Appel contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire

Ci-après, un appel récu­pé­ré sur le site de PMO (Pièces et Main d’Oeuvre). En date de 2014, il n’a rien per­du de son actua­li­té, de sa per­ti­nence. Aujourd’­hui, plus encore qu’en 2014, à l’heure du confi­ne­ment sur les rézoos anti­so­ciaux, un cer­tain nombre de soi-disant anti­fas­cistes ou anar­chistes, sou­vent des étu­diants adhé­rant aveu­glé­ment aux der­nières théo­ries les plus pro­gres­sistes issues des uni­ver­si­tés anglo-amé­ri­caines, se per­mettent d’in­sul­ter en chœur — c’est plus simple ça évite de devoir réflé­chir — diverses per­sonnes ou groupes, en recou­rant notam­ment à des qua­li­fi­ca­tifs en « phobe » ou en « iste » : trans­phobe, puto­phobe, psy­co­phobe, vali­diste, etc.

Beau­coup de ceux qui vitu­pèrent ain­si ne savent pas de quoi il retourne en réa­li­té. Il suf­fit que ces « orgas » ou « per­sonnes » soient « connues pour des posi­tions » X ou Y (ou Z). Des amies qui militent en faveur de l’abolition de la pros­ti­tu­tion (qui sont par­fois elles-mêmes d’ex-prostituées), par sou­ci de ce qui arrive aux pros­ti­tuées en géné­ral, sont qua­li­fiées « d’abolos », trai­tées de « puto­phobes » et par­fois phy­si­que­ment agres­sées. Des fémi­nistes qui militent pour les droits des femmes — et s’opposent à ce qu’on réduise le fait d’être femme à une opi­nion — sont trai­tées de « trans­phobes ». Des anti-indus­triels, des tech­no­cri­tiques ou des anar­cho­pri­mi­ti­vistes, du fait de leur oppo­si­tion à la tech­no­lo­gie et à l’industrie, sont accu­sés de vou­loir éra­di­quer les per­sonnes han­di­ca­pées, et donc d’être « vali­distes » (ou « capa­ci­tistes »), voire « handiphobes ».

Phi­lippe Muray le remarquait :

« Je suis frap­pé depuis quelques années par l’opération de médi­ca­li­sa­tion sys­té­ma­tique dont sont l’objet tous ceux qui ne pensent pas dans la juste ligne : on les taxe de pho­bie. Et per­sonne n’ose seule­ment délé­gi­ti­mer cette expres­sion en la pro­blé­ma­ti­sant (c’est-à-dire en disant ce que se devrait de dire à tout pro­pos un intel­lec­tuel : qu’est-ce que, au fait, ça signi­fie ?). Il y a main­te­nant des phobes pour tout, des homo­phobes, des gyno­phobes (encore appe­lés machistes ou sexistes), des euro­phobes, etc. Une pho­bie, c’est une névrose : est-ce qu’on va dis­cu­ter, débattre, avec un névro­sé au der­nier degré ? Non, on va l’envoyer se faire soi­gner, on va le four­rer à l’asile, on va le mettre en cage. Dans la cage aux phobes. »

Les qua­li­fi­ca­tifs de « fas­ciste » et de « nazi » figurent éga­le­ment par­mi les injures les plus uti­li­sées par ces jus­ti­ciers modernes — ils per­mettent de rapi­de­ment, et à peu de frais, dia­bo­li­ser n’importe qui ou n’importe quoi.

Les « réseaux sociaux » et inter­net favo­risent lar­ge­ment cette ten­dance. Il est plus facile d’insulter gra­tui­te­ment n’importe qui quand on n’a pas la per­sonne en face. On y échange bien plus d’anathèmes que d’arguments. Ana­thèmes qui font peur aux pro­fanes, qui se rangent ain­si bien sou­vent, sans com­prendre réel­le­ment la nature et la teneur du conflit, du côté de ceux qui s’i­ma­ginent ou pré­tendent défendre la jus­tice. Quoi qu’il en soit, voi­ci com­ment PMO intro­duit cet appel (signé par nombre d’ex­cel­lentes mai­sons d’é­di­tion, d’au­teurs et de traducteurs) :

« Voi­ci quelques jours, un “Appel contre la cen­sure et l’intimidation dans les espaces d’expression liber­taire”, signé de quelques dizaines de groupes et de per­sonnes, était pos­té sur plu­sieurs sites alter­na­tifs, dont Indy­me­dia Grenoble.

