Le développement (même durable) c’est le problème, pas la solution ! (par Thierry Sallantin)

[Article en date du 9 juin 2012]

Confé­rence inter­na­tio­nale de Rio sur l’environnement du 20 au 22 juin 2012 : les Nations s’apprêtent à signer en totale incons­cience les « Accords de Munich »  comme en 1938, sans voir que nous sommes à la veille de l’effondrement !

Cette cin­quième confé­rence inter­na­tio­nale sur l’environnement sera la der­nière : nous ne serons plus là pour vivre la sui­vante, pré­vue en 2022 car dans les 10 années qui viennent s’accélèrera la PHASE FINALE DE L’AGONIE TERMINALE et la plu­part d’entre nous ne sur­vi­vront pas à l’écroulement des socié­tés indus­trielles, qu’il s’agisse des vieilles comme en Europe, ou des neuves comme au Bré­sil, en Inde ou en Chine, ces pays immer­gés dans la ridi­cule imi­ta­tion ser­vile et aveugle du faux modèle qu’est le mode de vie occidental.

Le mode de vie dont se targuent les « races supé­rieures » qui se croient « la civi­li­sa­tion » par excel­lence depuis 1756 (Mira­beau cité par Fran­çoise Dufour) est éco­lo­gi­que­ment impos­sible et humai­ne­ment un échec car il ne mène même pas au bon­heur. La vie moderne n’est que régrès et mal-être (hausse des sui­cides, hausse de l’usage de sub­stances psy­cho­tropes légales ou illé­gales, hausse des troubles psy­chia­triques). Les « races infé­rieures » jadis nom­mées « sau­vages » sont depuis la fin des années qua­rante qua­li­fiées de « sous-déve­lop­pées » tan­dis que les « races supé­rieures » se disent « déve­lop­pées ». Les civi­li­sés font miroi­ter aux yeux du reste du monde leur pré­ten­du mer­veilleux mode de vie, ils décident de ce qu’est la mesure du « niveau de vie » et dis­tri­buent les bons points aux meilleurs élèves, ceux qui sortent plus vite de la « sau­va­ge­rie » seront récom­pen­sés par l’appellation flat­teuse de « pays émer­gents », les autres, les per­dants de la course au « déve­lop­pe­ment » ont encore la tête sous l’eau, ils n’émergent pas. Ils sont immer­gés : on par­le­ra de « pays les moins avan­cés ».

Tou­jours le même racisme. Rien de chan­gé depuis les temps colo­niaux. L’Occident fixe les règles du jeu. Un jeu qui s’appelle « le déve­lop­pe­ment » depuis la Réso­lu­tion 198–3 de l’O.N.U. le 4 décembre 1948. Il fal­lait après la guerre trou­ver une expres­sion plus élé­gante que « pays arrié­rés » encore très uti­li­sée. Le Pré­sident Tru­man choi­si­ra les mots « pays déve­lop­pés » et « pays sous-déve­lop­pés » dans son dis­cours du 20 jan­vier 1949 en pré­ci­sant : « Plus de la moi­tié de la popu­la­tion du monde vit dans des condi­tions proches de la misère […] ; sa vie éco­no­mique est pri­mi­tive et stag­nante ». Puis on rem­pla­ce­ra « pays sous-déve­lop­pés » par « pays en voie de déve­lop­pe­ment » sans même sai­sir l’outrecuidance extra­or­di­naire de cette der­nière expres­sion : ces pays n’ont même pas le droit de déci­der en toute liber­té de leur ave­nir, l’Occident défi­nit d’emblée leur des­tin, c’est le déve­lop­pe­ment ou rien ! Pas ques­tion d’envisager par exemple la sta­bi­li­té, ou de trou­ver en eux-mêmes, en étant fiers de leur propre his­toire, leur propre culture, les clés de la vie épa­nouie et agréable, sans tenir compte de ce qui se fait ailleurs, par exemple en Europe ! Et ce déve­lop­pe­ment obli­ga­toire, en plus, les occi­den­taux veulent désor­mais le faire « durer », le rendre « durable » pour reprendre le pire mot choi­si par cer­tains pour tra­duire sus­tai­nable, alors que la seule urgence, au vu de la dégra­da­tion accé­lé­rée des équi­libres éco­lo­giques est d’arrêter le déve­lop­pe­ment. Il est abso­lu­ment insou­te­nable. Il ne faut pas sim­ple­ment chan­ger de « mode de déve­lop­pe­ment », il faut car­ré­ment se débar­ras­ser du déve­lop­pe­ment, donc sur­tout pas le rendre « durable ». Les races supé­rieures, les civi­li­sés, les déve­lop­pés doivent ces­ser d’inculquer au reste du monde leur mode de vie sui­ci­daire qui nous pré­ci­pite tout droit dans le mur des échéances éco­lo­giques, le mur de l’épuisement des res­sources non renou­ve­lables liquides, gazeuses ou miné­rales, le mur de léta­li­té des pol­lu­tions de l’air, de l’eau, de l’alimentation, les plus graves étant la pol­lu­tion radio­ac­tive et celle condui­sant au réchauf­fe­ment du cli­mat et à l’acidification des océans. Il faut ces­ser de croire à notre supé­rio­ri­té, arrê­ter de croire que nous sommes « en avance », arrê­ter de défi­nir nous-mêmes le sens de l’histoire, de pra­ti­quer le « vol de l’histoire » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jack Goo­dy (Gal­li­mard 2010).

Le vers était déjà dans le fruit lorsque le mono­théisme nous a gon­flé d’orgueil à la fois vis à vis des « païens » et à la fois vis à vis des habi­tants non-humains de cette pla­nète. Et nous conti­nuons à occu­per tout l’espace en détrui­sant tous les éco­sys­tèmes au point d’être cou­pable de la Sixième extinc­tion mas­sive des espèces ani­males et végé­tales. Nous rava­geons la bio­di­ver­si­té. La masse des humains et de leur bétail pèse déjà 90% du poids des 5000 autres espèces de mam­mi­fères de cette planète !

