De l’esclavage moderne (par Lysander Spooner)

lysander-spoonerLysan­der Spoo­ner (1808–1887):

Né en 1808 dans le Nord-Est des états-unis, il fut un des grands pen­seurs anar­cho-indi­vi­dua­listes amé­ri­cains. Juriste de for­ma­tion et de métier, il se fit connaître dans les rangs des mili­tants abo­li­tion­nistes, par la viru­lence de son oppo­si­tion à l’es­cla­vage. Spoo­ner défen­dait ce qu’il appe­lait le « Droit Natu­rel » — ou la “Science de la Jus­tice” — dans lequel les actes de coer­ci­tion réelle à l’en­contre d’in­di­vi­dus et de leur pro­prié­té sont consi­dé­rés comme “illé­gaux” alors que actes pré­ten­du­ment « hors-la-loi », lors­qu’ils ne portent pas atteintes aux droits natu­rels d’au­trui et qu’ils ne violent qu’une légis­la­tion faite par un seul homme, ne sont pas illégaux.


Avec le temps, la classe des voleurs, ou pro­prié­taires d’esclaves — qui s’était empa­rée de toutes les terres, et pos­sé­dait tous les moyens de créer de la richesse — com­men­ça à com­prendre que la manière la plus facile de gérer ses esclaves et d’en tirer pro­fit n’était, comme autre­fois, de les pos­sé­der sépa­ré­ment, chaque pro­prié­taire ayant autant d’esclaves comme autant de têtes de bétail ; qu’il valait mieux leur don­ner juste assez de liber­té pour leur impo­ser, à ces esclaves, la res­pon­sa­bi­li­té de pour­voir à leur propre sub­sis­tance, et cepen­dant les obli­ger à vendre leur tra­vail à la classe des pro­prié­taires ter­riens — leurs anciens maîtres — dont ils rece­vraient en échange juste ce que ceux-ci vou­draient bien leur donner.

Bien enten­du, puisque ces esclaves libé­rés (comme cer­tains les ont appe­lés à tort) n’avaient ni terre ni autre pro­prié­té, ni aucun moyen de sub­sis­tance, ils n’avaient d’autre choix, s’ils ne vou­laient pas mou­rir de faim, que de vendre leur tra­vail aux pro­prié­taires ter­riens, pour n’en rece­voir en échange que les plus gros­sières néces­si­tés de la vie ; et par­fois encore pour moins que cela.

Ces esclaves libé­rés, comme on les appe­lait, étaient à peine moins esclaves qu’auparavant. Leurs moyens de sub­sis­tance étaient peut- être même encore plus pré­caires qu’autrefois, lorsque cha­cun avait son pro­prié­taire, qui avait inté­rêt à le main­te­nir en vie. Ces anciens esclaves cou­raient le risque d’être ren­voyés, chas­sés de leur mai­son, pri­vés d’emploi, et même de la pos­si­bi­li­té de gagner leur vie par leur tra­vail, si tel était le caprice ou l’intérêt du pro­prié­taire. Beau­coup étaient par consé­quent réduits par la néces­si­té à men­dier ou voler ou mou­rir de faim ; ce qui, bien enten­du, mena­çait les biens et la tran­quilli­té de leurs anciens maîtres.

En consé­quence, ces anciens pro­prié­taires jugèrent néces­saire, pour la sécu­ri­té de leur per­sonne et de leurs biens, de per­fec­tion­ner encore leur orga­ni­sa­tion en tant que gou­ver­ne­ment, et de faire des lois pour main­te­nir cette classe dan­ge­reuse dans la sujé­tion ; par exemple, des lois fixant le prix auquel ils seraient for­cés de tra­vailler, et pres­cri­vant des châ­ti­ments ter­ribles, et même la mort, pour les vols et autres délits qu’ils étaient pous­sés à com­mettre, parce que c’était pour eux le seul moyen de ne pas mou­rir de faim.

Ces lois ont été appli­quées pen­dant des siècles, et, dans cer­tains pays, des mil­lé­naires ; elles sont encore appli­quées aujourd’hui, avec une sévé­ri­té plus ou moins grande, dans presque tous les pays du monde.

