Le mouvement trans, une contre-offensive patriarcale (par Kajsa Ekis Ekman)

Le texte qui suit est une tra­duc­tion légè­re­ment édi­tée d’un mor­ceau du livre de la fémi­niste mar­xiste sué­doise Kaj­sa Ekis Ekman inti­tu­lé On the Mea­ning of Sex : Thoughts about the New Defi­ni­tion of Woman (« Sur la signi­fi­ca­tion du sexe : réflexions sur la nou­velle défi­ni­tion du mot “femme” »), paru en 2023.


Ima­gi­nons qu’ignorant ce que signi­fie le mot « femme », nous entre­pre­nions d’examiner ses occur­rences dans les archives his­to­riques. Deux points appa­raî­traient rapi­de­ment : « femme » est un mot uti­li­sé par les hommes, en réfé­rence à une chose qu’ils ne consi­dèrent pas comme par­ti­cu­liè­re­ment importante.

Sous le patriar­cat, le mot femme est la pro­prié­té des hommes. De l’An­ti­qui­té à la fin du XIXe siècle, le mot appa­raît prin­ci­pa­le­ment avec des conno­ta­tions néga­tives : la femme est une péche­resse, une subor­don­née ou une non-per­sonne. Elle appa­raît d’a­bord dans l’An­cien Tes­ta­ment comme un sou­tien et un récon­fort pour l’homme, « on la nom­me­ra hom­messe, parce qu’elle a été prise de l’homme » [ou, variante[1], « celle-ci sera appe­lée femme (Isha), parce qu’elle a été prise de l’homme (Ish) »], pour ensuite être punie et som­mée d’o­béir à l’homme. Elle est ensuite effa­cée de l’his­toire dans les longues lita­nies où il est dit que les hommes « engendrent » des fils par eux-mêmes : Abra­ham engen­dra Isaac, Isaac engen­dra Jacob, et Jacob engen­dra Judas et ses frères… Le Rig Veda affirme que son « intel­lect a peu de poids[2] » et qu’avec « les femmes il ne peut y avoir d’amitié durable : le cœur des femmes est comme le cœur des hyènes[3] ». Il lui est expres­sé­ment inter­dit de par­ti­ci­per aux rituels de la Grèce antique[4]. Pour Aris­tote, la femme est un homme « man­qué ». Pour Tho­mas d’A­quin, elle est « un être ché­tif et défec­tueux ». Pour Mar­tin Luther, la femme est une créa­ture conçue pour por­ter des enfants et faire la joie de leurs maris en s’occupant de la mai­son­née — et peu importe qu’elles meurent en couche, elles sont faites pour ça. Pour Rous­seau, elle « est faite pour céder à l’homme et pour sup­por­ter même son injus­tice » — « leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et hono­rer d’eux, les éle­ver jeunes, les soi­gner grands, les conseiller, les conso­ler, leur rendre la vie agréable et douce : voi­là les devoirs des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance ». Pour Napo­léon Bona­parte, elle est la « pro­prié­té » de l’homme « comme l’arbre à fruit est celle du jar­di­nier ». Pour Scho­pen­hauer, elle est une créa­ture faite pour se consa­crer « au ménage, […] au tra­vail et à la sou­mis­sion ». Pour Bau­de­laire elle est « abo­mi­nable » et « sim­pliste, comme les ani­maux ». Pour Nietzsche, la femme, qui est « mau­vaise », est aus­si « une pro­prié­té, un bien qu’il faut mettre sous clé », une créa­ture faite « pour la domes­ti­ci­té ». Pour Prou­dhon elle est mora­le­ment et intel­lec­tuel­le­ment infé­rieure dans la mesure où elle vaut 8/27 du sexe fort, c’est-à-dire du mâle, comme l’a noté de Beau­voir[5].

Il est révé­la­teur, mais aus­si assez décou­ra­geant, de recher­cher le mot femme dans les textes his­to­riques et clas­siques. Il est très rare de trou­ver une réfé­rence neutre, et plus encore posi­tive, à la femme. Les uns après les autres, des hommes — scien­ti­fiques, chefs reli­gieux, poli­ti­ciens — expliquent ce qu’est la femme et quelle doit être sa place. Pour une lec­trice, le poids de ces quelques mil­liers d’an­nées d’his­toire, anté­rieurs au capi­ta­lisme et à l’in­dus­tria­li­sa­tion, pos­sède un effet véri­ta­ble­ment déprimant.

