Les marchands d’illusions vertes occidentaux, des USA à la France, de Bill McKibben à Cyril Dion (par Nicolas Casaux)

Dans les États occi­den­taux — mais ailleurs aus­si, selon toute pro­ba­bi­li­té — il existe un micro­cosme de per­son­na­li­tés éco­lo­gistes auto­ri­sées et régu­liè­re­ment invi­tées dans les médias de masse, assez appré­ciées des auto­ri­tés de leur pays res­pec­tif, et qui, pour ces rai­sons, repré­sentent à elles seules, aux yeux du grand public, la mou­vance éco­lo­giste. « La » mou­vance, parce que ces éco­lo­gistes font gros­so modo la pro­mo­tion des mêmes idées, des mêmes croyances. Ils se congra­tulent d’ailleurs régu­liè­re­ment les uns les autres, fai­sant imman­qua­ble­ment réfé­rence aux tra­vaux des uns et des autres dans leurs dif­fé­rents ouvrages — édi­tés par d’importantes mai­sons d’édition, ou pro­duits par d’importantes boites de pro­duc­tion, et chro­ni­qués dans les plus grands quotidiens.

Aux USA, nous retrou­vons par exemple Bill McKib­ben, Nao­mi Klein et Alexan­dria Oca­sio-Cor­tez. William Ernest « Bill » McKib­ben, diplô­mé d’Har­vard, com­mence sa car­rière au New Yor­ker, où il tra­vaille cinq années durant. À la suite de quoi il entame une car­rière d’écrivain free­lance, publiant régu­liè­re­ment dans divers jour­naux et maga­zines majeurs — comme The New York Times, The Atlan­tic, The New Yor­ker, Natio­nal Geo­gra­phic, Rol­ling Stone et The Guar­dian — et signant quelques ouvrages chez d’importantes mai­sons d’édition. En 2007, il fonde, grâce aux dons de diverses fon­da­tions pri­vées de richis­simes capi­ta­listes, comme le Rocke­fel­ler Bro­thers Fund, l’ONG désor­mais inter­na­tio­nale 350(.org), qui conti­nue d’être majo­ri­tai­re­ment finan­cée par des fonds pri­vés pro­ve­nant de fon­da­tions pri­vées, sou­vent liées à d’importantes mul­ti­na­tio­nales (Cli­ma­te­Works, Ford Foun­da­tion, etc.). Le maga­zine Forei­gn Poli­cy le compte par­mi les 100 plus impor­tants pen­seurs mon­diaux de l’année 2009. En 2010, le Bos­ton Globe le qua­li­fie de « prin­ci­pal éco­lo­giste du pays », et le Time, en la per­sonne de Bryan Walsh, de « meilleur jour­na­liste éco­lo du monde ». Pen­dant les pri­maires pré­si­den­tielles du Par­ti démo­crate amé­ri­cain de 2016, Bill McKib­ben sert de rem­pla­çant poli­tique au séna­teur du Ver­mont Ber­nie San­ders, l’u­nique can­di­dat face à Hil­la­ry Clin­ton. Ber­nie San­ders nomme d’ailleurs Bill McKib­ben au sein du comi­té char­gé d’é­crire le pro­gramme poli­tique du Par­ti démo­crate pour 2016.

Nao­mi Klein est une jour­na­liste et essayiste états-unienne, auteure de livres que cer­tains prennent à tort pour des cri­tiques du capi­ta­lisme en géné­ral cepen­dant qu’elle pré­cise elle-même dénon­cer uni­que­ment une cer­taine forme de capi­ta­lisme — un capi­ta­lisme finan­cia­ri­sé, débri­dé, incon­trô­lé, etc. Elle écrit éga­le­ment pour divers médias grand public, dont The Nation, The Globe and Mail, This Maga­zine, Har­per’s Maga­zine et The Guar­dian, et siège au conseil d’administration de l’ONG 350(.org). Son der­nier livre en date, publié fin 2019, s’intitule The Bur­ning Case for a Green New Deal (« Plai­doyer brû­lant en faveur d’un Green New Deal », ou, « Plai­doyer brû­lant en faveur d’un nou­vel accord vert », mais ça en jette moins).

