Violence, non-violence : une réponse à La Décroissance (par Kevin Amara et Nicolas Casaux)

Au cours des der­niers mois, le jour­nal La Décrois­sance, par deux fois — dans leur numé­ro 151 de juillet-août 2018 et 154 de novembre 2018 — a entre­pris de cra­cher sa bile mes­quine sur l’organisation Deep Green Resis­tance et sur Peter Gel­der­loos, l’auteur du livre Com­ment la non-vio­lence pro­tège l’État que nous avons récem­ment tra­duit et publié aux édi­tions LIBRE. Plu­tôt que de pro­po­ser des cri­tiques argu­men­tées, ils se sont conten­tés de nous faire part de leurs sen­ti­ments, de leurs res­sen­tis et de leur fon­da­men­ta­lisme irré­flé­chi. La cala­mi­té jour­na­lis­tique que consti­tuait leur pre­mière cri­tique à notre égard, celle de leur numé­ro d’été, ne nous parais­sait pas valoir une réponse. Seule­ment, nos chers décrois­sants ayant réité­ré dans leur numé­ro de novembre, et tout tra­vail méri­tant salaire, un tel achar­ne­ment ne pou­vait res­ter impayé.

Tout d’abord, sou­li­gnons que Vincent Chey­net n’a appa­rem­ment pas com­pris que Peter Gel­der­loos ne fait pas par­tie de l’organisation Deep Green Resis­tance, dont il ne par­tage pas — du moins, pas entiè­re­ment — la pers­pec­tive. Deep Green Resis­tance et Gel­der­loos se rejoignent sim­ple­ment au tra­vers de leur cri­tique du dog­ma­tisme non violent. Peter Gel­der­loos se concentre moins sur la ques­tion éco­lo­gique que Deep Green Resis­tance. Il est donc pour le moins étrange de pla­cer dans la bouche de Gel­der­loos des pro­pos d’auteurs ou de mili­tants de Deep Green Resis­tance, et de lui faire por­ter un sweat-shirt orné du logo de l’organisation. Vincent Chey­net n’est pas Sher­lock Holmes, on le com­prend, et le constate, mais tout de même, un peu de sérieux.

Ensuite, et il s’agit de l’essentiel de ce qui ne va pas dans leur cri­tique, Vincent Chey­net ne répond pas à un seul des argu­ments for­mu­lés par Peter Gel­der­loos dans son livre. Il se contente de sou­te­nir que « la vio­lence, c’est mal » — et fait l’im­passe sur les nom­breuses réflexions cru­ciales que Gel­der­loos pro­pose dans son livre au sujet, par exemple, de ce concept de vio­lence, dont la poly­sé­mie, ou le carac­tère abs­trait, vague, est pro­blé­ma­tique à lui seul. Il se borne à invo­quer l’au­to­ri­té morale de Gand­hi et Tol­stoï, et évite soi­gneu­se­ment de reve­nir sur la cri­tique du mythe gand­hien — sur lequel s’appuie en bonne par­tie l’idéologie de la non-vio­lence — qui est un autre point impor­tant du livre de Gel­der­loos. Un débat d’idées implique d’avoir des argu­ments et de savoir les sou­te­nir. Et il n’y a pas l’ombre d’un argu­ment dans la com­plainte de Cheynet.

Le livre de Peter Gel­der­loos en ques­tion. Pour le com­man­der : https://editionslibre.org/produit/prevente-comment-la-non-violence-protege-l-etat-peter-gelderloos/

