L’Afrique et le business de la misère

Les années passent, nous voi­ci en 2018. Mal­heu­reu­se­ment la plu­part des tra­jec­toires des­truc­trices sur les­quelles nous sommes embar­qués res­tent inchan­gées (les émis­sions de gaz à effet de serre, l’é­ta­le­ment urbain, l’ar­ti­fi­cia­li­sa­tion des terres, la consom­ma­tion et la sur­ex­ploi­ta­tion des « res­sources natu­relles », etc., tout cela conti­nue d’aug­men­ter, qui plus est à un rythme de plus en plus fré­né­tique). Au cœur de ce sac­cage et de ces ravages mon­dia­li­sés, on retrouve tou­jours le conti­nent afri­cain. Ça non plus, ça ne change pas.

Les années passent, les rap­ports d’ONG se suivent, les drames s’enchaînent, l’Afrique est tou­jours pillée. Asser­vie par les mul­ti­na­tio­nales des pays riches et par leurs ins­ti­tu­tions finan­cières, ses popu­la­tions et ses cultures ont été mas­sa­crées et bou­le­ver­sées par la colo­ni­sa­tion, que l’on appelle désor­mais « mon­dia­li­sa­tion ». La situa­tion du Congo illustre bien celle de l’Afrique en général.

On y extrait toutes sortes de mine­rais plus ou moins rares et pré­cieux, du cobalt, de l’or, des dia­mants, etc., on y cultive des mil­liers d’hectares de pal­miers à huile, entre autres, dans des plan­ta­tions appar­te­nant à des empires datant du roi Léo­pold[1] (Blatt­ner, Lever, deve­nu Uni­le­ver), aux béné­fices des habi­tants des pays riches mais d’a­bord et avant tout à ceux des mul­ti­na­tio­nales (Blatt­ner et Uni­le­ver, pré­cé­dem­ment men­tion­nés, en ce qui concerne les plan­ta­tions, mais aus­si Apple, Dell, HP, Hua­wei, Leno­vo, LG, Micro­soft, Sam­sung, Sony, etc., en ce qui concerne les mine­rais). Les conflits qui ravagent le pays depuis des décen­nies (depuis la colo­ni­sa­tion), ont déjà cau­sé la mort de plu­sieurs mil­lions d’en­fants, femmes et hommes (un des pires mas­sacres, si ce n’est le pire, de l’his­toire de l’hu­ma­ni­té). Encore aujourd’­hui, vio­lences, viols et meurtres y sont mon­naie cou­rante du fait de la situa­tion catas­tro­phique qu’on conti­nue à lui imposer.

C’est au Congo que s’est ren­du R. Mar­tens pour tour­ner le docu­men­taire ci-après, inti­tu­lé « Enjoy Pover­ty », ce qu’on pour­rait tra­duire par « Appré­ciez la pau­vre­té ! », mais que j’ai choi­si de tra­duire par « Le busi­ness de la misère ». Son réa­li­sa­teur, un peu excen­trique (peut-être un euphé­misme), dénonce à la fois le pillage de l’Afrique, de ses res­sources, les condi­tions de vie ignobles des serfs dans les plan­ta­tions, mais aus­si et sur­tout l’exploitation d’une res­source finan­cière qui est engen­drée par la situa­tion désas­treuse impo­sée au conti­nent : la pauvreté.

En effet, tan­dis que l’Afrique reçoit chaque année des mil­liards de dol­lars d’aides en tous genres de la part de diverses ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales, les pro­fits engran­gés sur son dos par les mul­ti­na­tio­nales dépassent lar­ge­ment ce mon­tant[2]. Pour les Afri­cains, un cercle vicieux est en place : le pillage qui leur impose des exis­tences misé­rables pro­duit une autre manne lucra­tive pour les pays riches : l’exploitation de l’image de la pau­vre­té – qui en retour, sous cou­vert de dis­po­si­tions poli­ti­co-éco­no­miques d’aides en tous genres, sert à per­pé­tuer le pillage.

Il y a deux ans, j’ai d’ailleurs sous-titré une courte pré­sen­ta­tion TED à ce sujet, celle de Mal­lence Bart Williams :

Et il y a 5 ans, tou­jours à ce pro­pos, j’ai sous-titré ce petit clip vidéo :

Mais reve­nons-en au docu­men­taire qui consti­tue le cœur de cet article.

Quelques aver­tis­se­ments : volon­tai­re­ment pro­vo­ca­teur, il serait d’un cynisme inso­lent s’il ne visait pas éga­le­ment à for­mu­ler une cri­tique acerbe de la situa­tion qu’il expose. Pour reprendre cer­tains élé­ments de la cri­tique du film pro­po­sée par un uti­li­sa­teur du site senscritique.com[3] : « L’i­mage est sale, cras­seuse, l’es­thé­tique est volon­tai­re­ment mise de côté. […] Si déon­to­lo­gi­que­ment le film peut paraître abject (Mar­tens trompe ses sujets, les tourne en déri­sion, fait sem­blant de s’en moquer et prend le rôle du méchant avec convic­tion), il appelle sur­tout et avant toute chose le spec­ta­teur à prendre ses dis­tances avec l’oeuvre et à se poser les bonnes ques­tions. Car c’est par ce biais-là (et seule­ment celui-là) que la pro­vo­ca­tion devient pro­duc­tive : à par­tir du moment où une dénon­cia­tion mora­le­ment condam­nable devient la dénon­cia­tion d’un monde mora­le­ment condam­nable. […] En n’es­thé­ti­sant pas la misère comme le feraient ces repor­ters plus sou­cieux du cadre de leurs sujets que des sujets de leurs cadres, il évite la por­no­gra­phie des images. Il montre la souf­france telle qu’elle, sans détour, et n’en fait pas un sujet de spec­tacle. Il ne la rend pas « belle », il ne l’es­thé­tise pas et devient, en cela, inat­ta­quable. […] le pro­pos véri­table de l’ar­tiste reste à sai­sir, l’é­vi­dence étant d’y déce­ler un réqui­si­toire contre l’ex­ploi­ta­tion de l’A­frique noire par le reste du monde. »

Le synop­sis offi­ciel : « Epi­sode III, mieux connu sous le titre ‘Enjoy Pover­ty’, d’après le néon pro­ta­go­niste du film, retrace les acti­vi­tés de R. Mar­tens au Congo. Au cours d’un périple épique à tra­vers les ins­ti­tu­tions, les marais et les champs de bataille du Congo, l’artiste hol­lan­dais entre­prend de mon­ter un tout nou­veau pro­gramme d’émancipation, d’emblée voué à l’échec : faire com­prendre à la popu­la­tion locale que sa pau­vre­té consti­tue son prin­ci­pal capital ».

À mes yeux, il s’a­git somme toute d’un excellent docu­men­taire. Voi­ci donc :

Nico­las Casaux

Révi­sion : Lola Bearzatto

***

Pour aller plus loin, voi­ci un bon docu­men­taire récem­ment pro­duit par Arte, rela­ti­ve­ment lié à tout ce qui précède :


  1. https://oilpalminafrica.wordpress.com/2010/08/19/congo-r‑d/
  2. https://www.theguardian.com/global-development/2014/jul/15/aid-africa-west-looting-continent ou, en fran­çais : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/10/24/l‑afrique-n-a-pas-besoin-d-aide-un-systeme-financier-moins-cynique-lui-suffirait_5205071_3212.html ou encore : http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/bei_europe_mine_afrique.pdf 
  3. https://www.senscritique.com/film/Enjoy_Poverty/critique/108113821

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
0
Shares
2 comments
  1. La révo­lu­tion indus­trielle et ses consé­quences ont été un désastre pour la race humaine. Elle a accru la durée de vie dans les pays « avan­cés », mais a désta­bi­li­sé la socié­té, a ren­du la vie alié­nante, a sou­mis les êtres humains a des humi­lia­tions, a per­mis l’extension de la souf­france men­tale (et de la souf­france phy­sique dans les pays du Tiers-Monde) et a infli­gé des dom­mages ter­ribles à la bio­sphère. Le déve­lop­pe­ment constant de la Technologie
    ne fera qu’aggraver la situa­tion. Ce qu’auront à subir les hommes et la bio­sphère sera de pire en pire ; le chaos social et les souf­frances men­tales s’accroîtront, et il est pos­sible qu’il en aille de même pour les souf­frances phy­siques, y com­pris dans les pays « avan­cés ».e sys­tème tech­no-indus­triel peut sur­vivre ou s’effondrer. S’il sur­vit, il PEUT éven­tuel­le­ment parvenir
    à assu­rer un faible niveau de souf­frances men­tales et phy­siques, mais seule­ment après être pas­sé par une longue et dou­lou­reuse période d’ajustements, et après avoir réduit les êtres humains et toutes les créa­tures vivantes à de simples rouages, des pro­duits cali­brés de la machine sociale.
    En outre, si le sys­tème per­dure, les consé­quences sont iné­luc­tables : Il n’y a aucun moyen de réfor­mer ou modi­fier le sys­tème de façon à l’empêcher de dépouiller les hommes de leur digni­té et de leur autonomie.
    Si le sys­tème s’effondre, les consé­quences seront dra­ma­tiques. Mais plus le sys­tème se déve­lop­pe­ra, plus désas­treux seront les effets de sa des­truc­tion, et donc il vaut mieux qu’il s’effondre au plus vite.

    La Socié­té indus­trielle et son avenir
    Theo­dore Kaczynski

    https://www.babelio.com/livres/Kaczynski-La-Societe-industrielle-et-son-avenir/187243

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Cyril Dion, Rob Hopkins, Vincent Verzat, Andreas Malm, etc. : le développement durable et ses apôtres (par Nicolas Casaux)

Je me permets de regrouper ici quelques billets publiés ces dernières semaines sur les réseaux sociaux, parce qu’ils me semblent discuter d’à peu près la même chose — à savoir l'espoir d'un développement durable de la société techno-industrielle, principale espérance de la plupart des écolos, de la gauche, des écomarxistes, etc., et principal objectif des dirigeants de la société industrielle — et qu’ils pourront peut-être intéresser les lecteurs de notre site (rien de très nouveau, mais quelques remarques concernant l'actualité).
Lire

La production énergétique n’est ni renouvelable ni soutenable (par Steven Smith)

La pression augmente pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, afin de ralentir le changement climatique. La plupart des gens suggèrent pour cela de quitter les combustibles fossiles pour se diriger vers des alternatives comme le vent, le solaire, la marée et la géothermie. De telles sources alternatives d’énergie sont souvent décrites comme "renouvelables", ou "soutenables". Cette terminologie implique pour la plupart des gens que de telles alternatives peuvent répondre à notre demande en énergie à perpétuité, sans polluer l’environnement. C’est faux, et cela va entrainer de graves erreurs dans les prises de décisions.
Lire

Contre la mégalomanie scientifique et l’industrialisme : L’Écologie (par Bernard Charbonneau)

[...] Contrairement à ce qui a été fait jusqu’ici, une politique écologique devrait-elle déconnecter la science de l’industrie et de l’État. Ce qui conduit à supprimer l’administration de la recherche scientifique en rendant à la science une liberté qui est celle de l’humilité et de la pauvreté. Le développement techno-scientifique perdra ainsi son caractère explosif (dans tous les sens du terme). [...]