Pour­tant, à la fin des années 1700, quelque chose s’est pro­duit. Les femmes ont com­men­cé, en nombre crois­sant, à se réap­pro­prier le mot « femme ». En 1761, l’autrice sué­doise Hed­vig Char­lot­ta Nor­den­flycht écrit Fruen­tim­rets förs­var (« Pour la défense des femmes »). En 1792, Mary Woll­sto­ne­craft publie Défense des droits des femmes, sui­vie de quelques consi­dé­ra­tions sur des sujets poli­tiques et moraux. Au cours de la pre­mière moi­tié du XIXe siècle, Sojour­ner Truth fait une tour­née de confé­rences à tra­vers les États-Unis, remar­quant qu’en « ce qui concerne l’in­tel­li­gence, tout ce que je peux dire, c’est si une femme en a une pinte, et un homme un quart — pour­quoi ne pour­rait-elle rem­plir sa petite pinte[6] ? ». Les autrices euro­péennes Fre­dri­ka Bre­mer et Jane Aus­ten décrivent la situa­tion des femmes dans des romans et le pre­mier congrès inter­na­tio­nal des femmes est orga­ni­sé par l’autrice fran­çaise Maria Deraismes en 1878. Les femmes s’ex­priment les unes après les autres. Et leurs décla­ra­tions ont en com­mun d’affirmer que ce que les hommes ont dit d’elles pen­dant des mil­liers d’an­nées est faux. Des hommes com­mencent alors à se joindre à la cause. Le mar­quis de Condor­cet en France et Qasim Amin en Égypte se pro­noncent en faveur de l’é­ga­li­té entre les sexes.

Alors la presse com­mence à par­ta­ger de plus en plus d’in­for­ma­tions sur des congrès de femmes, des orga­ni­sa­tions pour le suf­frage des femmes et des marches de femmes. Au début des années 1900, le mot femme appa­raît sou­vent en rela­tion avec le mou­ve­ment pour le suf­frage. À la fin des années 1900 et au début des années 2000, l’u­ti­li­sa­tion du mot « femme » par les femmes a explo­sé. Il est désor­mais rare de voir le mot uti­li­sé de manière péjo­ra­tive, sauf dans des cita­tions de textes his­to­riques, ou afin d’exprimer un point de vue dif­fé­rent de celui de l’autrice ou de l’auteur. Le mot femme a acquis un nou­veau sens : il ne désigne plus un être infé­rieur mais un sujet poli­tique oppri­mé ayant le droit de se révol­ter. Les femmes deviennent un groupe qui existe non seule­ment en lui-même, mais aus­si pour lui-même. (Une classe sociale qui existe en elle-même par­tage des condi­tions de vie et un sta­tut mais n’en est pas consciente, tan­dis qu’un groupe qui existe pour lui-même est conscient de son exis­tence et de ses condi­tions de vie et s’or­ga­nise poli­ti­que­ment). Le mot femme devient puis­sant, vibrant de la force d’une classe qui se sou­lève après plu­sieurs mil­liers d’an­nées de ser­vi­tude, qui connaît sa valeur, qui connaît le che­min et qui connaît l’en­ne­mi. À la fin du XXe siècle, le mot « femme » n’ap­par­tient plus au patriar­cat, il appar­tient aux femmes.

Mais lorsqu’un outil ne fonc­tionne plus, on le met géné­ra­le­ment au rebut. Or le mot femme, en ce début du XXIe siècle, est non seule­ment un outil inopé­rant pour le patriar­cat, mais éga­le­ment un outil dan­ge­reux, puis­qu’il se retrouve entre les mains de la résis­tance. Il s’en­suit que le mot doit être ren­du inoffensif.

C’est pour­quoi une guerre lin­guis­tique est actuel­le­ment livrée contre lui, qui cherche à le frag­men­ter, à le mettre en pièces, à le réduire à des par­ties du corps [« per­sonne à uté­rus »], à lui faire signi­fier son contraire, à lui ajou­ter des pré­fixes [cis ou trans], à le dire pro­blé­ma­tique, à dif­fa­mer celles et ceux qui l’u­ti­lisent et à ques­tion­ner son droit d’exister. L’objectif de cette guerre consiste à nous empê­cher de faire réfé­rence aux femmes en tant que sujets poli­tiques, à nier l’existence des femmes en tant que sujets poli­tiques. Elle ne cor­res­pond pas à une conspi­ra­tion consciente, mais à un pro­ces­sus orga­nique qui raf­fer­mit le pou­voir mena­cé de la supré­ma­tie mas­cu­line. Et elle ne pour­rait être livrée si elle n’était per­çue comme une lutte pro­gres­siste. Dans la conscience col­lec­tive, le pro­grès, les droits humains et l’in­clu­sion sont désor­mais syno­nymes d’a­bo­li­tion du mot « femme ». Et en fin de compte, tout cela n’a que très peu à voir avec la ques­tion des « trans ». Les « per­sonnes trans » sont essen­tiel­le­ment des pions dans la jus­ti­fi­ca­tion d’une contre-offen­sive néo-patriar­cale, qui coupe l’herbe sous le pied du mou­ve­ment des femmes en éli­mi­nant son terme le plus central.

