Une brève histoire du « père du développement durable » (par Nicolas Casaux)

En cou­ver­ture : Mau­rice Strong accueille la Pre­mière ministre indienne, Indi­ra Gand­hi, lors de la confé­rence de Stock­holm de 1972.


Mau­rice Strong naît le 29 avril 1929 à Oak Lake, dans le Mani­to­ba, au Cana­da. À 18 ans, il se fait embau­cher par la plus grande com­pa­gnie pétro­lière cana­dienne, McColl-Fron­te­nac, qui appar­tient à Texa­co depuis 1941.

En 1947, Strong fait la connais­sance de David Rocke­fel­ler, le petit-fils de l’immense John D. Rocke­fel­ler, ce qui marque le début d’une rela­tion de longue durée avec cette puis­sante famille.

Après avoir été ini­tié à l’industrie pétro­lière chez McColl-Fron­te­nac, Strong est embau­ché par un cer­tain John Gal­la­gher, patron de la com­pa­gnie Dome Petro­leum. Strong com­mence comme assis­tant – pro­ba­ble­ment à l’âge de 21 ans –, et devien­dra vice-pré­sident, en charge des finances. De son côté, Gal­la­gher devien­dra un pion­nier de la recherche pétro­lière dans l’Arctique, notam­ment dans la mer de Beaufort.

Après Dome Petro­leum, Strong « part à la fin de 1952 avec sa femme pour un long voyage de deux ans, qui le mène en Afrique. Au Kenya, centre névral­gique où les com­pa­gnies pétro­lières bri­tan­niques, fran­çaises, amé­ri­caines se livrent à des com­bats pour s’emparer de nou­veaux mar­chés. Les indé­pen­dances ne sont plus très loin. Strong tra­vaille sur place pour la Cal­tex, joint-ven­ture de Texa­co – le pro­prié­taire de McColl-Fron­te­nac, sou­ve­nez-vous –, et d’un groupe issu du déman­tè­le­ment de la Stan­dard Oil, et qui devien­dra Che­vron. Son tra­vail doit avoir une cer­taine impor­tance, car il voyage en Éry­thrée, à Zan­zi­bar, en Tan­za­nie – où il s’intéresse de près à une mine de gra­phite –, en Ougan­da, à Mau­rice, à Mada­gas­car, au Zaïre. Strong laisse dire qu’il déve­lop­pe­ra aus­si le réseau de sta­tions-ser­vice dans tout le Kenya, dont ont dû bien pro­fi­ter élé­phants et girafes.

À son retour en Amé­rique, Strong crée sa propre com­pa­gnie, M.F. Strong Mana­ge­ment, qui aide des inves­tis­seurs à bien choi­sir leurs forages pétro­liers et gaziers, puis dans les années 50 – il n’a guère plus de 28 ans –, il achète une petite com­pa­gnie gazière et pétro­lière, Ajax Petro­leum. Il va la trans­for­mer en l’une des plus puis­santes entre­prises cana­diennes, Nor­cen Resources. » (Fabrice Nico­li­no, Le Grand sabo­tage cli­ma­tique, 2023)

En 1960, la sur­puis­sante Power Cor­po­ra­tion embauche Strong, direc­te­ment comme vice-pré­sident. « En 1961 – il a 42 ans –, il devient même le pré­sident de cet énorme conglo­mé­rat, mêlant gaz, pétrole, hydro-élec­tri­ci­té, finance. Et poli­tique ? Et poli­tique. Power Cor­po­ra­tion emploie­ra au fil des années de futurs Pre­miers ministres, comme Jean Chré­tien ou Pierre Tru­deau, et bien d’autres res­pon­sables pro­vin­ciaux. Le cas le plus saillant est celui de Paul Mar­tin, fils de l’autre, que Mau­rice Strong fait entrer à Power Cor­po­ra­tion au début des années soixante. Ce Mar­tin-là, qui sera Pre­mier ministre en 2003, n’hésitera jamais à recon­naître en Mau­rice Strong un men­tor. Power Cor­po­ra­tion, fai­seur de rois à la tête du Cana­da. » (Nico­li­no, ibid.)

En juin 1966, Strong quitte son poste, et devient secré­taire d’État de l’aide publique au déve­lop­pe­ment, qui dépend direc­te­ment de Paul Mar­tin – père –, alors ministre des Affaires étran­gères. En 1968, il crée l’Agence cana­dienne de déve­lop­pe­ment international.

« Dans son plai­doyer pro domo déjà abon­dam­ment uti­li­sé, Strong fait un aveu invo­lon­taire qui ne lui coûte pas grand-chose quelques décen­nies plus tard. Il note qu’il “fut trou­blé par les effets envi­ron­ne­men­taux et sociaux néfastes pro­vo­qués par les grands pro­jets d’infrastructure que l’ACDI [sa propre orga­ni­sa­tion] sou­te­nait”. Était-il sin­cère ? C’est dou­teux, car sans le crier sur les toits, l’Agence cana­dienne de déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal a pas­sé un accord avec un groupe pri­vé d’ingénierie, SNC, qui sera à l’œuvre dans tous les tra­vaux de “déve­lop­pe­ment”, notam­ment en Afrique. Ce n’est inju­rier per­sonne que de rap­pe­ler l’évidence : bureaux d’études et d’ingénierie n’ont jamais eu qu’une rai­son d’être. Et c’est de faire cou­ler du béton. » (Nico­li­no, ibid.)

En 1968, tou­jours, Strong « inves­tit avec un ami dans une socié­té de Toron­to, Plu­ral Pro­per­ties, puis dans une autre, M.N.S. Invest­ments, dont un tiers appar­tient à Paul Mar­tin père, l’ancien ministre des Affaires étran­gères. Comme on se retrouve. Il va ensuite nouer des liens directs avec les fon­da­tions Ford et Rocke­fel­ler. Qui le condui­ront au conseil d’administration de la fon­da­tion Rocke­fel­ler dès 1971. Et cela mérite un déve­lop­pe­ment. Qui s’appelle la “Révo­lu­tion verte”. En 1943, la fon­da­tion Rocke­fel­ler passe un accord avec le gou­ver­ne­ment mexi­cain, et lance avec lui l’Office of Spe­cial Stu­dies. Il s’agit de trou­ver des semences plus pro­duc­tives de céréales comme le blé ou le maïs par la géné­tique. Et ça marche. Nor­man Bor­laug, un cher­cheur, obtien­dra en 1970 un prix Nobel pour ses tra­vaux. La fon­da­tion Ford fera de même en Inde, où la pro­duc­tion de blé aug­mente, elle aus­si. Beaucoup.

Je ne peux entrer dans les détails, mais les vrais résul­tats de l’entreprise sont catas­tro­phiques. De très nom­breux éco­lo­gistes – et par­mi eux, des scien­ti­fiques – parlent à son pro­pos de guerre contre le vivant. Et les vivants. Certes, les ren­de­ments ont aug­men­té, mais sans résoudre une seule seconde – on le sau­rait – le pro­blème de la faim ou de la mal­nu­tri­tion. L’affaire, car c’en est une, aura sur­tout ser­vi de tête de pont à l’industrie agro­chi­mique mon­diale – engrais de syn­thèse et pes­ti­cides – et à des tra­vaux d’ingénierie qui auront sur­dé­ve­lop­pé une irri­ga­tion folle, très dis­pen­dieuse en eau. La “Révo­lu­tion verte” est un modèle clé en mains, celui de l’agriculture indus­trielle amé­ri­caine. En Inde par exemple, les expor­ta­tions de blé ont bon­di, dans le même temps que 300 mil­lions de pay­sans pauvres n’avaient pas assez à man­ger. Dres­ser la liste de toutes les consé­quences néga­tives de ce grand saut “phi­lan­thro­pique” n’est pas pos­sible ici, qui com­prennent une consi­dé­rable perte de bio­di­ver­si­té agri­cole, la sali­ni­sa­tion mas­sive de terres, l’épuisement de nappes phréa­tiques – phé­no­mène lié –, une grave dégra­da­tion de la fer­ti­li­té des sols, un déve­lop­pe­ment para­doxal de l’insécurité ali­men­taire. Bien sûr, on pou­vait en 1971 avoir quelque illu­sion. Mais au point d’entrer au conseil d’administration de la fon­da­tion Rockefeller ?

[…] En 1969, l’assemblée géné­rale de l’ONU décide la tenue d’une confé­rence inter­na­tio­nale sur l’environnement. Elle devien­dra le pre­mier Som­met de la Terre de Stock­holm, en 1972. Mais qui pour­rait s’en occu­per ? Selon Strong lui-même, qu’on n’est pas obli­gé de croire sur parole, tout serait venu d’un gou­ver­ne­ment sué­dois inquiet, en 1970, que per­sonne n’ait été encore dési­gné pour la pré­pa­ra­tion. Alors, l’ambassadeur sué­dois à l’ONU, Sver­ker Astrom, aurait contac­té Strong, recom­man­dé par un ami mutuel, Wayne Kines. Et un joli miracle se serait pro­duit : Astrom, séduit, recom­mande Strong au Fran­çais Phi­lippe de Seyne, sous-secré­taire géné­ral pour les affaires éco­no­miques et sociales. Les deux hommes se ren­contrent, et de Seyne recom­mande Strong au secré­taire géné­ral de l’ONU, le Bir­man U Thant. Lequel lui pro­pose la place, et le nomme dans la fou­lée sous-secré­taire géné­ral de l’ONU. Hum.

Le mys­tère est d’autant plus épais qu’à cette date, Strong n’a encore jamais mar­qué le moindre inté­rêt pour la nature et les éco­sys­tèmes. C’est un busi­ness­man, qui n’a ces­sé depuis bien­tôt trente ans de faire des affaires, le plus sou­vent dans le pétrole. N’y avait-il pas moyen de trou­ver mieux ? Appa­rem­ment, non. Strong com­mence alors sa car­rière de grand défen­seur de l’environnement et de la nature. Est-il de ces conver­tis tar­difs, tar­difs et repen­tants ? Pas vrai­ment, mais on y revien­dra. Après avoir créé et diri­gé le PNUE [Pro­gramme des Nations unies pour l’environnement] en 1972, il repart vers une car­rière dans l’industrie pétro­lière. Il devient en jan­vier 1976 le patron de Petro-Cana­da. Une com­pa­gnie d’État en charge de l’exploration et de l’exploitation du pétrole. » (Nico­li­no, ibid.)

En 1977, Mau­rice Strong fait son entrée à l’UICN (Union inter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la nature). Il devient même le patron du bureau de l’UICN, poste-clé de la structure.

« En 1978, il laisse Petro Cana­da pour diri­ger une autre com­pa­gnie qu’il a ache­tée. AZL Resources, basée à Den­ver (États-Unis) recherche du pétrole par­tout dans le monde, des Rocheuses en Aus­tra­lie, en pas­sant par le Congo. Chiffre d’affaires en 1981 : 125 mil­lions de dol­lars. Ce n’est pas la Shell, mais c’est loin d’être une bou­tique. Cette même année, AZL Resources crée une entre­prise com­mune avec Kuwait Petro­leum Corp., dotée d’un capi­tal de 100 mil­lions de dol­lars. Basée au Koweït, elle est la pro­prié­té d’un mil­liar­daire saou­dien, Adnan Kha­shog­gi, éga­le­ment mar­chand d’armes inter­na­tio­nal. No com­ment.

Retour à l’État cana­dien, sur lequel règnent tous ses amis. Entre 1982 et 1984, il devient le patron d’une hol­ding en charge des inté­rêts com­mer­ciaux de ce der­nier. The Cana­da Deve­lop­ment Invest­ment Cor­po­ra­tion s’intéresse sur­tout à l’énergie, et donc, fata­le­ment, au pétrole et au gaz. La hol­ding pos­sède ain­si le pipe­line Trans Moun­tain, construit en 1951, qui a trans­por­té des mil­lions de barils de pétrole depuis l’Alberta jusqu’en Colom­bie-Bri­tan­nique, via les Rocheuses. Il pour­rait être dou­blé pro­chai­ne­ment, de manière à trans­por­ter 325 mil­lions de barils de pétrole par an, pro­ve­nant de gise­ments de sable bitu­mi­neux, una­ni­me­ment consi­dé­rés comme les plus dan­ge­reux pour le climat.

