La pathologie de la riche famille blanche (par Chris Hedges)

George W. Bush(Ci-des­sus) Les por­traits des ex-pré­si­dents George W. Bush, à gauche, et George H.W. Bush, son père, extrait de l’é­mis­sion « l’art de la gou­ver­nance : la diplo­ma­tie d’un pré­sident ». L’ex­po­si­tion des por­traits des diri­geants du monde orga­ni­sée par le plus jeune des Bush, se trouve à la biblio­thèque pré­si­den­tielle George W. Bush et au muséum de Dal­las jus­qu’au 3 juin.(AP / Ben­ny Snyder)


Article ori­gi­nal publié en anglais sur le site de truthdig.com, le 17 mai 2015.
Chris­to­pher Lynn Hedges (né le 18 sep­tembre 1956 à Saint-Johns­bu­ry, au Ver­mont) est un jour­na­liste et auteur amé­ri­cain. Réci­pien­daire d’un prix Pulit­zer, Chris Hedges fut cor­res­pon­dant de guerre pour le New York Times pen­dant 15 ans. Recon­nu pour ses articles d’analyse sociale et poli­tique de la situa­tion amé­ri­caine, ses écrits paraissent main­te­nant dans la presse indé­pen­dante, dont Harper’s, The New York Review of Books, Mother Jones et The Nation. Il a éga­le­ment ensei­gné aux uni­ver­si­tés Colum­bia et Prin­ce­ton. Il est édi­to­ria­liste du lun­di pour le site Tru­th­dig.com.


La patho­lo­gie de la riche famille blanche est la plus dan­ge­reuse des patho­lo­gies des États-Unis. La riche famille blanche est mau­dite par trop d’argent et de pri­vi­lèges. Elle est dénuée d’empathie, consé­quence de vies entières de pré­ro­ga­tives. Son sens de la loyau­té est res­treint et elle ne pos­sède pas d’ap­ti­tude au sacri­fice per­son­nel. Sa défi­ni­tion de l’a­mi­tié se réduit à « que pou­vez-vous faire pour moi ? » Elle est pos­sé­dée par un désir insa­tiable d’ac­croître sa for­tune et son pou­voir. Elle pense que la richesse et les pri­vi­lèges lui confèrent une intel­li­gence et une ver­tu supé­rieures. Elle baigne dans l’hé­do­nisme et le nar­cis­sisme effré­nés. Et à cause de tout cela, elle inter­prète la réa­li­té à tra­vers un prisme d’au­to-adu­la­tion et d’a­va­rice qui relève de la démence. La famille blanche et riche est une menace. Les patho­lo­gies des pauvres, lors­qu’on les com­pare aux patho­lo­gies des blancs riches, sont comme une bou­gie que l’on com­pa­re­rait à un immense incendie.

Les familles riches et blanches ne manquent ni d’a­co­lytes ni de pro­pa­gan­distes. Elles dominent nos ondes radio-télé­vi­sées. Elles imputent la pau­vre­té, la rup­ture socié­tale, la vio­lence urbaine, l’u­sage de la drogue, les abus domes­tiques et le crime à la patho­lo­gie des familles pauvres et noires — sans en connaître aucune. Elles pré­tendent que les familles pauvres et noires se dés­in­tègrent à cause de quelque défaut inhé­rent — vous pou­vez alors lire entre les lignes que les Blancs sont supé­rieurs aux Noirs — un défaut que ces familles pauvres doivent réparer.

Si vous col­por­tez ces bêtises racistes et sim­plistes, on vous don­ne­ra une colonne dans le New York Times. Faire de la lèche aux riches familles blanches rap­porte tou­jours. Si vous êtes noir et que vous tenez ce genre de dis­cours, les Blancs riches débor­de­ront de joie. Ils feront tout leur pos­sible pour vous offrir une tri­bune. Vous pour­rez alors deve­nir pré­sident, ou juge à la cour suprême. Vous obtien­drez peut-être une émis­sion de télé­vi­sion, ou un poste dans une uni­ver­si­té. Vous obtien­drez de l’argent pour votre fon­da­tion. Vous pour­rez publier des livres sur le déve­lop­pe­ment per­son­nel. Vos films seront finan­cés. Vous pour­riez même être embau­ché pour diri­ger une compagnie.

Le conseil général de la Banque Centrale Européenne (BCE): 25 hommes, 1 femme, que des blancs.
Le conseil géné­ral de la Banque Cen­trale Euro­péenne (BCE): 25 hommes, 1 femme, que des blancs.

Les familles riches et blanches, et leurs lèche-bottes l’af­firment, ont essayé d’ai­der. Les familles riches et blanches ont don­né aux pauvres de nom­breuses res­sources et pro­grammes gou­ver­ne­men­taux afin de les sor­tir de la pau­vre­té. Ils font preuve d’une cha­ri­té géné­reuse. Mais les Noirs, disent-ils, ain­si que les autres per­sonnes de cou­leur, sont tenus en échec par des atti­tudes et com­por­te­ments auto­des­truc­teurs. Les pro­grammes gou­ver­ne­men­taux sont, par consé­quent, gâchés par ces per­sonnes irres­pon­sables. Les familles pauvres, nous disent ces lèche-bottes, ne seront sau­vées que lors­qu’elles se sau­ve­ront elles-mêmes. Nous vou­lons aider, disent les Blancs riches, mais les per­sonnes noires et pauvres doivent d’a­bord se retrous­ser les manches, res­ter à l’é­cole, s’ins­truire, trou­ver un tra­vail, dire non à la drogue et res­pec­ter l’au­to­ri­té. Dans le cas contraire, elles méritent ce qui leur arrive. Et ce qu’ob­tient la famille noire moyenne en termes éco­no­miques, c’est cinq cents pour chaque dol­lar que pos­sède la famille blanche moyenne.

En inté­grant à 10 ans un inter­nat en Nou­velle-Angle­terre, en tant que bour­sier, j’ai été contraint à étu­dier la patho­lo­gie des riches familles blanches. Ce n’est pas une expé­rience que je recom­man­de­rais. Des années plus tard, j’ai choi­si d’emménager dans le quar­tier de Rox­bu­ry à Bos­ton. J’é­tais alors étu­diant sémi­na­riste. Je vivais juste en face de l’une des plus pauvres cités de la ville, et je me suis occu­pé d’une petite église dans le centre-ville pen­dant presque trois ans. J’é­prou­vais déjà un pro­fond dégoût pour les familles riches et blanches, et cela a consi­dé­ra­ble­ment aug­men­té lorsque j’ai vu ce qu’ils fai­saient aux dépos­sé­dés. Après mon enfance et les expé­riences que j’ai vécues à Rox­bu­ry, je suis par­ve­nu à la conclu­sion que les blancs riches étaient des sociopathes.

La misère et l’ef­fon­dre­ment de la vie de famille et com­mu­nau­taire à Rox­bu­ry ne sont pas cau­sées par une patho­lo­gie inhé­rente à la famille noire. Les riches qui trai­taient les pauvres comme des déchets humains étaient la cause des pro­blèmes. Les couches de racisme ins­ti­tu­tion­na­li­sé — les tri­bu­naux, les écoles, la police, les offi­ciers de pro­ba­tion, les banques, l’ac­cès faci­li­té à la drogue, le chô­mage et le sous-emploi endé­miques, l’ef­fon­dre­ment des infra­struc­tures et le sys­tème car­cé­ral — ser­vaient à s’as­su­rer que les pauvres res­tent pauvres. La consom­ma­tion de drogue, le crime et les familles en dés­in­té­gra­tion sont le résul­tat de la pau­vre­té, pas de l’eth­nie. Les blancs pauvres adoptent les mêmes com­por­te­ments. Reti­rez l’op­por­tu­ni­té, ins­pi­rez le déses­poir et la détresse, et voi­là ce que vous obte­nez. Mais c’est quelque chose que les riches familles blanches ne veulent pas que les gens sachent. Si cela se savait, les riches devraient alors en endos­ser la responsabilité.

Michael Kraus, Paul Piff et Dacher Kelt­ner, des cher­cheurs en sciences sociales de l’u­ni­ver­si­té de Cali­for­nie, ont entre­pris des recherches qui les ont ame­nés à conclure que les pauvres avaient plus d’empathie que les riches. Les pauvres, expliquent-ils, n’ont pas la capa­ci­té de domi­ner leur envi­ron­ne­ment. Ils doivent construire des rela­tions avec les autres pour sur­vivre. Il faut pour cela qu’ils soient capables de lire les émo­tions de ceux qui les entourent, et d’y répondre. Qu’ils veillent les uns sur les autres. Et cela les rend plus empa­thiques. Les riches, qui peuvent contrô­ler leur envi­ron­ne­ment, n’ont pas besoin de se sou­cier des inquié­tudes ou des émo­tions des autres. Ils sont aux com­mandes. Leurs dési­rs sont des ordres. Et plus ils passent de temps au centre de leur propre uni­vers, plus ils deviennent insen­sibles, cruels, et impitoyables.

La famille riche et blanche pos­sède une apti­tude au crime inéga­lée. Les membres des familles riches et blanches mènent des cor­po­ra­tions droit dans le mur (pen­sez à Leh­man Bro­thers), escroquent les action­naires et les inves­tis­seurs, vendent des prêts hypo­thé­caires toxiques camou­flés en inves­tis­se­ments en or à des fonds de pen­sion, des com­mu­nau­tés et  des écoles, et enfin pillent la tré­so­re­rie des États-Unis une fois que tout implose. Ils dérobent des cen­taines de mil­lions de dol­lars à Wall Street à tra­vers la fraude et le vol, paient peu ou pas de taxes, ne finissent presque jamais en pri­son, écrivent les lois et la légis­la­tion qui léga­lisent leurs crimes, puis on leur pro­pose des postes d’ad­mi­nis­tra­teurs dans les uni­ver­si­tés les plus pres­ti­gieuses, et dans les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion. Ils mettent en place des fon­da­tions et sont adu­lés en tant que phi­lan­thropes. Et lors­qu’ils ont des ennuis judi­ciaires, ils ont des avo­cats hors de prix et des connexions au sein de l’é­lite poli­tique qui leur per­mettent de s’en tirer.

Mais il faut bien le recon­naître, les familles riches et blanches volent avec bien plus de finesse que qui­conque. Si vous êtes un ado­les­cent noir et  pauvre et que vous sor­tez en cou­rant d’un maga­sin CVS avec quelques bou­teilles de sham­pooing déro­bées, vous êtes sus­cep­tible de vous faire tirer des­sus dans le dos ou envoyer en pri­son pour des années. S’il y avait des Olym­piades pour le crime, les familles riches et blanches rafle­raient toutes les médailles ; les noirs s’es­ti­me­raient heu­reux de faire plus d’un kilo­mètre lors du pre­mier éli­mi­na­toire. Je ne sais même pas pour­quoi les noirs tentent de riva­li­ser dans ce domaine. Ils sont, en com­pa­rai­son, des cala­mi­tés abso­lues en tant que cri­mi­nels. Les monarques du crime sont des blancs riches, qui se vautrent dans une richesse qu’ils ont volée, tout en empri­son­nant un pour­cen­tage impor­tant de per­sonnes pauvres et de couleur.

