Rangez les drapeaux ! & « Notre » guerre contre le terrorisme (par Howard Zinn)

Howard Zinn (né le 24 août 1922 et mort le 27 jan­vier 2010 à San­ta Moni­ca, Cali­for­nie) est un his­to­rien et poli­to­logue amé­ri­cain, pro­fes­seur au dépar­te­ment de science poli­tique de l’u­ni­ver­si­té de Bos­ton durant 24 ans.

Pen­dant la Seconde Guerre mon­diale, il s’en­gage dans l’ar­mée de l’air et est nom­mé lieu­te­nant bom­bar­dier navi­guant. Son expé­rience dans l’ar­mée a été le déclen­cheur de son posi­tion­ne­ment poli­tique paci­fiste qui élève au rang de devoir la déso­béis­sance civile.

Il a été un acteur de pre­mier plan du mou­ve­ment des droits civiques et du cou­rant paci­fiste aux États-Unis.
Ce texte est la tra­duc­tion d’un article publié le 2 juillet 2006, en anglais, à l’a­dresse suivante.


Rangez les drapeaux !

L’héroïsme sur com­mande, la vio­lence insen­sée, et tout ce non-sens risible que l’on nomme patrio­tisme – je les hais passionnément !

Albert Ein­stein

Le patrio­tisme c’est cette convic­tion selon laquelle ce pays est supé­rieur aux autres parce que vous y êtes né.

George Ber­nard Shaw

En ce 4 Juillet, nous ferions bien de renon­cer au natio­na­lisme et à tous ses sym­boles : ses dra­peaux, ses ser­ments d’allégeance, ses hymnes, son insis­tance en chan­son qui indique que dieu doit sin­gu­la­ri­ser l’Amérique comme nation bénie.

Le natio­na­lisme — cette dévo­tion à un dra­peau, un hymne, un lien si féroce qu’il engendre l’assassinat de masse — n’est-il pas un des plus grands maux de tous les temps, avec le racisme et la haine per­pé­trée par les religions ?

Ces façons de pen­ser — culti­vées, nour­ries, un endoc­tri­ne­ment depuis la plus tendre enfance — ont été bien utiles à ceux au pou­voir, et mor­telles pour ceux évo­luant hors du cercle du pouvoir.

L’esprit natio­nal peut-être bénin dans un petit pays n’ayant ni puis­sance mili­taire ni faim d’expansion (comme la Suisse, la Nor­vège, le Cos­ta-Rica et bien d’autres). Mais dans une nation comme la nôtre, grande par la taille, pos­sé­dant des mil­liers et des mil­liers d’armes de des­truc­tion mas­sive, ce qui pour­rait être une fier­té sans consé­quence devient un natio­na­lisme arro­gant très dan­ge­reux pour nous-mêmes et pour les autres.

Nos citoyens ont été ame­nés à voir notre nation comme dif­fé­rente des autres, une excep­tion dans le monde, pos­sé­dant une morale unique, s’étendant dans d’autres ter­ri­toires afin d’y appor­ter la civi­li­sa­tion, la liber­té, la démocratie.

Cet auto-men­songe a com­men­cé très tôt.

Lorsque les pre­miers colons anglais sont arri­vés en ter­ri­toire Indiens dans la baie de Mas­sa­chu­setts et qu’ils y ren­con­trèrent une résis­tance, la vio­lence se trans­for­ma en une guerre contre les Indiens de la nation Péquot. Le meurtre d’Indiens était vu comme approu­vé par dieu, la sai­sie de la terre comme ordon­née par la bible. Les puri­tains citèrent un des psaumes de la bible : “Demande-moi et je te don­ne­rai les païens en héri­tage et les par­ties les plus impor­tantes de la terre pour ta pos­ses­sion.