Les 2000 bio­lo­gistes qui étaient réunis à l’Unesco en sep­tembre 1968 pour tirer la son­nette d’alarme sur la situa­tion dra­ma­tique de la bio­sphère disaient déjà tout cela il y a 44 ans. Les mathé­ma­ti­ciens du M.I.T., à la demande du Club de Rome, démon­tre­ront début mars 1972 que si l’Occident conti­nue sur sa lan­cée et incite les peuples du Tiers-Monde à faire de même, tout s’écroulera de façon catas­tro­phique vers 2030. Début 2012, lors de la com­mé­mo­ra­tion des 40 ans de ce Rap­port au Club de Rome au Smith­so­nian Ins­ti­tute à Washing­ton, son prin­ci­pal auteur, Den­nis Mea­dows, a été encore plus pes­si­miste. Au vu des réac­tions insuf­fi­santes, non pro­por­tion­nées à la gra­vi­té des faits tout au long de ces 40 années, notam­ment l’échec des 4 Som­mets de l’Environnement : Stock­holm 1972, Nai­ro­bi 1982, Rio 1992, Johan­nes­burg 2002, ce n’est pas en 2030 que le monde s’écroulera, mais plus tôt : vers 2020.

À la veille du 5e Som­met de l’Environnement, on ne peut que consta­ter la tra­gique stag­na­tion de la situa­tion : fin mai 2012 l’ambassadeur de l’Inde disait à la séna­trice fran­çaise Lau­rence Ros­si­gnol, coor­di­na­trice du rap­port d’information du Sénat « Rio + 20 » (www.senat.fr) qu’il fal­lait que l’Occident arrête de vou­loir bri­der la vitesse de déve­lop­pe­ment des pays tels que l’Inde, la Chine ou le Bré­sil, car ces pays ne sont encore qu’en phase de rat­tra­page. Il ne fal­lait pas uti­li­ser l’argument de l’environnement pour han­di­ca­per leur développement :

« Lais­sez-nous d’abord atteindre votre niveau de vie, et ensuite, une fois l’égalité atteinte et que vous nous accueille­rez au sein des Grandes Puis­sances, nous pour­rons dis­cu­ter des moyens de trai­ter des pro­blèmes d’environnement. »

Tra­gique stag­na­tion car les repré­sen­tants des pays du Tiers-Monde disaient exac­te­ment la même chose à Stock­holm en 1972 aux euro­péens et c’est alors que les occi­den­taux déci­dèrent de satis­faire le tro­pisme mimé­tique des jeunes nations déco­lo­ni­sées conver­ties « à haute et intel­li­gible voix à la supré­ma­tie des valeurs blanches » (Frantz Fanon), en acco­lant le mot « déve­lop­pe­ment » dans le voca­bu­laire cen­sé trai­ter des pro­blèmes d’environnement. On par­le­ra de « déve­lop­pe­ment éco­lo­gique » (éco­dé­ve­lop­pe­ment, Igna­cy Sachs) puis à par­tir de l’idée de l’I.U.C.N. et du W.W.F. en 1980, de « sus­tai­nable deve­lop­ment », du vieux fran­çais (1346) « sous­te­nable » qua­li­fiant alors la bonne ges­tion de la forêt pour ne pas en enta­mer le capi­tal (ordon­nance de Bru­noy du roi Phi­lippe VI de Valois).

Tra­gique stag­na­tion car tant qu’on conti­nue­ra à psal­mo­dier comme dans un man­tra « déve­lop­pe­ment, déve­lop­pe­ment, déve­lop­pe­ment », comme dans cette « recom­man­da­tion 3 » par­mi les 16 de la Com­mis­sion séna­to­riale Rio + 20 par­lant du « droit au même niveau de déve­lop­pe­ment pour tous », on conti­nue­ra à nager dans la plus inepte des illu­sions. En termes d’empreinte éco­lo­gique nous avons déjà dépas­sé les capa­ci­tés bio­phy­siques de la bio­sphère depuis 1983 (Mea­dows 2012 p.20). Les nations les plus fol­le­ment consu­mé­ristes comme l’Europe de l’ouest et les U.S.A. devraient depuis long­temps déjà être en train de for­te­ment réduire leur niveau de vie. Il est mathé­ma­ti­que­ment impos­sible que le reste du monde se mette à vivre ne serait-ce que selon le stan­dard du mode de vie fran­çais : il nous fau­drait alors 6 planètes !

Voi­là 40 ans que nous per­dons un temps pré­cieux. Dès 1972 il aurait fal­lu cas­ser le mythe du « déve­lop­pe­ment » et dire à Stock­holm que l’Occident non seule­ment s’excusait d’avoir pra­ti­qué la colo­ni­sa­tion, mais qu’en plus cet Occi­dent gon­flé d’orgueil devait faire acte de contri­tion et avouer que son idéal de vie était un non-sens, que son pré­ten­du « pro­grès » était un régrès, et qu’ain­si il deman­dait aux peuples du Tiers-Monde de détour­ner leur regard dudit modèle occi­den­tal, lequel est à défaire, n’étant qu’une monu­men­tale erreur, et de se res­sour­cer auprès de leurs propres tra­di­tions pour retrou­ver les che­mins de la digni­té et de l’épanouissement.

Plus qu’un géno­cide (le quart de l’humanité d’alors en 1500 presque tota­le­ment exter­mi­né aux Amé­riques), la colo­ni­sa­tion a géné­ré un véri­table eth­no­cide à tra­vers la pré­ten­due « œuvre civi­li­sa­trice » cen­sée être « le devoir des races supé­rieures » (Jules Fer­ry). Appor­ter la civi­li­sa­tion, le déve­lop­pe­ment, c’est intro­duire le com­plexe d’infériorité, c’est infan­ti­li­ser des peuples qui étaient jadis adultes et autonomes.

