La guerre contre la démocratie (John Pilger — 2007)

9ae3deca6381c2a9e1ecfec3d7b54303John Pilger est un journaliste de nationalité Australienne, né à Sydney le 9 Octobre 1939, parti vivre au Royaume-Uni depuis 1962. Il est aujourd’hui basé à Londres et travaille comme correspondant pour nombre de journaux, comme The Guardian ou le New Statesman. Il a reçu deux fois le prix de meilleur journaliste de l’année au Royaume-Uni (Britain’s Journalist of the Year Award). Ses documentaires, diffusés dans le monde entier, ont reçu de multiples récompenses au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

Sinop­sis : La Guerre contre la Démo­cra­tie (titre ori­gi­nal : The War on Demo­cra­cy) est le pre­mier film réa­li­sé par John Pil­ger pour le ciné­ma. Il explore les rela­tions actuelles et pas­sées entre les États-Unis et des états d’Amérique du Sud comme le Vene­zue­la, la Boli­vie et le Chili.

A l’aide d’archives com­pi­lées par Carl Deal, col­la­bo­ra­teur de Michael Moore, le film montre com­ment les inter­ven­tions des Etats-Unis, offi­cielles et offi­cieuses, ont ren­ver­sées toute une série de gou­ver­ne­ments légi­ti­me­ment élus dans nombre de pays d’Amérique latine, depuis les années 1950. Le pré­sident du Chi­li Sal­va­dor Allende, démo­cra­ti­que­ment élu, par exemple, fut ren­ver­sé en 1973 par un coup d’état sou­te­nu par le gou­ver­ne­ment des Etats-Unis (le 11 sep­tembre 1973) et rem­pla­cé par une dic­ta­ture mili­taire diri­gée par le géné­ral Augus­to Pino­chet. Le Gua­te­ma­la, le Hon­du­ras, le Nica­ra­gua, Pana­ma, connurent tous un des­tin similaire.

Le film s’intéresse aus­si à la véri­table his­toire der­rière la ten­ta­tive de coup d’état contre Hugo Cha­vez, pré­sident démo­cra­ti­que­ment élu, en 2002 au Vene­zue­la. Il nous montre aus­si la révolte du peuple de Cara­cas et de ses Bar­rios, afin de récla­mer le retour de leur président.

Le docu­men­taire traite aus­si des autres gou­ver­ne­ments popu­laires qui fleu­rissent en Amé­rique Latine, avec sou­vent à leur tête des « indi­gènes » déter­mi­né à des­ser­rer la bride Amé­ri­caine, et à redis­tri­buer les res­sources de leurs pays à ses habitants.

John Pil­ger :

« Ce film est un film sur la lutte des peuples pour se libé­rer d’une forme moderne d’esclavage. Ces gens, dit-il, décrivent un monde que les pré­si­dents amé­ri­cains consi­dèrent comme exploi­table ou super­flu, ils décrivent le pou­voir du cou­rage et de l’humanité chez des gens qui n’ont presque rien. Des gens qui se réap­pro­prient des mots nobles comme démo­cra­tie, liber­té, jus­tice, et qui, en agis­sant de la sorte, défendent les droits inalié­nables de tous les êtres humains, dans une guerre menées contre nous tous. »

Quelques remarques sur le film : si ce docu­men­taire de John Pil­ger est très ins­truc­tif en ce qui concerne les pra­tiques et l’i­déo­lo­gie de l’Em­pire US, il occulte tota­le­ment la pro­blé­ma­tique éco­lo­gique et cultu­relle de la civi­li­sa­tion indus­trielle, en glo­ri­fiant des régimes sud-amé­ri­cains qui, s’ils sont peut-être moins mau­vais que les nôtres, en Europe, n’en sont pas moins indus­tria­listes, progressistes/développementistes. En effet, les poli­tiques mises en place par Cor­rea, par Cha­vez, et par Morales encou­ragent l’ex­trac­ti­visme et l’im­plan­ta­tion d’in­fra­struc­tures indus­trielles. Leurs gou­ver­ne­ments sont aus­si infec­tés par l’i­déo­lo­gie du « déve­lop­pe­ment » que la plu­part des autres. La civi­li­sa­tion indus­trielle ver­sion « socia­liste » d’A­mé­rique latine reste la civi­li­sa­tion indus­trielle. Un pro­jet absurde et des­truc­teur, au point d’en être sui­ci­daire. A ce pro­pos, nous vous conseillons de lire cet article.


Sur You­Tube :

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
10 comments
  1. Il faut tou­jours regar­der der­rière soi les per­sonnes délais­sées , ce qui est l’in­verse de ce monde sor­dide capi­ta­liste et tota­li­taire .Nous deman­dons peu , sur­vivre pas besoin d’or ou de dia­mants , de gloire ou de titres , nous lais­sons ça au autres dic­ta­teurs ou fas­cistes qui dirigent le monde ‚mais qu’ils nous laissent gérer et sub­ve­nir a nos vie , pas la pitié mais la recon­nais­sance de l’être quel qu’il soit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Christophe Colomb, les Indiens et le progrès de l’humanité (Howard Zinn)

FRAPPÉS D'ÉTONNEMENT, les Arawaks, femmes et hommes aux corps hâlés et nus abandonnèrent leurs villages pour se rendre sur le rivage, puis nagèrent jusqu'à cet étrange et imposant navire afin de mieux l'observer. Lorsque finalement Christophe Colomb et son équipage se rendirent à terre, avec leurs épées et leur drôle de parler, les Arawaks s'empressèrent de les accueillir en leur offrant eau, nourriture et présents. Colomb écrit plus tard dans son journal de bord: