End:Civ — Le problème de la civilisation (2011)

End:Civ est un film docu­men­taire réa­li­sé par Frank­lin Lopez, qui exa­mine le carac­tère des­truc­teur et auto­des­truc­teur de la civi­li­sa­tion indus­trielle, sur le plan éco­lo­gique, ain­si que son carac­tère hau­te­ment coer­ci­tif et inéga­li­taire, sur le plan social. Basé en par­tie sur End­game, un best-sel­ler écrit par Der­rick Jen­sen, End:Civ demande : « Si ton pays se fai­sait enva­hir par des extra­ter­restres qui cou­paient les forêts, empoi­son­naient l’eau et l’air et conta­mi­naient les sols, résisterais-tu ? »

Toutes les civi­li­sa­tions ont dévas­té l’en­vi­ron­ne­ment dont elles dépen­daient, et se sont ain­si auto­dé­truites. Tan­dis que nous écri­vons ces mots, la civi­li­sa­tion indus­trielle mon­dia­li­sée repro­duit ce même pro­ces­sus en détrui­sant de manière sys­té­ma­tique le monde natu­rel. Cela devrait être une évi­dence. De la (mal nom­mée) sixième extinc­tion de masse des espèces (nous devrions par­ler d’une pre­mière des­truc­tion de masse, par­ler d’ex­tinc­tion sug­gère une absence de res­pon­sa­bi­li­té, une sorte de fata­li­té natu­relle) au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, en pas­sant par les nom­breuses pol­lu­tions de tous les milieux (par le plas­tique, des métaux lourds, et d’in­nom­brables autres formes de conta­mi­na­tion), le constat est flagrant.

Cepen­dant, des actes de cou­rage, de com­pas­sion et d’altruisme abondent, même dans les endroits les plus affec­tés. En docu­men­tant d’une part, la résis­tance de ceux et celles qui sont le plus tou­chés par la guerre et la répres­sion, et d’autre part, l’héroïsme de ceux et celles qui vont de l’avant pour confron­ter la crise la tête haute, End:Civ pré­sente une piste pour sor­tir de cette folie dévo­rante et aller vers un ave­nir plus sain.

Par­mi les inter­ve­nants que vous ver­rez dans le film, on retrouve Der­rick Jen­sen, Paul Wat­son, Waziya­ta­win, Gord Hill, Michael Becker, Peter Gel­der­loos, Lierre Keith, James Howard Kunst­ler, Ste­pha­nie McMil­lan, Qwat­si­nas, Rod Coro­na­do, et John Zerzan.

Le film en Ver­sion Ori­gi­nale sous-titrée Français :

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

La fondation Gates, fer de lance du pillage néolibéral de l’agriculture africaine (par Colin Todhunter)

La fondation Gates, dont le monde pense globalement du bien, impose un modèle néolibéral de développement et de domination corporatiste qui ouvre l’agriculture africaine à la saisie de terres et de semences par l’agrobusiness mondial, écrit Colin Todhunter. Ce faisant, elle évince les véritables solutions : l’amélioration de la sécurité alimentaire, la souveraineté alimentaire et l’agroécologie.
Lire

We Love Green(washing), festival-vitrine de l’écocapitalisme (par Nicolas Casaux)

Près de 40 ans après l’invention de ce concept de « développement durable », la situation écologique planétaire, qui n’a jamais cessé d’empirer, est pire que jamais. L’inanité de ce concept est manifeste. Pourtant, d’un point de vue commercial, le « développement durable » est une incroyable réussite. Toutes les entreprises et tous les gouvernements s’en réclament. L’illusion fonctionne, notamment grâce au complexe médiatico-culturel doté de moyens colossaux et toujours plus envahissant qui n’a de cesse de relayer les mensonges du capitalisme vert. L’imbécillité de toute cette entreprise de propagande culmine dans le festival de musique soi-disant « écolo » et « engagé » We Love Green. [...]
Lire

« Nous nous battons pour NE PAS avoir de routes ou d’électricité » (Ati Quigua)

Un extrait — tiré d’un article publié par l’Associated Press (une agence de presse mondiale et généraliste dont le siège est aux États-Unis) — qui en dit long. Beaucoup de gens — même des gens de gauche — continuent à croire que ce soi-disant “développement” est une chose positive. Nous, chez Deep green Resistance, ainsi que de nombreux indigènes et critiques de la vie moderne, nous opposons à cette idée erronée.