Dès 1972, il aurait fal­lu, au regard des conclu­sions des tra­vaux des éco­logues démon­trant le résul­tat déjà dra­ma­tique du « pillage de la pla­nète » (F. Osborn, R. Heim, J. Dorst, R. Car­son, B. Com­mo­ner, R. Dubos), faire la pro­mo­tion de l’ENVELOPPEMENT en lieu et place du DÉVELOPPEMENT et inver­ser les cri­tères de valeur en saluant l’art de vivre éco­lo­gi­que­ment des SYLVILISATIONS [ici, Thier­ry fait réfé­rence aux peuples sau­vages qui vivent dans ou aux abords des forêts, sil­va venant du latin et signi­fiant Bois, forêt, bos­quet, NdE] et en dénon­çant la déme­sure (hubris) sui­ci­daire et l’orgueil raciste hal­lu­ci­nant de la CIVILISATION. L’enveloppement, c’est l’art de vivre en se glis­sant dis­crè­te­ment dans les éco­sys­tèmes, de façon à lais­ser une place confor­table aux autres espèces ani­males et végé­tales. L’enveloppement, c’est ce mode de vie modeste qui laisse toute la bio­di­ver­si­té s’épanouir en sym­biose avec l’espèce humaine. C’est un peu le « Buen Vivir » issu de la vision que­chua de l’harmonie qui a été récem­ment inté­grée à la consti­tu­tion de l’Équateur.

Au contraire du déve­lop­pe­ment qui n’est que l’étalement mono­di­rec­tion­nel et anthro­po­cen­trique qui repousse jusqu’aux der­nières extré­mi­tés la vie sau­vage, l’enveloppement est une figure repliée (et non dépliée, déployée, éta­lée) plu­ri­di­rec­tion­nelle et bio­cen­trique qui mul­ti­plie les entre­la­ce­ments et les cir­con­vo­lu­tions, ce qui per­met une pro­fu­sion d’interfaces et de points de contacts, une den­si­té d’échanges pour une vie sobre, fru­gale, débar­ras­sée du super­flu, où les mots « riches » et « pauvres » n’ont plus de sens, pas plus que l’obsession chez nous tri­mil­lé­naire de « puis­sance », mais où la convi­via­li­té et la tran­quille plé­ni­tude atteint des som­mets. Le déve­lop­pe­ment muti­lait la per­sonne humaine en ne valo­ri­sant que la sèche et froide rai­son. L’enveloppement réta­bli l’être humain en sa com­plé­tude bigar­rée et baroque, (Michel Maf­fe­so­li), épa­nouis­sant tous les sens, lais­sant s’exprimer les émo­tions, tem­pé­rant la rai­son par le modeste rai­son­nable, bref ce qu’on appelle la sagesse, qui, en prin­cipe, défi­ni « Homo sapiens sapiens » ! L’homme bio­cen­trique remet les pieds (nus) sur terre et retrouve l’humus, donc l’humilité.

Déco­lo­ni­ser notre ima­gi­naire, chan­ger de para­digme n’est pas un vain mot.

Comme l’a répé­té Den­nis Mea­dows le 24 mai 2012 à Paris :

« It’s too late for sus­tai­nable development. »

(Il est trop tard pour le déve­lop­pe­ment durable/soutenable).

On a été trop loin, les dégâts sont déjà trop impor­tants, on ne peut plus jouer naï­ve­ment avec cet oxy­more ména­geant diplo­ma­ti­que­ment la chèvre et le chou. Au point où en sont les choses, à moins de 8 années de la date fati­dique, il ne faut pas se conten­ter de réfor­mettes ! Il faut révo­lu­tion­ner, bous­cu­ler sans ména­ge­ment nos pré­ju­gés. Trop tard pour la TRANSITION en dou­ceur. Il faut bas­cu­ler. Vite ! A quelques jours de « Rio + 20 », il serait tota­le­ment contre-pro­duc­tif d’en être encore à dis­ser­ter benoî­te­ment sur le « déve­lop­pe­ment durable ».

La demi-jour­née de réflexion aux Dia­co­nesses à Paris 12e le 9 juin est domi­née hélas par les éco­no­mistes. Mais où sont pas­sés les bio­lo­gistes, si actifs au début des années 70 ? Les éco­no­mistes ont vite fait de ne voir qu’une « crise », encore une, là où il s’agit pour la pre­mière fois du choc fron­tal d’ordre géo­lo­gique entre une civi­li­sa­tion occi­den­tale en train de conta­mi­ner dans sa toxi­co-dépen­dance au consu­mé­risme le reste du monde au préa­lable décé­ré­bré par la publi­ci­té et le bour­rage de crâne déve­lop­pe­men­tiste, et une fra­gile pel­li­cule de vie mor­tel­le­ment atteinte par cette méga­ma­chine folle coin­cée dans son auto-accé­lé­ra­tion. La méga­lo­ma­nie occi­den­tale, que ce soit dans sa ver­sion capi­ta­liste ou sa ver­sion socia­liste, nous pré­ci­pite vers l’implosion (P. Thuillier, D. Jen­sen). Nous ne serons jamais 9 mil­liards en 2050 ! (P. Che­fur­ka, H. Stoe­ckel, C. Clug­ston). Des famines dan­tesques auront lieu, bien avant, accom­pa­gnées de guerres civiles, d’épidémies, d’émeutes et des rai­dis­se­ments fon­da­men­ta­listes qui vont avec. Illu­sion de revanche des peuples humi­liés lors de la Guerre de l’Opium et de la colo­ni­sa­tion. Tout cela dans une ambiance de folie guer­rière avec des États ne comp­tant plus que sur leur puis­sance mili­taire et leur capa­ci­té cynique à anéan­tir les émeutes : la Chine s’apprête à dou­bler son bud­get mili­taire ces 3 pro­chaines années après avoir aug­men­té ses dépenses mili­taires de 189% de 2000 à 2010, la Rus­sie de 82% comme les U.S.A. (P. Lar­rou­tu­rou). Dans cette phase finale d’agonie des socié­tés indus­trielles, nous lais­sons encore stu­pi­de­ment les publi­ci­taires faire œuvre de cré­ti­ni­sa­tion des masses, et les riches jouer à leur concur­rence juste pour leur plai­sir infan­tile de la frime osten­ta­toire : en jeter plein la vue, plai­sir per­vers, patho­lo­gique, de rendre jaloux, para­der comme des gamins et se don­ner en spec­tacle aux eth­no­ci­dés des villes qui croient que le bon­heur, c’est l’enrichissement. Syn­drome mimétique !

