35 ans de pollution océanique : un terrible bilan illustré par la NASA

Article ori­gi­nal (en anglais) publié le 21 Aout 2015 à l’a­dresse suivante :
http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3206442/Watch-humanity-ruin-oceans-Nasa-animation-shows-vast-garbage-islands-taken-seas-35-years.html


L’o­céan contient huit mil­lions de tonnes de déchets — assez pour rem­plir cinq sacs de trans­port par pied (33 cm) le long de toutes les côtes de la pla­nète. Por­tés par les cou­rants marins, ces déchets se ras­semblent en cinq « îles d’or­dures » géantes qui tournent autour des grands gyres océa­niques de la pla­nète. La Nasa vient de créer une visua­li­sa­tion de cette pol­lu­tion met­tant en évi­dence l’é­ten­due des océans que l’hu­ma­ni­té est en train de détruire avec ses déchets.

La Nasa a créé une ani­ma­tion illus­trant l’é­ten­due du ravage des océans par l’hu­ma­ni­té en uti­li­sant les don­nées de bouées scien­ti­fiques flot­tantes pour car­to­gra­phier le mou­ve­ment des déchets

L’a­gence spa­tiale a res­ti­tué l’é­cou­le­ment du temps en uti­li­sant les don­nées de bouées scien­ti­fiques flot­tantes qui ont été répar­ties sur les océans pen­dant ces 35 der­nières années. M. Greg Shi­rah du Scien­ti­fic Visua­li­sa­tion Studio.de la NASA déclare : « Si nous lais­sons toutes ces bouées évo­luer en même temps, nous pou­vons obser­ver leur sché­ma de migra­tion. Le nombre de bouées dimi­nue parce que cer­taines bouées ne durent pas aus­si long­temps que les autres ».
Les bouées sont repré­sen­tés par les points blancs sur la carte.
Elles migrent vers les cinq gyres connues, le grand sys­tème de rota­tion des cou­rants océa­niques. Elles sont situées dans l’o­céan Indien, le nord et le sud du Paci­fique et le nord et le sud de l’Atlantique.

L’o­céan contient huit mil­lions de tonnes de déchets — assez pour rem­plir cinq sacs de trans­port pour chaque pied (33 cm) le long de toutes les côtes de la pla­nète. Por­tés par les cou­rants marins, ces déchets se ras­semblent en cinq « îles d’or­dures » géantes qui tournent autour des grands gyres océa­niques de la planète.

 

Les scien­ti­fiques estiment qu’en­vi­ron 8 mil­lions de tonnes de bou­teilles en plas­tique, sacs, jouets et autres déchets en plas­tique finissent chaque année dans les océans de la pla­nète. En rai­son des dif­fi­cul­tés à tra­vailler sur les quan­ti­tés exactes car une grande par­tie en coule, les scien­ti­fiques ont décla­ré que le chiffre réel pour­rait atteindre 12,7 mil­lions de tonnes de pol­luants arri­vant chaque année dans l’océan.

Qui pol­lue le plus ?

Plus de la moi­tié des matières plas­tiques jetées dans les océans pro­vient de cinq pays : Chine, Indo­né­sie, Phi­lip­pines, Viet­nam et Sri Lanka.
Sur la liste des 20 prin­ci­paux pol­lueurs au plas­tique, le seul pays occi­den­tal indus­tria­li­sé est les États-Unis au 20e rang.
Les États-Unis et l’Eu­rope n’ont pas une mau­vaise ges­tion de leurs déchets col­lec­tés, de sorte que les ordures plas­tiques de ces pays sont sur­tout issues de détri­tus abandonnés.
Alors que la Chine est res­pon­sable de 2,4 mil­lions de tonnes de plas­tique, près de 28 pour cent du total mon­dial, les États-Unis y contri­buent pour 77.000 tonnes.

Le Dr Shi­rah ajoute : « On peut aus­si le voir dans un modèle infor­ma­tique de cal­cul des cou­rants océa­niques appe­lée ECCO‑2. On libère uni­for­mé­ment des par­ti­cules sur le monde entier et on laisse les cou­rants modé­li­sés les trans­por­ter. Celles du modèle migrent aus­si vers les patchs d’or­dures. Bien que les bouées re-syn­cho­ni­sées et par­ti­cules modé­li­sées ne réagissent pas aux cou­rants en même temps, le fait que les don­nées aient ten­dance à s’ac­cu­mu­ler dans les mêmes régions démontre que le résul­tat est consistant. »

Les scien­ti­fiques estiment qu’en­vi­ron 8 mil­lions de tonnes de bou­teilles en plas­tique, sacs, jouets et autres déchets en plas­tique finissent chaque année dans les océans de la pla­nète. En rai­son des dif­fi­cul­tés à tra­vailler sur les quan­ti­tés exactes car une grande par­tie en coule, les scien­ti­fiques ont décla­ré que le chiffre réel pour­rait atteindre 12,7 mil­lions de tonnes de pol­luants arri­vant chaque année dans l’océan.