Les familles riches et blanches sont aus­si les assas­sins les plus effi­caces de la pla­nète. C’est le cas depuis cinq siècles, depuis la conquête des Amé­riques et le géno­cide des amé­rin­diens, et cela se pro­longe aujourd’­hui à tra­vers les guerres au Moyen-Orient. Les familles riches et blanches ne tuent pas en per­sonne. Jamais elles ne ris­que­raient leurs vies dans les rues de la ville ou en Irak. Elles engagent des gens, sou­vent pauvres, qui tuent pour elles. Les familles riches et blanches lor­gnaient sur le pétrole de l’I­rak, et, en agi­tant les dra­peaux et en scan­dant des slo­gans patrio­tiques, sont par­ve­nues à faire en sorte que de nom­breux enfants pauvres s’en­gagent dans l’ar­mée, et s’emparent des puits de pétrole pour elles. Les blancs riches sou­hai­taient des guerres inter­mi­nables pour les béné­fices de leurs indus­tries d’ar­me­ment, et les ont obte­nues au nom de la guerre contre le ter­ro­risme. Les blancs riches sou­hai­taient uti­li­ser la force létale contre les pauvres en toute impu­ni­té, et les arrê­ter, en rem­plis­sant les pri­sons états-uniennes avec 25 % de la popu­la­tion car­cé­rale du monde, et ont alors mis en place pour cela un sys­tème de légis­la­tion sur les drogues et de dépar­te­ments de police militarisés.

La beau­té de faire en sorte que d’autres tuent pour vous, vous per­met d’a­voir l’air « rai­son­nable » et « gen­til ». Vous pou­vez alors repro­cher aux pauvres et aux musul­mans d’être de furieux fana­tiques. Vous pou­vez alors dif­fu­ser un mes­sage de tolé­rance avec un sou­rire d’ange — c’est-à-dire tolé­rer les crimes et la vio­lence des blancs riches. Com­pa­rez une fusillade à Watts avec le bom­bar­de­ment inten­sif du Viet­nam. Com­pa­rez un meurtre de gang à Chi­ca­go avec les meurtres quo­ti­diens de per­sonnes de cou­leur par la police mili­ta­ri­sée. Per­sonne ne mul­ti­plie les cadavres aus­si bien que les blancs riches. 1 mil­lion de morts rien qu’en Irak. Les riches et puis­sants tuent un nombre ahu­ris­sant de gens et ne finissent jamais en pri­son. Ils peuvent se reti­rer dans un ranch à Craw­ford, au Texas, et peindre des por­traits ama­teurs des lea­ders du monde, copiés depuis des recherches sur Google image.

Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac peint par George W. Bush. (Aussi bon peintre que président)
Nico­las Sar­ko­zy et Jacques Chi­rac peints par George W. Bush. (Oui, il est aus­si bon peintre que président)

Aucune déca­dence ne riva­lise avec celle des blancs riches. J’ai connu un mil­liar­daire à la retraite qui pas­sait son temps sur un yacht à fumer du can­na­bis et à se faire ser­vir par un défi­lé de pros­ti­tuées de luxe. Les enfants des familles riches et blanches — entou­rés de domes­tiques et choyés dans des écoles pri­vées, n’ayant jamais à prendre l’a­vion avec des com­pa­gnies com­mer­ciales, ou à emprun­ter les trans­ports en com­mun — déve­loppent une las­si­tude, par­fois accom­pa­gnée de toxi­co­ma­nie, qui les pousse sou­vent à se lais­ser aller à l’oi­si­ve­té, deve­nant ain­si des para­sites sociaux. Les mères n’ont jamais à être des mères. Les pères n’ont jamais à être des pères. Les domes­tiques endossent les res­pon­sa­bi­li­tés paren­tales. Les riches vivent cloi­son­nés dans des petits royaumes, gar­dés par leurs propres ser­vices de sécu­ri­té pri­vée, et où le monde réel ne vient jamais faire intru­sion. Ce sont des phi­lis­tins cultu­rels pré­oc­cu­pés par l’ac­qui­si­tion de plus de richesses et de plus de pos­ses­sions. « Le suc­cès maté­riel », comme l’é­crit C. Wright Mil­ls, « est leur seule base d’au­to­ri­té ». Ils se fondent dans le monde de la célé­bri­té. Et les organes des médias de masse, qu’ils contrôlent, les trans­forment en idoles à adu­ler exclu­si­ve­ment pour leur richesse. Des spé­cia­listes en rela­tions publiques sont char­gés de gérer leur image. Des équipes d’a­vo­cats har­cèlent et réduisent au silence ceux qui les cri­tiquent. Leurs aco­lytes affirment (confirment) leur saga­ci­té. Ils com­mencent rapi­de­ment à croire en leur propre fiction.

Daniel Patrick Moy­ni­han a écrit en 1965 ce que l’on appelle le rap­port Moy­ni­han (“The Negro Fami­ly : The Case for Natio­nal Action »« la famille nègre : pour une action natio­nale »). Le rap­port conclut « qu’au cœur de la dété­rio­ra­tion de la fabrique de la socié­té nègre, on retrouve la dété­rio­ra­tion de la famille nègre ». Les oppri­més étaient à blâ­mer pour leur propre oppres­sion. Les pro­grammes sociaux seuls ne pou­vaient sau­ver les pauvres. Ce rap­port est un exemple clas­sique du modèle éco­no­mique néo­li­bé­ral recon­di­tion­né en idéologie.

Les patho­lo­gies des riches vont bien­tôt nous pré­ci­pi­ter du haut d’une falaise éco­no­mique et éco­lo­gique. Et pen­dant notre chute, les riches, man­quant d’empathie et de com­pré­hen­sion, déter­mi­nés à gar­der leur pri­vi­lège et leur richesse, uti­li­se­ront leur garde pré­to­rienne, leurs médias de masse, leur pou­voir éco­no­mique, leurs marion­nettes poli­tiques et leur sys­tème de sécu­ri­té et de sur­veillance pour main­te­nir notre sou­mis­sion. « Le secret des grandes for­tunes sans cause appa­rente est un crime oublié, parce qu’il a été pro­pre­ment fait », a écrit Hono­ré de Bal­zac, dans son roman “Le Père Goriot”.

Les riches ont entre­pris un coup d’é­tat qui a trans­for­mé les trois branches du gou­ver­ne­ment des États-Unis et la qua­si-tota­li­té des ins­ti­tu­tions, y com­pris les médias de masse, en filiales entiè­re­ment pos­sé­dées par l’É­tat-entre­prise. Ce coup d’é­tat a don­né aux riches la licence et le pou­voir d’a­mas­ser des quan­ti­tés inima­gi­nables de richesse à nos dépens. Il per­met aux riches d’in­fli­ger une extrême pau­vre­té à un cercle crois­sant de popu­la­tion. La pau­vre­té est le pire des crimes — comme George Ber­nard Shaw l’a écrit, « tous les autres crimes sont des ver­tus en com­pa­rai­son ». Et la capa­ci­té d’une élite au pou­voir vorace de lais­ser mou­rir de faim des enfants, de faire perdre digni­té et estime de soi à des hommes et des femmes sans emploi, d’a­ban­don­ner les villes à la misère et à la déca­dence, de jeter dans les rues les malades men­taux et les sans-abri, de sabrer les maigres ser­vices qui offraient de l’es­poir et du secours à ceux qui souffrent, d’en­fer­mer dans des cel­lules des cen­taines de mil­liers de pauvres gens pour des années, de mener des guerres inter­mi­nables, d’é­cra­ser les étu­diants sous une ter­rible dette, d’u­ti­li­ser le ter­ro­risme d’É­tat et d’é­teindre l’es­poir des plus dému­nis, expose nos riches oli­garques comme la force la plus dan­ge­reuse et la plus des­truc­trice des États-Unis.

Chris Hedges


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
7
Shares
7 comments
  1. Je rejoins com­plè­te­ment cette ana­lyse, c’est un exact reflet de la réa­li­té. Les absor­beurs de richesse, voleurs, cri­mi­nels, sont les pires obs­tacles à notre civi­li­sa­tion. Non seule­ment ils appau­vrissent le monde mais il font tout pour le détruire. À croire que cette bande de psy­cho­pathes n’aiment pas leurs enfants car leur course effré­née à la richesse mène le monde à une des­truc­tion rapide et cer­taine. Quand la terre sera deve­nue sté­rile et que la popu­la­tion mon­diale aura dimi­nué dans des pro­por­tions effrayantes, que don­ne­ront-ils à man­ger à leur
    pro­gé­ni­ture ? Des billets de banques à sucer ?
    Leur volon­té de ne pas édu­quer cor­rec­te­ment la popu­la­tion rejoint celle des reli­gieux qui ont les mêmes pré­oc­cu­pa­tions pour des rai­sons qu’ils croient autres, à savoir pré­sen­ter leur into­lé­rance, leur racisme, leur psy­cho-rigi­di­té issus de leurs dogmes ven­geurs et assas­sins comme étant la plus pure voie vers un acom­plis­se­ment et une élé­va­tion spi­ri­tuelle (?). Il est à noter que la course à la richesse et au pouvoir
    est sou­vent accom­pa­gnée (et étayée) par un dogme religieux.