Par contre, des affir­ma­tions sen­ten­cieuses, il y en a. L’action vio­lente décré­di­bi­li­se­rait toute forme de résis­tance éco­lo­gique. Voi­là le pos­tu­lat avan­cé par Vincent Chey­net. Le ton est don­né dès le cha­peau, et le titre même de l’ar­ticle ne prê­tait pas à confu­sion : « L’é­co­lo­gie va-t-en guerre ». Il faut savoir ne pas bou­der son plai­sir : La Décrois­sance finit de se ridi­cu­li­ser avec ce posi­tion­ne­ment. Cela fait désor­mais plu­sieurs années que ce jour­nal, avec la verve et le mor­dant qu’on lui connait, com­bat féro­ce­ment – et à juste titre – le coli­brisme. Com­bien d’ar­ticles, com­bien de signes, consa­crés à dénon­cer l’acte indi­vi­duel seul pour atteindre la décrois­sance ? Des dizaines de mil­liers. Com­bien d’ar­ticles, com­bien de signes pour moquer les entre­prises citoyen­nistes et ses dif­fé­rents acteurs, au même titre que ses pro­mo­teurs ? De Hulot à NKM en pas­sant par YAB, tous les tar­tuffes du mois par­tagent pour­tant un point com­mun avec La Décrois­sance. Qui­conque a déjà ouvert les pages du jour­nal en connait ain­si la ligne édi­to­riale sur le bout des doigts et peut en réci­ter les argu­ments tel un man­tra ; et de fait, répondre à cette ques­tion. Quel est donc ce point com­mun ? Un rejet incon­di­tion­nel de la vio­lence. Une lâche­té gri­mée en non-violence.

***

Décroître, cela consti­tue un pro­gramme en soi, sur lequel il est pos­sible d’er­go­ter indé­fi­ni­ment. L’en­jeu est majeur, les moyens d’y par­ve­nir demeurent une ques­tion ouverte et com­plexe. Pour ces rai­sons, le tra­vail du jour­nal La Décrois­sance est, dans l’ensemble, un rayon de soleil dans le sombre pay­sage du jour­na­lisme fran­çais. Le voir dis­pa­raître serait très dommageable.

Cela dit, si l’idée d’une vie simple, décrois­sante, construite en socié­tés hori­zon­tales autour du prin­cipe de la « convi­via­li­té » et ayant réus­si à faire de l’économie du don – et de son trip­tyque donner/recevoir/rendre –, sa seule éco­no­mie, semble atti­rante, elle ne doit pas être le cache-sexe d’une fuite en avant sys­té­mique. La seule déco­lo­ni­sa­tion des ima­gi­naires ne suf­fi­ra pas, puis­qu’ain­si que le rap­pe­lait le Comi­té Invi­sible : « Ce sont les corps qui font les révo­lu­tions ». L’ac­tion indi­vi­duelle non plus. Il est à craindre que La Décrois­sance ait fini, avec le temps, par res­sem­bler à un vieux ton­ton amer que l’on aime revoir en ce qu’il nous rap­pelle notre petite enfance, mais qui n’a de cesse de mau­gréer et de dire du mal de tout et de tout le monde à seule fin de se faire remar­quer. Pour­tant, il n’existe qu’une façon de dépas­ser l’op­po­si­tion, et c’est la création.

Le phi­lo­sophe Fran­cis Bacon expli­quait qu’une argu­men­ta­tion devait se construire en deux temps. D’a­bord, la pars des­truens : l’op­po­si­tion. Puis, la pars construens : la pro­po­si­tion. Il consi­dé­rait que l’une sans l’autre était inutile, et que si nous ne par­ve­nions pas à arti­cu­ler les deux, cela se révé­le­rait inef­fi­cace à l’usage. Le jour­nal La Décrois­sance pro­pose une bonne cri­tique socioé­co­lo­gique. Seule­ment, il ne fait que ça. Pen­dant que les pumas finissent de dis­pa­raitre, anéan­tis par la socié­té indus­trielle. Pen­dant que la civi­li­sa­tion indus­trielle étouffe les océans en y déver­sant des mil­lions de tonnes de plas­tique, inexo­ra­ble­ment. Il convient ain­si de s’in­té­res­ser à un point qui nous semble pri­mor­dial : La Décrois­sance, et cela repré­sente un para­doxe, consacre men­suel­le­ment une chro­nique à des indi­vi­dus s’approchant d’une auto­no­mie rela­tive, ayant fui le sys­tème capi­ta­liste, dans la mesure du pos­sible, mais ne pro­pose pour ain­si dire aucun sui­vi des mul­tiples conflits liés aux ques­tions envi­ron­ne­men­tales. C’est-à-dire qu’ils font dans le coli­brisme tout en le déni­grant. On aurait plu­tôt aimé en lire davan­tage au sujet de la ZAD, vic­toire déci­sive pour le mou­ve­ment éco­lo­giste, en ce sens qu’elle repré­sente un acquis fondamental.

