Les océans NE VALENT PAS 24 trillions de $! — (Charles Eisenstein)

Article ori­gi­nal publié en anglais, le 4 mai 2015, à l’a­dresse suivante :
https://www.opendemocracy.net/transformation/charles-eisenstein/oceans-are-not-worth-24-trillion


Cer­taines choses sont au-delà de toute mesure et n’ont pas de prix. Aucune somme d’argent ne peut com­pen­ser la perte du sacré.

Au cas où vous vous deman­de­riez si les océans valent le coup d’être pro­té­gés, le World Wild­life Fund (WWF) leur a obli­geam­ment attri­bué une valeur moné­taire : 24 tril­lions de dol­lars. Il ne fait aucun doute qu’ils espèrent en cela ali­gner la moti­va­tion éco­no­mique avec le bien-être éco­lo­gique : une ten­ta­tive louable. Mais pen­sez un moment à la men­ta­li­té que ce genre d’évaluation ali­mente. Cela suggère :

  1. Que l’argent est une méthode valable d’estimation de la valeur de quelque chose comme un océan.
  2. Que nous pou­vons et devrions prendre des déci­sions à pro­pos de la pla­nète  en nous basant sur les gains et pertes finan­cières pré­vi­sibles, et par  conséquent…
  3. Que si l’on pou­vait engran­ger plus que 24 tril­lions  de dol­lars (disons, 48 tril­lions de dol­lars) en pol­luant les océans,  nous devrions alors le faire.
  4. Qu’il est d’ailleurs pos­sible de  pré­voir et de cal­cu­ler la contri­bu­tion des océans au bien-être humain —  que nos connais­sances sont d’ailleurs suf­fi­santes pour nous auto­ri­ser à  faire de telles évaluations.
  5. Que l’on peut sépa­rer les océans du  reste de la pla­nète, comme s’ils n’étaient qu’une ligne indé­pen­dante  sur une feuille de cal­cul. On pour­rait alors, en théo­rie, com­pen­ser la  perte des océans grâce aux reve­nus éma­nant d’une autre source.
  6. Que  les déci­sions à pro­pos des océans devraient être prises en fonc­tion  de leurs impacts  sur les êtres humains — que les océans eux-mêmes et tous les êtres  vivants qu’ils abritent n’ont pas de valeur intrin­sèque. Que ce qui est  impor­tant est leur valeur éco­no­mique — leur valeur à nos yeux.

Mani­fes­te­ment,  cette men­ta­li­té fait par­tie du pro­blème. Nous sommes actuel­le­ment en  train de pol­luer les océans pour une ques­tion d’argent. Je ne sais pas  com­bien de tril­lions de dol­lars nous gagnons dans le pro­ces­sus, mais  lorsque j’apprends que des dizaines de mil­liers de phoques sont  retrou­vés morts sur les plages de Cali­for­nie, je sais que peu importe  la quan­ti­té d’argent que l’on gagne, ce ne sera jamais suf­fi­sant. Aucune somme d’argent ne per­met de com­pen­ser la perte du sacré.

Nous devons com­prendre que cer­taines choses ne sont pas mesu­rables et n’ont pas de prix. Et ceci s’oppose à l’idéologie domi­nante de notre époque : la  science explique que rien n’est au-delà de la mesure [incom­men­su­rable] ;  l’économie que tout a un prix. Par consé­quent, nous (la culture domi­nante) avons pen­sé qu’en élar­gis­sant la por­tée et la  pré­ci­sion de notre rai­son­ne­ment quan­ti­ta­tif, nous pour­rions conqué­rir le monde à tra­vers la tech­no­lo­gie, et qu’en éten­dant le domaine des  rela­tions de mar­ché, nous opti­mi­se­rions la pro­duc­tion effi­cace de  richesse.

Pour­quoi, donc, alors que nos tech­no­lo­gies de contrôle sont de plus en plus puis­santes et pré­cises, le monde semble-t-il échap­per à tout contrôle ? Pour­quoi, donc, alors que le PIB mon­dial atteint de nou­veaux som­mets, la  pau­vre­té aug­mente-t-elle — une pau­vre­té dont même ceux qui sont riches finan­ciè­re­ment ne sont pas exempts ? C’est parce que quelque chose échappe à nos mesures.

Qu’est-ce donc qui nous échappe ? Tout d’abord, les choses que nous choi­sis­sons  de ne pas mesu­rer, peut-être parce que nous pen­sons qu’elles n’ont pas d’importance, ou parce qu’elles inter­fèrent avec des rela­tions de pou­voir déjà établies .

Deuxiè­me­ment, les choses que nous ne savons pas mesu­rer, parce que notre com­pré­hen­sion de la nature ou de la socié­té est bien moins com­plète que nous ne l’ad­met­tons. Pou­vons-nous vrai­ment savoir l’effet en cas­cade qu’auront les morts mas­sives des phoques sur les éco­sys­tèmes océaniques ?

Troi­siè­me­ment, ces choses qui ne sont pas mesu­rables : la beau­té, la joie, le des­sein, la dou­leur, le sacré, l’accomplissement, le jeu… et le spec­tacle des phoques sur la plage, même si ceux-ci sont inutiles à tout autre des­sein [à nos yeux, NdT]. Et pour­tant ce sont ces choses qui font la richesse de la vie. Pen­sez à la dif­fé­rence entre une per­for­mance de rou­tine et une chan­son que l’on chante rien que pour vous. L’amour ne s’a­chète pas.

Les chiffres ont leur uti­li­té, mais si nous tenons à pré­ser­ver tout ce qui n’a pas de prix sur cette pla­nète, nous ne pou­vons pas, pour cela, comp­ter sur les mathé­ma­tiques. Nous ne pou­vons pas nous faire peur à nous-mêmes afin d’é­prou­ver davan­tage de com­pas­sion, ni ima­gi­ner que quan­ti­fier cor­rec­te­ment le contre­coup nous dis­sua­de­ra de dété­rio­rer davan­tage. C’est avant tout la crainte pour nos propres inté­rêts qui entrave notre compassion.
Nous ne pou­vons pas non plus nous cor­rompre afin d’aimer, en espé­rant que nous ne fini­rons par prendre soin des océans qu’en réa­li­sant com­bien d’argent cela nous rap­por­te­rait. Ceux qui contri­buent à la dépré­da­tion des océans y gagnent énor­mé­ment d’argent, et nombre des choix que nous devrons faire à l’a­ve­nir sem­ble­ront défier les inté­rêts éco­no­miques. L’es­prit du tiroir-caisse ne nous sau­ve­ra pas de la des­truc­tion géné­rée par l’esprit du tiroir-caisse.
Nous devons être très méfiants vis-à-vis de l’é­va­lua­tion des « ser­vices éco­sys­té­miques ». Au mieux, cette pos­ture per­met au petit comp­table qui est en nous de relâ­cher sa garde en nous don­nant le feu vert pour agir par amour pour la Terre : « C’est bon, ça répond aus­si à une logique économique ».
Mal­heu­reu­se­ment, en invo­quant l’argument éco­no­mique nous ris­quons de per­pé­tuer la notion selon laquelle l’écosystème est, fon­da­men­ta­le­ment, une source de « ser­vices » ; que la pla­nète est là pour nous, que sa valeur dépend de son uti­li­té vis-à-vis de nous, et non pas d’elle-même.
La révo­lu­tion éco­lo­gique doit aller bien plus en pro­fon­deur. Il ne s’agit pas d’é­va­luer et d’utiliser la nature plus intel­li­gem­ment. Il s’agit d’un véri­table res­pect de la nature, et de lui accor­der une valeur intrin­sèque — et même de la consi­dé­rer comme sacrée.
Où est le carac­tère sacré de la nature lorsque nous l’a­vons réduite à un chiffre ?

Charles Eisen­stein


Tra­duit par  Nico­las Casaux
Edi­té par  Faus­to Giu­dice Фаусто Джудиче 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Les ravages de l’industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies

Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouissent d'une image d'industrie propre, non polluante, pouvant contribuer à la résolution des problèmes environnementaux. Cette perception, entretenue par les fabricants, les publicitaires, les politiques, est le fruit de notions largement diffusées comme la dématérialisation, l'informatique dans les nuages (cloud computing)... qui nous laissent croire que toutes ces infrastructures, tous ces équipements, n'ont guère d'impacts sur notre environnement.
Lire

Standing Rock, collusions, médias & profits : L’hégémonie du complexe industriel non-lucratif

Ce qui est sûr, c’est que ceux qui possèdent les médias (sans coïncidence aucune, les mêmes élites qui possèdent le Complexe Industriel Non-Lucratif, ou CINL) décident vers qui et vers quoi les projecteurs médiatiques sont tournés. Les défenseurs de la Terre amérindiens sont essentiellement ignorés, sauf lorsque cela sert les intérêts de l’élite.