Le capitalisme, vert ou pas, est un « suicide écologique »

Article ori­gi­nal (en anglais) publié le 21 juillet 2015 sur truth-out :
http://www.truth-out.org/opinion/item/31959-book-review-green-capitalism-the-god-that-failed


La crise cli­ma­tique est la plus grande menace qu’ait jamais affron­té l’humanité. Au taux actuel d’émissions de gaz à effet de serre, le réchauf­fe­ment de la pla­nète dépas­se­ra 2°C d’ici la moi­tié du siècle et attein­dra entre 4 et 6°C de plus que les moyennes pré-indus­trielles d’ici 2100. La magni­tude de la catas­trophe à venir a été élo­quem­ment décrite par Hans Schnell­hu­ber, direc­teur de l’institut de Pots­dam sur la recherche de l’impact sur le cli­mat, lorsqu’il a dit que : « la dif­fé­rence entre deux et quatre degrés est la socié­té humaine… ». En plus de cela, la bio­sphère fait face, entre autres, à une pol­lu­tion mas­sive, à un épui­se­ment des res­sources, à une extinc­tion des espèces, à l’acidification des océans, pour ne citer que quelques-uns des dan­gers imminents.

Mais pou­vons-nous nous sau­ver nous-mêmes ? Dans son nou­veau livre, Capi­ta­lisme Vert : Le dieu qui a échoué, Richard Smith explique irré­fu­ta­ble­ment que « la pro­duc­tion sou­te­nable est cer­tai­ne­ment pos­sible, mais pas sous l’égide du capi­ta­lisme », et, encore plus rigou­reu­se­ment, que « le capi­ta­lisme et le sau­ve­tage de la pla­nète sont fon­da­men­ta­le­ment et irré­con­ci­lia­ble­ment incom­pa­tibles ». Cette ques­tion cen­trale, Smith l’illustre par une maî­trise éco­no­mique impres­sion­nante et un style d’écriture agréable. Il explique et illustre avec une clar­té dévas­ta­trice les méca­nismes clés du capi­ta­lisme, qui le forcent à croître per­pé­tuel­le­ment, et ces expli­ca­tions sont étayées par un éven­tail d’exemples de pra­tiques éco­no­miques entre­pre­neu­riales et natio­nales, à tra­vers la planète.

Capi­ta­lisme Vert : Le dieu qui a échoué est une com­pi­la­tion d’essais déjà publiés. Les cinq pre­miers cha­pitres étu­dient les écrits d’Adam Smith et la tran­si­tion his­to­rique du capi­ta­lisme en Europe. Le pre­mier cha­pitre explique com­ment, dès le départ, la com­pé­ti­tion de mar­ché a entraî­né une inno­va­tion rapide, qui à son tour a entraî­né l’expansion du mar­ché, un cycle qui ne s’est jamais inter­rom­pu depuis lors. L’économie capi­ta­liste, par consé­quent, a eu des impli­ca­tions éco­lo­giques depuis son avè­ne­ment, se dis­tin­guant des périodes précédentes.

Les impli­ca­tions éco­lo­giques, cepen­dant, sont igno­rées par les éco­no­mistes grand public. A ce pro­pos, Smith explique que « les manuels d’introduction à la macroé­co­no­mie uti­li­sés par la plu­part des dépar­te­ments d’économie des USA illus­trent bien le manque de contact avec la réa­li­té de cette pro­fes­sion ». Les éco­no­mistes grand public, de Mil­ton Fried­man à Paul Krug­man, recon­naissent la néces­si­té d’une expan­sion éco­no­mique sans fin, ain­si que la crois­sance du consu­mé­risme. Sans cela, le capi­ta­lisme s’effondrerait. Selon Krug­man « […]bien qu’il soit dom­mage que les états-uniens conti­nuent la com­pé­ti­tion à qui pos­sè­de­ra le plus de jouets, la pire des choses serait la ces­sa­tion sou­daine de cette com­pé­ti­tion ».

L’expansion éco­no­mique est inévi­table sous l’égide du capi­ta­lisme, mais la des­truc­tion de la pla­nète en est le résul­tat inexo­rable. Richard Smith le résume ainsi :

« […] la crois­sance et la consom­ma­tion insa­tiables détruisent la pla­nète et condamnent l’humanité — mais sans une crois­sance inces­sante de la pro­duc­tion et une consom­ma­tion en hausse per­pé­tuelle, notre situa­tion serait encore pire. Telle est la logique contra­dic­toire et sui­ci­daire du capi­ta­lisme ».

Même en met­tant de côté la des­truc­tion de la pla­nète, la main invi­sible du mar­ché a échoué selon ses propres termes. Smith nous rap­pelle que « deux siècles un quart après les écrits d’ [Adam] Smith, le déve­lop­pe­ment mon­dial du capi­ta­lisme a pro­duit les socié­tés les plus gros­siè­re­ment inéga­li­taires de l’histoire, avec la moi­tié des habi­tants du monde qui vivent avec moins de 2$ par jour, et des mil­liards vivant dans un état de pau­vre­té extrême… ».

Contre l’économie grand public, une poi­gnée d’économistes pro­posent des modèles sou­te­nables de capi­ta­lisme, comme la décrois­sance, ou des ver­sions stables du capi­ta­lisme ; ou un « capi­ta­lisme vert », dans les­quels les avan­cées tech­no­lo­giques, le recy­clage, et une « éco­no­mie déma­té­ria­li­sée » per­met­traient d’une façon ou d’une autre une crois­sance infi­nie et pour­tant sou­te­nable. Dans les cha­pitres 2 et 3, Smith les ana­lyse en détail. Les désac­cords ne sont pas que théo­riques. Les solides réfu­ta­tions de Smith sont d’une impor­tance capi­tale parce que la plu­part des lea­ders envi­ron­ne­men­taux, aux USA, sou­tiennent une ver­sion de la décrois­sance ou du capi­ta­lisme vert, à tra­vers leurs décla­ra­tions, leurs actions ou sim­ple­ment leurs échecs à iden­ti­fier le capi­ta­lisme comme une menace pour notre survie.

Comme le montre Smith, le pro­blème n’est pas notre « addic­tion à la crois­sance », ni que la crois­sance per­pé­tuelle soit un « sor­ti­lège », comme l’a dit Bill McKib­ben (que Smith cite). Même le livre de Nao­mi Klein, Tout peut chan­ger : le capi­ta­lisme contre le cli­mat, dont Smith fait la cri­tique dans le cha­pitre 4, se concentre prin­ci­pa­le­ment sur le « capi­ta­lisme déré­gu­lé », en oppo­si­tion au capi­ta­lisme. Cela rap­pelle l’obsession pour le néo­li­bé­ra­lisme de tant d’écrivains des médias grand public pro­gres­sistes, qui ne condamnent que très rare­ment, voire jamais, le capi­ta­lisme sans lui acco­ler un adjec­tif. Les cou­pables sont, pour eux, le « capi­ta­lisme cor­po­ra­tiste », le « capi­ta­lisme de casi­no », etc., plu­tôt que le capi­ta­lisme lui-même.

Au contraire, et avec une clar­té de pen­sée rafrai­chis­sante, Smith explique que « […] la crois­sance éco­lo­gi­que­ment sui­ci­daire fait par­tie inté­grante de la nature de tout capi­ta­lisme conce­vable. Cela signi­fie… que le pro­jet d’un capi­ta­lisme stable est impos­sible et n’est qu’une dis­trac­tion. » En par­ti­cu­lier, « sous l’égide du capi­ta­lisme, l’intérêt de l’utilisation effi­cace des res­sources ne sert qu’à éco­no­mi­ser des res­sources afin de pro­duire encore plus de mar­chan­dises, pour accé­lé­rer la conver­sion d’encore plus de res­sources natu­relles en pro­duits. » Dans un sys­tème capi­ta­liste, cela ne peut être évi­té sans cau­ser un effon­dre­ment économique.

« Le consu­mé­risme insa­tiable est une néces­si­té quo­ti­dienne de la repro­duc­tion capi­ta­liste… Pas de sur­con­som­ma­tion, pas de crois­sance, pas d’emploi. » Pour­quoi pas d’emploi ? Il faut savoir que « plus des deux tiers des ventes de mar­ché, et, par consé­quent, la plu­part des emplois, dépendent de la vente directe au consom­ma­teur, tan­dis que le reste de l’économie, y com­pris les infra­struc­tures et le sec­teur mili­taire, sert prin­ci­pa­le­ment à épau­ler cet ‘Ame­ri­can way of life’ (mode de vie à l’américaine) consu­mé­riste. » Même sans cela, com­ment le capi­ta­lisme pour­rait-il un jour atteindre un état stable ? « Toyo­ta et Gene­ral Motors cherchent-elles à pro­duire autant de voi­tures en acier l’an pro­chain que cette année ? » demande Smith.

De la même manière, dans le cha­pitre 3, qui porte le même titre que le livre, Smith démo­lit les espoirs du capi­ta­lisme vert à tra­vers cinq thèses sur la nature de tout capi­ta­lisme. La cin­quième d’entre elles remet direc­te­ment en ques­tion les mythes popu­laires de « sor­ti­lège » et d’addiction à la croissance :

« Le consu­mé­risme et la sur­con­som­ma­tion ne sont pas « jetables » et ne peuvent être exor­ci­sés parce qu’ils ne sont pas « cultu­rels » ou « habi­tuels ». Ils font par­tie du capi­ta­lisme et sont indis­pen­sables pour la repro­duc­tion quo­ti­dienne des pro­duc­teurs cor­po­ra­tistes dans un sys­tème de mar­ché com­pé­ti­tif dans lequel capi­ta­listes, tra­vailleurs, consom­ma­teurs et gou­ver­ne­ments dépendent tous d’un cycle sans fin de hausse per­pé­tuelle de la consom­ma­tion pour garan­tir les pro­fits, les emplois, et les reve­nus des impôts […]. »

Dans les deux der­niers cha­pitres, Smith sou­ligne les contraintes éco­lo­giques néces­saires à toute éco­no­mie post-capi­ta­liste et décrit les alter­na­tives éco­so­cia­listes au capi­ta­lisme. Les chan­ge­ments néces­saires sont stu­pé­fiants. L’économie tout entière doit se contrac­ter et être restruc­tu­rée, selon une coopé­ra­tion inter­na­tio­nale. Le capi­ta­lisme est inca­pable de trou­ver des emplois pour les tra­vailleurs mis au chô­mage par la décrois­sance, même si une expan­sion impor­tante est néces­saire dans les ser­vices sociaux comme le sec­teur de la san­té, l’éducation, la remé­dia­tion envi­ron­ne­men­tale, etc.

« [P]uisque nous vivons sous l’égide du capi­ta­lisme, pas du socia­lisme, per­sonne ne pro­met de nou­veaux emplois à tous ces mineurs de char­bon, foreurs pétro­liers, fra­ckers de gaz, opé­ra­teurs de cen­trales élec­triques, agri­cul­teurs et fabri­cants de fer­ti­li­sants, défo­res­teurs et construc­teurs, empa­que­teurs, conduc­teurs de camions, construc­teurs d’avions, pilotes de lignes et équi­pages, et les innom­brables autres occu­pa­tions et emplois qui seraient mis en péril si l’utilisation de com­bus­tibles fos­siles était réel­le­ment réduite. »

Smith recon­nait que la construc­tion d’un mou­ve­ment requiert plus que d’être sim­ple­ment contre la des­truc­tion éco­ci­daire ; cela requiert une vision pour le futur. A cette fin, il sou­ligne un cer­tain nombre de carac­té­ris­tiques attrac­tives et attei­gnables d’une socié­té écosocialiste.