Lorsque les Anglais mirent le feu à un vil­lage Péquot, mas­sa­crant hommes, femmes et enfants, le théo­lo­gien puri­tain Cot­ton Maher dit : “Il y a eu pas moins de 600 âmes Péquots qui furent envoyées en enfer ce jour-là.

A la veille de la guerre contre le Mexique, un jour­na­liste amé­ri­cain la décla­ra notre “des­ti­née mani­feste de nous étendre tou­jours plus sur le conti­nent que la pro­vi­dence nous a alloué.” Après que l’invasion du Mexique eut com­men­cé, le jour­nal du New York Herald annon­ça : “Nous pen­sons que cela fait par­tie de notre des­ti­née que de civi­li­ser ce pays magni­fique”.

Il fut tou­jours sup­po­sé que notre pays entra en guerre pour des motifs bénins.

Nous avons enva­hi Cuba en 1898 pour libé­rer les Cubains (des Espa­gnols) et nous sommes entrés en guerre contre les Phi­lip­pines peu de temps après afin, comme le dit alors le pré­sident McKin­ley : “de civi­li­ser, de chris­tia­ni­ser”, le peuple philippin.

Alors que nos armées com­met­taient des atro­ci­tés aux Phi­lip­pines (au moins 600 000 Phi­lip­pins périrent en quelques années de conflit), Eli­hu Root, notre secré­taire à la guerre pro­cla­mait : “Le sol­dat amé­ri­cain est dif­fé­rent des autres sol­dats de tous les autres pays depuis le début de la guerre. Il est l’avant-garde de la liber­té et de la jus­tice, de la loi et de l’ordre, de la paix et du bon­heur.

Nous voyons en Irak main­te­nant que nos sol­dats ne sont pas dif­fé­rents. Ils ont, peut-être contre leur nature la plus noble, tué des mil­liers et des mil­liers de civils ira­kiens, et cer­tains sol­dats se sont mon­trés capables d’énormes bru­ta­li­tés et de torture.

Et pour­tant eux aus­si sont vic­times des men­songes de notre gouvernement.

Com­bien de fois avons-nous enten­du le pré­sident Bush dire aux troupes que s’ils mou­raient, s’ils reve­naient sans bras ni jambes, ou aveugles, ce serait pour la “liber­té”, pour la “démo­cra­tie” ?

Un des effets de la pen­sée natio­na­liste est la perte du sens de la pro­por­tion. La mort de 2300 per­sonnes à Pearl Har­bor est deve­nue la jus­ti­fi­ca­tion de la mort de plus de 250 000 civils à Hiro­shi­ma et Naga­sa­ki. Le meurtre de 3000 per­sonnes le 11 sep­tembre 2001 devient la jus­ti­fi­ca­tion de l’assassinat de dizaines de mil­liers de civils en Afgha­nis­tan, en Irak. Le natio­na­lisme pos­sède, de plus, une viru­lence spé­ciale lorsqu’il pré­tend être béni par la pro­vi­dence. Aujourd’hui nous avons un pré­sident ayant enva­hi deux pays en quatre ans, qui a annon­cé au cours de sa cam­pagne de réélec­tion en 2004 que Dieu parle à tra­vers lui.

Nous devons réfu­ter l’idée selon laquelle notre nation est dif­fé­rente des autres, mora­le­ment supé­rieure, aux autres puis­sances impé­ria­listes de l’histoire du monde.

Nous devons prê­ter allé­geance à l’humanité et non pas à une nation, quelle qu’elle soit.