    L’hy­po­cri­sie et le men­songe qui sont les vec­teurs de pro­pa­ga­tion uti­li­sés aus­si bien par le pou­voir éco­no­mique que par le pou­voir reli­gieux, sont les deux machoires d’un même piège qui enferme la popu­la­tion dans un car­can social et philosophique.
    Le pro­blème est deve­nu catas­tro­phique et a gan­grè­né la qua­si tota­li­té de la pla­nète, il est grand temps de reti­rer ses oei­lères et de regarde la réa­li­té en face. Les riches et les reli­gieux ne sont pas capables de le faire, noyés qu’ils sont dans leurs cer­ti­tudes. Nous, le peuple, par contre, sommes en prise directe avec cette réa­li­té et j’es­time que cette clair­voyance nous confère la res­pon­sa­bi­li­té de la déci­sion, de l’in­ter­ven­tion, elle nous impose de réagir. Toute absence de réac­tion nous rend com­plice de ce géno­cide pro­gram­mé. Nous sommes le der­nier rem­part contre cette entre­prise de des­truc­tion pour pré­ser­ver autant que faire ce peut l’a­ve­nir de nos enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Trump et comment nous en sommes arrivés là (par Derrick Jensen)

La décadence de l’Empire entraine une résurgence des valeurs incarnées par Trump : la haine de la femme, le racisme, la désignation à la vindicte de ceux qui mettent des bâtons dans les roues de l’empire, et la volonté de faire tout et n'importe quoi pour maintenir cet empire, pour "rendre sa grandeur à l'Amérique [la Grèce, Rome, le Royaume-Uni, la Chine]". [...]
Lire

Le problème de l’activisme financé par le Grand Capital (par Macdonald Stainsby)

Beaucoup de salariés des Grands Verts – ainsi que leurs amis proches – ont essayé très dur de faire infuser ces valeurs démocratiques, anticoloniales et même anticapitalistes dans le mouvement écolo grand public, qui évite depuis longtemps de telles vulgarités. Plongeons-nous dans ces questions, et cherchons de vraies réponses. Si elles vous mettent mal à l’aise, peut-être que c’est parce qu’elles vous touchent.
Lire

L’idéologie de la non-violence en question (TIMULT)

Enfermer nos luttes dans des catégories ne me paraît pas très pertinent, que ce soit pour les critiquer à cause de leur violence supposée, ou pour en mépriser d’autres à cause de leur manque de radicalité supposée. Comme si la radicalité se mesurait au purisme angélique de la non-violence ou au nombre de vitrines brisées. Cet état d’esprit est plus proche du folklore romantique que de pratiques révolutionnaires. La propagande politico-médiatique tente de semer la confusion entre illégalité, radicalité des idées et "violence". Même si ça n’est pas toujours évident, il me semble important de ne pas entrer dans ce jeu, pour que la légalité ne devienne pas un cadre qui limite nos moyens d’actions.
Lire

Le colonialisme, la mission civilisatrice, hier et aujourd’hui (par Nicolas Casaux)

L’idéologie raciste et suprémaciste dont procède la colonisation, la mission civilisatrice, considère que toutes les sociétés sont engagées sur une seule et même voie, celle de la civilisation (européenne), en direction d’une seule et unique fin, celle que vise le « développement », c’est-à-dire celui de la civilisation (plus seulement européenne, désormais mondialisée), de l'État-capitalisme, de l’industrialisation, c’est-à-dire l'expansion du Léviathan.