Il est aujourd’hui à la rubrique “Refu­sé” de ce site comme étant “insul­tant pour des cama­rades”. CQFD.

Nous avons signé cet appel que nous avons repê­ché dans les pou­belles d’Indymedia, comme nous l’avions déjà fait une fois pour un bon texte (ici).

Cet appel est une réac­tion plu­tôt saine et de bonne foi de cama­rades cho­qués par les insultes, les coups de force, les menaces contre qui­conque contre­dit l’orthodoxie du milieu. Ce qui n’est jamais dis­cu­té, c’est qui décide de cette ortho­doxie, en ver­tu de quel man­dat ou de quel pou­voir. L’informalité du milieu liber­taire, qui expri­mait un refus des struc­tures auto­ri­taires, notam­ment celles des par­tis et par­ti­cules gau­chistes et com­mu­nistes, est mise à pro­fit par cer­tains pour opé­rer des prises de pou­voir opaques, bru­tales et sans appel.

Il est évi­dem­ment naïf de pro­po­ser un texte contre la cen­sure à des cen­seurs. Et peu importe que ces cen­sures soient pro­non­cées en ver­tu d’interprétations créa­tives des chartes de modé­ra­tion. Au-delà, la ques­tion est de savoir si ces espaces d’expression sont liber­taires, ou la pro­prié­té de fac­tions par­ti­cu­lières, avec leurs propres objec­tifs, et mani­pu­lant la bonne volon­té liber­taire à leurs fins propres. Des direc­tions de fait, dont les membres se cooptent entre eux, ne sont connus de per­sonne et ne rendent de compte à per­sonne. Que des “vegan” ou des “queer” refusent dans leurs “espaces” des expres­sions qui contre­disent leurs posi­tions, quoi de plus nor­mal. Nous ne publions pas de textes tech­no­lâtres sur ce site (sauf à titre de docu­ments). En revanche, sur des sites, dans des lieux et des mani­fes­ta­tions qui se pré­tendent des “espaces” de débat ouverts à toute la nébu­leuse liber­taire, inter­dire la contra­dic­tion s’appelle de l’autoritarisme.

Cet appel fera rica­ner ceux qu’il vise. Peut-être sus­ci­te­ra-t-il des ana­lyses sur les causes et les dégé­né­res­cences (en par­ti­cu­lier théo­riques) qui abou­tissent à de tels com­por­te­ments. Il fau­drait dire enfin de quoi le “milieu” est le nom. »

***

Contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire

Empê­cher des débats de se tenir dans des espaces « liber­taires » par des menaces en amont ou par des inter­rup­tions intem­pes­tives (hur­le­ments, coups et menaces de mort), répandre des accu­sa­tions fal­la­cieuses, pra­ti­quer l’amalgame et l’anathème, inon­der de com­men­taires inju­rieux des sites « liber­taires » qui osent don­ner la parole aux auteurs mis à l’index, tels sont les com­por­te­ments aux­quels on assiste de plus en plus fré­quem­ment de la part de nou­veaux cen­seurs se décer­nant à eux-mêmes le label liber­taire qu’ils refusent à d’autres.

Jouant avec une remar­quable effi­ca­ci­té sur le sen­ti­ment de culpa­bi­li­té des édi­teurs, libraires, ani­ma­teurs de sites ou de revues et orga­ni­sa­teurs d’événements qui craignent plus que tout de se voir décer­ner des qua­li­fi­ca­tifs en « phobe », ces cen­seurs par­viennent le plus sou­vent à leurs fins. Pour pré­ser­ver une illu­soire uni­té du milieu, beau­coup d’entre nous pré­fèrent, en effet, évi­ter les ques­tions qui fâchent.

Ces pra­tiques auto­ri­taires nous rap­pellent les agis­se­ments des sta­li­niens fran­çais qui moles­taient, mena­çaient, inter­di­saient d’expression, et dis­cré­di­taient tous ceux qui, par­lant d’un point de vue de gauche, osaient dénon­cer la face sombre de l’Union sovié­tique. Panaït Istra­ti, Vic­tor Serge, et bien d’autres en ont fait l’amère expérience.

