Sauver la civilisation ou endiguer la destruction du monde ? De l’importance de savoir ce que nous voulons (par Nicolas Casaux)

Sauver la civilisation ou endiguer la destruction du monde ?

De l’importance de savoir ce que nous voulons

« Leur écologie et la nôtre » ou Quand l’écologie change de sens : Biocentrisme vs. Technocentrisme

Pour le you­tu­beur Vincent Ver­zat (« Par­ta­ger c’est sym­pa »), éco-vidéac­ti­viste, « être éco­lo aujourd’hui, c’est pen­ser la rup­ture, pré­voir la rési­lience de nos villes dans un monde qui s’effondre » (source : la der­nière vidéo qu’il a mise en ligne).

Il s’agit sans doute, éga­le­ment, à peu de choses près, de la défi­ni­tion de l’é­co­lo­gie d’un Bill McKib­ben, de Cyril Dion, Nao­mi Klein, Rob Hop­kins, etc., mais aus­si de celle (mais sans la notion d’ef­fon­dre­ment, ou en la rem­pla­çant par celle du dérè­gle­ment cli­ma­tique) d’un Pas­cal Can­fin, de Macron, de Borne, etc.

L’é­co­lo­gisme comme cou­rant visant à assu­rer l’a­ve­nir des villes. Cette défi­ni­tion nou­velle et étrange de l’é­co­lo­gie est très éloi­gnée de la défi­ni­tion com­mune qui en fait (ou en fai­sait) un mou­ve­ment « ayant pour objec­tif la pro­tec­tion de la nature et de l’en­vi­ron­ne­ment ». Cela dit, cette affir­ma­tion de Vincent Ver­zat vient confir­mer, assez expli­ci­te­ment, la remarque de Mark Boyle (tirée de son texte inti­tu­lé « L’é­co­lo­gisme se sou­ciait de pré­ser­ver le monde natu­rel — ce n’est plus le cas ») :

« La plu­part d’entre nous sommes moins déran­gés par l’idée de vivre dans un monde sans martres des pins, sans abeilles mel­li­fères, sans loutres et sans loups qu’à l’idée de vivre dans un monde sans médias sociaux, sans cap­puc­ci­nos, sans vols éco­no­miques et sans lave-vais­selle. Même l’écologisme, qui a un temps été moti­vé par l’amour du monde natu­rel, semble désor­mais plus concer­né par la recherche de pro­cé­dés un peu moins des­truc­teurs qui per­met­traient à une civi­li­sa­tion sur­pri­vi­lé­giée de conti­nuer à sur­fer sur inter­net, à ache­ter des ordi­na­teurs por­tables et des tapis de yoga, que par la pro­tec­tion de la vie sauvage. »

Savoir ce que l’on veut, c’est la base. C’est fon­da­men­tal. L’ob­jec­tif de l’é­co­lo­gisme de Cyril Dion, par exemple, est « de conser­ver le meilleur de ce que la civi­li­sa­tion nous a per­mis de déve­lop­per (la chi­rur­gie, la recherche scien­ti­fique, la mobi­li­té, la capa­ci­té de com­mu­ni­quer avec l’ensemble de la pla­nète, une cer­taine sécu­ri­té) et de pré­ser­ver au mieux le monde natu­rel. » Là aus­si, les choses sont claires : d’a­bord, pré­ser­ver le meilleur de la civi­li­sa­tion : la tech­no­lo­gie (inter­net, chi­rur­gie, trans­ports à grande vitesse, etc.). Pré­ser­ver la civi­li­sa­tion (qui désigne, éty­mo­lo­gi­que­ment, les villes, on rejoint ain­si la défi­ni­tion de Ver­zat). Ensuite, si pos­sible (« au mieux »), pré­ser­ver quelques géra­niums et quelques pandas.

Que vou­lons-nous ? Que vou­lez-vous ? Per­son­nel­le­ment, je vou­drais que la des­truc­tion du monde prenne fin, que la vie sur Terre recom­mence à pros­pé­rer, et que les êtres humains puissent vivre libres. Et vu que le monde est très pré­ci­sé­ment, très lit­té­ra­le­ment, très concrè­te­ment en train d’être détruit par la civi­li­sa­tion, et qu’elle n’a aucun ave­nir, et qu’elle est un enfer, c’est d’elle dont il s’a­gi­rait de se débar­ras­ser (sachant que tout, ou presque, devrait nous ame­ner à com­prendre qu’il est à la fois impos­sible et indé­si­rable d’a­voir le beurre et l’argent du beurre, de par­ve­nir à faire de la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle une socié­té verte et démo­cra­tique). Comme le for­mule Der­rick Jensen :

« Je sais ce que je veux. Je veux vivre dans un monde où il y aurait davan­tage de sau­mons sau­vages chaque année, davan­tage d’oiseaux migra­teurs chaque année, davan­tage de forêts anciennes chaque année ; dans un monde où, chaque année, il y aurait moins de dioxine dans le lait mater­nel des mères [humaines ou non], dans un monde avec davan­tage de tigres, de grizz­lys, de singes et d’espadons chaque année. »

La dif­fé­rence entre la pers­pec­tive de Jen­sen (qui est aus­si la mienne) et celle d’un Ver­zat ou d’un Dion, c’est la dif­fé­rence entre le bio­cen­trisme (ou l’é­co­cen­trisme) et le tech­no­cen­trisme (ou entre le bio­cen­trisme et l’an­thro­po­cen­trisme, ou, mieux encore, entre le bio­cen­trisme et un cer­tain socio­cen­trisme). Le bio­cen­trisme, c’est cette « humi­li­té prin­ci­pielle » qui consiste à « pla­cer la vie avant l’homme », ain­si que l’é­nonce Lévi-Strauss (Mytho­lo­giques 3, L’o­ri­gine des manières de table) :

« En ce siècle où l’homme [et plus pré­ci­sé­ment la civi­li­sa­tion, ou l’homme civi­li­sé] s’acharne à détruire d’innombrables formes vivantes, après tant de socié­tés dont la richesse et la diver­si­té consti­tuaient de temps immé­mo­rial le plus clair de son patri­moine, jamais, sans doute, il n’a été plus néces­saire de dire, comme font les mythes, qu’un huma­nisme bien ordon­né ne com­mence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme ; le res­pect des autres êtres avant l’amour-propre ; et que même un séjour d’un ou deux mil­lions d’années sur cette terre, puisque de toute façon il connaî­tra un terme, ne sau­rait ser­vir d’excuse à une espèce quel­conque, fût-ce la nôtre, pour se l’approprier comme une chose et s’y conduire sans pudeur ni discrétion. »

Le tech­no­cen­trisme (le socio­cen­trisme spé­ci­fique à la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle), c’est consi­dé­rer que l’im­por­tant, c’est la conti­nua­tion de la socié­té tech­no­lo­gique, de la civi­li­sa­tion, c’est la pré­ser­va­tion de la technosphère.

Or, si la défi­ni­tion ini­tiale, com­mune, de l’é­co­lo­gie (ou de l’é­co­lo­gisme), rele­vait davan­tage du bio­cen­trisme (ou de l’é­co­cen­trisme), désor­mais, l’é­co­lo­gie grand public se fonde davan­tage sur le tech­no­cen­trisme qui domine l’en­semble de la civi­li­sa­tion industrielle.

***

L’absurdité du technocentrisme (de l’écologie grand public) : un exemple

Polans­ki est une ordure, et les César, c’est de la merde ; de la merde d’ins­pi­ra­tion USA­mé­ri­caine, d’ailleurs (ersatz fran­çais des Oscars), comme beau­coup de merdes de cette époque du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé. Mais si une grande par­tie des merdes qui pol­luent notre envi­ron­ne­ment, psy­cho­lo­gi­que­ment et phy­si­que­ment, sont d’ins­pi­ra­tion états-unienne, beau­coup (par­fois, voire sou­vent, les mêmes) sont fabri­quées en Chine, ou dépendent de quelque manière du bon fonc­tion­ne­ment de la méga­ma­chine indus­trielle chi­noise. C’est le cas, par exemple, de ces si éco­los pan­neaux solaires et éoliennes, ain­si que le rap­porte cet article publié par Les Échos, inti­tu­lé « Le coro­na­vi­rus pour­rait ralen­tir les ins­tal­la­tions d’éo­liennes et de pan­neaux solaires en Europe » :