La jus­tice, ce n’est pas l’égalité au sens « tout le monde riche », c’est l’égalité dans la vie modeste et rurale, moins de biens, plus de liens, la fin des hié­rar­chies sociales par la mul­ti­pli­ca­tion des autar­cies locales en reva­lo­ri­sant les savoir-faire arti­sa­naux et locaux, héri­tage de l’ethnodiversité qui fait la valeur du patri­moine imma­té­riel de l’humanité que l’Unesco a rai­son de pro­mou­voir en défen­dant le plu­riel des langues et des cultures, notam­ment les droits des peuples autoch­tones recon­nus enfin par l’O.N.U. en 2003. Cette jus­tice, cette éga­li­té passe par l’éclosion des auto­gou­ver­ne­ments de petite taille, seule pos­si­bi­li­té d’amortir en sou­plesse (rési­lience) les effets de l’effondrement des socié­tés com­plexes (J. Tain­ter) pré­ten­dues modernes et civi­li­sées. Et le tout avec des moyens très éco­nomes en éner­gie et res­sources minières, des moyens basés sur tout ce qui pousse et donc se renou­velle natu­rel­le­ment du seul fait de la cap­ta­tion de l’énergie des rayons du soleil. Bref une vie juste ne peut qu’être une vie à très faible empreinte éco­lo­gique, la seule dont le niveau est éga­li­tai­re­ment par­ta­geable entre tous les habi­tants humains et non humains de cette pla­nète. Or sur notre pla­nète à taille finie, l’espace bio-pro­duc­tif uti­li­sable est de 12 mil­liards d’hectares, soit actuel­le­ment 1,8 ha par per­sonne, mais en termes d’empreinte éco­lo­gique, cette sur­face maxi­mum est déjà lar­ge­ment dépas­sée : 9,6 ha par habi­tant des U.S.A., 7,2 au Cana­da, 5,3 en France, 3,8 en Ita­lie. Mais 0,8 en Inde et 0,5 à Haï­ti (S. Latouche 2012).

Quelles déci­sions in extrémis ?

La rup­ture radi­cale pour orien­ter les socié­tés vers l’abandon du rêve occi­den­tal de puis­sance, rêve déjà en place dans les pre­miers empires en Chine, en Perse et en Égypte, ne pour­rait résul­ter que d’un virage bru­tal et immé­diat au vu du peu de temps qui nous reste avant l’effondrement : demain tous les publi­ci­taires sont en pri­son (NDLR : i.e. la publi­ci­té deve­nue illé­gale), et tout ce qui dis­trait et diver­tit, inter­dit. Les mass-médias se consacrent uni­que­ment à téta­ni­ser les masses jadis abru­ties pour les dés­in­toxi­quer du rêve stu­pide du consu­mé­risme. Plus rien ne vient de loin. Arrêt immé­diat de tout véhi­cule, bateau ou avion à moteur ther­mique. Inter­dic­tion des toi­tures non culti­vables en petit marai­chage sur ter­rasses : il faut démi­né­ra­li­ser le pay­sage urbain en le re-végé­ta­li­sant. Confis­ca­tion immé­diate de tous les biens des riches pour finan­cer le retour à une vie beso­gneuse et décente pour tous les misé­rables (dota­tion condi­tion­nelle d’autonomie) et pour finan­cer la sor­tie du nucléaire, ain­si que la remise à l’honneur de l’énergie mus­cu­laire ani­male et humaine. Tout cela bien-sûr sans envi­sa­ger de faire la même chose, la même gabe­gie éner­gi­vore mais dans un contexte de sim­pli­ci­té démo­cra­ti­que­ment déci­dée. Arrêt de l’usage des éner­gies fos­siles jusqu’au retour à la concen­tra­tion pré­in­dus­trielle des gaz à effet de serre…

Mais Ber­trand Meheust explique bien dans « Poli­tique de l’oxymore » et « Nos­tal­gie de l’Occupation » pour­quoi on ne prend pas le che­min de ce virage pour­tant abso­lu­ment indis­pen­sable au plus vite pour évi­ter des cen­taines de mil­lions de morts. Si nous sommes effec­ti­ve­ment tous dans un gigan­tesque Tita­nic condam­né au nau­frage : ne faut-il pas avant tout ima­gi­ner com­ment échap­per à la noyade et mettre les cha­loupes à la mer ? Orga­ni­sons-nous main­te­nant en mul­tiples groupes séces­sion­nistes pour bas­cu­ler dans une vie tota­le­ment nou­velle et jouis­sive, avec nos enfants for­més dès aujourd’hui aux métiers d’avenir : la van­ne­rie, la pote­rie, le marai­chage, la trac­tion ani­male et les petites manu­fac­tures muni­ci­pales de recy­clage des métaux pour fabri­quer des vélos…

C’est cela ou le « col­lapse »… l’effondrement san­glant qui nous feront regret­ter les deux « petites » guerres mon­diales du XXe siècle.

