Nous sommes ceux qui sont du côté du vivant — et nous allons gagner ! (par Derrick Jensen)

Der­rick Jen­sen (né le 19 décembre 1960) est un écri­vain et acti­viste éco­lo­gique amé­ri­cain, par­ti­san du sabo­tage envi­ron­ne­men­tal, vivant en Cali­for­nie. Il a publié plu­sieurs livres très cri­tiques à l’é­gard de la socié­té contem­po­raine et de ses valeurs cultu­relles, par­mi les­quels The Culture of Make Believe (2002) End­game Vol 1 & 2 (2006) et A Lan­guage Older Than Words (2000). Il est un des membres fon­da­teurs de Deep Green Resis­tance. Article ini­tia­le­ment publié en anglais, le 23 juillet 2015, sur le site web de The Eco­lo­gist, à l’a­dresse sui­vante.


Qui sommes nous ? Nous sommes ceux qui sont parés pour la riposte, écrit Der­rick Jen­sen. Ceux qui ne vivent plus dans l’es­poir que l’on sau­ve­ra la Pla­nète, mais dans la cer­ti­tude que nous la sau­ve­rons. Nous sommes des acti­vistes, des sur­vi­vants, des amants et des com­bat­tants. Et nous disons : la des­truc­tion cessera !

Nous sommes ceux qui ne se résignent pas au des­tin qu’on nous pré­sente trop sou­vent comme inéluctable.

Nous sommes ceux qui refusent de conti­nuer en tant qu’esclaves. Nous sommes ceux qui se sou­viennent com­ment être humain. Nous sommes ceux qui sont prêts à reprendre en main leurs vies, et à les défendre, ain­si que celles de ceux que nous aimons, et donc de la terre.

Nous sommes ceux qui sont enfin prêts et volon­taires pour ripos­ter. Nous sommes ceux qui com­prennent au plus pro­fond d’eux-mêmes la véri­té de cette affir­ma­tion de Robert E. Lee, « nous devons choi­sir entre le risque de l’action et la perte assu­rée qu’engendre l’inaction ». Nous sommes ceux qui sont prêts à pas­ser à l’offensive, ou à sou­te­nir ceux qui le font.

Nous sommes des sur­vi­vants. Nous avons sur­vé­cu à la vio­lence domes­tique. Nous avons sur­vé­cu au racisme, et nous avons sur­vé­cu au sexisme. Nous avons sur­vé­cu à l’éducation indus­trielle, et nous avons sur­vé­cu à l’économie indus­trielle. Nous avons sur­vé­cu à la télé­vi­sion. Nous avons sur­vé­cu à l’intoxication totale de notre environnement.

Et nous sommes parés pour la riposte

Nous sommes les amants de la terre, les amants les uns des autres, les amants de nos propres corps et de nos émo­tions. Nous aimons. Nous haïs­sons. Nous res­sen­tons de la joie, du déses­poir, de la peine, de l’indignation, du bon­heur et de la colère. Et nous sommes parés pour la riposte.

Nous sommes les oppri­més. Nous sommes pri­son­niers, familles de pay­sans, libé­ra­teurs d’animaux, femmes, enfants, Indiens d’Amérique, noirs, Mexi­cains, blancs pauvres, Asia­tiques, peuples du Tiers-Monde, nous sommes les indi­gènes. Nous sommes des parents, et nous sommes des sans enfants. Nous sommes ceux qui haïssent leurs emplois, nous sommes les chô­meurs, et nous sommes ceux qui ne veulent pas de tra­vail. Et nous sommes parés pour la riposte.

Nous sommes ceux qui ont long­temps écou­té avec amour et peine, et qui, doré­na­vant, et avec leur per­mis­sion, parlent pour les sau­mons, les séquoias, les rivières, les cam­pa­gnols et les chouettes tache­tées. Nous par­lons pour le bison, pour l’esturgeon, pour le laman­tin et pour le requin.

Nous par­lons pour le sol, pour le vent, pour la neige, pour la ban­quise. Nous par­lons pour le phy­to­planc­ton, et nous par­lons pour les insectes. Nous par­lons avec des voix qui ne sont ni plus ni moins que le vent souf­flant à tra­vers nos corps, à tra­vers nos cordes vocales. Nous par­lons pour nos mai­sons, et pour nos voi­sins, et nous serons enten­dus. Ils seront enten­dus. Et nous sommes parés pour la riposte.

Nous sommes acti­vistes. Nous sommes des ensei­gnants. Nous sommes des étu­diants. Nous sommes des ouvriers dans des champs de fraises. Nous sommes des artistes visuels. Nous sommes des petits com­mer­çants. Nous sommes des ouvriers du bâti­ment. Nous sommes des ingé­nieurs géné­ti­ciens. Nous sommes des biblio­thé­caires. Nous sommes des spé­cia­listes en armes bio­chi­miques. Nous sommes d’anciens SEALS de la US Navy.