Alexan­dria Oca­sio-Cor­tez, diplô­mée de l’université de Bos­ton, est une poli­ti­cienne « élue le 6 novembre 2018 repré­sen­tante du 14e dis­trict de New York à la Chambre des repré­sen­tants des États-Unis ». Elle est ain­si « la plus jeune can­di­date jamais élue au Congrès amé­ri­cain ». Elle se reven­dique du socia­lisme démo­cra­tique de Ber­nie San­ders, qu’elle sou­tient pour les pri­maires pré­si­den­tielles du Par­ti démo­crate de 2020 (lors de la cam­pagne pré­si­den­tielle de 2008, elle fai­sait du démar­chage télé­pho­nique pour le can­di­dat démo­crate Barack Oba­ma). Elle est connue pour son enga­ge­ment en faveur d’un Green New Deal, afin, entre autres, que « les États-Unis passent d’i­ci 2035 à un réseau élec­trique fonc­tion­nant à 100 % grâce aux éner­gies renou­ve­lables, pour ain­si mettre fin à l’u­ti­li­sa­tion des com­bus­tibles fossiles ».

Au Royaume-Uni, men­tion­nons, par exemple, George Mon­biot, Rob Hop­kins et Kate Raworth. Kate Raworth est une éco­no­miste anglaise, auteure du livre La théo­rie du donut, et membre d’Extinction Rebel­lion. Elle fait d’ailleurs par­tie des auteurs du livre This Is Not A Drill : An Extinc­tion Rebel­lion Hand­book (« Ce n’est pas un exer­cice : un manuel d’Extinction Rebel­lion »). Elle sou­tient, elle aus­si, l’idée d’un Green New Deal (nou­vel accord vert).

Rob Hop­kins est « un ensei­gnant en per­ma­cul­ture bri­tan­nique, ini­tia­teur en 2005 du mou­ve­ment inter­na­tio­nal des villes en tran­si­tion » (Wiki­pe­dia). Mou­ve­ment qui s’est déve­lop­pé en France aus­si, ses livres ayant été tra­duits en fran­çais. Son der­nier, d’ailleurs, inti­tu­lé From What Is to What If : Unlea­shing the Power of Ima­gi­na­tion to Create the Future, lit­té­ra­le­ment : « De ce qui est à ce qui pour­rait être : libé­rer le pou­voir de l’imagination pour créer le futur que nous vou­lons », sera bien­tôt publié aux édi­tions Actes Sud, sous le titre « Et si ? » (plus court, on retient mieux), avec une pré­face de Cyril Dion. Actes Sud, pré­ci­sons tou­jours, au cas où, c’est la mai­son d’édition de Fran­çoise Nys­sen, notre ex-ministre de la Culture de Macron, chez qui sont publiés Cyril Dion, Pierre Rabhi, etc., qui édite éga­le­ment une ver­sion fran­çaise du livre Draw­down de Paul Haw­ken, un autre éco­lo états-unien rela­ti­ve­ment connu dans son pays et à l’international, pro­mo­teur d’un « capi­ta­lisme natu­rel » qui semble plaire à Cyril Dion (qui pré­face le livre, dont il espère qu’il « consti­tue­ra une véri­table feuille de route dont se sai­si­rons les élus, les chefs d’entreprise et cha­cun d’entre nous »).

