Idée reçue n°15645 : les transports modernes, c’est le progrès et la liberté (par Nicolas Casaux)

Ou plus pré­ci­sé­ment : « Oui, mais avec les trans­ports modernes, l’avion, le train, etc., on a per­mis aux gens de voya­ger, de se dépla­cer bien plus libre­ment, de décou­vrir le monde comme jamais auparavant. »

Tout est faux dans cette idée.

D’abord, selon une récente étude, la grande majo­ri­té de la popu­la­tion mon­diale, soit près de 90 % des gens, ne monte pra­ti­que­ment jamais à bord d’un avion. Seuls les riches, les classes supé­rieures, uti­lisent ce moyen de transport.

Par ailleurs, selon l’observatoire des inéga­li­tés, près de la moi­tié des Fran­çais ne partent pas en vacances. Selon un rap­port du minis­tère de l’économie, en 2015, « un Fran­çais sur quatre n’est pas par­ti en voyage et moins d’un Fran­çais sur deux est par­ti au moins une semaine l’été ». En 2023, selon une enquête, les trois quarts des Fran­çais qui envi­sa­geaient de par­tir en vacances comp­taient res­ter dans le pays. Et on parle de la France, un des pays les plus riches du monde.

On pour­rait conti­nuer à lis­ter ce genre de sta­tis­tiques. Le fait est que pro­por­tion­nel­le­ment, les trans­ports modernes de voyage longue dis­tance béné­fi­cient à une mino­ri­té de la popu­la­tion. La plu­part des gens, dans la civi­li­sa­tion indus­trielle, ne voyagent pas ou peu. Ils n’ont pas les thunes, et/ou pas le temps.

En outre, l’idée selon laquelle le voyage per­met de décou­vrir le monde est hau­te­ment dou­teuse. Se rendre à l’autre bout du monde pour y trou­ver les mêmes Star­bucks, les mêmes McDonald’s, les mêmes centres com­mer­ciaux, les mêmes humains nez rivés sur les mêmes télé­phones, le même genre d’immeubles, de routes, de mono­cul­tures, suivre des par­cours tou­ris­tiques tout tra­cés, etc., on peut se deman­der à quoi bon ?! Tan­dis qu’elle ren­dait les dépla­ce­ments à l’autre bout du monde plus simples (mais seule­ment pour une mino­ri­té), la civi­li­sa­tion indus­trielle leur ôtait aus­si une grande par­tie de leur inté­rêt en impo­sant par­tout sur Terre un même mode de vie, une même culture de masse, en détrui­sant la diver­si­té des socié­tés humaines en même temps que celle des milieux natu­rels. Par­ti­ci­per à l’industrie tou­ris­tique, c’est par­ti­ci­per à faire tour­ner une des pires indus­tries du monde, une des plus des­truc­trices, de la nature comme des socié­tés humaines. Hip Hip Hip, Hour­ra, n’est-ce pas ? Vive les trans­ports et les tech­no­lo­gies modernes !

Sur les effets nui­sibles du tou­risme, on peut conseiller ces livres.

L’autre ver­sant de cette idée reçue, c’est l’idée selon laquelle avant, on ne voya­geait pas. C’est évi­dem­ment faux. Après avoir pas­sé du temps auprès des Mbend­jele BaYa­ka, une des der­nières socié­tés de chasse-cueillette évo­luant au Nord de la Répu­blique du Congo, Ceci­lia Padilla-Igle­sias, doc­to­rante en anthro­po­lo­gie à Zurich, explique — dans un article publié le 5 mars 2024 sur le site du maga­zine Aeon — com­ment les membres de cette socié­té entreprennent :

« régu­liè­re­ment de longs voyages de plu­sieurs jours et de cen­taines de kilo­mètres pour chas­ser ou pêcher sans chan­ger de cam­pe­ment. Et cer­tains dépla­ce­ments n’ont rien à voir avec les res­sources. Les Mbend­jele BaYa­ka peuvent quit­ter leur camp pour recher­cher leur conjoint, nouer des ami­tiés ou par­ti­ci­per à de grandes céré­mo­nies com­mé­mo­ra­tives appe­lées ebo­ka, au cours des­quelles les gens chantent ensemble et achètent les uns aux autres des mokon­di masa­nas (rituels cen­trés sur les esprits de la forêt).

Ce phé­no­mène n’est pas nou­veau. Jacques Lalouel, méde­cin et anthro­po­logue ayant tra­vaillé avec les BaYa­ka dans les années 1940 et 1950, rap­porte avoir ren­con­tré des indi­vi­dus qui reve­naient de voyages de 800 km aller-retour. Les recherches géné­tiques et anthro­po­lo­giques de notre groupe ont mis en évi­dence ce type d’in­te­rac­tion sociale à des échelles de temps encore plus pro­fondes : bien qu’elles aient vécu sépa­rées les unes des autres pen­dant des mil­liers d’an­nées, plu­sieurs com­mu­nau­tés de chasse-cueillette du bas­sin du Congo se sont régu­liè­re­ment mélan­gées et ont échan­gé des objets cultu­rels, comme des ins­tru­ments de musique, des mil­liers d’an­nées avant que l’ex­pan­sion de l’a­gri­cul­ture n’ait com­men­cé dans la région. Sur la base de ces preuves, il s’avère que les Mbend­jele BaYa­ka et d’autres groupes du bas­sin du Congo ne se dépla­çaient pas sim­ple­ment parce qu’il n’y avait plus de nour­ri­ture. Ils se dépla­çaient parce qu’ils fai­saient par­tie d’une socié­té mobile, com­plexe et dis­per­sée sur le territoire. »