Sans le mot femme, il est dif­fi­cile pour un mou­ve­ment de femmes d’exis­ter. Sans le mot femme, il est dif­fi­cile de pen­ser et de par­ler de la situa­tion des femmes. Sans le mot femme, il est impos­sible de com­prendre l’op­pres­sion des femmes.

En outre, sup­pri­mer le mot « femme » ne nous débar­rasse pas de l’op­pres­sion des femmes. Les femmes conti­nue­ront à être enceintes et à don­ner nais­sance. Les femmes conti­nue­ront à effec­tuer la majo­ri­té du tra­vail repro­duc­tif sur la pla­nète et à pos­sé­der moins d’un pour cent de ses res­sources ; nous conti­nue­rons à être la majo­ri­té des vic­times de délits sexuels et de vio­lences domes­tiques ; nous conti­nue­rons à être dis­cri­mi­nées sur le lieu de tra­vail ; nous conti­nue­rons à être igno­rées par la recherche médi­cale ; nous conti­nue­rons à être moquées et détes­tées lorsque nous ten­tons d’ac­cé­der au pou­voir ; nous conti­nue­rons à aimer davan­tage et à rece­voir bien moins en retour ; nous conti­nue­rons à être épui­sées éco­no­mi­que­ment, phy­si­que­ment, sexuel­le­ment et émotionnellement.

Sim­ple­ment, nous ne serons pas en mesure de le com­prendre ou de l’ex­pli­quer. Nous ne sau­rons pas quoi dire. Lorsque nous ten­te­rons de lut­ter pour nos droits, nous consta­te­rons que notre caté­go­rie a disparu.

Kaj­sa Ekis Ekman

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


  1. https://saintebible.com/genesis/2–23.htm
  2. Rig Veda 8:33:17, https://en.wikisource.org/wiki/The_Rig_Veda/Mandala_8/Hymn_33
  3. Rig Veda 10:95:15, https://en.wikisource.org/wiki/The_Rig_Veda/Mandala_10/Hymn_95
  4. Dalle de marbre sur Tha­sos datée de 450–425 BC.
  5. Simone de Beau­voir, Le Deuxième sexe tome I, 1949.
  6. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ain%27t_I_a_Woman%3F
Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Beigne perdu : à propos de La Théorie du donut de Kate Raworth (par Yves-Marie Abraham)

Comment bâtir un monde plus soutenable et plus juste ? Telle est en substance la question à laquelle s’attaque Kate Raworth dans cet ouvrage. Pour « l’économiste rebelle », ainsi que se plaît à la présenter son éditeur, la solution consiste essentiellement à redéfinir ce que nous appelons l’économie ou, selon un langage à la mode ces temps-ci, à écrire un « nouveau récit économique ». Quel est donc le contenu du « narratif » que nous propose cette ancienne chercheuse chez OXFAM, et quels sont les apports de sa redéfinition de l’économie dans la perspective d’une transition vers des sociétés post-croissance ?
Lire

Les illusions vertes ou L’art de se poser les mauvaises questions (par Ozzie Zehner)

Il y a cette impression de choix entre combustibles fossiles et technologies énergétiques propres comme les panneaux solaires et les éoliennes. Ce choix est une illusion. Les technologies alternatives reposent sur les combustibles fossiles à tous leurs stades de production. Les technologies alternatives dépendent des combustibles fossiles lors des opérations d'extractions, dans les usines de fabrications, pour l'installation, la maintenance, et le démantèlement. En plus, à cause de l'irrégularité de production du solaire et de l'éolien, ces technologies requièrent des centrales à combustibles fossiles opérationnelles en parallèle en permanence. Et, plus significatif encore, le financement des énergies alternatives dépend du type de croissance soutenu par les combustibles fossiles.