Dans les années sui­vantes, Strong fusionne AZL, qu’il dirige en même temps, avec un autre groupe pétro­lier – sans doute le plus grand des “petits” –, Tos­co Cor­po­ra­tion, ce qui le rend pro­prié­taire de 40 000 hec­tares – cer­taines sources évoquent même 65 000 hec­tares – dans le Colo­ra­do. Que faire ? Lais­ser vivre la nature ? Strong crée en 1986 une socié­té, Ame­ri­can Water Deve­lop­ment Inc. – avec un groupe d’investisseurs, dont l’ancien gou­ver­neur du Colo­ra­do, Dick Lamm. Pour quelle rai­son ? Strong a appris qu’une nappe phréa­tique très impor­tante cou­rait sous son domaine de la San Luis Val­ley, et a déci­dé un plan de “déve­lop­pe­ment”. Il s’agirait de creu­ser 117 puits, avant d’expédier l’eau extraite par des réseaux de tuyau­te­ries, en direc­tion des villes de l’Ouest, qui s’étendent à perte de vue. Dont Las Vegas. Pas un peu. Beau­coup. Envi­ron 300 mil­lions de m3 par an.

Mais ça ne passe pas. Des struc­tures aus­si solides que le Colo­ra­do Depart­ment of Natu­ral Resources – pro­tec­teur des eaux du Colo­ra­do – ou le Natio­nal Park Ser­vice – il gère les parcs natio­naux –, éta­blissent sans mal que le pro­jet s’en pren­drait aux droits de l’eau d’autres com­mu­nau­tés. Mais sur­tout, qu’il cau­se­rait des dom­mages éco­lo­giques aux fra­giles éco­sys­tèmes de dunes de sable, ain­si qu’aux zones humides de la région.

Les rive­rains et pay­sans locaux, sou­te­nus par des éco­lo­gistes, se lancent dans une longue bataille. Et, fina­le­ment, en 1991, le tri­bu­nal de l’eau enterre défi­ni­ti­ve­ment le pro­jet, décré­tant que l’eau sou­ter­raine convoi­tée par Strong est “affluente de cours d’eau natu­rels”. Comme on le savait déjà par des études, la nappe com­mu­nique avec d’autres nappes, ali­men­tant les rivières. Par la suite, Strong fera du Baca Ranch – le nom de sa pro­prié­té – un lieu de res­sour­ce­ment et de spi­ri­tua­li­té, avec golf, pis­cine et temple tibé­tain. Ô séré­ni­té. » (Nico­li­no, ibid.)

En 1990, Strong ren­contre Ste­phan Schmid­hei­ny, auquel il confie un poste stra­té­gique dans la pré­pa­ra­tion du Som­met de la Terre de 1992 orga­ni­sé à Rio : Conseiller en chef pour les entre­prises et l’in­dus­trie. Ste­phan Ernst Schmid­hei­ny, né en 1947, fait par­tie de la qua­trième géné­ra­tion de l’une des prin­ci­pales familles indus­trielles de Suisse. Comme on peut le lire sur son site per­son­nel : « L’entrepreneuriat est ins­crit dans l’ADN de la dynas­tie Schmid­hei­ny. Comme nulle autre famille, les Schmid­hei­ny ont empreint l’histoire éco­no­mique de la Suisse. »

Ste­phan Schmid­hei­ny est le fils de Max Schmid­hei­ny, un indus­triel du sec­teur de la construc­tion, qui crée entre autres l’entreprise Eter­nit Suisse. « En 1984, son père Max pro­cède au par­tage de la suc­ces­sion. Tan­dis que Ste­phan Schmid­hei­ny reçoit le Groupe Eter­nit Suisse, son frère Tho­mas Schmid­hei­ny reprend les rênes de la socié­té Hol­der­bank active dans l’industrie du ciment, aujourd’hui connue sous le nom de LafargeHolcim. »

Un article publié en 2014 dans Le Monde, inti­tu­lé « Le clan Schmid­hei­ny, cœur du pou­voir suisse hel­vé­tique », rap­porte que « Max, le père de Tho­mas et Ste­phan, a pré­si­dé l’en­tre­prise d’élec­tro­tech­nique Brown Bove­ri Com­pa­ny (BBC), qui fusion­ne­ra, en 1988, avec la socié­té sué­doise ASEA pour deve­nir le géant mon­dial ABB. Ste­phan fut un temps le prin­ci­pal action­naire de la socié­té de comp­teurs élec­triques Lan­dis & Gyr. Il a aus­si marié la socié­té d’op­tique Wild, éta­blie dans le ber­ceau du clan à Heer­brugg, avec Leitz et Cam­bridge Ins­tru­ments pour créer Leica. »

En juin 1992, à 63 ans, Strong est donc le Secré­taire géné­ral du Som­met de la Terre orga­ni­sé à Rio (20 ans après avoir été le Secré­taire géné­ral du Som­met de la Terre de Stock­holm). La même année, il prend la tête d’un empire indus­triel cana­dien, Ontario-Hydro.

« Onta­rio-Hydro gère 69 usines hydro­élec­triques, 8 cen­trales au char­bon ou au gaz, et 16 réac­teurs nucléaires, les­quels ont les­té l’entreprise d’une dette si éle­vée – 34 mil­liards de dol­lars. Strong, embau­ché pour cela, licen­cie 7 000 employés. Il laisse son poste en 1995, non sans avoir fait ache­ter à l’entreprise 12 500 hec­tares de forêt tro­pi­cale au Cos­ta Rica. Pour “com­pen­ser” – le mot n’est pas encore uti­li­sé – les émis­sions de car­bone d’Ontario-Hydro. » (Nico­li­no, ibid.)

En 1995, Ste­phan Schimd­hei­ny crée le World Busi­ness Coun­cil for Sus­tai­nable Deve­lop­ment (WBCSD, Conseil mon­dial des affaires pour le déve­lop­pe­ment durable), qui entre­tient depuis des liens étroits avec l’ONU en géné­ral, et qui est tou­jours pré­sent lors des COP. Le WBCSD ras­semble aujourd’hui les diri­geants de plus de 200 entre­prises par­mi les plus impor­tantes du monde : Ama­zon, Ali­ba­ba, ADNOC (Abu Dha­bi Natio­nal Oil Com­pa­ny), Arce­lor­Mit­tal, BASF, Bayer, BMW, BP, Car­gill, Che­vron, Dow, Dupont, EDF, Engie, Eni, Google, Hita­chi, Hon­da, IBM, Ikea, etc.

Au début des années 1990, Strong fait construire un ensemble hôte­lier de luxe au Cos­ta Rica, à l’intérieur de la réserve natu­relle Gan­do­ca-Man­za­nillo, hau­te­ment pro­té­gée, avec une entre­prise spé­cia­le­ment créée pour l’occasion, Desa­rol­los Ecologicos.

« Vil­las del Caribe aurait coû­té 35 mil­lions de dol­lars à Mau­rice Strong, qui en don­ne­ra la ges­tion à son fils. L’affaire est loin d’être claire, et les Indiens Kekol­di n’auraient pas don­né leur auto­ri­sa­tion à cette construc­tion. Une plainte aurait même été dépo­sée, sans suite. On ima­gine que les rela­tions très cor­diales nouées par Strong avec la dynas­tie cos­ta­ri­caine des Figueres ne lui auront en tout cas pas nui.

Fin de l’activité indus­trielle de Strong, que l’on sache, du moins. Pas­sons à la recon­nais­sance, mul­ti­forme. Strong ne s’est pas conten­té d’être le patron de grandes entre­prises. Il a éga­le­ment par­ti­ci­pé, au som­met, à l’épanouissement du sys­tème éco­no­mique mon­dial. Au moment de sa mort le 28 novembre 2015, l’Allemand Klaus Schwab écrit sur le site du Forum éco­no­mique de Davos une émou­vante nécrologie :

“Il a pro­fon­dé­ment pris en compte la mis­sion du Forum éco­no­mique mon­dial, qui est d’améliorer l’état du monde. C’était un grand vision­naire, tou­jours en avance sur notre temps dans sa pen­sée. Il a été mon men­tor depuis la créa­tion du Forum ; un grand ami ; un conseiller indis­pen­sable ; et, pen­dant de nom­breuses années, il a été membre de notre Conseil des fon­da­teurs. Sans lui, le Forum n’aurait pas atteint son impor­tance actuelle.”

Qui est Schwab ? Le créa­teur en 1987 de ce que l’on appelle le Forum de Davos. Chaque année, en Suisse, des patrons de trans­na­tio­nales, des mil­liar­daires, des ban­quiers, des res­pon­sables poli­tiques se retrouvent pour par­ler entre puis­sants des affaires du monde. Sur les mil­liers de par­ti­ci­pants, la moi­tié arrivent en jet pri­vé. Offi­ciel­le­ment, le but de ces ren­contres est “Impro­ving the state of the world”. Amé­lio­rer l’état du monde. D’innombrables articles, repor­tages et com­men­taires montrent qu’elles servent sur­tout aux affaires, aux deals, au lob­bying, et… aux fêtes. Il n’y a pas de rai­son de se faire du mal. Le conseil d’administration, sans sur­prise, compte des mil­liar­daires et des ban­quiers cen­traux. On fête les “nou­veaux cham­pions”, les “Young Glo­bal Lea­ders”, et bien d’autres pro­messes d’un ave­nir pro­fi­table. Évi­dem­ment, tous les grands prêtres de la mon­dia­li­sa­tion – Banque mon­diale, OCDE, FMI, Orga­ni­sa­tion mon­diale du com­merce (OMC) – sont aux pre­mières loges. Faut-il insis­ter ? Davos est l’épicentre de la des­truc­tion des écosystèmes.

Il n’y a pas que Davos. En 1995, le pré­sident de la Banque mon­diale, Jim Wol­fen­sohn, fait de Strong son conseiller proche. Sur l’un des sites de cette ins­ti­tu­tion, on peut lire fin novembre 2015 : “Avec sa mort, nous avons per­du un géant de l’environnement et de la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique.” Et Toyo­ta aus­si, bien que je n’aie pas retrou­vé de faire-part de la firme auto­mo­bile japo­naise. Strong était l’un de ses conseillers offi­ciels. De même, il a été le conseiller en chef d’une entre­prise très impor­tante de ser­vices aux entre­prises et aux villes, CH2M Hill. On n’a pas dû bien l’écouter, car CH2M Hill a été mêlée à un nombre impor­tant de scan­dales mêlant pol­lu­tions et cor­rup­tion. » (Nico­li­no, ibid.)

En 2003, sur demande du secré­taire géné­ral de l’ONU, Kofi Annan, Strong devient envoyé spé­cial de l’ONU en Corée du Nord. Mais le 20 avril 2005, l’O­NU annonce la démis­sion de Mau­rice Strong, visé per­son­nel­le­ment par l’en­quête sur le scan­dale du pro­gramme « Pétrole contre nour­ri­ture » de l’O­NU en Irak. Strong a en effet encais­sé un chèque de 988 885 dol­lars émis par une banque jor­da­nienne et signé de la main de Tong­sun Park, un homme d’af­faires sud-coréen incul­pé en 2006 par la Cour Fédé­rale de New York dans le détour­ne­ment du pro­gramme en faveur de Sad­dam Hus­sein. Après avoir quit­té ses fonc­tions, Strong s’exile en Chine où il pos­sède un appartement.

