Les prisonniers de guerre indigènes des États-Unis (par Aaron Huey)

L’ef­fort d’Aa­ron Huey pour pho­to­gra­phier la pau­vre­té en Amé­rique l’a conduit dans la réserve indienne de Pine Ridge, où la lutte du peuple indi­gène Lako­ta — igno­rée mal­gré la situa­tion effroyable — l’a for­cé à ré-orien­ter son tra­vail. Dix ans plus tard, ses pho­tos obsé­dantes s’en­tre­mêlent avec une leçon d’his­toire cho­quante dans cette allo­cu­tion cou­ra­geuse et auda­cieuse à TEDxDU.



L’al­bum des pho­tos de la réserve de Pine Ridge, d’Aa­ron Huey :
http://www.aaronhuey.com/#/pine-ridge-%28national-geographic-magazine%29/Press_NG_cover

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

« Qui a tué l’écologie ? » ou Comment l’ONG-isation étouffe la résistance (par Fabrice Nicolino)

[...] la folie des associations dites écologistes que j’ai étrillées ici durement [principalement Greenpeace, le WWF, FNE - France Nature Environnement, et la FNH - Fondation Nicolas Hulot, NdE], mais de manière argumentée, c’est qu’elles tiennent officiellement le même discours. Leur baratin, car c’en est un, consiste à pleurnicher chaque matin sur la destruction de la planète, avant d’aller s’attabler le midi avec l’industrie, dont le rôle mortifère est central, puis d’aller converser avec ces chefs politiques impuissants, pervers et manipulateurs qui ne pensent qu’à leur carrière avant de signer les autorisations du désastre en cours.
Lire

La nuisance fataliste #2 : Elon Musk (par Daniel Oberhaus)

Il y a de fortes chances pour que vous ayez eu vent de la déclaration délirante d’Elon Musk, le PDG de SpaceX et de Tesla, lors de la conférence de code Recode de cet été. Selon le chouchou de la Silicon Valley, "les chances pour que nous vivions dans la réalité sont d’une sur des milliards", ce qui signifie qu’il est quasiment certain que nous vivions dans une simulation informatique créée par une lointaine civilisation du futur. [...]