We Love Green(washing), festival-vitrine de l’écocapitalisme (par Nicolas Casaux)

Il y a plu­sieurs décen­nies, lorsqu’il est deve­nu trop évident que la socié­té indus­trielle consti­tue une catas­trophe éco­lo­gique, ses diri­geants ont déci­dé de lan­cer une vaste opé­ra­tion de mar­ke­ting afin de cal­mer les inquié­tudes qui com­men­çaient à poindre. En bons pro­fes­sion­nels de la com­mu­ni­ca­tion, ils ont sui­vi un prin­cipe de base des rela­tions publiques — expres­sion syno­nyme de pro­pa­gande, inven­tée par Edward Ber­nays, le double neveu de Freud et l’ins­ti­ga­teur de la mani­pu­la­tion de masse en soi-disant démo­cra­tie, il y a près d’un siècle ; à ce sujet, il faut voir l’ex­cellent docu­men­taire en quatre par­ties d’A­dam Cur­tis, The Cen­tu­ry of the Self (Le siècle du moi). Prin­cipe qui consiste tout sim­ple­ment à don­ner un nou­veau nom à ce qui pose pro­blème, et à le sou­mettre à une sorte de recon­di­tion­ne­ment esthé­tique. Le déve­lop­pe­ment posant pro­blème, ils ont alors inven­té le « déve­lop­pe­ment durable ».

Cela consis­tait, gros­so modo, à ne rien chan­ger tout en pré­ten­dant que tout change[1]. À faire pas­ser des chan­ge­ments de type cos­mé­tique, insi­gni­fiants ou déri­soires (comme les labels MSC, FSC, Bio, etc.), voire de nou­velles nui­sances indus­trielles (ampoules basse consom­ma­tion, pan­neaux solaires et éoliennes, voi­tures élec­triques, etc.) pour de véri­tables avan­cées éco­lo­giques, per­met­tant de pré­ser­ver la pla­nète. Il ne pou­vait en être autre­ment, puisque ceux qui tiraient pro­fit de l’ordre éta­bli, de la civi­li­sa­tion indus­trielle, ne sou­hai­taient évi­dem­ment pas que les choses changent, ne vou­lant évi­dem­ment pas perdre leur pou­voir, leurs richesses, ni renon­cer à leurs délires méga­lo­ma­niaques de domi­na­tion et d’expansion. Il était donc hors de ques­tion pour eux d’encourager le déman­tè­le­ment de l’économie high-tech mon­dia­li­sée, l’abolition de l’État et du capi­ta­lisme, et de pro­mou­voir l’avènement d’une myriade de cultures humaines à petite échelle, low-tech et véri­ta­ble­ment démocratiques.

Près de 40 ans après l’invention de ce concept de « déve­lop­pe­ment durable », la situa­tion éco­lo­gique pla­né­taire, qui n’a jamais ces­sé d’empirer, est pire que jamais. L’inanité de ce concept est mani­feste. Pour­tant, d’un point de vue com­mer­cial, le « déve­lop­pe­ment durable » est une incroyable réus­site. Toutes les entre­prises et tous les gou­ver­ne­ments s’en réclament. L’illusion fonc­tionne, notam­ment grâce au com­plexe média­ti­co-cultu­rel doté de moyens colos­saux et tou­jours plus enva­his­sant qui n’a de cesse de relayer les men­songes du capi­ta­lisme vert.

L’imbécillité de toute cette entre­prise de pro­pa­gande culmine dans le fes­ti­val de musique soi-disant « éco­lo » et « enga­gé » We Love Green. Cet évè­ne­ment à but lucra­tif (co-pro­duit par We Love Art Agen­cy, Because Music – Cori­da, et Sony Music Enter­tain­ment), sub­ven­tion­né par des fonds publics (Mai­rie de Paris, Ademe, Minis­tère de la Culture, Région Île-de-France, RATP, etc.) et pri­vés (Cré­dit Mutuel, GRDF, Nike, Tin­der, Uber, Kering, la fon­da­tion ENGIE, etc.), orga­ni­sé en coopé­ra­tion avec d’importants médias capi­ta­listes (Le Monde, Kon­bi­ni, Les Inrocks, etc.), des orga­ni­sa­tions (soi-disant) éco­lo­gistes (WWF, Green­peace, Alter­na­ti­ba, FNE) et avec le Minis­tère de la tran­si­tion éco­lo­gique, illustre toute l’absurdité du « déve­lop­pe­ment durable » : il est (peut-être) moins nui­sible que ne l’aurait été un fes­ti­val sans aucune pré­ten­tion éco­lo­giste, mais il consti­tue néan­moins une nui­sance éco­lo­gique fla­grante et, qui plus est, payante. Il sert de vitrine pour toutes les illu­sions vertes[2], ces nou­velles cau­tions sup­po­sé­ment ver­tueuses de l’industrialisme. Il incarne pré­ci­sé­ment l’oxymore de l’écologie capi­ta­liste high-tech, avec ses actions « éco-res­pon­sables », ses pépi­nières de Start-Up, sa com­pen­sa­tion car­bone, ses « éco­passes » et ses « éco-consignes », ses camions fri­go­ri­fiques mutua­li­sés, ses ampoules basse consom­ma­tion et ses pan­neaux solaires.

Évi­dem­ment, rien de tout ça ne sert à lut­ter contre l’État, contre le capi­ta­lisme, ou contre la civi­li­sa­tion indus­trielle et son expan­sion mor­ti­fère. Cela ne fait qu’alimenter l’industrie du diver­tis­se­ment et de la pro­pa­gande éco­ca­pi­ta­liste. Qu’on y aille pour faire la fête ou pour la musique, pour­quoi pas, si on a de l’argent à perdre, mais la moindre pré­ten­tion éco­lo­giste serait consi­dé­ra­ble­ment déplacée.