 

Thier­ry Sallantin


Références bibliographiques :

  1. Fran­çoise Dufour 2010 — De l’idéologie colo­niale à celle du déve­lop­pe­ment — L ‘Har­mat­tan
  2. Pierre Achard 1989 — La pas­sion du déve­lop­pe­ment ‑Thèse Paris VII
  3. Pierre Achard 1977 — Dis­cours bio­lo­gique et ordre social — Sous la dir.de-ed. du Seuil
  4. Jacques Gri­ne­vald 2010 — La thèse de Lynn White JR sur les racines his­to­rique, cultu­relle et reli­gieuse de la crise éco­lo­gique de la civi­li­sa­tion indus­trielle moderne. In D. Bourg, Ph. Roch (dir.) Labor et Fides
  5. Domi­nique Bourg, Phi­lippe Roch (dir.) 2010 — Crise éco­lo­gique, crise des valeurs ? Actes du col­loque de Lau­sanne, juin 2009. Éd. Labor et Fides, Genève
  6. Jacques Gri­ne­vald 2006 — La Révo­lu­tion indus­trielle à l’échelle de l’histoire humaine de la Bio­sphère. Revue euro­péenne des sciences sociales n° 134, pp. 139–167
  7. Jacques Gri­ne­vald 2007 — La Bio­sphère de l’Anthropocène : cli­mat et pétrole, la double menace. Repères trans­dis­ci­pli­naires 1824–2007. Éd. Georg, Genève
  8. Jacques Gri­ne­vald 2012 — Le concept d’Anthropocène, son contexte his­to­rique et scien­ti­fique. Revue Entro­pia n° 12, pp. 22–38
  9. Yves Cochet 2012 — La civi­li­sa­tion ther­mo-indus­trielle va s’effondrer avant 2030. La Revue Durable n° 44, février
  10. Serge Latouche 2012 — L’âge des limites (à paraître)
  11. Serge Latouche 1989 — L’occidentalisation du monde. Essai sur la signi­fi­ca­tion, la por­tée et les limites de l’uniformisation pla­né­taire. La Décou­verte, réed. 2008
  12. Serge Latouche 1994 — Déve­lop­pe­ment durable : un concept ali­bi. Tiers Monde n° 137, voir aus­si le n° 100
  13. Serge Latouche 2001 — La dérai­son de la rai­son éco­no­mique. Du délire d’efficacité au prin­cipe de  pré­cau­tion. Albin Michel
  14. Serge Latouche 2004 — L’invention de l’économie. Albin Michel
  15. Serge Latouche 2004 — Déco­lo­ni­ser l’imaginaire. La pen­sée créa­tive contre l’économie de l’absurde. Éd. Parangon
  16. Serge Latouche 1995 — Faut-il arrê­ter le déve­lop­pe­ment ? PUF 1986
  17. Serge Latouche, Fouad Zaoul 1999 — Cri­tique de la rai­son éco­no­mique. L’Harmattan
  18. Serge Latouche 1995 — La Méga­ma­chine : rai­son scien­ti­fique, rai­son éco­no­mique et mythes du pro­grès. La Décou­verte, MAUSS
  19. Serge Latouche 2004 — Sur­vivre au déve­lop­pe­ment. Éd. Mille et une nuits
  20. Paul Che­fur­ka 2007 — Éner­gie et popu­la­tion mon­diale — Éd. et trad. Rudo de Ruit­jer — www.CourtFool.info
  21. Majid Rah­ne­ma 2003 — Quand la misère chasse la pau­vre­té — Actes Sud et réed. Babel
  22. Majid Rah­ne­ma, Jean Robert 2008 - La Puis­sance des pauvres — Actes Sud
  23. Majid Rah­ne­ma, Gil­bert Rist, Gus­ta­vo Este­va 1992 — Le Nord per­du, repères pour l’après-développement. Ed d’en bas, Lausanne
  24. Majid Rah­ne­ma 1991 — La pau­vre­té glo­bale, une inven­tion qui s’en prend aux pauvres. Inter­cul­ture n° 111 Mont­réal, Québec
  25. Majid Rah­ne­ma , Vic­to­ria Baw­tree 1997 — The Post-Deve­lop­ment Rea­der. Zed Books, London
  26. Col­loque de 2002 à l’Unesco 2003 — Défaire le déve­lop­pe­ment, refaire le monde — Parangon
  27. D. Char­tier 2004 — Aux ori­gines des flous séman­tiques du déve­lop­pe­ment durable — Éco­lo­gie et poli­tique n°29
  28. Gil­bert Rist 1996 — Le déve­lop­pe­ment — his­toire d’une croyance occi­den­tale — Presses de Sciences Po
  29. Gil­bert Rist 2010 — L’économie ordi­naire entre songes et men­songes. Presses de Sciences Po
  30. Gil­bert Rist, Fabri­zio Sabel­li 1992 — Il était une fois le déve­lop­pe­ment. Éd. d’en bas, Lausanne
  31. Gil­bert Rist, Marie-Domi­nique Per­rot, Fabri­zio Sabel­li 1992 — La mytho­lo­gie pro­gram­mée. L’économie des croyances dans la socié­té moderne. Seuil
  32. Marie-Domi­nique Per­rot, sous la dir de. 1991 — Déve­lop­pe­ment et peuples autoch­tones. Revue Eth­nies n° 13
  33. Marie-Domi­nique Per­rot 2001 — Mon­dia­li­ser le non-sens. Éd. L’Age d’Homme
  34. Den­nis Mea­dows 2012 — Les limites à la crois­sance dans un monde fini — Éd. Rue de l’Echiquier
  35. Les­ter Brown 2011 — Bas­cu­le­ment. Com­ment évi­ter l’effondrement éco­no­mique et envi­ron­ne­men­tal. Éd. Rue de l’Echiquier
  36. Hughes Stoe­ckel 2012 — La faim du monde, l’humanité au bord d’une famine glo­bale — Éd. Max Milo
  37. Pierre Lar­rou­tu­rou 2011 — Pour évi­ter le krach ultime — Nova ed.
  38. Pierre Lar­rou­tu­rou 2012 — C’est plus grave que ce qu’on vous dit… — Nova ed.
  39. Ber­trand Meheust 2009 — La poli­tique de l’oxymore  — La Découverte
  40. Ber­trand Meheust 2012 — Nos­tal­gie de l’Occupation - La Découverte
  41. Timo­thée Duver­ger 2011 — La décrois­sance, une idée pour demain. Éd. Sang de la Terre
  42. Ing­mar Grans­tedt 2011, [1980] — L’impasse indus­trielle. Un monde à réou­tiller. Éd. A Plus d’un Titre, 73360 La Bauche