« Le ralen­tis­se­ment de l’é­co­no­mie chi­noise lié à la crise du coro­na­vi­rus com­mence à inquié­ter les pro­duc­teurs euro­péens d’éner­gie renou­ve­lable. […] Les pan­neaux solaires pour­raient en effet venir à man­quer si la crise se pro­longe. La Chine domine de très loin le mar­ché mon­dial du sili­cium. Ce maté­riau, fabri­qué dans des fours à par­tir de quartz, est un com­po­sant essen­tiel pour la qua­si-tota­li­té des pan­neaux solaires ins­tal­lés en Europe. “Quand il n’y a plus de matière pre­mière, tous les fabri­cants de pan­neaux solaires ne peuvent pas tra­vailler”, explique Xavier Daval, pré­sident de la branche solaire du Syn­di­cat des éner­gies renou­ve­lables (SER). »

Contrai­re­ment à ce que pré­tendent aus­si bien un média sup­po­sé­ment indé­pen­dant et alter­na­tif comme Repor­terre (l’achat de pan­neaux solaires serait « l’appropriation des outils de pro­duc­tion et de dis­tri­bu­tion par les citoyens ») qu’un média grand public très conven­tion­nel comme Les Échos (« Une occa­sion pour les citoyens de reprendre les pleins pou­voirs sur leur consom­ma­tion »), l’achat de pan­neaux solaires, c’est sim­ple­ment ache­ter un appa­reil issu du sys­tème indus­triel qui détruit le monde pour ali­men­ter en éner­gie d’autres appa­reils issus de ce même sys­tème. L’éner­gie que génèrent, une fois ins­tal­lés, ces appa­reils de pro­duc­tion « locale » [sic, ce qu’il faut occul­ter pour par­ler de pro­duc­tion locale d’éner­gie, c’est conster­nant] d’élec­tri­ci­té, qui sert à ali­men­ter les mêmes machines issues du sys­tème indus­triel qu’a­li­men­taient aupa­ra­vant des sys­tèmes de pro­duc­tion d’éner­gies non-« vertes », s’ajoute le plus sou­vent à la pro­duc­tion éner­gé­tique glo­bale. Pour le dire autre­ment : les éoliennes et les pan­neaux solaires ne poussent pas dans les arbres et ne servent pas à faire fleu­rir les jon­quilles ; ils sont construits à l’aide de maté­riaux obte­nus ou extraits ici et là, dans des usines dis­per­sées ici et là, au moyen de tout un ensemble d’infrastructures et de machines indus­trielles, le tout repo­sant sur les régimes gou­ver­ne­men­taux (tout sauf démo­cra­tiques) des États actuels ; et ils servent à ali­men­ter des télé­vi­seurs, des réfri­gé­ra­teurs, des ordi­na­teurs, et tout un tas d’autres machines.

Et les pan­neaux solaires et les éoliennes, c’est juste un exemple. La tran­si­tion éco­lo­gique n’existe pas. Les pro­messes et/ou les rêves d’une civi­li­sa­tion indus­trielle verte (et démo­cra­tique) sont des chi­mères pathé­tiques. Et pen­dant que les éco­los sont tout fiers de leur Conven­tion-citoyenne-qu’elle-va chan­ger-le-monde (rendre la civi­li­sa­tion éco­du­rable), c’est-à-dire de leur pro­mo­tion des­dites chi­mères, des cons orga­nisent, par plai­sir d’être des cons, des « courses auto­mo­biles dans des éco­sys­tèmes fra­giles » (Extreme E), dans une sorte de pro­vo­ca­tion dia­bo­lique, de pied de nez à l’é­co­lo­gie, à la vie.

On remar­que­ra que, pour per­tur­ber le busi­ness-as-usual, pour atté­nuer les dégâts que génère le fonc­tion­ne­ment nor­mal de la civi­li­sa­tion indus­trielle mon­dia­li­sée, le « Covid-19 » est bien plus effi­cace que tous les éco­lo­gistes du monde entier (ce qui prouve bien que la civi­li­sa­tion est elle-même son propre pire enne­mi, ou, pour le dire autre­ment, ce qui illustre bien cet apho­risme apo­cryphe selon lequel « la civi­li­sa­tion n’est qu’une course sans espoir visant à trou­ver des remèdes aux maux qu’elle génère »).