La des­truc­tion vio­lente d’un repas car­né par cer­tains « vegans » inté­gristes lors des jour­nées liber­taires de Saint-Imier en août 2012 est un symp­tôme de ce nou­vel état d’esprit. Plus récem­ment, en novembre 2014, Alexis Escu­de­ro auteur de La repro­duc­tion arti­fi­cielle de l’humain et ses édi­teurs (Le Monde à l’envers) invi­tés à débattre au salon du livre liber­taire de Lyon ont été vio­lem­ment atta­qués, évé­ne­ment qui fait écho à l’annulation d’une confé­rence de Marie-Jo Bon­net sur le thème « Résis­tance-Sexua­li­té-Natio­na­li­té à Ravens­brück » pré­vue le 9 décembre 2014 au centre LGBT de Paris en ver­tu de menaces liées à ses posi­tions en défa­veur de la GPA.

Face à ces récents évé­ne­ments, nous esti­mons ne plus pou­voir conti­nuer à nous taire devant ceux qui pré­tendent nous dic­ter ce que nous devons man­ger, boire, lire ou pen­ser. Nous affir­mons notre volon­té de ne plus tolé­rer, au pré­texte qu’elles éma­ne­raient de gens de « notre milieu », des com­por­te­ments auto­ri­taires emprun­tés à la pire tra­di­tion sta­li­nienne. Qui­conque fait usage dans ces cir­cons­tances de vio­lence ver­bale et à for­tio­ri phy­sique ne peut s’attendre à être trai­té en cama­rade et doit être expul­sé sans ména­ge­ment des espaces de dis­cus­sions et d’échanges. Nous appe­lons les orga­ni­sa­teurs des salons et des ren­contres liber­taires à prendre une posi­tion claire sur ce point afin que ces lieux rede­viennent de véri­tables espaces de ren­contres et de débats. De sorte que notre par­ti­ci­pa­tion n’apparaisse plus comme une cau­tion appor­tée aux intru­sions mus­clées des sup­plé­tifs de la police de la pensée.

Signa­tures :

Édi­tions Acra­tie ; Édi­tions Le Coque­li­cot ; Édi­tions de la Pigne ; Édi­tions de la roue ; Édi­tions Rue des Cas­cades : Édi­tions Le Monde à l’envers ; Édi­tions liber­taires ; Col­lec­tif Lieux com­muns ; Édi­tions Le Pas de côté ; Edi­tions Repas ; Edi­tions Rytrut ; Edi­tions de l’Eclat ; Edi­tions L’Or des fous ; Édi­tions l’Échappée ; men­suel Cou­rant alter­na­tif.