  43. La Ligne d’Horizon 2011 — Sor­tir de l’industrialisme. Col­loque de novembre 2011. Éd. Le Péda­lo Ivre, Lyon
  44. Phi­lippe Bihouix, Benoît de Guille­bon 2010 — Quel futur pour les métaux ? Éd. E.D.P.
  45. Joseph Tain­ter 1988 — The Col­lapse of Com­plex Socie­ties — Cam­bridge Univ. P.
  46. Fran­çois Par­tant 1982 — La fin du déve­lop­pe­ment, nais­sance d’une alter­na­tive — Réed. Actes Sud 1997
  47. Jack Goo­dy 2010 — Le vol de l’Histoire — Gallimard
  48. Mathis Wacker­na­gel, William Rees 1999 — Notre empreinte éco­lo­gique. Éd. Eco­so­cié­té  Montréal
  49. Pierre Thuillier 1995 — La Grande Implo­sion, Rap­port sur l’effondrement de l’Occident — Fayard
  50. Der­rick Jen­sen 2011 — Deep Green Resis­tance — Seven Sto­ries Press, New York
  51. Michel Maf­fe­so­li 2010 — Matri­mo­nium. Petit trai­té d’écosophie. — Ed . du C.N.R.S.
  52. Fai­field Osborn 2008 — La Pla­nète au pillage — Payot 1949 et réed. Babel Actes Sud
  53. Hele­na Nor­bert-Hodge 2002 — Quand le déve­lop­pe­ment crée la pau­vre­té - Fayard
  54. Franck-Domi­nique Vivien in Mar­cel Jol­li­vet 2001 — Le déve­lop­pe­ment durable, p.19–60 — His­toire d’un mot, his­toire d’une idée — le déve­lop­pe­ment durable.
  55. Franck Domi­nique Vivien 2005 — Le déve­lop­pe­ment sou­te­nable — Coll. Repères, La Découverte
  56. Franck-Domi­nique Vivien 2010 — Les anté­cé­dents concep­tuels du déve­lop­pe­ment durable. In Ber­trand Zuin­deau 2010 pp.25–35
  57. Ber­nard Zuin­deau 2010 — Déve­lop­pe­ment durable et ter­ri­toire. Le Sep­ten­trion, Vil­le­neuve d’Ascq
  58. Edwin Zac­cai 2011 — 25 ans de déve­lop­pe­ment durable et après ? — P.U.F.
  59. Anne-Marie Char­tier 1996 — Essai cri­tique sur le concept de déve­lop­pe­ment — P.U.G., Grenoble
  60. Yohan Arif­fin 2012 — Généa­lo­gie de l’idée de pro­grès, His­toire d’une phi­lo­so­phie cruelle  — Éd. du Felin
  61. Lucien Febvre 1930 — Civi­li­sa­tion, le mot, l’idée  — La Renais­sance du Livre
  62. Alfred Cros­by 1986 — The Bio­lo­gi­cal Expan­sion of Europe — 900- 1900. Cam­bridge Univ. Press
  63. Alfred Cros­by 2003 — La mesure de la réa­li­té. Éd. Allia, 1e ed. Cam­bridge 1997
  64. Richard Ber­ge­ron 1992 — L’antidéveloppement. Seuil
  65. Can­di­do Men­dez 1977 — Le mythe du déve­lop­pe­ment. Seuil
  66. Frantz Fanon 1961 — Les Dam­nés de la Terre. Réédi­tion 2010 La Découverte
  67. Alain Gras 2003 — Fra­gi­li­té de la puis­sance : se libé­rer de l’emprise de la tech­no­lo­gie. Fayard
  68. Alain Gras 2006 — Le choix du feu. Fayard
  69. Jean-Marc Man­do­sio 2000 — Après l’effondrement. Notes sur l’utopie néo-tech­no­lo­gique. Éd. L’Encyclopédie des Nuisances
  70. Ami­na­ta Trao­ré 2002 — Le viol de l’imaginaire. Fayard- Actes Sud
  71. Fodé Dia­wa­ra 1972 — Le Mani­feste de l’Homme Pri­mi­tif. Gras­set
  72. Ivan Illich 1988 — L’histoire des besoins. pp.71–106 in  Fayard 2004
  73. Ivan Illich 1994 — La sagesse de Leo­plold Kohr. pp.223–256 in Fayard 2004
  74. Ivan Illich 2004 — La perte des sens. Fayard, réed. 2010
  75. Leo­pold Kohr 1978 — The Brea­king of Nations. E. P. Dut­ton, New-York [1957, Rout­ledge and K. Paul, Lon­don (Le maître de E.F. Schumacher)
  76. Leo­pold Kohr 1995 — Sall is beau­ti­full : selec­ted wri­tings from the com­plete works. Post­hu­mous col­lec­tion, Vienna
  77. Ernst Frie­drich Schu­ma­cher 1979 [1973] — Small is beau­ti­full. Une socié­té à la mesure de l’homme. Éd. du Seuil, col­lec­tion Points
  78. Kirk­pa­trick Sale 1980 — Human Scale. Coward, McCann and Geor­ghe­gan, New York
  79. Michael Igna­tieff 1986 — La liber­té d’être humain : essai sur le désir et le besoin. Éd. La Découverte
  80. H.W. Arndt 1987 — Eco­no­mic Deve­lop­ment : the His­to­ry of an Idea. Chi­ca­go Univ. Press
  81. Katrin Lede­rer et al. 1981 — Human Needs. A contri­bu­tion to the cur­rent debate. Cam­bridge, Ma
  82. Patri­cia Spring­borg 1981 — The pro­blem of Human Needs and the Cri­tique of Civi­li­za­tion. Allen and Unwin, London
  83. Fran­co Fer­ra­ro­ti 1985 — The Myth of Inevi­table Pro­gress. Green­wood Press, West­port. CT
  84. Karl Pola­nyi 1983 [1957] — La Grande Trans­for­ma­tion. Aux ori­gines poli­tiques et éco­no­miques de notre temps. Gal­li­mard
  85. Karl Pola­nyi 2011 — La sub­sis­tance de l’homme. Flam­ma­rion
  86. Wolf­gang Sachs, Gus­ta­vo Este­va  1996 — Des ruines du déve­lop­pe­ment. Éd. Eco­so­cié­té, Mont­réal, réed. 2003 Le Ser­pent à Plumes
  87. Wolf­gang Sachs 1990 — L’archéologie du concept de déve­lop­pe­ment. Revue Inter­cul­ture n° 109
  88. Rai­mun­do Panik­kar 1982 — Alter­na­tives à la culture moderne. La notion de plu­ri­ver­sa­li­té. Revue Inter­cul­ture n° 77 pp. 5–25
  89. Rai­mun­do Panik­kar 1984 — La notion de droits de l’homme est-elle un concept occi­den­tal ? Revue Inter­cul­ture n° 82, pp.3–27
  90. Chris­tophe Ebe­rhard 2000 — Droits de l’homme et dia­logue inter­cul­tu­rel. Vers un désar­me­ment cultu­rel pour un droit de la paix. Thèse (en ligne)
  91. Ber­trand Badie 1992 — L’ État impor­té. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre poli­tique. Fayard
  92. Jacques Ellul 1954 — La tech­nique ou l’enjeu du siècle. Réed. Eco­no­mi­ca 1990
  93. Jacques Ellul 1977 — Le sys­tème tech­ni­cien. Cal­man-Lévy, réed. Cherche Midi 2004
  94. Jacques Ellul 1988 — Le bluff tech­no­lo­gique. Hachette
  95. Her­man Daly, John Cobb 1989 — For the Com­mon Good. Redi­rec­ting the Eco­no­my toward Com­mu­ni­ty. The Envi­ronn­ment and a Sus­tai­nable Future. Bea­con Press , Boston
  96. Edgar Morin 2002 — Une mon­dia­li­sa­tion plu­rielle. Le Monde, 26 mars (une exé­cu­tion en règle du concept de déve­lop­pe­ment, T.S.)
  97. Edgar Morin 2011 — La voie. Fayard (il y reprend comme M. Maf­fe­so­li mon idée de rem­pla­cer le déve­lop­pe­ment par l’enveloppement)
  98. Alain Caillé, Serge Latouche, Marc Hum­bert, Patrick Vive­ret 2011 — De la convi­via­li­té. Dia­logues sur la socié­té convi­viale à venir. La Découverte
  99. Patrick Vive­ret 2012 — La cause humaine. Du bon usage de la fin d’un monde. Les Liens qui Libèrent
  100. Marc Ner­fin — Inter­na­tio­nal Foun­da­tion for Deve­lop­ment Alter­na­tives — I.F.D.A.
  101. Jan Neder­veen Pie­terse 2000 — Alter­na­tive, Post and Reflexive Deve­lop­ment. En ligne sur la Toile (pdf)
  102. Jan Neder­veen Pie­terse, 2002 — Deve­lop­ment. Deconstructions/Reconstructions. Sage Publications
  103. J. Sea­brook 1994 — Vic­tims of deve­lop­ment. Résis­tance and alter­na­tives. Ver­so, London
  104. Daniel Céré­zuelle 2011 — La Tech­nique et la chair. Paran­gon
  105. Michael Jacobs 1998 — Sus­tai­nable deve­lop­ment as a contes­ted concept. In Andrew Dob­son 1998, pp. 21–45
  106. Andrew Dob­son 1998 — Fair­ness and Futu­ri­ty : Essays on Envi­ron­men­tal Sus­tai­na­bi­li­ty and Social Jus­tice. Oxford Univ. Press
  107. Simon Char­bon­neau 2009 — Résis­ter pour sor­tir du déve­lop­pe­ment. Éd. Sang de la Terre
  108. Michel Puech 2010 — Déve­lop­pe­ment durable : un ave­nir à faire soi-même. Le Pom­mier (p. 29- l’Ordonnance de Bru­noy, 1346- ori­gine de” sustainable”)
  109. Jer­ry Man­der, Edward Gold­smith 1996 — The Case against Glo­bal Eco­no­my and for a turn toward the Local. Sier­ra Club Books, San Fran­cis­co, California
  110. Jer­ry Man­der 1991 — In the Absence of the Sacred. The Fai­lure of Tech­no­lo­gy and the Sur­vi­val of Indians Nations. Sier­ra Club Books, San Francisco
  111. Constan­tin Cas­to­ria­dis 1974 — Réflexions sur le “déve­lop­pe­ment” et la “ratio­na­li­té”. Les Car­re­fours du Laby­rinthe 2, réed. 1986, Points-Seuil
  112. Constan­tin Cas­to­ria­dis 1987 — Voie sans issue. Les Car­re­fours du Laby­rinthe 3, réed. 1990 Points-Seuil
  113. Robert Jau­lin (dir.) 1972 — De l’ethnocide. U.G.E.10/18
  114. Robert Jau­lin (dir.) 1972 — L’ethnocide à tra­vers les Amé­riques. Fayard
  115. Robert Jau­lin 1974 — La Déci­vi­li­sa­tion. Éd. Com­plexe, Bruxelles
  116. Eric Navet 2007 — L’Occident bar­bare et la phi­lo­so­phie sau­vage. Éd. Homnisphères
  117. William Vogt 1950 [1948] — La faim du monde. ed Hachette, titre ori­gi­nal — Road to Survival
  118. Rachel Car­son 1963 [1962] — Prin­temps silen­cieux. Éd. Plon, réed. 2009, Wildproject
  119. Jean Dorst 1965 — Avant que nature meure. Dela­chaux et Niest­lé, 6e réédi­tion 1976
  120. Roger Heim 1952 — Des­truc­tion et pro­tec­tion de la nature. Éd. Armand Colin
  121. Roger Heim 1973 — L’angoisse de l’An 2000. Éd. Fon­da­tion Singer-Polignac
  122. Bar­ba­ra Ward, René Dubos 1972 — Nous n’avons qu’une Terre. Denoël (rap­port pré­pa­rant la Confé­rence de Stock­holm sur l’environnement humain,1972)
  123. Gro Har­lem Brundt­land 1988 — Notre ave­nir à tous. Éd. du Fleuve, Qué­bec (rap­port pré­pa­rant la Confé­rence de Rio “envi­ron­ne­ment et développement”92
  124. Bar­ry Com­mo­ner 1969 — Quelle Terre lais­se­rons-nous à nos enfants ? [Science and Sur­vi­val]. Éd. du Seuil
  125. Bar­ry Com­mo­ner 1973 — L’encerclement. Éd. du Seuil
  126. Serge Mos­co­vi­ci 1968 — Essai sur l’histoire humaine de la nature. Flam­ma­rion
  127. Serge Mos­co­vi­ci 1972 — La Socié­té contre nature. Seuil
  128. Serge Mos­co­vi­ci 1974 — Hommes domes­tiques et hommes sau­vages. U.G.E. 10/18
  129. Serge Mos­co­vi­ci 2002 — De la nature, pen­ser l’écologie. Éd. Métailié
  130. Serge Mos­co­vi­ci 2002 — Réen­chan­ter la nature : entre­tiens avec Pas­cal Dibie. Éd. de l’Aube
  131. Gene­viève Azam, Chris­tophe Bon­neuil, Maxime Combes 2012 — La nature n’a pas de prix. Les méprises de l’économie verte. Ed. Les Liens qui Libèrent