Capi­ta­lisme Vert : Le dieu qui a échoué est une lec­ture essen­tielle pour qui­conque s’oppose au sui­cide pla­né­taire. Le capi­ta­lisme mène une guerre contre la nature. Et tant que cela ne sera pas une évi­dence pour un nombre signi­fi­ca­tif de per­sonnes, nous devrons nous conten­ter de pro­jets réfor­mistes qui ne peuvent que ralen­tir la course vers le néant, mais ne peuvent la stop­per. Comme Smith nous le rap­pelle, « ce n’est pas exa­gé­ré de dire qu’il s’agit là du moment le plus cri­tique de l’histoire de l’humanité. »

David Klein


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Eli­za­beth G. & Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
4 comments
  1. Vous devriez évi­ter de don­ner dans ce qui se révè­le­ra être la plus grande affaire de bobar­dise cra­pu­leuse de tous les temps, fri­co­tée par ces capi­ta­listes que vous dénon­cez jus­te­ment. La théo­rie de l’in­fluence de l’ac­ti­vi­té humaine sur le cli­mat n’a aucun fon­de­ment scien­ti­fique, et se trouve contre­dite de plus en plus par les observations.
    Que l’on s’oc­cupe de lut­ter contre la pol­lu­tion, oui, trois fois oui.
    Que l’on pré­tende agir sur le cli­mat, c’est le fait de gens mal­thu­siens par­ve­nus au stade cri­mi­nel, qui pré­tendent conser­ver la Terre pour leur propre confort après avoir éli­mi­né les quatre cin­quièmes de la population.

    1. les peuples sont trop sou­mis a quelques per­son­nages qui sont deve­nue des déci­deurs des chefs reli­gieux des chef d’é­tats des dic­ta­teurs . mais dans la popu­la­tion il y a aus­si des petits chefs qui pensent que le coté conscen­suel des lois et ce qu il y a de mieux pour domi­ner. ce qui fait que la pla­nete la terre notre mère est vio­lée exca­vée etc. les femmes devraient cette révolte explo­sive et faire la gréve avec leur ventre et d ailleurs nous sommes 8 milliares;sur la terre ce qui genere tout se désastre éco­lo­gique ce sur­con­trole et que nous sommes enfer­més dans des petites cases

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le microbiome des Occidentaux est une catastrophe comparé à celui de chasseurs-cueilleurs (par Jeff Leach)

Le monde que nous occupons aujourd'hui est très différent de celui qu'occupaient nos ancêtres pas-si-lointains. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère géologique — l'Anthropocène, marquée par l'empreinte de l'homme — la déforestation mondiale, la fonte des calottes glaciaires et la dégradation générale de la biosphère suscitent de graves préoccupations. Mais une autre victime, souvent négligée, de cette nouvelle ère, est la diversité des micro-organismes qui vivent sur et à l'intérieur de nos corps (notamment les bactéries, les virus et les champignons). [...]
Lire

Leurs virus, nos morts (par Pièces et Main d’Oeuvre/PMO)

Les idées, disons-nous depuis des lustres, sont épidémiques. Elles circulent de tête en tête plus vite que l’électricité. Une idée qui s’empare des têtes devient une force matérielle, telle l’eau qui active la roue du moulin. Il est urgent pour nous, Chimpanzés du futur, écologistes, c’est-à-dire anti-industriels et ennemis de la machination, de renforcer la charge virale de quelques idées mises en circulation ces deux dernières décennies. Pour servir à ce que pourra. [...]
Lire

Le mouvement pour le climat est mort ! (un compte-rendu de la COP21)

Nous ne pouvons pas continuer à attendre quoi que ce soit des groupes prêts à négocier avec l'état. Nous n'avons pas le temps pour cela. Le militarisme et l'impérialisme climatique sont les forces responsables de la situation des réfugiés climatiques, et du nombre de morts qui ne cesse d'augmenter rapidement. La répression étatique entrave tout progrès réel vers la libération raciale, sociale et environnementale.