Le Dr Jen­na Jam­beck, de l’U­ni­ver­si­té de Géor­gie aux États-Unis, a décla­ré que nous sommes en train d’être « sub­mer­gés par nos déchets ». L’é­quipe alerte éga­le­ment sur le fait que cet « océan de plas­tique » peut nuire à la vie marine. Les tor­tues peuvent confondre les sacs en plas­tique avec les méduses et les man­ger, ce qui obs­true leurs esto­macs et les amène à mou­rir de faim.

oc2Les oiseaux de mer aus­si prennent sou­vent le plas­tique pour de la nour­ri­ture flot­tant à la dérive ; plus de 90 pour cent des ful­mars trou­vés morts autour de la mer du Nord ont du plas­tique dans leur esto­mac. On craint éga­le­ment que man­ger du pois­son qui a consom­mé du plas­tique nuise à notre san­té. Les scien­ti­fiques ont obte­nu leurs chiffres en ana­ly­sant les don­nées de 192 pays côtiers sur la quan­ti­té de déchets pro­duits et leur éli­mi­na­tion. Les déchets lais­sés sur les plages ain­si que les plas­tiques des décharges sau­vages et des décharges mal gérées sont aus­si pris en compte. Leurs chiffres sont beau­coup plus éle­vés que ceux des études pré­cé­dentes, qui ne pre­nait en compte que les déchets flot­tants en sur­face et ne tenait pas compte des plas­tiques ayant cou­lé ou ayant été pris dans de la glace.

Ils ont esti­mé qu’en 2010 entre 4,7 mil­lions et 12,7 mil­lion tonnes de plas­tique sont arri­vées dans les océans de la pla­nète, la meilleure esti­ma­tion étant de 8 mil­lions de tonnes. Ce chiffre devrait aug­men­ter chaque année. Entre 2010 et 2025, quelques 155 mil­lions de tonnes de plas­tique pour­raient être déver­sés dans les océans — assez pour rem­plir 100 sacs par pied le long de toutes les côtes du monde. Empi­lés les uns sur les autres, ces sacs for­me­raient un mur de détri­tus de 30 m de haut.

M. Roland Geyer, co-auteur et pro­fes­seur asso­cié d’é­co­lo­gie indus­trielle à l’U­ni­ver­si­té de Cali­for­nie, à San­ta Bar­ba­ra, a décla­ré : « l’é­li­mi­na­tion à grande échelle des débris plas­tiques en mer ne peut pas être ren­table et très pro­ba­ble­ment tout sim­ple­ment irréa­li­sable. Ça signi­fie que nous devons évi­ter que le plas­tique arrive aux océans, en pre­mier lieu avec une meilleure ges­tion des déchets, plus de réuti­li­sa­tion et de recy­clage, une meilleure concep­tion des pro­duits et des maté­riaux de substitution. »

Le Dr Frank Davis, direc­teur du Centre natio­nal pour l’a­na­lyse et la Syn­thèse Éco­lo­gique aux États-Unis, a décla­ré : « Les chiffres sont ren­ver­sants mais le pro­blème n’est pas insurmontable. »

Les oiseaux de mer prennent sou­vent le plas­tique pour de la nour­ri­ture, plus de 90 pour cent des ful­mars trou­vés morts autour de la mer du Nord ont du plas­tique dans leur esto­mac. La pho­to est un petit pin­gouin échoué sur une plage et empê­tré dans des ordures.

 

La quan­ti­té de déchets dans les océans devrait aug­men­ter chaque année. Entre 2010 et 2025, au moins 155 mil­lion de tonnes de plas­tique pour­raient être déver­sées dans l’o­céan — assez pour rem­plir 100 sacs par pied (tous les 33 cm) le long des côtes.

Tra­duc­tion : Mimi Mato

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
  1. Et il fau­drait consom­mer plus…
    Trop d’emballages, trop de plastiques

    avant de taper sur les auto­mo­bi­liste pour taxer, vau­drait mieux limi­ter les plastiques

  2. En lien avec votre article, plas­ti­cienne, j’ai réa­li­sé une série sur la pol­lu­tion des océans conçue à par­tir de pho­to­gra­phies de par­ti­cules de plas­tiques trou­vées sur des plages aux quatre coins du monde !
    https://1011-art.blogspot.com/p/ordre-du-monde.html
    Mais aus­si réa­li­sée pour le Muséum d’histoire natu­relle de Gre­noble « Anthro­po­cène » : https://1011-art.blogspot.com/p/planche-encyclopedie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

De Paul Hawken à Isabelle Delannoy : les nouveaux promoteurs de la destruction « durable » (par Nicolas Casaux)

Dans son dernier livre, Petit traité de résistance contemporaine, Cyril Dion explique que la société écolo idéale qu’il imagine correspond à la dystopie technocratique imaginée par Isabelle Delannoy dans son livre L’économie symbiotique. Il expose donc ainsi assez explicitement à la fois son soutien du capitalisme vert et du solutionnisme technologique. Pour bien le comprendre, voici une brève présentation de ce livre d’Isabelle Delannoy. [...]
Lire

Une question de choix (par Derrick Jensen)

Prétendre que la civilisation peut exister sans détruire son propre territoire, ainsi que celui des autres, et leurs cultures, c’est être complètement ignorant de l’histoire, de la biologie, de la thermodynamique, de la morale, et de l’instinct de conservation. & c’est n’avoir prêté absolument aucune attention aux six derniers millénaires.