Nico­las Casaux

Cor­rec­tion : Lola Bearzatto


  1. Ceux qui ne com­prennent pas en quoi le « déve­lop­pe­ment durable » est une arnaque trou­ve­ront ici de nom­breux articles qui l’exposent en détail : https://partage-le.com/2017/02/lecologie-du-spectacle-et-ses-illusions-vertes/https://partage-le.com/2017/09/7654/https://partage-le.com/2017/09/du-mythe-de-la-croissance-verte-a-un-monde-post-croissance-par-philippe-bihouix/https://partage-le.com/2017/02/des-dangers-du-developpement-durable-ou-capitalisme-vert-par-derrick-jensen/https://partage-le.com/2016/06/le-desastre-ecologique-renouvelable-des-tokelau/https://partage-le.com/2016/02/cet-insoutenable-mot-de-developpement-par-fabrice-nicolino/https://partage-le.com/2015/12/le-developpement-durable-est-un-mensonge-par-derrick-jensen/
  2. Ceux qui ne voient pas à quoi je fais réfé­rence trou­ve­ront ici de nom­breux articles qui exposent les réa­li­tés des éner­gies dites « renou­ve­lables », que le cher­cheur amé­ri­cain Ozzie Zeh­ner qua­li­fie d’illu­sions vertes https://partage-le.com/2017/02/lecologie-du-spectacle-et-ses-illusions-vertes/ — https://partage-le.com/2016/11/les-illusions-vertes-bruler-des-forets-replanter-des-monocultures-darbres-pour-produire-notre-electricite/ — https://partage-le.com/2015/03/les-illusions-vertes-ou-lart-de-se-poser-les-mauvaises-questions/ — https://partage-le.com/2017/01/les-illusions-vertes-le-cas-des-barrages-non-le-costa-rica-nest-pas-un-paradis-ecologique/ — https://partage-le.com/2017/07/letrange-logique-derriere-la-quete-denergies-renouvelables-par-nicolas-casaux/ — https://partage-le.com/2016/12/le-mythe-des-energies-renouvelables-par-derrick-jensen/ — https://partage-le.com/2016/06/le-desastre-ecologique-renouvelable-des-tokelau/ 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
4 comments
  1. bon­jour,

    c’est dom­mage que toutes vos sources pro­viennent du meme site inter­net, ça manque de cré­di­bi­li­té pour vos détracteurs.
    A part ça je trouve vos articles très intéfessants

    1. Pas très inté­res­sant de débattre avec ceux qui vont juger d’un argu­men­taire en fonc­tion de sa source. Les articles en ques­tion ren­voient sou­vent vers d’autres sources. Mais c’est aus­si parce qu’il y a peu de sites qui pro­posent des cri­tiques comme celles que nous proposons.

  2. Je viens d’é­chouer au défi que je m’é­tais lan­cé. Lire le der­nier Gun­ter Pau­li, Soyons aus­si intel­li­gents que la nature (édi­tions de l’observatoire-Humensis).
    J’ai tenu jus­qu’à la page 121 — pas mal même si ce n’est pas un exploit — pour cra­quer fina­le­ment devant tant d’a­mour et de pro­pa­dande capi­ta­lo-indus­triels soi­gneu­se­ment camou­flés de pein­ture verte, ma pile de livres en attente rece­lant d’autres sujets plus divertissants.

    Je regrette que cer­tains cherchent des sources au lieu de faire fonc­tion­ner leurs méninges (Quand ils par­tagent ce para­digme de décrois­sance et de dés­in­dus­tria­li­sa­tion). D’une part, il y a peu de sources fiables pour un indi­vi­du, hor­mis par­mi son entou­rage proche, dans un cercle res­treint de confiance. En véri­té la plu­part des sources ne sont que des ten­ta­tives d’illus­tra­tion, plus ou moins justes et soyons francs, peu véri­fiables. Leur uti­li­té ne peut être que de boos­ter la réflexion et l’es­prit cri­tique de ceux qui en profitent.

    Je regrette sur­tout que les gens conti­nuent de s’empiler en ville, tout en se démul­ti­pliant. Leur désar­roi crois­sant me touche de moins en moins, mon empa­thie s’en­vole dou­ce­ment vers les oiseaux que je découvre depuis quelques années. 

    Enfin, quel dom­mage que de nom­breuses per­sonnes ne veuillent faire le pas déci­sif, d’a­ban­don­ner cette manie mor­bide consu­mé­riste qui nous pro­pulse qua­si­ment tous, ani­maux et végé­taux, vers un enfer certain.

    Com­bien de Gun­ter Pau­li viennent lire tes articles, cher Nicolas ?
    Ils sont nom­breux sans doute 🙂

  3. Article très inté­res­sant, je découvre votre blog et l’ar­gu­men­ta­tion est étayée, intel­li­gente… Je sous­cris aux com­men­taires de votre ana­lyse concer­nant l’ob­ses­sion des tenants d’un déve­lop­pe­ment durable, une véri­table gabe­gie assé­née à coups de slo­gans mais n’i­den­ti­fiant pas les causes des pro­blé­ma­tiques de l’af­fais­se­ment géné­ra­li­sé du sys­tème technicien …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Technocritique contre industrie [du mensonge] — (par François Jarrige)

Depuis l'ouverture des « Tobacco Documents », ces archives secrètes ayant révélé les stratégies déployées par les industriels du tabac pour façonner l'opinion, manipuler la science et empêcher toute régulation de leur activité, les enquêtes se sont multipliées sur les manières subtiles par lesquelles l’industrie fabrique le mensonge et sème le doute sur les découvertes menaçant ses profits.