Print Friendly, PDF & Email
Total
9
Shares
10 comments
  1. Nous avons un pro­jet qui nous tient à cœur. Nous sommes pré­sen­te­ment dans une cam­pagne d finan­ce­ment sur indiegogo. 

    Notre solu­tion per­met­trai de faire beau­coup de posi­tif, à un point que vous ne pou­vez ima­gi­ner. C’est le pro­jet le plus pro­fi­table notre socié­té. D’au­tant plus que ce pro­jet vous serai TRÈS utile.

    Contri­buer à notre cam­pagne ou aider nous d’une quelque façon. On a vai­ne­ment besoin d’aide. 

    http://igg.me/at/changements/x/2432908

    Mer­ci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

La mondialisation et les ravages de la nouvelle Pangée (par Ray Grigg)

Les continents, ayant été écologiquement isolés pendant des millions d’années, étaient alors reconnectés — pas géologiquement par le mouvement de la tectonique des plaques mais par les mouvements physiques des humains transportant des produits commerciaux, des plantes, des animaux, des virus et leurs cultures particulières. Le monde n'allait plus jamais être le même.
Lire

We Love Green(washing), festival-vitrine de l’écocapitalisme (par Nicolas Casaux)

Près de 40 ans après l’invention de ce concept de « développement durable », la situation écologique planétaire, qui n’a jamais cessé d’empirer, est pire que jamais. L’inanité de ce concept est manifeste. Pourtant, d’un point de vue commercial, le « développement durable » est une incroyable réussite. Toutes les entreprises et tous les gouvernements s’en réclament. L’illusion fonctionne, notamment grâce au complexe médiatico-culturel doté de moyens colossaux et toujours plus envahissant qui n’a de cesse de relayer les mensonges du capitalisme vert. L’imbécillité de toute cette entreprise de propagande culmine dans le festival de musique soi-disant « écolo » et « engagé » We Love Green. [...]
Lire

L’accord de Paris : ne rien changer, compter sur la technologie, s’adapter et, surtout, vive la croissance (par Clive Spash)

À l’issue de la 21e session de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, ayant eu lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 en France, à Paris, les 195 pays de la communauté internationale sont finalement parvenus à un accord, considéré, tant par les participants que par les médias, comme un tournant politique majeur dans la difficulté de s’attaquer au changement climatique provoqué par l’humain. Le texte suivant est un bref commentaire critique dans lequel j’explique succinctement en quoi l’accord de Paris ne change rien. J’y souligne comment cet accord ignore pratiquement toutes les questions de fond concernant les causes du changement climatique d’origine anthropique, et en quoi ce même accord n’offre aucun plan d’action concret. [...]
C
Lire

Si on ne l’arrête pas, la civilisation industrielle pourrait détruire toute la biosphère (par Theodore Kaczynski)

Traduction et illustration d'un extrait du dernier livre de Theodore Kaczynski, « Anti-Tech Revolution : Why and How » (en français : « Révolution Anti-Tech : Pourquoi et Comment ») publié en 2016 aux États-Unis, à mettre en lien avec l'article précédent (L’étrange logique derrière la quête d’énergies « renouvelables »). Ici, lorsque Kaczynski parle de « systèmes autopropagateurs », il fait référence aux puissances corporatistes (multinationales) et étatiques, qui sont les institutions de pouvoir dominantes de notre temps. Un texte court, un avertissement. Sauf accident de parcours, et/ou sauf s'il fait face à une résistance assez efficace, le système technologique mondial se comportera très certainement comme suit :