George Mon­biot est un écri­vain et jour­na­liste qui tra­vaille depuis long­temps pour le célèbre quo­ti­dien bri­tan­nique The Guar­dian (pour lequel écrivent aus­si Nao­mi Klein et Bill McKib­ben). Lui aus­si sou­tient l’idée d’un Green New Deal (nou­vel accord vert). Lui aus­si cri­tique par­fois le capi­ta­lisme, mais pas vrai­ment, seule­ment les excès du capi­ta­lisme en réa­li­té, jamais ses fon­de­ments. Bien des éco­los sont dans le même cas : « le capi­ta­lisme, c’est pas bien » — mais bon, il nous faut tout de même des emplois verts, des entre­prises éco­los, des mar­chan­dises écolos/bio/durables, un sys­tème moné­taire éco­lo, etc. En outre, et à la dif­fé­rence de la plu­part des éco­los ici men­tion­nés, Mon­biot est un fervent défenseur/promoteur du nucléaire (« de la plu­part », parce que vis-à-vis du nucléaire, Alexan­dria Oca­sio-Cor­tez adopte une posi­tion de neu­tra­li­té, « ni pour ni contre »).

En France, nous avons Cyril Dion et Nico­las Hulot, notam­ment, et dans une moindre mesure Isa­belle Delan­noy, Yann Arthus-Ber­trand, Maxime de Ros­to­lan & Co. Cyril Dion passe régu­liè­re­ment à la télé­vi­sion, col­la­bore avec le gou­ver­ne­ment Macron, écrit dans le jour­nal Le Monde, pro­duits ses docu­men­taires en col­la­bo­ra­tion avec France Télé­vi­sions, l’AFD, etc.

(Il existe cer­tai­ne­ment des Cyril Dion, des Bill McKib­ben et des Nao­mi Klein alle­mands, espa­gnols, ita­liens, etc., mais il ne me semble pas utile de mul­ti­plier les exemples.)

Mal­gré quelques dif­fé­rences, tous ces gens ont en com­mun de faire la pro­mo­tion d’un futur vert rela­ti­ve­ment radieux, d’une socié­té tech­no­lo­gique et indus­trielle capi­ta­liste (mais fonc­tion­nant selon les règles d’un « autre capi­ta­lisme », d’un « capi­ta­lisme natu­rel », bio, ou que sais-je encore) éco­lo­gique, verte, durable et démo­cra­tique. C’est-à-dire d’une ver­sion verte et démo­cra­tique de notre socié­té actuelle, réagen­cée selon d’autres cri­tères (bio, éco, durable), s’appuyant davan­tage voire uni­que­ment sur des tech­no­lo­gies vertes (ver­sions bio ou éco des tech­no­lo­gies non-encore-vertes actuelles : smart­phones verts, voi­tures vertes, etc.). La même socié­té, pour l’essentiel, mais en décli­nai­son « verte ».

Cela étant, cer­tains de nos éco­lo­gistes média­tiques sont plus gro­tesques que d’autres. Bill McKib­ben, par exemple, dans son der­nier livre, inti­tu­lé Fal­ter : Has the Human Game Begun to Play Itself Out ? (« Péri­cli­ter : le jeu humain tire-t-il à sa fin ? »), se contente de pré­sen­ter les pan­neaux solaires comme la tech­no­lo­gie magique qui nous per­met­trait de résoudre tous nos pro­blèmes, sans trop exa­mi­ner les tenants et les abou­tis­sants de cette idée, sans trop exa­mi­ner aucun des innom­brables autres aspects qui com­posent l’insoutenabilité mani­feste de la socié­té indus­trielle. L’installation de pan­neaux solaires dans la brousse afri­caine afin de per­mettre aux locaux de rechar­ger (et donc d’acheter) des smart­phones, des télé­vi­seurs, des lec­teurs DVD, des chaines Hi-Fi, voi­là la solu­tion à tous nos pro­blèmes. Le titre d’un article publié sur le site du Guar­dian, pré­sen­tant Bill McKib­ben et son ONG, en dit long, citant McKib­ben lui-même : « Bill McKib­ben : ‘There’s clear­ly money to be made from sun and wind’ » (« Bill McKib­ben : « Il y a clai­re­ment de l’argent à gagner dans le solaire et l’éo­lien » »). Cyril Dion et Rob Hop­kins, par exemple, ne mettent pas aus­si gros­siè­re­ment les pieds dans le plat. Pour autant, leurs récits ne sont pas moins absurdes.

