’elle était mal­me­née, la femme a essayé de dire aux acti­vistes trans­genres qu’elle était enceinte afin qu’ils cessent de la bru­ta­li­ser. Mais le fait de les en infor­mer n’a pas mis fin à l’at­taque, et l’un des mani­fes­tants lui a déli­bé­ré­ment souf­flé de la fumée de ciga­rette au visage et l’a har­ce­lée de manière inti­mi­dante tan­dis qu’elle fuyait vers sa voi­ture. Selon Marie, le petit ami de la femme est inter­ve­nu, lui épar­gnant des bles­sures graves. « Elle a été atta­quée spé­ci­fi­que­ment parce qu’elle était enceinte. Ce n’est pas comme s’ils ne savaient pas qu’elle était enceinte », dit Marie.

La police était pré­sente à l’ex­té­rieur de la salle, mais Marie dit que cer­taines femmes étaient réti­centes à por­ter plainte par peur pour leur répu­ta­tion. D’autres hési­taient en rai­son de leurs posi­tions poli­tiques. Une femme qui avait été frap­pée au visage vou­lait aller à la police, mais a eu du mal à trou­ver des per­sonnes prêtes à étayer sa décla­ra­tion, crai­gnant pour leur propre sécu­ri­té. « La police n’a pas la meilleure répu­ta­tion… Et nous sommes tous des gau­chistes. Cer­tains ne veulent pas aller voir la police et col­la­bo­rer », explique Marie. « Mais le lieu a mis en place une adresse e‑mail où ils sol­li­citent des mes­sages de toute per­sonne ayant été agressée. »

Dans les jours qui ont sui­vi ces agres­sions, Links­ju­gend Leip­zig Ost a publié sur Twit­ter un fil de dis­cus­sion se moquant nar­quoi­se­ment des par­ti­ci­pantes, de Voll­brecht en par­ti­cu­lier, avec des vidéos repré­sen­tant des sol­dats gisant morts et ensan­glan­tés sur un champ de bataille.

Marie ajoute que les per­sonnes agres­sées ont été « pré­sen­tées comme les agres­seurs » sur les réseaux sociaux par les mili­tants trans. Marie et d’autres femmes assis­tant à la confé­rence avaient ame­né des amis mas­cu­lins avec elles, dit-elle, parce qu’elles s’at­ten­daient à être atta­quées — ce que les acti­vistes trans ont qua­li­fié d’in­ci­ta­tion à la vio­lence. « Ces gens sont très dan­ge­reux, et ils nous doxxent dans leurs groupes », ajoute Marie. « Ils savent où nous vivons, ils connaissent nos noms, et je sais que cer­tains d’entre eux sont des proxé­nètes, que d’autres sont des consom­ma­teurs de por­no, qu’ils sont très miso­gynes, qu’ils ont une haine des femmes. »

Marie explique que l’hos­ti­li­té des acti­vistes trans ne cesse d’augmenter et qu’elle pro­voque un cli­mat de peur par­mi les femmes en Alle­magne qui s’op­posent à l’in­dus­trie du sexe et à l’i­déo­lo­gie du genre. « Nous ne nous sen­tons pas en sécu­ri­té en allant à des évé­ne­ments de gauche », explique Marie. Elle a éga­le­ment consta­té que les acti­vistes trans­genres par­ti­cipent à des évé­ne­ments orga­ni­sés par des groupes de sou­tien en faveur des femmes ayant quit­té l’in­dus­trie du sexe ou qui s’opposent au modèle légal de la pros­ti­tu­tion, afin de les intimider.

Les groupes d’ac­ti­vistes trans­genres « menacent mas­si­ve­ment » les femmes de vio­lence, selon Marie, ce qui a pour effet de décou­ra­ger les femmes de pro­tes­ter publi­que­ment contre la puis­sante indus­trie du sexe alle­mande. L’Al­le­magne est sou­vent appe­lée fami­liè­re­ment le « bor­del de l’Eu­rope » en rai­son de l’am­pleur de son mar­ché de la pros­ti­tu­tion légale, dans lequel de nom­breuses pra­tiques effa­rantes ont été normalisées.

Ces der­nières années, il y a eu des cas docu­men­tés de vio­leurs condam­nés ayant été auto­ri­sés à se rendre dans des mai­sons closes dans l’in­ten­tion expli­cite d’« accu­mu­ler de l’ex­pé­rience avec les femmes » comme une forme de thé­ra­pie. Des femmes migrantes déses­pé­rées ont éga­le­ment été la cible de sol­li­ci­ta­tions de la part de l’« indus­trie », cer­tains col­lec­tifs de « tra­vailleuses du sexe » diri­gés par des acti­vistes trans­genres ayant été récem­ment cri­ti­qués pour avoir ten­té d’approcher des Ukrai­niennes fuyant le conflit. En mars, Reduxx rap­por­tait com­ment une orga­ni­sa­tion de « tra­vailleuses du sexe » diri­gée par un acti­viste trans avait uti­li­sé les réseaux sociaux afin de faire par­ve­nir des infor­ma­tions sur la manière d’entrer dans le com­merce légal du sexe en Alle­magne à des réfu­giées ukrainiennes.

L’or­ga­ni­sa­tion ber­li­noise Trans*Sexworks, qui se décrit comme « une struc­ture et un réseau de sou­tien entre pairs pour les tra­vailleuses et tra­vailleurs du sexe trans et non binaires », a publié des annonces de ser­vices de conseil à l’in­ten­tion des femmes ukrai­niennes qui « ont besoin de sou­tien ou d’in­for­ma­tions sur la manière de com­men­cer à tra­vailler dans le sexe en Alle­magne ». Le même mois, les forces de police de Ber­lin publiaient une décla­ra­tion met­tant en garde le public contre la pré­sence de tra­fi­quants d’êtres humains ten­tant d’at­ti­rer les réfu­giés d’U­kraine à la gare cen­trale de la ville.

Huschke Mau, autrice et défen­seuse du modèle de légis­la­tion nor­dique, a décla­ré à la Deutsche Welle : « Chaque jour, dans ce pays, 1,2 mil­lion d’hommes vont voir une pros­ti­tuée. L’Al­le­magne est le pre­mier pays de des­ti­na­tion de la traite des êtres humains à l’intérieur de l’UE », ajou­tant que les tra­fi­quants et les proxé­nètes « savent que les réfu­giés peuvent leur rap­por­ter beau­coup d’argent ».

Gene­vieve Gluck


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes