Cessons de blâmer les chauves-souris pour le coronavirus, le coupable, c’est la société industrielle (Nick Paton Walsh et Vasco Cotovio)

Le texte sui­vant est une tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié, en anglais, sur le site de CNN, le 19 mars 2020. Je me suis per­mis de chan­ger le titre ori­gi­nal (« Les chauves-sou­ris ne sont pas res­pon­sables du coro­na­vi­rus, ce sont les humains les res­pon­sables », blâ­mer les humains pour les agis­se­ments de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste, c’est un clas­sique dans les médias d’abrutissement de masse, et c’est une faute).


Dis­crètes, noc­turnes, nom­breuses — les chauves-sou­ris sont une source pos­sible du coro­na­vi­rus. Pour­tant, cer­tains scien­ti­fiques s’ac­cordent à dire qu’elles ne sont pas res­pon­sables de la pro­pa­ga­tion de cette mala­die qui bou­le­verse notre quo­ti­dien — les res­pon­sables, c’est nous.

Des zoo­lo­gistes et des experts en mala­dies ont expli­qué à CNN que les acti­vi­tés de la socié­té indus­trielle — la des­truc­tion des habi­tats natu­rels, ain­si que l’immense quan­ti­té d’individus se dépla­çant à toute allure d’un bout à l’autre de la pla­nète — ont per­mis à des mala­dies autre­fois confi­nées dans la nature de se pro­pa­ger rapi­de­ment chez les humains.

Les scien­ti­fiques ne savent tou­jours pas d’où vient le virus et ne pour­ront en prou­ver l’o­ri­gine que s’ils isolent un virus vivant chez une espèce sus­pecte — une tâche difficile.

Mais des virus extrê­me­ment simi­laires à celui qui cause le Covid-19 ont été obser­vés chez des chauves-sou­ris chi­noises dites « en fer à che­val ». Cela a géné­ré des ques­tions pres­santes sur la façon dont la mala­die est pas­sée de com­mu­nau­tés de chauves-sou­ris — sou­vent non impac­tées par l’homme — à des êtres humains par­tout sur Terre. Les réponses sug­gèrent qu’il est néces­saire de repen­ser com­plè­te­ment la façon dont nous trai­tons la planète.

Les chauves-sou­ris sont les seuls mam­mi­fères pou­vant voler, ce qui leur per­met de se répandre en grand nombre, depuis une com­mu­nau­té spé­ci­fique, sur une vaste zone. D’où le fait qu’elles peuvent héber­ger un grand nombre d’a­gents patho­gènes ou de mala­dies. Le vol exige éga­le­ment une acti­vi­té énorme de la part des chauves-sou­ris, ce qui a entraî­né une spé­cia­li­sa­tion de leur sys­tème immunitaire.

« Lors­qu’elles s’envolent, leur tem­pé­ra­ture cor­po­relle atteint un pic qui imite la fièvre », explique Andrew Cun­nin­gham, pro­fes­seur d’é­pi­dé­mio­lo­gie de la faune sau­vage à la Socié­té zoo­lo­gique de Londres. « Cela arrive au moins deux fois par jour avec les chauves-sou­ris — quand elles partent se nour­rir et qu’elles reviennent se per­cher. Et donc, les patho­gènes qui ont évo­lué chez les chauves-sou­ris ont évo­lué pour résis­ter à ces pics de tem­pé­ra­ture corporelle. »

Selon Cun­nin­gham, cela peut poten­tiel­le­ment poser pro­blème lorsque ces patho­gènes se pro­pagent à une autre espèce. Chez l’homme, par exemple, la fièvre est un méca­nisme de défense éle­vant la tem­pé­ra­ture du corps afin de tuer un virus. Seule­ment, un virus ayant évo­lué chez une chauve-sou­ris ne sera pro­ba­ble­ment pas affec­té par une tem­pé­ra­ture cor­po­relle plus éle­vée, explique Cunningham.

Mais pour­quoi la mala­die s’est-elle trans­mise à l’humain en pre­mier lieu ? La réponse pour­rait être assez simple, selon Cun­nin­gham. Elle implique une expres­sion tech­nique à laquelle nous devrons nous habi­tuer, car elle a chan­gé notre vie : on parle ain­si de « conta­gion » ou « trans­fert zoonotique ».

