Affronter l’industrialisme : si tu ne peux pas nettoyer, ne le fais pas ! (par Derrick Jensen)

Article de Der­rick Jen­sen, en date du 4 mars 2015, ini­tia­le­ment publié en anglais sur le site de The Eco­lo­gist. Der­rick Jen­sen (né le 19 décembre 1960) est un écri­vain et acti­viste éco­lo­gique amé­ri­cain, par­ti­san du sabo­tage envi­ron­ne­men­tal, vivant en Californie.


Que faire des déchets indus­triels de cette culture, des gaz à effet de serre aux pes­ti­cides, en pas­sant par les micro­plas­tiques dans les océans ? Ces ques­tions sont par­mi les plus impor­tantes aux­quelles nous fai­sons face.

Les capi­ta­listes peuvent-ils net­toyer le sac­cage qu’ils créent ? Ou le sys­tème indus­triel dans son ensemble a‑t-il dépas­sé toute pos­si­bi­li­té de réforme ? Les réponses s’éclaircissent après une petite contextualisation.

Com­men­çons par deux devi­nettes pas très drôles :

Q : Qu’obtient-on en mélan­geant une vieille habi­tude de drogue, un tem­pé­ra­ment vif, et un flingue ?
R : Deux sen­tences à vie pour meurtre, date de libé­ra­tion au plus tôt 2026.

Q : Qu’obtient-on en mélan­geant deux États-nations, une immense cor­po­ra­tion, 40 tonnes de poi­son, et au moins 8000 êtres humains morts ?
R : Une retraite, avec plein salaire et béné­fices (War­ren Ander­son, PDG de Union Car­bide, res­pon­sable d’un mas­sacre de masse à Bhopal).

L’objectif, der­rière ces devi­nettes, n’est pas seule­ment d’exposer qu’en ce qui concerne les meurtres, mais aus­si bien d’autres atro­ci­tés, les riches ne sont pas trai­tés de la même manière que les pauvres. La « pro­duc­tion éco­no­mique » est une carte sor­tie-de-pri­son pour n’importe quelle atro­ci­té com­mise par les « pro­duc­teurs », qu’il s’agisse de géno­cide, de gyno­cide, d’écocide, d’esclavage, de meurtre de masse, d’empoisonnement mas­sif, etc.

Warren Anderson...
War­ren Anderson…

Nous en soucions-nous ? Nous savons déjà qu’eux non…

L’objectif, c’est de sou­li­gner le fait que cette culture n’est pas par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sée par la répa­ra­tion de ses sac­cages. Mani­fes­te­ment, sinon elle arrê­te­rait. Elle ne per­met­trait pas à ceux qui les pro­voquent de s’en sor­tir en toute impu­ni­té, et ne les récom­pen­se­rait cer­tai­ne­ment pas finan­ciè­re­ment et socialement.

Saviez-vous que cette culture a par exemple créé 14 qua­dril­lions de doses létales (oui, qua­dril­lions) de Plu­to­nium 239, dont la demi-vie est de plus de 20 000 ans, ce qui signi­fie que dans à peine 100 000 ans ce nombre aura dimi­nué et ne sera plus que de 3,5 qua­dril­lions de doses létales ?! Youpi !

Et les récom­pen­ser socia­le­ment, elle le fait. Je pour­rais vous four­nir de nom­breux exemples en plus de celui de War­ren Ander­son, qui jouait encore au golf long­temps après qu’il eût dû être pen­du (il fut condam­né à mort in absen­tia, mais les USA refu­sèrent de l’extrader).

Tony Hay­ward, par exemple, a super­vi­sé le sac­cage du Golfe du Mexique par BP. Il a été « puni » par une indem­ni­té de départ de bien plus de 30 mil­lions de dol­lars. Nous pour­rions encore for­mu­ler deux devi­nettes qui, au final, sont les mêmes :

Q : Com­ment appe­lez-vous quelqu’un qui met du poi­son dans le métro de Tokyo ?

R : Un terroriste.

Q : Com­ment appe­lez-vous quelqu’un qui met du poi­son (cya­nure) dans les nappes phréatiques ?

R : Un capi­ta­liste, PDG d’une cor­po­ra­tion d’extraction aurifère.

Nous pour­rions par­ler des frac­tu­ra­teurs, qui font du pro­fit tout en empoi­son­nant les nappes phréa­tiques. Nous pour­rions par­ler de qui­conque asso­cié de près ou de loin à Mon­san­to. Vous pour­riez ajou­ter vos exemples à vous. Je pour­rais dire « qu’il faut bien choi­sir son poi­son », mais ce n’est pas le cas. Ils sont choi­sis pour vous par ceux qui empoisonnent.