Le 13 février 2012, le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Turin, en Ita­lie, condamne Ste­phan Schmid­hei­ny à 16 ans de pri­son ferme, car il a été jugé res­pon­sable de la mort d’environ 3 000 ouvriers ita­liens, expo­sés à l’amiante dans les usines Eter­nit. Schmid­hei­ny n’a jamais dai­gné venir s’expliquer devant le tri­bu­nal de Turin, lais­sant une armée d’avocats défendre sa cause. Depuis la confir­ma­tion de sa peine en appel, en juin 2013, Schmid­hei­ny évite l’Italie, mais peut en revanche pas­ser du Cos­ta Rica à la Suisse sans aucun pro­blème. Pas de man­dat d’arrêt inter­na­tio­nal pour ce cri­mi­nel de masse.

Voi­là pour un bref aper­çu de l’histoire du « père du déve­lop­pe­ment durable », ain­si sur­nom­mé en rai­son du rôle majeur qu’il a joué dans les pre­miers Som­mets de la Terre, dans les dif­fé­rentes agences et évè­ne­ments onu­siens dédiés à la pré­ser­va­tion de l’environnement. Strong eut une influence majeure sur la « Com­mis­sion mon­diale sur l’environnement et le déve­lop­pe­ment » créée en 1983 par l’ONU, sous la direc­tion de l’ancienne Pre­mière ministre nor­vé­gienne, Gro Har­lem Brundt­land. Or c’est cette com­mis­sion, sur­nom­mée « Com­mis­sion Brundt­land », qui est à l’origine de la popu­la­ri­sa­tion du concept du « déve­lop­pe­ment durable », lequel figure à de nom­breuses reprises dans le prin­ci­pal texte issu des tra­vaux de la Com­mis­sion, paru en fran­çais sous le titre Notre ave­nir à tous en 1987.

Une his­toire signi­fi­ca­tive, sym­bo­lique, odieu­se­ment illus­tra­trice de ce qu’est le « déve­lop­pe­ment durable » : une fumis­te­rie, un men­songe pro­mu par des bureau­crates, des fonc­tion­naires, des chefs d’États et d’entreprises prin­ci­pa­le­ment inté­res­sés par la per­pé­tua­tion du capi­ta­lisme indus­triel, des États, de l’ordre dominant.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
4 comments
  1. A lire aus­si ce qu’en dit René Rie­sel (de ce concept foi­reux de déve­lop­pe­ment durable) dans son petit livre « Du pro­grès dans la domes­ti­ca­tion » (Ency­clo­pé­die des Nui­sances, 2003).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Critique de la planification écologique : à propos de la technocratie verte (par Tomjo)

Nous y voici. Tandis que la technocratie verdit, la verdure se technocratise. Le constat officiel de l’effondrement écologique et social proclamé à tous les échelons de l’autorité, du local au global, accélère la fusion entre la classe experte (scientifiques, ingénieurs, techniciens) et la politique écologiste (associations, partis, appareils). Fusion d’autant plus naturelle que nombre d’écotechniciens incarnent ce double visage, à la fois Bac +5, CSP+, cadres urbains du public ou du privé, et voraces prétendants à la direction de ce Green New Deal, de ce capitalisme reverdi dont ils représentent l’ultime chance. Ce qui est décrit ici, c’est l’ascension et l’extrémisme de l’écolo-technocratie, des années 1970 à nos jours. Destruction et artificialisation des derniers lambeaux de nature, construction de gigantesques infrastructures, police électronique et informatique via les puces RFID. [...]
Lire

Produire ou ne pas produire : Classe, modernité et identité (par Kevin Tucker)

La classe constitue une relation sociale. Ramenée à l’essentiel, elle est un fait économique. Elle distingue le producteur du distributeur et du propriétaire des moyens et des fruits de la production. Quelle que soit sa catégorie, elle définit l’identité d’une personne. Avec qui vous identifiez-vous ? Ou plus précisément, avec quoi vous identifiez-vous ? Nous pouvons tous être rangés dans un certain nombre de catégories socio-professionnelles. Mais là n’est pas la question. Votre identité est-elle définie par votre travail ? Par votre niche économique ?