Howard Zinn


Tra­duc­tion : resistance71.wordpress.com

Édi­tion & Révi­sion : Nico­las Casaux


NOTRE guerre contre le terrorisme

Article publié le 1er Novembre 2004, en anglais, à l’a­dresse suivante

Je l’appelle « notre » guerre contre le ter­ro­risme parce que je veux la dis­tin­guer de celle de Bush, de celle de Sha­ron, et de celle de Pou­tine. Leurs guerres ont en com­mun d’être basées sur une immense super­che­rie : per­sua­der le peuple de leur pays que vous pou­vez régler le pro­blème du ter­ro­risme par la guerre. Ces diri­geants pré­tendent pou­voir mettre fin à notre peur du ter­ro­risme — à notre peur d’attentats sou­dains, létales, vicieux, une peur nou­velle pour les Amé­ri­cains — en des­si­nant un énorme cercle autour d’une zone du monde d’où pro­viennent les ter­ro­ristes (Afgha­nis­tan, Pales­tine, Tchét­ché­nie), ou des zones en contacts avec les ter­ro­ristes (Irak), et en envoyant des tanks et des avions bom­bar­der et ter­ro­ri­ser tous ceux qui vivent au sein de ce cercle.

Puisque la guerre elle-même est la forme de ter­ro­risme la plus extrême, une guerre contre le ter­ro­risme est pro­fon­dé­ment contra­dic­toire. Est-il étrange, ou nor­mal, qu’aucune figure poli­tique majeure n’ait sou­li­gné cela ?

Même en consi­dé­rant leur propre défi­ni­tion limi­tée du ter­ro­risme, ils — les gou­ver­ne­ments des USA, d’Israël et de la Rus­sie — échouent clai­re­ment. Alors que j’écris ceci, trois ans après les évé­ne­ments du 11 sep­tembre, le nombre de mili­taires amé­ri­cains décé­dés dépasse le mil­lier, plus de 150 enfants russes sont morts lors d’une attaque ter­ro­riste sur une école, le chaos règne en Afgha­nis­tan, et le nombre d’attaques ter­ro­ristes signi­fi­ca­tives s’est éle­vé à un record de 21 en 2003, selon les chiffres offi­ciels du dépar­te­ment d’État. Le très res­pec­té Ins­ti­tut Inter­na­tio­nal des études stra­té­giques à Londres rap­porte qu’on « dénombre plus de 18 000 ter­ro­ristes poten­tiels, et le recru­te­ment s’accélère en Irak ».

Avec un si fla­grant échec, et un pré­sident qui bafouille ten­tant de pré­tendre le contraire (30 Août : « je ne pense pas que nous puis­sions vaincre » et le len­de­main : « ne vous y trom­pez pas, nous sommes en train de vaincre »), il est incroyable de consta­ter que les son­dages montrent qu’une majo­ri­té des Amé­ri­cains pense que le pré­sident a fait du « bon bou­lot » dans la guerre contre le terrorisme.

Deux rai­sons peuvent expli­quer cela.

Tout d’abord, la presse et la télé­vi­sion n’ont pas joué leur rôle de lan­ceurs d’alerte, le rôle que la presse doit garan­tir dans une socié­té dont la doc­trine fon­da­men­tale est la démo­cra­tie (voir la décla­ra­tion d’indépendance), une doc­trine qui insiste sur la néces­si­té de ne pas aveu­glé­ment faire confiance au gou­ver­ne­ment. Ils n’ont pas bien expli­qué au public — pas suf­fi­sam­ment, pas assez pro­fon­dé­ment — les consé­quences humaines de la guerre en Irak.

Je parle non seule­ment des morts et des muti­la­tions des jeunes Amé­ri­cains, mais aus­si des morts et des muti­la­tions des jeunes enfants ira­kiens. (Je suis actuel­le­ment en train de lire un article sur un bom­bar­de­ment de mai­sons dans la ville de Fal­lu­jah, par les USA, ayant entraî­né la mort de quatre enfants, tan­dis que l’armée explique que cela fait par­tie d’une « frappe chi­rur­gi­cale » sur « un bâti­ment fré­quem­ment uti­li­sé par des ter­ro­ristes »). Je pense que la com­pas­sion natu­relle du peuple amé­ri­cain l’emporterait s’il com­pre­nait vrai­ment que nous sommes en train de ter­ro­ri­ser d’autres gens avec notre « guerre contre le ter­ro­risme ».