Une des photos de la tragédie de Bhopal... survenue dans la nuit du 3 décembre 1984. Elle est la conséquence de l'explosion d'une usine d'une filiale de la firme américaine Union Carbide produisant des pesticides et qui a dégagé 40 tonnes d'isocyanate de méthyle dans l'atmosphère de la ville.
Une des pho­tos de la tra­gé­die de Bho­pal… sur­ve­nue dans la nuit du 3 décembre 1984. Elle est la consé­quence de l’ex­plo­sion d’une usine d’une filiale de la firme amé­ri­caine Union Car­bide pro­dui­sant des pes­ti­cides et qui a déga­gé 40 tonnes d’i­so­cya­nate de méthyle dans l’at­mo­sphère de la ville.

La capacité de la civilisation à dominer notre sens commun originel

Je n’arrête pas de pen­ser à une des décla­ra­tions les plus sages (et les plus igno­rées) que j’aie jamais lues. Après Bho­pal, un des doc­teurs qui aidaient les sur­vi­vants, a décla­ré que les cor­po­ra­tions (et par exten­sion, toutes les orga­ni­sa­tions et indi­vi­dus) « ne devraient pas avoir le droit de créer un poi­son pour lequel il n’y a pas d’antidote ».

Remar­quez, au pas­sage, que loin d’avoir des anti­dotes, la toxi­ci­té pour l’être humain de 9 pro­duits chi­miques sur 10 uti­li­sés dans les pesti­cides, aux USA, n’a pas été évaluée.

N’est-ce pas quelque chose que nous sommes tous cen­sés avoir com­pris à l’âge de 3 ans ? N’est-ce pas une des pre­mières leçons que nos parents nous enseignent ? Ne dérange rien si tu ne peux pas ranger !

Et pour­tant, il s’agit de la moti­va­tion fon­da­men­tale de cette culture. Bien sûr, nous pou­vons uti­li­ser des expres­sions raf­fi­nées pour décrire le pro­ces­sus de créa­tion de sac­cages que nous n’avons pas l’intention de net­toyer et, dans bien des cas, pas la capacité.

Ce qui donne des expres­sions comme « le déve­lop­pe­ment des res­sources natu­relles », ou le « déve­lop­pe­ment durable », ou le « pro­grès tech­nique » (comme l’invention et la pro­duc­tion de plas­tiques, la noyade du monde sous les per­tur­ba­teurs endo­cri­niens, etc.), ou « l’extraction », ou « l’agriculture », ou la « révolu­tion verte », ou « la crois­sance », ou « la créa­tion d’emplois », ou « la construc­tion d’empires », ou « le com­merce mondialisé ».

La réa­li­té phy­sique, cepen­dant, est tou­jours plus impor­tante que toutes ces appel­la­tions ou leurs ratio­na­li­sa­tions. Et la véri­té, c’est que cette culture se fonde, depuis son avè­ne­ment et jusqu’à pré­sent, sur la pri­va­ti­sa­tion des béné­fices et l’externalisation des coûts. En d’autres termes, sur l’exploitation de l’autre et sur une myriade de destructions.

Bon sang, ils les appellent des « socié­tés à res­pon­sa­bi­li­té limi­tée » parce qu’un des pre­miers objec­tifs est de limi­ter la res­pon­sa­bi­li­té légale et finan­cière de ceux qui tirent pro­fit de leurs actions vis-à-vis des dom­mages qu’ils causent.

Intérioriser la folie

Ce n’est pas une façon de gérer une enfance, encore moins une culture. C’est en train de détruire la pla­nète. Cela s’explique en par­tie par le fait que la plu­part d’entre nous sommes fous, cette culture nous y ayant pous­sé. Nous ne devrions jamais oublier ce que R.D. Laing a écrit sur la folie :

« Afin de ratio­na­li­ser notre com­plexe mili­ta­ro-indus­triel [et, je dirais, ce mode de vie dans sa tota­li­té, y com­pris les créa­tions de sac­cages dont nous n’avons ni l’intérêt ni la capa­ci­té de net­toyer], nous devons détruire notre capa­ci­té à voir clai­re­ment ce qui est juste devant — et à ima­gi­ner ce qui est au-delà de — nos yeux. Long­temps avant qu’une guerre ther­mo­nu­cléaire ne se pro­duise, nous avons dû rava­ger notre propre san­té mentale.

Nous com­men­çons par les enfants. Il est impé­ra­tif de les avoir à temps. Sans le lavage de cer­veau le plus rapide et minu­tieux leurs sales esprits ver­raient à tra­vers nos sales arti­fices. Les enfants ne sont pas encore dupes, mais nous les chan­ge­rons en imbé­ciles comme nous, des imbé­ciles au QI éle­vé, si possible. »

Nous avons tous consta­té ça de trop nom­breuses fois. Deman­dez à n’importe quel enfant de sept ans, rai­son­na­ble­ment intel­li­gent, com­ment arrê­ter le réchauf­fe­ment cli­ma­tique cau­sé en grande par­tie par la com­bus­tion de pétrole et de gaz, la des­truc­tion des forêts, des prai­ries et des zones humides, et il vous répon­dra pro­ba­ble­ment : « arrê­tez de brû­ler du pétrole et du gaz, et arrê­tez de détruire les forêts, les prai­ries et les zones humides ! » Mais deman­dez à n’importe quelle per­sonne de 35 ans, rai­son­na­ble­ment intel­li­gente, tra­vaillant pour une grande entre­prise de « déve­lop­pe­ment durable », et vous obtien­drez pro­ba­ble­ment une réponse plus à même d’aider l’industrie qui paie son salaire.

Le pro­ces­sus de lavage de cer­veau nous chan­geant en imbé­ciles consiste en par­tie à nous pous­ser à nous iden­ti­fier plus inti­me­ment au des­tin de cette culture (ain­si qu’à nous en sou­cier davan­tage), qu’à celui du monde phy­sique réel. On nous enseigne que l’économie est le « monde réel », et que le monde réel n’est qu’un endroit à piller et où déver­ser nos externalités.

A propos des « externalités » :

La nature doit-elle s’adapter à nous ? Ou nous à la nature ?

La plu­part d’entre nous inté­rio­ri­sons cette leçon si par­fai­te­ment qu’elle en devient entiè­re­ment trans­pa­rente. La plu­part des éco­lo­gistes inté­rio­risent cela. Qu’ont en com­mun la plu­part des solu­tions grand public contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique ? Elles consi­dèrent toutes l’industrialisme comme une don­née, et le monde natu­rel comme une variable cen­sée s’y adapter.

Elles consi­dèrent toutes l’Empire tech­no­lo­gique comme une don­née. Elles consi­dèrent toutes la sur­ex­ploi­ta­tion comme une don­née. Tout ceci est lit­té­ra­le­ment fou, en termes d’adéquation avec la réa­li­té phy­sique. Le monde réel doit tou­jours être plus impor­tant que notre sys­tème social, en par­tie parce que sans monde réel vous ne pou­vez pas avoir de sys­tème social, quel qu’il soit. Il est embar­ras­sant de devoir rap­pe­ler quelque chose d’aussi élémentaire.

Upton Sin­clair est connu pour avoir dit qu’il est dif­fi­cile de faire com­prendre quelque chose à quelqu’un, quand son salaire dépend du fait qu’il ne la com­prenne pas.

J’ajouterais qu’il est dif­fi­cile de faire com­prendre quelque chose à quelqu’un lorsque les béné­fices qu’il engrange, à tra­vers son mode de vie extrac­ti­viste et des­truc­teur, dépendent de ce qu’il ne la com­prenne pas. Ain­si deve­nons-nous sou­dai­ne­ment com­plè­te­ment stu­pides quant aux déchets pro­duits par cette culture.

Quand les gens demandent com­ment nous pou­vons ces­ser de pol­luer les océans avec du plas­tique, ils ne demandent pas vrai­ment : « Com­ment ces­ser de pol­luer les océans avec du plas­tique ? ». Ils demandent : « Com­ment ces­ser de pol­luer les océans avec du plas­tique, tout en gar­dant ce mode de vie ? »

Et quand les gens demandent com­ment mettre un terme au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, ils demandent en réa­li­té : « com­ment mettre un terme au réchauf­fe­ment cli­ma­tique tout en conser­vant le confort de la pro­duc­tion éner­gé­tique actuel ? ». Quand ils demandent com­ment faire pour avoir des nappes phréa­tiques propres, ils demandent en réa­li­té : « com­ment faire pour avoir des nappes phréa­tiques propres en conti­nuant à uti­li­ser et à épandre sur tout l’environnement des mil­liers de pro­duits chi­miques toxiques très utiles qui finissent dans les nappes phréatiques ? »

La réponse à tout cela : c’est impos­sible.

Nous devons d’abord recouvrer notre santé mentale. Ensuite, nous devons agir.

Pen­dant l’écriture de cet essai, une image m’est appa­rue. Une demi-dou­zaine de tech­ni­ciens médi­caux urgen­tistes en train de poser des ban­dages sur une per­sonne qui s’était faite agresser par un psy­cho­pathe avec un couteau.