***

« La vio­lence, c’est mal », écrit donc Vincent Chey­net, en pen­seur de la com­plexi­té. Seule­ment, ain­si que Dom Hel­der Cama­ra le com­pre­nait, la réa­li­té l’est plus encore que ce qu’en per­çoit le patron du jour­nal La Décrois­sance :

« Il y a trois sortes de vio­lence. La pre­mière, mère de toutes les autres, est la vio­lence ins­ti­tu­tion­nelle, celle qui léga­lise et per­pé­tue les domi­na­tions, les oppres­sions et les exploi­ta­tions, celle qui écrase et lamine des mil­lions d’hommes dans ses rouages silen­cieux et bien hui­lés. La seconde est la vio­lence révo­lu­tion­naire, qui naît de la volon­té d’abolir la pre­mière. La troi­sième est la vio­lence répres­sive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se fai­sant l’auxiliaire et la com­plice de la pre­mière vio­lence, celle qui engendre toutes les autres. Il n’y a pas de pire hypo­cri­sie de n’appeler vio­lence que la seconde, en fei­gnant d’oublier la pre­mière, qui la fait naître, et la troi­sième qui la tue. »

En théo­rie, la vio­lence doit bien sûr être évi­tée, au maxi­mum. Mais il y a la théo­rie, et il y a la pra­tique. Et s’il est impos­sible, en phy­sique, de par­ler de mou­ve­ment, de dis­tance et de temps sans réfé­ren­tiel, il est tout aus­si impos­sible de par­ler de vio­lence sans savoir pré­ci­sé­ment de quelle vio­lence on parle. Un phy­si­cien assis dans un wagon est immo­bile par rap­port au train, mais il est en mou­ve­ment du point de vue de la vache qui le regarde pas­ser. La vio­lence, quant à elle, peut être inique, mau­vaise, comme lorsqu’elle est employée par un groupe d’hommes cher­chant à agres­ser une jeune fille, mais elle peut éga­le­ment s’avérer mora­le­ment accep­table, voire sou­hai­table, par exemple dans le cas où elle dési­gne­rait les agis­se­ments d’un groupe de femmes pre­nant la défense de ladite jeune fille. C’est pour­quoi se conten­ter, comme le fait Vincent Chey­net, de par­ler de la vio­lence, abs­traite, idéelle, n’a pas grand inté­rêt. Tan­dis que la vio­lence qui inté­resse DGR, et que Peter Gel­der­loos théo­rise, est celle de la légi­time défense. Mais tout cela, il le déve­loppe suf­fi­sam­ment dans son livre — c’est éga­le­ment dis­cu­té dans le livre Deep Green Resis­tance dont nous publions le pre­mier tome cou­rant novembre.