Chez ces figures de l’é­co­lo­gisme média­tique, nulle remise en ques­tion de l’État ou des fon­de­ments du capi­ta­lisme, l’important consiste à créer de l’emploi (vert) et à pro­duire de l’énergie « verte » (qui, idéa­le­ment, rem­pla­ce­rait la non-verte) pour que les gens puissent tra­vailler et ache­ter les mar­chan­dises (vertes) dont ils ont besoin ; à faire dimi­nuer le taux de car­bone atmo­sphé­rique ; nulle inter­ro­ga­tion sur la com­pa­ti­bi­li­té (ou l’incompatibilité) entre tech­no­lo­gies com­plexes (hautes tech­no­lo­gies) et démo­cra­tie, entre indus­tria­lisme et démo­cra­tie, entre socié­té de masse et démo­cra­tie, entre indus­tria­lisme et éco­lo­gie, entre high-tech et éco­lo­gie ; nul exa­men des pré­ten­tions « vertes » asso­ciées à de tou­jours plus nom­breuses tech­no­lo­gies (pan­neaux solaires, éoliennes, cen­trales à bio­masse, etc.). Ain­si font-ils la pro­mo­tion des tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « verte », pan­neaux solaires et éoliennes, notam­ment, sans jamais, ou presque, exa­mi­ner leurs impacts envi­ron­ne­men­taux, de bout en bout de leur chaîne de pro­duc­tion, les infra­struc­tures indus­trielles, les outils indus­triels néces­saires à leur pro­duc­tion ; sans jamais, ou presque, exa­mi­ner le genre de régime poli­tique, d’organisation sociale, que requiert leur pro­duc­tion ; sans jamais, ou presque, exa­mi­ner les usages de ces éner­gies dites « vertes » : outre la ques­tion de savoir si oui ou non les pan­neaux solaires peuvent être consi­dé­rés comme des tech­no­lo­gies « vertes » (mul­ti­plier l’ajout de « moindres maux » dans une situa­tion déjà très mau­vaise, est-ce une bonne chose ?), quid de l’électricité qu’ils pro­duisent ? Qu’alimente-t-elle ? Ses usages peuvent-ils être consi­dé­rés comme écologiques ?

Quoi qu’il en soit, au bout du compte, on com­prend aisé­ment pour­quoi ces indi­vi­dus sont invi­tés par les médias de masse, qui les pré­sentent comme les dignes repré­sen­tants du « mou­ve­ment éco­lo­giste », à dif­fu­ser la bonne parole. Pour­quoi ils béné­fi­cient de sou­tiens finan­ciers en tous genres (mécènes, fon­da­tions, ins­ti­tu­tions d’État, etc.) pour leurs tra­vaux. Vendre des illu­sions ras­su­rantes, faire en sorte que les gens gardent espoir (une autre socié­té tech­no-indus­trielle capi­ta­liste est pos­sible), accom­pa­gner et faire accep­ter le déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique actuel de la socié­té indus­trielle, invi­si­bi­li­ser les cou­rants éco­lo­gistes plus gênants car plus cri­tiques, plus mena­çants vis-à-vis de l’ordre social actuel : leur rôle est multiple.

Leur suc­cès rela­tif s’explique entre autres par le fait qu’ils jouent sur une corde sen­sible pré­sente chez la plu­part des habi­tants de la socié­té indus­trielle. Y com­pris chez les éco­lo­gistes. La plu­part d’entre nous avons été condi­tion­nés de telle façon qu’une de nos prin­ci­pales inquié­tudes, un de nos prin­ci­paux sou­haits, est la per­pé­tua­tion de la socié­té tech­no­lo­gique. D’où toutes ces Unes titrant des choses comme : « Si les choses conti­nuent comme ça, la civi­li­sa­tion indus­trielle pour­rait s’effondrer ! ». Voi­là la crainte. Ce n’est pas tant la des­truc­tion (en cours) du monde que celle (poten­tielle, à venir) de la civi­li­sa­tion indus­trielle (les deux, la civi­li­sa­tion indus­trielle et le monde, tendent d’ailleurs à être confon­dus). Mark Boyle, un éco­lo­giste bri­tan­nique, le for­mule ain­si :