Une deuxième rai­son pour laquelle tant de gens acceptent d’être diri­gés par Bush, c’est l’absence de contre-argu­ment de la part du par­ti d’opposition. John Ker­ry n’a pas remis en ques­tion la défi­ni­tion du ter­ro­risme de Bush. Il n’a pas été hon­nête. Il a évi­té, et fein­té, en disant que Bush avait mené « la mau­vaise guerre, au mau­vais endroit, au mau­vais moment ». Y a‑t-il une guerre juste, un bon endroit, et un bon moment ? Ker­ry ne s’est pas expri­mé clai­re­ment, fran­che­ment, en fai­sant appel au sens com­mun du peuple amé­ri­cain, qui est, au moins à moi­tié, oppo­sé à la guerre, et plus encore, qui attend les sages décla­ra­tions qu’un véri­table diri­geant aurait pro­non­cées. Il n’a pas clai­re­ment remis en ques­tion la pré­misse fon­da­men­tale de l’administration Bush : l’idée selon laquelle la vio­lence mas­sive de la guerre est une réponse appro­priée au genre d’attaque ter­ro­riste ayant eu lieu le 11 sep­tembre 2000.

Com­men­çons par recon­naître que les actes ter­ro­ristes — la tue­rie de gens inno­cents dans le but d’atteindre un objec­tif spé­ci­fique — sont mora­le­ment inac­cep­tables et doivent être répu­diés et com­bat­tus par qui pré­tend se sou­cier des droits humains. Les attaques du 11 sep­tembre, les atten­tats sui­cides en Israël, les prises d’otages par les natio­na­listes tchét­chènes — tout ceci dépasse les limites de n’importe quels prin­cipes éthiques.

Cela doit être sou­li­gné, parce que dès que vous sug­gé­rez qu’il est impor­tant de consi­dé­rer des réponses autres qu’une réplique vio­lente, on vous accuse de sym­pa­thi­ser avec les ter­ro­ristes. C’est une lâche façon de ter­mi­ner une dis­cus­sion sans exa­mi­ner intel­li­gem­ment les alter­na­tives aux poli­tiques actuelles.

La ques­tion est alors : quelle est la réponse appro­priée à de telles hor­reurs ? La réponse, jusqu’ici, don­né par Bush, Sha­ron, et Pou­tine, c’est l’action mili­taire. Nous avons aujourd’hui suf­fi­sam­ment de preuves qui nous sug­gèrent que cela n’arrête pas le ter­ro­risme, que cela peut d’ailleurs pro­vo­quer plus de ter­ro­risme, et en même temps entraî­ner la mort de cen­taines, si ce n’est de mil­liers de gens inno­cents qui avaient le tort et la mal­chance de vivre à proxi­mi­té de ter­ro­ristes présumés.

Com­ment expli­quer le fait que ces réponses mani­fes­te­ment inef­fi­caces, voire contre-pro­duc­tives, ait été sou­te­nues par les peuples de Rus­sie, d’Israël, et des États-Unis ? Ça n’est pas com­pli­qué à com­prendre. C’est la peur, une peur lourde et para­ly­sante, une hor­reur si pro­fonde qu’elle finit par défor­mer nos facul­tés ration­nelles, alors les gens embrassent des poli­tiques qui n’ont qu’une seule chose pour elles : elles vous donnent l’impression que quelque chose est fait. En l’absence d’alternative, en la pré­sence d’un néant poli­tique, le rem­plis­sage de ce vide par des actes déci­sifs devient acceptable.

Et lorsque le par­ti d’opposition, le can­di­dat pré­si­den­tiel de l’opposition, ne peut rien offrir pour rem­plir ce vide poli­tique, le public a l’impression de n’avoir d’autre choix que de sou­te­nir ce qui est fait. Cela pro­cure une satis­fac­tion émo­tion­nelle, même si la pen­sée ration­nelle sug­gère que cela ne fonc­tionne pas, et ne peut pas fonctionner.