Il est cer­tai­ne­ment plus simple de se réfu­gier der­rière des prin­cipes dog­ma­tiques pour ratio­na­li­ser son inac­tion que d’oser les dépas­ser. C’est-à-dire que lorsqu’il vante leur « choix cou­ra­geux de la non-vio­lence », Vincent Chey­net fait preuve d’un sacré culot. Y croit-il seule­ment lui-même ? Rien n’est moins sûr. Au-delà de tout ce qu’on peut, à juste titre, repro­cher à Gand­hi, au-delà de la cri­tique du mythe gand­hien, impor­tante et même néces­saire, que Gel­der­loos arti­cule dans son livre, rap­pe­lons que Gand­hi lui-même affir­mait que « si nous ne pou­vons nous défendre, nos femmes et nous-mêmes, et les endroits que nous tenons pour sacrés, par la force de la souf­france, c’est-à-dire la non-vio­lence, nous devons, nous, les hommes, au moins être capable de les défendre en com­bat­tant[1] ». Tout nous indique, aujourd’hui, que la « force de la souf­france, c’est-à-dire la non-vio­lence » n’est pas adap­tée, qu’elle ne suf­fit pas — nous ne par­ve­nons pas à défendre les endroits que nous tenons pour sacrés, nous ne par­ve­nons pas à défendre nos proches, chaque jour 200 espèces sont pré­ci­pi­tées vers l’extinction, et par­tout le monde natu­rel part en fumée — et qu’elle ne pour­ra pas suf­fire dans notre contexte, notre lutte contre le désastre socioé­co­lo­gique en cours. Dès lors, d’après les conseils de Gand­hi lui-même, nous devrions pas­ser à l’offensive. Il insis­tait lour­de­ment sur ce point : « Je le répète, et le répè­te­rai encore et encore, celui qui ne peut se pro­té­ger lui, ou ses proches, ou leur hon­neur, en affron­tant la mort non vio­lem­ment, peut et doit se ser­vir de la vio­lence contre son oppres­seur. Celui qui ne peut faire ni l’un ni l’autre est un fardeau. »

D’un autre côté, si l’on ne consi­dé­rait pas l’usage de la force dans une situa­tion de légi­time défense comme de la vio­lence, peut-être que la non-vio­lence pour­rait suf­fire. La non-vio­lence de Gand­hi était extrê­me­ment exi­geante. Il affir­mait qu’elle ne pou­vait « pas être ensei­gnée à ceux qui craignent de mou­rir, et qui n’ont pas de pou­voir de résis­tance ». Elle ver­sait même dans le sui­ci­daire : « L’Histoire est pleine d’exemples d’hommes qui, en mou­rant cou­ra­geu­se­ment avec la com­pas­sion sur leurs lèvres, ont chan­gé le cœur de leurs oppo­sants vio­lents. […] L’auto-défense […] est la seule action hono­rable qui reste lorsque l’on n’est pas prêt à s’auto-immoler. » Sa non-vio­lence impli­quait le « cou­rage froid de mou­rir sans tuer ». « Mais celui qui n’a pas ce cou­rage, ajou­tait-il, je veux qu’il cultive l’art de tuer[2]. » (On remarque, effec­ti­ve­ment, une cer­taine bina­ri­té dans ces pro­pos que nous n’approuvons pas, ils servent sim­ple­ment à illus­trer la véri­table nature de la non-vio­lence gand­hienne). Il remar­quait éga­le­ment que « bien que la vio­lence ne soit pas légale, lorsqu’elle est uti­li­sée en tant que légi­time défense, ou en défense des dému­nis, elle consti­tue un acte de bra­voure bien supé­rieur à une lâche sou­mis­sion[3]. » Le dog­ma­tisme imma­ture de Vincent Chey­net et du jour­nal La Décrois­sance est une honte, et témoigne d’un manque de res­pect non seule­ment vis-à-vis de l’organisation Deep Green Resis­tance, de Peter Gel­der­loos et de tous ceux qui choi­sissent de — qui osent — résis­ter par tous les moyens néces­saires, mais éga­le­ment vis-à-vis de la non-vio­lence gand­hienne, de Gand­hi lui-même.