« La plu­part d’entre nous sommes moins déran­gés par l’idée de vivre dans un monde sans martres des pins, sans abeilles mel­li­fères, sans loutres et sans loups qu’à l’idée de vivre dans un monde sans médias sociaux, sans cap­puc­ci­nos, sans vols éco­no­miques et sans lave-vais­selle. Même l’écologisme, qui a un temps été moti­vé par l’amour du monde natu­rel, semble désor­mais plus concer­né par la recherche de pro­cé­dés un peu moins des­truc­teurs qui per­met­traient à une civi­li­sa­tion sur­pri­vi­lé­giée de conti­nuer à sur­fer sur inter­net, à ache­ter des ordi­na­teurs por­tables et des tapis de yoga, que par la pro­tec­tion de la vie sauvage. »

Bien loin des enthou­siastes récits verts que nous content les éco­los média­tiques, ce que l’on constate, concrè­te­ment, c’est le déve­lop­pe­ment de nou­velles nui­sances estam­pillées « vertes », « propres », « durables » (construc­tion de parcs éoliens, de cen­trales solaires, etc.), qui s’ajoute au déve­lop­pe­ment des nui­sances indus­trielles clas­siques (routes, usines, exploi­ta­tions fores­tières, minières, etc.) — nui­sances indus­trielles clas­siques qui servent d’ailleurs par­fois à per­mettre le déve­lop­pe­ment des nou­velles nui­sances vertes (il faut bien que les maté­riaux ser­vant à fabri­quer pan­neaux solaires et éoliennes, voi­tures élec­triques et bat­te­ries au lithium, à fabri­quer et ali­men­ter les cen­trales à bio­masse, viennent de quelque part). Les forêts partent en fumée, les océans s’acidifient, se réchauffent et se rem­plissent de plas­tique. La machine est inarrêtable.

Dans la situa­tion pré­sente, par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe, des tas de ques­tions cru­ciales méritent d’être posées qui ne le sont jamais par nos éco­lo­gistes média­tiques — logique, leur rôle est, entre autres, d’éviter qu’elles ne le soient — (en voi­ci quelques-unes : Que vou­lons-nous ? Quelles sont les choses les plus impor­tantes au monde ? La chose la plus impor­tante au monde ? Qu’est-ce que le monde ? Une gigan­tesque conur­ba­tion ? Des métro­poles, des ban­lieues, des routes, des bâti­ments, des maga­sins, des usines, des télé­vi­seurs, des smart­phones ? L’habitat de l’homme, qui aurait tout inté­rêt à en faire un immense champ bio agré­men­té d’exploitations fores­tières pro­duc­trices de bio­masse à des­ti­na­tion de cen­trales d’éner­gie verte, et d’exploitations minières éco­lo­giques à four­nir des maté­riaux pour les éco­fair­phones du futur ? Ou la pla­nète Terre, l’habitat d’innombrables espèces, qu’une socié­té humaine — la civi­li­sa­tion indus­trielle — détruit à grande vitesse ? La socié­té indus­trielle peut-elle être réfor­mée ? Ou consti­tue-t-elle une machine irré­for­mable ? Cela a‑t-il un sens de comp­ter sur les gou­ver­ne­ments pour sau­ver la situa­tion ? High-tech — tech­no­lo­gies com­plexes — et éco­lo­gie sont-elles com­pa­tibles ? High-tech et démo­cra­tie ? Socié­té de masse et démo­cra­tie ? Les tech­no­lo­gies dites vertes le sont-elles vrai­ment ? À quoi sert l’énergie dite verte ? Les usages qu’à la socié­té indus­trielle de l’énergie qu’elle obtient sont-ils béné­fiques ou nui­sibles pour le monde natu­rel ? Est-il plus pro­bable que les des­truc­tions éco­lo­giques pla­né­taires soient enrayées par une réforme de la socié­té indus­trielle ou par son effon­dre­ment ? Un mou­ve­ment visant à faire écrou­ler la socié­té indus­trielle a‑t-il une chance d’y par­ve­nir ? Est-il pos­sible de conci­lier des objec­tifs réfor­mistes avec des objec­tifs révo­lu­tion­naires ? Existe-t-il des ini­tia­tives à rejoindre ou à créer qui, sans être immé­dia­te­ment révo­lu­tion­naires, ou déci­sives, peuvent per­mettre de véri­ta­ble­ment amé­lio­rer la situa­tion sur des plans sociaux et/ou écologiques ?).