Si John Ker­ry ne peut offrir d’alternative à la guerre, c’est alors la res­pon­sa­bi­li­té des citoyens, à l’aide de toutes les res­sources qu’ils peuvent ras­sem­bler, de pré­sen­ter une telle alter­na­tive au public américain.

Oui, nous pou­vons ten­ter de nous pro­té­ger de toutes les façons pos­sibles contre des attaques futures, en ten­tant de sécu­ri­ser nos aéro­ports, nos ports, nos voies fer­rées, et les autres centres de trans­ports. Oui, nous pou­vons ten­ter de cap­tu­rer les ter­ro­ristes connus. Mais aucune de ces actions ne met­tra fin au ter­ro­risme, qui émerge du fait que des mil­lions de gens au Moyen-Orient et ailleurs sont en colère à cause des poli­tiques États-Uniennes, et de ces mil­lions de gens, cer­tains ver­ront leur colère se chan­ger en fana­tisme extrême.

10806372_1656159627857741_4378152373549771970_nL’analyste en chef du ter­ro­risme pour la CIA qui a écrit un livre inti­tu­lé « Ano­ny­mous » a clai­re­ment dit que les poli­tiques des USA — le sou­tien à Sha­ron, la guerre en Afgha­nis­tan et en Irak — « com­plètent la radi­ca­li­sa­tion du monde isla­mique ».

À moins que nous ne réexa­mi­nions nos poli­tiques — le caser­ne­ment de sol­dats dans une cen­taine de pays (le caser­ne­ment de sol­dats étran­gers, rap­pe­lez-vous, était une des plaintes des révo­lu­tion­naires amé­ri­cains), notre sou­tien à l’occupation des terres pales­ti­niennes, notre déter­mi­na­tion à contrô­ler le pétrole au Moyen-Orient — nous vivrons tou­jours dans la peur. Si nous annon­cions la recon­si­dé­ra­tion de ces poli­tiques, et que nous com­men­cions à les chan­ger, peut-être que le réser­voir de haine nour­ris­sant le ter­ro­risme com­men­ce­rait à décliner.

Quel que soit le pro­chain pré­sident, c’est au peuple amé­ri­cain d’exiger de lui qu’il com­mence une auda­cieuse recon­si­dé­ra­tion du rôle de notre pays dans le monde. C’est la seule solu­tion pos­sible pour évi­ter ce futur de peur insi­dieuse et sans fin. C’est cela, « notre » guerre contre le terrorisme.

Howard Zinn


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


Pour aller plus loin, deux excel­lentes vidéos de deux excel­lents dis­cours de Mr Howard Zinn : 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
6 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Selon Bill McKibben, les panneaux solaires : « c’est de la magie digne de Poudlard » (par Nicolas Casaux)

À la suite de la diffusion du film Planet of the Humans, réalisé par Jeff Gibbs, et produit par Michael Moore et Ozzie Zehner, dont nous vous proposons ici une version sous-titrée en français, Bill McKibben, le fondateur de l'ONG 350.org, dont l’hypocrisie et la duplicité sont bien exposées dans le documentaire, s’est fendu d’une petite réponse, espérant ainsi limiter les dégâts, ou redorer son blason. L’absurdité de sa réponse appelle quelques remarques sur Bill McKibben et son ONG. [...]
Lire

Montebourg, Piolle, nucléaire et soumission renouvelable (par Nicolas Casaux)

Un certain malaise à voir ces gens commenter sur internet le « débat » entre Arnaud Montebourg et Éric Piolle organisé par Reporterre, qui approuvant la position de l’ancien ministre — pro-nucléaire & pro-EnR (Énergies dites Renouvelables) —, et qui celle du maire de Grenoble — seulement pro-EnR. L’occasion de mettre en lumière un des aspects du problème général de notre temps.