« Les causes sous-jacentes des conta­gions zoo­no­tiques issues des chauves-sou­ris ou d’autres espèces sau­vages sont presque tou­jours — tou­jours — liées au com­por­te­ment humain », ajoute Cun­nin­gham. « Les acti­vi­tés humaines sont la cause première. »

Lors­qu’une chauve-sou­ris est stres­sée — par la chasse ou en rai­son des dégâts cau­sés à son habi­tat par la défo­res­ta­tion — son sys­tème immu­ni­taire est mis à rude épreuve. Elle a ain­si plus de mal à faire face à des agents patho­gènes habi­tuel­le­ment rela­ti­ve­ment inof­fen­sifs — qu’elle est nor­ma­le­ment en mesure d’héberger sans que cela la per­turbe outre mesure. « Nous pen­sons que l’im­pact du stress sur les chauves-sou­ris est à peu près le même que l’impact du stress sur les humains », explique Cunningham.

« Il per­met­trait aux infec­tions de se pro­pa­ger et d’être excré­tées — d’être éva­cuées. Lorsque des gens por­teurs du virus de l’herpès sont stres­sés, ils déve­loppent de l’herpès. C’est ain­si que le virus ‘se mani­feste’. Cela peut aus­si se pro­duire chez les chauves-souris ».

Dans l’é­pi­centre pro­bable du virus — les mar­chés dits « humides » de Wuhan, en Chine — où des ani­maux sau­vages sont gar­dés en cap­ti­vi­té et ven­dus comme des mets déli­cats ou des ani­maux de com­pa­gnie, un ter­ri­fiant mélange de virus et d’es­pèces peut se produire.

« S’ils sont expé­diés ou déte­nus sur les mar­chés, à proxi­mi­té d’autres ani­maux ou d’hu­mains », détaille Cun­nin­gham, « alors il y a une chance que ces virus soient dis­per­sés en très grand nombre ». En outre, ajoute-t-il, les ani­maux qui se retrouvent dans un mar­ché comme celui-ci, dans des condi­tions extrê­me­ment stres­santes, sont éga­le­ment plus vul­né­rables à une infection.

« Nous déve­lop­pons le trans­port d’a­ni­maux — pour la méde­cine, les ani­maux de com­pa­gnie, la nour­ri­ture — à une échelle jamais atteinte aupa­ra­vant », explique Kate Jones, titu­laire de la chaire d’é­co­lo­gie et de bio­di­ver­si­té à l’U­ni­ver­si­ty Col­lege de Londres.

« Nous détrui­sons leurs habi­tats pour en faire des pay­sages anthro­pi­sés. Les ani­maux se mélangent de façon étrange, comme jamais aupa­ra­vant. Sur un ‘mar­ché humide’, on trouve des tas d’a­ni­maux dans des cages, les uns sur les autres. »

Cun­nin­gham et Jones sou­lignent tous deux un fac­teur per­met­tant à de rares cas de trans­ferts zoo­no­tiques de se trans­for­mer en pro­blèmes mon­diaux en quelques semaines. « His­to­ri­que­ment, de nom­breuses conta­gions entre ani­maux sau­vages et humains se sont pro­duites, mais la per­sonne infec­tée mou­rait ou gué­ris­sait avant d’en­trer en contact avec un grand nombre d’autres per­sonnes dans une ville ou un vil­lage », explique Cunningham.

« De nos jours, avec les trans­ports moto­ri­sés et les avions, on peut se retrou­ver dans une forêt d’A­frique cen­trale un jour, et au centre de Londres le lendemain. »

Jones est d’ac­cord. « Les conta­gions, qui exis­tait aupa­ra­vant, sont ampli­fiées par le fait que nous sommes extrê­me­ment nom­breux, et extrê­me­ment connectés. »

Il y a deux leçons simples, selon eux, que l’hu­ma­ni­té peut et doit apprendre rapidement.

Pre­miè­re­ment, les chauves-sou­ris ne sont pas à blâ­mer et pour­raient même contri­buer à nous four­nir une solu­tion. « Il est facile de poin­ter du doigt l’es­pèce hôte », explique Cunningham.

« Mais en réa­li­té, c’est la façon dont nous inter­agis­sons avec eux qui a conduit à la pro­pa­ga­tion pan­dé­mique de l’agent patho­gène ». Leur sys­tème immu­ni­taire est mal com­pris et pour­rait nous four­nir des indices impor­tants. « Com­prendre com­ment les chauves-sou­ris font face à ces agents patho­gènes peut nous apprendre com­ment les com­battre, s’ils se répandent chez les gens. »

En fin de compte, les mala­dies comme les coro­na­vi­rus se mul­ti­plie­ront sans doute étant don­né que la socié­té indus­trielle s’étend et se pro­page par­tout sur Terre. Cun­nin­gham et Jones s’accordent à dire que modi­fier la tra­jec­toire de la socié­té indus­trielle serait plus simple que de déve­lop­per un vac­cin très coû­teux pour chaque nou­veau virus.

Le coro­na­vi­rus est peut-être le pre­mier signe clair et incon­tes­table du fait que les dom­mages envi­ron­ne­men­taux que cause la socié­té indus­trielle pour­raient très rapi­de­ment éra­di­quer les humains.

« Des dizaines de mil­liers de virus attendent d’être décou­verts », explique Cun­nin­gham. « Ce que nous devons vrai­ment faire, c’est com­prendre où se trouvent les points de contrôle cri­tiques des conta­gions zoo­no­tiques de la faune et de la flore, pour empê­cher qu’elles ne se pro­duisent. Ce sera le moyen le plus ren­table de pro­té­ger les humains. » [Eh bien, bon cou­rage, dans la socié­té indus­trielle mon­dia­li­sée, des conta­gions peuvent se pro­duire à peu près par­tout, et ce « ren­table », quelle hor­reur, NdT] 

Selon Jones, les virus « sont de plus en plus nom­breux parce que nous sommes trop nom­breux et trop connec­tés. Les risques de pro­pa­ga­tion à l’homme sont plus éle­vés parce que nous dégra­dons les pay­sages. La des­truc­tion des habi­tats est la cause, la res­tau­ra­tion des habi­tats est donc une solu­tion. » [Ah, ça, par contre, cela a plus de sens, NdT] 

La leçon ultime que tout cela nous enseigne, c’est que les dom­mages cau­sés à la pla­nète peuvent éga­le­ment nuire aux humains plus rapi­de­ment et plus gra­ve­ment que les chan­ge­ments pro­gres­sifs et géné­ra­tion­nels induits par le chan­ge­ment climatique.

« Il n’est pas accep­table de trans­for­mer une forêt en zone agri­cole sans com­prendre l’im­pact que cela a sur le cli­mat, le sto­ckage du car­bone, l’é­mer­gence des mala­dies et les risques d’i­non­da­tion », affirme Jones. « On ne peut pas faire ces choses de façon iso­lée sans réflé­chir aux consé­quences poten­tielles pour les humains. » [Bien enten­du, ces experts calibre CNN se fichent pas mal des consé­quences de la défo­res­ta­tion pour les forêts elles-mêmes, pour les innom­brables espèces, ani­males, végé­tales et autres, qui les consti­tuent, pour tous les membres indi­vi­duels qui consti­tuent ces espèces, qui vivent dans la forêt, qui sont la forêt ; l’important, ce sont les humains, les consé­quences pour nous, vis-à-vis de nous, nous, nous, nous, NdT].

Nick Paton Walsh et Vas­co Cotovio

Print Friendly, PDF & Email
Total
374
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Ce qu’est l’écologie et ce qu’elle n’est pas #1 : de la nostalgie à l’apologie du si merveilleux transport ferroviaire

Dans la veine de la philosophie qui consiste non pas à militer pour que cessent les destructions du monde naturel et l’aliénation des êtres humains, mais à faire l’apologie du moins pire, Reporterre nous livre ici un éloge du système ferroviaire au motif qu’il polluerait moins que le transport routier. [...]
Lire

Moins d’humains ou plus d’humanité ? (par Yves-Marie Abraham)

Dans cette perspective, le salut de l’espèce humaine ne passe donc pas par une réduction du nombre d’humains sur Terre mais plutôt par l’avènement de sociétés réellement humaines. C’est avant tout d’un surcroît d’humanité dont nous avons besoin. Pour ce faire, il faut commencer par abattre le capitalisme, ce qui réclame du courage bien sûr, mais aussi beaucoup de précautions. [...]
Lire

De l’aveuglement positiviste

Si positiver consistait simplement à voir le bon côté des choses, à jouir d'un verre à demi-plein au lieu de se lamenter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c'est du sain Épicurisme. Mais positiver ne s'en tient pas là : on s'efforce de méconnaître "le négatif", les limites, inhérentes à la nature de l'être, les faiblesses, les ratages inévitables. C'est l'école de l'inauthenticité.