Il n’y a qu’en par­ve­nant à for­mu­ler les inter­ro­ga­tions et les dis­cus­sions les plus hon­nêtes pos­sibles que nous aurons une chance de par­ve­nir aux réponses les plus justes possibles.

(L’image de cou­ver­ture de cet article, reprise, voire ci-des­sous, pour la cou­ver­ture du der­nier livre, à paraître en fran­çais, de Rob Hop­kins, est signi­fi­ca­tive car repré­sen­ta­tive des innom­brables images d’un futur urbain-high-tech-éco-bio que les éco­los grand public vendent aux gens. Vous remar­que­rez l’engin volant éco­lo­bio qui domine l’écocité avec son éco­tram­way etc., etc. Un fan­tasme — que beau­coup trou­ve­raient fort sou­hai­table, mais que ceux qui appré­cient les grands espaces rela­ti­ve­ment sau­vages, qui vivent mal la sur­con­cen­tra­tion démo­gra­phique, l’artificialisation/l’anthropisation totale du pay­sage, trou­ve­raient sans doute cau­che­mar­desque — qui n’a aucune chance d’advenir.)

L’illu­sion verte, en image

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
27
Shares
4 comments
  1. Si j’é­tais un intel­lec­tuel, publiant ou publié, je pren­drais de plus en plus en compte et de plus en plus sérieu­se­ment le sérieux de l’hy­po­thèse sui­vante : La mis­sion <> du pro­blème éco­lo­gique et de ses déri­vés est avant tout de faire appa­raitre dans le récit col­lec­tif et donc dans la conscience col­lec­tive et dans l’in­cons­cient col­lec­tif le fait que les « grands » médias, intel­lec­tuels, élites éco­no­miques et poli­tiques, prennent la cause du vivant en grande consi­dé­ra­tion pour faire oublier aux yeux de tous que pen­dant ce temps là toutes les formes de pou­voir pro­mou­vant le mon­dia­lisme et le glo­ba­lisme tra­vaillent à conver­tir l’hu­main en une mar­chan­dise, qui plus est en une mar­chan­dise comme une autre.
    En bref, une dic­ta­ture se vou­lant huma­niste aux yeux des masses pour conti­nuer à avan­cer de plus en plus vite et avec tou­jours plus de latitudes..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Portrait d’Arthur, la Gueule Ouverte (par Juliette Keating)

Arthur (Henri Montant 1939-2010) fut l'un des journalistes fondateurs de la Gueule Ouverte, le canard d'écologie politique des années 1970. Militant de la lutte contre le programme nucléaire français et la menace de l'atome mondialement imposé pour un "progrès" aux conséquences écologiques désastreuses, Arthur dénonça, dans les colonnes de la G.O., d'une plume mordante, souvent humoristique mais toujours engagée, les hypocrisies du pouvoir prétendument démocratique.
Lire

A la racine des luttes sociales et écologiques : la lutte contre la civilisation (par Mike Sliwa)

La civilisation est rarement remise en cause lorsqu’on discute de justice sociale. Il y en a bien quelques-uns qui font la connexion entre justice et civilisation, mais ils sont peu, et restent vagues. Lorsque j’ai commencé à connecter la civilisation à la justice sociale, j’ai complètement perdu certaines personnes. Cela peut être lié au fait que je n’ai pas présenté de documentation assez claire ou assez bonne, mais au fil des ans, je me suis mis à penser qu’il y avait plus que ça. J’ai commencé à remettre en question nos arrangements de vie, et, pour certains, ça n’est pas négociable.