Le per­son­nel médi­cal tente déses­pé­ré­ment d’arrêter l’hémorragie. Tout cela est très ten­du et plein de sus­pense : arri­ve­ront-ils à faire ces­ser l’hémorragie avant que la per­sonne ne meure ?

Mais voi­là le pro­blème : tan­dis que le per­son­nel médi­cal pose des ban­dages aus­si vite que pos­sible, le psy­cho­pathe conti­nue à poi­gnar­der la vic­time. Pire, le psy­cho­pathe cause plus de bles­sures que le per­son­nel ne peut en soi­gner. Le psy­cho­pathe est d’ailleurs très bien payé pour poi­gnar­der la vic­time, tan­dis que la plu­part du per­son­nel applique ces ban­dages sur son temps libre.

La san­té de l’économie dépend de la quan­ti­té de sang que perd la vic­time  tout comme dans cette socié­té, où la pro­duc­tion éco­no­mique se mesure à la conver­sion de terres vivantes en matières pre­mières, de forêts en planches de bois, de mon­tagnes en charbon.

Com­ment faire ces­ser l’hémorragie de la vic­time ? N’importe quel enfant le com­pren­drait. Et n’importe quelle per­sonne saine, se sou­ciant davan­tage de la san­té de la vic­time que de la san­té de cette « éco­no­mie » fon­dée sur le démem­bre­ment de la vic­time le com­pren­drait. La pre­mière chose à faire, c’est de stop­per les coups de poi­gnard. Aucune quan­ti­té de ban­dage ne fera l’affaire face à une agres­sion infi­nie, ou pire, face à une agres­sion qui s’intensifie.

Que faire, en ce qui concerne la pro­duc­tion de déchets indus­triels par cette culture ? Avant tout, stop­per leur pro­duc­tion. En réa­li­té, la pre­mière étape consiste à retrou­ver notre san­té men­tale, c’est-à-dire à ces­ser de res­pec­ter les psy­cho­pathes, et à res­pec­ter la vic­time, dans notre cas, la pla­nète, notre unique maison.

Une fois que l’on aura fait ça, le reste, c’est du détail. Com­ment les arrê­tons-nous ? Nous les stoppons.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Nico­las CASAUX

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
0
Shares
5 comments
  1. ça fait long­temps que j’at­tend le moment ou nous pour­rons dif­fu­ser clai­re­ment ce simple mes­sage : stop­pons le mas­sacre, à vous l’hon­neur Mes­sieurs les grands capi­ta­listes, mon­trez que vous êtes beaux joueurs, parce que moi, avec mes éco­no­mies de bouts de chan­delles…« d’i­ci que l’herbe ait pous­sée l’âne aura cre­vé » ! (pro­verbe Gitan).

  2. C’est un non sens du sys­tème capitalisme.….….…en plus il son récom­pen­ser de pol­luer la pla­nète. Les gens ne sont pas assez infor­mer. Mer­ci pour cette article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Remettre l’État à sa place (par James C. Scott)

Toute étude, telle que celle-ci, portant sur la formation de l’État, risque, par définition, de lui attribuer une importance surestimée qu’il n’aurait pas eu dans une description mieux équilibrée des affaires humaines. J’aimerais éviter cet écueil. Les faits, tels que j’en suis venu à les comprendre, nous enseignent qu’une histoire impartiale de notre espèce devrait accorder à l’État un rôle bien plus modeste que ce qu’il est d’usage de lui accorder. [...]
Lire

L’électrification ou l’expansion de la société industrielle de consommation : l’exemple de l’Afrique

Ce que nous essaierons de souligner dans le texte qui suit, c’est que l’électrification de l’Afrique découle directement de l’expansion et de l’ancrage du mode de vie, de penser et d’être, mais surtout d’avoir, profondément antiécologique et aliénant, de la culture occidentale dominante. [...]
Lire

Hulot, Lenoir et le « capitalisme fondé sur la coopération et le juste échange » (par Nicolas Casaux)

D’abord, un rappel. Certains le comprennent, d’autres non : parce qu’il me semble bien plus sensé de chercher d’abord (ou surtout) à parler à ceux qui se sentent déjà quelque peu concernés, plutôt que de chercher, avant tout, à l’instar du CNNR des néo-gauchistes, à « rassembler le plus grand nombre », je considère, comme le Marx en son temps, que « Notre tâche consiste à proposer une critique impitoyable, et de nos prétendus amis bien plus que de nos ennemis manifestes. Nous renonçons avec plaisir, en adoptant cette attitude, à une facile popularité démagogique[1]. » [...]