En outre :

« Il existe des preuves d’une dyna­mique simi­laire chez des socié­tés de chasse-cueillette dans d’autres régions d’A­frique. En 2022, une com­pa­rai­son des varia­tions des perles en coquille d’œuf d’au­truche entre l’A­frique orien­tale et l’A­frique aus­trale a révé­lé l’exis­tence d’un réseau d’é­change vieux de 50 000 ans reliant ces deux régions et impli­quant des per­sonnes par­cou­rant des cen­taines de kilo­mètres pour échan­ger des perles et d’autres objets. Des sys­tèmes simi­laires ont éga­le­ment exis­té chez les socié­tés de chasse-cueillette d’autres régions du monde, comme les Abo­ri­gènes d’Aus­tra­lie ou les socié­tés Wen­dat d’A­mé­rique du Nord. Il semble que, tout au long de notre his­toire évo­lu­tive, le mou­ve­ment n’ait jamais été qu’un simple moyen de trou­ver de la nour­ri­ture, mais qu’il était aus­si un moyen de se retrou­ver les uns les autres sur des conti­nents entiers. »

Et les motifs de dépla­ce­ments pou­vaient inclure toutes sortes de choses, y com­pris le fait qu’un fruit savou­reux, que les enfants appré­cient beau­coup, pousse à tel endroit à tel moment. Ou le plai­sir de voir ou revoir tel ou tel pay­sage qu’on appré­cie, ou d’en décou­vrir d’autres.

David Grae­ber et David Wen­grow, dans leur ouvrage à suc­cès, Au com­men­ce­ment était…, sou­lignent eux aus­si que durant la pré­his­toire, « de nom­breux indices témoignent qu’hommes et femmes pou­vaient voya­ger sur de très longues dis­tances à divers moments de leur vie », et que les rela­tions sociales qu’entretenaient les humains pou­vaient cou­vrir « des conti­nents entiers ». « Au pre­mier abord, ajoutent-ils, cet aspect parait lar­ge­ment contre-intui­tif : nous pen­sons géné­ra­le­ment que le pro­grès tech­no­lo­gique tend à contrac­ter le monde. Sur le plan pure­ment phy­sique, c’est évi­dem­ment le cas : il est indé­niable que la domes­ti­ca­tion des che­vaux et le per­fec­tion­ne­ment conti­nu des tech­niques de navi­ga­tion, pour ne prendre que ces deux exemples, ont gran­de­ment faci­li­té les dépla­ce­ments. Mais l’augmentation numé­rique des popu­la­tions humaines semble avoir eu l’effet inverse. Plus l’histoire avance, moins on voit d’êtres humains entre­prendre de grands voyages ou par­tir vivre très loin de chez eux. Obser­vé sur le temps long, le rayon de déploie­ment des rela­tions sociales se rétré­cit bien plus qu’il ne s’étend. »

En outre, les dépla­ce­ments sur des cen­taines ou des mil­liers de kilo­mètres, à une époque où les forêts et les prai­ries anciennes n’avaient pas été toutes détruites, à tra­vers des pay­sages qui n’avaient pas encore été satu­rés de routes, de voies fer­rées, de bâti­ments, de béton, de clô­tures, de bar­rières, de murs, de « pro­prié­tés pri­vées », de mono­cul­tures, à tra­vers des pay­sages où vivaient encore une abon­dance d’espèces ani­males et végé­tales, et où les socié­tés humaines étaient encore innom­brables et hau­te­ment bigar­rées, ça devait être autre chose que le train ou l’avion et le Club Med ou AirBnB.

(ET BIEN SÛR, les voyages de nos loin­tains ancêtres pou­vaient impli­quer davan­tage de risques, de dan­gers, pas d’antibiotiques, des ani­maux poten­tiel­le­ment dan­ge­reux, etc. Mais la liber­té et la sécu­ri­té ne vont pas tou­jours de pair. Dans cer­tains domaines, à un cer­tain niveau, elles s’opposent même radi­ca­le­ment. Et la manière dont on appré­hende ces dan­gers est lar­ge­ment cultu­relle. D’après ce que les eth­no­gra­phies rap­portent et ce qu’ils rap­portent eux-mêmes, la majo­ri­té sinon la plu­part des membres des socié­tés de chasse-cueillette appré­cient (beau­coup) ce mode de vie, en sont (très) heu­reux. Au vu de nos consom­ma­tions d’hypnotiques, d’anxiolytiques, d’antidépresseurs, du stress géné­ra­li­sé, des burn-out, des bore-out, des troubles psy­chiques en tous genres, etc., il sem­ble­rait qu’on ne puisse pas en dire autant de notre mode de vie.)

Nico­las Casaux

Et aus­si :

À pro­pos de la sup­pres­sion de notre vagi­li­té (par Frank Forencich)

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Catastrophe — Endgame Vol. 1 : Le problème de la civilisation (par Derrick Jensen)

Le texte qui suit est une traduction du chapitre intitulé « Catastrophe » du livre « Endgame volume 1 » écrit par Derrick Jensen, et publié en 2006. Extrait : « [...] Les villes, éléments caractéristiques de la civilisation, ont toujours été dépendantes du prélèvement des ressources des campagnes environnantes, ce qui signifie, d'une part, qu'aucune ville n'a jamais été ou ne sera jamais soutenable en elle-même, et que d'autre part, dans le but de continuer leur expansion perpétuelle, les villes devront continuellement étendre le territoire dont elles nécessitent l'incessante surexploitation. [...] »