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
110
Shares
7 comments
  1. Ça va s’ar­ran­ger tout seul !
    Et là, ça commence !
    Pas besoin de théo­rie, on va pas­ser à la phase pra­tique. Il vau­dra mieux avoir des bras, du bon sens et pas être trop exi­geant. Ne rien attendre des autres.
    Tout ce qu’on aura en plus sera du bonus.
    Si on y est encore…
    A ciao…

    1. ‘llo,

      Trou­vé dans l’a­vant der­nier lien de l’ar­ticle l’ex­cel­lente com­pa­rai­son, mon­dia­li­sa­tion -> pan­gée, ce goliath capi­ta­lo-civi­li­sa­tion­nel ayant pour seul cre­do hors la cupi­di­té, la libre cir­cu­la­tion des capi­taux, des pro­duits, des hommes (avec papiers…) & donc des virus, mouarf !

      « Cuvid-19 vs Goliath-2020 » donc, mais comme il épargne plu­tôt les enfants, je serais assez d« accord avec l’im­per­ti­nent canard :
      « Vive le Coro­na » & s’il mute intel­li­geam­ment d’i­ci l’é­té, il pour­rait même nous mettre par-terre les JO nip­pons, cet autre petit goliath, remouarf !

  2. C’est vraim­ment très drôle, très déses­pé­rant et très vrais.
    C’est conster­nant l’im­men­si­té de leur aveu­gle­ment mais à leur décharge je pense qu’ils ne savent pas que la nature existe (le monde nor­mal sans civi­li­sa­tion), ils n’ont sans doute jamais fait une sieste dans une forêt où sans bou­ger on se régale de lais­ser un Rouge-gorge nous insul­ter et le Loriot nous chan­ter son nom le temps d’un éclair du haut de la canopée.
    Aucune séance cita­dine de yoga, médi­ta­tion ou drogue ne peut pro­cu­rer autant de bien être.
    Il faut leur prendre la main et les emme­ner dans la forêt, les lais­ser se rem­plir de sens.
    Ils ne sont peut-être pas con mais sim­ple­ment pas ins­truits, c’est la nature qui nous éduque en s’y plon­geant ‚même les mots les plus simples et les plus beaux n’ont pas ce pouvoir.
    C’est d’é­du­ca­tion sen­so­rielle dont il s’agit ?
    Mer­ci Nicolas
    Il faut qu’on te lise avant que tu soit au pro­gramme de lit­té­ra­ture, his­toire et éco­lo­gie dans les écoles.

  3. Nico­las, apho­risme apo­cryphe ? tu m’expliques ?
    Je rajou­te­rai qu il sem­ble­rai aus­si que le corps bio­lo­gique meurt mais fini par ins­crire ses appren­tis­sages en la gene­ra­tion sui­vante qui les acquiert comme un don.

    1. Cet apho­risme, c’est une cita­tion que j’ai trou­vée en navi­guant sur des sites anglo-amé­ri­cains, les­quels l’at­tri­buent tou­jours à Jean-Jacques Rous­seau (forme anglaise : « civi­li­za­tion is a hope­less race to dis­co­ver reme­dies for the evils it pro­duces »). Seule­ment, impos­sible de la trou­ver en fran­çais, elle est introu­vable dans les écrits de Rous­seau (même en chan­geant des mots).

  4. Une conclu­sion qui fait écho à mes pen­sées actuelles, et qui contre­dit le billet sur l’é­co­psy­cho­lo­gie qui dit que quitte à être en stress, autant lut­ter. Est-ce que la pan­dé­mie ne montre pas que la nature sau­ra bien régler ses comptes sans les activistes ? 

    Mer­ci à M. Casaux pour ces der­niers articles, qui font du bien, parfois. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le taoïsme anarchiste contre la civilisation (par Nicolas Casaux)

La Chine est une des régions du monde les plus anciennement civilisées. Or, parmi les nombreux courants de pensée qu’elle a vu naître, se trouve un courant dit taoïste, vieux de plusieurs millénaires et qui, de bien des manières, est le plus vieux ancêtre connu de la critique de la civilisation et de l’apologie de l’anarchisme internes à la civilisation, écrites, formulées dans son sein.
Lire

Le mythe de la machine : la pensée de Lewis Mumford

La civilisation moderne n’est plus qu’un véhicule gigantesque, lancé sur une voie à sens unique, à une vitesse sans cesse accélérée. Ce véhicule ne possède malheureusement ni volant, ni frein, et le conducteur n’a d’autres ressources que d’appuyer sans cesse sur la pédale d’accélération, tandis que, grisé par la vitesse et fasciné par la machine, il a totalement oublié quel peut être le but du voyage.