Nous sommes des experts en démo­li­tion. Nous sommes des pirates infor­ma­tiques. Nous sommes des employés chez Wal-Mart. Nous sommes des déte­nus. Nous sommes des mères céli­ba­taires. Nous sommes des punks. Nous sommes des pécheurs. Nous sommes des chas­seurs. Nous sommes ceux qui s’opposent à la chasse. Nous sommes écri­vains. Nous sommes des tueurs. Nous sommes d’anciens bûche­rons. Nous sommes des sabo­teurs. Nous sommes des infir­mières. Nous sommes des pay­sans. Nous sommes des arrières grand-mères. Nous sommes des avo­cats. Nous sommes d’anciens déte­nus. Et nous sommes parés pour la riposte.

Nous sommes à Los Angeles, à Detroit, à Bos­ton et à New-York. Nous sommes à St. Louis et à Ashe­ville, en Caro­line du Nord. Nous sommes à Saint-Péters­bourg et nous sommes à Seat­tle. Nous sommes dans de petites com­munes du Mon­ta­na et nous sommes dans le Sud du Mexique. Nous sommes au Cana­da et nous sommes en Corée. Nous sommes en Chine, en Inde, en Aus­tra­lie. Nous sommes au Congo et en Tan­za­nie. Nous sommes en Macé­doine, en Autriche, au Dane­mark, en Fin­lande. Et nous sommes parés pour la riposte.

Et nous allons gagner

Nous sommes ceux ayant com­pris qu’à moins d’être stop­pée, la civi­li­sa­tion tue­ra tout ce qui vit sur Terre. Nous sommes ceux ayant com­pris que la civi­li­sa­tion était moti­vée par une pul­sion des­truc­trice, et nous sommes ceux ayant com­pris que cette civi­li­sa­tion n’était pas réformable.

Nous sommes ceux ayant tiré des leçons de ceux qui ont essayé de conclure des trai­tés avec ceux qui tuent la pla­nète, et nous sommes ceux qui, alors que la pla­nète entière est en jeu, sont fina­le­ment parés pour la riposte.

Nous sommes ceux qui n’espèrent plus que la civi­li­sa­tion cesse de détruire la pla­nète, mais qui feront ce qu’il faut pour l’en empê­cher. Nous sommes ceux qui n’espèrent plus que les sau­mons sur­vivent, mais qui feront tout leur pos­sible pour entra­ver leur extinc­tion. Nous sommes ceux qui feront de même pour les bisons, les chiens de prai­rie, les tor­tues du désert, les baleines, les dau­phins, les lions, les grands singes, et les rhi­no­cé­ros. Nous n’espérons pas. Nous agis­sons. Et nous sommes parés pour la riposte.

Nous sommes ceux qui com­prennent au plus pro­fond d’eux-mêmes que la peur n’est qu’un concept qui nous fait croire que nous avons quelque chose à perdre, et, avec la pla­nète entière en jeu, nous sommes parés pour la riposte.

Nous sommes ceux qui aver­tissent ceux qui détruisent ce monde que nous aimons. Vous devez arrê­ter. Main­te­nant. Vous allez arrê­ter. Enten­dez cela comme vous n’avez jamais enten­du quoi que ce soit aupa­ra­vant. Vous arrê­te­rez. Nous sommes parés pour la riposte.

Et nous allons gagner.

Nous sommes ceux qui n’oublieront jamais que les juifs ayant par­ti­ci­pé au sou­lè­ve­ment du Ghet­to de Var­so­vie ont connu un meilleur taux de sur­vie que ceux qui se sont soumis.

Nous sommes ceux qui sont du côté du vivant, et nous allons gagner.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delaunay

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
6 comments
  1. On est tou­jours quel­qu’un. Achete un bout de ter­rain ouvre un eco­lieu fais de la per­ma­cul­ture. Cela te per­met­tra avec tes amis de ne plus consom­mer toute la nour­ri­ture malade de ce sys­tème si tu vas plus loin ou que tu t’en­toures bien tu pour­ras même te soi­gner avec les plantes. Pro­tege la vie la bio­di­ver­si­té la véri­té et fais d’un tout petit bout de terre un bout de jar­din d’É­den. C’est la voie que j’ai choi­si elle est simple acces­sible. Un ter­rain non construc­tible ne coûte pas cher. Ce n’est peut être pas ta voie mais s’il te plait trouve la tienne. Tu n’es pas per­sonne tu es fils de la terre et du ciel et à l’in­té­rieur de toi tu es lié à eux ouvre toi et ils te guideront.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le manifeste de la Montagne Sombre (The Dark Mountain Manifesto)

Ceux qui font l’expérience directe d’un effondrement social rapportent rarement de grande révélation concernant les vérités profondes de l’existence humaine. En revanche, ce qu’ils rapportent, si on le leur demande, c’est leur étonnement vis-à-vis du fait qu’il est finalement si simple de mourir. [...]
Lire

L’APPEL DE LA VIE : Comment faire face à l’extinction de masse (2010)

L’appel de la Vie est le premier long-métrage documentaire à enquêter sur la menace croissante que pose la perte massive et rapide de biodiversité sur la planète. À l’aide d’éminents scientifiques, de chercheurs en sciences sociales, d’environnementalistes, entre autres, le film explore la portée, les causes, et l’impact planétaire prévisible d’une extinction de masse d’une échelle sans précédent depuis la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années.