Gérard Ama­té (auteur) ; Michel Baillieu (Groupe Kro­pot­kine – FA) ; Jacques Bau­jard (Librai­rie Qui­lom­bo) ; Xavier Beckaert (auteur de Anar­chisme. Vio­lence, Non-vio­lence, Édi­tions du Monde lLa Femme du sol­dat incon­nu, Édi­tions liber­taires) ; Colin Bon­net (Col­la­té­rale édi­tions) ; Isa­belle Bour­gueil (ed. L’Or des fous) : Venant Bris­set ; Paul Boi­no ; Jean-Marie Brohm (revue Quel sport ?) ; Sedi­ra Boud­je­maa (artiste peintre) ; Marie-Claire Cal­mus (Chro­ni­queuse à la revue l’Emancipation et auteure des Chro­niques de la Flèche d’Or) ; Gian­ni Car­roz­za (La Ques­tion sociale) ; Daniel Col­son (membre du col­lec­tif de la Griffe à Lyon) ; Jut­ta Bruch ; Éric B Cou­laud (créa­teur et ani­ma­teur du site Éphé­mé­ride anar­chiste) ; Éduar­do Colom­bo (membre du Comi­té de rédac­tion de Réfrac­tions) ; Chris­tian Cal­vi (mili­tant anti­ca­pi­ta­liste) ; André Danet (Finir la révo­lu­tion ! la socié­té auto­gé­rée pour sor­tir de la crise, Édi­tions de l’Épervier) ; Denis Car­nus (ami d’alternative liber­taire – Mille Babord) ; Béa­trice Car­nus (amie d’AL, adhé­rente asso­cia­tion Mille Bâbords) ; Jean Luc Debry (auteur du Cau­che­mar pavillon­naire, Édi­tions de l’Échappée) ; Dara­guy ; Loïc Debray (co-auteur de RAF-Frac­tion armée rouge, L’Échappée) ; Jean-Marc Del­pech (auteur de Alexandre Jacob, l’honnête cam­brio­leur, Ate­lier de créa­tion liber­taire) ; Monique Douillet ; Jean Claude Driant (membre de l’association et des édi­tions CRAS) ; Jean-Pierre Duteuil (auteur de Mai 68 un mou­ve­ment poli­tique Acra­tie) ; Alain Drop­sy (FA Creuse) ; Felip Equy (mili­tant liber­taire) ; Mary­vonne Nico­la Equy ; Jean Pierre Gar­nier ; Daniel Guer­rier (Édi­tions Spar­ta­cus) ; C. Gza­vier (co-auteur avec JW de La ten­ta­tion insur­rec­tion­niste (Acra­tie 2012) ; Annie Gouilloux (tra­duc­trice de Lewis Mum­ford pour les édi­tions de la Roue et les édi­tions de La Len­teur) ; Fran­çois Heintz ; Charles Jac­quier ; Jean-Michel Kay (édi­tions Spar­ta­cus) ; Jean-Michel Lebas ; Jean-Pierre Lecercle (édi­tions Place d’Armes) ; Alain Léger (libraire et édi­teur) ; Hugues Lenoir (Groupe com­mune de Paris-FA, col­la­bo­ra­teur du Dic­tion­naire bio­gra­phique du mou­ve­ment liber­taire fran­co­phone) ; Ber­nard Mari­none (CNT Ener­gie) ; Sébas­tien Navar­ro (presse indé­pen­dante) ; Fabien Ollier (direc­teur de la revue Quel Sport ?) ; Jean-Louis Paul (Res­sou­ve­nances) ; Phi­lippe Pel­le­tier (groupe Makh­no-FA) ; PMO (Pièces et main d’œuvre) ; Toni Pri­ma (mili­tant liber­taire) ; Serge Qua­drup­pa­ni ; Bas­tien Roche (librai­rie Qui­lom­bo — CNT) ; Marie-Chris­tine Rojas Guer­ra (Chro­niques syn­di­cales sur Radio liber­taire) ; Gil­bert Roth (CIRA Limou­sin) ; Azu­ce­na Rubio (mili­tante liber­taire) ; Claire Ruph ; Bru­no Signo­rel­li (Temps cri­tiques) ; Chris­tophe Sou­lié (auteur de Liber­té sur paroles chez Ana­lis) ; Hen­ri Simon (Echanges et mou­ve­ment) ; Dic­tion­naire bio­gra­phique du mou­ve­ment liber­taire fran­co­phone) ; Annick Ste­vens (membre du Comi­té de rédac­tion de Réfrac­tions) ; Pierre Thies­set (édi­tions Le Pas de côté) ; André Tho­mas (Edi­tions Tri­bord) ; Nicole Thi­rion (La Ques­tion sociale) ; Cathe­rine Thu­mann (col­la­bo­ra­trice de la presse indé­pen­dante) ; Tom­jo (auteur de L’Enfer Vert, l’Échappée, 2013) ; Marc Tom­sin (Rue des Cas­cades) ; Matias Velaz­quez (membre du CIRA Mar­seille et CIRA Limou­sin) ; Jacques Wajnsz­te­jn (auteur de Rap­ports à la nature, sexe, genre et capi­ta­lisme (Acra­tie 2014) et membre du comi­té de rédac­tion de la revue Temps critiques)

Print Friendly, PDF & Email
Total
49
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Glenn Albrecht, un écocharlatan parmi d’autres (par Nicolas Casaux)

Le Monde, Usbek et Rica, Liberation, France Culture, Le Nouvel Obs, Franceinfo, Europe 1, L’Express, Les Inrocks, Reporterre, Thinkerview, etc., Glenn Albrecht, anciennement « professeur de développement durable » à l'université de Murdoch en Australie occidentale, est décidément à la mode ces derniers temps. Même le gourou de la collapsosophie, Pablo Servigne, signe, dans L’OBS, un article de promotion de la publication chez Les Liens qui Libèrent d’une traduction française du livre de Glenn Albrecht. [...]