Le but et les effets de ces lois ont été de conser­ver entre les mains de la classe des voleurs, ou pro­prié­taires d’esclaves, un mono­pole sur , toutes les terres, et, autant que pos­sible, sur tous les autres moyens de créer la richesse ; et ain­si de main­te­nir la grande masse des tra­vailleurs dans un état de pau­vre­té et de dépen­dance qui les oblige à vendre leur tra­vail à leurs tyrans pour le salaire le plus bas qui puisse les gar­der en vie.

Il en est résul­té que le peu de richesse qui existe dans le monde est tout entier entre les mains d’un petit nombre — dans les mains de la classe qui fait les lois et pos­sède les esclaves ; classe qui est aujourd’hui tout aus­si escla­va­giste en esprit qu’elle l’était autre­fois ; mais alors qu’autrefois cha­cun gar­dait ses propres esclaves comme autant de têtes de bétail, aujourd’hui cette classe accom­plit ses des­seins par le moyen des lois qu’elle fabrique pour main­te­nir les tra­vailleurs en sujé­tion et dépendance.

Ain­si, la légis­la­tion tout entière, qui aujourd’hui atteint des pro­por­tions si gigan­tesques, tire son ori­gine des conspi­ra­tions qui ont tou­jours exis­té dans le petit nombre en vue de main­te­nir le grand nombre dans la sujé­tion, de lui extor­quer son tra­vail et tous les pro­fits de son travail.

Les motifs réels et l’esprit qui fondent toute légis­la­tion — en dépit de tous les pré­textes et dégui­se­ments dont ils tentent de se cou­vrir — sont les mêmes aujourd’hui qu’autrefois et tou­jours. Tout le but de la légis­la­tion est sim­ple­ment de main­te­nir une classe d’hommes dans la subor­di­na­tion et la ser­vi­tude au pro­fit d’une autre classe d’hommes.

Dès lors, qu’est-ce donc que la légis­la­tion ? C’est la prise, par un homme seul ou un groupe d’hommes, d’un pou­voir abso­lu, irres­pon­sable, sur tous les autres hommes qu’ils réus­si­ront à sou­mettre. C’est la prise, par un homme ou un groupe d’hommes, du droit de sou­mettre tous les autres hommes à leur vou­loir et à leur ser­vice. C’est la prise, par un homme ou un groupe d’hommes, du droit d’abolir d’un trait tous les droits natu­rels, toute la liber­té natu­relle des autres hommes ; de faire de tous les autres hommes leurs esclaves ; de dic­ter arbi­trai­re­ment à tous les autres hommes ce qu’ils peuvent faire ou non ; ce qu’ils peuvent avoir, ou non ; ce qu’ils peuvent être, ou non. C’est, en un mot, la prise du droit de ban­nir de la terre le prin­cipe des droits de l’homme, le prin­cipe même de la jus­tice, et de mettre à la place leur propre volon­té, plai­sir et inté­rêt per­son­nel. Tout cela, rien de moins, est inhé­rent à l’idée même qu’il peut exis­ter une légis­la­tion humaine qui obli­ge­rait ceux à qui elle est imposée.

Lysan­der Spooner


Extraits du livre :

1943425

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Les écologistes et les techno-critiques sont-ils des hypocrites ? (par Nicolas Casaux)

À cet argument fallacieux du « mais-vous-utilisez-du-pétrole-vous-ne-pouvez-donc-pas-critiquer-les-énergies-fossiles », l’historienne d’Harvard Naomi Oreskes (auteure, entre autres, du livre Les marchands de doute) répond : « Bien sûr que nous le faisons, et les gens des États du Nord portaient des vêtements dont le coton avait été récolté par des esclaves. Mais cela ne fit pas d’eux des hypocrites lorsqu’ils rejoignirent le mouvement pour l’abolition de l’esclavage. Cela signifiait juste qu’ils faisaient partie de cette économie esclavagiste, et qu’ils le savaient. C’est pourquoi ils ont agi pour changer le système, et pas simplement leurs habits ». Nous pourrions nous en tenir à ça. Mais dans la mesure où cette rhétorique est bien trop répandue et où ses promoteurs ne sont peut-être pas en mesure de comprendre ce qu’explique Naomi Oreskes, continuons. [...]