À l’heure où ces mots sont écrits, le Bré­sil vient de por­ter à sa tête un bon exemple de ce que la socié­té indus­trielle peut pro­duire de pire. Le nou­veau pré­sident bré­si­lien a ain­si pro­mis, pen­dant sa cam­pagne, de pla­cer le minis­tère de l’environnement sous la tutelle de celui de l’agriculture, et de pure­ment et sim­ple­ment sup­pri­mer la FUNAI, éta­blis­se­ment public dont le but est de pro­té­ger les droits des Indiens. Il pro­jette de raser une par­tie de l’A­ma­zo­nie afin d’y construire une auto­route. Devant l’am­pleur de la catas­trophe, les Gua­ja­ja­ra, dans l’É­tat du Maran­hao, ont déci­dé de prendre les armes, de for­mer des milices et de prendre en chasse les bûche­rons qui sac­cagent la forêt. Si seule­ment ils avaient lu Vincent Chey­net, ils sau­raient que « la vio­lence, c’est mal », et auraient plu­tôt fait cir­cu­ler une pétition.

Nous ne nous épan­che­rons pas davan­tage sur le sujet. Il faut lire le livre de Peter Gel­der­loos. Contrai­re­ment à Vincent Chey­net et à ses amis de La Décrois­sance, Gel­der­loos ne dénigre pas gra­tui­te­ment et pué­ri­le­ment les chantres d’une non-vio­lence abso­lue, il argu­mente. En outre, il ne s’oppose pas caté­go­ri­que­ment à la non-vio­lence, qu’il consi­dère comme une méthode par­mi d’autres, avec ses avan­tages et ses incon­vé­nients. Et ain­si qu’il le rap­pelle sou­vent lui-même, les zéla­teurs d’une non-vio­lence doc­tri­naire ont ten­dance à ne pas répondre aux argu­ments que l’on peut lui oppo­ser. Et Vincent Chey­net et le jour­nal La Décrois­sance de l’illustrer superbement.

Kevin Ama­ra & Nico­las Casaux

***

P.S. : Se pour­rait-il que les rédac­teurs de La Décrois­sance puisent leur ins­pi­ra­tion sur le site du maga­zine Cadre et Diri­geant ? Étran­ge­ment, deux des trois pre­mières cita­tions — dont une de Domi­nique Roche­teau, rare­ment invo­qué comme une auto­ri­té en la matière — que l’on retrouve lis­tées sur la page dudit site inti­tu­lée « Les meilleures cita­tions sur la vio­lence » figurent dans la B.D. du jour­nal La Décrois­sance dans laquelle ils dénigrent Deep Green Resis­tance et Peter Gel­der­loos[4].

Lec­ture complémentaire :

https://partage-le.com/2015/12/le-pacifisme-comme-pathologie-par-derrick-jensen/

 


  1. https://www.mkgandhi.org/nonviolence/gstruggle.htm
  2. https://www.mkgandhi.org/nonviolence/phil8.htm
  3. https://www.mkgandhi.org/nonviolence/phil8.htm
  4. pages 10–11 du numé­ro 154 de novembre 2018.

Print Friendly, PDF & Email
Total
24
Shares
2 comments
  1. Dans La Décrois­sance de mars 2019, Vincent Chey­net com­plète ses attaques avec un « débat » entre repré­sen­tants de la non-vio­lence. Tous les cli­chés y passent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

C’est la faute à Rousseau : lettre à mes amish à propos des « Lumières » de Macron (par Jacques Luzi)

Je n'ai qu'une connaissance superficielle de qui sont les amish, aussi ne parlerai-je que des « amish », à la fois au sens méprisant donné par Macron et au sens d'« amis ». J'ai, par contre, une conscience un peu plus fouillée de l'enseignement des Lumières, qui est sans rapport avec l'injonction à l'innovation technologique systématique. [...]
Lire

« Avant le déluge » : la confirmation de la catastrophe & l’apologie des illusions vertes

Leonardo DiCaprio, star internationale, icône de mode et idole intergénérationnelle, vient de produire un documentaire ("Avant le déluge") mondialement relayé, sur le réchauffement climatique et ses conséquences pour la société industrielle, ses membres, et, accessoirement, pour la planète et ce qui reste de ses autres habitants. [...]